Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Benjamin Coriat, Pascal Petit, Geneviève Schméder (dir.), The Hardship of Nations - Exploring the Paths of Modern Capitalism, Edward Elgar, 2006, 349 p.

Martino Nieddu

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif vise à fournir à un public anglo-saxon à la fois un ensemble d’analyses par thèmes et une vision globale de ce que pourraient être les conditions d’émergence d’un nouveau régime d’accumulation. Il rassemble des productions récentes de l’Ecole française de la Régulation (y compris de celles qui sont le plus en débat en son sein), prenant le temps de les remettre en perspective. Il fournit de ce fait une somme de références qui ne peut qu’intéresser aussi le lecteur français. En particulier celui qui souhaite pouvoir disposer d’une vue générale dans un seul ouvrage y retrouvera des articles qui peuvent être lus indépendamment les uns des autres. Mais les synthèses proposées à chaque étape forment une proposition de lecture de la crise des systèmes nationaux ainsi que des difficultés d’émergence d’une nouvelle régulation dans un monde d’interdépendances renforcées, sur laquelle la présente note de lecture souhaite attirer l’attention.

2L’ouvrage est construit sur la thèse suivante : deux grands types d’explications monocausales ont été avancés pour comprendre les mutations contemporaines. Le premier se focalise sur la dimension financière et hiérarchise les évolutions à partir de l’émergence de l’hégémonie d’un capitalisme fondé sur la finance, qui pousse à une convergence mondiale autour du modèle néolibéral anglo-saxon. La seconde privilégie la dimension technologique et fait du passage à l’économie de l’information la clé des changements structurels. Le défi scientifique, « pour ceux qui n’acceptent pas les modèles monocausals », est d’intégrer dans l’analyse « les multiples interdépendances qui caractérisent les économies contemporaines » (p. 2). D’une part, les changements structurels se déploient selon des rythmes propres dans d’autres dimensions (les changements dans la demande, dans le rapport au politique et l’émergence de l’ainsi nommée « société civile », dans les systèmes de protection, etc.). D’autre part, dans une économie mondiale qui n’est en réalité que partiellement globalisée, il importe de mesurer à la fois les caractéristiques communes des différentes trajectoires nationales, mais aussi la persistance d’une diversité de capitalismes.

3L’ouvrage est construit de façon à explorer ces différentes dimensions, à travers quatre parties.

4Dans une première partie, il explore le modèle de « capitalisme financiarisé », et notamment la thèse développée par Aglietta à partir de 1998 d’un nouveau régime d’accumulation stable fondé sur le « capitalisme patrimonial », et présenté comme le successeur du fordisme. La condition de stabilité, en Théorie de la régulation, d’un tel système est sa capacité à générer une nouvelle vague de cercles vertueux. Aglietta la voyait en 1998 dans la capacité du nouveau mode de gouvernance à obliger les firmes à des gains permanents d’efficience et à assurer la mobilité du capital vers le nouveau secteur de l’économie de l’information et de la communication. Il répond dans le présent ouvrage à un certain nombre de critiques en décrivant de façon plus précise l’articulation des différents changements structurels affectant l’ensemble de la société.

5Chesnais répond à cette thèse en soulignant que la réussite américaine tient à un ensemble d’innovations dans son industrie financière (venture capital industry), qui n’ont pu exister que dans le cadre de relations institutionnelles et sociales largement spécifiques au capitalisme américain (Chesnais utilise l’expression de « construction institutionnelle idiosyncrasique » dans sa conclusion). Par ailleurs, les performances américaines ne peuvent être dissociées de la place unique qu’occupent les Etats-Unis dans la configuration mondiale. Ce sont les seuls à pouvoir s’offrir un triple déficit (du budget fédéral, de la balance commerciale et de la balance des capitaux) tout en ayant le choix de leur politique macroéconomique. Il y aurait donc peu de chances que le « régime dominé par la finance » puisse être un régime de croissance viable pour nombre de pays. Notamment, l’un des pré-requis est l’existence de couches d’entrepreneurs et scientifiques de hauts niveau prenant des risques dans le développement de start-up du domaine des hautes technologies  ; par ailleurs les effets en sont contradictoires, ouvrant des espaces d’opportunités pour les uns (les zones de développement autour du travail hautement qualifié en Inde par exemple) mais aussi une interrogation sur la soutenabilité à long terme d’un régime d’appropriation privée des avancées scientifiques.

6En étudiant le cas particulier de la France et de l’introduction d’un capitalisme dominé par la finance, Coriat propose d’invalider deux idées. La première est celle d’un mouvement structurel inéluctable vers ce type de capitalisme, à laquelle il oppose l’idée que ce mouvement n’a été ni naturel, ni spontané, mais lié à un agenda de décisions politiques précises ; la seconde est celle de l’émergence de cercles macroéconomiques vertueux, typiques de régimes d’accumulation stabilisés, produits par les incitations économiques dues au contrôle financier des entreprises. Il reconstitue alors de façon fine l’enchaînement des décisions politiques qui ont amené à la remise en cause du « style français d’organisation industrielle » fondé sur le « colbertisme hight tech » et le poids du secteur public, à travers deux types d’évènements. Le premier est l’introduction de la déréglementation financière par l’acte unique européen de 1986 qui va être suivi par la reconnaissance, à travers deux directives de la commission européenne, de la possibilité pour des institutions financières américaines de bénéficier des mêmes droits à opérer sur le territoire de l’Union que les institutions européennes. Le second est l’ouverture du cœur du pouvoir de contrôle du capital, à travers une série de privatisations de magnitude croissante : d’abord en 1986-1988, avec notamment Saint-Gobain, TF1 et Matra-Hachette, puis en 1993-1995, avec BNP, Rhône-Poulenc, Elf, Renault, et enfin en 1998-1999, avec des opérations d’ouverture de capital dans les secteurs industriels, financiers, et des services. Cette vague de privatisations va se combiner avec une ouverture radicale aux fonds de pension étrangers : la France est passée en peu d’années d’une situation de contrôle par la puissance publique, à une situation où 1/3 du « shareholding » [actionnariat] des sociétés françaises est aux mains de non-résidents - ce qui est unique parmi les grands pays - et ¼ aux mains de fonds d’assurance ou de pensions nationaux. D’où une nouvelle « fonction d’utilité » des managers qui vont remplacer par des « mécanos financiers », les « mécanos industriels », induisant ainsi un profond remaniement des formes de coordination interfirmes, qui marquent la fin du « french style » d’organisation industrielle, et une course à la restructuration visant essentiellement le dégraissage des effectifs à visée financière.  Les exemples de France Télécom, avec l’explosion vertigineuse de sa dette en 2000-2001, et le désastre de Vivendi Universal, deux fleurons de l’industrie française, illustrent les effets d’instabilité introduits par la finance « sans qu’on n’ait aucune preuve de l’émergence d’un cadre institutionnel capable d’établir une cohérence systémique à long terme » (Coriat, p. 95).

7La seconde partie propose de poser la question du régime de croissance d’un autre point de vue. Elle suggère que les changements émergeant dans les formes de concurrence, l’organisation des marchés, en relation avec ceux dans la sphère de la consommation et des modes de vie ne sont pas moins importants que les changements financiers. C’est aussi à ces endroits, selon Petit, qu’il faut chercher, pour l’essentiel, la genèse des changements et des instabilités actuelles, pour en dessiner un idéal-type : la phase de transition vers un post-fordisme se caractériserait par une transformation dans les complémentarités et surtout la hiérarchie des formes institutionnelles. Les formes de la concurrence viennent dominer les autres formes. En particulier la configuration du travail salarié a été très largement modifiée par cet effet de composition. Cet idéal type se combine avec la formation de spécificités nationales en raison de trois facteurs : les facteurs culturels, les spécialisations sectorielles et le mode d’insertion internationale propre à chaque économie nationale. Reste la question du nouveau régime de croissance. Car cette nouvelle hiérarchie des formes institutionnelles a vu augmenter les risques, instabilités et tensions liés aux problèmes d’intermédiation. Par ailleurs, la faible croissance renforce les tendances à la montée de valeurs individuelles, et des inégalités. Ces effets de différenciation sociale produisent des résultats complexes sur les structures de production, en accentuant notamment les aspects de segmentation de la consommation dans la concurrence entre producteurs.  

8Cette question est reprise par Théret dont l’exposé des ordres politique, économique et domestique propose une interprétation de l’articulation entre rapport salarial et citoyenneté, laquelle suppose des médiations telles que la loi, la monnaie ou des symboles organisateurs. Le système des salaires, le « Welfare State », en tant que régime de droits sociaux, et la démocratie politique relevaient durant le fordisme d’un mode de gestion de la « dette sociale », au sens du solidarisme de Durkheim et de Bourgeois, qui assurait une forme de solidarité organique du capital et du travail. La « grande crise », au sens des régulationnistes vient « lorsque les dysfonctions entre médiations résultent d’une divergence entre les dynamiques du politique et de l’économique ». « L’idéologie solidariste elle-même s’en trouve affectée » (Théret, p. 154). L’enjeu de la stabilisation d’un nouveau régime de croissance tient donc aussi dans l’émergence d’un nouveau « régime anthroponomique ». En particulier, l’Europe est-elle sur la voie de la reconstruction d’un nouveau solidarisme, ou sur celle d’un éclatement néolibéral ?

9.La troisième partie vise à établir « comment la globalisation et les crises financières des années 1990 ont « impacté » les trajectoires nationales et les dynamiques régionales » et insiste sur la défaillance persistante dans la reconstruction d’un système international viable. Le cas de l’Europe traité par Boyer illustre la difficulté rencontrée pour construire au niveau régional de nouveaux mécanismes de coordination. La construction monétaire européenne, ainsi que le « pacte de stabilité et de croissance » et les pouvoirs accordés à la Banque Centrale n’ont abouti ni à une convergence en termes de stabilité financière et de respect du pacte, ni à une convergence économique dans la zone euro. Son travail montre que les Européens ont plutôt cherché à « imiter le modèle US qu’à construire une architecture spécifique qui permette d’assurer une croissance soutenable » (Boyer, p. 159). Outre le scénario peu probable du maintien en l’état du pacte de stabilité, Boyer envisage trois scénarios. Le premier consiste à autoriser une flexibilité macroéconomique de court terme, tout en maintenant le cadre contraignant du policy mix récessif sur le long terme. Le second est de transférer à des agences indépendantes le pouvoir d’évaluer et certifier le management des finances publiques des Etats-membres. Le troisième est la renationalisation des politiques budgétaires.

10Dans les autres régions du monde, l’impact des crises financières est très différencié comme le montre la comparaison entre la Corée du Sud et le Japon mise en œuvre par Coriat et Geoffron. Ces deux pays présentaient des systèmes financiers extrêmement spécifiques. Si les crises étaient de nature distincte, c’est dans les deux cas le renforcement de la capacité d’agents privés à peser sur la dérégulation interne et le renforcement de la connexion avec les marchés internationaux qui ont joué le rôle central dans la crise. Dans les deux cas, celle-ci aboutit à travers une série de faillites à rompre les garanties d’emploi ainsi que la solidarité systémique ou intersectorielle qui existait au sein de l’appareil de production des keiretsus ou chaebols. Disparaît alors ce qui avait été au cœur de ces deux « success stories » de l’ère fordiste.

11Le cas argentin décrit par Miotti et Quenan illustre les effets de la contrainte internationale sur un pays largement ouvert à la finance globale en l’absence de coordination macroéconomique régionale. La crise structurelle argentine vient néanmoins rappeler que les épisodes du type années 1930 d’effondrement complet d’un système institutionnel sont possibles. Celui-ci a été précisément permis par la façon dont les changements dans la hiérarchie des formes institutionnelles avaient affaibli la capacité du gouvernement à répondre à des chocs extérieurs. Les auteurs y voient une répétition de l’échec des années 1974-1980 à introduire un régime d’accumulation intensive du fait du mode d’intégration international.

12Le bilan, réalisé par Chavance et Magnin, portant sur la même période et sur trois pays d’Europe de l’Est (une Hongrie fortement marquée par le modèle anglo-saxon, une Pologne mettant en avant un Etat fort et une République Tchèque proche d’une économie sociale de marché) permet de revenir sur l’analyse multidimensionnelle que les coordinateurs appelaient de leurs vœux en introduction. Ceux-ci pointent à la fois le maintien de spécificités et un ensemble de convergence dans les dynamiques qui sont essentiellement liées à trois facteurs : la dépendance par rapport au passé socialiste dans les formes de paternalisme et la faible crédibilité de l’Etat, l’attraction du modèle de l’Union européenne en matière de construction de capacités administratives et institutionnelles, et la pression internationale à l’alignement sur le modèle anglo-saxon.

13La quatrième partie cherche à rendre compte des tensions globales à partir d’autres angles d’attaque : les changements dans les systèmes de sécurité, avec la rupture géostratégique de la fin de la guerre froide, et la montée de nouvelles insécurités, mais aussi le remplacement du pouvoir communiste par des économies mafieuses.

14Schméder pose le problème de forces nouvelles à l’œuvre, alors que le monde depuis la chute du mur de Berlin n’est pas devenu seulement plus libéral et global, mais aussi plus instable et excluant. A cet endroit, les choix politiques de sécurité ne peuvent être séparés des choix de développement économique, tandis que le défi des constructions institutionnelles est que « toutes les distinctions traditionnelles économiques et politiques sont interpellées : entre « interne » et « externe » (de même que les notions d’acteur local et d’acteur global), entre « public » et « privé » (et cela concerne à la fois les forces régulières et paramilitaires), entre légal et criminel… ou entre civil et combattants » (Schméder, p. 247). Développer de nouvelles institutions globales renforçant ou assurant la sécurité suppose selon elle que l’on trouve les moyens de replacer les pouvoirs publics au cœur de la régulation, plutôt que d’avoir « un type de régulation privé oligopolistique ».

15L’article de J. Sapir pose avec force le débat sur l’économie de la corruption : pour des « fonctionnalistes libéraux, la corruption est un chemin certes immoral, mais aussi effectif pour accélérer la libéralisation, alors que pour les institutionnalistes, il s’agit d’une altération profonde de l’allocation de ressources et d’une déstructuration de l’efficacité économique. » (p. 267). Il ne s’agit donc pas seulement de questions morales, mais du contexte institutionnel dans lequel des comportements économiques vont être productifs ou destructifs. Et pour Sapir, il y a là un enjeu particulier pour la Théorie de la Régulation, car celle-ci suppose que les relations sociales créent des formes économiques et non économiques qui sont organisées pour reproduire une structure déterminée. Le cas des pays en transition est de ce point de vue particulièrement éclairant de la façon dont le développement de marchés peut conduire non pas à une efficacité économique, mais à un chaos profitant à l’économie criminelle. Sapir introduit deux distinctions pour construire son cadre analytique : celle entre légal, illégal et criminel, et celle entre fins et moyens pour montrer des trajectoires de contamination et une dynamique de criminalisation dans laquelle les institutions ont une responsabilité. Des politiques économiques de dépression de la demande qui rendent les activités illégales attractives, les défaillances du système de crédit, la faiblesse du niveau d’inflation sont des facteurs qui poussent les populations, les entreprises, voire les autorités locales à voir avec sympathie des stratégies s’orientant vers les activités illégales. De tels éléments ne sont, bien sûr, pas pris en compte dans les politiques néolibérales. De la même façon, on peut identifier des défaillances institutionnelles qui aboutissent aux mêmes effets. La conclusion de Sapir est qu’il est possible de développer des stratégies contre l’effet de déformation économique et sociale dû à la criminalisation des économies ; il propose des principes basiques de « réadaptation ». Ceux-ci ne peuvent être les mêmes lorsque les structures criminelles sont fortement ancrées, qu’elles ont atteint un fort degré de cohérence structurelle avec le système socio-économique, et qu’il faut briser cette cohérence. Ce qui suppose des objectifs de moyen et de long terme. D’un point de vue théorique, Sapir conclut sur le fait que selon lui, la Théorie de la Régulation doit à cet endroit s’emparer des apports d’une micro-économie « non mainstream », notamment celle de Tversky.

16Mouhoud décrit un autre type de tensions, en dessinant une géographie du post-fordisme liée au changement de nature dans la division du travail. Le taylorisme a permis de rendre décomposable le système productif en modules interconnectés. Les progrès des transports et des nouvelles technologies de la communication ont permis d’abaisser les coûts de transaction dans la coordination entre modules, et de ce fait, permis de séparer géographiquement ces modules. Le changement de nature porte sur le fait que la diffusion d’une division cognitive du travail consiste en une organisation de la production selon les blocs de connaissances qu’elle mobilise. Les entreprises adoptent alors des types d’organisation qui leur permettent de maximiser leur capacité d’apprentissage et d’innovation (p. 299). Une nouvelle polarisation des activités voit donc le jour, à travers la coexistence de logiques productives différentes, les unes fondées sur la division cognitive du travail – fondée sur la proximité au sein des grands ensembles métropolitains de la Triade – et les autres qualifiées de « logique tayloriste flexible », qui se sont affranchies des contraintes de localisation. Le résultat selon Mouhoud est que, peut-être pour la première fois dans l’Histoire du capitalisme, sa croissance ne se fait plus par élargissement et intégration de nouvelles régions et échanges (p. 305). Le capitalisme s’avère capable de créer de la richesse sur une base géographique restreinte grâce à la différenciation des produits. L’économie de la connaissance renforce la polarisation entre les pays les moins développés qui assistent à une contraction de leur commerce et la Triade qui associe de nouvelles puissances industrielles dotées de réelles capacités technologiques.

17En conclusion générale, Coriat, Pascal et Schméder reprennent pour les relier les différentes questions posées dans l’ouvrage. Il s’agissait d’abord de s’interroger sur les conditions sous lesquelles un régime de croissance national dominé par la finance peut être compatible à un niveau international. La diffusion de ce régime est passée par le Consensus de Washington, par lequel les pays acceptaient une discipline financière hautement problématique d’un point de vue politique.

18Une part fondamentale du travail d’auteurs régulationnistes tels qu’Amable, Boyer et Petit a alors été de montrer qu’il existait des types de capitalismes centraux différents, eux-mêmes inégaux dans l’ajustement au trend néo-libéral. Les mouvements de désindustrialisation et les changements dans la structure des échanges reflètent la montée de nouveaux risques dans ce contexte. Les régimes basés sur la finance augmentent la mobilité du capital dans un monde plus ouvert, exacerbant la concurrence sur les marchés de capitaux et de produits de haute technologie. La fragilité d’un tel système est attestée par les scandales financiers qui ont éclaté durant l’année 2002.

19Par ailleurs le régime financier exerce des pressions très fortes sur les cœurs organisés des capitalismes périphériques comme le montrent les crises latino américaines et est-asiatiques. Les processus de régionalisation sont eux aussi affectés. Les changements dans les relations internationales indiquent alors un plus grand désordre, plutôt que l’émergence d’un nouvel ordre mondial. Ce désordre doit être considéré à la suite des travaux de Sapir et de Théret dans la façon dont il affecte des systèmes dans leurs aspects économiques et non économiques. Ce qui renvoie aux questions de justice : si la notion de bien-être est vue dans le « régime mené par la finance » comme « purement conservative et parétienne », les auteurs insistent sur la nécessité de prendre en considération non seulement ce à quoi les personnes peuvent accéder ou posséder, mais aussi les configurations et les régulations qui règlent leurs capacités à en user.

20Le débat porte alors sur la possibilité d’émergence de régimes « menés par la demande ». Cette demande englobe une demande de biens publics, sur laquelle portent très largement les débats (opposition avec la troisième voie de Tony Blair, livre blanc de la commission européenne, prise de position de la PNUD sur les biens publics globaux, débats autour du protocole de Kyoto, ou du « fair trade » mené par certaines ONG). La diversité des capitalismes développés, notamment les différences entre le système français centralisé de production de services publics et « les systèmes scandinaves plus décentralisés » (p. 334) est clairement un facteur qui rend plus difficile l’émergence de nouveaux « régimes menés par la demande », et compatibles au niveau international. Le titre « the hardship of nations » pointe bien ce défi, ainsi que l’intrication de débats menés au niveau national, et centrés « de façon irréaliste sur des solutions locales » et la faiblesse actuelle des solutions de coordination régionale et internationale. D’où l’idée que l’on reste « dans une phase de transition dans la définition et la légitimation de buts et de valeurs communes, qui sont nécessaires pour faciliter une coordination internationale démocratique dans la construction d’une nouvelle gouvernance mondiale. » (p. 338). Ce qui, en cohérence avec l’insistance mise sur la diversité des économies nationales, nécessite selon les auteurs d’avoir un débat sur la gouvernance globale, plus respectueux des besoins et des capacités des peuples des différents pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martino Nieddu, « Benjamin Coriat, Pascal Petit, Geneviève Schméder (dir.), The Hardship of Nations - Exploring the Paths of Modern Capitalism, Edward Elgar, 2006, 349 p. », Revue de la régulation [En ligne], 1 | Juin / June 2007, mis en ligne le 25 juin 2007, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/regulation/1141

Haut de page

Auteur

Martino Nieddu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page