Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Le retour du « Maître » ?

Robert Skidelsky, Keynes, the Return of the Master
Slim Thabet
Référence(s) :

Robert Skidelsky, Keynes, the Return of the Master, Public Affairs, New York, 2009, 209 p.

Texte intégral

  • 1 « I am becoming more fashionable again », Lettre à Lydia Lopokova datée du 25 novembre 1929, (Keyne (...)

1À l’occasion de chaque crise majeure du capitalisme, l’on assiste à la prolifération des proclamations du retour des anciens grands maîtres. Après avoir été tour à tour enterrées et ressuscitées, souvent pour les raisons de la cause, leurs figures tutélaires sont à chaque fois convoquées. La crise financière et bancaire qui a éclaté au printemps 2007 ne déroge pas à la règle. Elle aura eu au moins un mérite : celui de relancer le flot des publications rappelant John Maynard Keynes à notre souvenir. Il faut dire que, durant ces dernières années, la source s’était quelque peu tarie. S’il était encore vivant, le célèbre économiste de Cambridge aurait probablement dit, exactement comme en 1929, « je redeviens à la mode »1.

  • 2 Dans la même catégorie, signalons celui de Paul Davidson (2009).

2C’est dire, en effet, que dans le florilège éditorial, il y a du bon et du moins bon. Disons-le d’emblée, Keynes : the Return of the Master fait certainement partie du très bon cru2. En tant que tel, il appelle un examen sérieux à la hauteur de l’intérêt qu’il suscite et ce, au moins, pour trois raisons. La première est en rapport avec l’importance de l’auteur lui-même ; la seconde concerne son plaidoyer énergique en faveur du retour à l’esprit (et non à la lettre) de Keynes ; enfin, la troisième raison réside dans les interrogations critiques à propos de l’état actuel de l’enseignement de la discipline économique et de la nécessité de le réformer en accordant plus de place notamment à l’histoire des faits et de la pensée.

3La première raison ne doit pas surprendre. L’auteur n’est autre que Robert Skidelsky, l’un des meilleurs spécialistes de Keynes avec Donald Moggridge (1992) et le regretté Gilles Dostaler (2005), qui nous revient avec ce court mais passionnant essai au titre sans ambiguïté. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, Robert Skidelsky est l’auteur d’une biographie monumentale de Keynes, en trois tomes, qui fait désormais autorité. Il aura consacré en effet 30 ans – le contrat initial signé avec Macmillan date de 1970 et le dernier tome de la biographie est sorti en 2000 – et plus de 1700 pages à l’économiste qu’on peut légitimement considérer comme le plus influent du xxe siècle.

  • 3 Cité dans « Les histoires de l’oncle Keynes », Marc Roche, Le Monde, 23 septembre 2009.

4La seconde raison est qu’à la base Skidelsky est de formation historique et non économique. L’auteur, lui-même, tient à le rappeler en affirmant faire avant tout œuvre d’historien et non d’économiste (p. x). Son regard est, en effet, celui d’un historien préoccupé par « le tour dramatique » que les évènements ont pris à la suite de la crise. Prenant de la distance par rapport à l’air du temps, il croit, à tort ou à raison, à la force et à la vivacité de l’esprit des idées, quitte à s’exposer au reproche de l’idéalisme alors que le propre du « Maître » dont il veut célébrer le retour fut, dans le bons sens du terme, un certain pragmatisme. À la faveur de la crise, Skidelsky qui pensait en avoir fini avec l’économiste de Cambridge, n’a pas hésité à reprendre la plume afin, dit-il, de « voir comment ce génie aurait analysé la crise actuelle»3. En soi, le pari est original surtout de la part de quelqu’un qui a développé un rapport presque intime avec Keynes, le personnage et son œuvre, et justifie ainsi le risque de le faire « parler » d’outre-tombe. On peut ne pas être d’accord avec le procédé, mais le risque pris mérite d’être salué. Écrit en l’espace de cinq mois, cet ouvrage, bien construit et qui se lit très agréablement, suscite, en effet, plus de réflexions qu’il n’apporte de réponses définitives.

  • 4 Robert Boyer, André Orléan et le mouvement des étudiants pour la réforme de l’enseignement en écono (...)

5La troisième et dernière raison a pour objet le hiatus entre la crise et les orientations empruntées par l’enseignement de l’économie durant ces dernières années. Skidelsky souligne la responsabilité de ces orientations, et il en tire des conclusions convergentes avec les appels à la réforme de cet enseignement formulés par un certain nombre d’auteurs et/ou de mouvements4. Ce sont ces trois raisons qui offrent, de notre point de vue, les clefs permettant de comprendre la structure de l’ensemble de l’ouvrage ainsi que le sens que l’auteur attribue au « retour du Maître ».

1. De la faillite, encore une fois, de « l’idéologie du laisser-faire »

6Dès les premières lignes, l’auteur insiste sur l’actualité de la pensée de Keynes. Une telle actualité se justifie par deux motifs essentiels : le premier, le moins original mais le plus saillant, est celui des politiques de relance appliquées dès les premiers signes de la crise. Dans la panique passagère, les « adeptes » de ces politiques n’ont pas hésité à aller chercher leur légitimation chez Keynes. Ces politiques ont duré le temps de la panique. Mais la pensée de Keynes ne saurait se réduire à une boîte à outils macroéconomiques qu’on ressortirait en temps de crise pour la ranger aussitôt l’orage passé. Le second motif, le plus important à ses yeux, c’est que certaines de ses idées méconnues incitent à prendre du recul par rapport à nos priorités et nos choix, et à renouer avec une réflexion morale au sens noble du terme sur le projet global dans lequel nous inscrivons l’avenir de l’humanité et les finalités que nous pouvons lui assigner.

7La première partie est consacrée à une analyse critique des approches de la crise (chapitre I), indissociablement liée à l’état actuel de la « science » économique (chapitre II). Skidelsky revient sur les enchaînements depuis les premières secousses sur le marché des crédits immobiliers dits subprime – propagées dans l’ensemble du système financier selon lui par les innovations financières – en passant par la panique des marchés financiers et la paralysie bancaire, jusqu’à la sévère récession dans l’économie productive. C’est la mise en place rapide de plans massifs de sauvetage bancaire et de relance budgétaire qui a permis d’atténuer les effets de la déflagration financière. La volonté de ne pas reproduire les erreurs du passé, vivement dénoncées par Keynes, a poussé les gouvernements à agir vite et fortement. Cet exposé n’est certes pas original, mais il a le mérite de porter l’attention sur une explication alternative, keynésienne en l’occurrence, de la logique des processus qui ont présidé à la crise. C’est moins la politique monétaire inappropriée de la Federal Reserve que l’effondrement du marché immobilier et surtout l’essoufflement (mondial) de la demande qui sont à l’origine de la crise.

8L’auteur adresse ensuite une série de remontrances (« blame games », p. 22) aux banquiers, aux agences de notations, aux fonds de pensions, aux banquiers centraux, aux régulateurs et aux gouvernements, responsables à des degrés divers de la débâcle économique et financière. Mais, selon lui, le mal est plus profond. Tous ont, en effet, en commun l’idéologie du laisser-faire inlassablement combattue par Keynes et qui est revenue en force à la faveur de la contre-révolution néolibérale, particulièrement dans les milieux académiques. La science économique serait en effet responsable au premier chef de cette dérive idéologique à travers deux de ses principaux courants, les nouveaux classiques et les nouveaux keynésiens. Naturellement Skidelsky réserve ses flèches les plus acérées aux premiers, partisans de la théorie des marchés efficients, des anticipations rationnelles et de la théorie des cycles réels (brillamment synthétisés p. 32-42). Les nouveaux keynésiens ne sont pas épargnés pour autant, leur concept central, celui des asymétries d’information étant jugé inopérant. L’erreur des deux écoles est, selon Skidelsky, d’avoir nié coûte que coûte l’incertitude radicale (Keynes, 1936, chap. XII ; 1937) que même le séduisant concept de « cygne noir » de Nassim Nicholas Taleb ne peut pleinement restituer. Il rejoint ainsi la position des postkeynésiens Andrea Terzi (2010) et Paul Davidson (2010). Des postkeynésiens, les héritiers « fondamentalistes » de Keynes, on peut d’ailleurs regretter qu’il en soit trop peu question, sauf à quelques rares reprises (p. 42 et 110).

9La deuxième partie de l’ouvrage retrace le destin (tragique) de la pensée de Keynes. Elle s’ouvre sur un court mais passionnant chapitre relatant une des facettes méconnues de la vie de Keynes, son activité intense de spéculateur (chapitre III). Elle aurait façonné de manière décisive sa pensée économique (qu’on songe à sa description des comportements mimétiques en vigueur sur les marchés financiers) et ses préconisations en termes d’interventions politiques. Là encore l’idée n’est pas nouvelle, Skidelsky (1992) mais surtout Bradley Bateman (1996) y faisaient déjà référence dans des travaux antérieurs.

10Le chapitre IV est un condensé de la controverse entre les (néo)classiques et Keynes, Skidelsky y fait preuve d’une grande pédagogie pour exposer leurs principaux points de discorde. Ce passage peut tout à fait servir de base à des approfondissements en Histoire de la pensée économique et en macroéconomie. De même, les développements sur l’incertitude et les institutions, les conventions, les routines et les habitudes sont très appréciables et montrent la pertinence de la pensée de Keynes dans les débats actuels sur les institutions, et anticipent les récentes « découvertes » de l’économie expérimentale (autour des travaux de Daniel Kahneman, récipiendaire du prix de la Banque centrale de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel).

11Enfin le chapitre V explore les raisons de l’échec de la « révolution keynésienne ». L’interventionnisme des « Trente glorieuses » tout comme la « synthèse néoclassique » n’ont que peu à voir avec la pensée de Keynes selon l’auteur. Skidelsky admet néanmoins que même modérément keynésiennes, les politiques interventionnistes des années 1951-1973 – « l’ère de Bretton Woods » (p. 116) – ont montré bien plus d’efficacité que celles néolibérales inspirées du « consensus de Washington » (1981-2009). L’action collective (nationale et internationale) a donc toute sa place, pour peu que l’on renoue avec les enseignements fondamentaux de Keynes qui sont abordés dans la troisième et dernière partie du livre.

2. L’impératif du retour à l’esprit de Keynes

12Skidelsky rappelle qu’avant de devenir l’économiste que nous connaissons, Keynes s’est beaucoup intéressé à la philosophie, à l’esthétique, à l’éthique et à la morale, à l’épistémologie (théorie des probabilités) ainsi qu’à l’Histoire (rôle et importance des grands personnages et des périodes caractéristiques). Ces réflexions de jeunesse sur le beau, sur le bien, sur le sens de la vie (en société) et des évènements historiques l’ont accompagné tout au long de sa vie et éclairent sa critique virulente du capitalisme, mode de production qu’il considérait comme préférable, du moins pour un certain temps, en tant que technique efficace de création massive de richesse, mais exécrable comme mode de vie [Tutin, 2009].

  • 5 Voir aussi Davidson (2009, chapitre 6) sur ce point.

13Le monde qu’il appelait de ses vœux serait affranchi du problème économique (chômage de masse et inéquité dans la répartition des richesses) et débarrassé de la cupidité. La cité idéale selon Keynes se consacrera alors à l’art de vivre, à la contemplation de la beauté sous toutes ses formes, et à l’enrichissement des liens sociaux (Dostaler, 2005). Mais avant d’atteindre ce monde « utopique » dans lequel l’usage de la liberté devient la question centrale, il est indispensable de procéder à de profondes réformes institutionnelles. Comme le souligne Skidelsky, il faut en effet réaffirmer contre certaines interprétations réductionnistes néoclassiques ou d’inspiration marxiste (Duménil et Lévy, 2012) que le projet de Keynes repose sur deux piliers indissociables, celui de la politique économique (relance), le moins subversif, et celui beaucoup plus radical, de la Réforme institutionnelle5. Cette insistance sur la Réforme institutionnelle qui s’exprime dans la recherche de ce que l’auteur qualifie de « voie médiane » (p. 135 et 163-166), Keynes l’a en commun avec Commons dont Skidelsky rappelle une nouvelle fois – après Skidelsky (1992, p. 229 et 2003, p. 368) – l’influence décisive sur Keynes (p. 164). L’économiste américain est en effet le grand théoricien de l’action collective et l’architecte des réformes institutionnelles de l’État du Wisconsin qui inspireront celles appliquées par Franklin Roosevelt durant le New Deal (Da Costa, 2010).

3. La nécessité d’œuvrer pour la réforme, y compris celle de l’enseignement de l’économie

14Le dernier chapitre (« Keynes for Today »), de loin le plus stimulant et qui justifie pleinement le titre de l’ouvrage, expose plusieurs recommandations inspirées de ce qu’aurait pu proposer le « Maître ».

15Pour Skidelsky, il faut commencer par remettre la finance et les banques à leur place : la « raison raisonnable » (ou prudente) doit l’emporter sur la déraison de la logique financière. Cependant la réglementation prudentielle ne saurait suffire, seule une action politique multilatérale sera à même de maîtriser la finance car les banques sont transfrontières. De plus, le stade très avancé atteint par la mondialisation avec la montée en puissance des pays émergents exige de renouer avec l’esprit qui animait Keynes à Bretton Woods où celui-ci avait proposé en vain un système ingénieux de régulation des déséquilibres internationaux. On se trouve manifestement devant une bifurcation : ou le retour aux États-nations ou le saut vers la régulation au niveau mondial. Il semble que ni l’un ni l’autre de ces deux termes de l’alternative ne soient viables dans l’état actuel des choses, et l’auteur ne tranche pas la question qu’il n’aborde pas frontalement. Skidelsky se contente de célébrer le retour du Keynes non seulement de la Théorie générale, mais aussi sinon surtout de celui qui a mené les combats en partie perdus de Bretton Woods.

  • 6 Christian Chavagneux rapporte sur son blog que Joseph Stiglitz évoquait récemment les modifications (...)

16L’auteur prévient néanmoins qu’un soutien à la demande globale sera encore plus efficace s’il est entrepris conjointement au niveau de l’État-nation et dans le cadre plus large des espaces régionaux homogènes (Union européenne par exemple). Mais, pour Skidelsky, c’est prioritairement sur l’enseignement qu’il faut agir. Si la « science économique » a failli, il convient de la reconstruire sur des bases pluralistes. Les cursus en économie doivent réduire le recours excessif à la formalisation et favoriser l’Histoire de la pensée et des faits économiques ainsi qu’une plus grande ouverture vers les sciences de l’Homme (philosophie morale, sociologie, sciences politiques, etc.)6. Pour l’auteur, une réforme ambitieuse des études supérieures confinerait la microéconomie dans les Business studies (écoles de commerce et de gestion), mettant ainsi à l’abri la macroéconomie qui serait quant à elle associée aux autres sciences sociales et pourquoi pas enseignée dans les mêmes départements universitaires.

  • 7 Il a même été récupéré à travers le désormais célèbre modèle IS-LM. Skidelsky n’évoque pas les rais (...)

17Toutefois, quatre ans après la chute de Lehman Brothers et la panique qui lui fut consécutive, et une fois passé le « moment Keynes », les politiques d’austérité sont de nouveau plébiscitées. Le reproche que l’on peut formuler à l’égard du plaidoyer de Robert Skidelsky, c’est de placer une trop grande confiance dans les idées, négligeant ainsi le rôle des forces sociales capables de porter au pouvoir les idées du « Maître ». La théorie standard a en effet survécu aux assauts de Marx et de ses héritiers, des institutionnalistes américains, de Keynes7 et des postkeynésiens… et même à l’épisode critique de la crise en 2008-2009 ! Il ne suffit donc pas d’avoir raison sur le plan des idées, encore faudrait-il construire les stratégies et les compromis politiques capables de les mettre en pratique. On déplore aussi que Skidelsky ne se préoccupe pas de dresser des ponts entre les différentes traditions dissidentes afin de constituer un front commun, préalable nécessaire selon nous, à toute alternative crédible à la pensée néoclassique (Boyer, 2011 ; Lavoie, 2005).

18Bien que publié à la fin de l’année 2009, face au retour de la récession, particulièrement en Europe, le message central de cet ouvrage, hautement recommandable, conserve toute son actualité. Malgré les sentences maintes fois répétées de l’enterrement encore et toujours de Keynes, son projet demeure vivace et son esprit n’est pas près d’être dépassé.

  • 8 Cité par Harrod (1951, p. 193-194).

19Si Marx est mort et si Keynes doit être enterré, peut-on penser, en faisant nôtre le point de vue de J. Derrida (1993) au sujet du premier, que, désormais, deux spectres au lieu d’un hantent le capitalisme d’aujourd'hui ? Bien que Skidelsky n’ait pas pensé à ce retour sur le mode « shakespearien », il serait probablement d’accord sur le fait que tout dans la crise actuelle, et les réflexions que les modalités de sa résolution suscitent, pousse à le croire. D’ailleurs, Keynes n’est-il pas celui qui déclarait que « […] les économistes sont les dépositaires non de la civilisation, mais de la possibilité de la civilisation »8 ?

Haut de page

Bibliographie

Bateman B. (1996), Keynes’s Uncertain Revolution, Ann Arbor: Michigan University Press.

Boyer R. (2011), « Postkeynésiens et régulationnistes : une alternative à la crise de l’économie standard ? », Revue de la régulation, n° 10, Autumn.

Da Costa I. (2010), « L’institutionnalisme de John Commons et les origines de l’État-providence aux États-Unis », Interventions économiques, n° 42.

Davidson P. (2009), The Keynes Solution: The Path to Global Economy Prosperity, New York: Palgrave Macmillan.

Davidson P. (2010), “Black swans and Knight’s epistemological uncertainty: are these concepts also underlying behavioral and post-Walrasian theory?”, Journal of Post Keynesian Economics, 32 (4), p. 567-570.

Derrida J. (1993), Spectres de Marx, Paris, Galilée.

Dostaler G. (2005), Keynes et ses combats, Paris, Albin Michel.

Duménil G. et Lévy D. (2012), « Les limites du traitement keynésien d’une crise structurelle », 20 février 2012, http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/02/20/les-limites-du-traitement-keynesien-d-une-crise-structurelle_1644824_3232.html.

Harrod (1951), The Life of John Maynard Keynes, New York: Harcourt, Brace and Co., p. 193-194.

Hutchison T. (1978), On Revolutions and Progress in Economic Knowledge, Cambridge: Cambridge University Press.

Keynes J. M. (1936), The General Theory of Employment, Interest and Money, London: Macmillan (volume VII des Collected Writings).

Keynes J. M. (1937), “The General Theory of Employment”, Quarterly Journal of Economics, 51 (2), p. 209-223 (volume XIV des Collected Writings, p. 109-123).

Keynes J. M. (1971-1989), The Collected Writings of John Maynard Keynes, 30 volumes, Royal Economic Society, London: Macmillan.

Lavoie M. (2005), « Les théories hétérodoxes ont-elles quelque chose en commun ? Un point de vue postkeynésien », Économies et Sociétés. Série Histoire de la pensée économique, 36 (6), p. 1091-1124.

Moggridge D. E. (1992), Maynard Keynes: An Economist’s Biography, London: Routledge.

Skidelsky R. (1983, 1992, 2000), John Maynard Keynes, London: Macmillan, vol. 1, Hopes Betrayed: 1883-1920; vol. 2, The Economist as Saviour: 1920-1937; vol. 3, Fighting for Britain: 1937-1946.

Skidelsky R. (2003), Keynes: Economist, Philosopher, Statesman, London: MacMillan.

Terzi A. (2010), “Keynes’s uncertainty is not about white or black swans”, Journal of Post Keynesian Economics, 32 (4), p. 559-565.

Tutin C. (2009), Une histoire des théories monétaires par les textes, Paris, Flammarion, collection « Champs classiques ».

Haut de page

Notes

1 « I am becoming more fashionable again », Lettre à Lydia Lopokova datée du 25 novembre 1929, (Keynes, XX, p. I]. Cette référence renvoie aux 30 volumes des Collected Writings de Keynes édités chez MacMillan, le chiffre romain correspondant au volume concerné.

2 Dans la même catégorie, signalons celui de Paul Davidson (2009).

3 Cité dans « Les histoires de l’oncle Keynes », Marc Roche, Le Monde, 23 septembre 2009.

4 Robert Boyer, André Orléan et le mouvement des étudiants pour la réforme de l’enseignement en économie en France ; Bradford De Long, Paul Krugman et le Post-Autistic Economics Movement aux États-Unis (entre autres).

5 Voir aussi Davidson (2009, chapitre 6) sur ce point.

6 Christian Chavagneux rapporte sur son blog que Joseph Stiglitz évoquait récemment les modifications timides certes mais bien réelles des programmes en cours dans la prestigieuse université Columbia où il enseigne : introduction d’un cours obligatoire pour les étudiants de Master où sont abordés au-delà des mathématiques les problèmes économiques et sociétaux tels que les inégalités, le développement et le réchauffement climatique, http://alternatives-economiques.fr/blogs/chavagneux/2012/09/13/stiglitz-sur-l%E2%80%99enseignement-de-l%E2%80%99eco-post-crise-aux-us/

7 Il a même été récupéré à travers le désormais célèbre modèle IS-LM. Skidelsky n’évoque pas les raisons pourtant cruciales de cette récupération – la position ambiguë de Keynes vis-à-vis des (K)lassiques (Hutchinson, 1978), entre la rupture radicale et une certaine forme de continuité au moins sur certains points, est-elle responsable de cette absorption dans le corpus dominant ? – car ce n’est malheureusement pas le propos de son ouvrage.

8 Cité par Harrod (1951, p. 193-194).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Slim Thabet, « Le retour du « Maître » ? », Revue de la régulation [En ligne], 13 | 1er semestre / Spring 2013, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/regulation/10041

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page