Navigation – Plan du site
Lectures institutionnalistes de la Chine

Prolétarisation incomplète et miracle économique chinois : entre héritage collectiviste et capitalisme transnational

Incomplete Proletarization and Chinese Economic Miracle: Between Collectivist Heritage and Transnational Capitalism
Jean Mathieu

Résumés

Le régime d’accumulation de la Chine des réformes tire ses principales spécificités dans la rencontre de la trajectoire de développement involutive de longue durée de la Chine avec le processus d’accumulation transnational caractéristique du capitalisme des trente dernières années. L’héritage historique involutif avait créé un vaste bassin de travailleurs excédentaires, mais les réformes depuis 1978 ont permis de dégager ce surplus de main-d’œuvre encastré dans les institutions collectivistes, puis de les mobiliser dans les zones économiques spéciales orientées vers l’exportation, donnant ainsi naissance au phénomène des travailleurs migrants. Alors que les rapports sociaux de propriété ont pris une allure capitaliste dans les zones urbaines et industrialisées, ils sont restés fortement influencés par l’héritage institutionnel du collectivisme en milieu rural. Les interactions entre ces deux régimes de propriété ont été au fondement de la croissance de la Chine depuis 1978, en fournissant au capitalisme transnational une main-d’œuvre abondante à des salaires inférieurs à son coût de reproduction, mais l’expropriation en cours de la paysannerie vient menacer le précaire équilibre sur lequel le régime de croissance chinois était fondé.

Haut de page

Texte intégral

1. Des explications insuffisantes

  • 1 En philosophie des sciences, on distingue l'explanans, c'est-à-dire l'explication proprement dite, (...)

1Les principales approches ayant suggéré des explications au dynamisme économique chinois s’avèrent confrontées à des problèmes empiriques et théoriques importants. Alors que chacune d’entre elles met en avant un explanans1 fondé sur des données empiriques solides et riches, les éléments d’explications qu’elles fournissent se contredisent mutuellement, notamment parce qu’elles accordent respectivement une place prépondérante à des facteurs différents.

2Le premier type d’explication reprend le cadre conceptuel développé par l’économie néoclassique. La croissance des marchés favoriserait une allocation rationnelle des ressources qui serait à son tour la cause du développement économique. Dans cette perspective, les efforts de la Chine pour lever les obstacles au fonctionnement d’un marché libre auraient favorisé l’éclosion de groupes d’entrepreneurs qui seraient au cœur du dynamisme économique chinois, et de manière plus importante encore, auraient permis d’attirer des investissements étrangers considérables en garantissant les droits de propriété (Nee, 1989 ; 1996 ; Yang et Nee, 2000 ; Tian, 2001 ; Nee, Opper et Wong, 2007). Ainsi, l’intégration de la Chine au marché mondial serait le résultat de l’adoption d’un cadre légal et institutionnel libérant les forces du marché. Ce type d’explication s’avère toutefois insuffisant dès lors que l’on constate non seulement l’absence de crises typiquement capitalistes, mais aussi la persistance d’un État développemental fort (Bergère, 2013) et la grande incertitude liée aux droits de propriété (Szelényi, 2010), notamment en ce qui concerne la propriété foncière (Ho, 2001 ; 2014)

3Un deuxième modèle, que l’on pourrait qualifier de dévelopementalisme étatique, se situe à l’opposé de cette perspective néoclassique. Plusieurs analystes soulignent que l’État chinois continue en effet de jouer un rôle majeur dans le développement économique (Oi, 1992a ; So 2006 ; Bolesta, 2007 ; Wang, 2009 ; Bergère, 2013). L’État chinois, développemental et entrepreneurial, serait un chef d’orchestre permettant une transition en douceur vers une économie de marché qui continuerait d’être doublée par un important secteur étatisé. Dans ce modèle, la levée des obstacles au libre marché n’est pas suffisante pour attirer des capitaux : la stratégie de développement économique de la Chine miserait sur la constitution graduelle de zones économiques spéciales fiscalement avantageuses où le développement des infrastructures profiterait aussi d’une aide substantielle de l’État (Naughton 2007). Ici, le succès développemental chinois est identifié à une politique pragmatique de libéralisation contrôlée, ainsi qu’au maintien d’un fort secteur entrepreneurial d’État. La libéralisation lente et contrôlée, couplée au maintien du rôle de l’État dans les secteurs économiques clés permettrait ainsi de préserver une forme de stabilité économique tout en maintenant un processus de modernisation centré sur la transition vers le capitalisme. Or, Nee et ses collaborateurs (2007) supposent qu’une trop grande ingérence de l’État dans l’économie nuit à la performance économique des entreprises. Ainsi, cette approche expliquerait mal pourquoi la stratégie de développement centrée sur l’État échapperait aux problèmes typiques des économies planifiées.

4Le modèle des guanxi, de son côté, postule que le contexte institutionnel et juridique de la Chine rend impossible, dans son état actuel, la constitution d’une économie de marché (Peng et Luo, 2000 ; Xin et Pearce, 1996 ; Krug et Hendrischke, 2008 ; Boisot et Child, 1999). L’absence de règles claires encadrant les affaires, l’imprévisibilité du droit et des marchés financiers déficients déboucheraient sur une importante incertitude qui découragerait les investissements. Les réseaux constitués par la diaspora chinoise auraient alors servi à canaliser les investissements vers la Chine. En construisant des liens personnalisés entre différents acteurs sur différentes échelles, ces réseaux – les guanxi – auraient lié les investisseurs et les entrepreneurs aux fonctionnaires chinois, permettant ainsi aux premiers de protéger leurs investissements par le développement d’une relation de patronage avec un homme politique disposant de certaines ressources institutionnelles. L’avantage chinois aurait alors été centré sur les connexions développées entre les diasporas chinoises capables de mobiliser un capital important et les élites politiques locales, provinciales et nationales capables d’encadrer la pénétration de ces capitaux dans l’espace continental chinois.

5Plusieurs critiques de ces deux dernières approches se rejoignent en soulignant qu’en l’absence d’une société civile pour faire contrepoids au Parti, il est difficile d’empêcher les dirigeants et les fonctionnaires de rechercher une rente et d’utiliser leur contrôle des ressources institutionnelles pour poursuivre des intérêts privés qui peuvent nuire à la performance macroéconomique du pays en induisant une utilisation improductive des ressources (Lu, 1999 ; Ding, 2000a ; Ding, 2000b ; Pei, 2006 ; Xu, 2011). L’État chinois ne pourrait être considéré comme développemental et servirait principalement à la protection des intérêts des dirigeants du Parti (Huang, 2008), ce qui expliquerait le fait que les élites politiques ont, durant la transition, recréé un système de patronage distribuant les ressources institutionnelles en direction de réseaux clientélistes mêlant opportunité économique et allégeance politique (Naughton, 2008).

6En soulignant un problème théorique majeur commun à ces trois approches, Fligstein et Zhang (2011, 41, nous traduisons) ont pointé du doigt une contradiction importante et récurrente, à savoir que « les facteurs qui sont supposés avoir mené à la croissance économique chinoise sont aussi tenus pour responsables de l’avoir ralentie, ou bien les facteurs qui sont supposés l’avoir propulsé à un moment donné sont plus tard devenus une barrière ». C’est à partir d’une telle critique que des auteurs issus de la tradition de la variété des capitalismes ont proposé un changement de regard qui impliquait le glissement d’une approche centrée sur la causalité vers une approche plus typologique, classificatoire et descriptive, dont le pouvoir explicatif pouvait certes être moindre, mais qui devait permettre d’intégrer l’extrême complexité chinoise dans une analyse moins réductrice (McNally, 2007 ; Witt, 2010 ; Ahrens et Jünemann, 2010 ; Fligstein et Zhang, 2011). C’est ainsi que ces auteurs ont tenté, en analysant les relations industrielles, l’éducation et la formation de la main-d’œuvre, les relations inter-firmes, la structure financière ainsi que la gouvernance des entreprises – selon le modèle suggéré par Hall et Soskice (2001) – de placer l’économie chinoise à l’intérieur du continuum caractéristique de l’approche allant des économies de marché libérales (dont l’idéal type sont les États-Unis) aux économies de marché coordonnées (dont l’idéal type serait l’Allemagne).

7Or, comme le soulignent Peck et Zhang (2013, P. 359) les tentatives d’intégration de la Chine dans le cadre théorique de la variété des capitalismes ont débouché sur des résultats contradictoires : alors que Witt (2010) montre que la variété chinoise s’apparente à une économie de marché libérale (LME), d’autres (Ahrens et Jünemann, 2010 ; Fligstein et Zhang, 2011) concluent qu’elle appartient plutôt au modèle des économies de marché coordonnées (CME). Or, Peck et Theodore (2007), contestant la tendance au nationalisme méthodologique de l’approche de la variété des capitalismes, soulignent que ces tentatives écrasent les échelles spatiales multiples et la variabilité interne des économies nationales, masquant ainsi le caractère géographiquement inégal et combiné de la production capitaliste de l’espace. Fidèles à cette critique, Zhang et Peck (2016) décrivent pas moins de cinq modèles de développement capitalistes régionaux établis grâce à l’analyse des mêmes quatre dimensions suggérées par l’approche de la variété des capitalismes, intégrant ainsi une dimension spatiale cruciale dans leurs théorisations.

8Cette grande variabilité géographique est cohérente avec la thèse voulant que le développement économique chinois prenne la forme d’un « corporatisme d’État local » (Oi, 1992b ; Unger et Chan, 1995 ; Peng, 2001 ; Boyer, 2015), dans lequel les élites politiques et les entrepreneurs – des groupes par ailleurs souvent constitués des mêmes personnes et des mêmes réseaux (Bergère, 2013) – utilisent les ressources de l’État et des collectivités locales pour diriger le processus de développement. La compétition entre les divers États résultant de ce type de développement créerait alors non seulement une géographie économique inégale et combinée, mais stimulerait aussi les innovations institutionnelles, donnant ainsi sa forme particulière à la trajectoire du développement chinois depuis 1978.

2. La construction sociale de la force de travail tenue pour acquise

  • 2 En effet, à l'exception du modèle de développement de la « Silicon Valley de l'Est » centré sur Pék (...)

9Toutefois, malgré leurs différences, ces modèles évacuent de leurs analyses les conditions sociales et institutionnelles qui sous-tendent l’avantage comparatif que partagent la grande majorité de ces modèles de développement2, à savoir la présence d’une main-d’œuvre abondante, disciplinée et bon marché que les investisseurs capitalistes sont ensuite en mesure de mobiliser dans la production industrielle (Chan, 2000a ; 2001 ; 2003 ; Chan et Xiaoyang, 2003 ; Taylor et Cantin, 2008). En effet, leurs explanans postulent toutes comme un fait établi et non problématique la présence d’une telle main-d’œuvre.

  • 3 Le hukou est un système d’enregistrement des populations qui attribue aux ménages des statuts rurau (...)

10Même certains des travaux menés par l’école de la régulation, normalement attentifs à la spécificité historique du rapport salarial, semblent prendre pour acquis que le rapport salarial chinois, marqué par une grande inégalité de droit et de fait entre les travailleurs migrants et les travailleurs possédant un hukou urbain3, se fonde sur la complète marchandisation de la force de travail des mingong (Alary 2014 ; Périsse 2014).

11Toujpropriu côté régulatioolist, Aglimetts etGuo Bati 2027)offrment une tropratre dscaussion historiquument titure de la trajectoire de développement chinoise et bcordent laiquection des liens entre La construction sociale de la force de travai,s la productvlité du travail et la structure famitiale chinois>. En mobilisant les travaux comparaties dePomearazi 2008))), ce qui empêcaint touta forme d économie d échells, sothinnrnut-ist. La Chine serait reste bloqture Dans cepiègmesmiathin jusique dans les année 1970), dtre à lqduelle la rnvolutio vetss aurait efins ronu mpossiblt uneh ausre suffisante de la productvlité Agrioalt pour permettre un ruel d collgie économiqu8.

  • 4 les travaux deFeuerweorke 19701 ; 2060a ; 206bs) ont bien montré comment cette production proo-ink (...)
  • Ppar «>involutiol 1, nousrentndoans une trajectoire de développement dans lqduelle « la productiontk (...)
  • Aujptions asnsi que teur explication de lasitancation de la trajectoire de développement chinoisere (...)

>2, d’où une trajectoire de développement que nous qualifions d’involutiv>

>3, clbl, d’vsant les réforme, nue disposait pas du type de main-d’œuvre bon marchénnocesauire à la production capitaliste : les travailleurs et les travaillestesnd étavent pa, nia formellemenaniaprmatiqumvens, é"paués des oyentsdte production Lüg et Prryn, 1970)) et lu travail ne poevaitnia êtrevronu nia êtreachtré sur le marché Aendrpa, 2008).).)

4Toutefois, dans les zones rurales, lauccès pes paysafs à laterrs continue d’être réguué pardets institutions hérirées de la hérodne collectivist>,nsi bien qu’ lors que ees rapports sociaux de propriété ont pris une allure capitaliste dans les zones urbaines et industrialisées, ils sont restés fortement influencés pardles processus non capitalistee en milieu rural. Les interactions entre ces deux régimes de propriété ont été au fondement de la croissance de la Chine depuis 1978, en fournissant au capitalisme transnational une main-d’œuvre abondantesde reprodlisantppartiellemena prs des oyents non capitaliste>, ce qui permes à la Chine ds proporer des salairesextrêmemenabars aux investisseurs étrangers.

3. Développement involutif et surplus de main-d’œuvre : les origines historiques de l’armée de réserve chinoise

  • Lai sous utilisation de main-'œuvre dans la Chine collectivisti e faitl'obj et depPlusieursvestmatk (...)

54(Huang, 1905 ;Bginnror etIseitt, 202e).

64xiexsup>me sliclls, un type de développement économique comparabl, à lEuProp (Pomearazi 2009 ; grant,eMae etRawskO, 2014e, maisales données empiriques relatvles à l’nvolutiodce l’esprsance devir, de la productiondne grion et de lasurfpace multvlée par personns suggrment u autre type d’explication centré sur une analyse des cent iautesmi cr- économiquespesaent surlles auteur>, ce qui suggrms que le maintien d’unéquilibre économique sotenub le dptendait principalementdme mcanlismes de mrtgalité de typemcathlusin8.

74(Choi, 1806 ;(Huang, 1905 ;Bginnror etIseitt, 202e) Lmoie d’être isst d’uneologique de développementsmiathinnr,n dans lqduelle ladtivition du travail et la spécialisatio i suflment uneh ausre de la productvlitéeit une m élogration des conditions devir, le développement commrcriat chinois étaiteun faitdnomnué par unernationalité non capitalist, donnant forme à une trajectoire de développementmcathlusinuns.

En ne bsaent surlles travaux de(Chyanov 19868>,(Huan 1990)eas montré comment les fmielles paysaines chinoise,t parce qu’elles disposament d’u auccès direci et nonm diné à laterr,snd’adoptavent par unernationalité de type capitalist,fpace aux prsnsions dmographiqus>. En effet, les permeurs capitalistesocesaument d’utiliser du travail salarté cès que teurre tour sur investissemenn dectendait soue le aalaire au march,e ca, clai impliquaituns rondemen inéguti.>Ppar contr,n les fmielles paysaines continsiment à invester du travailtlant que ls besmoins de ioncomsation de la fmiellsnd étavent pae cueort,s mêm nsi le rondemen de ce travail étaitlhargementssoue le aalaire au march, ousl’lsnd étaitique rcèspieu productfl>(Chyanovi, 1806 ;(Huang, 190). Dans une économie paysaintdnomnues par l’uto- production famitial,s un tee oimporsement est pr faisement rationner, comme le soulign;(Huan :.

block,quoel>

[(..] nsi une fmiells paysaintddispoetdre plus de travail que nocesauire dans les conditionsdoptmrales, etsie ce travail est n capabl, rs( ouune sucainls ps)i troeeerun empoc catvernctfl dansun marché du travail dj à sturh,eial serait pr faisement « rationnel » pour Cette fmiellsdse mettrecce surplus de travail àld’œuvr pour ue rcès fab les r toues, pui que cu travail u’ ique rcèspieuout pas du oaut de « coût l’opportunite ».>(Huang, 190s, . 141, nous traduisons.

94, sonéqeance de ladtivition constante desterres entrebles hérimiersmâales, aerait re plus ee plus favorisécre type d utilisation ue travai,s lors que ansrécrlisation des droits des paysafs sur la cuoche rpabl, res sois aurait empêcsé l’exulition des paysafs d, leursterres ts la cractior d’un prl étritat Agrioalt typiqun du muivementYanlaits deseanlostures(Bginnror etIseitt, 202e>, ce qui aerait permis aux fmielles d’ssturar lourpféreunité dansun contexte de eractionpement croissate desterres(Mazumdarg, 198e) Lce type dernationalité économique conditioené à laefois par l’inproductiondn, novellesicultures ts par lasrécrlisation des droits da prpariété des paysafs aurait alors conditioenéun développement involuti), dans lequel l nvolsme ontal de la productionagementai,t mais at prxt d’un rondemen de moinsien moins important parujprnmée de travail>(Huang, 190).Confronirées à une restion dmographiqut re plus ee plus importante et à ladtomnuation de lataielle d, leursexpocitatioe,r les fmielles chinoises auraient onccragi eu alloaentdre plus ee plus de travail à desaectivités liése à la ptitte production marchanme pour fairefpace auxbesmoins de ioncomsation des fmielle>, ce qui aerait sotenu la tendancellordrs à la commrcrialisatio, de l économie de la Chineiomprtiale tartive, maisalu oaut Dans une cofigugration spécifiqutoù la productvlité ve clqdu tunité de travail ujptmée tomnurait>(Huang, 190).

Enfvai,t js qu en 133, la productionparts anaes efectture Dans de ptittes entreprises ruralespieuéquppéesauca"parait encore rcès pes deuxtmiers de la productiondne marchandiles, et empoyrait res paysafs qui coserraient euirauccès à laterrs et à leurs oyentsdte subinstace( euerweorke,; 206b).Bbien qu’ iemennn pa lapauvrté relatvle des mssles paysaine,e ce type de marché du travail semaeraituneopportunité et nonunebligsatio>11, dans la mesureoù un empoc salarté ressint une possiialité pami, d’autres dans les stratégies de rpproductiondns ménage. Dre plu,e ce marché du travail ressint marqué par les tomsles trnditioeellesimporées par ladtivitionsexduelle ue travai,s quifvasfait que lesfemsmes étaventgpénrpalement cofiniése à la productiondnoeasgique et ljoigrées au-travail salart, desporst que an maimiyse aeiculnst surlles empocsl salartsa craint uneratrité de main-d’œuvre qui maintenait les salaires relatvlement levs.>(Huang, 190s, . 1411).Aasns,r une les conditions nocesauires à une nndustrialisatiotndogmèn de type capitalist>, à savoir la présence d’une force de travaililibre de toutaattachs à laterrs etd élvrure dsebligsatioes botuemière,l étai-telle mnsquanet. La tendanceinvolutive du développement chinois demaeraitllordr,r etsei troevaitaggt ares par la cocurrence ets prodites ran facuaués impornés par dsgepuissancseocc idenialu.

3.> – evaitrmis lauceent surld’industreillordrs ts la réformt Agauire,epuis les campagni dne collectiviaitions desterresarraient cindut à undegrté de collectiviaitios importantssuite à un premier «Bcing enAvtenl » réigugrnet la stratégie stivle arcès1958 Dmomeace etRiochrn, 1995 ;Fauibankn, 2010 ;Sprencg, 190)).

4 Selides et ieh-mtin, 2101 ;Ncorhagn, 2127)Dmomeace etRiochrn, 1997)Sprencg, 190)).Àe ’intérieur dupParti, d’prles pbtatsoupposrment unefauction r groulée atouardee l économist,ChdesY un – aequel appartenait Deng Xiapiang –ent u autre groupn r groule atouardeeBo Yiboe Bacmhan, 206)).Lde premier groupn socainratt abulee sur lauitgalité trnditioeelle de la commrcrialisatio, chinoise pour sotenire le développement économiqu,s lors que ei s cine considéaint une telle stratégie commecrypto capitalist,eit socainratt plutôt des collectiviaitionsrcapdge. Ppour La tendance collectivist>, le mnqtue de ressources de l’État allait pouvoir être cmpresnn pa lacraalisatio, l économise d échelle et enfvasfant oppil àldmenhousiaisme des mssle>.Ldenvo onariisme des mssles paysaines était capabl,a cryrai-io,rdde mobiliserlce surplus de main-d’œuvr Agrioalt à desfoinsmproductives Bacmhan, 2060 ;Sprencg, 1905 ;Fauibankn, 201)).

Lin etYhang, 205)t. La ctas trohue uaGgran Bcingisolme politiquementMaor etsesupPartysafs – qisrdeirendsont at pouvoirloers de la rnvolutioiculturelle – mais marqet aussi an stabilysation ue processus laucumgulatioe bsré sur ’extauctiondnsrdessources Agrioalesfoiançaent l’industrialisatio>

, ce qui permetrait re mainteiee la croissance de d’industrialisatio,t mais at dstrement drs investissements dans laAgricultur >Selides et ieh-mtin, 2101).Aains,rloers ue premierxplar qunqtuonna,e d’industreila çu 52.45%r des investissementsets laAgricultur un migur 7.85%r(ibid.),s lors mêm qu en 155e lappopulatios urbainsune rpprésesfait qd’un migur 13.485%r de lappopulatio,e liommeyse aajorité(86,525%)s étent urale Chia Sotatestcna)Yearbookr, 2015.Coomme lemoentrebln sabl a 1,s les rcquiditions de prodites Agrioales par l’État sont resteesextrêmemena importantss durant touta la hérodne collectivist).

Lewian, 1715),lne collectivimt, chinoisanmiyré sur une stratégieoù des paysafs étavent mainteous paitiquementdne force dans laAgricultur >Selides et ieh-mtin, 2101s etoù un système dlasiancation àpré idect>, le>hukou,svfait éré spécifiquement coçu pour fcialiserlce contrôle des igratios intérieuse,t pour empêcrer l urbrnisatio,g lpdante,etr permettre une aloication centialisé desaapprivitionsements en gérrales, des euvicets sociaus, des empocslentdueololmvens, cranntdue mêm cou des grandse inégalitns entreviellesens campagni qui caractériment encoreaoujpr dhuis la Chine cn temorbains>(Cha, 2096 ;Wuk et trimha, 2043 ; Ceang etSelides 194e).

Toutefois, un fait souventm éconue et qui estd’imprstace capitase pournotrearguement ei troeei dans ls lies entrebles réformes Agauire,r les droits da prpariété et lu>hukou>.Lde sociavimt, chinoisecherctaiteun efett àsl’rriger surlles commuauitnsvielagenoises trnditioeelles(Skoc pon, 1760 ;Skoc pon, 179), et vrait r distribré lesterressmaiiese aux prpariéauiresterrliens sur labarce de d appartenence ets paysafs axs commuauitnsvielagenoise,r une appartenenceiescrtei dans ls statuu>hukou >Aendrpan et Zha, 2015.Si La constitutiondes1954,guranoissut àtsoueunsauccès à un empoc et des oyentsdte subinstac, en zones rurales,cce oentalesvielagets qui revirment cofieur lapprpariété desterre>.Lde résultae d’une telleltégsulatiosfaut de créet uu régime da prpariétéoù lauccèsvaux oyentsdte subinstacepaissut,e pour lns paysaf,s par l’appartenence à unvielage,e appartenencetell- mêm guranoes par l institution ue em>>hukou,s qui re troevait pa-l à àattachr des paysafs à laterrs re mnlièreduosabl).

block,quoel>

l’Éta> pos rnvolutionlaire chinois,dre plu,eavuaitunsintéêtr acquis dans l’involutio. les axise d Étatent esauhtatsobligsaouires étavent en fnuctiondnela productiontontate,etrniotnn fnuctiondnesrdevenusoue de la productvlité parunité de travai. Du pient devque de l’Éta,ldesaapprivitionsements étavent mximiyrés par d plushHautniveaut possiblt de développementinvolutf,e nndptendmement du rondemen magionlnn et au-travai.

(Huang, 190).Àsiontoua,e la su abondaces de main-d’œuvr t e levn touta forme drincitatfis à l m élogration de la productvlité ue travai,s d’auannt plus que des collectfsl ne poevament cog dirar louesmembire,r d’où une tendance porst à lse mettre au-travailpieu imporue teur productvlité magionlns>ibid.)u>.Lla iguvre1emoentre une stancation de la rmmudéaution dansun collectfe de travail titus dans l’État u Scogjiuan durant les eaux déreunets qui uivient enGgranBcing enAvten. Eelletelustei bien La conéqeance d’une telle ynamgiqueinvolutive sur leniveauaddevirs des travailleurs ruraxe chinoi).

>

Figuvre1.Énvolutiodce a avlteurmoeiéauire d’uneujprnmée de travail àXubusZhaqihoi, distrcntdmeScogjiuan.

img srcf=do consxe/image/12254/img-2-smcal480.jpg"salt="Figuvre1.Énvolutiodce a avlteurmoeiéauire d’uneujprnmée de travail àXubusZhaqihoi, distrcntdmeScogjiuan" />)

Ssource :(Huang, 190s, . 239.

  • 2>Pparsrécrlité économiqu1, nousrentndoansicsi leffait que lapaaysaintreis' estvum guranoes par de rt (...)

2>, at prx,eial estvtrn,e d’uneexpiditiosaucruce aux efetes ctas trohriques dns rruers dexplasflicatior, comme lemoentre La ctas trohuehumbainsent écologique uaGgran Bcing enAvten. >Toutefois,lLa croissance dmographiqu La continus urrrlhr desgtains da productvlitépAgrioal,e lors que ei système te production collectivistfpavorisait une aloication au-travail sousdoptmrals ts paitagrait avec la Chineiomprtialesas olprsance pour La sous utilisation della main-d’œuvr).Aainsi re troesrment cruest les eaux conditions historiques qui allavens, durant la hérodnedees réforme, sotenire le «miaralel » chinoie : une abondaces de main-d’œuvrent u régime da prpariété desterres collectivistguranoissent lauccès à ur Agricultur de subinstac.

Toutefois,noonrs que an premièr phasnedees réformel est liée à unrchagmemena importani dans ls mor deltégstmattion au régim).Aatrefois centrée sur lapeersonnsrchriisaitique leMaor etsuardles princiesenégaliauires>Aendrpa, 2076 ;Wun, 213), laltégstmlité politique ua régime ce d pnaeertviers at capcité des élntss à i suflmrun développement économiqunmporuuardu eioctissemenn(Wun, 213). leslliensdstroitseentre Laltégstmlité politiqu, le développement économique et l’extériaces historique uaGgran Bcing enAvten,epuis de la rnvolutioiculturelle pososrment prosablementales élntss dirigeantss àadopeur une stratégiedes réformelpergeasgique etggraduell,n dans lqduelle dse inovaitions urvent cerlesencpouagsées, maisoù dsur mxplatsatiotnt euirgpénrpalisatio, sa irment re mnlièrepruidenue et contrôsé).

4Josephsi, 195, 564)e ainsi que ae possiialité pour La direction deinéoncser certainsasprecs des relations da travail – parsxeomplr leniveauadde rmmudéaution-t re mnlièreintvlduell.>Toutefois,ssi Ces réformelsl’cpartentlasez trndcpalementdmes princiese au fondement u, «boal deriz, en ccsee ,eialf allts oaut de mêm tstadrt les année 1990 pour que cst nov aux princiesene commencent à êtreraplmiqtse d’une mnlièregpénrpalisé).

.Ldesterres étavent tstribreis aux fmiellessvelon des cotrans dadururs variables –gpénrpalement pour15 safs –ent les fmiellesdevtavent en échagma aamrunlnyiee au collectfeeit une axis à l’État pour utilisation desterres>Aendrpan et Zhar, 2015.Ldes collectfslvielagenoit r distribraient en plus sovmentalesterressvelon ls besmoinschagmeantsdlnsmembires ulvielageets povtavent ainsiajustrer laaloication eesterres en fnuctiondnesmvarigles, des naissaceesent de ae mrtgalit,soue bien eit r distribeirloers d’une raaloicationgloballe impliquant toul l nielage( grant et l., 2021 ;Tao Koang etUagmrn, 213).DDans Cetteologique r distribttive, ls statuu>hukou estddevent unscrtièrtclté pour permettre aux paysafs urrvoirauccèsvauxrdessources collectitsdlnsvielaget, laterrs étent lapprincipal dre cesrdessource).

(ibid.)u>.

(Huang, 190).CCetteaborpctionmproductivn della main-d’œuvrl par dsgEBCi est pr faisementivitabl, dans lourtiaux de croissance ngquelenstermesedu empoc,e qui ausre de moins de55%r ee1978 à pesique605%r ee1984,r lors que durant la mêm hérodn,s lsr event ngquel parhaiitent crînsau ythmrsextrêmemenarcapdgt re14,25% (Yhang, 205),e et qde lapproductionpAgrioal une crînsique ls7,75% ngquealement(Lint1992, . 35,e sabl 18.

5. Dees réformel capitalistee

>

Figuvre2) Ppant u,srecleur ublmcs dans l empocs urbai.

img srcf=do consxe/image/12254/img-4-smcal480.jpg"salt="Figuvre2) Ppant u,srecleur ublmcs dans l empocs urbai" />)

>Ssource : Chia Sotatestcna)Yearbookr, 207>

, les entreprises d Étatsoentggraduellmvenesso rises à des formes deevenaiialite capitalistee,epuisfonit dobj et d’unevagqun importante de pivaitiaitions>Aendrpa, 2076 ;Garuaui,eScogn etYhon, 206)s,ssi bien que a pare ets entreprises u,srecleur ublmcs dans l empocs urbais couta rasitiquemenr, comme lemoentre Lafiguvre2).

daweiu depuis nes dbutes au régimeres-telle réoiaitivementsso riss à desiomprtatfisdle erfnormanct économique ves entreprise.aGgraduellmven,e a pare ets empoytsessomisvaux novelles rglsse cent ctquelrisanagement,sssi bien qu en 194 -s à eiun tx safsaarcès liinproductiondui système terdepconaiialite cent ctquelle- le dppartmuent d État mtércbais l stisut à eviuso 405%r(US Depparmuentof Sotaen, 1997t. La pivaitiaitioedles entreprisegeublmique, ensattaiquant à ce qisrdessintdets empoisgeprotétns e ueortnduiboal deriz, en ccse,t ucclféreat encore luisad nvolutioviersune marché du travail capitalist,u fonré sur ue cotras da travailintvlduel etfvasfanttrepoeerunebsonnspparti dau isique socias un hômagee sur ledoes des salarts).

3

>img srcf=do consxe/image/12254/img-6.jpg"salt="" />)

Ssourcse : Chia Sotatestcna)Yearbook ( 2014 pour lnsexpritatioe(gauche)g etUauitd NrationConfeomenceionTgrace nde Dvelomven,e( 2015,e pour lnsIDE( droie)>

4 block,quoel>

CCettenynamgique favorirt à lafnois unepplus grantendptendance commrcriaeeeit une exdantion res processus de productionttranfdsonpalmrs,e avec la Chinesersent dausrmablusre deplicdes ranfaucururs imporrées eus payruvosinesent dednismnrationfionlns de production pour auctvlitéeexpritaricei re luis en luis importante de la rgtio.(Hpar-Lranembegn etBurkett,, 207,ap.13, nsoue trnuuisoe.

  • 54Lce ceuflcument e Ginie ls la Chine est pssrs de0.22r ee1978 à0.496r ee 206,s igiiarant lepaissgest (...)

54>.

daweiu nt lapprvaitiaitioedles entreprisegeublmique,cl se aussi aa r"palatiosientrebles travailleursent lse oyentsdtepproductioe qissl sepleiunemenarraalitee : lors que dans les ngrées1980t les entreprisegrrraient pesiquetoutes eusbligsatioes socialsa importantss eviers les travailleur,een fournissent ueololmvens, des euvicets sociaus, descrichleseta/dierisauutresvsanuagf>, les entreprisesnlcnntmmaintenent luis àsst proccupeurdnelatreproductiondn, an main-d’œuvr>Aendrpan 2008.Cce oent dsg fmielle,seteddans une oiadrt mesure l’Éta, qui essmvene Csn fnuctios,e mêm ssiioeatobsernn dans landernièreddéreunen quliquesoueorturts de l’Étatpouaram élogeur lacoueorture social,e Cettendernière rest rseernce au épntuers de>hukou urbaiu,eaaux embires ul part eutadxn fnuctionauires>Selides et ieh-mtin, 2101).

(Cha, 2033 ; Caes etRosa, 203).Uun rgardarcapdgt uar « lanelmier au mndue »moentre que oers desiosienture Dans lOMCr ee 201,s la Chineavsintdetscoûtus salartaux prmui dsgeluisbareaau mndu, ravecus salaireminamume un20afnoisiofdéieprt àrclquinds Étas-Urnit>(Cha, 203).>

(Chag, 2050 ;Fcroissrtg, 2050 ;(Chag, 2060 ;Leen, 2020 ;Leen, 2070 ;Fcroissrtg, 2101,r lns saliressve oent tétdrementrenrdests, ravecune croissancemoyenine ngquele d 12.935%,esoaitunsitau supdéieprt à lappu pare ets payrmergretes>Selides et ieh-mtin, 2101 ;Ptérise,, 2014t.>Toutefois, Cette croissancesl serraaliter rlghéun dclion importani usrtatit travai/PIB,rclqu-cinpaissent e 53.575%r ee1996t à39.745%r ee 207s>Selides et ieh-mtin, 2101).Dde mêm,i comme d’intcqe,lne sabl a 4,r lt aaux de croissancedlns saliresdoait être relatvrirseen fnuctiondlun pient de dpparl partculitdrementbar).

.Lla iguvre5,i copilhss à partir esdongrées ueBur aeof Lbco Sotatestcainds Étas-Urni,i est prrtculitdrement rnélaricei re Cette cofiguvsation intennationlc).

>

Figuvre5. Ssalireshorlairesmoyentsdtts empoyeur ranfaucurcsei,i économisennationaleeitlrectionsées, 202- 209 ( nadolalan US).

img srcf=do consxe/image/12254/img-8-smcal480.jpg"salt="Figuvre5. Ssalireshorlairesmoyentsdtts empoyeur ranfaucurcsei,i économisennationaleeitlrectionsées, 202- 209 ( nadolalan US)" />)

>Ssource :Bur aeof Lbco Sotatestcai 202- 209a1 ;Bur aeof Lbco Sotatestcai 202- 209b>

6. Lees travailleursmi gratie : marché du travailsegementsetapprliéarlisation ocnoplètre

(Chag, 213). la minrte en uoissancedls la Chine est en efettcorrclfreravec s’aparlctiondluneppopulatiosmi gratde travailtani dansddes conditions rcèsdiuflculets dans les entrepriseseexpritaricest>(Cha, 2033 ;Aendrpa, 212)e :dDans Certaieesviellescôtmière centréis sur eesmexpritatioer, lse r gratit consitutavent etre705%r t 805%r n, an main-d’œuvr>(Chag, 213).CCette «ppopulatiosfloetrenee ,e réoiaei comme dresmabl, rsapeersonnesdoant lealeu dun rssidecl une orrdepcodt pae à lous statuu>hukou,e est pssrce un21.4miiltions ee1990 (Goodkiing t W ess, 202)e à253miiltions ee 201>(Chia Sotatestcna)Yearbookr, 2015.

3Pueg, Caes et(Chag, 209),e lors quepluiieprisorgantiaitionsgoueonsemenralnsoent euvis urgrence d empocs qisstlrectionfai,erecrurtaiteta/dirigeait la main-d’œuvrsvelon ls besmoins au marché du travail urbais(Fhag, 2040 ;Pueg, Caes et(Chag, 209).

>hukou) Lce>hukou,e qis intedrisaitppaitiquementtouta formn rs itratiost campagns-viellesdarrent l poiqun collectivist,satiétéflexsiialirs parpluiiepris réformes depuis1984 pour permettre la rraatio, lunu marché du travail luisoueort en zones urbaines( Caes et Zhang, 1993 ;Aendrpan et Zhar, 2015.Lde porn civageeentreblesdtroits cofdéhes parunu>hukou urbaient u >hukou rurar ugtdrr une grand segemenlatioedue marché du travail chinoi,e qismmainitadeait les travailleursmi gratitsour lu marché du travailse conlaireoù des empocessoentie sablrappr élairesentssou- pahes>(Chag, 200b6 ;(Chag, 2033 ;Alexrandrs et(Cha, 2040 ;(Cha, 200a0 ;Fha, 204)s etoù lauccèstau seuvicets sociau sntatomstéoutiexssrtani>Selides et ieh-mtin, 2101 ; ieh-mtin, 210).Eee Chine Cettesegemenlatioeasddes causse institutioeellee : ee distribrenr unecitoyeninité pouvque de troitsiofdéieprstau travailleursmi grati,e l’État chinois cru,une marché du travail capitalist,rmisgsegement,soù des civageelslorgantimentnnodmementautjure uu>hukou,u ce quimmèns à ur tittatior n,citoyeninitéduait, dans lqduelle es dépntuers us statuu urbaisoentie titutioeellemenaf avorise par rapporlauu épntuers lunu statuu rurar(Fha, 2021 ; ieh-mtin, 2100 ;Selides et ieh-mtin, 2101 ;Fcroissrtg, 213).

ieh-mtin, 2100 ;Ptérise,, 2014t.>Toutefois,al’efett rues da rl des mesurst sur ees conditionsdneati duesmi gratit rest à valohrn,ddans u payroù s tsdtitioedln développement économiqun orpogratestftaitenesporst que tts empoyeeursent lse dirigeants politiqueschargtse vc s’apliication eespoisgesrtrgreit souventdets ictéêtes économiques comuoe(Ptérise,, 2014,:iquadeilsenefonit paecarrcement parti dues mêmes rseiaux de taronaol.Coomme lemoentrant bien eitsotatestiques copilhses par lONG: Chia LbcsurBul dtais( 212),s ee 200 plus de705%r des coflitns da travail cencrnraient s’apliication ee troitsformellemenaexssrtane,setenion eesrduvediications da nov aux troit.Eee s’bsence d’ui sediiclvimt,inndptendatseteddans us cotexteppolitiqueautjorilaireoù l’État rblle rgguitdrement les ectivistsi sediicaus, s’apliication ee la oit restune réodiuflculen à sumoenierxouardets travailleursmi gratit rnutse vcrdessources etfvasfant sovmentadobj et tendscrtomncation systomiqun(Roul dau-Bergrrs etShin, 2015.

7. Lees relations socialsadde prpariété à la campagne :deesrdessources collectitsnion capitalistee

  • 74Évpdgemven,eailunes'agitn pae da ieuriq'ail xiestune marché du travail capitalist, à la campagn, st (...)

74.Cce cencpts de ctôsurn socialer evnoesvaux nations da relations socialsaoueor rs etfermrceschez Websee .

block,quoel>

Nolus dions, lune relatone sociale(peu imporue qdrl desoaitunes comuoailysationou ur sociatio)e qdrl de snt «oueor e »viers dtexdéieprt[(..]e oerique ettrentiqu,t laarcès ees rglsements enviguepr,iioenliintedrit à qu ceique est efecttvlementmen mesure deler fair,e tr ledcsair,ednsppartnciere à d’uctvlitéjoreinrter éi priquementsvelon ls cotnus igiifiicatfr qui at consitul.Nolus dions, par centre qdrl de snt «fermrce »viers dtexdéieprt[(..]etrentiqu,teteddans an mesureo,esios cotnus igiifiicatfrouistes rglsements envigueprl xclqent,soue bien tomsven,e a partnciautio,soue la aven ddes condition. (Webseg, 203, . 82)>

>hukou joume efecttvlementce rôle institutioeedde créet des ctôsurst socialsaeentrebles urbaiusent lse ruraus,rmisgt asnsixouar fnuctio,e Dans letvielaget,dln déoiare qis est à ’nxdéieprt et qui est à texdéieprt auggoupee qui sauccèsvauxrdessourcesvielagenoiet, laterrs étent lapluis importante de cesrdessources>Aendrpan et Zhar, 2015.Aains,rlan force de travailmi gratdedotrce d u >hukou rurar continuedee pos det des troits uar cesrdessources fnumière pos dhses par elvielageets quifonit sovment encoreadobj e,r rlghélliintedrcltiosouflcumllce de atppaitiqu,, lune rndsstribttionfréqeante ns fnuctiondnebesmoins esg fmielle).Dde mêm,iien amissent errnièreeaux ds efeant,e ets ptrant,e etsfrrlsaetn dts œeur, les travailleursmi gratit continuent darvoirauccè,lviar leurs fmielle,svauxrdessources fnumière aparntenentpaux collectivitnsvielagenoiett. lattacheement vesmi gratit à laterrs estdfnuiien bienavvec euaraaparntenect, à la comuoauitévielagenoie,t qui es-telle mêm ie titutioeellemenacmoifires par e >hukou >Aendrpan et Zhar, 2015.

>hukou un tffdéenociatioaeentreblatreproductiondn, an force de travailmi gratdeentssn utilisationmaer la production capitalistnttrannnationalt>Pueg, Caes et(Chag, 2090 ;Pues etHutilin, 210).Nolusfavansmoentte que ees interactions entre ei>hukou nt lse rapports sociau capitalistet en zons urbainsoentmmeé à la rraatio, lun: marché du travailsegements qui aartncies de lexppocitationdn, an force de travailmi gratd.Nolusvoudrtions maintenentmoentrr, iommetr lu mainitaedlse rapports sociau dde prpariété collectivists, à la campagn aartncies à la reproductiondn, an main-d’œuvrmi gratdeent centribet ainsidne mnlièreddéistie –rmisg cotrdrcltaire-s à fournardets travailleursbone marché ae capitalimtnttrannnationa.

Pueg, Caes et(Chag, 209),e desiorue qdrl de est conodmementsso riss à des processus cotrdrcltairstoùellsmi getsoteeunsneuvynentaintedrtre ei développementdlealents sociau pmr raments en ialeu urbai.Lde résultae d’um telle ynamgique de mbtilisation de an main-d’œuvr estui rchman rs itrationcircalaire dans lequel La force de travail xc dntlaire dans lst campagnssmi gedne mnlière seporlairexouarruvenireene réoiaitivn à onlvielagedlorrigier(Fha, t Wangn 2003 ;Aendrpan et Zhar, 2015.

LongtitdgitalSsuevyiioeRrurarUurbn Mitrationiee Chia, uGcolly,eseMDeng( 2101soent bienmoentte que a stucltur l gte de ces itratiostdgemurfait rcès spécfgiqu, ravecune porst tomnuation à partir es405aoer, comme d’intcqe,lla iguvre6).

xviii4e4ntnt>xix4e4 sliclle,svtremarcqte quec ux-cismabraient relatvlement proccupresnionppes par lex prparlatonetotalce de atppaysainrir,srmisg bien par l’éqialbreeentreautjpproductio,s quifaitedtomnuert dsgcoûtus de main-d’œuvrr,eseex prparlatonedets erre, qui cent iatsadu travail salarté.

8. Uue régime ne croissancemtencé ?e

>>>

>hukou à partir du dbuntdmes ngrées1980t estdreventuneobnstclme à lafnois à cocientaitioedles erresndérissirme à lattrantitioeviers uneagri ulltur industreeale tr à texdantion urbaine .

block,quoel>

Lees troitsdde prpariétsedles erresbaisesour lu>hukou,e qissoantadu fndmementdui système terdepconaiialite famitial,oent etavhé lttranfeare ets erresviar les mcanlirmes ae march,e partculitdrement pour lnsachetuerstexdéieprsvauxvielaget. Mmêm ssi an r formeagrlairemeecuele du>hukou soantgpénrpapementpprésesrurscnomt, les processus riitncts,i lappemlièreaseent îehé adeuxitème pr ce qes onlobj uctfepprincipat estdrtrem pnaereblesdtroitsdde prpariétédles erresbaisesour lu>hukou pardlesdtroitsdde prpariétédla ypel capitalistn. (Aendrpan et Zhar, 201, . 8, nsoue trnuuisoe)>

Aendrpan et Zhar, 2015s –mluiieprisauurnes ontiété amishses pourcomtr,ssoait ne étentvrcltmes dex prparlatonsaiel égaees es an pare etsautjoritis(Guon, 2010 ;Yug, 2050 ;So,, 207),s ee pedrant lprt>hukou rurar uuite tddes chagmementsadomnlisractfsl dezonaols dans licadrmi at processus l urbnlisatio (Liag, 2090 ;(Chag, 2121 ;Svparzmhag, 213)oue bien ee pedrant lprtdtroisdlussges ees erressuuite tddes itratiostdge travail( ZhannettDionadson,n 200).Nooralnmven,e cesrd clasifiications es statuu>hukoue arraientdrtmveere àune Certaien formn l échagmeentre lun:côtr ala rcurlité économiqun oofdéhne par lauccèsvaux erres parunu>hukou rurarentdeeouruutrt lapluis grand coueorture socialgeublmiqun oofdéhne par de>hukou urbai).Or,rccomme datmoentte l anayimn rs Caes( 212),sldse réformes du>hukou mmeees depuis nu dbuntdmes ngrée  200smablentpvvoireu en efettpluisnnomntil que rue,e desiorue que tts travailleursmi gratitdgemurment encoreaargnemenaexcplus usfilettdea rcurlité sociageublmcaexssrtaneddans les zones urbaine)>>Llex prparlatoneene ouers de atppaysainrirs chinoisnmtencetdfnui uneddesbaris sur lqduelle de régime ne croissance chinois est fndts – à pvvoirsla cpfcité à fournarune main-d’œuvrlbpendatet souesios cûtn de reproductio.

Ccncluiione

>>>>

>>>>hukou>

>Lde precscledrecnstviellescchinoiss,sppaitiquementvpdge,svtttendatsddeshaiitiants puaetait lorssesttranfforeirene precrle :rclqueddesbidoeviellesda tlier-mfndmebrielamementaanayirs parDavisn>>>

>Hauntdms pge)>
Bibliograpie> <

Aglietta, Michel et Guo Bai (2012), La voie chinoise : capitalisme et empire, Paris, Odile Jacob.

Ahrens, Joachim et Patrick Jünemann (2010), Transitional institutions, institutional complementarities and economic performance in China: A Varieties of Capitalism approach, Ordnungspolitische Diskurse.

Akgüç, Mehtap, Corrado Giulietti et Klaus F. Zimmermann (2014), « The RUMiC longitudinal survey: fostering research on labor markets in China », IZA Journal of Labor & Development, vol. 3, no 1, p. 1‑14.

Alary, Pierre (2014), « L’économie politique de l’Asie  : l’influence du modèle chinois et la question du rapport salarial », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, no 15. En ligne. <http://regulation.revues.org.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/10805>. Consulté le 29 mai 2016.

Alexander, Peter et Anita Chan (2004), « Does China have an apartheid pass system? » Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 30, no 4, p. 609‑629.

Andreas, Joel (2007), « The Structure of Charismatic Mobilization: A Case Study of Rebellion During the Chinese Cultural Revolution », American Sociological Review, vol. 72, no 3, p. 434‑458.

——— (2008), « Changing colors in China », New Left Review, no 54, p. 123‑142.

——— (2012), « Industrial restructuring and class transformation in China », in China’s Peasants and Workers: Changing Class Identities, Beatriz Carrillo et David Goodman (eds), Edward Elgar Publishing, p. 102‑123. En ligne, <http://www.elgaronline.com/view/9781781005729.00013.xml>, Consulté le 31 mai 2016.

Andreas, Joel et Shaohua Zhan (2015), « Hukou and land: market reform and rural displacement in China », The Journal of Peasant Studies, vol. 0, no 0, p. 1‑30.

Arrighi, Giovanni (2009), Adam Smith à Pékin les promesses de la voie chinoise. Paris, M. Milo.

Bachman, David (2006), Bureaucracy, Economy, and Leadership in China: The Institutional Origins of the Great Leap Forward, Cambridge University Press.

Bergère, Marie-Claire (2013), Chine : le nouveau capitalisme d’État, Paris, Fayard.

Boisot, Max et John Child (1999), « Organizations as Adaptive Systems in Complex Environments: The Case of China », Organization Science, vol. 10, no 3, p. 237‑252.

Bolesta, Andrzej (2007), « China As A Developmental State », Montenegrin Journal of Economics, vol. 3, no 5, p. 105‑111.

Boyer, Robert. (2015), « A World of Contrasted but Interdependent Inequality Regimes: China, United States and the European Union », Review of Political Economy, vol. 27, no 4, p. 481‑517.

Brandt, Loren, Jikun Huang, Guo Li et Scott Rozelle (2002), « Land Rights in Rural China: Facts, Fictions and Issues », The China Journal, vol. 47, p. 67‑97.

Brandt, Loren, Debin Ma et Thomas G. Rawski, (2014) « From Divergence to Convergence: Reevaluating the History behind China’s Economic Boom », Journal of Economic Literature, vol. 52, no 1, p. 45‑123.

Brenner, Robert (1997), « Economic Backwardness in Eastern Europe in Light of Developments in the West », in Economic development and agricultural productivity, Amit Bhaduri, Rune Skarstein, and Norges teknisk-naturvitenskapelige(eds), universitet Cheltenham, UK , Lyme, US, Edward Elgar Pub.

Brenner, Robert et Christopher Isett (2002), « England’s Divergence from China’s Yangzi Delta : Property Relations, Microeconomics, and Patterns of Development », The Journal of Asian Studies, vol. 61, no 2, p. 609‑662.

Bureau of Labor Statistics. (2002a), « International Labor Comparisons (ILC) ». En ligne. <http://www.bls.gov/fls/ichccaesuppall.xls>, Consulté le 12 décembre 2016.

——— (2002b), « Manufacturing in China ». En ligne. <http://www.bls.gov/fls/china.htm#manufacturing>, Consulté le 12 décembre 2016.

Cantin, Étienne (2009), « Modes of Production, Rules for Reproduction and Gender : the fabrication of China’s textile manufacturing workforce since the late Empire », Third World Quarterly, vol. 30, p. 453‑468.

Cartier, Michel. (1973), « Nouvelles données sur la démographie chinoise à l’époque des Ming (1368-1644) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 28, no 6, p. 1341‑1359.

——— (1995), « Famille et population en Chine du xvie au xviiie siècle à la lumière d’un ouvrage récent de Liu Ts’ui-Jung », Annales de démographie historique, vol. 1995, no 1, p. 149‑159.

Chan, Anita (2000a), « Globalization, China’s free (read bonded) labour market, and the Chinese trade unions », Asia Pacific Business Review, vol. 6, no 3‑4, p. 260‑281.

——— (2000b), « Globalization, China’s free (read bonded) labour market, and the Chinese trade unions », Asia Pacific Business Review, vol. 6, p. 260‑281.

——— (2001), China’s workers under assault: the exploitation of labor in a globalizing economy, M.E. Sharpe.

——— (2003), « Toujours plus bas  ! », Perspectives chinoises, no 75. En ligne. <http://perspectiveschinoises.revues.org/10>, Consulté le 22 novembre 2012.

——— (2005), « Recent Trends in Chinese Labour Issues - Signs of Change », China perpectives, no 57, coll. « Varia », En ligne, <http://chinaperspectives.revues.org/1115>, Consulté le 27 septembre 2011.

Chan, Anita et Robert J. S. Ross (2003), « Racing to the Bottom: International Trade without a Social Clause », Third World Quarterly, vol. 24, no 6, p. 1011‑1028.

Chan, Anita et Zhu Xiaoyang. (2003), « Disciplinary labor regimes in chinese factories », Critical Asian Studies, vol. 35, p. 559‑584.

Chan, Jenny Wai-ling. (2006), « Chinese Women Workers Organize in the Export Zones », New Labor Forum (Routledge), vol. 15, no 1, p. 19‑27.

Chan, Kam Wing (2009), « The Chinese Hukou System at 50 », Eurasian Geography and Economics, vol. 50, no 2, p. 197‑221.

——— (2012), « Crossing the 50 Percent Population Rubicon: Can China Urbanize to Prosperity? », Eurasian Geography and Economics, vol. 53, no 1, p. 63‑86.

——— (2013), « China: internal migration », in The Encyclopedia of Global Human Migration, Blackwell Publishing Ltd, En ligne, <http://onlinelibrary.wiley.com.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/doi/10.1002/9781444351071.wbeghm124/abstract>, Consulté le 16 mai 2016.

Chan, Kam Wing et Li Zhang (1999), « The Hukou System and Rural-Urban Migration in China: Processes and Changes », The China Quarterly, no 160, p. 818‑855.

Chao, Kang (1986), Man and Land in Chinese History: An Economic Analysis. Stanford, California, Stanford Univ Press.

Chayanov, A. V (1986), A.V. Chayanov on the theory of peasant economy, trad. par Daniel Thorner, Basile H. Kerblay, et R. E. F. Smith, Madison, Wis, The University of Wisconsin Press.

Cheng, Tiejun et Mark Selden (1994), « The Origins and Social Consequences of China’s Hukou System », The China Quarterly, vol. 139, p. 644‑668.

China Labour Bulletin (2012), A Decade of Change The Workers’ Movement in China 2000-2010, Hong-Kong.

China Statistical Yearbook (2014), En ligne, <http://www.stats.gov.cn/tjsj/ndsj/2014/indexeh.htm>, Consulté le 11 décembre 2016.

Davis, Mike. (2007) Planet of Slums, Reprint edition, London, New York, Verso.

Deininger, Klaus et Songqing Jin. (2003), « The Impact of Property Rights on Households’ Investment, Risk Coping, and Policy Preferences: Evidence from China », Economic Development and Cultural Change, vol. 51, no 4, p. 851‑882.

——— (2009), « Securing property rights in transition: Lessons from implementation of China’s rural land contracting law », Journal of Economic Behavior & Organization, vol. 70, no 1‑2, p. 22‑38.

Delphy, Christine (1998), L’ennemi principal, « Collection Nouvelles questions féministes », Paris, Syllepse.

Démurger, Sylvie et Hui Xu (2015), « Left-behind children and return migration in China », IZA Journal of Migration, vol. 4, no 1, p. 1‑21.

Ding, Chengri. (2007), « Policy and praxis of land acquisition in China », Land Use Policy, vol. 24, no 1, p. 1‑13.

Ding, X. L. (2000a), « The Illicit Asset Stripping of Chinese State Firms », The China Journal, no 43, p. 1‑28.

——— (2000b), « Systemic Irregularity and Spontaneous Property Transformation in the Chinese Financial System », The China Quarterly, vol. 163, p. 655-676.

Domenach, Jean-Luc et Philippe Richer (1995), La Chine. 1, 1949-1971, Paris, Imprimerie nationale.

Elvin, Mark (1973), The Pattern of the Chinese Past, 1 edition, Stanford, Calif., Stanford University Press.

Fairbank, John King (2010), La grande révolution chinoise 1800-1989, trad. par Sylvie Dreyfus, Paris, Flammarion.

Fan, C. (2004), « The state, the migrant labor regime, and maiden workers in China », Political Geography, vol. 23, p. 283‑305.

Fan, C. Cindy (2002), « The Elite, the Natives, and the Outsiders: Migration and Labor Market Segmentation in Urban China », Annals of the Association of American Geographers, vol. 92, p. 103‑124.

——— (2009), « Flexible work, flexible household: Labor migration and rural families in China », in Work and Organizationsin China Afterthirty Years of Transition, vol. 19, p. 377‑408, coll. « Research in the Sociology of Work 19 », Emerald Group Publishing Limited, En ligne. <http://www.emeraldinsight.com.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/doi/abs/10.1108/S0277-2833(2009)0000019016>, Consulté le 31 mai 2016.

Fan, C Cindy et Wenfei Winnie Wang (2008), « The household as security: Strategies of rural-urban migrants in China », Migration and social protection in China, vol. 14, p. 205.

Federici, Silvia (2004), Caliban and the Witch: Women, the Body and Primitive Accumulation, Autonomedia.

Fei, Xiaotong et Zhiyi Zhang (2010), Earthbound China: a study of rural economy in Yunnan, Abingdon , Routledge.

Feuerwerker, Albert (1970), « Handicraft and Manufactured Cotton Textiles in China, 1871-1910 », The Journal of Economic History, vol. 30, no 02, p. 338–378.

Feuerwerker, Albert (2006a), « Economic trends in the late Ch’ing empire, 1870-1911 », in Cambridge History of China : Late Ch’ing, 1800 - 1911 ; Part 2, John K. Fairbank (ed), vol. 11, 1st publ. coll, « The Cambridge history of China general editors: Denis Twitchett... ; 11 », p. 1‑69.

——— (2006b), « Economic trends, 1912-49 », in Volume 12 Republican China 1912—1949, Part 1, John K. Fairbank (ed), vol. 12, 1st publ. coll. « The Cambridge history of China general editors : Denis Twitchett... ; 12 », p. 1‑69.

Fligstein, Neil et Jianjun Zhang (2011), « A New Agenda for Research on the Trajectory of Chinese Capitalism: Trajectory of Chinese Capitalism », Management and Organization Review, vol. 7, no 1, p. 39‑62.

Froissart, Chloé (2005), « L’émergence de mouvements sociaux parmi les travailleurs migrants », Perspectives chinoises, no 90, coll. « Varia », En ligne. <http://perspectiveschinoises.revues.org/903>, Consulté le 26 septembre 2011.

——— (2011), « La radicalisation des actions collectives chez les travailleurs migrants et ses conséquences politiques », Chronique internationale de l’IRES, no 128, p. 15‑24.

——— (2013), La Chine et ses migrants : la conquête d’une citoyenneté, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Garnaut, Ross, Ligang Song et Yang Yao (2006), « Impact and Significance of State-Owned Enterprise Restructuring in China », The China Journal, no 55, p. 35‑63.

Gates, Hill (1989), « The Commoditization of Chinese Women », Signs, vol. 14, no 4, p. 799‑832.

——— (1996), China’s motor: a thousand years of petty capitalism, Ithaca , Cornell University Press.

Gaulard, Mylène (2014), Karl Marx à Pékin  : Les racines de la crise en Chine capitaliste, Paris , Demopolis.

Golley, Jane et Xin Meng (2011), « Has China run out of surplus labour? », China Economic Review, vol. 22, no 4, p. 555‑572.

Goodkind, Daniel et Loraine A. West (2002), « China’s Floating Population: Definitions, Data and Recent Findings », Urban Studies, vol. 39, no 12, p. 2237‑2250.

Goodman, D. S. (2003), « New entrepreneurs in reform China: Economic growth and social change in Taiyuan, Shanxi », in Capital and Knowledge in Asia: Changing Power Relations, par Heidi Dahles et Otto van den Muijzenberg, p. 187‑197, London, Routledge Curzon, en ligne <https ://opus.lib.uts.edu.au/handle/10453/1338>, Consulté le 7 décembre 2016.

Guo, Xiaolin (2001), « Land Expropriation and Rural Conflicts in China », The China Quarterly, vol. 166, p. 422–439.

Hall, Peter A. et David Soskice (2001), « An Introduction to Varieties of Capitalism », in Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage, par Peter A. Hall et David Soskice, Oxford University Press, p. 1‑68.

Hart-Landsberg, M.  (2011), « The Chinese Reform Experience: A Critical Assessment », Review of Radical Political Economics, vol. 43, no 1, p. 56‑76.

Hart-Landsberg, Martin et Paul Burkett (2007), « China and the dynamics of transnational accumulation: Causes and consequences of global restructuring », Historical Materialism, vol. 14, no 3, p. 3.

Haug, Frigga. (2010), « Sur la Théorie des Rapports de Sexe », Dans Les rapports sociaux de sexe, de Annie Bidet-Mordrel (dir.), Paris, Presses Universitaires de France, p. 44‑59.

He, Shenjing, Yuting Liu, Chris Webster et Fulong Wu (2009), « Property Rights Redistribution, Entitlement Failure and the Impoverishment of Landless Farmers in China », Urban Studies, vol. 46, no 9, p. 1925‑1949.

Heartfield, James (2005), « China’s Comprador Capitalism Is Coming Home », Review of Radical Political Economics, vol. 37, no 2, p. 196‑214.

Heijdra, Martin (2008), « The socio-economic development of rural China during the Ming », in The Ming dynasty, 1368 - 1644 ; Part 2, Denis Twitchett (ed), coll. « The Cambridge history of China general editors , Denis Twitchett ... ; 8 », p. 417‑578.

Hempel, Carl G. et Paul Oppenheim. (1948), « Studies in the Logic of Explanation », Philosophy of Science, vol. 15, no 2, p. 135‑175.

Ho, Peter (2001), « Who Owns China’s Land? Policies, Property Rights and Deliberate Institutional Ambiguity », The China Quarterly, vol. 166, p. 394-421.

——— (2014), « The “credibility thesis” and its application to property rights: (In)Secure land tenure, conflict and social welfare in China », Land Use Policy, vol. 40, coll. « Land Use Policy in China », p. 13‑27.

Ho, Samuel P. S. et George C. S. Lin (2003), « Emerging Land Markets in Rural and Urban China: Policies and Practices », The China Quarterly, no 175, p. 681‑707.

Honig, Emily (1992), Sisters and Strangers: Women in the Shanghai Cotton Mills, 1919-1949, Stanford University Press.

Hsing, You-tien (2010), The great urban transformation: politics of land and property in China, New York , Oxford University Press.

Huang, Philip C (1990), The peasant family and rural development in the Yangzi Delta, 1350-1988, Stanford, Calif , Stanford University Press.

Huang, Yasheng (2008), Capitalism with Chinese characteristics: entrepreneurship and the state, Cambridge, New York, Cambridge University Press.

Jieh-min, Wu (2010), « Rural Migrant Workers and China’s Differential Citizenship: A Comparative-Institutional Analysis », in One country, two societies: rural-urban inequality in contemporary China, Martin King Whyte (ed), coll. « Harvard contemporary China series 16 », Cambridge, Mass, Harvard University Press, p. 55‑81.

Josephs, Hilary K. (1988), « Labor Reform in the Workers’ State: The Chinese Experience », Journal of Chinese Law, vol. 2, p. 201‑284.

——— (1995), « Labor Law in a Socialist Market Economy: The Case of China », Columbia Journal of Transnational Law, vol. 33, p. 559‑582.

Knight, John et Lina Song (1999), The rural-urban divide economic disparities and interactions in China. Coll. « Studies on contemporary China », Oxford, New York, Oxford University Press.

Koo, Anthony Y. C.  (1990.), « The Contract Responsibility System: Transition from a Planned to a Market Economy », Economic Development and Cultural Change, vol. 38, no 4, p. 797‑820.

Krug, Barbara et Hans Hendrischke (2008), « Framing China: Transformation and Institutional Change through Co-evolution », Management and Organization Review, vol. 4, no 1, p. 81-108.

Kung, James Kai-sing et Yi-min Lin. (2007), « The Decline of Township-and-Village Enterprises in China’s Economic Transition », World Development, vol. 35, no 4, p. 569‑584.

Lee, Ching Kwan (2002), « From the Specter of Mao to the Spirit of the Law: Labor Insurgency in China », Theory and Society, vol. 31, no 2, p. 189‑228.

——— (2007), Against the law: labor protests in China’s rustbelt and sunbelt, Berkeley, University of California Press.

Lewin, Moshe (1975), Russian peasants and Soviet power: a study of collectivization, coll. « The Norton library  ; N752 », New York, Norton.

Li, Wei et Dennis Tao Yang (2005), « The Great Leap Forward: Anatomy of a Central Planning Disaster », Journal of Political Economy, vol. 113, no 4, p. 840‑877.

Lin, Chusheng (2009), Developing China: land, politics and social conditions, coll. « Routledge contemporary China series 40 », London, New York, Routledge.

Lin, George C. S. et Samuel P. S. Ho (2005), « The State, Land System, and Land Development Processes in Contemporary China », Annals of the Association of American Geographers, vol. 95, no 2, p. 411‑436.

Lin, Justin Yifu (1992), « Rural Reforms and Agricultural Growth in China », The American Economic Review, vol. 82, no 1, p. 34‑51.

Lü, Xiabo et Elizabeth J. Perry (1997), Danwei: The Changing Chinese Workplace in Historical and Comparative Perspective, M.E, Sharpe.

Lu, Xiaobo (1999), « From rank-seeking to rent-seeking: Changing administrative ethos and corruption in reform China », Crime, Law and Social Change, vol. 32, no 4, p. 347‑370.

Luxemburg, Rosa (1969), « Le protectionnisme et l’accumulation », in Œuvres 4 : L’accumulation du capital II, trad. par Irène Petit, Paris, François Maspero, p. 230. En ligne, <http://www.marxists.org/francais/luxembur/works/1913/rl_accu_k_31.htm>, Consulté le 5 mai 2013.

Maddison, Angus (2001), The world economy: a millennial perspective, coll. « Development Centre studies », Paris, France, Development Centre of the Organisation for Economic Co-operation and Development.

Mazumdar, Sucheta (1998), Sugar and society in China: peasants, technology, and the world market, coll. « Harvard-Yenching Institute monograph series 45 », Cambridge, MA, Harvard University Asia Center.

McMillan, John, John Whalley et Lijing Zhu (1989), « The Impact of China’s Economic Reforms on Agricultural Productivity Growth », Journal of Political Economy, vol. 97, no 4, p. 781‑807.

McNally, Christopher A. (2007), « China’s Capitalist Transition: The Making of a New Variety of Capitalism », in Capitalisms Compared, vol. 24, p. 177‑203. coll. « Comparative Social Research 24 », Emerald Group Publishing Limited, En ligne, <http://www.emeraldinsight.com.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/doi/abs/10.1016/S0195-6310%2806%2924004-3>, Consulté le 19 mai 2016.

Naughton, Barry. (1992), « Implications of the State Monopoly over Industry and its Relaxation », Modern China, vol. 18, no 1, p. 14‑41.

——— (2007), The Chinese economy : transitions and growth. Cambridge Mass, MIT Press.

——— (2008), « A Political Economy of China’s Economic Transition » in China’s great economic transformation, Loren Brandt and Thomas G Rawski (eds), Cambridge, New York : Cambridge University Press, p. 91‑135. En ligne. <http://site.ebrary.com/id/10229671>. Consulté le 19 mai 2016.

Nee, Victor. (1989), « A Theory of Market Transition: From Redistribution to Markets in State Socialism », American Sociological Review, vol. 54, no 5, p. 663‑681.

——— (1996), « The Emergence of a Market Society: Changing Mechanisms of Stratification in China, American Journal of Sociology, vol. 101, no 4, p. 908‑949.

Nee, Victor, Sonja Opper et Sonia Wong (2007), « Developmental State and Corporate Governance in China », Management and Organization Review, vol. 3, no 1, p. 19-53.

Nordhaug, Kristen (2012), « China’s Decentralized and Inegalitarian Developmental State », Forum for Development Studies, vol. 39, no 3, p. 407‑433.

Oi, Jean C. (1991), State and peasant in contemporary China: the political economy of village government, 1st paper. ed. Berkeley : Univ. of California Press.

——— (1992a), « Fiscal Reform and the Economic Foundations of Local State Corporatism in China », World Politics, vol. 45, no 01, p. 99-126.

——— (1992b), « Fiscal Reform and the Economic Foundations of Local State Corporatism in China », World Politics, vol. 45, no 01, p. 99-126.

Peck, J. et J. Zhang (2013), « A variety of capitalism… with Chinese characteristics? », Journal of Economic Geography, vol. 13, no 3, p. 357‑396.

Peck, Jamie et Nik Theodore (2007), « Variegated capitalism », Progress in Human Geography, vol. 31, no 6, p. 731‑772.

Pei, Minxin (2006), « China’s trapped transition », The limits of developmental autocrac, Cambridge.

Peng, Mike W. et Yadong Luo (2000), « Managerial Ties and Firm Performance in a Transition Economy: The Nature of a Micro-Macro Link », Academy of Management Journal, vol. 43, no 3, p. 486‑501.

Peng, Yusheng (2001), « Chinese Villages and Townships as Industrial Corporations: Ownership, Governance, and Market Discipline », American Journal of Sociology, vol. 106, no 5, p. 1338‑1370.

Perelman, Michael (2007), « Primitive Accumulation from Feudalism to Neoliberalism », Capitalism Nature Socialism, vol. 18, no 2, p. 44‑61.

Périsse, Muriel (2014), « Le droit du travail et les migrants ruraux : instituer un nouveau salariat en Chine », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, no 15. En ligne. <http://regulation.revues.org.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/10729>. Consulté le 29 mai 2016.

Piovani, Chiara et Minqi Li (2011), « One Hundred Million Jobs for the Chinese Workers! Why China’s Current Model of Development Is Unsustainable and How a Progressive Economic Program Can Help the Chinese Workers, the Chinese Economy, and China’s Environment », Review of Radical Political Economics, vol. 43, no 1, p. 77‑94.

Pomeranz, Kenneth (2000), The great divergence : China, Europe, and the making of the modern world. Princeton N.J. : Princeton University Press.

——— (2009), The Great Divergence: China, Europe, and the Making of the Modern World Economy. Princeton University Press.

Pun, Ngai, Chris King Chi Chan et Jenny Chan (2009), « The Role of the State, Labour Policy and Migrant Workers’ Struggles in Globalized China ». Global Labour Journal, vol. 1, no 1, p. 132‑151.

Pun, Ngai et Lu Huilin (2010), « Unfinished Proletarianization: Self, Anger, and Class Action among the Second Generation of Peasant-Workers in Present-Day China ». Modern China, vol. 36, no 5, p. 493‑519.

Pun, Ngai et C. Smith (2007), « Putting transnational labour process in its place: the dormitory labour regime in post-socialist China ». Work, Employment & Society, vol. 21, p. 27‑45.

Rawski, Evelyn Sakakida (1985), « Economic and Social Fondations of Late Imperial Culture » in Popular culture in late imperial China, David G Johnson, Andrew J Nathan, Judith A Berling (Eds), American Council of Learned Societies, et Committee on Studies of Chinese Civilization. Berkeley : University of California Press.

Rosenthal, Jean-Laurent et Roy Bin Wong (2011), Before and beyond divergence: the politics of economic change in China and Europe. Cambridge, Mass : Harvard University Press.

Roulleau-Berger, Laurence et Lu Shi (2005), « Les travailleurs migrants à Shanghai ». Perspectives chinoises, no 87, coll. « Varia ». En ligne. <http://perspectiveschinoises.revues.org/729>. Consulté le 23 septembre 2011.

Selden, Mark et Wu Jieh-min (2011), « The Asia-Pacific Journal: Japan Focus January 31, 2011 The Chinese State, Incomplete Proletarianization and Structures of Inequality in Two Epochs ». The Asia-Pacific Journal: Japan Focus, vol. 9, no 5.

Skocpol, Theda (1976), « Old Regime Legacies and Communist Revolutions in Russia and China ». Social Forces, vol. 55, no 2, p. 284‑315.

——— (1979), States and social revolutions: a comparative analysis of France, Russia, and China. Cambridge, New York : Cambridge University Press.

Smith, Chris et Ngai Pun (2006), « The dormitory labour regime in China as a site for control and resistance1 ». The International Journal of Human Resource Management, vol. 17, p. 1456‑1470.

So, Alvin Y. (2006), « The Communist Path of Developmental State: The Chinese Experience » in Globalization and Social Change, Lotus Press, p. 254.

——— (2007), « Peasant conflict and the local predatory state in the Chinese countryside ». The Journal of Peasant Studies, vol. 34, no 3‑4, p. 560‑581.

Spence, Jonathan D (1990), The search for modern China, 1st ed. New York : Norton.

Svartzman, Boris (2013), « Le bond en ville : résistance et transition d’un village chinois face à l’urbanisation ». Perspectives chinoises, no 2013/1, p. 41‑53.

Szelényi, Ivan (2010), « Capitalism in China? Comparative perspectives »in Chinese Capitalisms, Springer, p. 199–223.

Tao Kong, Sherry et Jonathan Unger (2013), « Egalitarian Redistributions of Agricultural Land in China through Community Consensus: Findings from Two Surveys », The China Journal, no 69, p. 1‑19.

Taylor, Jeffrey R (1988), « Rural Employment Trends and the Legacy of Surplus Labour, 1978–86 ». The China Quarterly, vol. 116, p. 736–766.

Taylor, Marcus et Étienne Cantin (2008), « Making the “workshop of the world”: China and the transformation of the international division of labour » in Global economy contested: power and conflict across the international division of labor, Marcus Taylor (ed), coll. « Rethinking globalizations 14 ». London, New York : Routledge, p. 51‑76.

Tian, Xiaowen (2001), « Privatization and economic performance: evidence from Chinese provinces », Economic Systems, vol. 25, no 1, p. 65‑77.

Unger, Jonathan et Anita Chan (1995), « China, Corporatism, and the East Asian Model », The Australian Journal of Chinese Affairs, vol. 33, p. 29‑53.

United Nation Conference on Trade and Development (2015), « Web Table 1, FDI inflows, by region and economy ». En ligne. <unctad.org/Sections/dite_dir/docs/WIR2015/WIR15_tab01.xls>.

US Department of State (1995), China Human Rights Practices, 1994. En ligne. <http://dosfan.lib.uic.edu/ERC/democracy/1994_hrp_report/94hrp_report_eap/China.html>. Consulté le 7 décembre 2016.

Wang, Junmin (2009), « Global-market building as state building: China’s entry into the WTO and market reforms of China’s tobacco industry », Theory and Society, vol. 38, no 2, p. 165‑194.

Wang, Mark (2010), « Impact of the Global Economic Crisis on China’s Migrant Workers : A Survey of 2,700 in 2009 ». Eurasian Geography and Economics, vol. 51, no 2, p. 218‑235.

Wang, Xiaobing, Nick Weaver et Jing You (2013), « The Social Security Function of Agriculture in China ». Journal of International Development, vol. 25, no 1, p. 1‑10.

Weber, Max (2003), Économie et société 1. trad. par Éric de Dampierre, Paris, Pocket.

Witt, Michael A. (2010), China: What Variety of Capitalism? SSRN Scholarly Paper. Rochester, NY : Social Science Research Network. En ligne. <http://papers.ssrn.com/abstract=1695940>. Consulté le 19 mai 2016.

Wolpe, Harold (1972), « Capitalism and cheap labour-power in South Africa: from segregation to apartheid 1 ». Economy and Society, vol. 1, no 4, p. 425‑456.

Wood, Ellen Meiksins (2002), « The Question of Market Dependence ». Journal of Agrarian Change, vol. 2, no 1, p. 50–87.

——— (2009), L’origine du capitalisme. [Montréal] : Lux.

Wu, Xiaogang et Donald J. Treiman (2004), « The Household Registration System and Social Stratification in China: 1955-1996 ». Demography, vol. 41, no 2, p. 363‑384.

Wu, Yiching (2013), « Coping with Crisis in the Wake of the Cultural Revolution : Rehistoricising Chinese Postsocialism ». Historical Materialism, vol. 21, no 4, p. 145‑176.

Xin, Katherine K. et Jone L. Pearce (1996), « Guanxi: Connections As Substitutes for Formal Institutional Support ». Academy of Management Journal, vol. 39, no 6, p. 1641‑1658.

Xu, Chenggang (2011), « The Fundamental Institutions of China’s Reforms and Development », Journal of Economic Literature, vol. 49, no 4, p. 1076‑1151.

Yang, Cao et Victor Nee (2000), « Comment: Controversies and Evidence in the Market Transition Debate ». American Journal of Sociology, vol. 105, no 4, p. 1175‑1189.

Yang, Weiyong (2005), « Réformes, ajustements structurels et revenu rural en Chine ». Perspectives chinoises, no 92. En ligne. <http://perspectiveschinoises.revues.org.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/930>. Consulté le 17 mai 2016.

Yeung, Yue-man, Joanna Lee et Gordon Kee (2009), « China’s Special Economic Zones at 30 », Eurasian Geography and Economics, vol. 50, no 2, p. 222‑240.

Yu, Jianrong (2005), « Social conflict in rural China today: observations and analysis on farmers struggles to safeguard their rights ». Social sciences in China: a quarterly journal, vol. 26, no 3. Coll. « Social sciences in China: a quarterly journal. – Abingdon, Routledge, ISSN 0252-9203, ZDB-ID 4041513. - Vol. 26.2005, 3, p. 125-136 ».

Zhang, Jun et Jamie Peck (2016), « Variegated Capitalism, Chinese Style: Regional Models, Multi-scalar Constructions », Regional Studies, vol. 50, no 1, p. 52‑78.

Zhang, Qian Forrest et John A. Donaldson (2008), « The Rise of Agrarian Capitalism with Chinese Characteristics: Agricultural Modernization, Agribusiness and Collective Land Rights ». The China Journal, no 60, p. 25‑47.

Zhou, Yu (2008), The inside story of China’s high-tech industry: making Silicon Valley in Beijing, coll. « Asia/Pacific/perspectives ». Lanham, Rowman & Littlefield Pub.

Zhou, Yu et Tong Xin (2003), « An Innovative Region in China: Interaction Between Multinational Corporations and Local Firms in a High-Tech Cluster in Beijing ». Economic Geography, vol. 79, no 2, p. 129‑152.

Haut de page

Notes

1 En philosophie des sciences, on distingue l'explanans, c'est-à-dire l'explication proprement dite, et l'explanandum, c'est-à-dire l'ensemble de propositions décrivant le phénomène où l'ensemble de phénomènes qui doivent être expliqués (Hempel et Oppenheim, 1948, p. 136‑137).

2 En effet, à l'exception du modèle de développement de la « Silicon Valley de l'Est » centré sur Pékin (Zhou et Xin, 2003 ; Zhou, 2008), ces modèles partagent tous la caractéristique de profiter d'une main-d'œuvre abondante et peu coûteuse, la plupart du temps migrante (Zhang et Peck, 2016).

3 Le hukou est un système d’enregistrement des populations qui attribue aux ménages des statuts ruraux ou urbains auxquels sont liés la prestation de services sociaux et l’accès aux ressources collectives des villages.

4 Les travaux de Feuerwerker (1970 ; 2006a ; 2006b) ont bien montré comment cette production proto-industrielle a survécu jusque très tard durant le xxe siècle.

5 Par « involution », nous entendons une trajectoire de développement dans laquelle « la production totale s'accroît, mais au coût d'une diminution du rendement marginal par journée de travail ». (Huang, 1990, p. 11, nous traduisons)

6 Ajoutons aussi que leur explication de la stagnation de la trajectoire de développement chinoise repose sur un modèle d'économie duale dans lequel l'industrie est s'est déjà constituée comme un secteur différencié de la production familiale paysanne et qui présuppose donc l'existence d'une économie industrielle urbaine. Or pour la Chine impériale tardive, une telle distinction est anachronique : les villes étaient des centres administratifs et commerciaux, et non industriels (Brenner et Isett, 2002 ; Rosenthal et Wong, 2011). De même, la production agricole et la production proto-industrielle n'étaient pas séparées, les deux types d'activités ayant lieu à l'intérieur de la famille élargie.

7 La sous-utilisation de main-d'œuvre dans la Chine collectiviste a fait l'objet de plusieurs estimations qui suggèrent généralement un surplus de main-d'œuvre de l'ordre de 30 % au tournant de la décennie 1980 (Taylor, 1988 ; Knight et Song, 1999).

8 Ainsi l'espérance de vie à 15 ans aurait connu un net fléchissement entre 1500 et 1800 (Cartier, 1973 ; 1995 ; Heijdra, 2008), passant d'une fourchette (variable en fonction des régions) située entre 57 et 66 ans en 1550 à une fourchette située entre 46 et 51 ans en 1800 (Heijdra, 2008, P.P. 437, figure 9.3). La surface cultivée par personne serait passée de 5 Mu en 1400 à 4,1/3.2 Mu en 1600 (Heijdra, 2008, p. 452, table 9.5) puis à 2,5 Mu en 1850 (Brenner et Isett, 2002, p. 620, table 1). Par conséquent, la production de grains per capita aurait diminué pratiquement de moitié entre 1700 et 1800 (ibid., p. 625, table 3b).

9 En Chine, le droit foncier distingue depuis très longtemps la propriété des couches arables de la propriété du sous-sol (Hsing, 2010). Dans la Chine impériale tardive, le sous-sol est commercialisable et sa valeur est régie par le marché, mais l'usage des couches arables ne l'est pas et demeure régi par la coutume et les édits impériaux. Cela a eu pour effet que les propriétaires terriens pouvaient s'échanger la propriété du sous-sol mais ne pouvaient pas priver les paysans de leurs droits d'usages sur les couches arables. Ainsi, l'achat d'une terre par un propriétaire terrien lui donnait le droit de percevoir un loyer en tant que propriétaire du sous-sol, mais le niveau du loyer lui-même restait lié aux couches arables et était donc soumis à un contrôle coutumier et non aux forces du marché (Brenner et Isett, 2002).

10 Le terme « patricorporation » désigne une institution juridiquement créée par l'État impérial qui constituait l'unité de production principale de la société : il s'agit plus ou moins d'une famille élargie. Ces patricorporations incluaient, mais sans s'y limiter, les liens de parenté : la famille était donc intégrée dans une institution directement subordonnée à l'État (Gates, 1989). À l'intérieur de ces corporations patrilocales, les hommes aînés étaient juridiquement les chefs et se trouvaient politiquement intégrés à l'État en y payant un tribut. Pour plus de détails sur le concept de patricorporation, voir Hill Gates (1989 ; 1996).

11 Pour Wood (2009), la dépendance au marché pour avoir accès aux moyens de subsistance est un critère décisif qui permet de classifier une économie comme étant capitaliste. Dans les sociétés non capitalistes, soutient-elle, le marché est une opportunité parmi d'autres, et s'il peut réellement jouer un rôle important, il n'est pas une contrainte incontournable, les producteurs pouvant toujours se tourner vers l'autoproduction pour assurer leur survie.

12 Par sécurité économique, nous entendons ici le fait que la paysannerie s'est vue garantie par le régime un droit d'accès à la terre historiquement nouveau qui lui permettait de s'engager dans une production de subsistance.

13 Dans son livre Adam Smith à Pékin, Arrighi considère toutefois que la Chine se situe toujours dans une économie non capitaliste. Nous croyons de notre côté que les réformes menées depuis 1992 infirment cette opinion. À ce sujet voir Andreas (2008) et Gaulard (2014), ainsi que la section 5 du présent article.

14 Par exemple, les entreprises acquièrent le droit de louer, sous contrat, une partie de leur propriété, via le système de responsabilité contractuelle. Cette mesure permettait, par un système d'enchères publiques d'allocation des contrats, de lutter contre la sous-utilisation des actifs industriels (Koo, 1990).

15 Le coefficient de Gini de la Chine est passé de 0.22 en 1978 à 0.496 en 2006, signalant le passage d'une des sociétés les plus égalitaires à une des plus inégalitaires au monde (Andreas, 2008).

16 Sur l'importance de la rationalité capitaliste et sur la question de la dépendance au marché, voir Brenner et Wood (Brenner, 1997 ; Wood, 2002 ; Wood, 2009).

17 Évidemment, il ne s'agit pas de nier qu'il existe un marché du travail capitaliste à la campagne, surtout depuis la privatisation des EBC dans les années 1990.

18 Je voudrais remercier l'évaluateur anonyme qui m'a fait remarquer cet aspect important du phénomène migratoire en Chine.

19 On peut d'ailleurs observer empiriquement (bien qu'indirectement) l'importance d'un tel attachement à la campagne dans les données sur les migrations dues au chômage et aux licenciements massifs qui ont suivi l'éclatement de la crise de 2008. Dans son étude quantitative menée auprès de 2700 migrants dans 27 provinces et 143 villages, Wang (2010) montre que près du tiers des 507 migrants à être rentrés au village pour cause de licenciement avaient entre 21 et 25 ans, près de 45 % avaient moins de 25 ans, et plus de 56 % avaient moins de 30 ans, c'est-à-dire qu'ils se situaient dans la tranche d'âge des migrants de seconde génération.

20 En Chine, la propriété des terres urbaines revient à l'État, qui la confie aux autorités municipales, alors que la propriété des terres rurales revient à la collectivité villageoise (Ho, 2001 ; Lin, 2009). Par conséquent, un simple changement administratif de zonage des terres a pour effet d'exproprier les paysans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Approvisionnements de l’État chinois après réquisitions
Crédits Source : Oi, 1991, p. 34
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 1. Évolution de la valeur monétaire d’une journée de travail à Xubushanqiao, district de Songjiang
Crédits Source : Huang, 1990, p. 239
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 2. Couverture du système de responsabilité familiale
Crédits Source : McMillan, Whalley et Zhu, 1989, table 5, p. 798
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2. Part du secteur public dans l’emploi urbain
Crédits Source : China Statistical Yearbook, 2007
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 3 et 4. Exportations et investissements directs étrangers, en millions de dollars
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Crédits Sources : China Statistical Yearbook (2014) pour les exportations (à gauche) et United Nation Conference on Trade and Development, (2015), pour les IDE (à droite)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12254/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 3. Compensation horaire moyenne, secteur manufacturier, Chine, en dollars US
Crédits Source : U.S. Bureau of Labor Statistics, International Labor Comparisons (2002-2009a)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12254/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 5. Salaires horaires moyens des employer manufacturiers, économies nationales sélectionnées, 2002-2009 (en dollars US)
Crédits Source : Bureau of Labor Statistics 2002-2009a ; Bureau of Labor Statistics 2002-2009b
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12254/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 6. Proportion de la main-d’œuvre rurale ayant migré, par âge et par sexe
Crédits Source : RUMiCI Migrant Survey, 2008
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12254/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Mathieu, « Prolétarisation incomplète et miracle économique chinois : entre héritage collectiviste et capitalisme transnational », Revue de la régulation [En ligne], 21 | 1er semestre / Spring 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12254

Haut de page

Auteur

Jean Mathieu

Doctorant en sociologie, Université de Montréal, jean.mathieu.2@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page