Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Thibault Darcillon, Économie politique de la libéralisation financière. Les réformes de dérégulation financière et de corporate governance dans les pays de l’OCDE

Thibault Darcillon

Résumés

Adoptant une perspective de comparaison internationale au niveau macroéconomique, cette thèse a pour objet l'analyse des réformes de dérégulation financière et de corporate governance qui se sont opérées depuis le début des années 1970 dans l'ensemble des pays de l'OCDE. Alors que les modèles standards en économie s'intéressent aux effets d'efficience associés à une meilleure allocation des ressources, cette thèse exploite l'hypothèse de complémentarités institutionnelles afin de mettre en évidence l'impact des marchés financiers sur le marché du travail. À l'aide de modèles en données de panel, nos résultats font apparaître de forts transferts redistributifs associés aux réformes de libéralisation financière. La libéralisation financière, via notamment la montée en puissance des investisseurs étrangers, a eu comme principale conséquence de modifier le mode de financement des entreprises. En nous appuyant sur les complémentarités institutionnelles qui caractérisent les économies, nous montrons que l’adoption de ces réformes se traduit par une modification de l'équilibre institutionnel dans son ensemble en modifiant les rapports de force entre les différents agents.

Haut de page

Texte intégral

1Soutenue le 2 décembre 2013 à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne
Sous la direction de Bruno Amable, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne
Jury :
Gunther Capelle-Blancard, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne (président)
Ekkehard Ernst, économiste principal au Bureau international du Travail (examinateur)
Antoine Rebérioux, professeur à l’université des Antilles et de la Guyane (rapporteur)
Christophe Rault, professeur à l’université d’Orléans (rapporteur)

Question(s) de recherche

2Cette thèse a pour objet d’analyser les réformes de dérégulation financière et de corporate governance qu’a connues l’ensemble des pays de l’OCDE depuis les années 1970. Le mouvement de libéralisation financière puis le développement des marchés financiers ont pu modifier le mode de financement des grandes entreprises, à travers, par exemple, la montée en puissance des investisseurs institutionnels. Ceci aurait ainsi eu comme conséquence de modifier les relations de pouvoir entre les différents acteurs au sein de la firme : les travailleurs, les managers et les actionnaires. Ces relations de pouvoir renvoient au concept de « gouvernance d’entreprise » (ou corporate governance en anglais). Toutes ces réformes se caractérisent par des effets redistributifs au sens où elles modifient les relations de pouvoir entre les différents groupes socioéconomiques. La première question de recherche renvoie ainsi à analyser les effets redistributifs qui caractérisent les réformes dans le secteur bancaire et financier. Il s’agit de comprendre plus spécifiquement les stratégies sociopolitiques mises en œuvre par les différents gouvernements. La seconde question renvoie aux conséquences de l’internationalisation des économies sur les équilibres sociopolitiques au niveau national.

Méthode

3Cette thèse repose sur un travail empirique sur données de panel. Plusieurs méthodes économétriques ont été utilisées (modèles dynamiques à effets fixes, modèles à variables instrumentales, modèles à équations simultanées et modèles de durée à événements répétés). Cette thèse s’inscrit dans une perspective macroéconomique en comparaison internationale : nous avons pour cela utilisé principalement des données de l’OCDE. Dans une perspective d’économie politique, la première partie s’intéresse aux stratégies sociopolitiques adoptées par les gouvernements lors de la mise en œuvre des réformes financière. Toutefois, ces stratégies peuvent également être conditionnées par la manière dont les réformes financières affectent le fonctionnement du marché du travail. Ainsi, la seconde partie de la thèse porte particulièrement sur les interactions qui existent entre les marchés financiers et le marché du travail : nous utilisons pour cela les notions de « complémentarités institutionnelles » et de « hiérarchie institutionnelle » pour appréhender les effets redistributifs qui caractérisent les réformes dans le secteur bancaire et financier.

Résultat(s)

4Les résultats obtenus dans la thèse s’inscrivent dans une perspective d’économie politique : ainsi, nous avons pu montrer que les politiques de libéralisation financière se caractérisent par de forts enjeux redistributifs comme en témoigne le maintien d’une forte logique partisane. Par ailleurs, l’internationalisation des économies a eu comme conséquence de modifier les attentes de l’ensemble des acteurs, comme les travailleurs, les syndicats, les gouvernements, etc. Les principaux résultats montrent que la différenciation politique demeure forte, et ceci, malgré l’hypothèse selon laquelle les conditions macroéconomiques détermineraient intégralement la dynamique des réformes structurelles. Toutefois, cette stratégie est également conditionnée par les effets qu’impliquent ces réformes après leur mise en œuvre. En effet, les enjeux redistributifs associés au développement financier peuvent également s’apparenter à une plus forte instabilité sur le marché du travail. Les entreprises sont en effet plus incitées à adopter des stratégies plus risquées. Cela se traduit par une plus forte volatilité à la fois sur l’emploi et sur les salaires. Ces risques sur l’emploi sont plus élevés pour les travailleurs faiblement qualifiés. Nous trouvons également que, dans une perspective d’économie politique, les gouvernements de gauche seront amenés à augmenter les dépenses de sécurité sociale dans le but de réduire l’impact du développement des marchés financiers sur la volatilité sur le marché du travail. Ensuite, les résultats indiquent également que les politiques de libéralisation financière ont également modifié les arrangements institutionnels sur le marché du travail ce qui a affecté la distribution salariale. En effet, le passage d’un capitalisme qualifié de managérial ou de corporatiste vers un capitalisme dit actionnarial s’est traduit par un affaiblissement de la position de négociation des travailleurs. En revanche, la législation sur la protection de l’emploi, en tant qu’arrangement institutionnel central, semble montrer une plus forte résilience : cette résilience pourrait s’analyser comme le résultat d’un solide soutien sociopolitique. Enfin, l’analyse des complémentarités institutionnelles entre les marchés financiers et le marché du travail conduit à conclure que le maintien de fortes institutions du marché du travail conduit à réduire les inégalités dans les économies où l’influence des marchés financiers n’a cessé de s’accroître ces dernières décennies. Ces résultats témoignent donc du fait que le développement des marchés financiers a effectivement contribué à exacerber les inégalités à travers son impact sur les différentes institutions du marché du travail.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. & Rebérioux, A. (2004), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

Amable B. (2003), The Diversity of Modern Capitalism, Oxford: Oxford University Press.

Amable B. & Palombarini S. (2009), “A neorealist approach to institutional change and the diversity of capitalism”, Socio-Economic Review, 7(1), p. 123-143.

Boyer R. (2005), “From Shareholder Value to CEO Power: the Paradox of the 1990s”, Competition and Change, 9(1), p. 7-47.

Gatti D., Rault C. & Vaubourg A.-G. (2012), “Unemployment and Finance: How Do Financial and Labour Market Factors Interact”, Oxford Economic Papers, 64(3), p. 464-489.

Hall P.A. & Soskice D. (eds) (2001), Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford: Oxford University Press.

Pagano M. & Volpin P. (2005), “The Political Economy of Corporate Governance”, The American Economic Review, 95(4), p. 1005-1030.

Rodrik D. (1997), Has Globalization Gone Too Far?, Washington, D.C.: Institute for International Economics.

Roe M.J. (2003), Political Determinants of Corporate Governance. Political Context, Corporate Impact, Oxford: Oxford University Press.

Tiberghien Y. (2007), Entrepreneurial States: Reforming Corporate Governance in France, Japan, and Korea, Ithaca and London: Cornell University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Darcillon, « Thibault Darcillon, Économie politique de la libéralisation financière. Les réformes de dérégulation financière et de corporate governance dans les pays de l’OCDE », Revue de la régulation [En ligne], 14 | 2e semestre / Autumn 2013, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/regulation/10366

Haut de page

Auteur

Thibault Darcillon

Université Paris I Panthéon-Sorbonne, UMR 8174 – Centre d’Économie de la Sorbonne, thibault.darcillon@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page