Navigation – Plan du site
Lectures institutionnalistes de la Chine

Les théories économiques contemporaines à l’épreuve de la trajectoire chinoise

Introduction au dossier « Lectures institutionnalistes de la Chine »
China’s Trajectory: A Challenge to Contemporary Economic Theories
Robert Boyer

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis deux décennies au moins, comprendre la surprenante évolution de la Chine constitue un défi adressé à la plupart des théories et des paradigmes. Toutes et tous s’y sont essayés mais jusqu’à présent aucune analyse ne fait consensus. Pour les tenants d’une approche en termes de concurrence, c’est la libération des forces du marché qui a permis la rapidité de la croissance et la considérable réduction de la pauvreté. Pour les théories qui insistent sur le rôle des coordinations collectives et de l’État, c’est une forme de planification originale qui explique les succès économiques chinois. Pour leur part, les théories de la croissance et du développement pointent le rôle du rattrapage technologique comme facteur explicatif majeur d’un taux de croissance aussi élevé, alors qu’un courant d’analyse Néo-Schumpetérien s’interroge sur les possibilités d’un système national d’innovation qui se situerait à la frontière mondiale. Les chercheurs en socio-économie développent une interprétation encore différente : ce serait la variété et la puissance des réseaux liant l’économique et le politique qui distingueraient la Chine de l’Union soviétique devenue Russie. In fine, on trouve dans l’économie politique une lecture intégrant ces différents ingrédients de choix technologique, de politiques publiques, de réseaux et de classes sociales dans l’originalité de l’intervention du pouvoir politique.

2Ce défi est aussi adressé aux travaux inspirés par la Théorie de la régulation qui est une branche de l’économie politique. Suffit-il d’appliquer les résultats généraux obtenus par les analyses comparatives des capitalismes contemporains ou doit-on forger de nouveaux concepts et des méthodes originales ? Les enseignements tirés de l’étude de la grande transformation des économies de type soviétique permettent-ils d’éclairer la trajectoire chinoise ? La Chine serait-elle en train de rééditer les stratégies suivies successivement par le Japon, la Corée puis un grand nombre des économies du Sud-Est Asiatique (Aoki, 2013 ; Alary & Lafaye de Micheaux, 2015) ? Les recherches sur la Chine inspirées par la Théorie de la régulation datent déjà de deux décennies (Boyer et al., 2011) mais elles se sont renouvelées au fur et à mesure que se révélaient des propriétés inaperçues du régime socio-économique chinois, tout particulièrement en réponse à la grande crise mondiale ouverte en 2008. La présente livraison de la Revue résulte d’un appel à communication international en vue de faire le point sur les avancées, mais aussi les points aveugles, de ces recherches.

3L’introduction à ce dossier thématique vise à resituer les diverses contributions par rapport à quelques-unes des grandes questions théoriques que les spécificités de l’économie chinoise adressent aux chercheurs. En premier lieu, il est n’est pas évident que les hypothèses canoniques de la macroéconomie correspondent aux caractéristiques de la Chine. (II). Ensuite, l’ampleur des transformations institutionnelles met au premier plan les questions que négligent trop systématiquement les théories contemporaines : celles de l’origine et du rôle des marchés, de la monnaie, des liens entre le politique et l’économique, enfin l’opposition entre-temps cinématique et temps historique (III). Une fois ces outils forgés, sont présentés quelques-uns des résultats majeurs auxquels contribuent les auteurs rassemblés par la présente livraison de la Revue de la régulation (IV). L’analyse débouche sur une caractérisation des limites du régime d’accumulation fondé sur l’investissement et l’exportation (V). Les quelques articles ici rassemblés, sont loin d’épuiser les questions qui viennent d’être soulevées de sorte qu’ils suggèrent diverses pistes pour des recherches ultérieures (VI). Ce numéro n’est qu’une étape de plus dans la progressive généralisation d’une approche née locale et historiquement située mais qui doit pouvoir traiter de toute autre configuration du capitalisme.

1 La difficile prise en compte des spécificités de la Chine

4Pour ses spécialistes, toute économie nationale constitue un cas particulier dont aucune théorie n’est à même de rendre compte tant sont nombreux les traits idiosyncratiques. La Chine porte à son apogée cette tension entre une théorie réputée générale et une approche souvent qualifiée par ses adversaires de culturaliste, mais qui vise en fait à cerner les particularités géographiques, politiques et institutionnelles.

1.1 Une économie-continent

5Des travaux antérieurs ont fait apparaître que la taille d’une économie entretenait des relations avec le mode de régulation à deux titres au moins (Boyer, 2015). D’un côté la division du travail a des potentialités plus importantes au sein d’une économie dotée d’un vaste espace géographique et d’une population importante, pour autant qu’une organisation institutionnelle adéquate le permette. De l’autre, il est probable qu’une économie-continent ait un avantage dans la négociation d’une insertion dans les relations internationales qui soit favorable à ses intérêts. Mais la contrepartie en est une extrême hétérogénéité dans les avantages concurrentiels des différentes localités, la difficulté de construction de biens publics et par conséquent d’émergence d’un mode de régulation viable. Les États-Unis appartiennent à cette catégorie de même que la Chine ou encore l’Inde.

6De fait, la taille de la population implique une multiplicité de niveaux d’administration : il est impossible d’imaginer un pilotage direct par le centre, de sorte que la politique nationale doit tenir compte de la diversité des spécialisations, des formes d’organisations et des coalitions d’intérêt. Par exemple il est autant de standards de niveau de vie que de régions et ils peuvent varier du simple au double entre le Xinjiang et Pékin, soit de 400 à 800 RMB par mois (OECD, 2017 : 42). C’est la conséquence de fortes différences de productivité et de relations d’emploi selon le statut juridique de l’entreprise et le secteur (Périsse, 2009). Il en est de même lorsque l’on analyse les recettes des gouvernements régionaux : si la région de Chongqing tire plus de 45 % de ses revenus de la vente des droits d’usage de ses terres, cette proportion tombe à 15 % en Mongolie (OECD, 2017 : 20). De même que la comparaison des formes nationales de capitalisme fait ressortir leur grande diversité à l’échelle mondiale (Harada & Tohyama, 201 ; Combarnous & Rougier, 2017), la Chine rend manifeste la coexistence au sein d’une même entité nationale d’une significative diversité à l’échelle régionale (Boyer, 2011). Cela ne rend que plus difficile la recherche d’un mode de régulation capable de soutenir le régime d’accumulation

1.2 Un parti-État qui articule les divers niveaux de l’État et de l’activité économique

7Dans le cas des États-Unis comme des autres économies-continents, tel le Brésil, c’est une forme ou une autre de fédéralisme qui organise les relations entre pouvoir central et entités constituantes. Les recherches institutionnalistes suggèrent que coexistent diverses formes de fédéralisme, et ce dans la plupart des continents (Théret, 2015). La configuration sociopolitique de la Chine qui a recours à un tout autre stratagème : à tous les niveaux, les responsabilités sont assumées par un appareil administratif qui est aussi l’expression du pouvoir politique du parti communiste mais les entités des différents niveaux sont soumises à la concurrence tant dans l’espace économique que politique.

8De nos jours, ce dernier regroupe l’ensemble des talents qui contribuent au dynamisme de la Chine, il ne se limite pas au contrôle des entreprises à propriété collective puisqu’il supervise l’ensemble de la société. Un système sophistiqué de recrutement puis de promotion en fonction des résultats obtenus au niveau local fait du parti communiste le système nerveux qui véhicule information et décision à tous les niveaux de la société. Le parti communiste est donc très différent de son équivalent soviétique car il assure une grande perméabilité entre milieu politique, entrepreneurs privés ou publics et experts. Ce diagnostic n’est pas seulement celui d’observateurs extérieurs (Mac Grégor, 2012) mais c’est aussi celui d’entrepreneurs chinois qui soulignent combien il est essentiel d’être à la fois adoubé par le parti communiste et gestionnaire compétent, fût-ce au prix de moindres performances économiques (Zhang, 2013).

9Cette spécificité appelle donc une extension des théories des systèmes économiques, dont on peut observer une grande variété entre les deux extrêmes que constituent un capitalisme libéral typique du xixe siècle et le régime soviétique, souvent analysé comme capitalisme d’État emblématique. La grande différence tient à l’interaction des divers niveaux d’organisation de l’État chinois dans lequel le dynamisme entrepreneurial répond aux injonctions du pouvoir politique central. Les articles ici rassemblés proposent diverses caractérisations : rôle déterminant des corporatismes locaux pour Jean Mathieu et Clément Séhier, variante chinoise de l’État développementiste asiatique d’après Natacha Aveline, Sino-capitalisme pour Christopher McNally.

1.3 Une insertion internationale qui défie la plupart des théories du commerce international

10En général, les économies-continents sont moins ouvertes que les autres précisément parce qu’elles peuvent organiser en leur sein une division du travail qui, si la configuration institutionnelle est adéquate, stimule la croissance. La décision chinoise d’adhérer à l’Organisation Mondiale du Commerce enclenche au contraire un processus de dépendance accrue à l’économie mondiale. En fait la décision semble liée à la volonté de rattrapage technologique que stimule l’ouverture internationale et que permet l’établissement de transplants incorporant les techniques les plus avancées à l’échelle mondiale. Les acteurs chinois négocient âprement les transferts de connaissances et de technologies depuis les IDE des chinois d’outre-mer jusqu’aux FMN de la triade Amérique du Nord – Europe – Japon Cette stratégie est en fait l’opposé de celle suivie par les pays en retard qui ont eu recours à un protectionnisme favorisant les industries naissantes nationales, ce qui n’exclut pas qu’ensuite les régions chinoises défendent leur industrie locale. Or, les théories du commerce international qui incorporent l’endogénéité du changement technique sont loin d’être la référence des décideurs publics (Krugman, 1979).

11En fait, continue à dominer une approche essentiellement ricardienne dans laquelle les techniques sont fixes et diffèrent selon les pays et où les échanges interviennent entre des économies de taille équivalente (Samuelson, 2004). Or ces deux hypothèses ne correspondent pas à la configuration chinoise. D’un côté, les multinationales doivent négocier avec les autorités chinoises pour installer les usines les plus modernes dont les gains de productivité vont dépasser ceux observés dans l’économie domestique. Dans ce cas, l’essor manufacturier de la Chine correspond à la mise en péril des industries mûres de ses partenaires, ce qui n’est pas sans susciter des mesures protectionnistes. D’un autre côté, la délocalisation des unités de production en Chine revêt une telle ampleur que le prix des produits correspondants se trouve déterminé par une intense concurrence domestique. À nouveau, l’inégalité de taille et l’adoption d’une modernisation technologique accélérée compromettent la pertinence des théories qui servaient de base aux négociations commerciales.

1.4 Une suite ininterrompue de réformes, d’abord expérimentales puis généralisées

12Le quart de siècle qui a suivi la révolution maoïste a connu une succession de phases de croissance rapide suivies de déclins de forts ralentissements soudains et drastiques sous l’influence des décisions d’investissements prises par les autorités centrales. Dans certains cas, par exemple au cours de la période du Grand Bond en avant et au cours de la révolution culturelle, les évolutions sociales et économiques ont été si spectaculairement dramatiques que les autorités politiques ont réalisé à quel point les institutions de type soviétique étaient devenues inefficaces (tableau 1).

13En un sens, la première vague de réformes fut destinée à mobiliser l’initiative des paysans sans supprimer l’ancien système : la libération partielle des prix au niveau microéconomique a stimulé la production agricole et remédié à l’insécurité économique et à la pauvreté. Le vaste secteur étatique a d’abord été conservé, puis de nouveaux contrats ont vu le jour afin d’encourager les producteurs industriels à étendre leur production, en particulier dans les zones rurales. Une concurrence minimale a été créée en autorisant l’introduction de nouveaux acteurs au niveau local. Cette approche prudente, expérimentale et pragmatique de la décentralisation a marqué le début d’un processus ininterrompu qui a mené au remplacement progressif des dépenses publiques et de la redistribution de l’État par le développement des banques afin de mieux canaliser l’épargne vers les crédits destinés aux entreprises existantes et aux projets de modernisation de nouveaux entrepreneurs. Contrairement à la transition de l’économie soviétique entreprise après 1989 (Sapir, 1998), les réformes se sont révélées initiatrices d’un jeu à somme positive et croissante, sans perdant d’où leur meilleure acceptabilité (Song, 2001).

14À partir de 1993, la deuxième vague visa à prolonger la diffusion des contrats en faisant apparaître des prix sur des marchés provinciaux, ainsi crées par les autorités publiques et elle ouvrit aux entreprises une grande diversité de formes de propriété. Le dynamisme de ces nouvelles entreprises a permis la réduction du poids relatif du secteur étatique et le processus de privatisation a pu commencer. Parallèlement, dans le but de canaliser d’éventuelles divergences entre entités locales, le système d’imposition a été recentralisé et un contrôle macroéconomique a été développé. Les travailleurs des anciennes entreprises d’État et certains paysans en ont été les grands perdants.

15De 2001 à 2008, avec l’adhésion de la Chine à l’Organisation Mondiale du Commerce, le régime concurrentiel passe d’une concurrence nationale à une concurrence internationale, tandis que les investissements directs étrangers sont accueillis dans l’espoir d’apporter les technologies de pointe et les organisations correspondantes. De plus, les objectifs visés par les interventions de l’État central ainsi que les moyens utilisés ont été reconsidérés à plusieurs reprises et réajustés afin de corriger les déséquilibres créés par la vague de réformes précédente.

Tableau 1. Une succession de réformes organise la transformation du régime socio-économique

Tableau 1. Une succession de réformes organise la transformation du régime socio-économique

Source : auteur

16De 2009 à 2016, l’essentiel les réformes vise à favoriser l’émergence d’une croissance moins dépendante de l’investissement et de l’exportation : embryon d’une couverture sociale, prise en compte de l’environnement dans les critères d’évaluation des dirigeants locaux, amorce d’une réforme de la propriété rurale, recherche tâtonnante d’un autre régime de change, tentative de réduction des surcapacités domestiques par réhabilitation de la route de la soie.

17Introduire ces quatre spécificités dans des analyses centrées sur l’hypothèse d’une pure économie de marché n’est pas sans poser problème. A contrario, elles sont intégrables à des approches institutionnalistes et historiques du type de celle inspirées par le paradigme de la régulation.

2 Les quatre grandes questions de l’économie politique et la Chine

18Les théories économiques contemporaines sont pour la plupart bâties sur quatre hypothèses : le marché est la forme canonique et si possible exclusive de coordination entre agents, la multiplication des échanges appelle la création d’une monnaie, support du marché mais neutre car simple voile, l’économie est d’autant plus prospère que la sphère politique ne vient pas interférer avec le jeu de la concurrence et finalement, laissée à elle-même une économie devrait converger vers un équilibre qui est un optimum de Pareto, qu’une intervention publique intempestive ne peut que perturber. Certes des imperfections peuvent entraver cette auto-équilibration, mais le rôle des pouvoirs publics est alors de mener des réformes permettant l’expression des forces de marché (Tirole, 2016). Ces quatre prémisses handicapent la compréhension de l’essor de la Chine qui semble pourtant cumuler tous les obstacles au développement.

2.1 La construction politique des marchés et des formes institutionnelles

19On se souvient du désarroi des « meilleurs » économistes face à l’effondrement du régime soviétique : de la fin de la dictature du parti communiste devrait naître une vigoureuse démocratie et l’abandon de la planification autoritaire ne pouvait que converger vers une dynamique économie de marché. La longue dépression qui s’en suivit est apparue comme un avertissement dont les responsables chinois ont largement tenu compte. La main très visible de l’État devait piloter une progressive introduction de contrats privés, de nouvelles formes d’entreprises (Naughton, 2007), d’abord à titre expérimental avant qu’en cas de succès l’innovation se diffuse par l’édiction de nouvelles règles d’autant mieux acceptées qu’elles améliorent le niveau de vie et les résultats des entreprises. Trois corpus théoriques permettent de justifier cette approche qui fait de l’État l’instituteur des relations de marché et autres formes de coordination et d’organisation.

20Les théoriciens du développement ont en effet noté que l’émergence des dragons asiatiques tenait pour une large part à l’action d’un État développementiste qui promeut le marché et l’ouverture internationale comme vecteur d’un rattrapage accéléré grâce à des politiques industrielles très directives (Amsden, 1989 ; Wade, 2003 ; Bremmer, 2009 ; Knight, 2014). C’est ce même concept que mobilise Natacha Aveline dans son analyse du secteur immobilier.

21Pour leur part les recherches en socio-économie ont montré que les marchés étaient des constructions sociales d’autant plus sophistiquées que leurs concepteurs poursuivraient l’idéal d’une concurrence parfaite comme en témoigne l’expérience des marchés au cadran en France (Garcia, 1986). Ce n’est pas la référence des autorités chinoises mais ces derniers ont une claire conscience de leur rôle déterminant dans leur construction et fonctionnent.

22Enfin, l’institutionnalisme contemporain montre que le marché n’est qu’un arrangement institutionnel parmi d’autres (l’entreprise, le réseau, la communauté, l’association…), que chacun d’entre eux présente des avantages mais aussi des limites de sorte que c’est leur conjonction et non leur exclusivité qui assure la résilience d’économies de plus en plus complexes (Hollingsworth & Boyer, 1997 ; Revue de la régulation, 2013).

23De longue date, la Théorie de la régulation a insisté sur les fondements politiques des formes institutionnelles qui sont à la base des régimes économiques et a souligné le simplisme d’une opposition irréconciliable entre État et marché : les phases de déréglementation depuis les années 1980 ont été la conséquence de programmes politiques explicites mobilisant le pouvoir de l’État (Jobert, 1994). La remarquable complémentarité entre décisions des autorités politiques et initiatives économiques décentralisées parcourt les divers articles rassemblés – tout particulièrement celui de McNally – dans ce numéro qui s’inscrit donc dans une longue tradition régulationniste.

2.2 Crédit et monnaie au fondement de la dynamique économique

24Alors que la nouvelle macroéconomie classique retient l’hypothèse d’une monnaie exogène créée par une banque centrale indépendante sans que soient formalisés crédit et valorisation boursière, la Chine vient rappeler que c’est la décision de crédit des banques de second rang qui lance le processus de création monétaire que tente ensuite de piloter la banque centrale. Crédit et monnaie sont donc endogènes comme le montrent notamment les post-keynésiens (Lavoie, 2014). Cette vision est cruciale pour comprendre la dynamique chinoise.

25Elle explique que les diverses banques soient publiques puisque l’allocation du capital dépend de leurs objectifs et règles de fonctionnement que le gouvernement entend orienter. En l’occurrence le système bancaire et financier favorise essentiellement les entreprises publiques au détriment des autres. La pression des autorités locales oriente le crédit en direction des secteurs de base qui souffrent ainsi d’une tendance à de massives surcapacités qui suscitent une guerre des prix à la production. Ainsi jusqu’en 2016, observe-t-on une déflation des prix à la production, une inflation très modérée des prix à la consommation… alors qu’explose la masse monétaire en réponse à la crise mondiale ouverte en 2008 (OECD, 2017 :13 ).

26On mesure que les relations entre monnaie et inflation n’ont pas la simplicité que supposent les versions les plus sommaires de la théorie monétariste. En tout état de cause la monnaie n’est pas neutre puisque les spécificités du système bancaire façonnent son régime d’accumulation, en bien (mobilisation de rendements d’échelle) comme en mal (distorsion du système productif par rapport aux besoins de la population). C’est que pointe l’entretien avec Yuan Zhigang.

27Les intérêts différents des autorités locales et centrales – favoriser la croissance locale d’un côté, préserver la stabilité financière globale de l’autre – viennent rappeler la tension entre dynamique privée et nécessité de centralisation qui parcourt tous les systèmes financiers (Aglietta & Orléan, 1998). Plus généralement, la Chine définit sans doute un terrain fertile au test des nouvelles théories institutionnalistes de la monnaie qui résultent de la confrontation de diverses disciplines (Théret, 2008 ; Blanc & Théret, 2016). En particulier l’articulation entre monnaie comme expression de la souveraineté et crédit comme support de l’accumulation est originale par rapport aux autres économies.

2.3 La dialectique des relations entre sphère politique et domaine économique

  • 1 On désigne ainsi les relations que développent les individus au cours du temps, sur la base desquel (...)

28Un ensemble de recherches convergentes suggère que la Chine a inventé un moyen d’aligner, au moins partiellement, les intérêts de la classe politique avec ceux des entrepreneurs au niveau local puis national, les deux catégories étant d’ailleurs souvent perméables du fait de la multiple appartenance des acteurs. La réforme fiscale de 1994 offrant de plus grandes responsabilités à toutes les entités publiques locales en constitue le point de départ. Le secteur public est maintenu mais les autorités locales sont fortement encouragées à faciliter l’émergence des entrepreneurs, source d’une plus grande richesse et par conséquent d’une base d’imposition plus importante qui à terme augmente les ressources disponibles pour les dépenses publiques. L’hypothèse du corporatisme local offre une définition précise de cette forme d’hybridation (Voir la Figure 1 ci-dessous)) (Oi, 1992 ; Peng, 2001). Dans un sens, cette coopération entre la classe politique et les entrepreneurs est le résultat logique de l’adéquation de leurs objectifs respectifs : d’un côté récolter plus d’impôts, de l’autre améliorer l’avantage concurrentiel de chaque localité par le biais d’un dynamisme au niveau des investissements, de la production et de l’emploi (Krug et Hendrischke, 2007). Toutefois, la lutte entre les localités ainsi mises en concurrence ne tourne ni au chaos ni au conflit permanent, grâce à la contribution d’un important réseau entre les entreprises et le gouvernement et entre les niveaux micro et macroéconomiques, que ce soit l’œuvre du Parti communiste ou d’une myriade de Guanxi1 (Xin & Pearce, 1996). Cependant, cette collaboration serait insuffisante pour parvenir à un modèle cohérent à l’échelle macroéconomique : une autre institution est nécessaire.

Figure 1. L’imbrication du politique et de l’économique et des divers niveaux politiques

Figure 1. L’imbrication du politique et de l’économique et des divers niveaux politiques

I Le cercle vertueux du local corporatisme : l’alliance du politique et de l’économique

II L’alignement partiel des objectifs des entités politiques de divers niveaux

III Contrôle de l’opportunisme par la mise en concurrence des divers corporatismes locaux

29Les historiens et les politologues qui ont étudié le rôle et le fonctionnement du Parti communiste confirment que ceux que l’on appelle les bureaucrates ont beaucoup contribué à la création d’un groupe d’entrepreneurs piliers du processus de réformes et de la croissance économique. Ainsi, à l’échelle nationale, l’étendue et les ramifications multiples expliquent la complexité du fonctionnement du parti-État qui permet des échanges continus entre les sphères économiques et politiques (Bergère, 2007). La circulation de l’élite de la classe politique vers la sphère économique, et inversement, est visible à tous les niveaux de la société chinoise. Comment une architecture si complexe peut-elle rester cohérente ? De nombreux politologues suggèrent que, jusqu’au milieu des années 2000, le régime de croissance de la Chine était bâti sur la base d’un compromis implicite : « un niveau de vie plus élevé en échange du monopole politique du Parti communiste ». Si l’on adhère à cette hypothèse, l’économie chinoise ne repose pas sur un capitalisme typique dont le seul moteur serait la recherche du profit par les entrepreneurs privés ; les élites détiennent à la fois le pouvoir politique et la capacité d’allocation et de contrôle des ressources économiques dans le but de canaliser l’évolution de la société. Ainsi, le critère premier n’est pas celui du bien-être des consommateurs selon une variante consumériste du capitalisme ; ce n’est pas non plus d’augmenter la valeur pour les actionnaires ; il s’agit en fait d’une combinaison d’objectifs politiques et économiques. Dans cette configuration, les différents acteurs tentent d’augmenter le taux de croissance des investissements ou la croissance de la production elle-même (Grosfeld, 1986 ; Zou, 1991).

2.4 Adieu à la notion d’équilibre, tout est processus

30Cette dialectique entre gouvernement central et une myriade de corporatismes met en mouvement une société qui vient buter sur des déséquilibres qui appellent une redéfinition de certains des arrangements institutionnels. Le choix d’une stratégie gradualiste de transformation des firmes, des formes de propriété, du système fiscal, du crédit comme de la couverture sociale (tableau 1 ci-dessus) conduit à une évolution en spirale : la succession des cycles d’accumulation reconfigure en permanence l’architecture institutionnelle. On peut avancer l’hypothèse que c’est l’émergence de déséquilibres économiques et de conflits entre les différentes entités qui suscite l’innovation et la transformation des formes institutionnelles (Voir la Figure 2 ci-dessous)

Figure 2. Chaque réforme répond à un problème mais elle en crée de nouveaux

Figure 2. Chaque réforme répond à un problème mais elle en crée de nouveaux

Source : auteur

31On prend ainsi la mesure de l’intérêt de la Chine pour la généralisation des approches institutionnalistes. Pour les États-Unis et la France par exemple, l’objectif fut d’analyser les conséquences du bouleversement provoqué par la seconde guerre mondiale sur l’établissement d’un régime d’accumulation sans précédent historique puis de détecter les sources de sa crise et enfin de tenter de cerner les régimes émergents sous l’impact de la libéralisation et de l’internationalisation. Le cas chinois est bien différent et fait ressortir un paradoxe : l’économie a progressivement évolué, à partir d’un régime collectiviste inspiré par l’Union Soviétique, vers une configuration qui présente tous les traits d’une économie dominée par l’accumulation, donc d’une économie capitaliste. Or la transition ne s’est pas traduite par une dépression équivalente à celle observée en Russie et dans de nombreux pays post-socialistes. Au contraire la croissance a été particulièrement rapide et régulière. En quelque sorte, une série de réformes initialement présentées comme marginales parvient à recomposer une architecture institutionnelle radicalement nouvelle. Ces modalités de changement demandent à être intégrées aux théories récentes du changement institutionnel (Streeck & Thelen, 2005).

3 De l’intérêt d’une approche historique et institutionnaliste

32Les articles rassemblés dans le présent numéro spécial aident à progresser dans l’immense chantier ainsi ouvert, même ils sont loin d’apporter des réponses définitives.

3.1 Des formes institutionnelles originales :

33L’analyse de la transformation des droits de propriété par Bernard Chavance montre comment cette pierre angulaire de la forme de concurrence est dépendante des décisions politiques et n’a cessé d’évoluer depuis les réformes de 1978. Le rapport salarial en Chine appelle une caractérisation originale car il fait intervenir tant la forme de propriété à la campagne que l’insertion internationale à travers la place déterminante de l’emploi dans de grandes entreprises exportatrices comme le souligne Jean Mathieu. Clément Séhier prolonge l’analyse et souligne combien la stratégie de réorientation de l’économie chinoise, en particulier à travers l’amorce d’une politique sociale, se heurte à la divergence des intérêts entre, d’une part les autorités centrales souvent multiples et aux objectifs différents et d’autre part une myriade d’entités locales : les caractéristiques même d’une série de corporatismes locaux bloquent l’émergence d’un rapport salarial prenant en compte les intérêts et les demandes des salariés. C’est encore le thème des droits de propriété qu’explore Natacha Aveline lorsqu’elle plaide pour une meilleure intégration du secteur de l’immobilier dans la dynamique macroéconomique chinoise ; c’est aussi aborder une caractérisation des finances locales et des rares instruments d’épargne auxquels ont accès les familles chinoises mais aussi de la stratégie des autorités à l’égard des capitaux étrangers. À partir de la géopolitique des relations de la Chine avec l’Afrique et le Maghreb, Thierry Pairault éclaire la question des relations entre régime sociopolitique domestique et relations internationales de la Chine. Au-delà de la continuité d’un discours internationaliste intervient un remarquable renversement des objectifs effectivement poursuivis : de la solidarité politique on passe à la domination d’une logique économique consolidant la stratégie internationale de la Chine. Cette analyse précisément située est complétée par l’entretien de Susan Shirk. Elle met en perspective la stratégie géopolitique de la Chine et elle souligne la fragilité politique interne de ce pays, ce qui plaide pour une certaine prudence dans l’élaboration de scenarii à dominante économique. Il revient à Christopher McNally de souligner l’originalité de la relation entre État et forme de compétition : les interventions de l’État central entrent en résonance avec la dynamique des réseaux d’entreprise au point de lancer un processus doté d’une remarquable résilience. Il est donc erroné de parler d’un passage à une économie de marché canonique ; il importe de reconnaître combien la Chine enrichit la diversité/variété des capitalismes contemporains.

3.2 L’évolution en longue période comme constante recomposition de différents processus

34La configuration chinoise ne correspond pas à l’idéalisation que donne la théorie néoclassique d’une économie de marché pas plus qu’elle ne fut la copie conforme du modèle soviétique. C’est de l’articulation de formes institutionnelles que peut résulter une certaine stabilisation de la dynamique économique. Chacun des articles explicite comment les processus impulsés par une forme institutionnelle, potentiellement explosifs, sont stabilisés par le jeu d’autres processus. Ainsi le maintien d’un accès à la terre par les ruraux atténue la forte inégalité des droits à la couverture sociale en faveur des urbains et permet un ajustement des flux de migration interne en direction des entreprises soumises à la conjoncture mondiale (Jean Mathieu). Le fait que la terre demeure propriété collective des autorités locales permet de compléter des recettes fiscales insuffisantes par la vente de terrains à des promoteurs immobiliers (Natacha Aveline) mais aussi à des entrepreneurs dont il est possible de contrôler l’établissement. La mise en concurrence de corporatismes étatiques locaux qui pourrait déboucher sur des évolutions explosives est contrecarrée par la capacité de Pékin à réintroduire des contraintes sur le crédit et par une redéfinition des règles régissant le partage des recettes et l’autonomie de la dépense publique (Christopher McNally). En matière d’insertion internationale, il est remarquable que les préoccupations idéologiques et géopolitiques héritées de la révolution chinoise servent aujourd’hui de vecteur à l’expansion économique du pays et atténuent ainsi les critiques que les pays du Maghreb pourraient adresser à une domination de fait de la Chine sur ses partenaires du Sud (Thierry Pairault).

35Ce permanent rattrapage de déséquilibres et contradictions émergents qui est à l’origine de la croissance chinoise n’est pas garanti quelles que soient les circonstances : le rapport salarial qui sérialise et segmente les salariés est devenu l’un des principaux obstacles à la stratégie de réduction de la dépendance de la croissance vis-à-vis d’un excès d’investissement (Clément Séhier). C’est retrouver l’un des mécanismes centraux des approches de la régulation : les complémentarités qui furent la source d’un régime d’accumulation peuvent se transformer en autant de facteurs de crise et il n’est pas évident que les solutions d’hier puissent surmonter des contradictions émergentes. Il en est ainsi de la libéralisation des marchés financiers car les pouvoirs publics n’ont pas sur eux les mêmes capacités d’intervention que pour les biens et les services.

3.3 Les relations entre le politique et l’économique : au-delà des idées reçues

  • 2 Ce terme fait référence aux travaux d’Elinor Ostrom à laquelle a été consacré un numéro spécial de (...)

36Sous l’influence des économistes de l’université de Chicago s’est diffusée une conception très particulière des relations entre ces deux sphères : une fois institué un régime de propriété et définie une règle monétaire, l’économie définirait une activité autonome affranchie de tout interventionnisme politique. Cette approche est une idéalisation de la configuration américaine, essentiellement normative, de sorte que la trajectoire chinoise appelle une tout autre interprétation puisque les autorités n’ont cessé d’intervenir dans la redéfinition des droits de propriété et que cette stratégie a joué un rôle déterminant dans la progressive transformation d’un régime de propriété collective en la configuration contemporaine où prévaut un large spectre de combinaisons de l’usus, du fructus et de l’abusus. C’est le message central de Bernard Chavance que se propose de synthétiser la Figure 3 (en annexe 3). Il en ressort d’abord que le droit de propriété (ou plutôt les faisceaux de droits2) est une construction sociale et non la réponse à un impératif catégorique comme le postule le courant Law and Economics. Catégorique car ce droit serait au fondement d’une économie de marché dont il garantirait l’efficience en faisant de tout équilibre un optimum. En conséquence, son contenu peut être adapté en fonction du secteur d’activité, du projet de développement et de l’époque. À cet égard, la distinction des droits sociaux et civiques en fonction du lieu de résidence rend manifeste le pragmatisme des autorités chinoises : si changent les priorités, il est possible de prudemment réviser le hukou. De même le droit des entreprises n’a pas à converger vers un statut unique : l’existence d’une pluralité de formes répond au caractère plus ou moins stratégique des secteurs d’activités et elle permet la progressivité des ajustements et des apprentissages selon un processus évolutionniste, à l’opposé des brutales réformes des économies de l’Europe de l’Est. À l’issue de ces transformations, les formes de la propriété se sont diversifiées de sorte que la gestion des participations de l’État devient nécessaire afin de rétablir un contrôle de Pékin, à même de contrebalancer les forces déstabilisatrices typiques des corporatismes étatiques locaux.

37En outre, la non-privatisation de la terre continue à attribuer aux autorités politiques un instrument clé de contrôle sur l’ensemble des activités économiques. Sans oublier que le crédit est octroyé par des banques publiques qui font face à un dilemme : tendance au laxisme au niveau local mais efforts récurrents des autorités de Pékin pour éviter l’explosion des mauvais crédits. Le dilemme chinois ne porte pas seulement sur les contradictions qui traversent la politique économique, comme le souligne Susan Shirk. En effet, non seulement la stratégie définie par le treizième Plenum a rencontré de très nombreux obstacles dans sa mise en œuvre, mais apparaissent des tensions au sein du Parti communiste chinois et une certaine perte de crédibilité des autorités publiques que tentent de compenser la montée des sentiments nationalistes et une chasse à la corruption qui est aussi l’expression d’une lutte politique. L’incertitude n’est plus seulement économique mais aussi politique. L’analyse de la Chine appelle donc une approche évolutionniste aux antipodes de celles qui prônent un big bang (Chavance, 2000). De plus, l’analyse a l’intérêt de réintroduire un continuum entre économies capitalistes et économies dites socialiste (Chavance et al., 1999).

3.4 Toute analyse macroéconomique doit être située

38Le caractère fondateur de la codification par le politique des formes institutionnelles implique que la possibilité d’une théorie macroéconomique valable en tout temps et tous lieux est hautement problématique. C’est ce que souligne l’entretien avec le professeur Yuan Zhigang qui livre un contrepoint aux articles du présent dossier. En effet une économie en rapide transformation sous l’impact de la multiplication des réformes affectant l’agriculture, la fiscalité, l’industrie, l’ouverture internationale, la couverture sociale ne satisfait pas aux hypothèses qui fondent par exemple le modèle de croissance néoclassique. La croissance provient d’un permanent redéploiement de la main-d’œuvre rurale d’abord de l’agriculture vers l’industrie locale, puis des villages vers l’industrie des villes côtières, des entreprises contrôlées par l’État vers d’autres plongées dans la concurrence internationale et de l’industrie manufacturière vers les services à haute valeur ajoutée. Ce sont les réformes institutionnelles qui assurent une amélioration de l’efficacité grâce à un rattrapage accéléré, démentant le pronostic d’une productivité marginale décroissante avec la progression de l’accumulation. Ce mouvement n’est intervenu qu’après trois décennies de forte croissance, ce qui révèle alors les limites du rattrapage : difficile accès au crédit pour les entreprises non liées à l’État, faiblesse de l’éducation pour les travailleurs ruraux, absence d’instruments d’épargne concurrençant l’investissement immobilier, dysfonction du système fiscal au niveau local, risque de perte de contrôle de la bourse et du marché des changes. Il faut abandonner l’hypothèse d’une prochaine convergence vers un optimum car le régime de croissance chinois manifeste nombre de faiblesses qu’ont révélées les vigoureux investissements en infrastructure décidés pour contrebalancer la crise mondiale de 2008.

4 Ne pas idéaliser le « modèle chinois » au moment où il bute sur des limites structurelles

39En effet, il est un signe annonciateur d’une prochaine entrée en crise d’un modèle national supposé devenir la référence mondiale tant ses performances apparaissent exceptionnelles : des experts étrangers se convertissent en des propagandistes de ce modèle au moment même où, de façon souterraine apparaissent les germes de sa crise. Ce fut le cas semble-t-il du modèle chinois pour nombre des pays du sud au début des années 2000, au point que certains analystes anticipèrent la formation d’un consensus de Pékin, destiné à remplacer celui de Washington. Or sont nombreux les signes d’entrée dans une crise, à tout le moins du mode de régulation, et peut-être du régime d’accumulation lui-même.

4.1 L’arrivée aux limites de la phase précédente de globalisation en matière de chaînes globales de valeur

40L’insertion de la Chine dans les chaînes globales de valeur semble avoir atteint son apogée dès le milieu des années 2000, avant même la grande crise mondiale de 2008 (graphique 1). Le rythme de croissance des exportations de produits manufacturés a fortement décéléré et l’excédent commercial s’est considérablement réduit. Un phénomène de délocalisation affecte aussi le système productif chinois car, du fait de la croissance des salaires, la production de biens intensifs en travail a migré vers d’autres pays, favorisant un approfondissement de la division du travail au sein de l’Asie (Boyer et al., 2011). Enfin, alors que la Chine était largement importatrice d’investissements directs, depuis le milieu de la décennie 2010, l’investissement étranger de la Chine a fortement crû et atteint les mêmes niveaux que les flux entrants. C’est ce mouvement d’extraversion que prolongent le projet de Route de la Soie et la création de la Banque Asiatique destinée à financer les investissements en infrastructures. La poursuite d’une croissance tirée par les exportations s’avère problématique puisque ce sont plutôt les investissements directs à l’étranger qui seraient chargés de résorber les surcapacités domestiques en matière d’industries de base, de construction et d’infrastructure.

Graphique 1 - Une réduction de l’insertion dans les chaînes globales de valeur depuis 2005

Graphique 1 - Une réduction de l’insertion dans les chaînes globales de valeur depuis 2005

L’indice TiVA est basé sur des tables entrées-sorties et mesure la valeur ajoutée étrangère incorporée dans la demande finale domestique.

Source : OECD (2017), p. 28

L’indice GVC construit une approximation de l’indice TiVA et se définit comme le rapport entre les importations de biens intermédiaires et la demande domestique nominale.

4.2 L’efficacité déclinante de l’investissement en matière de croissance

41Le second, et probablement le plus puissant des moteurs de la croissance chinoise est entré dans une zone de rendements décroissants : en effet, c’est le dynamisme de l’investissement, expression du compromis corporatiste local, qui subit le contrecoup du plan de relance adopté après 2008. D’un côté, la productivité globale des facteurs décélère et c’est la formation du capital qui devient la source majeure de croissance (graphique 2 A). D’un autre côté, il faut investir de plus en plus pour soutenir le même niveau de croissance, de sorte que semble-t-il pour la première fois, le régime bute sur les rendements décroissants de l’accumulation du capital (graphique 2 B). Ce mouvement n’est pas étranger à l’excès d’investissement en infrastructures par lequel les autorités locales ont répondu au ralentissement de la croissance. Favorables à court terme, ces mesures s’avèrent aggraver la faiblesse structurelle du régime de croissance chinois, la persistance à moyen terme de surcapacités dans les secteurs de base. Pointe donc le risque d’une crise du régime d’accumulation lui-même, dont le mode de régulation aggrave les déséquilibres.

Graphique 2 – L’investissement continue à tirer la croissance mais il est de moins en moins efficace

Graphique 2 – L’investissement continue à tirer la croissance mais il est de moins en moins efficace

Source : OECD (2017), p. 25

4.3 La difficile transition vers un régime tiré par les besoins domestiques

42Depuis le milieu des années 2000, le gouvernement de Pékin a perçu la difficulté croissante que rencontrait le prolongement du modèle antérieur et annoncé son intention de converger à terme vers une croissance tirée par les besoins domestiques et un système d’innovation autochtone, s’affranchissant progressivement de sa dépendance vis-à-vis de l’apport des multinationales. Jusqu’à présent, ces efforts sont loin d’avoir porté leurs fruits (graphique 3) pour nombre de raisons. En premier lieu, la politique d’augmentation des salaires minima s’est heurtée au fait que les autorités locales n’entendent pas compromettre la compétitivité de leurs entreprises : elles visent donc à concéder de moindres augmentations que celles des autres entités locales. En second lieu, l’interdiction d’une représentation autonome et directe des salariés rend problématique l’instauration d’un mécanisme de type fordiste dans lequel la coordination au niveau national des augmentations de salaires stimulerait la croissance du marché domestique et finalement la productivité. Tel est l’argument que développe Clément Séhier qui rejoint en cela les conclusions d’autres spécialistes des relations de travail et du système productif chinois (Luethje, 2014). Enfin, les efforts en vue de jeter les bases d’une couverture sociale, pour l’instant assez minimaliste, n’impliquent pas une redistribution du revenu suffisamment significative pour permettre le passage à un régime dans lequel la demande serait positivement liée au revenu salarial, condition, on le sait, d’une croissance tirée par la consommation. La stratégie de Pékin est donc claire, mais les moyens de la mettre en œuvre sont moins évidents et en tout état de cause une telle transition est une affaire de décennies et non pas d’années.

Graphique 3 – La contribution de la consommation à la croissance n’a pas augmenté depuis une décennie

Graphique 3 – La contribution de la consommation à la croissance n’a pas augmenté depuis une décennie

Source : OECD (2017), p. 24

4. 4 Un rattrapage technologique partiel

43On se souvient que l’une des raisons majeures de l’ouverture aux multinationales fut la volonté de rattrapage technologique. À la fin des années 2010 cet objectif est assez largement atteint. Le second objectif était de passer d’un système d’innovation de type soviétique à un système moderne marqué par l’interaction entre recherche publique, innovation privée et formation des compétences scientifiques et techniques (Liu & White, 2001 ; Gu & Lundvall, 2006 ; Xie et al., 2014). En 2016, il n’est que très partiellement rempli, même si publications scientifiques et brevets internationaux ont montré une croissance explosive. En effet, si la volonté gouvernementale se traduit par un effort de recherche et développement qui représente près de 2 % du PIB, il semble que le nombre de chercheurs soit en retard par rapport à la configuration des pays qui ont atteint ce même niveau d’implication dans l’innovation (graphique 4). D’autres recherches concluent que le nombre d’ingénieurs s’est considérablement accru mais que pour l’instant leurs compétences n’ont pas en moyenne, atteint celles de leurs homologues des pays déjà développés. Ce handicap n’a pas empêché de remarquables remontées des filières comme en témoigne le système des producteurs chinois en matière de panneaux solaires puis d’éoliennes, domaines dans lesquels une politique industrielle pragmatique semble avoir porté ses fruits (Kirkegaard, 2016). Mais il se pourrait que cette spécialisation dans les produits à conception modulaire ait bloqué la remontée de filières dans le secteur de l’électronique par exemple (Song, 2012). Au-delà donc de l’impatience des gouvernements on retrouve l’un des résultats des recherches régulationnistes : faire émerger un autre système national d’innovation, tout comme un nouveau régime d’accumulation, s’inscrit dans le temps long de la démographie plus que celui du cycle économique et de la conduite de la politique. Continuer à analyser comment le système d’innovation chinois se situe par rapport à celui des autres pays avancés (Barré et al., 1997) devrait être un chantier pour les institutionnalistes, ce qu’amorce une comparaison internationale récente (Cambarnous & Rougier, 2017).

Graphique 4 : La Chine acteur majeur en matière de dépenses de RD mais pas encore d’emplois scientifiques

Graphique 4 : La Chine acteur majeur en matière de dépenses de RD mais pas encore d’emplois scientifiques

Source : OECD (2017), p. 32

4.5 Les limites de la stimulation par le crédit et le risque de crise financière

44Le fait que le système financier chinois soit basé sur le crédit bancaire a contribué à la dynamique de l’investissement des entreprises d’Etat et des infrastructures au niveau des collectivités locales. Depuis 2009, la contribution des crédits à la croissance est devenue plus problématique dans la mesure où la plasticité de l’offre de crédit a été bien supérieure à l’élasticité de la production. Le plus inquiétant est que l’incapacité qu’ont les acteurs privés à obtenir un crédit des quatre banques nationales a précipité l’envol de systèmes bancaires parallèles dont le contrôle est a priori plus difficile et l’appréciation du risque, malaisée (graphique 5A). De la même façon, face au ralentissement de la croissance, tant les entreprises non financières que les collectivités locales ont accru leur offre de titres, ce qui à terme les fragiliserait si la croissance ne retrouvait pas le rythme antérieur (graphique 5B).

Graphique 5 – Une accélération du crédit en vue de restaurer la croissance

A/ Une explosion des créances recouvrables d’investissement

A/ Une explosion des créances recouvrables d’investissement

B/ Une montée générale de l’émission de titres

B/ Une montée générale de l’émission de titres

Sources : OECD (2017), p. 15 et 16

45Cette configuration n’est pas sans rappeler le mécanisme observé lorsque s’est enrayé le régime de croissance fordiste de l’après-seconde guerre mondiale aux États-Unis et en Europe : l’État n’a cessé d’émettre des titres afin de financer un déficit structurel devenu permanent ; pendant un temps la facilité du crédit permet de soutenir le compromis institutionnel fondé sur la poursuite de la croissance des niveaux de vie sans trop compromettre la capacité d’investissement des firmes ; mais faute d’un retour à une forte croissance cette phase débouche sur la nécessité de consolidation tant du bilan des entreprises que des comptes de l’État. C’est l’époque, en Europe, des politiques d’austérité et du conflit ouvert entre réponse aux demandes des citoyens et exigences des marchés financiers (Streeck, 2014). La situation chinoise n’est pas l’exacte répétition de ces enchaînements mais elle témoigne du nouveau rôle du crédit : il contribue moins à la dynamique économique qu’il ne permet de reporter dans le temps la résolution des tensions d’un régime socioéconomique qui atteint ses limites sans contribuer pour autant à l’émergence d’un nouveau.

46Parallèlement, une libéralisation du marché boursier et la tentative d’adoption d’un nouveau régime de change plus sensible aux mécanismes de marché débouchent sur deux crises à travers lesquelles les autorités prennent conscience de la difficulté que rencontrent les régulateurs financiers lorsqu’ils entendent faire évoluer le système dans une direction qui donne une plus grande importance aux arbitrages privés (Boyer, 2017). Par ailleurs une liquidité en quête de placement a tendance à se reporter sur l’immobilier qui de vecteur du financement des entités locales se transforme en un actif spéculatif accessible aux individus. Comme le soulignent Yuan Zhigang dans son entretien et Michel Aglietta dans ses divers ouvrages (Aglietta & Landry, 2007 ; Aglietta & Bai, 2013) et son entretien dans la Revue de la régulation (Agliette, 2014), le système financier est devenu dysfonctionnel.

4.6 Convertir les contraintes environnementales en un régime socio-économique soutenable

47Tout comme la révolution industrielle anglaise avait abouti à d’insoutenables niveaux de pollution urbaine (Zheng & Kahn, 2013) et à la destruction des forêts, les mégapoles chinoises butent aujourd’hui sur des situations parfois dramatiques : l’air est devenu irrespirable, la sécurité alimentaire est compromise tandis que l’épuisement des sols agricoles menace. S’il est exact que l’innovation naît de crises majeures et de problèmes réputés insolubles dans le paradigme en vigueur, la Chine devrait être une des économies les plus actives dans l’émergence d’une croissance soutenable en termes d’environnement. Une part significative des efforts de recherche porte en effet sur les énergies renouvelables et ils se traduisent déjà par les fortes positions concurrentielles des firmes chinoises dans les secteurs correspondants. Par exemple, les autorités chinoises sont celles qui ont pris au sérieux la possibilité d’une seconde révolution automobile, celle du véhicule électrique.

48Au demeurant, les conceptions chinoises en matière de relations entre société, politique et environnement peuvent aider à la recherche de cette croissance soutenable. Comme les processus sociaux s’inscrivent dans des processus naturels toujours renouvelés, concevoir des politiques qui tiennent compte de cette imbrication s’en trouve facilité.

49Dans la conception occidentale en général, et l’approche néoclassique en particulier, l’environnement produit des externalités qui doivent être réintroduites dans le calcul économique par un système de prix, afin d’obtenir un équilibre économique proche de l’optimum. La logique économique domine y compris la gestion de la nature. Le rôle du politique se limite à mettre en œuvre les recommandations du scientifique qu’est l’économiste. Les conflits disparaissent et l’histoire est absente.

50La philosophie chinoise est bien différente : tout est processus, et ces processus sont différents selon qu’ils concernent la sphère politique, les relations sociales, l’économie et bien sûr la nature, mais ils se recombinent sans cesse en des configurations changeantes. Le mythe

51occidental de la croissance verte se transforme en un projet a priori plus réaliste d’une autre articulation entre processus humains et naturels, sachant que la culture jamais ne les a séparés, sans pour autant nier la difficulté des arbitrages entre croissance et environnement. De même cette vision peut justifier l’existence d’une synergie d’abord positive entre économie et finance mais qui débouche ensuite sur un conflit ouvert entre les logiques propres à ces deux sphères. Cette dialectique parcourt leur articulation et ses transformations au cours du temps (Voir la Figure 4 ci-dessous).

52Ampleur des déséquilibres que les responsables chinois doivent surmonter mais richesse d’un cadre conceptuel permettant d’en analyser les interdépendances, donc d’inventer d’autres articulations entre politique, société et nature.

Figure 4. Vers une nouvelle articulation des processus économiques, sociaux et environnementaux

Figure 4. Vers une nouvelle articulation des processus économiques, sociaux et environnementaux

Source : auteur

5 Quel programme de recherches ?

53La richesse de la configuration chinoise est loin d’avoir été épuisée par les quelques articles ici rassemblés. La prise en compte de la Chine par les diverses sciences sociales pourrait en renouveler les thèmes de recherche.

54À la lumière de la trajectoire chinoise est-il possible de maintenir l’opposition canonique proposée par l’École de la variété des capitalismes entre coordination par les institutions et coordination par le marché (Hall & Soskice, 2001) ? Malgré ses faiblesses, cette distinction continue à façonner l’analyse comparative des capitalismes contemporains.

55L’approche régulationniste privilégie l’analyse historique de l’émergence des formes institutionnelles car chaque analyse historique nationale fait ressortir l’extrême plasticité des rapports capitalistes en fonction de l’héritage historique et des stratégies politiques développées lors des grandes crises. Le nombre de configurations est donc ouvert et il appartient à une seconde étape de la recherche d’expliciter les principaux mécanismes par rapport auxquels il est possible de les classer (Amable, 2004).

56Le rôle clé que joue le parti-État qu’est le PCC est une invitation à revisiter les formes politiques permettant de gérer l’hétérogénéité et les conflits qui sont propres à une économie-continent. Les théories contemporaines du fédéralisme s’appliquent-elles ou doivent-elles être dépassées afin de rendre compte de la configuration chinoise ? Au contraire, faut-il réhabiliter la théorisation des empires ?

57Peut-on vraiment appliquer des modèles macroéconomiques élaborés pour d’autres aires géographiques ou faut-il viser des formalisations originales qui seraient bâties à partir de la confrontation entre divers échelons du corporatisme, tentative de synthèse entre les deux logiques, respectivement politique et économique ? Pourrait-on montrer que la montée des problèmes de corruption peut exprimer les limites d’un tel modèle ?

58Comment interpréter dans une approche institutionnaliste la période ouverte après 2008 : simple crise du mode de régulation déstabilisé par une tentative de libéralisation financière ou signe avant-coureur d’une crise du régime d’accumulation lui-même ? À ce propos, est-il possible de développer l’analyse des relations entre transformations des structures sociales et leurs prises en compte au sein du parti communiste chinois ?

59Dispose-t-on d’assez d’éléments pour formaliser les conditions qui permettraient la progressive affirmation d’un régime de croissance qui serait tirée par la satisfaction des besoins domestiques ? La nouvelle géopolitique chinoise contribue-t-elle à une telle émergence ou consolide-t-elle une solution internationale à une surcapacité structurelle impliquée par la faiblesse de l’organisation collective des salariés ?

60La comparaison des grandes transformations, respectivement de la Russie et de la Chine, remet au premier plan la difficile question apparue au début des années 1990 : quel est l’impact de la séquence des différentes réformes sur les chances de succès d’un nouveau régime socio-économique ?

Haut de page

Bibliographie

Aglietta Michel (2014), « La monnaie, la valeur et la règle », entretien avec Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot, Revue de la régulation, 16 | 2e semestre : http://regulation.revues.org/10998

Aglietta Michel, Guo Bai (2012), La voie Chinoise. Capitalisme et empire, Paris, Odile Jacob.

Aglietta Michel, Landry Yves (2007), La Chine vers la superpuissance, Paris, Economica.

Aglietta Michel, Orléan André (dir.) (1998), La Monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.

Alary Pierre and Lafaye de Micheaux Elsa (dir.) (2015), Capitalismes asiatiques et puissance Chinoise, Presses de Sciences Po, Paris.

Alary Pierre, Blanc Jerôme, Desmedt, Ludovic, Bruno Théret (2016), Théories françaises de la monnaie, Paris, PUF.

Amable Bruno (2004), The Diversity of Modern Capitalisms, Oxford University Press.

Amsden Alice H. (1989), Asia’s Next Giant: South Korea and Late Industrialization, Oxford University Press.

Aoki, M. (2013), Historical Sources of Institutional Trajectories in Economic Development: China, Japan, and Korea Compared, Socio-Economic Review Volume 11, Issue 2, p. 233-263.

Arrighi Giovanni (2007), Adam Smith in Beijing: lineages of the twenty-first century, London, Verso.

Barré Rémi, Boyer Robert, and Bruno Amable (1997), Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Paris, Economica.

Bergère Marie Claire (2007), Capitalismes et capitalistes en chine: xixe-xxe siècle, Paris, Perrin, coll. « Asie ».

Boyer Robert (2011), “A new epoch but still diversity within and between capitalism: China in comparative perspective”, in LANE Christel and Geoffrey T. WOOD (eds), Capitalist Diversity and Diversity within Capitalism, Abingdon, Routledge, 2011, p. 32-68.

Boyer Robert (2015), Economie politique des capitalismes, Grand Repère, Paris, La Découverte, coll. « Grand Repère ».

Boyer Robert (2017), “Why is the Chinese growth regime so difficult to change? After the 2015 financial turmoil”, in Régulation theory and China, Boyer Robert (ed), projet de publication en chinois pour l’Université de Pékin.

Boyer Robert, Uemura Hiroyasu and Akinori Isogai (eds) (2011), Diversity and transformations of Asian Capitalisms, London, Routledge.

Bremmer, Ian (2009), “State Capitalism Comes of Age: The End of the Free Market” Foreign Affairs, May/June, p. 40-55. https://www.foreignaffairs.com/articles/united-states/2009-05-01/statecapitalism-comes-age.

Chanteau Jean-Pierre, Benjamin Coriat, Agnès Labrousse et Fabienne Orsi (2013), « Introduction », Revue de la régulation, 2e semestre, http://regulation.revues.org/10516

Chavance Bernard (2000), “The Evolutionary Path away from Socialism: The Chinese Experience”, in E. Maskin, A. Simonovits (eds)., Planning, Shortage, and Transformation: Essays in Honor of Janos Kornai, Cambridge (Mass.), MIT Press.

Chavance Bernard, Magnin Eric, Motamed-Nejad Ramine, Sapir Jacques (1999), Capitalisme et socialisme en perspective. Évolution et transformations des systèmes économiques, Paris, La Découverte.

Combarnous François, Eric Rougier (Eds.) (2017), The diversity of emerging capitalisms. Globalization, institutional convergence and experimentation, Palgrave, MacMillan, London.

Garcia Marie-France (1986), « La construction sociale d’un marché parfait : le marché au cadran de Fontaines-en-Sologne », Actes de la recherche en sciences sociales, no 65, novembre, p. 2-13.

Grosfeld Irena (1986), “Modeling planners’ Investment Behaviour. Poland: 1956–1980”, Journal of Comparative Economics, 11 (3).

Gu S., Lundvall B. A. (2006), China’s Innovation System and the Move toward Harmonious Growth and Endogenous Innovation. DRUID working paper, n06-7.

Hall Peter and Soskice David (2001), Varieties of Capitalism, The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford, Oxford University Press.

Harada Yuji & Hironori Tohyama (2011), “Asian capitalisms: institutional configurations and firm heterogeneity”, in Boyer Robert, Hiroyasu Uemura and Akinori Isogai (eds), Diversity and transformations of Asian Capitalisms, London, London, p. 243-263.

Hollingsworth Rogers, J. et Boyer Robert. (dir.) (1997), Contemporary Capitalism.The Embeddedness of Institutions, Cambridge University Press, Cambridge.

Jobert Bruno (1994), Le tournant néo-libéral en Europe: Idées et recettes dans les pratiques gouvernementales, Paris, L’harmattan.

Kirkegaard Julia Kirch (2016), Rapid upgrading through experimental (self-)disruptive impasse The case of China’s wind turbine industry, Mimeograph Technical University of Denmark, Department of Wind Energy, Roskild.

Knight John, Li Shi (2005), “Wages, firm profitability and labor market segmentation in urban China”, China Economic Review, 16, p. 205-228.

Krugman Paul (1979), “Increasing returns, monopolistic competition and international trade”, Journal of International Economics 9, North-Holland Publishing Company, p. 469-479.

Lavoie Marc (2014), Post-Keynesian Ecoonomics. New foundations, Edward Elgar, UK, Cheltenham.

Lin Justin Yifu (2004a), Lessons of China’s transition from a planned to a market economy, Peking University, China Center for Economic Research.

Lin Justin Yifu (2010), Prospect for low-income countries, World Bank report, Washington, January.

Liu Xielin & Steven White (2001), “Comparing innovation systems: a framework and application to China’s transitional context”, Research Policy, 30, p. 1091-1114.

Lüthje Boy (2014), “Why no fordism in China? Regimes of accumulation and regimes of production in Chinese manufacturing industries”, IFS working paper 3, Wolfgang Goethe – Universität Frankfurt am Main.

McGregor Richard (2012), The Party: The Secret World of China’s Communist Rulers, New York, Harper Perennial.

Maddison Angus (2007), Chinese Economic Performance in the Long Run, 960-2030 AD, Paris, OECD.

Naughton Barry (2007), The Chinese Economy: Transition and Growth, Cambridge, MIT Press.

Naughton Barry (2017), “Is China socialist?, Journal of Economic Perspectives, Volume 31, Number 1, Winter, p. 3-24.

OECD (2017), OECD Economic Surveys. China, March, Paris.

Oi Jean C. (1992), “Fiscal Reform and the Economic Foundations of Local State Corporatism in China”, World Politics, Vol. 45, N° 1, October, p. 99-126.

Peng Yusheng (2001), “Chinese villages and Townships as Industrial corporations: Ownership, governance, and Market Discipline”, The American Journal of Sociology, Vol. 106, n° 3, March, p. 1338-1370.

Périsse Muriel(2009), « Chine : une transition salariale à hauts risques », Revue de la régulation [En ligne], 6 | 2e semestre / Autumn 2009, URL : http://regulation.revues.org/7675.

Samuelson Paul, A. (2004), "Where Ricardo and Mill Rebut and Confirm Arguments of Mainstream Economists Supporting Globalization." Journal of Economic Perspectives, 18(3): 135-146.

Sapir, Jacques (1998), Le krach russe, Paris, La Découverte.

Song Lei (2001), The limit of gradual reform without long term perspective: instability of institutional arrangements in mainland China, Mimeograph Nagoya University.

Song Lei (2012), “Development mode and capability building in the age of modularization and regional integration: origins of structural adjustments of Chinese economy”, in Boyer Robert, Uemura Hiroyasu and Akinori Isogai (2012), Diversity and transformations of Asian capitalisms, Routledge, UK, p. 131-142.

Streeck Wolfgang (2014), Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, Gallimard, Paris.

Streeck Wolfgang, Kathleen Thelen (2005), Beyond Continuity: Institutional Change in Advanced Political Economies, Oxford University press, Oxford.

Theret Bruno ed. (2008), La monnaie révélée par ses crises, Éditions de l’EHESS, Paris.

Theret Bruno (2015), “La diversidad de los federalismos en américa latina: argentina, brasil, mexico, Capitulo 3, in Ilan Bizberg (Coord.), Variedades de Capitalismo en America. Los casos de Mexico, Brasil, Argentina y Chile, Mexico, Ediciones del Colegio de Mexico, p. 147-28.

Tirole Jean (2016), Le bien commun, Odile Jacob, Paris.

Wade Robert (2003), Governing the Market – Economic Theory and the Role of Government in East Asian Industrialization, Princeton University Press, Princeton.

Xie, Yu, Zhang, Chunni, Lai, Qing (2014), “China’s Rise as a Major Contributor to Science and Technology”, Proceedings of the National Academy of Sciences, July, Vol. 111, No. 26.

Xin Katherine, Pearce Jone (1996), “Guanxi: Connections as Substitutes for Formal Institutional Support”, The Academy of Management Journal, vol. 39, n° 6, dec., pp. 1641-1658.

Zhang Joe (2013), Party man, company man: is China’s state capitalism doomed, Enrich Professional Publishing, ISBN-10: 1623200172.

Zheng Siqi, and Matthew E. Kahn (2013), "Understanding China’s Urban Pollution Dynamics." Journal of Economic Literature, 51(3): 731-72.

Zou Heng-fu (1991), “Socialist Economic Growth and Political Investment Cycles”, Working Paper WPS 615, World Bank.

Haut de page

Notes

1 On désigne ainsi les relations que développent les individus au cours du temps, sur la base desquelles se construit une confiance située qui est ensuite mobilisée dans diverses activités, en particulier dans la sphère économique. Ce système peut se substituer à l’ordre public formel.

2 Ce terme fait référence aux travaux d’Elinor Ostrom à laquelle a été consacré un numéro spécial de la Revue de la régulation (Chanteau et al., 2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Une succession de réformes organise la transformation du régime socio-économique
Crédits Source : auteur
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 1. L’imbrication du politique et de l’économique et des divers niveaux politiques
Légende I Le cercle vertueux du local corporatisme : l’alliance du politique et de l’économique
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 2. Chaque réforme répond à un problème mais elle en crée de nouveaux
Crédits Source : auteur
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 1 - Une réduction de l’insertion dans les chaînes globales de valeur depuis 2005
Légende L’indice TiVA est basé sur des tables entrées-sorties et mesure la valeur ajoutée étrangère incorporée dans la demande finale domestique.
Crédits Source : OECD (2017), p. 28
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12319/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 2 – L’investissement continue à tirer la croissance mais il est de moins en moins efficace
Crédits Source : OECD (2017), p. 25
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12319/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 3 – La contribution de la consommation à la croissance n’a pas augmenté depuis une décennie
Crédits Source : OECD (2017), p. 24
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12319/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 4 : La Chine acteur majeur en matière de dépenses de RD mais pas encore d’emplois scientifiques
Crédits Source : OECD (2017), p. 32
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12319/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre A/ Une explosion des créances recouvrables d’investissement
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12319/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre B/ Une montée générale de l’émission de titres
Crédits Sources : OECD (2017), p. 15 et 16
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12319/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4. Vers une nouvelle articulation des processus économiques, sociaux et environnementaux
Crédits Source : auteur
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12319/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Boyer, « Les théories économiques contemporaines à l’épreuve de la trajectoire chinoise », Revue de la régulation [En ligne], 21 | 1er semestre / Spring 2017, mis en ligne le 05 septembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12319

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

Directeur de recherche CNRS, GREDEG, membre du conseil scientifique de l’Institut des Amériques,

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page