Skip to navigation – Site map
Notes de lecture

Une nouvelle « théorie générale » ?

À propos de Capitalism. Competition, Conflict, Crises d’Anwar Shaikh
Bernard Guerrien
Bibliographical reference

Anwar Shaikh, Capitalism. Competition, Conflict, Crises, Oxford University Press, New York.

Full text

1Anwar Shaikh est connu pour avoir démontré dans sa jeunesse que les bons résultats obtenus avec des fonctions de production agrégées s’expliquent, pour l’essentiel, par l’effet combiné d’une identité comptable et d’une particularité des données – un « fait stylisé » (Shaikh, 1974). Il s’est attelé depuis à construire une théorie qui a pour ambition de rendre compte du « fonctionnement actuel des pays capitalistes développés ». Ce long travail, de 35 ans selon Shaikh, a abouti à la publication en 2015 d’un livre intitulé Capitalism – avec pour sous-titre Competition, Conflict, Crises – dont James K. Galbraith dit, dans sa quatrième de couverture, « qu’il n’y en a pas eu d’autre comme lui depuis 150 ans ». Même si on tient compte de l’accent dithyrambique propre à ce genre d’exercice, on ne peut qu’être d’accord avec lui. Capitalism est un ouvrage exceptionnel en ce qu’il développe une « théorie générale » qui englobe aussi bien ce qu’on a coutume d’appeler la microéconomie que la macroéconomie et qui, chose exceptionnelle, est systématiquement confrontée aux faits. Cette théorie, que Shaikh qualifie de « classique » – elle est largement inspirée par Smith, Ricardo et, surtout, Marx –, est en outre comparée en permanence aux autres grandes théories existantes, néoclassique, « keynésienne » et post-keynésienne.

  • 2 La substance de ces cours pourrait être incorporée dans celui d’histoire de la pensée économique, l (...)

2L’importance que donne Shaikh à la confrontation permanente de la moindre de ses hypothèses à la réalité – aucune ne heurte le bon sens comme le font la plupart de celles des modèles néoclassiques – est un atout très important de Capitalism. Celui-ci pourrait être à la base d’un bouleversement profond de l’enseignement en économie auquel aspirent tellement les étudiants dans cette discipline, lassés par les « histoires » (« fables », « paraboles », etc.) agrémentées de mathématiques qui peuplent les cours actuels de microéconomie et de macroéconomie2. Une telle rénovation est difficilement envisageable pour le moment – d’autant plus que les enjeux idéologiques sont importants –, mais on peut toujours rêver…

1. Un livre très dense, d’un abord un peu difficile

3Capitalism est à la fois très long – près de 1 000 pages bien remplies – et très dense. Son premier chapitre, « Introduction », en donne une sorte de résumé détaillé, mais il faut déjà avoir un bon niveau de connaissances – et beaucoup de détermination ! – pour le lire jusqu’au bout.

  • 3 L’index thématique de Capitalism, très rudimentaire, n’étant pratiquement d’aucune aide.

4Ce compte rendu se propose de donner une vision d’ensemble du contenu de cet ouvrage, pour en montrer tout l’intérêt et pour en faciliter la lecture – qui n’a pas besoin d’être linéaire, de la première à la dernière page. Rien n’empêche d’aborder Capitalism à partir de certains thèmes (coûts, consommation, travail, multiplicateur, monnaie, commerce international, etc.) qui intéressent en particulier le lecteur. C’est pourquoi les chapitres, sections ou pages pour lesquels les questions évoquées dans ce compte rendu sont traitées de façon plus détaillée et systématique y sont signalés3.

5Ce compte rendu étant déjà long, certains thèmes très importants comme la monnaie, la finance et le commerce international n’y seront pas abordés. Ils font l’objet, dans Capitalism, de chapitres à part entière – tous de très bonne facture – qui peuvent être lus indépendamment de ce qui est développé dans le reste de l’ouvrage. Ils ne sont pas indispensables à la compréhension de la théorie proposée par Shaikh, hormis le fait, désormais unanimement accepté – y compris chez les « orthodoxes », même s’ils tergiversent encore un peu – que la création monétaire est endogène (Blanchard, 2016).

6Shaikh s’inscrit « dans la tradition classique » qui « va de bas en haut (from the bottom up), qui part du monde tel qu’on peut l’observer et procède par abstractions à partir de là ». La notion de concurrence faisant partie de ces « abstractions », Shaikh commence par clairement se démarquer à son propos des néoclassiques, mais aussi des keynésiens et post-keynésiens.

2. Rompre sans tergiverser avec les idées de concurrence parfaite et imparfaite

7Tous les économistes s’accordent à dire que le modèle de concurrence parfaite n’est pas « réaliste ». Très rares sont, cependant, ceux – y compris chez les hétérodoxes (en dehors des marxistes) – qui vont jusqu’à dire qu’il n’est pas pertinent (Guerrien, 2004). Ils préfèrent imputer à l’existence d’« imperfections » son « irréalisme ». Comme Shaikh l’explique dans son texte de présentation de Capitalism :

[…] l’économie orthodoxe opère dans un monde hypothétique de concurrence parfaite, dans lequel les actions des consommateurs et des entreprises aboutissent à une affectation optimale des ressources. Les divergences entre ce modèle et la réalité dont il prétend rendre compte sont alors attribuées à des imperfections se trouvant dans la réalité elle-même. La plupart des hétérodoxes s’emparent de ce dernier point, en insistant sur le fait que le monde est caractérisé par la concurrence imparfaite. Ce faisant, ils restent liés à la notion de concurrence parfaite, qui demeure en tant que point de départ et comme base de comparaison (première phrase de la jaquette du livre).

8En bref : « Il n’y a pas d’imperfection sans perfection ». Il rappelle dans son « Introduction » (chapitre 1) le mythe – vague mais répandu chez les hétérodoxes – selon lequel la concurrence parfaite aurait (plus ou moins) régné au début du capitalisme :

Les hétérodoxes acceptent généralement l’idée selon laquelle la vision perfectionniste correspondrait au capitalisme des débuts, tout en avançant que ce sont les imperfections qui caractérisent le monde moderne. Ce faisant, ils protègent et préservent la théorie de base, qui demeure en tant que point de départ nécessaire et comme référence première, sur laquelle vient se greffer une liste sans fin de déviations par rapport au monde réel (p. 4).

9Shaikh demande à ses « nombreux amis keynésiens et post-keynésiens » de « rejeter l’idée que la concurrence parfaite ait un jour existé et de refuser celle selon laquelle les faits observés s’expliquent par les imperfections progressivement apparues dans l’histoire » (p. 747).

  • 4 Le débat entre les deux Cambridge sur le « reswitching » a ainsi pompé inutilement beaucoup d’énerg (...)

10Même ceux qui se réclament, comme lui, des classiques, ont droit à ses critiques : « Pratiquement tous les économistes classiques actuels traitent la firme concurrentielle de la même manière que la théorie néoclassique, en tant que preneuse de prix »4 (p. 18).

3. La « concurrence réelle »

11La concurrence, dans le capitalisme, n’a strictement rien à voir avec celle du monde « bisounours » des néoclassiques, où de gentils agents « prennent » les prix et font gentiment des offres et des demandes – en faisant comme s’ils étaient seuls au monde –, à un gentil organisateur dont le seul motif est de rendre les choix compatibles, pour le bonheur de tous (Guerrien, 2015b).

12La concurrence « réelle », dans le capitalisme, c’est « la guerre de tous contre tous » (p. 14), des travailleurs contre les capitalistes, des capitalistes et des travailleurs entre eux, des vendeurs contre les acheteurs, des vendeurs et des acheteurs entre eux.

13Elle est à l’origine d’un processus « turbulent » où, dans le cas des entreprises, entrent en ligne de compte « des stratégies et des tactiques qui jouent sur les prix et cherchent à baisser les coûts, en fonction des avantages et désavantages qui apparaissent du fait même de leurs interactions » (p. 363).

14Personne n’est à l’abri de la concurrence. Les entreprises qui détiennent des parts importantes de marché sont, comme les autres, à la merci de nouveaux venus aux coûts moins élevés, qui les obligent à baisser leurs prix ou à diminuer leurs marges.

  • 5 Contrairement au cas de concurrence parfaite, où cette demande attendue serait « plate », « horizon (...)
  • 6 Il n’exclut pas toutefois l’existence de monopoles – caractérisés par le fait d’avoir durablement u (...)
  • 7 Chaque entreprise choisissant un taux de marge en fonction d’une multitude de facteurs qui lui sont (...)

15Shaikh conteste en particulier le point de vue répandu chez les post-keynésiens – qui reprennent en cela le discours néoclassique – selon lequel toute entreprise qui propose des prix se comporte en monopole dès qu’elle prend en compte la demande à laquelle elle s’attend5. Dans la concurrence « réelle », toutes les entreprises, ou presque, proposent des prix, sans que cela en fasse pour autant des monopoles6. Ce point est très important pour Shaikh, puisque si la plupart des entreprises se comportaient comme des monopoles (même « petits »), alors les taux de profit ne tendraient pas à s’égaliser7 – un élément essentiel de sa théorie.

16Comme il le fait tout au long de Capitalism, Shaikh propose de trancher en examinant les faits. Dans la section « Empirical Evidence on Competition and Monopoly » (p. 367) du chapitre 8, « On perfect and imperfect competition », il passe en revue de nombreuses études qui s’intéressent à la mesure du taux de profit et à sa tendance à l’égalisation. Il conclut qu’elles lui donnent raison.

17Un monde dans lequel règne la concurrence réelle est par nature « turbulent ». La guerre de tous contre tous prend une infinité de formes. Les motivations et le comportement de ceux qui la mènent sont très divers. Il est donc totalement illusoire de vouloir représenter un tel monde – comme prétendent le faire les néoclassiques – en partant d’individus hypothétiques aux motivations et aux comportements bien définis. La seule démarche possible consiste à s’en tenir au résultat des interactions des choix individuels tel qu’on l’observe, en cherchant à y déceler des « structures cachées » ou des « lois empiriques » (lawfull patterns), pour ensuite essayer de leur donner un « fondement microéconomique », en se basant sur quelques contraintes simples qui s’imposent aux choix des individus. Cette démarche, qui est l’objet du chapitre 3 de Capitalism  (« Microfoundations and Macro patterns »), mérite qu’on s’y attarde quelque peu – elle est une des originalités importantes du livre de Shaikh.

4. Microfondements et propriétés émergentes

18La diversité des comportements individuels est une réalité dont il faut tenir compte, sans chercher à l’ignorer : « Diversity must be embraced, not suppressed » (p. 9).

19Bien qu’ils soient complexes et parfois fantaisistes, les choix des consommateurs sont néanmoins à l’origine, au niveau global, de quatre « lois empiriques » : la demande d’un bien décroît avec son prix ; les élasticités prix des biens de première nécessité et des biens de luxe sont nettement différentes ; la courbe d’Engel est non linéaire et la fonction de consommation agrégée est presque linéaire.

20Shaikh montre que ces « lois » peuvent résulter, globalement, de choix aléatoires des consommateurs, à condition qu’ils soient soumis à deux contraintes peu exigeantes : 1. leur revenu est limité. 2. il leur permet d’acheter le minimum de biens nécessaires à leur survie (p. 90). Il parachève cette démonstration en effectuant une série de simulations dans lesquelles les consommateurs ont des comportements semblables à ceux que leur attribuent les auteurs néoclassiques. Il constate que les résultats obtenus diffèrent peu des siens. D’où sa conclusion : « les résultats au niveau agrégé sont peu sensibles (robustly indifferent) aux détails du niveau microéconomique » (p. 96). Ainsi : « l’hypothèse d’hyper-rationalité (sic) n’est pas utile parce qu’elle donne une vision erronée des motivations sous-jacentes des individus et elle n’est pas nécessaire parce qu’on peut obtenir sans elle les relations observées » (p. 8).

21Dans le chapitre 14, il procède de la même façon au sujet de la production. Il part, dans ce cas, de la constatation que le partage du revenu que la production engendre est à l’origine d’une lutte entre les travailleurs et ceux qui les font travailler (« le capital »). Comme pour la consommation, il formule deux hypothèses très simples que toute entreprise doit satisfaire : le salaire réel y est compris entre une valeur minimum, « déterminée historiquement », et une valeur maximum, donnée par la productivité du travail (cas où les travailleurs s’approprient tout le surplus). Si le rapport entre travail et capital est (à peu près) stable dans les entreprises – leurs caractéristiques propres varient relativement peu dans le temps –, alors « une relation entre le salaire moyen et la productivité » émerge des luttes menées, dans toute leur diversité, « pour une situation sociale donnée » dans les entreprises. Cette relation est « peu sensible (robustly insensitive) aux détails au niveau microéconomique » (p. 648), comme dans le cas de la consommation.

22La relation entre salaire moyen et productivité est à l’origine de ce que Shaikh appelle la « courbe classique ». Elle joue un rôle important dans son dispositif théorique, comme on le verra plus loin. Dans le dernier chapitre, « Summary and Conclusions », Shaikh rappelle que :

[…] une découverte essentielle (central finding) [de Capitalism] est que des lois empiriques (lawful patterns) peuvent émerger des interactions entre des unités hétérogènes (individus et entreprises) aux stratégies mouvantes et aux attentes contradictoires, sans que cette diversité dans les comportements n’ait beaucoup d’incidence sur ces lois (p. 748).

5. Approche classique et principes opérationnels

23Les « lois empiriques » déduites de l’observation peuvent servir à vérifier une théorie ou à en fournir des éléments, mais elles ne suffisent pas à elles seules à la constituer. Shaikh ne prétend pas venir de nulle part : il se réclame tout au long de Capitalism de la tradition classique, même s’il ne précise à aucun moment ce qu’il entend exactement par là. Il procède plutôt par touches successives, par exemple quand il explique que :

L’objectif principal de ce livre est de démontrer que des phénomènes très divers peuvent être expliqués par un très petit nombre de principes opérationnels – qui font que les résultats observés gravitent autour de points d’attraction eux-mêmes mouvants (p. 76).

24À la lecture de Capitalism, trois de ces « principes opérationnels » se dégagent : la recherche du gain (gain seeking), le « principe d’égalisation » et la lutte pour le partage du produit entre capitalistes et travailleurs. Les deux premiers sont, ensemble, à l’origine de deux propriétés émergentes, l’égalisation des prix et des taux de profit, qui jouent un rôle essentiel dans l’approche classique :

L’égalisation des prix et l’égalisation des taux de profit sont des propriétés émergentes par excellence (quintessential emergent properties), le résultat non intentionnel de la course permanente au profit (p. 14).

  • 8 Chez les néoclassiques, la confusion règne en ce qui concerne le taux d’intérêt. En microéconomie, (...)

25La « loi du prix unique » est ainsi le résultat (approximatif) d’un processus (« turbulent »), et non un postulat comme chez les néoclassiques. L’égalisation des taux de profit concerne toutes les entreprises, y compris celles qui ont pour profession de prêter de l’argent – telles les banques – et dont les profits sont donnés, dans leur fonction de prêt, par les intérêts perçus. Le taux d’intérêt « gravite » donc autour du taux de profit qui prévaut dans l’ensemble de l’économie. Il n’est pas le résultat de « l’offre et la demande » ni d’une quelconque « préférence pour la liquidité » – ces facteurs peuvent toutefois intervenir dans les « turbulences » qui accompagnent la « gravitation » autour du taux de profit8.

26Les entreprises qui empruntent pour mettre en œuvre la production future prennent leurs décisions à partir de leur taux de profit net, obtenu après soustraction du taux d’intérêt : « Marx and Keynes mettent l’accent sur le fait que l’investissement est guidé par la différence entre le taux de profit et le taux d’intérêt » (p. 23).

27Ce sont les taux de profit nets qui sont soumis à la tendance à l’égalisation. Celle-ci concerne également la finance, au sein de laquelle le facteur risque joue un rôle important. Le taux de profit net est donc l’élément moteur de l’investissement et de la croissance. Dans notre monde « turbulent », où coexistent des entreprises très diverses, il peut prendre des valeurs très différentes d’une entreprise à l’autre. Le processus d’égalisation ne concerne en réalité qu’une partie d’entre elles – les plus dynamiques. Pour mieux cerner cette propriété émergente – ou cette « tendance turbulente » – Shaikh introduit la notion de valeur « normale » d’une variable.

6. Valeurs effectives et valeurs « normales »

28L’idée de valeur normale provient de la nécessaire distinction entre ce qui se passe « au niveau abstrait » et ce qui arrive « au niveau concret » : « au niveau abstrait, la concurrence semble conduire à l’existence d’une technique et d’un prix communs dans chaque secteur » alors qu’à « un niveau plus concret, elle se traduit plutôt par une distribution [au sens statistique] de ces deux variables » (p. 575), en raison de la présence simultanée d’entreprises qui utilisent des équipements et des techniques plus ou moins récents, ce qui se répercute sur leurs coûts et les prix qu’elles proposent.

29La tendance à l’égalisation concerne en fait les nouveaux capitaux qui mobilisent les techniques les plus innovantes, en vue de faire baisser les coûts. Shaikh se réfère à eux quand il utilise l’adjectif « normal ». Par exemple :

[…] l’utilisation normale des capacités de production est, par définition, celle qui prévaut dans les entreprises ayant le coût moyen le plus faible (le coût étant défini au sens où on l’entend dans le monde des affaires) (p. 32).

  • 9 Il appelle « regulating capitals » les capitaux qui sont consacrés à ces investissements et qui jou (...)

30Le taux de profit normal est alors le taux de profit des entreprises qui utilisent des capacités de production normales. Étant donné que « la théorie classique s’attend à ce que les nouveaux investissements mobilisent les meilleurs équipements » (p. 16), il s’ensuit que « le taux de rendement des nouveaux investissements est la mesure pertinente du taux normal de profit » (p. 16). Après avoir expliqué comment on peut effectivement mesurer le taux de rendement des nouveaux investissements9, Shaikh calcule (p. 298 et suiv.) ce taux en utilisant les données disponibles dans plusieurs pays, notamment ceux de l’OCDE. Il parvient à la conclusion que « dans chaque cas, les taux moyens de profit tendent à rester différents alors que les taux de profit des nouveaux investissements (incremental rates of profit) sont fortement égalisés (strongly equalized) » (p. 16), ce qui « fournit un support de poids à la théorie classique » (p. 16). Le « principe d’égalisation » est donc « opérationnel », aussi bien en ce qui concerne les prix que les taux de profit – à condition de n’en considérer que la partie « normale ».

31Qui dit profit, dit aussi coûts et prix. Shaikh accorde une place importante – aussi bien sur le plan théorique et empirique – aux uns et aux autres, tout en les abordant dans des chapitres séparés, et relativement éloignés l’un de l’autre.

7. Valeur, prix et coûts

  • 10 Alors que les néoclassiques rajoutent, selon Shaikh, une marge correspondant au taux de profit « no (...)

32La question épineuse de la valeur et des prix – « de production » et du marché – n’est traitée que dans le chapitre 9, « Competition and Interindustrial Relative Prices », de Capitalism. Après avoir rappelé le long débat qui caractérise cette question – notamment sur celle de la transformation de la valeur (travail) en prix de production –, il montre, à partir de séries longues relatives aux États-Unis, que les mesures « des prix du marché, des prix directs (proportionnels au temps de travail intégré) et aux prix de production [...] donnent en gros le même résultat » (p. 21). Les écarts entre ces mesures sont de l’ordre de 13 à 15%, tandis que les carrés des coefficients de corrélation entre leurs variations sont compris entre 0,8 et 0,9. On peut donc, sans commettre de grande erreur sur le plan conceptuel ou pratique, se fier aux prix observés, « de marché », pour mesurer les coûts des entreprises. Comme pour les « classiques » et comme le veut la « pratique des affaires », ces coûts sont donnés par « les dépenses en coûts variables (salaires et matières premières) et en coûts fixes (amortissement du capital fixe) »10 (p. 121).

  • 11 Shaikh attire l’attention sur la différence importante qu’il peut y avoir entre l’utilisation des c (...)

33Dans le chapitre 4, « Production and Costs », Shaikh rappelle comment les néoclassiques et les post-keynésiens présentent les fonctions de coût – total, unitaire, marginal –, puis il formule sa propre théorie qu’il rattache, comme toujours, à la « tradition classique ». Peu éloignée de celle des post-keynésiens – coût marginal constant « presque partout », coût unitaire décroissant vers le coût marginal –, sa théorie accorde néanmoins une place importante « à la durée et à l’intensité de la journée de travail » et à l’« utilisation des matières premières, du capital fixe et du travail » (p. 121), les uns et les autres ayant une incidence importante sur les coûts, et donc sur leur mesure11.

34Dans la section VI, « Empirical Evidence on Cost Curves » (p. 160 et suiv.), Shaikh confronte cette théorie aux nombreuses études réalisées sur la question ces dernières décennies. Il arrive à la conclusion que « la courbe de coût établie sur la base de la théorie classique de la production est similaire aux courbes effectivement observées, tout en étant compatible avec la pratique des affaires (business experience) » (p. 10).

  • 12 Shaikh rappelle comment ceux qui – tels Edward Chamberlin, Joan Robinson et Piero Sraffa – s’étaien (...)

35Dans le chapitre 7 (p. 272 et suiv.), Shaikh rappelle que toutes les études effectuées entre le début des années 1930, dont celles de l’Oxford Economists Research Group et de Hall et Hitch, et la fin des années 1990, consignées pour la plupart dans le livre Asking about prices (1998) de Blinder, Canetti, Lebow et Rudd, s’inscrivent en faux contre les présentations usuelles – coût marginal croissant et courbes de coût unitaire en U – qui, malheureusement, peuplent encore les manuels12.

8. Un paramètre essentiel : le rapport de force entre travail et capital

36Le travail est le seul « bien » qui ne peut être produit par le capital : « labor capacity is used by capital but it is not produced by capital » (p. 639). Les travailleurs ont, comme les détenteurs du capital, un pouvoir de décision autonome – notamment, celui de se battre pour le partage des revenus engendrés par la production. L’existence de chômeurs est inhérente à la concurrence dans le capitalisme : « Competition creates a persistent pool (Reserve Army) of unemployment of labor » (p. 42).

37Shaikh reproche aux néoclassiques, mais également aux post-keynésiens, de supposer que les travailleurs n’ont « rien à dire » sur leur situation :

[…] une conséquence frappante des approches orthodoxes et hétérodoxes est que les travailleurs n’ont rien à dire sur leur niveau de vie (standing of living). Pour les néoclassiques, le salaire réel est déterminé par la condition de plein-emploi alors que pour les post keynésiens il l’est par la productivité et la marge monopoliste établie par les entreprises (p. 42).

38Les travailleurs ont pourtant « quelque chose à dire » et leurs luttes doivent être prises en compte dans les analyses :

Une fois qu’il est reconnu que la force de travail et la croissance peuvent répondre à l’accumulation à travers une augmentation de la participation de la force de travail et une accélération du progrès technique, alors il devient nécessaire de prendre en compte les effets des luttes des travailleurs pour les salaires et pour leur part dans le produit (p. 42).

39Shaikh propose donc de compléter le point de vue keynésien et post-keynésien « pour qui l’accumulation est mue par la profitabilité et pour qui la demande agrégée a un impact central sur le produit et le chômage » (p. 646), par la reconnaissance « classique » selon laquelle :

[…] les luttes des travailleurs jouent un rôle significatif dans la détermination du salaire réel et que l’accumulation maintient un taux normal d’utilisation des capacités de production accompagné par un ensemble persistant (persistent pool) de travailleurs au chômage (p. 646).

40En incorporant ce qu’il appelle le « niveau de force socio-historique du travail », Shaikh montre comment une relation particulière entre le salaire moyen et la productivité émerge des « luttes disparates entre capital et travail » dans les entreprises (p. 648). Il en déduit que le taux de variation de la part du travail dans le revenu national est une fonction (strictement) décroissante du taux de chômage, relation qu’il appelle « courbe classique » et qui s’ajoute aux autres « lois émergentes » retenues dans sa théorie.

41La courbe classique coupe l’axe des abscisses en un point qui donne le taux de chômage « critique » qui est « différent, en règle générale, du taux de chômage qui correspond au plein-emploi » (P. 649). Autrement dit, le chômage critique – celui pour lequel le taux de variation de la part du travail est nul – est, du moins en partie, involontaire, à la différence du chômage « naturel » de Friedman-Phelps et de certains « keynésiens ». Shaikh consacre la section VI du chapitre 14 à « la relation entre la courbe classique et la courbe de Phillips » – en accordant, comme à son habitude, une place essentielle aux études empiriques.

9. La macroéconomie dynamique « classique »

42Les thèmes traités jusqu’à présent concernaient essentiellement le côté « offre » de la théorie : production, coûts, taux de profit, lutte des travailleurs. Le côté « demande » n’est abordé qu’au chapitre 13, « Classical Macro Dynamics », qui commence par une section intitulée « A reconsideration of the theory of effective demand ». Shaikh y propose de modifier les « microfondements » de cette théorie en abandonnant (partiellement) l’idée « keynésienne » selon laquelle il n’y aurait aucun lien entre épargne et investissement. Ce qui est, peut-être, le cas pour les ménages, mais pas du tout pour les entreprises :

La partie des gains de l’entreprise qu’elle épargne – qu’elle ne redistribue pas aux ménages – ne peut être indépendante de sa décision d’investir, étant donné que c’est elle qui prend à la fois la décision d’épargner et d’investir (p. 604).

43Considérer que l’épargne des entreprises est une proportion fixe de leur revenu net va, à la fois à l’encontre de la « pratique des affaires » et « de ce que l’on peut observer » (p 38).

44Ainsi, aux États-Unis, ou l’autofinancement est très important, « le taux d’épargne des entreprises suit de près (tracks closely) le taux d’investissement (il lui est, en gros, égal) » (p. 41).

45Shaikh consacre entièrement l’annexe 13 de Capitalism à étudier de façon détaillée les effets de ce qu’il appelle le « multiplicateur généralisé » – qui prend en compte la réponse de la production et du taux d’épargne à une augmentation de la demande.

46Cette première « reconsidération » de la théorie de la demande effective est suivie par une deuxième, « moins soulignée » (less noted) par les commentateurs : les vagues successives de dépenses à l’origine de l’effet multiplicateur ne sont possibles que si elles sont accompagnées par de la création monétaire : « Plus rares sont ceux qui remarquent que chaque vague de dépense est engendrée par une injection nouvelle de pouvoir d’achat sous la forme de crédits bancaires » (p. 602).

47L’élargissement du circuit économique est inévitablement accompagné d’une augmentation de l’endettement des entreprises – contrepartie de la création monétaire par les banques. À cela s’ajoute un rapport de force qui devient plus favorable aux travailleurs – l’armée de réserve diminue. Deux facteurs qui, selon Shaikh, diminuent la profitabilité des entreprises, avec pour conséquence un taux de croissance réduit dans le futur. Une analyse qui est peut-être la plus sujette à controverse parmi toutes celles qu’on trouve dans Capitalism.

10. Une proposition controversée

48Stimuler la demande a généralement deux effets : une relance de la production et de l’emploi d’une part ; une baisse de la profitabilité des entreprises, et donc du taux de croissance d’autre part. Comme le résume Shaikh :

Le pouvoir d’achat nouvellement créé peut gonfler (pump up) la production et l’emploi, comme Keynes l’a avancé, mais cela peut mener à une réduction du taux de croissance. La production à court terme sera supérieure, et la production à long terme inférieure à ce qu’elles auraient sinon été  (p. 6).

49Il considère, par conséquent, que « la croyance [des keynésiens et des post-keynésiens] qu’un chômage involontaire persistant peut être éliminé grâce à des politiques monétaires et budgétaires appropriées » (p. 38) est totalement illusoire.

50On peut suivre Shaikh sur ce dernier point sans forcément être d’accord sur le précédent : il est possible que jamais on ne parvienne, en régime capitaliste, à se passer d’une certaine quantité de chômage involontaire – nécessaire à son fonctionnement – sans pour autant adhérer à la thèse selon laquelle toute stimulation de l’économie est forcément « punie » dans le futur, en l’occurrence par une baisse du taux de croissance. On peut estimer que les choses sont plus complexes, sans s’en tenir au fait évident que dans des économies à l’évolution cyclique, ou chaotique, les phases d’accélération ou de boom sont forcément suivies de phases de ralentissement ou de déclin. Shaikh en est d’ailleurs conscient. Ce n’est sans doute pas un hasard si le dernier chapitre de Capitalism a pour titre « Growth, Profitability and Crisis » – chapitre où il tire les conséquences de sa théorie tout en sollicitant les faits. Il n’est pas sûr qu’il convainque tout le monde, tant les questions sont à la fois complexes et sensibles, mais il fournit au moins une base de discussion sensée et susceptible de multiples développements. Ce qui est déjà très appréciable.

11. Quelques critiques (secondaires)

51Personne n’est parfait. On trouve de-ci de-là dans Capitalism des phrases et des formulations dont le bien-fondé est douteux – notamment sur l’action des Banques Centrales ou sur la « théorie des marchés efficients ». Mais à y regarder de près, elles relèvent davantage de la maladresse que de l’erreur.

52Une exception, cependant : Shaikh donne sur certains points une vision déformée, et même parfois erronée, du modèle de la concurrence parfaite – qui est au cœur de la théorie néoclassique. En soi, cela n’a pas grande importance, vu qu’il n’emprunte rien à ce modèle. Mais il contribue ainsi à entretenir une certaine confusion dont les néoclassiques profitent pour discréditer ceux qui les critiquent (correctement).

  • 13 Shaikh écrit ainsi dans le chapitre 1 : « La concurrence est supposée prévaloir seulement s’il y a (...)

531. Shaikh qualifie d’« hyper-rationnels » les agents du modèle de concurrence parfaite, ce qui est, pour le moins, inapproprié. Des agents « preneurs de prix » – en particulier les entreprises – ne sont pas « hyper-rationnels » mais plutôt stupides, ou naïfs, ou « myopes13 » – à chacun de choisir l’appellation qui lui convient. Les néoclassiques n’aiment-ils pas proclamer que la supériorité du capitalisme tient au fait qu’il suffit de la seule information fournie par les « signaux-prix » émis par « le marché » pour que les agents affectent de façon efficace (optimales selon Patreto) les ressources de la société ?

  • 14 « Un marché est parfaitement concurrentiel si chaque entreprise suppose que le prix du marché est i (...)
  • 15 Une théorie peut survivre si elle comporte des hypothèses farfelues – il y aura toujours quelque «  (...)

542. « La connaissance parfaite (sic) contredit la concurrence parfaite » (p. 346, je souligne). Faux : la connaissance parfaite (quoiqu’on entende par là) n’est pas une hypothèse du modèle de concurrence parfaite – même si les manuels, ou Wikipedia, affirment ou laissent entendre le contraire (Guerrien, 2015b). Elle ne peut donc la « contredire ». Les néoclassiques postulent seulement que les entreprises croient qu’elles pourront vendre, ou acheter, tout ce qu’elles veulent aux prix « donnés », et que leurs offres et demandes n’affectent pas ces prix14. Ou alors ils font comme Arrow et Debreu qui dans leur célèbre article, Existence of an Equilibrium for a Competitive Economy : « donnent l’instruction à chaque unité de production et de consommation de se comporter comme si le prix annoncé p est d’équilibre » (Arrow et Debreu, 1954, point 1.4.1. Je souligne). Ces hypothèses sont « non réalistes » ou ridicules, mais elles évitent que le modèle soit incohérent.15.

553. Comme la plupart des hétérodoxes, Shaikh s’attarde sur certaines critiques secondaires du modèle de concurrence parfaite, et laisse dans l’ombre la principale d’entre elles : si tous les agents sont « preneurs de prix », qui propose les prix ? Il évoque bien à certains endroits – par exemple, aux pages 345 et 346 – le « mythical auctioneer » mais sans lui donner la place qu’il mérite (il ne figure même pas dans l’index), alors que c’est sur ce point que le modèle de concurrence parfaite frise l’incohérence. Shaikh reprend même à plusieurs reprises l’image du « grand nombre » d’agents « très petits » (cf. note 12) – image dont se servent les néoclassiques pour éluder la question de savoir qui « donne » les prix. Il valide ainsi implicitement la thèse de l’« irréalisme » du modèle de concurrence parfaite, alors que c’est sa pertinence qui est en jeu – il suppose de fait une économie ultra centralisée, même si ses thuriféraires prétendent le contraire.

  • 16 On a déjà signalé que la notion de taux de profit n’est pas définie (ni celle de capital, d’ailleur (...)

56Lorsque Shaikh écrit : « Si la théorie de la concurrence parfaite était valable dans les faits (empirically valid), toutes les entreprises auraient le même taux de profit » (p. 272), il reconnaît en fait une certaine forme de pertinence au modèle de concurrence parfaite – il ne viendrait à personne l’idée de tester un modèle non pertinent, qui concerne un monde qui n’est pas le nôtre16.

  • 17 En fait, Shaikh rappelle longuement dans son chapitre sur les « microfondements » les problèmes sou (...)

574. Shaikh accorde de la même façon un visa de crédibilité aux modèles de la « nouvelle macroéconomie ». Après avoir rappelé qu’ils sont du type « Robinson Crusoe » (p. 565), il parle, comme les partisans de ces modèles, d’« optimalité de Pareto » (p. 581) – ce qui suppose la présence d’au moins deux agents –, de « salaire », de « prix », de « marchés », d’ « emploi », d’« Etat », de « politique économique », de « test économétrique » (p. 580), d’ « équilibre général » (p. 582) comme si cela avait un sens dans le monde d’un Robinson schizophrène (selon la formule de Varian). Des auteurs néoclassiques célèbres – dont Solow, Arrow et Hahn – se sont d’ailleurs élevés devant une telle absurdité17. Il accorde même une certaine crédibilité à ces modèles en faisant croire que cela a un sens de les tester empiriquement. Par exemple, quand il écrit que « la théorie des cycles réels […] est […] bien trop faible pour rendre compte des variations observées pendant le cycle » (p. 582), ou en constatant qu’« en fin de compte, la théorie des cycles réels repose sur une faible base empirique » (p. 582). Tout cela est un peu consternant sans que, toutefois, le fond de l’ouvrage ne soit en rien affecté.

12. CONCLUSION

58Il existe deux façons « extrêmes », ou « polaires », de concevoir le capitalisme : d’une part la guerre de tous contre tous – en particulier des travailleurs et des « capitalistes » ; d’autre part la « coopération » entre « facteurs » qui apportent leur « contribution » à la production, « le marché » s’occupant de coordonner leurs choix. Shaikh se situe au premier de ces pôles, les néoclassiques au deuxième – chacun apportant éventuellement des nuances pour essayer de mieux faire concorder la théorie avec la réalité, telle qu’il la conçoit. Les keynésiens et post-keynésiens sont, quant à eux, dans un entre-deux relativement inconfortable, vu le caractère exclusif des deux positions « polaires ».

59Shaikh a réussi l’exploit de construire une théorie « générale », qui traite de questions relevant aussi bien de la « microéconomie » que de la « macroéconomie », en s’en tenant à sa vision de départ du capitalisme et en s’appuyant sur un petit nombre de « principes opérationnels » ainsi que sur quelques « lois émergentes », compatibles avec cette vision.

60On peut évidemment trouver que des notions telles que « structures cachées », « tendances turbulentes », « gravitation » ou « émergence » sont vagues au point de limiter la portée de la théorie et d’en empêcher le développement futur. On peut aussi estimer discutable la façon dont Shaikh aménage les données pour arriver à ses conclusions. On peut enfin lui reprocher de ne pas proposer de « solutions » aux grands problèmes auxquels se heurtent les économies capitalistes, ni de faire des « prédictions » autres que celles d’ordre général qui découlent de sa théorie. Mais les autres théories n’en font pas plus sur ce terrain – et souvent beaucoup moins. Surtout, aucune ne fournit, de près ou de loin, une base à la fois factuelle, de réflexion et de discussion aussi diverse et riche que celle qu’on trouve dans Capitalism – ouvrage que tout économiste qui se respecte devrait, au moins, avoir toujours à la portée de la main.

Top of page

Bibliography

Arrow K. and G. Debreu (1954), “Existence of an Equilibrium in a Competitive Economy”, Econometrica, vol. 22, no 3. p. 265-290. http://web.stanford.edu/class/msande311/arrow-debreu.pdf

Blanchard O. (2016), “How to Teach Intermediate Macroeconomics”, Peterson Institute for International Economics. https://piie.com/blogs/realtime-economic-issues-watch/how-teach-intermediate-macroeconomics-after-crisis

Guerrien B. (2004), “Irrelevance and Ideology. A comment on Tony Lawson’s book Reorienting Economics” in Post-autistic Economics Review, no 29. http://bernardguerrien.com/Lawson.pdf

Guerrien B. (2015a), « Robinson, Maupertuis et la nouvelle macroéconomie » in Économie critique. http://www.bernardguerrien.com/index.htm/

Guerrien B. (2015b), « Qu’est-ce que la concurrence parfaite ? » in Économie critique. http://www.bernardguerrien.com/index.htm/

Kirman A. (1992), “Whom and What Does the Representative Individual Represent?” in Journal of Economic Perspectives, vol. 6, no 2, p. 117–136 http://pubs.aeaweb.org/doi/pdfplus/10.1257/jep.6.2.117

Shaikh A. (1974), “Laws of Production and Laws of Algebra: The Humbug Production Function” in The Review of Economics and Statistics 56(1), p. 115-120. http://www.anwarshaikhecon.org/sortable/images/docs/publications/aggregate_production_functions/1974/1-humbug.pdf

Varian H. (2008), Analyse Microéconomique, De Boeck, Bruxelles.

Top of page

Notes

2 La substance de ces cours pourrait être incorporée dans celui d’histoire de la pensée économique, les mathématiques en moins.

3 L’index thématique de Capitalism, très rudimentaire, n’étant pratiquement d’aucune aide.

4 Le débat entre les deux Cambridge sur le « reswitching » a ainsi pompé inutilement beaucoup d’énergies chez les « hétérodoxes », puisqu’il portait sur la forme d’une relation « empirique » tout en se situant dans le monde de la concurrence parfaite – qui n’a rien à voir, ni de près ni de loin, avec celui dans lequel nous vivons.

5 Contrairement au cas de concurrence parfaite, où cette demande attendue serait « plate », « horizontale » ou « parfaitement inélastique ».

6 Il n’exclut pas toutefois l’existence de monopoles – caractérisés par le fait d’avoir durablement un taux de profit (nettement) supérieur au taux « normal » de l’économie –, tout en y voyant des exceptions.

7 Chaque entreprise choisissant un taux de marge en fonction d’une multitude de facteurs qui lui sont propres et qui n’a aucune raison de tendre vers un taux commun.

8 Chez les néoclassiques, la confusion règne en ce qui concerne le taux d’intérêt. En microéconomie, il est réel, propre à chaque bien (daté) – absence de monnaie ; en macroéconomie, il est confondu avec le taux de rendement du « bien » capital (productivité marginale du capital). Chez les keynésiens/post-keynésiens, les théories foisonnent à son propos.

9 Il appelle « regulating capitals » les capitaux qui sont consacrés à ces investissements et qui jouent le rôle de « meneurs » (leaders) en ce qui concerne la fixation des prix.

10 Alors que les néoclassiques rajoutent, selon Shaikh, une marge correspondant au taux de profit « normal ». Mais les «vrais » néoclassiques – ceux de la micro – ne le font pas, le taux de profit n’y jouant aucun rôle.

11 Shaikh attire l’attention sur la différence importante qu’il peut y avoir entre l’utilisation des capacités de production « selon l’ingénieur », purement technique (et maximale), et celle, effective, selon l’entreprise – qui doit tenir compte d’un certain nombre de contraintes d’ordre social et réglementaire. Il s’en tient, dans ses mesures, à cette dernière, puisqu’elle correspond à celle du monde des affaires – celui qui décide d’investir.

12 Shaikh rappelle comment ceux qui – tels Edward Chamberlin, Joan Robinson et Piero Sraffa – s’étaient élevés à la fin des années 30, et au vu de ces faits évidents, contre le modèle de concurrence parfaite ont finalement perdu sur toute la ligne, la concurrence parfaite « finissant par être poussée vers de nouveaux sommets » (p. 358) – les « imperfections » étant reléguées au second plan (par exemple, moins de 10 % des pages dans le Varian).

13 Shaikh écrit ainsi dans le chapitre 1 : « La concurrence est supposée prévaloir seulement s’il y a une multitude de petites entreprises preneuses de prix, chacune poursuivant de façon myope son seul intérêt » (p. 17).

14 « Un marché est parfaitement concurrentiel si chaque entreprise suppose que le prix du marché est indépendant de son propre niveau de production » (Varian, 2008, p. 424. Je souligne).

15 Une théorie peut survivre si elle comporte des hypothèses farfelues – il y aura toujours quelque « philosophe » pour la défendre avec des arguments à la Friedman. Elle ne le peut pas si elle est incohérente. C’est pourquoi les néoclassiques sont passés maîtres dans la fabrication d’hypothèses abracadabrantesques destinées à éviter l’incohérence.

16 On a déjà signalé que la notion de taux de profit n’est pas définie (ni celle de capital, d’ailleurs) dans le modèle de concurrence parfaite. Shaikh mélange ici micro et macro, reprenant de fait le mythe selon lequel les modèles avec une fonction de production agrégée représenteraient une économie « concurrentielle » (Guerrien, 2015a).

17 En fait, Shaikh rappelle longuement dans son chapitre sur les « microfondements » les problèmes soulevés par l’agrégation (p. 84 à 87). Il s’y réfère notamment à l’article de Kirman “Whom and What Does the Representative Individual Represent?” (1992), mais semble curieusement l’avoir oublié 500 pages plus loin.

Top of page

References

Electronic reference

Bernard Guerrien, « Une nouvelle « théorie générale » ? », Revue de la régulation [Online], 20 | 2e semestre/ Autumn 2016, Online since 20 December 2016, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/regulation/11958

Top of page

About the author

Bernard Guerrien

Chercheur associé au SAMM, université Paris 1, bguerrien@sfr.fr

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page