Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Des limites de la régulation… qui peuvent en cacher d’autres

Thomas Lamarche
Référence(s) :

Stavros Mavroudeas, The Limits of Regulation. A critical analysis of capitalist development, Edward Elgar, 2012

Traduction(s) :
Concerning the Limits of Regulation… Which may conceal others

Texte intégral

L’auteur, qui a bénéficié de nombreux commentaires, remercie Agnès Labrousse, Sandrine Michel, Martino Nieddu et Julien Vercueil pour ces échanges… tout en restant responsable des omissions ou simplifications...

  • 1 Stavros Mavroudeas a soutenu sa thèse intitulée “Regulation approach: a critical appraisal” en 1990 (...)
  • 2 Évoquons la question de la langue de rédaction de la théorie de la régulation, qui engendre probabl (...)

1Face à un ouvrage intitulé The Limits of Regulation. A critical analysis of capitalist development, la Revue de la régulation ne pouvait pas rester insensible. Le titre est alléchant, provocateur même. Stavros Mavroudeas propose ainsi un ouvrage assez fouillé sur la théorie de la régulation. En s’intitulant Limits of Regulation, le titre amalgame toutefois les limites propres à la théorie de la régulation à celles des politiques de régulation considérées selon l’acception de réglementation ou de contrôle par l’État et ses agences. L’auteur semble faire référence aux limites de la régulation à l’anglo-saxonne dans le cadre d’une période marquée par les dérives du capitalisme financiarisé et sa crise. Dès la lecture du titre, un doute est entretenu à propos de la dénomination même de la théorie de la régulation au lieu d’être dissipé. L’expression simplifiée « Regulation », que Mavroudeas utilise pour dire « Regulation Approach » (expression cependant utilisée, notamment dans la première phrase de l’ouvrage, les titre et sous-titre de la première partie, et par ailleurs le titre de sa thèse de doctorat1) ou « regulation theory », voire « french regulation theory », ou encore « regulation school », est propice à la confusion avec la notion de régulation à l’anglo-saxonne2.

2Certes le terme de régulation est à même d’engendrer des méprises. L’essor de la logique de régulation dans le cadre des politiques néolibérales n’a d’ailleurs pas été favorable à l’identification de ce qu’est le concept de régulation à la française, associé au mode de régulation. Robert Boyer s’est pourtant employé à maintes reprises à expliquer que « les mauvais usages de la régulation chassent les bons » (Boyer, 1986, p. 30), précisant « ce que la théorie de la régulation n’est pas » de façon à lever « quelques malentendus » (Boyer, 2004, p. 7)… Ce sont là autant de précautions que Mavroudeas élude. Pour éviter les malentendus rappelons que les auteurs de la théorie de la régulation préfèrent généralement utiliser en anglais le terme français en gardant l’accent (régulation). C’est le cas dans l’ouvrage de référence de Boyer et Saillard, Régulation Theory. The State of the Art (2002).

3Précisons donc en nous référant à une définition classique, que la régulation recouvre l’acception suivante : « conjonction des mécanismes concourant à la reproduction d’ensemble, compte tenu des structures économiques et des formes sociales en vigueur » (Boyer, 1986, p. 30).

1. Les limites d’un travail d’histoire de la pensée économique… qui n’en est pas un

4La théorie de la régulation est caractérisée par la nécessité de construire un certain nombre de concepts intermédiaires autour des concepts centraux, adaptés à leur objet, il est intéressant de voir de quelle façon Mavroudeas en rend compte. De facto, pour ce qui est de la description des principales notions (mode de régulation, régime d’accumulation, formes institutionnelles…), l’ouvrage est assez fidèle, bien que sans originalité. Il reste pourtant daté, les nouvelles constructions ne sont pas considérées, cela ne rend ainsi pas compte des « limites » qu’indique le titre.

1. 1. Un problème éditorial

5Une impression étrange prend immédiatement le lecteur, comme un retour vers le passé. Il relit le titre et l’introduction, mais rien n’indique que c’est un ouvrage d’histoire de la pensée. Au contraire, l’ouvrage se situe dans un présent qui se serait arrêté en 1990. Une série de questions se posent alors : est-il légitime de parler du corpus de la théorie de la régulation en s’arrêtant à cette date ? Et comment traiter de sa capacité à rendre intelligible le capitalisme sans prendre en compte ce qui s’est passé depuis ? Et enfin, comment reprocher à la théorie de la régulation son manque de vision sur le post-fordisme en restant figé à 1990 ?

6Le lecteur se prend à penser que c’est une erreur d’édition, que la thèse de Mavroudeas a connu quelques délais éditoriaux. Mais 22 ans de retard, c’est trop. Le lecteur imagine ensuite que l’ouvrage va traiter de ce qui s’est passé depuis 1990, et poursuit la lecture. En vain.

7Il s’agit peut-être au final d’un ouvrage d’histoire de la pensée économique. Mais en n’assumant pas cette posture de recherche et en tirant des conclusions au présent, l’auteur se situe hors des règles scientifiques. Et l’historien de la pensée ne s’y retrouvera pas non plus à la lecture.

8De ce point de vue la bibliographie est éloquente. Sur 11 pages, à peine 10 % des références sont postérieures à 1990 et moins de 10 datent d’après 2000 (comptant seulement trois auteurs pour les 12 dernières années : Ben Fine, Bob Jessop et l’auteur lui-même). De plus les références postérieures à 1990 sont exclusivement critiques à l’encontre de la théorie de la régulation et aucune d’auteurs régulationnistes. Cela ne permet donc pas d’assurer les conditions ouvertes d’un débat d’idées ; débat qui identifierait les propositions, les critiques, les réponses. Il n’y a donc pas vraiment de discussion de l’évolution longue de la construction régulationniste, ni de mise en perspective de sa capacité à faire face au post-fordisme et sa délicate caractérisation ; alors même que c’est un point de critique récurrent. Ainsi aucune référence n’est faite à Amable, Lordon, Théret, quasiment rien sur Orléan, pour ne citer que quelques auteurs visibles.

9Peut-être la thèse de Mavroudeas est-elle qu’il ne s’est rien passé depuis 1990 : ni dans le « capitalist development » (sous-titre de l’ouvrage), ni dans la théorie de la régulation. Ce serait bien étrange. On reviendra sur ce point, qui suppose de rendre a minima justice à ce qui a été fait, même si c’est pour énoncer ce qui a pu décevoir. En effet la déception est la posture de l’auteur. Cantonner la théorie de la régulation à ses fondateurs est une opération qui évacue les évolutions de la pensée et ne permet pas de percevoir ce qui a fait école (et ce qui n’a pas fait école). Cette opération nie l’héritage théorique et méthodologique de la théorie de la régulation qui forme pourtant une sorte de bien commun.

10Lorsque Mavroudeas évoque « The lack of general theoretical framework » qui conduit « to its present (sic) crisis of identity » (p. viii), le lecteur est dérouté. Parle-t-il de 1990, ou de maintenant ?

11Le problème éditorial est donc majeur, car l’auteur s’autorise à écrire, p. 42 en référence à des ouvrages de 1982, 1984 (qualifié de « more recent [sic] »), voire 1986 (non cité en bibliographie), « nowadays (sic) it has become quite difficult to find much unanimity among regulationnists... ». De quoi parle l’auteur ? L’ouvrage a-t-il été relu ? Si oui en quelle année ?

1. 2. Une chronologie tronquée, sans les institutions propres de la théorie de la régulation

12Lorsque Mavroudeas s’intéresse à « The Identity of Regulation » (p. 6 et s.), il se demande si c’est une école et conclut : « Thus today (sic) the term ’Regulation Approach’ is accepted as being more appropriate than “Regulation School” ». Pour cela il renvoie à Lipietz et sa définition de qui est régulationniste en 1985. Quel est l’apport maintenant ?

13Pourtant la question des filiations, des courants fondateurs et variés (école de Grenoble, capitalisme monopoliste d’État, analyse des cycles longs...) est importante. Mais l’ouvrage n’apporte rien de neuf. Si l’on veut montrer que la théorie de la régulation a failli à produire un modèle alternatif à la théorie néo-classique ou au marxisme, il faut s’atteler à montrer ce qui a été produit, et ce qui a été ensemencé, pour éventuellement expliquer ce qui n’a pas été produit. Car entre le rêve du milieu des années 1970 et aujourd’hui, nombre d’étapes ont revisité le fantasme d’une théorie générale alternative. Ainsi arrêter l’histoire en 1990 empêche de voir que la théorie de la régulation dite parisienne a imposé de fait sa lecture historicisée du capitalisme en développant des concepts communs qui permettent de caractériser chaque période, et cela sans recourir à l’élaboration de loi universelle. Comme l’explique Billaudot, la théorie de la régulation a « profondément évolué et elle n’est aucunement stabilisée dans une forme transmissible. Certains décèlent en cela un éclatement. On peut, au contraire, considérer cette évolution comme normale et même souhaitable pour un programme de recherche conséquent et la voir comme un processus de construction d’une théorie institutionnelle originale » (Billaudot, 2001, p. 11).

14Quant à discuter de savoir si la théorie de la régulation est une école ou pas, il faudrait pour cela s’intéresser à son propre processus d’institutionnalisation. Celui-ci donne à voir des espaces de construction, de diffusion et d’échange (du colloque de Barcelone – qui a pourtant lieu avant 1990 – aux Forums de la régulation, en passant par les écoles d’été de La Rochelle), des supports (de la Lettre de la régulation à la Revue de la régulation en passant par L’Année de la régulation ou la série Régulation d’Économie appliquée). Mener ce travail montrerait certainement l’affaiblissement institutionnel dans un contexte de domination de la pensée standard, ainsi que les difficultés des laboratoires et collectifs qui contribuent ou ont contribué à la théorie de la régulation (cf. le déclin du CEPREMAP comme haut lieu de la théorie de la régulation, la pérennité de l’organisation autour de l’association Recherche & Régulation etc.). Mais ce travail institutionnaliste, à propos de la théorie de la régulation en tant qu’école, nous n’en avons que des bribes, pour la plupart connues et anciennes.

1. 3. Au-delà du fordisme… rendre justice à quelques travaux régulationnistes plus récents

15Malgré ce repli sur la phase initiale de la théorie de la régulation, Mavroudeas distingue cinq périodes. Découper tant de sous-périodes en 12 ans, alors qu’il ne s’agit somme toute que du premier âge de la théorie de la régulation laisse envisager tout le travail qu’il aurait pu fournir en intégrant les périodes suivantes. Suppléer à ce travail non fait n’est pas l’objet de la présente note, mais arrêtons-nous un instant sur une question clé : quel régime d’accumulation succède au fordisme lui-même caractérisé par un régime d’accumulation intensif ? De ce point de vue, la critique de Mavroudeas est commune aux travaux de Jessop (cf. entretien dans ce numéro) selon lequel la théorie de la régulation a échoué face à la crise du régime fordiste, car elle s’est révélée incapable de comprendre, caractériser et nommer le régime qui lui succède (cf. Jessop, 1997).

16Les années 1990 débouchent pourtant sur la caractérisation de différentes caractérisations, d’un nouveau régime, qui sont l’objet de nombreuses contributions. Ce nouveau régime ne correspond donc pas à un moment unitaire pour la théorie de la régulation. Cette absence d’unité engendre une critique récurrente, développée par différents auteurs marxistes, tel Husson qui qualifie la « plasticité » des modes de régulation de « pratiquement illimitée » ouvrant la porte à « une combinatoire sans fin » (2001, p. 178).

17Il y a bien durant les années 1990 une difficulté à nommer le régime ; les désignations varient ainsi au cours de la période (cf. la synthèse de Clévenot, 2008). Parmi les propositions marquantes se trouve à nouveau le travail d’Aglietta sur les États-Unis qui propose la caractérisation d’un « régime de croissance patrimonial » (Aglietta, 1998). Le régime financiarisé émerge toutefois dans un seul pays et s’exerce grâce à une domination financière. La difficulté à laquelle se trouve confrontée la théorie de la régulation provient du caractère instable du régime (avec la question de savoir si l’on peut définir un régime avec si peu de stabilité) et du fait qu’il ne repose pas sur un régime d’accumulation commun à un ensemble de pays, à la différence de l’accumulation intensive qui précède. Il n’y a donc pas de généralisation d’une dynamique d’accumulation ; et c’est un point de tension pour la théorie de la régulation qui cherche à identifier “un” (i.e. un seul) régime d’accumulation. Or le régime américain est asymétrique, non diffusable (hormis partiellement en Grande-Bretagne). Mais étant mondialisé, il (dé)structure les régimes nationaux. Pour Lordon (1999) on peut identifier un régime d’accumulation financiarisé qui coexiste cependant avec une pluralité de modes de régulation. Ainsi la discussion à propos du nouveau régime est liée à l’émergence d’un régime de croissance qui n’est pas un régime d’accumulation. Ceci induit un long débat à propos du régime financiarisé, de son impossible reproduction interne et de son caractère non généralisable au reste du monde à partir des États-Unis. Autant de caractéristiques qui ne permettent pas de le qualifier de régime d’accumulation (Clévenot, 2008).

18La caractérisation du régime d’accumulation a donné lieu à des contributions nettement distinctes, qui s’éloignent de la dynamique propre à la finance. Elles focalisent pour certaines sur un régime à « dominante immatérielle » (du Tertre, 2007) et pour d’autres (plutôt en discussion avec la théorie de la régulation que dans la théorie de la régulation), sur l’émergence d’un « capitalisme cognitif » dans lequel la connaissance est l’objet même de l’accumulation (Colletis et Paulré, 2008).

2. Théorie de la régulation contre Marx ? Un inutile procès

19On vient de voir que la théorie de la régulation a été confrontée à une difficulté qui est issue de sa méthode et de son objet : travailler sur des faits stylisés et rendre compte des formes historiques stabilisées. C’est une difficulté, car ces régulations ne s’observent qu’ex post. La théorie de la régulation n’a donc pas produit seulement le fordisme, mais les concepts nécessaires à l’exploration historique des sociétés. Il faut ensuite aux chercheurs toujours s’immerger dans des masses de données empiriques (quantitatives, qualitatives) pour comprendre l’évolution des sociétés. Plutôt qu’une théorie générale, la théorie de la régulation est une théorie fondée sur la variabilité historique raisonnée du réel. Cela forme une différence majeure avec la production d’une théorie générale qui vise à fonder une explication de portée universelle.

2. 1. La théorie de la régulation n’est pas une théorie générale

20Une des « Limites » de fond signifiée par Mavroudeas, se trouve dans le malentendu qui consiste à énoncer que la théorie de la régulation n’est pas parvenue à produire de théorie générale, alors qu’à bien y regarder cela n’a pas été son objet essentiel. Et c’est la réussite même de la théorie de la régulation au sein de l’hétérodoxie dans les premiers temps de la crise du fordisme qui a suscité tant d’attentes. C’est aussi la réussite d’une large diffusion dans le monde des idées qui a suscité nombre d’usages communs, diversifiant le corpus de la théorie de la régulation.

21Il est possible de situer ici le piège pour les travaux régulationnistes : avoir caractérisé le fordisme est considéré comme le résultat principal de la théorie de la régulation. Cette simplification, qui provient de la dissémination de la notion de fordisme, tend à passer sous silence la façon dont la théorie de la régulation produit d’abord une méthode, une manière de saisir les contradictions inhérentes à un régime tout en mettant à jour les institutions qui permettent d’assurer, temporairement, son unité et sa stabilité.

  • 3 Le propos de cette note ne traite pas des autres courants historiques que l’on considère aux côtés (...)

22Bien sûr à relire certains engagements des années 1970 à faire une théorie générale unifiée, on perçoit l’origine de ce dépit. Pourtant, il y a en vérité peu de signaux attestant d’une volonté de produire une théorie alternative globale à la théorie néo-classique ou à l’analyse marxiste. On trouve de façon plus implicite qu’explicite l’ambition d’une théorie générale chez Aglietta (1976). Mais si l’ouvrage est au fondement de la théorie de la régulation, les travaux régulationnistes suivants n’ont plus cette ambition. L’ouvrage fondateur d’Aglietta se situe dans une des approches les plus directement marxistes de l’ensemble de la construction régulationniste3, en cela il est marqué par l’idée de construction d’une théorie générale. On peut toutefois lire l’ouvrage d’Aglietta comme n’étant pas essentiellement séminal quant à sa dimension totalisante, mais au contraire sur sa capacité à produire des concepts qui vont nourrir une approche « intermédiaire », elle-même en lien étroit avec le réel, les faits stylisés.

  • 4 « Crise et inflation pourquoi ? : Ce titre doit être d’abord pris à la lettre. Malgré l’ampleur de (...)

23Un autre auteur porteur de cette ambition est Alain Lipietz, notamment dans Crise et inflation pourquoi ? (Lipietz, 1979). On se trouve là encore au tout début de la théorie de la régulation. L’influence marxiste est essentielle, induisant un propos totalisant, bien que l’auteur s’en défende4. D’un certain point de vue, le propos de Lipietz s’inscrit dans une perspective de loi universelle. Il y a bien eu naguère au sein de la théorie de la régulation des discussions plus principielles, maniant un haut niveau d’abstraction, cependant l’ensemble de la construction postérieure à 1980 va vers une construction associée à la production de faits stylisés et de ce fait s’éloigne d’une théorie générale visant à produire des lois universelles. La théorie de la régulation est certes née du croisement de deux théories générales (Marx, Keynes), mais elle reste profondément affiliée à l’école des Annales. Ainsi l’historicisation (qui peut en effet être la base d’une théorie générale, comme chez Marx) est à l’origine d’une pensée tournée vers les faits et l’histoire. Discuter de la théorie de la régulation dans une lecture essentiellement marxiste, et juger de sa capacité à travailler les catégories marxistes (notamment la théorie de la valeur-travail), comme c’est le cas chez Mavroudeas, ainsi que nombre d’autres auteurs, sous-estime cette triple filiation. Cette lecture ne comprend pas le lien très étroit à l’école des Annales, que l’on ne saurait évacuer en le considérant comme un effet de mode ou un effet quasi mimétique dû à la domination de ces deux pensées (Annales et théorie de la régulation) dans leurs champs respectifs (p. 41).

24L’approche de la théorie de la régulation est généalogique ou génétique. La genèse et la fonction des institutions doivent être distinguées. C’est ainsi que procèdent Théret (2008) et le groupe pluridisciplinaire qui l’entoure à propos de la monnaie, en s’opposant à une définition de la monnaie à partir de ses fonctions. L’approche génétique conduit la théorie de la régulation, dans la perspective de l’institutionnalisme historique, à rejeter le fonctionnalisme, en prenant ainsi ses distances avec une certaine lecture de Marx (cf. Labrousse, 2006).

2. 2. La théorie de la régulation une théorie middle range ?

25Le point central de l’ouvrage est nourri de la déception de ne pas voir la théorie de la régulation produire une théorie générale. Mavroudeas développe assez longuement l’idée (dépréciative dans son esprit) que la théorie de la régulation est, est devenue, une middle-range theory. Citons l’argument critique central: « The spinal column is its methodology. Regulation belongs to the category of ‘middle-range’ theories that are opposed to ‘grand theory’ tradition (theories covering the whole spectrum, from abstract laws and concepts to empirical analysis) and that are based on a rejection of abstract general laws and general theory in favor of intermediate concepts with almost immediate identification with the most concrete phenomena or with empirical observations believed to be so (‘stylized facts’) » (p. 44).

  • 5 Même si l’entrée des régulationnistes en politique ne fait pas l’objet d’un bilan très positif, cf. (...)

26Non seulement il y a méprise dans l’interprétation consistant à considérer la théorie de la régulation comme ayant un programme de théorie générale au sens de « grand theory tradition », mais surtout c’est un procès clos depuis 20 ans. L’absence de la théorie de la régulation sur le champ de la théorie de la valeur (sur lequel on revient plus loin), mais plus fondamentalement le refus de définir des lois générales est un trait saillant de la théorie de la régulation. Est-ce à dire que la théorie de la régulation est pour autant une méthodologie ? Formuler cela ne permet pas de comprendre la capacité à engendrer des concepts de portée générale dont l’objet est aussi de revenir vers le réel5. En effet, la théorie de la régulation produit essentiellement des concepts intermédiaires liés entre eux, formant un corps doctrinal dont le caractère bouclé et cohérent a été largement expliqué. Les ouvrages de base de Boyer de 1986 et 2004, comme celui de Boyer et Saillard (1995 en français et 2002 en anglais), fournissent de ce point de vue un socle clairement identifié. On a déjà dit la complexité de la période ouverte par la crise du fordisme, puis par l’émergence d’un régime financiarisé, et sa crise actuelle. Face à cela peut en effet se poser la question de poursuivre une discussion de « grand theory », cependant les échanges au sein des hétérodoxies, régulationnistes notamment, ont gagné à travailler sur des faits stylisés et des concepts intermédiaires, même si les analystes universalistes gagnent de leur côté en simplification ou dénonciation.

27L’explication principale du rejet de la théorie de la régulation dont fait preuve Mavroudeas se trouve dans la critique de l’héritage de Marx dont fait preuve la théorie de la régulation. Disons pourtant que la théorie de la régulation opère plus une mise à distance du marxisme que de Marx. L’auteur critique cependant cette prise de distance tant vis-à-vis du marxisme orthodoxe que de l’analyse standard, et fait comme si la théorie de la régulation visait à tenir les deux corpus à équidistance : « The more recent (sic) dictums of Aglietta and Brender (1984) against both neoclassicism and marxism for their common totalizing and totalitarian character... » (p. 42).

28Bien sûr ce n’est pas seulement la distance prise avec le marxisme qui pose question à Mavroudeas, mais son interprétation, qu’il qualifie de « gross mirepresentation with regard to marxian dialectics » (p. 71). Avant cela (p. 70) Mavroudeas se désole qu’à sa critique (sa thèse de 1990) n’ait pas été donné de réponse. Il a beau réduire la théorie de la régulation à une middle-range theory, avec des arguments d’autorité dévalorisants (p. 74, par exemple), cela ne répond pas à la question clé : durant cette période aurait-il été plus utile de viser à faire avancer une grand theory totalisante, univoque ? Le lecteur aimerait savoir ce que Mavroudeas propose plus concrètement. Développant une critique qui se retranche derrière un marxisme académique, Mavroudeas s’empêche de réfléchir à la nature de la filiation marxiste et ne perçoit pas de quelle façon les rapports sociaux capitalistes structurent l’ensemble des concepts régulationnistes (rapport marchand, rapport salarial, régime d’accumulation…)

29Mavroudeas prête ainsi à la théorie de la régulation une vision non-conflictuelle de la société. Sa posture est simple: « Regulation ends up implicitly denying the existence of class-struggle unless it is institutionally expressed » (p. 111). Il poursuit en se demandant comment il a été possible, sans lutte, de passer à la consommation de masse sans combativité ouvrière. Il s’agit là d’une critique souvent entendue, systématisée par Brenner et Glick, (1991 ; une des rares références datant d’après la thèse de Mavroudeas). Cette critique est caractéristique du regret à l’égard de la non-fidélité à l’orthodoxie marxiste. Mavroudeas minimise ainsi la complexité et la conflictualité que recouvre le concept de compromis social institutionnalisé et le fait que les formes de régulation émergent précisément pour rendre soutenables les tensions produites par le régime d’accumulation. Il n’y accorde à vrai dire que très peu d’attention, alors que c’est une clé de compréhension des processus de stabilisation temporaire des conflits qui sont au cœur du concept de mode de régulation. Son attention à la lutte des classes semble l’empêcher de saisir la construction de ces compromis, qui précisément résultent d’un rapport de force. Peut-être une vision idéalisée du fordisme en tant qu’âge d’or s’est-elle en effet diffusée dans les usages variés que l’on a pu faire ici et là du fordisme, mais ces usages ne relèvent pas de l’analyse régulationniste, et donc ne devraient pas se trouver dans une critique de la théorie de la régulation se présentant comme scientifique. Les rapports de classe ont laissé la place à différentes approches qui n’ont pas évacué le conflit, que ce soit à propos de la violence (de la monnaie, Aglietta et Orléan, 1982), de la confrontation des puissances (du conatus, Lordon, 2010) ou de la métaphysique des luttes (Lordon, 2008a), etc.

30En intégrant le champ du pouvoir dans son économie politique, la théorie de la régulation a ainsi été un des lieux où il a été discuté du capitalisme et non pas seulement de l’économie de marché. Ceci ne met pas précisément Marx et la théorie néoclassique à équidistance. Si Mavroudeas s’était donné la peine de faire l’historique sur bientôt 40 ans, il aurait pu voir de quelle façon la théorie de la régulation expérimente dans la durée et dans ses méandres l’historicité de sa propre construction. Et à travers le changement radical de régulation du capitalisme, la théorie de la régulation évite la simplification d’une théorie générale monocausale. La critique de Mavroudeas est au final une réaction à la critique que la théorie de la régulation formule à l’égard du marxiste orthodoxe et à la façon dont elle revisite Marx en s’accordant un droit d’inventaire (Boyer, 2007).

31Plutôt que de s’arrêter sur la distance prise à l’égard d’une lecture totalisante de Marx, Mavroudeas pourrait regarder comment la caractérisation des formes institutionnelles a permis de passer de rapports abstraits à des rapports sociaux ancrés historiquement et territorialement. La théorie de la régulation n’offre en effet aucune explication universelle ; elle s’intéresse au capitalisme sans en produire une vision systématique, préférant comprendre les agencements historiques et spatiaux (i.e. les modes de régulation, voire les capitalismes). Dans la suite de l’institutionnalisme historique, la théorie de la régulation refuse une vision téléologique de l’évolution des sociétés. Les concepts s’adossent sur une causalité cumulative et séquentielle. Le temps est donc essentiel, marqué par la présence d’irréversibilité et par l’effet du politique et des représentations sociales (Boyer et al., 1991). La causalité est ainsi séquentielle, mais aussi circulaire et récursive, avec un retour de l’effet sur la cause. L’analyse est ainsi marquée par la dialectique. L’héritage marxiste se prolonge ainsi dans la conception des rapports sociaux tels qu’ils sont notamment caractérisés dans les formes institutionnelles, de même que dans le caractère central du régime d’accumulation.

32Un point de discussion manquant à propos du lien au marxisme est la discussion sur la fonctionnalité, notamment la fonctionnalité sectorielle qui a une dimension mécanique dans la lecture marxiste (cf. modèle à deux sections biens de consommation biens de production, Bertrand, 1983). Les travaux sectoriels, d’abord sur le bâtiment et les travaux Publics et la pétrochimie (du Tertre, 1989), puis sur le secteur vinicole (Bartoli et Boulet, 1990), ont mis en question cette lecture fonctionnaliste en opposant la notion de « semi-fonctionnalité » dans le but de caractériser la variété de dynamiques sectorielles issues de leur histoire sectorielle propre (Boyer, 1990). Cette approche réfute le fonctionnalisme, en montrant que l’évolution propre des secteurs a en retour une influence sur la dynamique d’ensemble, qui dépend de la nature du régime d’accumulation (Laurent et du Tertre, 2008). La semi-fonctionnalité du secteur à l’échelle macroéconomique résulte d’un rapport dialectique entre une dimension fonctionnelle macroéconomique et une dynamique sectorielle propre. Les transformations sectorielles sont ainsi montrées comme constitutive de l’instabilité structurelle du régime d’accumulation dans la période post fordiste. Une telle dynamique de travail a au final pour objet de construire de manière plus dialectique et historique les passages macroéconomie - mésoéconomie.

33La théorie marxiste qui est la référence de Mavroudeas est une théorie qui se veut à la fois historique et générale. Elle adopte une vision téléologique de l’histoire qui rend difficile le rapport à l’évolution du ou des capitalismes. La tension est ici à propos de la définition même d’une théorie générale : faut-il rechercher des lois universelles ? La théorie de la régulation est cependant générale à un autre titre, en ce qu’elle propose une théorie exploratoire reposant sur des concepts généraux, dont certains correspondent à un héritage marxiste. Ces concepts ne prennent sens et contenu que dans l’observation historique des sociétés. Pour la théorie de la régulation, le cadre conceptuel exploratoire a une dimension de généralité, il en est de même de la notion de régularité située. Et donc, comme les régularités sont situées, il convient en permanence de les réinterroger en s’attelant à styliser les faits.

34Il convient de revenir au fait que la théorie de la régulation adopte une démarche abductive de construction de l’objet, au sens où l’entend la philosophie pragmatique américaine dans l’esprit de John Dewey. Elle s’intéresse à l’émergence endogène de la nouveauté (notamment les faits inattendus, surprenants) au travers de processus historiques. Partant des faits stylisés, la théorie de la régulation propose la construction d’un corpus théorique adapté à cet objet, par assemblage et emprunts si nécessaires. La construction même de l’objet (le régime, sa régularité, ses crises) est donc conjointement une étape fondamentale de la recherche (i.e. une méthode) et un résultat de cette recherche.

  • 6 C’est d’ailleurs vrai aussi pour les sciences dites exactes.

35Il nous semble au final que la théorie générale à laquelle se réfère Mavroudeas renvoie à une représentation de la science qui a été amplement revisitée. Ainsi, dans les sciences sociales6 se référant au temps, depuis l’institutionnalisme historique et l’école des Annales, l’existence de généralités dont la durée et la vérité correspondent à des phases temporelles définies est de plus en plus couramment admise. Dans la théorie de la régulation, l’existence de régularités, propres à un mode de régulation, est démontrée par la mise en correspondance d’un régime d’accumulation et des formes institutionnelles. Cette conceptualisation a permis d’identifier les éléments et les agencements les plus caractéristiques d’une période historique, sans que pour autant ils ne disparaissent totalement de l’explication d’une autre et sans négliger non plus la façon dont le fonctionnement d’un mode de régulation en génère de nouveaux. Théoriquement, la régularité exprime bien une généralité, mais l’acceptation de son caractère historique, donc fini, oblige à comprendre les causes de son dépassement. La question épistémologique n’est donc plus à propos d’une théorie générale, mais à propos de la capacité d’une théorie à produire une représentation intégrant l’unité, la diversité, la durée. Le temps est premier, sans téléologie.

2. 3. De la distance à l’égard de la théorie de la valeur… à sa réintégration dans un débat de fond

36Les débats à propos de la théorie de la valeur, puis la distance prise avec la théorie de la valeur, constituent un autre point de critique envers la théorie de la régulation.

37Bien que Mavroudeas accorde un long développement à la théorie de la valeur travail, cela n’a pas été historiquement central dans la construction de la théorie de la régulation qui a laissé en jachère un point clé pour l’analyse marxiste. Nadel a caractérisé ce relâchement de l’attache marxiste après les travaux initiaux d’Aglietta et Lipietz : « la plupart des travaux régulationnistes font abstraction du problème, se contentant pour ce qui est de la recherche appliquée, de l’utilisation des données courantes et d’une modélisation stylisée », il ajoute « l’effort déployé par la régulation pour constituer un fondement théorique sur la question de la valeur, des prix et de la monnaie en filiation avec Marx existe mais reste dispersé et ambigu » (Nadel, 2002, p. 42). Mavroudeas en s’arrêtant à la période la plus directement marxiste de la théorie de la régulation, et en portant lui-même un regard centré sur une lecture de Marx, ne voit pas la place que la monnaie joue dans l’ensemble de la construction, en lien étroit avec les travaux d’Orléan. L’auteur, après avoir passé un long chapitre sur la théorie de la valeur qui n’est donc pas centrale dans la théorie de la régulation, reconnaît en une phrase rapide de la dernière page qu’il n’a pas traité de la monnaie, du crédit et de l’inflation ; laissant la place à une analyse plus que partielle ! La lecture marxiste de Mavroudeas insiste sur des auteurs fondateurs qui ne sont plus les principaux porteurs de la théorie de la régulation, qui n’est ainsi plus seulement celle portée par Aglietta dans ses fonds baptismaux. L’éloignement de la théorie de la valeur travail est une critique pérenne exercée par la composante marxiste en discussion avec la théorie de la régulation, on la retrouve dans le présent numéro de la Revue de la régulation : « Considérant les contradictions et les limites de la théorie valeur-travail, Aglietta et Orléan (1982 puis 2002) vont choisir de rompre avec la théorie de la valeur pour y substituer la question de la monnaie » (Montalban, 2012).

38Il en est ainsi depuis Aglietta et Orléan (1982), ce qui se traduit par une tension forte vis-à-vis de la théorie de la valeur-travail. Les auteurs avancent qu’« Il faut rompre avec la théorie de la valeur et lui substituer une analyse de la monnaie comme processus par lequel les sociétés marchandes se structurent et accèdent à une existence stabilisée. Pour le dire de manière schématique, les économistes ont eu pour habitude de penser le prix en partant de la valeur, quand, pour nous, son fondement est à trouver dans la monnaie. “Valeur versus monnaie”, telle est, selon nous, l’alternative essentielle. » (2002, p. 24). L’entrée par une économie monétaire (d’inspiration keynésienne cette fois) dans laquelle la monnaie précède l’échange conduit à la prise distance à l’égard de la théorie de la valeur-travail. Lordon et Orléan vont montrer, plus tard, que « monnaie et valeur constituent une seule et même réalité » (2007).

  • 7 On pourra d’ailleurs lire dans le n° 13 de la Revue de la régulation à paraître en 2013, la réponse (...)

39Cette dynamique se retrouve dans Orléan (2011), qui en reconsidérant la théorie de la valeur en opposition à toute approche substantive trace le chemin pour que la pensée économique refonde son insertion dans les sciences sociales. Cela montre que non seulement le débat n’est pas abandonné, mais surtout qu’il est central, tant pour la théorie de la régulation que pour l’hétérodoxie, en ce qu’il traite du lien de l’économie avec les sciences sociales en réintégrant la valeur dans le champ du lien social par le biais de la discussion de la valeur en substance. Au final, la question de la théorie de la valeur travail nous montre que les débats de fond dans la théorie de la régulation sont bien vivants7.

Pour finir. Il n’y a pas de cavalier seul : de la théorie de la régulation à la discussion ouverte...

40On vient de voir que Mavroudeas s’intéresse à la théorie de la régulation en ce qu’elle aurait pu construire une théorie générale, et donc en focalisant sur son unité, ce à quoi la réalité des travaux menés montre que l’objet principal n’est pas celui-là. Il nous aurait paru intéressant de mettre en vis-à-vis de la critique de la faiblesse de la théorie de la régulation en tant qu’école porteuse d’une théorie générale, la nature des discussions ouvertes tant dans la perspective d’une « économie politique hétérodoxe » (sur cette expression, voir Lordon, 2008b), que dans celle des sciences sociales en tant qu’unidiscipline.

41La discussion avec l’économie des conventions paraît une entrée assez évidente et centrale, tant les deux ‘écoles’ ont en commun et en tensions anciennes. Olivier Favereau dans L’État des savoirs explique ainsi de quelle façon il aperçoit « Une convergence » à même de s’opérer entre une théorie de la régulation détachée de ses origines marxistes et « centrée sur les propriétés dynamiques des formes institutionnelles » et une économie des conventions « tournée vers les dynamiques d’apprentissage associées à un ensemble institutionnel donné » (Favereau, 1995, p. 514). Il est intéressant de voir de quelle manière « l’accord », qui prime dans l’économie des conventions, est en tension avec la notion de compromis social institutionnalisé, de la théorie de la régulation qui suppose que ce ne sont pas des conventions communément partagées qui stabilisent les situations. La position de Favereau quant à la conflictualité ou aux rapports de force forme un vis-à-vis à la critique de Mavroudeas qui lui s’exprime précisément sur l’abandon supposé des rapports de classe.

42Ce qu’entrevoit Favereau dans ce texte est un ensemble institutionnaliste avec une dimension macroéconomique (théorie de la régulation) et des fondements microéconomique (économie des conventions).

  • 8 Il faudra attendre près d’une décennie pour une relecture sérieuse des points de convergences ; voi (...)

43On ne reviendra pas ici sur les tensions fortes que connaîtront les relations entre théorie de la régulation et économie des conventions dans les années 2000, lorsque Amable et Palombarini (2005) mettent en avant l’idée que les deux approches sont irréductibles l’une à l’autre, et ont pour projet scientifique d’en organiser l’incompatibilité : l’économie des conventions naîtrait d’un péché théorique originel niant le caractère structurant des conflits et des rapports de pouvoir, et posant en principe substitutif l’existence d’un prétendu intérêt général (fut-il fractionné selon des procès de légitimité différents que sont les cités). On peut formuler une double remarque : d’une part, on est en droit de penser que la forme donnée au débat convention/régulation, qu’il faut séparer du fond, a tourné à la coupure8 ; d’autre part, on peut penser que le débat sur l’existence de l’intérêt général ou sur sa mise en spectacle par les acteurs hégémoniques de compromis institutionnalisés est consubstantiel à l’ensemble des sciences sociales. Cela justifie d’autant plus un programme de convergence qui passe par la construction des arènes de dialogue.

44La théorie de la régulation dans sa version originelle est marquée par le structuralisme (althusserien), puis porte son attention sur les conflits d’intérêts et les rapports de domination en lien avec la théorie de l’action de Pierre Bourdieu. La discussion avec l’économie des conventions et les emprunts que la théorie de la régulation y fait ont pour vocation de mieux comprendre la dynamique des changements institutionnels en ce qu’elle provient (aussi) des comportements individuels. Nombre de travaux de l’économie des conventions visent ainsi à une approche élargie, et participent d’une part à la dilution des « écoles » au sens étroit et, d’autre part, à la constitution d’espace de mise en commun, avec un enjeu majeur pour les sciences humaines et sociales (Eymard-Duvernay et al., 2006). Les échanges entre l’économie des conventions et la théorie de la régulation ont ainsi à voir avec la construction d’une théorie de l’action articulant les fondements microéconomiques et la démarche structuraliste (cf. Postel et Sobel, 2006). Dans le même esprit de construit commun, on peut situer les travaux visant à fonder une théorie de l’acteur commune à l’économie des conventions et la théorie de la régulation, ce que Bessis désigne par « théorie de la réflexivité limitée » et qui a pour objet d’associer les « relations justifiées » et les rapports de force (Bessis, 2008a). Ainsi, des convergences sont en discussion, au-delà de la théorie de la régulation ou de l’économie des conventions, considérées chacune séparément.

45La discussion s’est parallèlement largement étendue vers d’autres disciplines, notamment les sciences politiques, ce qui est manifeste à propos des échanges en termes de variétés des capitalismes (varieties of capitalism) et se retrouve notamment dans L’Année de la régulation. La théorie de la régulation a mené dès la fin des années 1990 une discussion des travaux de Hall et Soskice (2001) qui ont conduit Amable à caractériser cinq capitalismes (Amable, 2003). La théorie de la régulation s’intéresse alors aux différentes configurations institutionnelles, discutant de la hiérarchie des formes institutionnelles qui permet de définir une variété de modes de régulation autour d’un petit nombre de configurations (Amable et al., 2002) et de leur capacité différenciée à piloter un régime d’accumulation.

46L’approche par les variétés des capitalismes se trouve insérée, voire digérée, par nombre de travaux d’orientation régulationniste (cf. sur les transitions, sur l’Europe…). Considérer la théorie de la régulation comme univoque comme le fait Mavroudeas ne permet pas de situer son évolution dans le temps, par une certaine hybridation de différentes approches. C’est dans ce sens que la dynamique associée aux faits stylisés prend toujours le pas sur la construction théorique générale univoque. Une fois encore c’est le triple ancrage Marx-Keynes-Annales qui domine sur chacune de ces composantes, ce que la lecture exclusivement marxiste de la théorie de la régulation, empêche de voir.

47La théorie de la régulation a ainsi constamment construit des liens au sein des sciences humaines et sociales, avec les sciences politiques et l’histoire particulièrement, mais aussi avec l’anthropologie (cf. Théret, 2008), la sociologie, notamment la sociologie du travail, mais aussi la sociologie économique (Steiner et Vatin, 2009), les sciences de gestion (sur l’entreprise, la responsabilité sociale des entreprises, Lamarche, 2011).

48La notion centrale d’institution a été l’un des objets de cette dynamique interdisciplinaire qui ne se réduit pas à une dynamique d’école. Dans la théorie de la régulation et dans différents courants de l’hétérodoxie, il est devenu de plus en plus central d’ancrer la pensée au sein des sciences humaines et sociales. C’est aussi un élément contextuel majeur que ne peut percevoir Mavroudeas : la théorie de la régulation après 1990 est marginalisée par la domination standard de l’individualisme méthodologique. Il en est de même pour d’autres hétérodoxies d’ailleurs, et c’est aussi le cas pour le keynésianisme, notamment dans sa composante post keynésienne. (Labrousse et al., 2012).

  • 9 Un signal de ce travail étendu entre hétérodoxies est le colloque joint de trois grandes associatio (...)

49Mavroudeas a une vision assez étroite des écoles et de leur besoin de cohérence interne. Dans sa discussion sur l’identité de la théorie de la régulation (p. 6 et s.) il insiste, à la différence de Jessop (1997), de Boyer (2007) ou encore de Théret (2000) sur ce qui différencie, sur ce qui clive. Nombre de démarches récentes de l’institutionnalisme construisent, à l’inverse, d’amples échanges, et façonnent des capacités à produire en commun du savoir institutionnaliste, non seulement dans la pensée économique, mais plus largement en sciences sociales. Ainsi Jessop précise-t-il que nous n’avons pas le luxe de nous situer comme les grands fondateurs des sciences sociales dans une « prédiscipline » unifiée ou non-différenciée. Il conclut « I sometimes describe my work as pre-disciplinary in inspiration, trans-disciplinary in practice (or perspiration!), and post-disciplinary in aspiration » (Jessop, 2012). C’est une perspective que ne perçoit pas Mavroudeas en focalisant sur une logique d’école, alors que ce qui est en jeu actuellement est une capacité de travail en commun9. Si le revers de ces échanges étendus est la dilution de l’école au sens unifié, alors faut-il poser et instruire cette question.

50Sur ce point, Théret (2000) avance vers une discussion unidisciplinaire, propre aux sciences sociales, entre sciences politiques, économie, sociologie. On est loin d’un objet qui devrait se recentrer sur une école. Cette problématique permet ainsi de caractériser différentes approches institutionnalistes (Billaudot, 2009) à partir d’une caractérisation des institutions. Le lien à la philosophie, notamment spinoziste, quant à lui ouvre la perspective de bâtir une théorie générale des institutions en mettant le désir et non l’intérêt au centre des rapports sociaux (Citton et Lordon, 2008). La lecture à partir des « affects » que développe l’anthropologie spinoziste peut d’ailleurs être lue en tant que complément du structuralisme marxiste et non exclusivement en rupture (Lordon 2010).

51C’est ainsi que, plutôt que de pencher pour la (re)construction d’une discipline extérieure aux sciences économiques, dans l’esprit de la nouvelle sociologie économique ou dans celui de la socio-économie, la théorie de la régulation est engagée à participer à une construction collective visant à répondre à la dimension sous-socialisée de la pensée économique orthodoxe, et cherchant à saisir les régularités au-delà des contradictions et des conflits. C’est un enjeu collectif pour l’hétérodoxie que d’insérer l’économie dans les sciences sociales, en intégrant la variété des méthodes, des objets et des paradigmes avec comme perspective les sciences sociales en tant qu’unidiscipline (Orléan, 2005).

52Au final, nous avons rappelé que les enjeux pour notre communauté avaient radicalement changé depuis 1990. Le maintien de la place de l’hétérodoxie dans la pensée et dans la discipline est devenu une question tendue qui engage à travailler les espaces et les conditions de la compréhension du monde, et pas seulement l’unité ou l’universalité d’une école. Il est probablement nécessaire de réinvestir les objets et les concepts de la théorie de la régulation, de continuer à les rendre vivants et de penser aussi au risque d’une dissolution. Il y a certes une tension entre produire des connexions en œuvrant à un ensemble hétérodoxe plus large et maintenir une école au sens étroit. Mais, comme d’école il n’y a plus au sens strict, sentons-nous autorisé, particulièrement dans ces colonnes, à soutenir les études régulationnistes. L’exemple latino-américain (Revue de la régulation, n° 11) est ainsi édifiant quant à la vitalité des travaux et sa proximité avec la politique économique telle qu’elle est menée. Gageons que c’est un bon signal.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta, M., (1976), Régulation et crises du capitalisme, Calmann-Lévy, Paris.

Aglietta, M. (1998), « Le Capitalisme de demain », Notes de la fondation Saint-Simon, n° 101, novembre.

Aglietta, M. et Brender, A. (1984), Les métamorphoses de la société salariale, Calmann-Lévy, Paris.

Aglietta, M. et Orléan A. (1982), La violence de la monnaie, Paris, Odile Jacob.

Aglietta, M. et Orléan A. (2002), La monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob.

Amable, B., (2003), The diversity of modern capitalism, Oxford University press, Oxford.

Amable, B., Ernst, E. et Palombarini, B. (2002), « Comment les marchés financiers peuvent-ils affecter les relations industrielles ? Une approche par la complémentarité institutionnelle », L’Année de la régulation, vol. 6.

Amable, B. et Palombarini, P., (2005), L’économie n’est pas une science morale, Paris, Raisons d’agir, collection Cours et Travaux.

Bartoli, P. et Boulet, D., (1990), “Conditions d’une approche en termes de régulation sectorielle : le cas de la sphère viticole”, Cahiers d’économie et de sociologie rurales, 7-38.

Bertrand, H. (1983), « Accumulation, régulation, crise : un modèle sectionnel théorique et appliqué », Revue économique, 34 6 305-343.

Bessis, F. (2008a), « La théorie de la réflexivité limitée. Une contribution au débat sur l’action entre l’Économie des Conventions et la Théorie de la Régulation », Cahiers d’Économie politique, p. 27-56.

Bessis, F. (2008b), « Quelques convergences remarquables entre l’Économie des Conventions et la Théorie de la Régulation », Revue française de socio-économie, p. 9-25.

Billaudot, B., (2001), Régulation et croissance. Une macroéconomie historique et institutionnelle, L’Harmattan, Paris.

Billaudot, B., (2009), « Les institutions dans la théorie de la régulation : une actualisation », Revue de la régulation, 6, 2e semestre / Autumn.

Boyer, R. (1986), La théorie de la régulation une analyse critique, La Découverte, Paris.

Boyer, R., (1990), « Les problématiques de la régulation face aux spécificités sectorielles », Cahiers d’économie et de sociologie rurales 17, 39-76.

Boyer, R. (2004), Théorie de la régulation. 1. Les fondamentaux, Repères, La Découverte, Paris.

Boyer, R. (2007) « Capitalism Strikes Back: Why and What Consequences for Social Sciences ? », Revue de la régulation n° 1, Juin / June 2007.

Boyer, R., Chavance, B. & Godard, O. Ed. (1991), Les figures de l’irréversibilité en économie, Éditions de l’EHESS.

Boyer, R. and Saillard, Y. (ed.), (2002), Régulation Theory. The State of the Art, Routledge, London & New-York.

Brenner, R. and Glick, M. (1991), “The Regulation Approach: Theory and History”, New Left Review, 188.

Citton, Y., et Lordon, F., (2008), Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l’économie des affects, Éditions Amsterdam.

Clévenot, M., (2008), « Les difficultés à nommer le nouveau régime de croissance », Revue de la régulation n° 3/4, 2e semestre / Autumn.

Colletis, G. et Paulré, B., (2008), Les nouveaux horizons du capitalisme, Economica, Paris.

Coriat, B., Petit, P., Schmeder G. (Eds), (2006), The hardship of Nations. Exploring the Paths of Modern Capitalism, Edward Elgar.

Eymard-Duvernay, F., Favereau, O., Orléan, A., Salais R. et Thévenot L., (2006), « Valeurs, coordination et rationalité : trois thèmes mis en relation par l’économie des conventions », in Eymard-Duvernay F. (dir.), L’économie des conventions, méthodes et résultats, tome 1, Paris, La Découverte, p. 23-44.

Favereau, O., (1995), « Conventions et régulation », in Boyer R., Saillard Y. (dir.), Théorie de la régulation. L’État des savoirs, Paris, La Découverte, p. 511-520.

Hall, P. et Soskice, D., (2001), Varieties of Capitalisms. The Institutional Foundation of Comparative Advantage, Oxford, Oxford University Press.

Hall, P. et Taylor, R. (1996), “Political Science and the Three New Institutionnalisms”, Political Studies, dec.

Husson, M., (2001), « L’école de la régulation, de Marx à la Fondation Saint-Simon : un aller sans retour ? » in Bidet, J. et Kouvelakis, E. (éd.), Dictionnaire Marx contemporain, Paris, PUF, 171-182.

Jessop, B., (1997) “Twenty years of the (Parisian) Regulaiton Approach. Pardox of success and Failure at Home and Abroad”, New Political Economy, 2 (3), p. 503-526.

Labrousse, A., (2006), « Éléments pour un institutionnalisme méthodologique : autonomie, variation d’échelle, réflexivité et abduction », Économie et institutions, n° 8, 1er semestre, p. 5-53.

Labrousse, A., Lamarche, T. et Vercueil, J., (2012), “Developing an Ecological Niche for a France-Based Heterodox Review”, Joint conference AHE, IIPPE, FAPE, Paris, july.

Lamarche, T. (2011) (coord.) « Responsabilité sociale des entreprises, régulation et diversité du capitalisme », Revue de la Régulation, n° 9, 1er semestre / Spring.

Laurent, C. et du Tertre, C. (éd.), (2008), Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, L’Harmattan, Paris.

Lipietz, A. (1979), Crise et inflation pourquoi ? L’accumulation intensive, Maspero.

Lordon F., (1999), « Croyances économiques et pouvoir symbolique », L’Année de la régulation, vol. 3, p. 169-210.

Lordon, F., (1999), « Le nouvel agenda de la politique économique en régime d’accumulation financiarisé », in Duménil, G. and Lévy, D. (éd.). Le Triangle infernal : Crise, mondialisation, financiarisation, Paris, PUF.

Lordon, F. (éd.), (2008a), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Presses de Sciences-Po, Paris.

Lordon, F., (2008b), « Qu’est-ce qu’une économie politique hétérodoxe ? », in Lordon, F. (éd.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Presses de Sciences-Po, Paris, p. 303-339.

Lordon, F., (2010), Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, La Fabrique.

Lordon, et F. Orléan, A. (2007), « Genèse de l’État et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis », in Y. Citton et F. Lordon (éd.), Spinoza et les sciences sociales, Éditions Amsterdam, 2007.

Mavroudeas, S. (1990), “Regulation approach: a critical appraisal”, PhD Thesis, Birkbeck College, University of London.

Montalban, M. (2012), « De la place de la théorie de la valeur et de la monnaie dans la théorie de la régulation : critique et synthèse », Revue de la régulation, n° 12, 2e semestre / Autumn.

Nadel, H., (2002), « La régulation et Marx », in Boyer, R. et Saillard, Y. (éd.), Théorie de la régulation, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 40-48.

Orléan, A., (2005), « La sociologie économique et la question de l’unité des sciences sociales », L’Année sociologique, 55, 279-305.

Orléan, A., (2011), L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Seuil.

Postel N. et Sobel, R., (2006), « Quelle théorie hétérodoxe de l’acteur économique ? », in Eymard-Duvernay F. (dir.), L’économie des conventions, méthodes et résultats, tome 1, Paris, La Découverte, p. 131-150.

Ramaux, C. (2012), L’État social. Pour sortir du chaos néolibéral, Mille et une nuits-Essai.

Steiner P., et Vatin, F. (2009), Traité de sociologie économique, PUF Quadrige.

du Tertre, C., (1989), Technologie, flexibilité, emploi : une approche sectorielle du post-taylorisme, L’Harmattan.

du Tertre, C., (2007), « Création de valeur et accumulation : capital et patrimoine », Économie appliquée LX-3, 157-176.

Théret, B. (2000), « Institutions et institutionnalismes : vers une convergence des conceptions de l’institution ? », in Tallard, M., Théret, B. et Uri, D. (dir.), Innovations institutionnelles et territoires, L’Harmattan, Paris.

Théret, B. (éd.), (2008), La monnaie dévoilée par ses crises, éditions de l’EHESS, Paris.

Haut de page

Notes

1 Stavros Mavroudeas a soutenu sa thèse intitulée “Regulation approach: a critical appraisal” en 1990 au Birkbeck College, University of London, sous la direction de Ben Fine.

2 Évoquons la question de la langue de rédaction de la théorie de la régulation, qui engendre probablement des incompréhensions. La théorie de la régulation et la plupart de ses débats ont eu lieu en langue française, ce qui a entravé la diffusion internationale. Pour ce qui concerne cet ouvrage, la bibliographie laisse cependant penser que l’auteur lit le français.

3 Le propos de cette note ne traite pas des autres courants historiques que l’on considère aux côtés de l’école « parisienne » (cf. notamment le capitalisme monopoliste d’État).

4 « Crise et inflation pourquoi ? : Ce titre doit être d’abord pris à la lettre. Malgré l’ampleur de certains développements et leur caractère apparemment systématique, ce n’est pas un exposé sur le capitalisme contemporain. […] Le propos est beaucoup plus mince : non pas “pourquoi la crise ?”, mais “pourquoi cette crise inflationniste », (Lipietz, 1979, p. 7-8).

5 Même si l’entrée des régulationnistes en politique ne fait pas l’objet d’un bilan très positif, cf. la table ronde « Les régulationnistes en politique : la théorie à l’épreuve de la réalité », Forum de la régulation, 10 octobre 2003, Paris. La table ronde peut être écoutée ici : http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=322

6 C’est d’ailleurs vrai aussi pour les sciences dites exactes.

7 On pourra d’ailleurs lire dans le n° 13 de la Revue de la régulation à paraître en 2013, la réponse d’Orléan à la critique de Montalban (2012).

8 Il faudra attendre près d’une décennie pour une relecture sérieuse des points de convergences ; voir dans ce sens le travail de Bessis (2008b).

9 Un signal de ce travail étendu entre hétérodoxies est le colloque joint de trois grandes associations en juillet 2012 : AFEP AHE IIPPE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Lamarche, « Des limites de la régulation… qui peuvent en cacher d’autres », Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/regulation/10006

Haut de page

Auteur

Thomas Lamarche

Rédacteur en chef de la Revue de la régulation. Capitalisme, Institutions, Pouvoirs. Thomas.lamarche@univ-paris-diderot.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page