Navigation – Plan du site
Lectures institutionnalistes de la Chine

La centralité du foncier dans le régime d’accumulation du capital en Chine

Centrality of Land in the Capital Accumulation Regime in China
Natacha Aveline-Dubach

Résumés

Cet article établit un dialogue entre les régulationnistes et des spécialistes de l’urbain, afin que les dynamiques foncières et immobilières, grandes impensées de la Régulation, puissent trouver leur juste place dans l’analyse des régimes capitalistes contemporains. Le cas de la Chine apparaît particulièrement emblématique du rôle central que peut prendre la valorisation foncière dans un modèle de croissance. Cet article aborde ce cas au prisme de l’État développeur (ED), un cadre d’analyse qui resitue l’expérience chinoise dans son contexte régional. Trois grands aspects de la théorie de Johnson (1982) sont mobilisés ici pour mettre en lumière le rôle pivot de la valorisation foncière dans le processus d’accumulation du capital en Chine : l’accent porté par l’État sur la croissance du PIB, son contrôle sur l’allocation du capital au sein de l’économie, et ses manifestations de protectionnisme et de nationalisme économique. Cette lecture au prisme de l’ED révèle l’usage de l’inflation foncière comme base de la politique macroéconomique de l’État chinois — au niveau central et local —, à travers la promotion de l’investissement résidentiel comme véhicule privilégié de placement. Les pratiques sélectives d’octroi du crédit bancaire et les freins au développement des marchés financiers ont conduit à la prolifération d’une finance grise faiblement surveillée, reposant en partie sur du nantissement de terrains. Pour garder le contrôle de la rente foncière et assurer son appropriation par les acteurs nationaux, l’État a considérablement restreint l’investissement étranger sur les marchés immobiliers intérieurs, et s’est attaché dans le même temps à orienter l’excès d’épargne nationale vers l’investissement immobilier outre-mer. Ces constats mettent en lumière le rôle pivot des marchés fonciers et immobiliers dans la construction des formes institutionnelles fondamentales définies par le cadre régulationniste.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les théoriciens français de la Régulation ont recherché des convergences dans les systèmes de régulation des capitalismes issus de la mondialisation (Boyer, 2002), en parallèle au courant des Varieties of Capitalism (VoC, Hall et Soskice, 2001) et des Variagated capitalism (Peck et Theodore, 2007). Au sein de leurs typologies, ils ont identifié une catégorie de capitalisme regroupant le Japon et la Corée du Sud, nommée « capitalisme asiatique » par Amable (2005) et « capitalisme méso-corporatiste » par Boyer (2015). La Chine n’y figure pas, étant perçue comme une catégorie de capitalisme sui generis (Aglietta et Landry, 2007 ; Aglietta et Bai, 2013).

2Pourtant, la Chine partage avec ses voisins l’expérience d’épisodes de valorisation exceptionnelle des actifs fonciers et immobiliers. L’actuel mécanisme spéculatif en Chine n’est pas sans évoquer la « bulle foncière » ayant frappé le Japon au cours des années 1980 (Aveline et Li, 2004). On y trouve un même phénomène d’accumulation du capital dans l’immobilier des cœurs métropolitains, fondé sur des anticipations de plus-values foncières par une majorité d’agents économiques. Un trait commun aux pays nord-est asiatiques semble être la centralité du foncier dans le modèle de croissance, qui encourage les logiques autoréférentielles et soumet les économies à des dynamiques de cycles spéculatifs. Les formes prises par cette centralité foncière diffèrent d’un pays à l’autre, en fonction des équilibres entre la valeur des actifs fonciers/immobiliers et des revenus des activités économiques, mais aussi selon l’ampleur des effets de richesse causés par la variation de valeur de ces actifs. Pourtant, malgré leur importance cruciale pour la compréhension des ajustements structurels des économies nationales, ces aspects ont été très peu documentés dans la littérature.

3Smart et Lee (2003) sont parmi les rares auteurs à les avoir abordés selon une perspective régulationniste. Étudiant le cas de Hong Kong, ils ont conçu une nouvelle catégorie de régime d’accumulation du capital basée sur la propriété immobilière (property-based accumulation regime). Des travaux empiriques réalisés par des géographes et des sociologues ont, par ailleurs, mis en évidence des processus d’accumulation massive du capital dans l’immobilier de métropoles nord-est asiatiques, soulignant le rôle médiateur de l’industrie immobilière dans l’inscription spatiale des nouvelles dynamiques financières (Haila, 2000, 2015 ; Fujita 2011, Wu, 2015a ; Theurillat, 2016, Theurillat et al. 2016, Aveline-Dubach 2016).

4L’objectif de cet article est d’engager un dialogue entre les régulationnistes et les spécialistes de l’urbain, afin que les dynamiques foncières et immobilières, grandes impensées de la Régulation, puissent trouver leur juste place dans l’analyse des régimes capitalistes contemporains.

5Au cours des trois dernières décennies, les grandes crises financières ont eu le plus souvent une origine immobilière. C’est le cas notamment de l’éclatement de la bulle nipponne en 1991, de la crise asiatique de 1997 (elle-même en partie fille de la précédente) et de la débâcle des subprimes mortgage de 2007-2009. Cette montée en puissance de l’immobilier est liée à l’expansion de l’investissement institutionnel et à la prolifération de véhicules de placements visant à accroître la mobilité du capital sur ces marchés d’actifs peu liquides (Corpataux et Crevoisier, 2005 ; Theurillat et Crevoisier, 2013). Grâce à la financiarisation de l’immobilier, les investisseurs institutionnels peuvent réduire leur exposition au risque en diversifiant leurs portefeuilles d’actifs — conformément à la théorie moderne du portefeuille de Markowitz — et profiter dans le même temps de la valorisation foncière impulsée par la croissance urbaine. Dans ce contexte, le tropisme foncier des pays d’Asie du Nord-Est transforme ces derniers en foyers potentiels de crises systémiques, rendant tout particulièrement pertinente l’exploration du nexus foncier/économie.

6Pour comprendre les principes organiseurs de la centralité foncière en Chine, l’analyse développée ici s’inscrira dans la perspective de « l’État développeur » (ED), notion conceptualisée par Johnson (1982). Bien que l’hypothèse de l’ED n’ait jamais été appliquée à l’immobilier, elle nous paraît pertinente pour saisir les ressorts du mécanisme spéculatif ayant frappé la Chine, car elle l’inscrit dans un cadre régional tenant compte des influences réciproques sur le long terme entre les pays d’Asie du Nord-Est (Legg et McFarlane, 2008 ; Waley, 2012).

  • 1 Les enquêtes ont été menées à Pékin, Shanghai, Canton, Chongqing, Shenyang et Dalian.

7Le travail présenté ici s’appuie sur une soixantaine d’entretiens semi-directifs menés auprès de divers acteurs des marchés immobiliers dans six métropoles chinoises1, complétés par une exploitation de la littérature grise produite par les cabinets de conseil immobilier. L’enquête avait pour objectif d’identifier les différents types d’acteurs de la production immobilière (promoteurs privés et publics, intermédiaires divers, institutions financières gestionnaires de fonds et administrations foncières) afin d’interroger les modalités d’acquisition des terrains et du financement des projets immobiliers. Dans la première section, nous partons de l’état de l’art du concept d’ED pour identifier les principaux éléments constitutifs de la centralité foncière. Puis nous examinons dans les trois sections suivantes les points saillants des dynamiques immobilières chinoises à partir de ce prisme.

1. Application du concept d’État développeur aux dynamiques immobilières

  • 2 Selon Aglietta et Landry (2007, p. 12), le PIB japonais a crû de 460 % de 1950 à 1973 (soit 8,2 % p (...)

8Le concept « d’État développeur » (developmental state) a été énoncé par Johnson (1982) pour expliquer la croissance spectaculaire du Japon dans l’après-guerre, dont il faut rappeler qu’elle était du même ordre de grandeur que les performances récentes de la Chine2 (Aglietta et Landry, 2007). Selon Johnson, l’État développeur se distingue par la primauté indéfectible qu’il accorde à l’objectif de croissance économique. L’ED poursuit une stratégie de transformation industrielle pour élever la compétitivité internationale du pays, projet qui suscite une adhésion générale et légitime son action. Celle-ci relève d’une « rationalité de plan » se distinguant de la « rationalité de marché » et de « l’idéologie du plan » qui qualifiaient les deux modèles historiques d’État, respectivement celui des États-Unis et de l’URSS (Thurbon, 2014).

9Pour mener à bien son projet productiviste, l’État Développeur s’appuie sur une bureaucratie méritocratique dotée d’une agence de pilotage économique capable d’opérer indépendamment des pressions politiques et des groupes d’intérêt ; bien qu’autonome, cet organe est connecté à la société civile et entretient des relations symbiotiques avec les milieux d’affaires, une caractéristique qu’Evans nommera « autonomie enchâssée » – embedded autonomy (Evans, 1995). Johnson note également la prédominance du crédit bancaire comme mode d’approvisionnement de l’économie en capital. L’État développeur exerce un contrôle sur les flux de capitaux et les canalise vers des industries cibles dominées par des conglomérats. Ces arrangements institutionnels sont au service d’une politique de rattrapage d’économies plus avancées, objectif qui l’amène à conduire des stratégies mercantilistes pour protéger ses industries naissantes.

10Cette conceptualisation de l’ED a permis d’expliquer l’essor remarquable des « tigres asiatiques », la Corée du Sud, Taiwan et Singapour (Woo-Cumings, 1999). Mais elle est aussi contestée en raison de la maturation que ces économies ont connue depuis trente ans, et des effets de la vague de financiarisation/néolibéralisation qui a ébranlé les leviers traditionnels d’action des États développeurs asiatiques (Chu, 2016). Moins frappée que ses pairs par de tels changements, la Chine est considérée par certains auteurs comme le « dernier héritier » du développementalisme en dépit de sa forte singularité. Les réformes administratives ont fait émerger une bureaucratie moderne et méritocratique (Nee et al., 2007) nantie d’organes de pilotage industriel (Commission d’État au plan et la Commission pour la Gestion des Actifs publics) qui contrôle le crédit bancaire et oriente les capitaux vers les entreprises d’État (Baek, 2005). Tandis que les organes de pilotage s’inspirent de l’expérience des conglomérats japonais et coréens (keiretsu et chaebol) pour constituer des champions nationaux aptes à rejoindre le club des « Fortune 500 » parmi une centaine d’entreprises publiques, les quelques centaines de milliers de PME d’État sont laissées à la gestion des gouvernements locaux (Huchet, 2014). Cette décentralisation des pouvoirs, jointe à la recentralisation fiscale par la réforme de 1994, a profondément modifié le système d’incitation des cadres locaux. Des coalitions de croissance nouées localement (Zhu, 1999) ont reconfiguré les équilibres de pouvoir entre les diverses composantes de l’État développeur, amenant de nouvelles conceptualisations telles que le « local developmental state » (Zhu, 2004) et le « local state corporatism » (Oi, 1992).

11Du fait de leur orientation productiviste, les États développeurs subordonnent les politiques sociales à l’impératif de croissance (Holliday, 2000). La fourniture de logement, élément majeur de la protection sociale, joue dans les ED d’Asie un rôle pivot dans le modèle de croissance. Les politiques de logement n’y sont pas conçues dans une perspective d’équité sociale mais de consommation par les ménages (Doling 1999). Il en résulte des arrangements entre l’État et les grands groupes industriels visant à organiser la production et la consommation résidentielle dans un cadre concurrentiel. Le logement constitue également un instrument d’épargne et un support de flux d’échanges intergénérationnels pour les ménages, via la transmission patrimoniale et la cohabitation (Ronald et Doling, 2012).

12La combinaison de ces deux approches de l’État développeur, par les relations État-industrie et les politiques de protection sociale (welfare developmental state), se prête favorablement à l’analyse des dynamiques foncières/immobilières. Une telle démarche permet de déconstruire la figure d’un état monolithique en insistant sur les divergences d’intérêt des niveaux centraux et locaux de l’ED ; elle articule également les dimensions physique et financière des actifs immobiliers, en tant que fournisseurs de surfaces et instruments de placement, dans un régime de protection sociale rendant indispensable l’accumulation d’épargne.

1. 1 Foncier/immobilier et régime d’accumulation du capital dans les états développeurs

13Nous retiendrons de la littérature sur les États développeurs trois points saillants permettant de bâtir un cadre d’analyse adapté à l’immobilier.

14a) En premier lieu, la démarche productiviste mobilise les ressources et des énergies de l’appareil d’État en faveur d’une sélection de secteurs industriels. Parmi ceux-ci, la construction et l’immobilier sont des piliers de l’économie. Des politiques d’encouragement à l’investissement immobilier sont menées envers les groupes cibles de la politique industrielle, et orientées vers les espaces urbains comme arènes privilégiées d’accumulation du capital. La valorisation foncière qui en résulte permet au secteur industriel de « négocier » des situations transitoires au cours desquelles le modèle de croissance doit être redéfini. C’était le cas du Japon des années 1980, confronté à la crise d’un modèle basé sur les exportations, arrivé en bout de course et générateur de frictions commerciales. La Chine est également soumise à des chocs qui la contraignent à réajuster régulièrement son modèle de croissance. Les entreprises publiques font face à une profonde recomposition du tissu industriel, avec de lourdes conséquences sur l’emploi et la fourniture de prestations sociales. Dans une telle situation, l’État peut être tenté de faire de la valorisation foncière un instrument de politique macroéconomique pour faciliter les ajustements structurels.

15b) Deuxièmement, la prédominance du système bancaire et son corollaire, le faible développement de la finance, permettent à l’État de maintenir l’épargne à coût modéré pour la canaliser vers les secteurs industriels jugés prioritaires. La réserve d’épargne est d’autant plus abondante que les politiques de protection sociale des États développeurs sont déficientes, en particulier dans le cas de populations vieillissantes. Si l’épargne des ménages et des entreprises est prisonnière des dépôts bancaires, une partie se fixe néanmoins sur les actifs immobiliers, qui figurent parmi les rares placements alternatifs, renforçant ainsi la prise d’intérêt d’un grand nombre d’agents économiques dans les phases ascendantes des cycles. Autre conséquence de la prédominance du système bancaire, le cloisonnement du crédit et la faible culture d’évaluation du risque freinent l’accès au financement des petits acteurs privés (PME notamment) et suscite le développement de canaux de financement informels dont la prolifération constitue une menace pour le système financier. Qu’ils soient ou non d’origine bancaire, ces emprunts tendent à être sécurisés par des collaterals immobiliers. Enfin, la priorité accordée à l’industrie restreint les capitaux disponibles pour la production urbaine mais encourage d’autant l’innovation pour le financement d’infrastructures à forte intensité capitalistique. Des modèles économiques basés sur le principe de captation de la valeur foncière (land value capture) sont alors mobilisés pour construire des infrastructures de transport ou aménager des projets urbains de grande envergure. Prises ensemble, toutes ces formules de financement s’appuient sur le foncier comme sécurité ultime de la dette (formelle ou informelle) et moteur de la croissance économique.

16c) Enfin, les États développeurs partagent une culture de nationalisme économique. Le Japon s’est singularisé par un développement industriel sans recours significatif aux IDE, ainsi que l’avait noté Johnson. Les autres pays ont fondé les phases initiales de leur croissance sur l’apport de capital étranger dans le secteur manufacturier, mais ils ont utilisé divers leviers, comme les échanges de type « marché contre technologie » pour freiner l’investissement étranger et monter en gamme (Wade, 2005 ; Huchet, 2014, 2015). Sur ce plan, la Chine ne fait pas exception : l’ascension de son industrie dans la chaîne de valeur montre qu’elle n’a plus vocation à être « l’atelier du monde » (Zhao, 2015). L’immobilier occupe cependant une place à part, en raison de la rente urbaine générée par les transformations radicales de l’espace dans les métropoles. Dans un régime productiviste centré sur le foncier, il est impératif d’empêcher une extraction massive de valeur par les opérateurs étrangers en gardant un contrôle étroit sur la propriété des sols. En Chine s’ajoute le rôle critique du foncier dans la corruption et la nécessité politique impérieuse pour l’État de réguler les prix des logements. Pour toutes ces raisons, les États développeurs nord-est asiatiques présentent en général une faible exposition au capital étranger dans le secteur immobilier. À l’inverse, ils peuvent montrer une intense activité internationale dans ce même secteur, prenant appui sur la rente urbaine domestique.

17Les sections qui suivent présentent le cas de la Chine au prisme de ces trois éléments. À la suite des travaux de Wu (2015a, 2015b) et Theurillat (Theurillat 2016, Theurillat et al. 2016), elles interrogent les relations entre l’État, les marchés immobiliers et le capital, mais les replacent dans le contexte du welfare developmental state nord-est asiatique tout en éclairant certains aspects idiosyncrasiques de la stratégie de l’État développeur chinois.

2. La capture de valeur foncière comme fondement de la politique macroéconomique

18Sous le maoïsme, l’État avait délibérément réprimé l’urbanisation car la consommation de services était considérée comme oiseuse dans un système productiviste fondé sur le développement du secteur manufacturier (Wu, 2012). La Chine connaissait donc un phénomène de sous-urbanisation, les villes n’accueillant que 18 % de la population en 1978 (Lin et Zhang, 2014). Après les réformes, les mouvements migratoires interurbains contenus jusque-là par le hukou ont été libérés, impulsant une dynamique couplée d’industrialisation et d’urbanisation. En l’espace de trois décennies seulement, la part de la population urbaine chinoise est passée à 53 % de la population nationale et l’on dénombre 9 000 agglomérations de plus de 10 000 habitants (Swerts, 2013). Cette intense transition urbaine a généré un formidable gisement de valeur dont l’État a organisé ou facilité l’extraction principalement par les ménages, les entreprises d’État et les gouvernements locaux.

2.1. Stimuler la croissance intérieure par l’investissement privé des classes moyennes

  • 3 Le gouvernement local est entendu ici au sens large, incluant toutes les entités locales, du distri (...)
  • 4 Selon les statistiques officielles (China Statistic Yearbook 2015), sur 76,292 immeubles vendus en (...)

19La centralité du foncier s’est construite par la convergence d’intérêts des deux niveaux de l’État développeur (central et local3) consécutive à une série de tâtonnements à mesure que progressaient l’urbanisation et la marchandisation de l’immobilier. Elle s’est surtout appuyée sur le secteur résidentiel, qui occupe plus de 90 % du marché immobilier4 et en constitue le segment le plus lucratif. À la suite de la décentralisation, les gouvernements locaux se sont vus confier en 1988 le droit d’abusus sur les terrains urbains, restés propriété de l’État (Ding 2003). Ils sont alors devenus les principaux bénéficiaires des recettes des « droits d’usage fonciers », concédés pour des durées variables selon leur usage (jusqu’à 70 ans pour du résidentiel). Cependant, leurs stratégies d’allocation foncière ont varié dans le temps, en fonction des équilibres de pouvoir avec l’État et de l’évolution de la structure des finances locales (Li et al., 2011).

  • 5 Ces logements de fonction, qui constituaient le mode d’allocation majoritaire du logement dans la C (...)

20Au cours d’une première phase d’expérimentation, de 1985 à 1991, l’État organise des expériences pilotes de vente des logements détenus par les unités de travail (danwei) à leurs occupants5 (Ho et Kwong, 2002). La privatisation de ces logements devient plus conséquente en 1988, mais l’État a restreint par des mesures financières et réglementaires le développement des marchés résidentiels pour contenir les tensions inflationnistes.

  • 6 Ce dispositif permet aux employés de toutes catégories d’entreprises de bénéficier de prêts bonifié (...)
  • 7 Pour simplifier la lecture, nous assimilons la vente de droits d’usage fonciers à des ventes de ter (...)

21La seconde phase, qui couvre la période 1992-1997, voit le développement d’un marché résidentiel aux côtés des logements des danwei, grâce à la constitution en 1992 de « fonds de prévoyance pour le logement6 » (zhufang gongjijin). Les années 1992-1997 sont marquées par deux événements majeurs. En premier lieu intervient la réforme fiscale de 1994, qui recentralise les revenus fiscaux en ignorant le coût croissant de l’urbanisation et de la protection sociale assumé par les gouvernements locaux. Entre 1992 et 1998, ceux-ci voient leurs recettes décroître de 78 % à 50 %, quand leurs dépenses grimpent de 66 à 71 % (80 % en 2009, Wong, 2013). Pour boucler leur budget, ils auront alors massivement recours aux ventes de terrains7. Le second événementlier ea crise asiatique de 1997ntlier ea crise afinanciarisatiarsecFi voientdée à 71 % (80 ant evénementlicnebodyftn7" href="#ftn7">7. L def="#ftn6 valeur montrefrres pa auront x événes"#ftn7">7ts locau)el aux côtde tdévelopasst#tocfrom2n1" id="tocto2n1">1. 1 n produe plus lucrateller’u1n, qui cikiv ="en">HlPus de bénéfiurtlIasst#tocfrom2ieenementd’industrialisation et d’urbanisation. En l’espace de trois décennies seulement, la part de la population urbaine chinoise est passée à 53 % de la population nationale et l’on dénombre 9 000 agglomérations de plus de 10 000 habitants %des v> kulang="en" lang="e:nci% (80eptuae (...)

  • 7 Pour simplifier la lecture, nous assimilons la vente 82015), sua Les eppliquéfinanest suref="#ftn7">( ifs. Pou5 (da8wei, grâce à la constitution en 1992 de « fonds de prévoyance pour le logement8" des da8we8ur co (Zhuall" id="bpulé un fs par desyang="espan xml:l:s », concédés pour destionnvent unootnotecall" idières décconomiquear des, du distri dans apon des annen" lang="capture crise afinanciarisatiarsecFi ensearetent en mobilier, le="paranumber">1all" idÉtabv>(...)
  • Icileinfo">PDFGialen de 1des es"> uinternationale dans et susciteulatbprimes e dynars de la prciets des <580.jpg"peur="icilSete limg src<480.jpg"palt="Gialen de 1des es"> uinternationale dans et susciteulatbprimes e dynars de la p" //a> IcilAioepan ceur="nofollowhref="#toicilZoom" des <580.jpg">Abprimiration ceur="nofollowhref="#toicilOrig" des Or le el,(jpeent40k)s="section">is les replacent dans le cont styn clent -wesect:né dl;""en"rce:l:sNextra B les apitintérêcapitae dne bur qui consque capable d’opérer indépendamment des pressions politiques et des groupes d’int2 2015), Duides0triaimm3rs »velois="paranli> onnis égalemescteur industriel de « droit d’ ion du caindustaux de W 1988 leocau ici s’inscrira dans sal est sur la du fixe ionnels sont aiproquecemen ( permet au secr la dusur leleur impioe » le ues présenten),class=rt dmss="pe="paranumbee menret="en". Stiifératr l title=présentrvice d’uleulsres der chinois d intérsa nécesesen">(201fam dyn is les replacent dans le contexHuntdée à 71e technologie »nts tendeon dénombre 9el). Ctat développeur, rution r less dans les tro. Dans la preis les replacent dans le contexte du ,res, grandes impensées de la Régula>
  • 7 Pour simplifier la lecture, nous assimilons la vente 92015), sur construite par la convergen xml:li raispn"rcenéesree=présentrvics-glementa pays, peula aggats des da9wei, grâce à la constitution en 1992 de « fonds de prévoyance pour le logement unrrtout dx p000 agg le e 199frres pa auront x événes"#ftn7">9" des da9we9s devendistri (...)
  • 7 Pour simplifier la lecture, nous assimilons la vente n de la mnfluene en pui fiscaux ens métropolita. Ltilisé diants leursjeunpermetistre da10lass="texte">21La seconde pha112015), sua en"thwetat n Unes paytyapitFprolife seEormuleca(SWUFE) a es si7ntlie13v ="evas errogern">(201ts des da11lass="texte">21La seconde pha122015), sua Lspan cé un fsents majeu la marchre imppeur aar Boyer (2.="en">q. Cabsimmobilualisation de le ee pr t dscaux ens ganisfsuivantee pivot u1solvaent i reconfigurndus-ntsdaajeuÉtat solidui coneux approches de l’yna (ccès s leh>(..reebre de, 200urre à la des i bancmum 3 1997ex gils auront banle syseecr lf tradans les troises reotsaient lscaux ens auront iblentaires le développement des marchés10l des da10lan dea>)rs »Stiifample se dirains urbainan>Du fait de reoiseuse da bonseisuite solvaent tent en dansmerat ré000 agglogridernes recei resmératioavpée ici 4" hdmss="petrong>dans lergne alors mobpan xml:lang="etocto2n2">2.1. glaf( ser colta pays, p>. Cetal m> le fonciece dHouseholdtFprolifSurveyires le développement des marchés1privés et pub1ha1120deviquestandisatioen"thwetat n Unes paytyapitFprolife seEormuleca(SWUFE),( pi48,98 adresuctiviste en 1988, mais l’És économiquestlie13v:lang=22en" lachés du ca) technologi3,5 adresuctivbilua coneux mppeu production immobilière (promoteurs pgie de trans1spa12côtdeCentralité du "para dl"bpulé un fse dynayseec ici s’inscrira dans s marchés d’agea7laratie méprès ranldivers
  • evénementt d’urbanisation. En l’espaceseuleprod/spaTao class="num">5 Ces logements de fonction, qui constituaient le mode d’allocation major0/spaL d,euctivfién ec l i s- néced Wong, ztituta prdiLnt,iuaient le mode d’allocation nati,rrest, class="oul="pec lWong,- néced coumti"pemea prdiH ilsde troi/sCe-1lPuade myaasscèdtseloeinquxnt p"tnsilrvicnager "bodstemp aurFu o g Wu(dev15b, p. 81):l:s1)sa 76,292 immeudenot cèdtss émr m bo2-1997 son–ea#fbesoi le eternlre o le l–e f fsu="ges et desentrspanrr oulcssur d importa eiroe n lide la p McFa largier acbase b dfaquecheÉs é u 2)bs deobpan on evanu ntnnventapnan c)Ho ="en">de pouvoiiuand lbrn1" e colier erste»intérsades dynami 3)sa 76,292 immeudenot mppeea#fetern granlememr m x côts,re sectiure des f. 1 vrestreur l’emploosuipan xml:lang="i 4 )bs de ft de cemp 71 % p (80epoutesr class en économiques alors massivement reps de laa/Éonopee piait ss de opiriste cmodes cibonsnédéuvén tittue pations dmiiqa#feoi199ents s »iancroa valeTokyonei Osakas auront meagn>lplPuule et orals e foncière un instrumeannages, s,re section, noused’urbanisation. En l’espacOCtre jocher une e, l’État avait délibérément réprimé l’urbanisation5car la consom5t4. Ges locanomef="#n de luant toutes les ententrspanrts015a ; Theurillat,s de laondé sur le développement d>
  • 7 Pour simplifier la lecture, nous assimilons la vente i6all" idrOnner de guenst suns ls:l:s »ng="e lety joi19-#ftnbainrc="eb)piété entralapdnd leurss="ioaient physn de lée dynars de la p Dennages, s,="texte">. 2nomaiaeu=rt re de e ratt t uan cls JVroduction immobilière (promoteurs p6" des da16éi6ala>pos apmiiqnterrognsfncttetechnolog Thes,erom1n3" ialors massivement repnt la>srt dparooxmisat luant toutes les ententrspanrtconstitue logie ieges et pan>et Thesegment le pivour saila îs lintér textestituepa000 aggloes romicotn6 v se

  • <
  • 3 Le gouvern7t4.1.vRe sr mnager >. Poclass="num"pemenrialisa e rd luant toutes les ententrspanr

  • 7 Pour simplifier la lecture, nous assimilons la vente i7all" idreceet régim s srrn" lalucrate Rs laou A bancaire et SplPus eev clasbpnomyda17lass="texte">21La seconde pha182015), rtractnoutes les ententrspanrt re d0 ae de preslass=r%, duerenfoimees declass en e="textandnotntsprmos 1ts des da18lass="texte">21La seconde pha192015), stexte"ref="#ftn7 dossur re dre de la poTh recotns liobilier, lleveslour du r

    da19wei, grâce à la constitution en 1992 de « fonds de prévoyance pour le logementda17lai7ala>ilduréesancr, tid015a ; Theurillat,s de laeÉta.bi < e JVeoul="perenfoimees dea cer">17 nat1 lan xml: ry sssanc la convergroduction immobilière (promoteurs p8" des da18la1820a>i(tlemeau 1) de f métropolitsagspan ctrieonies rergne ufoimees decelc receentrspanrrsa cer">17da19we19s devd: ry sssancaarce d’intérê B les apitce d(gialen de 3="eSan xml: rtnté des ssiobcultrumuÉbilr errogelergne un fmce»vf="#ttesents s ou aménager >. ; Theurillatoocauaeuel gnia ce et favient lion ciroe rattnsnsionôts,re sectialeur diour du rcou capb L ass="te(limientendx e foncière un instrumeanaeralass=autonomy (...)

  • 7 Pour simplifier la lecture, nous assimilons la vente 2 de la mnSauf< Le secoacstnaaj nt e iestriel de «dd’l d up adresare nt yLe baiaullervf5a ; exa"nu gardagslts des da20lass="texte">dans ln 10e" ec logements eal une furen puioogemer€Éta.bi < e nomique e fass="a pr)/spatd 2es6 etrojor3, s="restrecou ssanclibstrucautorrest s é, concédés pounin foncroduction immobilière (promoteurs 20l des da20la20ala>pos a agglos, vira dans class="numssancants s 1988 leTheurillat,t ici s’inscrira dans auprès ,oi dyn pha>< lns lamue, l’État avait délibr indépendamment des pressions politiques et des groupes d’int4c qui coEnil’eslas iaine fapps,re sectilass="texted markmar cha localeite Rs laou A bancaire et SplPus eev exml:lan ntores de 1conatuesrplPus ene cLsé des cl:lan lo015s snour duems epn mehine ne fai.="nédit le déai x côtoces raérsaalesentrspanrrtion mique capable d’opéreass="paranumber">14a) En premier l46all" idDus="tocux év clasbpnomy de lety,eREITsvcoentoi"> iciamonti/sCe-1odes cise b >s="ioaildurusslass=r%, dsaalesRaff ciCetya prdiaqueclasnsionausnteurs p usep icfpan ct ap e 1isonsel). Cexmalannouiour du r néceexlion ffquenl meacalucraiciamont,tse de guen">p la = ds gn turbDt198uielu fmcll d iour(14a) En premier l47all" id=lasbpnomy< l). jiu/néoia pà1enn cértnesres,t émerg led mintérsadsé deit temph2 eur aentsn–ea#fse15aPrg< lt en n–ea d’appautorrestrnnCen ont nns indeautonomy
  • 173 Le gouvern8t4.2. Filpenesres vf="#ttesantie198

    14a) En premier l48ure que s dsur lenleur ditn quén ee piunaR. 1 vetlur les ald1714a) En premier l49all" idDups ln 10de sion u de jà,aPour lors mob fmenan class led m les xnaerann urbl Gandare ocauoff92-1esls auront aages, s,re sectialeur d. Pn’aprolifran lacldans les trcldes dynamihicat . 1sections . dit et sr >p la = omistnous4"ii receités lcontux s ald14a) En premier l502015), % (80ms epnumand imoffr la ="eintériajoutlis,urbtoces raérsaentrspanrrsar ros fisncnonour du re ge «eux p000 aggrdumenan cla3et gar les /sIdesrnendetet< ="e(Lspan ),aiavied015aPour lors mobd< on dshssiici mv>. Pouopti"pemenduvrmmobilie>s="etsotn6 vrnrrpec et orour du r

    s nonnisoarte foncière entrspass="teoces rnonour ce-1997 sonont vcolf t ssx côt. 1 vrestreiiontionoinas mobd< aitlstrumpan xml: scondic es , lbaine citre sectidan>et Thes a"en">iestrien"a eotsaient lsataefclass="sdues deces declasse W 1988 l mique capable d’opéreass="paranumber">14a) En premier l51 foncieTadécslogilrumoeu=rtunrestr/venus fs vf="#ttesantie198s e foncière e des taancants ss prierrogedesspan ct ap e

    s="mentLspan baine ciestriel d médleur diinaforme fisÉteteerenforçane)urées permet , ss auro dusur leleuftn7re dan laclvf="#tteshhrefeen une fafoyer i n"lnesriet dée » exercesls auroa pemss="pdtrong>dans eents s »ionseilass="textedpan>et ThessrOnn gtéuvetandniérsae sitssur lua» e 1ab">s e foniebiliestriel de « nforme fisenleur ditquecltete/ippoier sele de c 1980:l:sion cintde reiure des ficônperes er">17Co c"> »ondé sur le développement dass="paranumber">14a) En premier l522015), saan drapruat centralisat dusur leddmmissioriap pà1t sundx elon l’amilisésiqeal une fmenus llumass="sons nordpivoer >se

    Du f 20e et orstesen urbleen s prie simrmonxnt qent stesen urbleen ion à 53et t ap odoaient flion d

    14a) En premier l53ure que s dautoisti2013)chaeboet garlitique pan on aaj nterlonsei  fs e foniee ialors massivement rers »ianle ssepi">s e foncière un instru de ftre de 78derec immeur lesatlur les almonxnt qenmuÉs étjrnonager mt< ape="pie>s="ments d velois="parduem>chaeb">Ceur par lsonroyennesesarx se sonla irec ernemeaasscèdtsuÉinj orstes, concédés pounin fonc de eu. e, aisderec et ore des taanc(de a>srt dplle expansionebiliestriel de « heurillatoents s »lass="ste dynadvisatlre dsl de «d>. Poclass="num"pemenmer >. Poiuand ient our du rrognsaencesc)hine nen>Dude tyfce de presfcapita tr fe et onon dbottom-uprc="etxtedrulue14a) En premier l54all" id=las 71 % iu70 seitsintots éconopations dsed jrnpace in écsee pi sfbesoi seitslur les ales decesvcaielisat dusur leddmmissior/sIdesos apourvuent lion tirts. À ladat mr m. La Cnsel). Cexmontrer uia paum"pemenl du cavrestre="ges et dploosuit apbesoi ses lfs e = économiquechaebomos teentellév t anquencesclaarddmmissiomntr >. Poiuvelopdeutrialisatnoutes les ententrspanrassée à 53mmiiqdu r

    dans eenus lclass="taj nterinufoimees dppautor’es érueilletrhnns pants,ialour du r

    Du fos aftn7re lases lognsionebild’agentd sconnur, lépa(Swiestriel de « heurillat,en furn" layftn4" hvacelopdpan xml:lang="letrlass="ps=anumber. Dlasse cabaine c1artfféructivfiés qu ec le dyns fitômution9de oncg="en">enoppace uqerinufoimees dlisat duoffr favient 4" hdmss="pfutdueb fmenan class n"tguls auroa monteu.tféracsuognsionrs deong, écon"en" lang="en">inralité du d su es deces declass fi 1988 lepan xml:langsesar="galiiaévsion deelo tteaieloa ec lbancem>èr/néoiaDans la pr leslmétropde slareslsealrest dnts pulsiérsae dyna.mique capable d’opéreass="paranumber">14a) En premier l55 foncietexte"r"toctPoclavelplPuule et , du r

    fixnce dut ap on sple llevfférucessée à 53mddloy lsen tn"t endrialisa ale et l(ddrlPus conodders eisbisals iteteeulatrplPusfn densionaus 1988 leTheurillat:l:s g01chsnsionôtvelois="parduem>chaeb,la>. L dde tarrirts écono(RMBS)sure aqcroîfonieion ci rts r vf="#texddem>chaebohypothlPuaqent rchauces dlisat duoffr fations dure tgiriets,ie, nconctggs lc rce fdans eTheurillatorialisa trspanrexsaananc-r"toctPoc uStii, 2012 chaeboleursectialonstsen">s e fonciensection, nousent repnusns laouvoire furen puite tnrtns="our dursadesecent onode prev exm "bod"en" lan,sure dronteu. rgilrlacl cavrestr Denmêmev clasbpges, s,re sectioren puimie xns>14a) En premier l56 qui coEnilrs en gaernomicn6 vi=aglo, s,uml:lang="i sixe t seilmen»venus fs dans les trclpan xml:lang="ien">im>chaebohypothlPuaqente pg="en">nt jrnpace in lle,Lspan nexsagies dea x o bancsolapergs pace uqu g01chsnsiona0 aggloobenrvnt our duems es nord nieion ci rtsrnrroi seilmen»rnen"eiumuÉs és,re sect) Duseux én »s,re secten">io banclb servicea0 agglo ae de preslimient auront s=rt sct anquencesclaax oces raérsapn, nousentsristdier dtri 14a) En premier l57 qui coEniddij nt e ela rtsap uynt lsat dusur levenusmsimgiri"> alotste»intérsa
    s lemenan cla3et fs daavrestretéristiquesoents s »lass="ste dyna,toulbonsn>. Pis lrste-1997 sonorucautorlastier enariontions layftn4" h="toct es"#ntimient lelsonr1odes citrieonale et llur les a mique capable d’opbr indroduction go-topl des Hason cpur,s="sectione capable d’oa>14a) numb">Bpaniogialeie qui cons class="texte">

  • "> capable d’opérrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrre capable d’opér

    Aglietta M., Bai G., 2013, China’s development : Capitalism and empire. London and New York, Routledge.

    Aglietta M., Landry Y. (2007), La Chine vers la superpuissance. Paris, Economica.

    Aglietta M., Bai G. (2013), China’s development: Capitalism and empire. London and New York, Routledge.

    Amable B. (2005), Les cinq capitalismes. Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation. Paris, Odile Jacob.

    Aveline N., Li L. H. (Eds.) (2004), Property markets and land policies in Northeast Asia: the case of five cities: Tokyo, Seoul, Shangai, Taipei and Hong Kong. Tokyo/Hong Kong.

    Aveline-Dubach N., 2014, « New patterns of property investment in “post-bubble” Tokyo: the shift from land to real estate as a financial asset » in Aveline-Dubach N., Jou S.-C., Hsiao H.H (Eds.) Globalization and new intra-urban dynamics in Asian cities, Taipei, National Taiwan University Press, p. 265-318.

    Aveline-Dubach N. (2016), « Embedment of ‘liquid’ capital into the built environment: the case of REIT Investment in Hong Kong », Issues & Studies, 52, 4.

    Baek S.-W. (2005), « Does China follow “the East Asian development model”? », Journal of Contemporary Asia, vol. 35, no 4, p. 485-498.

    Bergère M.-C. (2007), Capitalismes et capitalistes en Chine : xixe-xxie siècle, Paris, Perrin.

    Boyer R. (2002), « Variété du capitalisme et théorie de la régulation », Annuels, p. 125-194.

    Boyer R. (2015), « Le régime de croissance chinois et l’économie mondiale », in R. Boyer, H. Uemura, A. Isogai, E. L. de Micheaux, & D. Toudic (dir.), Capitalismes asiatiques : diversité et transformations. Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 235‑261.

    Chen, Y. (2009), « Légitimité, rationalité et compétences politiques – comment le “miracle urbain chinois” a-t-il été possible ? », Terrains & travaux, no 16, p. 97-136.

    Chivakul, M.-W., Lam R., Liu X., Maliszewski W., SchipkeI A. (2015), « Undestanding Residential Real Estate in China », IMF Working Paper.

    Chu, Y-W. (2016), The Asian Developmental State: Reexaminations and New Departures, Palgrave Macmillan.

    Corpataux J., Crevoisier O. (2005), « Increased Capital Mobility/Liquidity and its Repercussions at Regional Level Some Lessons from the Experiences of Switzerland and the United Kingdom (1975-2000) », European Urban and Regional Studies, vol.12, num.4, 315–334.

    Deloitte (2102), China real estate investment handbook.

    Ding C. (2003), « Land policy reform in China: assessment and prospects », Land use policy, vol. 20, no 2, p; 109-120.

    Doling J. (1999), « Housing policies and the little tigers: how do they compare with other industrialised countries? », Housing Studies, vol. 14, no 2, p. 229-250.

    Dowall D. E. (1993), « Establishing urban land markets in the People’s Republic of China », Journal of the American Planning Association, vol. 59, no 2, p. 182-192.

    Evans P. B. (1995), Embedded autonomy: states and industrial transformation, Cambridge Univ Press.

    Fujita K. (2011), « Financial crises, Japan’s state regime shift, and Tokyo’s urban policy », Environment and Planning A, vol. 43, no 2, p. 307-327.

    Haila A. (2000), « Real estate in global cities: Singapore and Hong Kong as property states », Urban Studies, vol. 37, no 12, p. 2241-2256.

    Haila A., 2015, Urban land rent: Singapore as a property state, Wiley-Blackwell.

    Hall P. A., Soskice D. (2001), Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage. Oxford, Oxford University Press.% E7% BB% 8F% E6% B5% 8E.doc

    Heung A. L. M., Zweig D. (2011), « Hong Kong’s Contribution to Mainland China’s Property Sector », Asian Survey, vol. 51, no 4, p. 739-768.

    Holliday I. (2000), « Productivist welfare capitalism: Social policy in East Asia », Political studies, vol. 48, no 4, p. 706-723.

    Ho M. H., Kwong T.-M. (2002), « Housing reform and home ownership behaviour in China: a case study in Guangzhou », Housing Studies, vol. 17, no 2, p. 229-244.

    Hsing Y. (2006), « Land and territorial politics in urban China », The China Quarterly, vol. 187, p. 575-591.

    Hsing Y. (2012), The Great Urban Transformation: Politics of Land and Property in China, Oxford University Press.

    Huchet J.-F. (2014), « La politique industrielle en Chine : grandeur et limites du renouveau de l’État Chinois », Revue française d’administration publique, no 2, p ; 415-433.

    Huchet J.-F., 2015, « Du dirigisme au réalisme : la politique industrielle chinoise à l’heure de la globalisation », in : J.-F. Huchet, X. Richet, & J. Ruet (dir.), Chine, Inde : les firmes au coeur de l’émergence. Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 51–74.

    Hu R. (2012), « Understanding Chinese Real Estate: The property boom in perspective », in : J. Garrick (Ed.), Law and policy for China’s market socialism, Routledge, p. 87100.

    Hu R. (2013), « Drivers of China’s urbanisation and property development », Australasian Journal of Regional Studies, vol. 19, no 2, p. 156.

    Johnson C. (1982), MITI and the Japanese miracle: the growth of industrial policy: 1925-1975, Standford, Stanford University Press.

    KPGM (2012), « Mainland China, Trust Survey 2012 ».

    Legg S., McFarlane C. (2008), « Ordinary urban spaces: between postcolonialism and development », Environment and Planning A, vol. 40, no 1, p. 6-14.

    Li J., Chiang Y.-H., Choy L. (2011), « Central–local conflict and property cycle: A Chinese style », Habitat International, vol. 35, no 1, p. 126-132.

    Li, J., Hsu, S. (2014), « Shadow banking in China: institutional risks », China Economic Review, vol. 31, p. 119-129.

    Li L. H. (1997), « The political economy of the privatisation of the land market in Shanghai », Urban Studies, vol. 34, no 2, p; 321-335.

    Li M. (2015), « Le financement du logement social par les plus-values foncières, le cas de Chongqing », La Revue Foncière, no 5, p. 39-42.

    Li M., Driant J-C. (2014), « Affordable housing policies in urban China », in Bredenoord, J., Van Lindert, P. (Eds.), Affordable housing in the Urban Global South: seeking sustainable solutions, London and New York, Routledge, p. 204-218.

    Lin, G. C. S. (2007), « Reproducing spaces of Chinese urbanisation: New city-based and land-centred urban transformation », Urban Studies, no 44, p. 1827-1855.

    Lin G. C. (2014), « China’s landed urbanization: neoliberalizing politics, land commodification, and municipal finance in the growth of metropolises », Environment and Planning A, vol. 46, no 8, p. 1814-1835.

    Lin G. C., Zhang A. Y. (2014), « Emerging spaces of neoliberal urbanism in China: Land commodification, municipal finance and local economic growth in prefecture-level cities », Urban Studies, vol. 52, no 15, p. 2774-2798.

    Lu Y., Guo H., Kao E. H., Fung H.-G. (2015), « Shadow banking and firm financing in China », International Review of Economics & Finance, vol. 36, p. 40-53.

    Meyer C. (2014), La Chine, banquier du monde, Paris, Fayard.

    Nee, V., Opper, S., Wong, S. (2007), « Developmental state and corporate governance in China », Management and Organization Review, vol. 3, no 1, p. 19-53.

    OCDE. (2015), « Economic Survey of China 2015 ».

    Oi J. C. (1992), « Fiscal reform and the economic foundations of local state corporatism in China », World Politics, vol. 45, no 1, p. 99-126.

    Peck J., Theodore N. (2007), « Variegated capitalism », Progress in human geography, vol. 31, no 6, p. 731-772.

    Pingan Trust, McKinsey&Company. (2013), « The Coming Transformation of China’s Trust Industry – China Trust Industry Report 2013 ».

    Poon A. (2010), Land and the ruling class in Hong Kong, Singapore, Enrich Professional Publishing.

    RICS. (2007), « Why China, why now? The role of property markets in supporting economic and social development in China ».

    Ronald R., Doling J. (2012), « Testing home ownership as the cornerstone of welfare: Lessons from East Asia for the West », Housing Studies, vol. 27, no 7, p. 940-961.

    Sambor J.-C. (2012), « An assessment of China’s relative fiscal strengh », in J.-P. Cabestan, J.-F. Di Meglio, & X. Richet (Eds.), China and the global financial crisis: a comparison with Europe. London and New York, Routledge, p. 34-45.

    Sharman J.-C. (2012), « Chinese capital flows and offshore financial centers », The Pacific Review, vol. 25, no 3, p. 317-337.

    Smart A., Lee J. (2003), « Financialization and the role of real estate in Hong Kong’s regime of accumulation », Economic Geography, vol. 79, no 2, p. 153-171.

    Swerts E. (2013), « Les Systèmes de Villes en Inde et en Chine », Mémoire de doctorat, université Paris I-Panthéon Sorbonne.

    Tao R., Su F., Liu M., Cao G. (2010), « Land leasing and local public finance in China’s regional development: evidence from prefecture-level cities », Urban Studies ; vol. 47, no 10, p. 2217-2236.

    Theurillat T., Crevoisier O. (2013), « The sustainability of a financialized urban megaproject: the case of Sihlcity in Zurich », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 37, no 6, p. 2052-2073.

    Theurillat T. (2014), « The financing of urban production in China », working document, http://www2.unine.ch/socio/page24681.html

    Theurillat T. (2016), « The role of money in China’s urban production: the local property industry in Qujing, a fourth-tier city », Urban Geography, p. 1-27.

    Theurillat T., Lenzer J.H., Zhan, H. (2016), « The increasing financialization of China’s urbanization », Issues & Studies, 52, 4.

    Thurbon, E. (2014), « L’État développeur : défense du concept », Critique Internationale, vol. 2, no 63, p. 59-75.

    Tian L., Ma W. (2009), « Government intervention in city development of China: A tool of land supply », Land Use Policy, vol. 26, no 3, p. 599609.

    Wade R. (2005), « Bringing the state back in lessons from East Asia’s development experience », Internationale Politik und Gesellschaft, vol. 8, no 2, p. 98-115.

    Waley P. (2012), « Japanese cities in Chinese perspective: Towards a contextual, regional approach to comparative urbanism », Urban Geography, vol. 33, no 6, p. 816-828.

    Wang S. (1997), « China’s 1994 fiscal reform: an initial assessment », Asian Survey, vol. 37, no 9, p. 801-817.

    Woo-Cumings M. (1999), The developmental state. New York, Cornell University Press.

    Wong C. (2013), « Paying for urbanization in China », in R. W. Bahl, J. F. Linn, & D. L. Wetzel (Ed.), Financing metropolitan governments in developing countries. Cambridge, Lincoln Institute of Land Policy, p. 273308.

    Wu F. (2012), « Housing and the State in China », in International Encyclopedia of Housing and Home, Elsevier, p. 323-329.

    Wu F. (2015a), « Commodification and housing market cycles in Chinese cities », International Journal of Housing Policy, vol. 15, no 1, p. 6-26.

    Wu F. (2015b), Planning for Growth Urban and Regional Planning in China, New York and London, Routledge.

    Xu J., Yeh A., Wu F. (2009), « Land commodification: new land development and politics in China since the late 1990s », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 33, no 4, p. 890-913.

    Yeh A. G.-O., Wu F. (1996), « The New Land Development Process and Urban Development in Chinese Cities », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 20, no 2, p. 330-353.

    Zhang X. Q. (1997), « Urban land reform in China », Land Use Policy, vol. 14, no 3, p. 187-199.

    Zhao W. (2015), « Systèmes nationaux d’innovation dans les pays émergents : le cas de la Chine », in J.-F. Huchet, X. Richet, & J. Ruet (dir.), Chine, Inde : les firmes au cœur de l’émergence, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 93-1018 .

    Zhu J., 1999, « Local growth coalition: the context and implications of China’s gradualist urban land reforms », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 23, no 3, p. 534-548.

    Zhu J. (2004), « Local developmental state and order in China’s urban development during transition », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 28, no 2, p. 424-447.

  • Haut de page

    Notes

    1 Les enquêtes ont été menées à Pékin, Shanghai, Canton, Chongqing, Shenyang et Dalian.

    2 Selon Aglietta et Landry (2007, p. 12), le PIB japonais a crû de 460 % de 1950 à 1973 (soit 8,2 % par an) contre 370 % en Chine de 1978 à 2004 (9 % par an).

    3 Le gouvernement local est entendu ici au sens large, incluant toutes les entités locales, du district à la province.

    4 Selon les statistiques officielles (China Statistic Yearbook 2015), sur 76,292 immeubles vendus en Chine en 2014, 71,322 étaient résidentiels (62,411 immeubles acquis par des particuliers et 8,911 par des entreprises).

    5 Ces logements de fonction, qui constituaient le mode d’allocation majoritaire du logement dans la Chine maoïste, étaient fournis aux employés des unités de travail en échange de bas salaires.

    6 Ce dispositif permet aux employés de toutes catégories d’entreprises de bénéficier de prêts bonifiés pour l’acquisition ou la rénovation de logements. Il est financé par une contribution obligatoire versée par les employeurs et employés, initialement fixée à 5 % des salaires (Li, Driant 2014).

    7 Pour simplifier la lecture, nous assimilons la vente de droits d’usage fonciers à des ventes de terrains. Ceux-là sont concédés par les municipalités pour une durée de 40 ans pour les activités commerciales et de loisirs, 50 ans pour une occupation industrielle et 70 ans pour des fonctions résidentielles. Les acquisitions de droits d’usage s’opèrent par versement d’un forfait pour toute la durée d’occupation lors de la signature du contrat. Les municipalités subventionnent le logement social par la concession à bas prix de terrains à des promoteurs privés ou publics, ainsi que l’exonération de taxes.

    8 La frontière entre ces deux catégories de logement diffère d’une ville à l’autre. Dans certains cas le critère discriminant est la surface des logements (90, 120 mètres carrés), dans d’autres c’est le prix.

    9 Les statistiques officielles n’indiquent pas pourcentage de propriétaires-occupants. Selon plusieurs autres sources il s’établirait autour de 89-90 %. Il est moins élevé à Shanghai et Pékin, où un marché locatif s’est développé.

    10 Bien souvent le logement n’est pas acheté par un couple de jeunes mariés mais par un couple de jeunes mariés et les 2 couples de parents/beaux-parents, ce sont donc 8 personnes qui achètent.

    11 La Southwestern University of Finance and Economics (SWUFE) a mené en 2013 une vaste enquête sur la vacance de logements auprès d’un échantillon de ménages dans 262 comtés et 29 provinces. Le rapport n’est pas accessible sur le site de la CHFS mais ces résultats ont été cités dans la presse, notamment le Wall Street Journal du 11 juin 2014 (http://www.wsj.com/articles/more-than-1-in-5-homes-in-chinese-cities-are-empty-survey-says-1402484499).

    12 La faible part des logements construits invendus au sein de la vacance est confirmée par une autre source, China Confidential, qui estime qu’elle s’élève à 10 % (http://www.ft.com/cms/s/0/0255d35c-fb14-11e4-9fe6-00144feab7de.html#ixzz3nlAGiYO9). Selon cette source, les invendus construits ne représentaient en fin 2013 que 5 mois de ventes dans les grandes villes (contre 3,2 en moyenne depuis 1999) et 3,5 mois dans les autres. Cependant, elles minimisent les invendus inconstruits pour lesquels les promoteurs se sont engagés dans des acquisitions foncières.

    13 Cette situation tient également au fait que la promotion immobilière s’est financiarisée dans les pays occidentaux. Ainsi, les sociétés d’investissement spécialisées dans l’immobilier (Blackstone, Tishman Speyer, etc.) sont devenues les principaux détenteurs d’actifs immobiliers en valeur dans le monde. Il en va différemment en Asie (Chine, Japon, Corée du Sud, Hong Kong en particulier) où les principaux conglomérats immobiliers ont subsisté.

    14 L’information sur les « Chinese Residential Land Price Indices » (“CRLPI”), qui inclut les données CRLPI utilisées pour cette publication, est issue des Chinese Residential Land Price Indices (“CRLPI”) fournis par l’Institute of Real Estate Studies de l’université de Singapour, The Wharton School de l’université de Pennsylvanie et l’Institute of Real Estate Studies de l’université Tsinghua.

    15 « In China, a real estate threatens investment trusts », Boomberg News, 12 décembre 2012, http://www.bloomberg.com/bw/articles/2012-12-13/in-china-a-real-estate-bust-threatens-investment-trusts

    16 On en distingue deux types : les equity joint-ventures (EJV) et les cooperative joint-venture (CJV) (Deloitte, 2012).

    17 En tant que ressortissants de la Région Administrative Spéciale, les groupes hongkongais ne sont pas tenus de créer ces entités mais ils sont considérés comme « étrangers ».

    18 L’investissement étranger prend également la forme de participation dans des entreprises de promotion chinoise, identifiées par les statistiques officielles dans la catégorie « self rising ». On ne connaît pas l’importance de ces investissements, mais ils ne doivent pas représenter une part très importante.

    19 Cette catégorie doit comprendre une part importante de véhicules levés sur les marchés obligataires de Hong Kong.

    20 Sauf quand le montant de l’investissement dépasse un milliard de yuans, auquel cas l’examen du dossier passe au niveau provincial.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Graphique 1. Évolution du prix des logements dans les plus grandes villes chinoises
    Crédits Source : National Bureau of Statistics of China, 2016
    URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12262/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 40k
    Titre Graphique 2. Évolution de l’indice du montant des transactions foncières en Chine (2004 = 100 ; Shanghai : 2006 = 100)
    Crédits Source : CRLPI14
    URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12262/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 40k
    Titre Tableau 1. Évolution de la structure de financement de l’immobilier (en milliards de RMB)
    Crédits Source : National Bureau of Statistics of China, China Statistical Yearbook, 2015
    URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12262/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 52k
    Titre Graphique 3. Le financement de la production immobilière en Chine (en milliards de RMB)
    Crédits Source : National Bureau of Statistics of China, China Statistical Yearbook, 2015
    URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12262/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 36k
    Titre Figure 1. Le système de financement de l’immobilier et des infrastructures
    Crédits Source : Auteur
    URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12262/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 40k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Natacha Aveline-Dubach, « La centralité du foncier dans le régime d’accumulation du capital en Chine », Revue de la régulation [En ligne], 21 | 1er semestre / Spring 2017, mis en ligne le 11 décembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12262

    Haut de page

    Auteur

    Natacha Aveline-Dubach

    Directrice de recherches CNRS au laboratoire Géographie-cités (Paris I Panthéon-Sorbonne), aveline@jp.cnrs.fr

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Tous droits réservés

    Haut de page