Navigation – Plan du site
Dossier : Financiarisation et classes sociales

Les trois âges de l’intermédiation financière de la Poste (1881-2010) : révélateurs des mutations des rapports sociaux

The Three Historical Periods of Financial Intermediation for French Post (1881-2010) or how to Understand Social Stratification’s Mutations in France
Las tres edades de la intermediacion financiera del Correo (1881-2010) : reveladores de los cambios en las relaciones sociales
Nadège Vezinat

Résumés

L’État a confié aux services financiers des PTT (Postes, Télégraphes et Télécommunications) un rôle de développement de l’épargne à jouer auprès de l’ensemble de la population. Dès la Troisième République, la Poste a en effet rempli au nom de l’État des missions financières dans toutes les zones du territoire, notamment dans celles qui n’étaient pas encore desservies par les banques privées. L’histoire financière des PTT est ancienne. Son analyse permet de retracer le rôle de cette administration d’État dans le rapport à la bancarisation des Français. L’étude de la trajectoire institutionnelle spécifique de la Poste est ici mise en relation avec la structuration de l’offre bancaire et surtout avec des mutations plus globales de la stratification sociale. L’enjeu est d’identifier des étapes successives du rôle d’intermédiation de la Poste auprès de différents segments de la population. Trois âges de l’intermédiation financière permettent ainsi d’explorer à nouveaux frais les rapports sociaux de classe. Le développement de l’épargne participe, à la fin du xixe et au début du xxe siècle, à une période de densification de l’intervention de l’État. Puis la pédagogie financière vient caractériser une période de différenciation au sein de la société salariale en cours de constitution dans les années 1960 à 1980. Enfin, ombre portée de la montée du chômage de masse, la Poste cherche à assurer l’accessibilité bancaire aux publics fragilisés. Les arguments mobilisés par l’institution pour justifier ces changements d’orientation évoluent en même temps que le marché bancaire et sa clientèle se modifient. La spécialisation progressive de la Poste, devenue la « banque des pauvres », doit se lire dans ce double contexte sectoriel et social.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour une bonne visualisation des figures mobilisées dans cet article, pensez à cliquer sur le lien vers l'original (jpeg) situé sous chaque figure.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La diffusion de la monnaie scripturale consiste à développer l’utilisation des chèques par la popul (...)

1Si la création de la banque postale en France date seulement de 2006, les services financiers postaux existent eux depuis la Troisième République (par le biais du mandat postal notamment et de la caisse nationale d’épargne) et ont joué un rôle important dans la diffusion de la monnaie scripturale1 et de la bancarisation des Français. Contrairement aux idées reçues, la Poste ne s’est pas lancée dans des activités bancaires à l’instar des banques, ce sont plutôt des évolutions conjointes qui ont fait se rencontrer de plus en plus frontalement les banques et les PTT (Poste, Télégraphes et Téléphones), à partir du moment où les banques ont afflué sur le marché de l’épargne populaire jusque-là hors de leur portée ou de leur volonté. En jouant un rôle de vulgarisation des produits financiers, les PTT ont participé à la financiarisation de toutes les classes sociales en revendiquant des vertus républicaines et égalitaristes dans leur offre de produits financiers.

  • 2 Rapport d’information no 344 du Sénat, 2003, « La Poste : le temps de la dernière chance », p. 26.

2L’histoire financière des PTT permet d’identifier trois âges, chaque âge se caractérisant par une forme institutionnelle de concurrence, un rapport spécifique des PTT aux missions financières et des banques aux clientèles en train de se constituer. Dès la Troisième République, les PTT ont rempli, au nom de l’État, des missions financières2. Ses services, qui sont dénommés « financiers » et non pas « bancaires », parce que l’activité de prêt y est interdite en dehors des dispositifs particuliers tel que le plan d’épargne logement (Vezinat, 2012b), existent donc depuis longtemps même s’ils ne sont pas considérés comme le cœur de l’activité postale qui renvoie toujours plutôt à l’activité courrier. Dans cet article, nous chercherons à montrer comment la trajectoire institutionnelle des services financiers de la Poste depuis cette période permet de saisir, à travers l’accès à un compte bancaire, certaines mutations des rapports sociaux de classe en France. Par classes sociales, nous entendons, dans une perspective proche de celle développée par Max Weber (1995 [1921]), que la société est composée de groupes sociaux segmentés et hiérarchisés, dont les principes de différenciation sont multiples mais pas nécessairement antagonistes les uns aux autres. Plus précisément, nous considérons ici les classes dans leur dynamique historique en nous intéressant au mouvement de généralisation puis de déstabilisation du salariat survenu au xxe siècle (Castel, 1995). Le régime historique dans lequel se situe l’analyse, centrée sur l’étude de la trajectoire institutionnelle de la Poste, distingue une période de densification (et de justification) de l’intervention de l’État au tournant du xxe siècle, et une phase de différenciation interne au sein d’une société salariale étayée sur la protection sociale édifiée après-guerre et sur le droit du travail. Enfin, les principes de cette différenciation sociale se sont recomposés avec le ralentissement du régime de croissance fordiste et le développement du chômage de masse à partir de la deuxième moitié des années 1970.

3Dans ce cadre, et en relation avec l’évolution du secteur bancaire et la diversification de l’offre qui le caractérise, l’évolution des registres d’argumentation de la Poste permet de saisir une dimension peu explorée par la littérature sur les classes sociales et les inégalités : celle des différenciations et des clivages au sein des catégories de la population. Cette perspective apporte un éclairage complémentaire aux recherches, nombreuses, qui étudient les rapports sociaux à la banque et aux services financiers et qui font ressortir l’encastrement social de la relation financière. Ceux-ci étudient la relation bancaire en tant que telle, relation qui est elle-même socialement située et qui a ainsi valeur d’épreuve (Lazarus, 2012, 2014) ; mais aussi l’existence de différenciations internes aux segments populaires (Perrin-Heredia, 2009) ou encore la différenciation de l’offre entre les segments de la population (Ducourant, 2009). Cette dernière recherche fait apparaître le désencastrement du crédit par rapport aux propriétés sociales des populations les plus vulnérables. Elle se rattache à une autre forme de spécialisation de l’offre que celle de la Poste, ici étudiée. L’étude de la Poste, du fait de l’origine relativement ancienne de cette organisation et de son rattachement singulier à l’État, donne à voir la recomposition de l’identité sociale de la Poste en même temps que la recomposition de l’espace financier national et global. Elle permet d’analyser, à différentes périodes, la structuration de la stratification sociale. Cette analyse se penche tant sur l’offre institutionnelle de la Poste, notamment dans sa dimension financière, que sur ses pratiques sociales, notamment au sein des classes populaires dont les segments inférieurs sont progressivement devenus la « clientèle » privilégiée de la Poste.

4Quelles mutations des rapports sociaux de classe les recompositions de l’offre financière postale permettent-elles de saisir ? Pour répondre à cette question, l’article s’appuie sur un matériau archivistique (cf. Encadré 2.) qui fait apparaître trois âges dans l’intermédiation financière postale. À ces trois âges, le maintien, le développement ou la transformation des PTT sur des missions bancaires ne reposent pas sur les mêmes arguments. Ces arguments évoluent en même temps que le marché bancaire et sa clientèle changent eux-mêmes, donnant à voir les recompositions des classes sociales en les liant au degré de bancarisation de la population, au sens de proportion des Français à posséder un compte bancaire. La financiarisation (cf. Encadré 1.) constitue un stade supplémentaire caractérisé par l’incontournabilité des services bancaires dans la vie sociale (Gloukoviezoff, 2004) ainsi que par une montée des placements financiers au sein de l’épargne et un taux d’endettement élevé (Godechot, 2015). La possession d’un compte bancaire doit ainsi être dissociée des difficultés d’usage du compte bancaire lié à la contrainte croissante à employer des services bancaires dans les actes de la vie quotidienne. L’extension des mécanismes de marché, principale dimension de la financiarisation responsable de l’augmentation des inégalités, peut être étudiée au travers de ses effets en termes de creusement des écarts au sommet de la hiérarchie sociale (Godechot, 2015), mais également du processus de recomposition d’ensemble des rapports sociaux en France (Lazarus, 2017). Le maniement d’instruments financiers comme les crédits à la consommation ou immobiliers (Lacan et al., 2009), en partie par l’intermédiation des banques, en partie par celle d’autres acteurs, produit en effet sur les populations les plus vulnérables certaines formes d’exposition aux risques. Ces éléments contribuent à expliquer le récent déploiement, par la Poste, d’actions en faveur de l’accessibilité bancaire qui inscrit le positionnement de marché et la trajectoire postale dans une historiographie particulière permettant d’étudier le lien entre accès au compte et classes sociales.

Encadré 1. Définition du terme de financiarisation

Contrairement au terme de bancarisation qui concerne les ménages et la proportion de la population qui a accès à des services bancaires (Gloukoviezoff, 2004 ; Lazarus, 2012), le vocable de financiarisation peut rendre compte d’un processus qui part de l’organisation, et non du destinataire de l’activité. Le rapprochement qui va être retracé dans cet article entre La Poste et les marchés financiers recoupe celui du monde de la banque de réseau et de dépôts avec celui des marchés financiers, pourtant historiquement et par les activités qu’elles couvrent, éloignés l’un de l’autre (Godechot, 2001, 2007 ; Montagne, Sauviat, 2001 ; Orlean, 1999). En ce sens, la définition suivante – « financialization means the increasing role of financial motives, financial markets, financial actors and financial institutions in the operation of the domestic and international economies » (Epstein, 2005, p. 3) – permet d’utiliser ce terme pour parler du développement des activités bancaires et de l’inflexion commerciale à la Poste au regard de sa position spécifique sur le champ bancaire. Ces phénomènes se traduisent par une tension vécue par les agents entre des activités de conseil d’une part et de vente, avec les enjeux qu’elles comportent en termes d’individualisation d’objectifs et de commissionnements, d’autre part. L’évolution de la politique des services financiers postaux peut ainsi être étudiée simultanément avec la façon dont chaque banque se représente sa clientèle et cherche à l’élargir, la modifier, la circonscrire. L’identité sociale de la Poste se recompose ainsi au fur et à mesure que l’espace financier national et global se transforme après 1966 d’abord, puis après le développement des marchés de capitaux dans les années 1980.

5Le premier âge de la financiarisation est marqué par le rôle des PTT dans la collecte et l’épargne de l’argent des Français. Il doit se comprendre comme un élément de la densification de l’intervention de l’État et d’une participation au financement de l’économie nationale (1. Le premier âge de la financiarisation : l’enjeu de l’épargne populaire et la démarcation par le fait de posséder un compte bancaire (1881-1965)). Une rupture a lieu en 1966, alors que l’État assigne à partir de 1965 aux PTT des missions financières nouvelles, lorsque les lois Debré ouvrent le marché des particuliers aux banques et provoquent une redéfinition importante du marché de l’épargne populaire. L’intermédiation financière peut alors être appréhendée comme un moment d’inclusion bancaire dans la mesure où elle participe à ce que tous les Français aient une existence bancaire. Au sein d’une dynamique sociale d’intégration qui propose un continuum en extension, la différenciation sociale s’effectue dans le deuxième âge présenté dans l’article au travers des segmentations de clientèle conduisant les classes populaires à être progressivement délaissées par une approche bancaire de plus en plus sélective (2. Le deuxième âge de la financiarisation : la multiplication des guichets bancaires et la démarcation par le « choix » de la banque de dépôt (1966-1984)). Le troisième âge de l’intermédiation financière devient celui de la lutte contre l’exclusion bancaire de certaines franges de la population, dans le contexte de la crise de la société salariale ouverte par le développement du chômage de masse, et l’entrée en crise des compromis salariaux stabilisés au cours des décennies précédentes (Castel, 1995). Ce dernier moment est celui qui consacre à la fois le droit au compte bancaire pour tous et un rôle de banque des pauvres pour La Poste (3. Le troisième âge de la financiarisation : « lutter contre l’exclusion bancaire » ou la démarcation par le fait de se voir refuser un compte bancaire (1984-2016)). Celle-ci voit son rôle inscrit dans une action publique ciblée sur la pauvreté, redevenue visible, sinon plus substantielle quantitativement, dans le pays.

6Dans tous les cas, le registre d’action de la poste financière s’articule autour d’un registre éducatif en direction de plusieurs types de personnes (pauvres, jeunes…). Ces missions pédagogiques de la Poste peuvent d’ailleurs constituer une hypothèse expliquant le maintien de ses services financiers : à sa vocation initiale économique (développer l’épargne, diffuser des règlements par chèque…) se serait progressivement substitué un rôle d’éducation financière auprès des Français ainsi qu’un rôle de défense de l’accessibilité bancaire. En ce sens, les services financiers de la Poste, ayant donné lieu à la Banque Postale en 2006, sont d’abord le produit des rapports sociaux qui animaient le marché bancaire et que nous allons chercher à comprendre dans cet article.

Encadré 2. Présentation des sources mobilisées dans l’enquête

  • 3 Zarifian Philippe (2001), « Groupes professionnels et appartenances collectives à La Poste », Bilan (...)

Cet article s’appuie sur un travail de thèse qui a étudié la trajectoire socio-historique des services financiers de la Poste et la professionnalisation du groupe des conseillers financiers (Vezinat, 2012a). Ces derniers constituent une population à part au sein de l’ancienne administration, parce qu’ils ont longtemps été « suspectés d’être l’avant-garde de la privatisation de La Poste, ou, pour le moins, d’introduire un état d’esprit purement marchand3 », ils se dissocieraient des guichetiers, défenseurs légitimes du service public. En étant davantage soumis à la pression du marché, ils m’ont d’autant plus paru intéressants à étudier.

Ce matériau a été récolté à partir de plusieurs sources : archives, entretiens, questionnaires et observations. Je ne mobiliserai cependant ici qu’une petite partie de ces données, en majorité les archives de l’institution étudiée, qui me permettent de faire l’analyse socio-historique du triple mouvement des services financiers (développement de l’épargne, pédagogie financière, accessibilité bancaire) ayant accompagné l’évolution du marché de la banque de détail en France. Cette analyse de la Poste et de son positionnement de marché permet de comprendre comment la production progressive d’un marché différencié de la tenue de compte contribue à structurer les classes sociales. Si le point de vue de l’institution postale ne permet pas d’étudier la manière dont la position des clients sur le marché de la tenue de compte produit des effets sur leur position de classe, il permet d’identifier trois âges de l’intermédiation financière pour les PTT et de les lier avec la recomposition des classes sociales. Cela revient à appréhender le rôle des PTT en ce qu’il contribue, dans un premier temps, à la bancarisation de notre société puis à la diffusion de produits financiers et enfin, à la limitation du phénomène d’exclusion bancaire.

7Les archives dépouillées dans le cadre de cette enquête sont celles des archives du Centre des Archives Contemporaines (CAC) et du Centre d’Accueil et de Recherche des Archives Nationales (CARAN), celles du Ministère des PTT et de La Poste (conservées au Service National des Archives de La Poste), celles du Centre des Archives du ministère de l’Économie et des Finances (CAEF) et celles de syndicats comme la CGT et la CFDT.

1. Le premier âge de la financiarisation : l’enjeu de l’épargne populaire et la démarcation par le fait de posséder un compte bancaire (1881-1965)

8Les premières banques de dépôts apparaissent au xixe siècle pour collecter l’argent des ménages (Bonin, 2000). Dans ce monde fortement segmenté, si les banques mutualistes et coopératives forment déjà un secteur à part pour les banques commerciales, la présence des PTT appelle une justification spécifique. Au sujet du rôle des chèques postaux dans l’économie du pays, il était évoqué dès 1954 « l’anonymat économique » du service (Marquis, 1954). Dans ce jeu à participants multiples, les PTT doivent trouver leur place. Cette dernière repose dans un premier temps sur le développement de l’épargne populaire, qui produit deux effets différents : celui d’alimenter les caisses de l’État avec la collecte faite dans les bureaux de poste et celui d’ouvrir le marché des particuliers en offrant des comptes bancaires à l’ensemble des Français intéressés. La Poste, alors administration d’État, a participé, de concert avec d’autres services publics (en matière sociale, mais aussi de transports, d’infrastructures ou de soins), à l’extension de la présence de l’État, et a assuré, au sein d’une société restée massivement inégalitaire jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (Piketty, 2013), l’accès aux premières formes d’intégration sociale à de larges pans de la population.

1.1. Collecter l’épargne populaire pour le compte de l’État

9En considérant que « l’hétérogénéité du secteur bancaire public s’explique par le fait que […] les objectifs recherchés par l’État se sont modifiés » dans le temps (Gueslin, Lescure, 1995, p. 46), il n’est pas incompréhensible de voir coexister des établissements aux statuts très différents. Ainsi, les caisses coopératives et mutualistes émergent dans les villes et dans les campagnes pour s’adresser aux couches sociales délaissées par les banques traditionnelles (Gueslin, 1998), mais elles ne bénéficient pas d’une implantation nationale. C’est la raison pour laquelle, avec la création de la Caisse Nationale d’Épargne en 1881, un rôle économique et financier est officiellement donné aux PTT dans la collecte de l’argent des Français.

  • 4 CAC, 20000507 art.03, « Le projet des services financiers de la Poste », Le rôle pédagogique des se (...)

Le gouvernement d’alors voulait collecter l’épargne des ménages afin qu’elle serve à l’investissement et permette le développement de l’économie nationale. Il se tourna alors vers la Poste qui, seule, grâce à ses 6 000 bureaux d’alors, était capable de toucher l’ensemble de la population4.

  • 5 Larcher Gérard, Commission des Affaires économiques et du Plan, Rapport d’information no 42, « La P (...)

10Ce rôle de développement de l’épargne à assurer auprès de la population tout entière lui a été confié dès la Troisième République, parce qu’avec son réseau incomparable de bureaux de poste, les PTT étaient les seuls capables d’assurer « la réalisation d’opérations de banque, d’assurance et de perception, dans les zones les plus reculées du territoire, qui ne sont pas desservies par les banques privées5. » L’implantation régionale des banques de dépôts, qui est clairement identifiable dans leurs noms mêmes (Banque Nationale de Paris, Crédit lyonnais, Crédit du Nord, Banque de l’Union parisienne, Crédit Industriel de Normandie, Banque Régionale de l’Ouest, Société marseillaise de crédit…), positionne en effet les services financiers des PTT comme une exception par son ancrage résolument national qui permettrait - forme du service public d’alors - aux épargnants d’effectuer des retraits partout en France. À côté de ces grands établissements bancaires, il existait d’ailleurs à ce moment-là tout un ensemble de banques locales et régionales qui fondaient leur activité sur des liens de proximité géographique et sociale avec leurs clients (Lescure, Plessis, 1999). L’ancrage régional est également prégnant pour les caisses d’épargne regroupées au sein d’une fédération nationale mais dont chacune conserve une identité propre, ou encore pour le Crédit Agricole, réseau de caisses régionales organisées de manière déconcentrée (Gueslin, 1984).

11Avec la création de la Caisse Nationale d’Épargne (CNE) en 1881, la Poste se trouve chargée « d’aller chercher l’épargne de l’ouvrier, du paysan jusque dans les hameaux les plus reculés, d’aller la saisir, […], entre les mains de celui qui hésiterait entre une dépense inutile et un placement profitable » (Charban, 1991, p. 92). Elle est donc rapidement amenée à gérer une clientèle jusque-là non bancarisée (de 1,5 million de livrets ouverts en 1890 à 6 millions en 1914). À ce moment-là, les PTT constituent, par leur réseau de bureaux de poste, un organe de collecte non concurrencé qui laisse venir le client de lui-même. La distinction entre les classes sociales s’appréhende, lors de ce premier âge de la financiarisation, au regard de la possession d’un compte bancaire. Ce premier âge, qui opère une distinction entre ceux, encore rares, qui en ont un et les autres, peut être caractérisé par la création d’un socle d’intégration sociale commun conforme à l’idéal républicain. Le fait de posséder un compte en banque devient alors un des éléments qui assure une participation à certaines formes de la citoyenneté économique et sociale. Il ouvre à tous – dimension d’égalité républicaine posée dans l’égalité de traitement des usagers des PTT – la possibilité d’épargner, mettant à mal des pratiques de thésaurisation répandues. Le développement d’une politique de l’épargne qui vise « la mobilisation la plus complète possible des capitaux disponibles » (Aymard, 1960, p. 136) permet en outre d’ouvrir massivement des comptes à ceux qui le souhaitent, marquant l’ouverture d’un nouveau marché bancaire, celui des particuliers, habitués jusque-là à thésauriser leurs avoirs.

  • 6 CAC 19980498 art. 9, Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, Secrétariat d’État à (...)
  • 7 Article 20 de la loi de finances pour l’année 1965.
  • 8 Ces bénéfices sont toutefois très limités, à titre d’exemple, encore en 1989, les PTT ne conservent (...)

12Outre ce premier avantage – un réseau qui lui permet de développer l’épargne sur la totalité du territoire national et de proposer des ouvertures de comptes bancaires à l’ensemble de la population qui le désire – les PTT présentent un second intérêt pour l’État : s’agissant d’une administration d’État, elle ne dispose pas des fonds qu’elle collecte. La collecte postale a en ce sens été un élément de régulation politique des crises et de l’inflation : en tant qu’institution financière étatique, les PTT collectent des fonds à la fois au profit de l’État (les fonds des comptes chèques postaux étant versés directement au Trésor) et de circuits de financement spécifiques (les fonds de la caisse nationale d’épargne étant utilisés par la caisse des dépôts et consignations6). Même si les PTT sont dotés d’un budget annexe depuis 1923, les sommes d’argent collectées ne leur sont pas affectées en tant que ressources propres et demeurent considérées comme des fonds d’État que le Trésor – réputé être le banquier de l’État (Quenouëlle-Corre, 2000 ; Lemoine, 2016) – peut utiliser comme il le souhaite. Un changement majeur dans l’affectation des ressources intervient en 1965 quand le budget de la Caisse Nationale d’Épargne (CNE) est intégré au 1er janvier 1965 au budget annexe des PTT7 – les bénéfices de leur collecte profitent alors en partie aux PTT au lieu d’être versés complètement au Trésor8 – ce qui modifie progressivement l’intérêt de l’administration vis-à-vis de son rendement financier. Cette affectation des fonds participe à transformer l’identité sociale de la Poste. De collecteur de fonds pour l’État, elle devient gestionnaire des fonds dont elle dispose et éducateur des classes laborieuses à l’épargne.

  • 9 Service National des Archives de la Poste (SNA), Références, 2e trimestre 1984, n° 6, « La Caisse d (...)
  • 10 Alors que l’idée d’une autonomisation des services financiers postaux avait été évoquée dès 1971 pa (...)

13Le Trésor, la Caisse Nationale d’Épargne (CNE) et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) se partagent néanmoins encore majoritairement, longtemps après 1965, les sommes collectées par les PTT selon une répartition stricte : les fonds des Comptes Courants Postaux (CCP) sont reversés au Trésor pour financer la dette publique ; les sommes collectées, dans le cadre de l’épargne (pour le compte de la CNE) sont versées à la Caisse des dépôts et consignations qui les emploient essentiellement sous forme de prêts à long terme orientés vers le logement social, l’équipement des collectivités territoriales et le financement du secteur productif (financements de lignes TGV par exemple9). Même si l’autonomie postale est difficile et longue à obtenir10 face à un ministère de l’Économie et des Finances « plus soucieux de protéger les banques que de préserver les assises d’un service public financier de La Poste, qu’il ne reconnaît d’ailleurs pas » (Henry, 1997, p. 129), en desserrant le lien direct avec l’État, les PTT s’affranchissent progressivement du Trésor (Vezinat, 2012b).

14L’action de l’État s’appuie sur les expériences mutualistes développées au xixe siècle et les diffuses à des pans élargis de la population et, de même qu’en matière de protection sociale, elle n’aura qu’une portée limitée avant la période de l’après-guerre (Christen-Lécuyer, 2005). Comme nous le verrons également en évoquant le deuxième âge de la bancarisation, cette étape de renforcement de la présence de l’État et de ses institutions dans la société n’équivaut en rien à une égalisation des conditions, mais constitue bien une condition de possibilité du déploiement, sur de nouvelles bases, d’une stratification sociale où la séparation radicale des ouvriers et paysans est progressivement atténuée.

1.2. Éduquer les classes laborieuses à l’épargne : une mission de la banque d’État

15Si aujourd’hui l’espace de l’éducation financière apparaît polarisé entre des pôles antagonistes (le social d’un côté et le marchand de l’autre) et autour d’acteurs diversifiés parmi lesquels les banques privées ne semblent pas être nécessairement les plus légitimes au milieu d’associations et de services sociaux (Lazarus, 2013), ce n’est pas le cas au moment où se situe l’analyse socio-historique proposée ici, et ce pour deux raisons. D’abord parce que, lors de ce premier âge de la bancarisation, les différentes banques sont nationalisées, elles sont donc publiques et ne souffrent pas encore de procès en intéressement. Ensuite, parce que l’épargne y est promue dans le cadre d’une forme d’éducation bancaire organisée par l’État, qui passe par la diffusion et d’apprentissage de l’épargne et apparaît au départ partagée entre les différents établissements :

Depuis leur création, les caisses d’épargne ont pour but d’aider les plus démunis à lutter contre les aléas de la vie : maladie, chômage, vieillissement qui affectent leurs revenus et les empêchent de satisfaire leurs besoins élémentaires : nourriture, santé, éducation, logement… La première action des fondateurs des caisses d’épargne est ainsi d’apprendre aux personnes en situation de fragilité la prévoyance à travers l’épargne (Amouroux, 2004, p. 97).

  • 11 BO PTT 1960, 280 CCA 65, Instruction du 4 novembre 1960, Relance du service de l’épargne scolaire, (...)

16En promouvant les valeurs de l’épargne et les normes de la prévoyance, dans un contexte de modernisation et d’unification du territoire par l’inscription des différents groupes dans de grandes institutions (école, armée, etc.), l’État assume donc une mission pédagogique, classique dans ces années, « d’instituteur du social » (Ehrenberg, 1995) dont les banques doivent être le vecteur. L’épargne y est appréhendée comme un comportement à faire acquérir à l’ensemble des Français et notamment aux plus jeunes. L’épargne scolaire en particulier – développée par les caisses d’épargne à la fin du xixe siècle puis confiée, à partir des années 196011, aux PTT afin d’éduquer, toutes classes sociales confondues, les plus jeunes et leurs parents par le biais de l’école – relève également de cette mission d’éducation financière. Les bienfaits de l’épargne sont vantés comme une valeur républicaine à travers divers exercices scolaires et mis en pratique grâce à « l’épargne scolaire » qui, non seulement constitue un nouveau canal pour collecter l’argent des Français, mais aussi éduque :

[…] l’enfant devient, au milieu des siens, un puissant agent de propagation des idées de prévoyance et d’épargne. En voyant fructifier le petit livret de l’écolier, les parents se décident souvent à faire de même (Amouroux, 2004, p. 101).

17L’investissement, par la Poste, dans ces figures susceptibles de diffuser certaines pratiques d’épargne se comprend parce que les dispositions au calcul, à l’anticipation et à la projection dans le temps long, sont socialement situées. Les catégories les plus modestes vivent encore, au début du xxe siècle, « au jour la journée » pour reprendre une formule employée par les réformateurs sociaux pour désigner le rapport au temps des classes laborieuses au xixe siècle. La plus grande partie des classes salariées, essentiellement ouvrières jusqu’au tournant des années 1920 et 1930, quand des segments non-exécutants vont se détacher du salariat (Boltanski, 1982), se situe alors dans un univers social régi par le court terme. Cette orientation temporelle, qui peut intégralement se résorber sur le présent en cas de crise économique et d’épisode collectif de chômage (Lazarsfeld et al., 1982) ne sera pas fondamentalement transformée avant l’entrée de certains segments des catégories populaires dans des formes élargies de consommation à la fin de la période des Trente Glorieuses. Ce n’est qu’à cette période, quand des mécanismes de satisfaction différée des attentes se mettront en place avec la croissance économique rapide, que des dispositions calculatrices et qu’un rapport au temps étendu se diffuseront de manière large. Les inégalités objectives de classe ne concernent toutefois pas uniquement des différences économiques et de revenus (Bourdieu, 1982 ; Duvoux, 2017), une pluralité de capitaux est nécessaire pour entrer dans des formes élaborées de calcul liées au maniement des instruments financiers d’une part, et circuler dans l’offre bancaire élargie à ces derniers de l’autre. Or les classes populaires ne sont ni accoutumées, ni formées à ces pratiques qui signifient une dématérialisation de l’argent et impliquent une confiance en l’établissement bancaire (De Blic, Lazarus, 2007). Une confiance dont bénéficient les PTT au regard de l’évolution du nombre de comptes chèques postaux en exercice, qui triple en 20 ans, sur la période allant de 1945 à 1965 (Cf. graphique ci-dessous).

Figure 1. Évolution du nombre de CCP en exercice aux PTT (1945-1965)

Figure 1. Évolution du nombre de CCP en exercice aux PTT (1945-1965)

Source : données statistiques du comité pour l’histoire de la Poste (CHP)

  • 12 « Toute cette éducation, toutes ces habitudes, la Poste les donne actuellement de plus en plus tôt (...)
  • 13 CAC 19940705 art. 05, Étude préliminaire des orientations ouvertes aux services financiers de La Po (...)

18En se recentrant sur l’accompagnement d’une strate spécifique de la population, la mission d’éducation financière – qui concernait au départ toutes les classes sociales afin de développer la bancarisation des Français – a connu, après la réforme bancaire de 1966, un désintérêt des banques préoccupées, pour les commerciales, par la montée de la concurrence et, pour les mutualistes, par la banalisation du sociétariat. Le but de l’épargne scolaire se trouve alors dévolu explicitement aux PTT pendant les années 1960 afin d’habituer les jeunes à avoir de « bons » comportements bancaires12, mais également de légitimer les PTT sur leurs missions financières : en reprenant un rôle délaissé par les banques connaissant une déréglementation de leur secteur d’activité dans ce deuxième âge de la bancarisation, en se faisant le relais du discours et de préoccupations mutualistes soumis à des « conflits de la répartition de la valeur » (Garabiol, 2012, p. 148), la Poste assure le maintien de ses services au moment même où, du fait des lois Debré de 1966 puis de la crise économique de 1974, des réflexions sur l’avenir financier de la Poste sont entreprises en ne sachant pas encore si ces services doivent jouer la concurrence ou progressivement disparaître13.

2. Le deuxième âge de la financiarisation : la multiplication des guichets bancaires et la démarcation par le « choix » de la banque de dépôt (1966-1984)

19Le deuxième âge de l’intermédiation financière démarre dans la période de reconstruction de l’après-guerre pour connaître un point de bascule quand les lois Debré de 1966 ouvrent le marché des particuliers aux banques et provoquent un élargissement progressif de leur sphère d’action. Jusqu’en 1966, le monde bancaire postérieur à 1945 était largement régulé par l’État, que ce soit par les nationalisations qui ont fait passer des établissements bancaires sous son contrôle ou par le biais d’une législation stricte qui encadre les banques de dépôts d’un côté et les banques d’affaires de l’autre (les premières collectaient à leurs guichets l’épargne d’une large clientèle et les prêtaient à court terme aux entreprises, et les secondes possédaient des capitaux propres et les immobilisaient dans des prises de participation ou des prêts à long terme à l’industrie). Instruments des politiques publiques, les réseaux mutualistes sont alors déjà implantés dans le territoire pour distribuer des produits aidés (Garabiol, 2012) en tâchant de concilier les intérêts des actionnaires et ceux des sociétaires (Richez-Battesti, Gianfaldoni, 2007).

2.1. Libéralisation du monde bancaire et apogée de la bancarisation des Français

20Le démarchage des particuliers, qui consiste à se porter au-devant du client, commence à se développer du côté des banques dans les années 1950. Le Crédit Agricole notamment met en place, dès 1946, un agent « propagandiste » doté d’un vélomoteur qui parcourt les communes pour ouvrir des comptes. Dans les années 1950-1960, la mise en place d’un camion banque, en tant que nouveau moyen de prospection, amorce un renversement : le temps n’est plus à attendre le client, mais à se porter au-devant de lui (avant les autres établissements si possible). Les PTT également développent des bureaux mobiles dans de grands ensembles (Boïco, 2009 p. 43), à l’usine (Join-Lambert, 2001, p. 221), à la plage ou dans des campings lors de la saison estivale (cf. ci-dessous le bureau mobile établi dans un camping au milieu des tentes des vacanciers).

Figure 2. Un bureau mobile des PTT en 1963

Figure 2. Un bureau mobile des PTT en 1963

Source : Postes et Télécommunications, no 91, juillet 1963

  • 14 SNA, Réunion des Receveurs Conseillers Commerciaux de la région de Lyon, Autrans en Vercors, 6-8 ju (...)

21Le renversement amorcé se produit en 1966, lorsqu’en autorisant plusieurs établissements à disposer de leur collecte dès 1967 et en étendant les responsabilités des banques, quand l’administration ne pouvait disposer de sa collecte (qui était transférée directement sur un compte du Trésor), les lois Debré accentuent le décalage avec les services financiers des PTT. Les receveurs des PTT réunis en 1972 évoquent ainsi l’intérêt nouveau des banques de dépôts pour leur clientèle habituelle : « jusqu’en 1966, on peut dire que les banques n’ont pas été intéressées par la clientèle que nous recrutions14. » Cette libéralisation du monde bancaire se caractérise par une augmentation de la concurrence interbancaire et une diversification des activités bancaires. Les banques profitent de leur entière liberté d’ouverture de guichets (sans autorisation préalable du Conseil National du Crédit à partir de 1967) pour rechercher une nouvelle clientèle.

  • 15 Le monde bancaire a beaucoup évolué au cours du xxe siècle : au début du siècle, il existait 2 000 (...)
  • 16 Le développement de professions salariées a pu être interprété comme une « moyennisation » de la so (...)

22À partir de ce changement important de contexte et de règles du jeu15, les banques connaissent une phase de privatisation croissante et se lancent dans une « course aux guichets », c’est-à-dire une implantation rapide de guichets bancaires afin d’aller « chercher le client ». L’implantation de guichets ainsi que l’ouverture de comptes se font sans régulation ni contrôle, la bancarisation des ménages français se développe à un rythme très soutenu, accélérée encore par un processus de financiarisation qui lui est concomitant. Comme le montre l’évolution du taux de bancarisation des ménages sur la période allant de 1966 au début des années 2000 (cf. Tableau 1), l’enjeu n’est plus de s’affilier, par le biais de la possession d’un compte, à un socle de droits reposant sur la présence des institutions, mais de détenir une place dans un continuum de positions sociales différenciées et hiérarchisées au sein d’une constellation salariale en expansion. Le choix d’une banque de détail devient ainsi un des marqueurs d’une place dans un ensemble de groupes homogènes et hiérarchisés16. Les banques de détail s’adressent plus particulièrement à certains groupes sociaux du fait de leur implantation territoriale ou des produits proposés. Elles sont partie prenante d’une différenciation sociale qui se déploie dans un contexte de forte croissance économique et de développement de la société de consommation.

Tableau 1. Évolution du taux de bancarisation des ménages (1966-2001)

Année

1966

1967

1972

1976

1981

1984

2001

Taux de bancarisation (% des ménages français à détenir un compte)

17 %

40 %

62 %

86,5 %

91 %

92 %

99 %

Sources : Bonin, 1992 et Daniel et Simon, 2001 (pour les années 1966, 1972, 1984 et 2001), Service National des Archives de La Poste (SNA), 93/200-7, Direction Générale de la Poste (DGP), Direction de la Prospective et des Affaires Internationales, « Informations sur les prestations offertes par la DGP », Tome 2, Prestations financières, octobre 1983, p. 63 (pour les années 1967, 1976 et 1981)

  • 17 La Poste, SF.mag, La vie des centres financiers, Hors-série, « Les services financiers de La Poste (...)

23Grâce à la loi du 10 janvier 1967, la suppression du régime de l’autorisation préalable pour l’ouverture des guichets permet aux banques de développer leur réseau et intensifie la concurrence (Coupaye, 1978, p. 14). La proportion entre la Poste et les banques, favorable jusque-là aux PTT, se renverse : « alors qu’en 1965, le nombre de bureaux de poste (17 000) est largement supérieur au nombre de guichets bancaires, entre 1970 et 1975 la situation s’inverse17 ». Le nombre de guichets bancaires permanents recensés en France étaient de 11 600 en 1969, de 17 800 en 1974 et de 20 800 en 1982. Toutes les banques ne vont toutefois pas profiter de la même manière de cette « course au nombre de guichets ». Le Crédit Agricole et la Société Générale sont ceux qui, comme le montrent les tableaux ci-dessous, ont le mieux réussi à développer leurs réseaux, le Crédit Lyonnais crée, quant à lui, 700 guichets entre 1966 et 1974. Les Banques Populaires, quant à elles, comptent 1250 guichets en 1969 mais leur « implantation n’est pas très rationnelle et dépend des circonstances locales » (Albert, 2008, p. 185).

Tableau 2. Évolution du nombre de guichets du Crédit Agricole entre 1966 et 1974

Crédit Agricole

Nombre de guichets

En 1966

1 300 guichets permanents

70 guichets temporaires

En 1974

3 600 guichets permanents

5 400 guichets temporaires

Sources : SNA, 93/200-7, DGP, Direction de la Prospective et des Affaires Internationales, « Informations sur les prestations offertes par la DGP », Tome 2, Prestations financières, octobre 1983, p. 59

Tableau 3. Évolution du nombre de guichets de la Société Générale entre 1966 et 1974

Société Générale

Nombre de guichets

En 1966

802 guichets permanents

20 guichets temporaires

En 1974

1 757 guichets permanents

341 guichets temporaires

Sources : SNA, 93/200-7, DGP, Direction de la Prospective et des Affaires Internationales, « Informations sur les prestations offertes par la DGP », Tome 2, Prestations financières, octobre 1983, p. 59

24Cette multiplication des guichets apparaît en 1966 comme un enjeu stratégique pour se démarquer de ses concurrents et accroître le nombre de clients : selon Yves Grafmeyer, « chaque agence a pour mission de prospecter et de servir une clientèle qu’on va chercher de plus en plus près de son lieu de travail ou d’habitation » (Grafmeyer, 1992, p. 93, à propos des « grandes et moyennes banques de dépôts » comme le Crédit Lyonnais). Si le choix de l’implantation devient primordial pour les banques, du côté des clients, l’élévation du taux de bancarisation des ménages (Cf. Tableau 1) diminue d’autant son effet comme élément de différenciation sociale. Cela signifie que c’est bien dans la période qui suit la réforme de 1966 que s’opère la bancarisation des Français, devenue depuis lors un élément d’intégration sociale qui marginalisera ceux qui ne possèdent pas de compte. L’augmentation du nombre de chèques postaux en exercice sur la période allant de 1966 à 1989 (cf. graphique ci-dessous) montre d’ailleurs que les PTT, loin d’être délaissés subitement, continuent de jouer un rôle dans la bancarisation des Français même si ce rôle se fait moins fort que sur la période précédente en raison de la libéralisation bancaire en cours.

Figure 3. Évolution du nombre de CCP en exercice aux PTT (1966-1989)

Figure 3. Évolution du nombre de CCP en exercice aux PTT (1966-1989)

Source : données statistiques du comité pour l’histoire de la Poste (CHP)

25Puisque la possession d’un compte n’est plus un élément de différenciation pertinent, sauf avec les segments les plus en marge, la distinction sociale se recompose autour des segmentations des clientèles effectuées progressivement par les banques. Ces segmentations croisent plusieurs éléments de nature différente : à la segmentation territoriale, s’ajoute une segmentation en fonction des groupes sociaux recherchés, mais également en fonction des produits financiers mis en avant par chaque établissement bancaire.

2.2. Ciblage social des clientèles

26Les clients ne se valent pas tous, la clientèle recherchée varie selon les banques en fonction de leurs valeurs, de leur histoire et des produits proposés par chaque établissement. Avant les lois Debré, le ciblage des clientèles était clair : le Crédit Agricole ne s’adressait qu’aux agriculteurs, la Poste aux populations rurales, le Crédit Lyonnais aux urbains, les Banques Populaires aux artisans et aux PME (Petites et Moyennes Entreprises) et le Crédit Mutuel à la famille (Moulévrier, 2002, p. 98), chaque établissement bancaire pouvait ainsi développer son cœur de cible. Mais la libéralisation bancaire a brouillé cette répartition et, les marchés potentiels s’élargissant, les chevauchements se sont transformés en concurrence pour ceux qui étaient en mesure d’affronter les gros établissements bancaires.

  • 18 SNA, DGP, DSF, DSP, Service commercial, PO DG n° 42, Note du 30 mars 1972 ayant pour objet : « Orie (...)
  • 19 Larcher Gérard, Commission des Affaires économiques et du Plan, Rapport d’information no 42, « La P (...)

27Dans ce contexte, le déclin des services financiers de la Poste sur le marché de l’épargne des ménages s’explique par la transformation de l’environnement concurrentiel et notamment l’ampleur prise par les réseaux bancaires, l’impossibilité de distribuer des prêts à la consommation, la baisse du taux d’épargne des ménages, le désintérêt relatif de la clientèle pour le livret A et l’implantation non efficiente des bureaux de poste, ne correspondant plus à la manière dont s’est transformé le mode de vie des Français18. Mais puisque la desserte postale dans les campagnes était considérée comme un « instrument de l’unité nationale et du développement économique19 », les PTT servaient aux pouvoirs publics à maintenir une implantation territoriale équilibrée au plan national, quand les banques développent des structures situées régionalement qui ne s’inscrivent pas dans une stratégie de couverture nationale. La présence postale sur l’ensemble du territoire (aujourd’hui reconnue comme une de ses missions de service public) a d’ailleurs constitué l’argument opposé à ses détracteurs qui considéraient que le principe de subsidiarité du service public rempli par la Poste ne pouvait plus s’appliquer au regard de l’abondance de l’offre bancaire.

Encadré 3. Les services financiers postaux, subsidiarité à l’initiative privée défaillante ?

  • 20 Conseil d’État, 29 mars 1901, Arrêt Casanova.

Selon la jurisprudence administrative20, il existe en effet un principe de subsidiarité de l’action publique sur l’action privée défaillante réglementant la situation de concurrence d’activités privées avec un service public, qui en général est autorisé à faire concurrence à des activités privées dans le but de pallier un manque. Or, en considérant que « pour le juriste est service public un champ d’activité où l’intervention publique est reconnue nécessaire par l’État, soit pour se substituer à une initiative privée déficiente, soit pour produire le service au niveau de quantité et de qualité souhaité par la collectivité » (Stoffaës, 1995, p. 17), les services financiers postaux vont arguer de leur utilité sociale pour être reconnus comme un service public. Ils vont expliquer permettre d’une part de suppléer à l’insuffisance des banques concernant leur couverture territoriale, notamment en milieu rural (les banques s’implantant prioritairement dans les zones urbaines) et d’autre part d’éviter que les classes populaires, au sens de franges subalternes dans la division du travail comme dans l’acculturation effectuée vis-à-vis de la culture dominante (Schwartz, 1997), ne soient sorties de l’offre concurrentielle.

  • 21 SNA LP, 93/200-7, DGP, Direction de la Prospective et des Affaires Internationales, Sous-direction (...)
  • 22 SNA, Messages des PTT, N° 326, mai 1982, « Louis Mexandeau : “La tranquillité des causes fortes” », (...)

28Avec cette logique commerciale d’inclusion bancaire (ouvrir un compte au client et l’« équiper » avant qu’une banque concurrente ne le fasse), les nouveaux titulaires non expérimentés dans le domaine de la gestion d’un compte ont eu des difficultés à s’approprier les produits désormais à leur disposition. Même si toute bancarisation n’entraîne pas nécessairement une mise en difficulté des individus face aux produits bancaires (Moiso, 2015), une bancarisation rapide et ouverte à des groupes sociaux se caractérisant par une inégale distribution des dispositions calculatrices par exemple, a pu avoir pour conséquence une inflation du nombre de chèques sans provision après 1966. En 1966, sur 260 millions de chèques, 140 000 étaient « discutés » ; en 1975, sur 1,2 milliard de chèques, 1,7 million de chèques s’avèrent être « en bois21 ». Même si la proportion des chèques rejetés est relativement faible transformée en pourcentage (0,05 %), il n’en reste pas moins qu’en part relative la proportion a triplé entre 1966 et 1975, c’est-à-dire après l’engagement du monde bancaire dans le processus de libéralisation. L’interprétation à en tirer est que le suivi des nouveaux clients a peut-être été insuffisant, que la mission d’accompagnement et de formation des banques a parfois été sous-évaluée, sinon ignorée et qu’un rôle peut encore être joué dans ce domaine sous l’angle de la pédagogie et de l’accessibilité dédiée « aux petits épargnants ». C’est pour eux, qui ont « peu de moyens et la peur permanente du lendemain » que Louis Mexandeau, ministre des PTT de mai 1981 à mars 1986, propose la distribution d’un produit spécifique réservé aux ménages modestes, le livret d’épargne populaire (LEP), en expliquant « qu’une masse non négligeable d’épargne reste encore improductive faute de trouver un placement, ou plutôt un accueil, qui en garantisse le pouvoir d’achat. [Le livret d’épargne populaire vise] à modifier profondément l’attitude d’un grand nombre de gens et à les amener à fournir à la collectivité nationale les moyens de son développement sans être pour autant privés de la jouissance entière de leurs revenus22»

29Si la cible de clientèle n’est pas la même pour tous les établissements bancaires, un groupe social – qui demeure bienvenue aux PTT (le livret d’épargne « populaire » en est la preuve puisque son ouverture est soumise à un plafond de revenus limités) – apparaît progressivement moins souhaitable que les autres. Si la libéralisation bancaire produit une distinction par le choix de la banque de dépôt, elle entraîne également des effets de part et d’autre du guichet : du côté du banquier, des registres différents dans l’interaction avec le client produisent une distinction par le traitement reçu au guichet (Lazarus, 2012), par les produits financiers proposés comme le type de crédit octroyé (Ducourant, 2009) ; du côté du client, des stratégies de multi-bancarisation peuvent, dans certains cas, permettre à des personnes en difficulté financière d’essayer d’éviter les saisies (Lacan, 2013). La démarcation des classes sociales se fait donc également, dans ce deuxième âge, par l’accroissement des difficultés d’usage des produits bancaires qui se multiplient en entraînant des fichages de clients, des rejets de chèques et des retraits de moyens de paiement dans un monde où, paradoxalement, ils se généralisent.

2.3. Développement de la financiarisation par l’usage accru des produits financiers

30Une fois la majorité des Français équipée d’un compte courant et d’un compte d’épargne, la conquête du marché des particuliers connaît un ralentissement. Cette saturation du marché de l’épargne en stagnation depuis la fin des années 1970 implique un renouvellement de l’offre bancaire. Pour vendre encore à une clientèle multibancarisée, les banques de réseaux structurent leur gamme de produits financiers en enrichissant leur offre avec des produits plus nombreux et complexes. Les années 1970-1980 sont en effet marquées par une profusion de nouveaux produits financiers et leur diffusion, y compris auprès des individus pauvres ou précaires. La financiarisation, qui les conduit progressivement à ne plus emprunter ou « épargner sans la banque » (Dia, Lacan, 2015, p. 65), intervient dans ce contexte d’évolution et d’enrichissement de la gamme de produits financiers proposés par les banques dans le but d’accroître ou de fidéliser leurs clientèles. Cependant, cette offre ne tient pas compte des économies multi-situées comme c’est le cas dans nombre d’économies domestiques plus complexes et non réductibles au seul rapport bancaire (Lacan, 2009 ; Mader, 2015). Dans ce contexte concurrentiel, les PTT cherchent généralement à limiter leurs pertes de marché mais ils sortent également parfois vainqueurs de ces disputes de « territoires » nouveaux (Abbott, 1998). Une analyse en termes de forme de régulation sectorielle peut donc être faite pour expliquer à la fois l’hétérogénéité et la concurrence des banques et leur positionnement concurrentiel distinctif les unes par rapport aux autres. Avant la loi de 1984, les PTT – tout comme les réseaux coopératifs – n’entrent pas dans le champ des banques commerciales qui sont au contact « d’une clientèle plutôt aisée et disposée à la finance, au crédit, à l’investissement et sont peu enclines à la prise en charge d’une clientèle moins fortunée et plus proche des logiques de l’économie domestique (petits épargnants) » (Moulévrier, 2012, p. 29).

  • 23 Une loi du 20 janvier 2000 a transformé les Caisses d’épargne en une banque mutualiste quand La Pos (...)
  • 24 CARAN, F90 21 106, Prélèvement automatique de quittances d’EDF/GDF sur les livrets de Caisse Nation (...)
  • 25 Loi n° 66-935 du 17 décembre 1966 de finances pour 1967.
  • 26 Une note d’Yvan Cabanne, le Secrétaire Général des PTT, pour le Directeur des Services financiers d (...)
  • 27 SNA LP, 93/200-7, DGP, Direction de la Prospective et des Affaires Internationales, Sous-direction (...)
  • 28 Postes et Télécommunications, no 136, avril 1967, « Du nouveau à la Caisse nationale d’épargne », p (...)
  • 29 En 1970, l’âge de la majorité est fixé à 21 ans. Il est rabaissé en 1974 à 18 ans par le Président (...)
  • 30 CAEF, Z 17 202, Position Jean Yves HABERER, Directeur du Trésor, dans une note pour le Ministre, 13 (...)

31La complexification des produits financiers au sein des PTT peut être rattachée à une forme de positionnement dynamique et actif sur le marché de la banque de réseau (visant à concurrencer les autres établissements de dépôts, le Crédit Agricole et les Caisses d’épargne surtout23). Elle a conduit à l’essor de certains produits qui ont affecté les clients, en particulier les plus démunis. En 1966, la Poste transforme son livret d’épargne postal en livret A (en l’accompagnant d’un livret B) et crée sa première SICAV, le « Livret Portefeuille », en 1967, comme les Banques Populaires et les Caisses d’Épargne. Si les PTT sont plus rapides que le Crédit Agricole sur les SICAV ils le sont beaucoup moins cette même année, concernant la mise en place de prélèvements bancaires, service qu’« il n’a pas paru possible [de dissocier en tant que] facilité de la gamme des nouvelles possibilités offertes aux épargnants, sous peine d’inciter nos propres déposants à en rechercher ailleurs le bénéfice et de donner, par là même, aux Institutions concurrentes, un argument de contre-propagande qu’elles n’auraient pas manqué d’exploiter24. » La portabilité des créances (EDF, Assurances, Eaux, HLM, etc.)25 entraîne la suppression des réseaux d’encaisseurs existant préalablement et amorce, dès 1967, le début d’une lutte entre établissements bancaires pour domicilier ces créances par l’intermédiaire de prélèvements. Bien que ne croyant guère au départ à l’intérêt de ce service26, les PTT détiennent, au début des années 1980, une part importante de ce marché27. Cette même année, est mis également en place le virement direct des pensions et retraites sur les livrets de CNE28. Le Plan d’Épargne-logement est ensuite instauré en 1969 et, en 1970, les PTT obtiennent l’ouverture de CCP aux mineurs non émancipés âgés de plus de 18 ans29, ce dernier produit leur permettant de toucher une clientèle jeune dans un but de fidélisation et de poursuivre les efforts entrepris dans le cadre de l’épargne scolaire. Les PTT sont également présents sur les questions de diffusion de carte bancaire. En 1975, ils mettent en service leur première carte magnétique : « une carte de retrait d’espèces 24 heures/24 ». À partir de 1983, les cartes bleues de la Poste assurent des fonctions de retrait, de paiement, de crédit. En 1984, La Poste, déjà membre du Groupement Carte Bleue et membre de Visa International, adhère au Groupement d’Intérêt Économique (GIE) Carte Bancaire. La présence postale au sein de ce GIE cherchant à mettre en place une interbancarité et de l’interopérabilité est cruciale pour permettre à la monétique de se développer via un réseau de distribution dense et national. Cette dynamique de diffusion de la carte bleue se fait pour les PTT dans un double contexte de concurrence avec le réseau « carte verte », mis en place par le Crédit Agricole notamment, et d’hostilité à l’extension des prêts par le Trésor qui est contre l’adhésion des PTT au GIE Carte bleu car il considère que la carte bleue « n’est qu’une forme particulièrement expéditive de crédit30 ».

  • 31 CAC, 20000507 art.03, « Le projet des services financiers de la Poste », in Le rôle pédagogique des (...)

32Les années 1980 sont également celles de l’épargne à moyen et long terme : des produits plus récents parmi lesquels des Sicav et des Fonds communs de placement (FCP) ou encore des produits issus de l’actionnariat populaire sont à la disposition de la clientèle postale31. L’usage des produits financiers se répand donc progressivement en se faisant de moins en moins facultatif et renvoie à l’idée d’une « financiarisation de la vie quotidienne » (Martin, 2002 ; Lazarus, Luzzi, 2015) à laquelle les PTT ont participé : ainsi la loi du 19 janvier 1978 instaure la mensualisation des salaires (article 143-2 du Code du travail) et rend obligatoire de les verser sur un compte bancaire. Cette domiciliation des salaires, accompagnée de la suppression progressive des paiements hebdomadaires ou à la quinzaine, favorise encore la bancarisation croissante des familles françaises et amène le conseiller financier de la Poste à gérer ces comptes mais aussi à initier les ménages français à la gestion de leur argent sur tout un mois et non plus sur une semaine, comme il en était d’usage auparavant. Cette généralisation de l’usage des produits financiers contribue à la diffusion de dispositions à se projeter dans le temps long jusque dans des segments populaires (Schwartz, 1997). Elle a été rendue possible par la fréquentation de l’école sur des périodes plus longues et pour des parties croissantes de la population après l’explosion scolaire connue par les cohortes des enfants nés dans les années 1940. Il n’en reste pas moins que cette diffusion de dispositions calculatrices ne renvoie en aucun cas à une égalisation. L’inégale répartition d’une disposition à se projeter dans le temps long, et à calculer, se maintient, même si ses formes changent. Elle reste aujourd’hui structurante des différences entre les groupes sociaux et à l’intérieur de ceux-ci (Perrin-Heredia, 2009). Ces différenciations internes aux classes populaires ne se manifesteront cependant pleinement que quand le ralentissement de la croissance aura frappé leurs segments les moins qualifiés et les plus fragiles.

  • 32 CAC, 20000507 art.03, « Le projet des services financiers de la Poste », in Le rôle pédagogique des (...)
  • 33 CAC 19980498 art. 11, Note de service du 20 juillet 1989 sur « La politique de développement des pr (...)

33En banalisant des produits et services financiers, la Direction des services financiers estime, en 1987, que la Poste joue un rôle d’« école de l’économie » dans le sens où « elle a mis à la portée du plus grand nombre des produits jusque-là réservés à une élite et rendu, par là même, de grands services à l’économie32 ». Néanmoins, et de manière concomitante, à partir de 1978, la Poste commence à prendre conscience de ses faiblesses et à infléchir sa politique commerciale pour se positionner sur les marchés porteurs. Peu à peu, au cours des années 1980, des notes de service favorisent clairement certains produits plutôt que d’autres avec des typologies telles que « produits à développer en priorité », « produits à développer et/ou à conseiller », « produits à ne pas développer et à ne pas conseiller33 ». Le souci de la rentabilité émerge donc progressivement au sein des PTT ce qui pose la question de son rapport à ses différentes clientèles.

34Certains groupes sociaux étant recherchés dans les établissements bancaires quand d’autres sont évités (les foyers les plus modestes, les sans-papiers, les interdits bancaires, etc.), la barrière de l’accès bancaire se trouve alors posée avec de plus en plus de force et conduit l’État à légiférer sur cette question. La loi de 1984 est venue en effet consacrer la rationalisation du secteur bancaire français en instaurant un cadre juridique commun à l’ensemble du monde bancaire sauf pour quelques cas particuliers qui restent en dehors du champ d’application de cette loi : le Trésor, la Banque de France, la Caisse des dépôts et consignations ou encore les services financiers de la Poste.

3. Le troisième âge de la financiarisation : « lutter contre l’exclusion bancaire » ou la démarcation par le fait de se voir refuser un compte bancaire (1984-2016)

  • 34 « Les exclus bancaires ne sont donc pas seulement les personnes qui n’ont pas de compte en banque, (...)

35La dynamique d’expansion économique et de différenciation sociale à l’œuvre au cours des décennies 1960 et 1970 a subi un coup d’arrêt à partir du ralentissement de la croissance concomitant aux chocs pétroliers. L’augmentation du chômage et le développement de la pauvreté comme un problème social massif et comme une catégorie d’action publique, avec toute l’ambiguïté inhérente à ce ciblage qui délimite un périmètre réduit d’intervention de l’État (Duvoux, 2012), introduisent un nouveau principe de différenciation sociale, venant brouiller la représentation du monde social comme structuré autour de classes homogènes et hiérarchisées (Boltanski, 2014). Cette évolution a souvent été interprétée comme un retour à la période ayant précédé le développement de l’État social. Pourtant, l’accompagnement des pauvres du xixe siècle et du début du xxe siècle a laissé la place, à la fin du xxe et au xxie siècle, à un ensemble d’interventions parmi lesquelles s’inscrit la lutte contre l’exclusion bancaire. Le décloisonnement de la concurrence permis grâce aux lois Debré a changé considérablement la donne, mais il n’a cependant pas rendu la concurrence totale : un certain nombre d’établissements financiers publics (caisses d’épargne, chèques postaux, banques coopératives comme le Crédit Agricole et banques mutualistes comme le Crédit mutuel) bénéficient encore d’un traitement de faveur dénoncé par les associations représentant les banques commerciales (Association Française des Banques et Fédération Bancaire Française). Dans ce contexte d’exception tolérée, le troisième âge de la financiarisation correspond à celui de la lutte contre l’exclusion bancaire de certaines franges de la population34.

3.1. Le droit au compte pour résoudre les difficultés d’accessibilité bancaire ?

36En tant que celle-ci constitue une composante de la stratification sociale, le sens de l’expression « bancarisation » s’est inversé au xxe siècle : alors que, dans le premier âge de l’intermédiation financière, les épargnants étaient peu nombreux et que la possession d’un compte bancaire relevait de la distinction positive, dans le troisième âge, qui fait suite à la massification de l’accès aux comptes permise par les lois Debré, ne pas avoir d’existence bancaire relève de l’exception, de l’anormal et du handicap social dans la mesure où l’absence de compte empêche de travailler, de consommer comme d’être rémunéré. Les produits et services financiers (prélèvement des factures, domiciliation des salaires, versement des aides sociales, usage banalisé de la carte bancaire…) s’étant généralisés pendant le deuxième âge de la financiarisation, en même temps (et peut-être paradoxalement) que les ciblages et segmentations de la clientèle, certains groupes sociaux se sont vus empêchés d’accéder soit à des comptes bancaires, soit à certains produits spécifiques.

  • 35 « Réussir à utiliser les supports financiers nécessite d’avoir passé les épreuves de l’espace socia (...)

37L’État, ayant perdu le contrôle sur les banques privatisées, a dû légiférer pour limiter ce phénomène d’exclusion bancaire et obliger les banques à ne pas refuser d’ouvrir un compte aux populations les plus fragiles. Une loi de 1984 institue dans un premier temps un « droit au compte » complété, en 1998, d’un service bancaire de base dont le but est d’assurer à toute personne l’accès gratuit aux services bancaires essentiels. L’article 58 de la loi du 24 janvier 1984 pose le premier le droit à une existence bancaire, en prévoyant que toute personne qui ne possède aucun compte peut, après s’être vue refuser l’ouverture d’un compte de dépôt par plusieurs établissements de crédit, demander à la Banque de France de lui désigner un établissement, lequel peut toutefois limiter ses services aux opérations de caisse, c’est-à-dire aux versements et aux retraits de fonds. La loi de lutte contre les exclusions de 1998 (dans son article 137, devenu article L 312-1 du code monétaire et financier) affine la procédure en stipulant que « toute personne physique résidant en France, dépourvue d’un compte de dépôt, a droit à l’ouverture d’un tel compte dans l’établissement de crédit de son choix ou auprès des services financiers de La Poste ou du Trésor public ». Elle précise également que le droit au compte s’applique aux interdits bancaires. Cependant, l’accessibilité bancaire n’est pas effective après la loi de 1998. Une charte d’accessibilité bancaire est alors mise en place à compter du 1er janvier 2009. Si elle n’interdit pas à un établissement bancaire de refuser l’ouverture d’un compte, elle organise la procédure d’intervention de la Banque de France. Concrètement, cela signifie que, malgré ces textes, les pratiques des banques, d’une part, sont restées très sélectives (en s’adressant à certains groupes sociaux seulement) et que, d’autre part, elles favorisent l’auto-exclusion des clients indésirables (en facturant davantage les services consommés par les populations les plus vulnérables comme les retraits au guichet35). Si le droit au compte souffre d’un non-recours important de la part d’individus qui ne s’adressent pas à la Banque de France, pour Georges Gloukoviezoff, ce non-recours peut en partie être expliqué par le fait que La Poste remplisse déjà cette mission d’accessibilité bancaire (Gloukoviezoff, 2005, p. 204).

38L’enjeu, pour les foyers les plus modestes, est de trouver un organisme qui ne les refuse pas comme clients. Les banques, qui ne respectent pas systématiquement le droit au compte et refusent les individus qu’elles considèrent non suffisamment rentables, les renvoient vers La Poste. Ces personnes étant souvent dépourvues de capital social et de ressources scolaires, elles se rendent alors – soit spontanément, soit à l’’invitation des banques – à la Banque Postale, connue pour assurer cette mission d’accessibilité bancaire, ce qui tend à renforcer son image de « banque des pauvres ». Lors de notre enquête de terrain, il est en effet apparu qu’entre le refus humiliant qu’il faut contester devant la Banque de France et le fait de se rendre tout de suite à la Banque Postale, le choix semble rapide, surtout si le résultat est identique : selon certains témoignages informels de clients livrés aux conseillers financiers de la Poste, certaines banques n’hésiteraient pas à dire aux personnes à qui elles refusaient d’ouvrir un compte que la Banque de France allait de toute façon les envoyer à la Poste, et qu’elles économiseraient donc une démarche en s’y rendant directement, ce qu’elles font en général. Ce discours, qui présente La Poste comme une institution financière qui ne se permet pas – ou moins que les autres en tout cas – de se poser en « juge » (Lazarus, 2012) des exclus et constitue le dernier échelon avant toute éviction bancaire, tend à entériner son image de « banque des pauvres ».

39La Poste ne s’est toutefois jamais revendiquée comme la « banque des pauvres ». Mais elle n’a pas non plus mis en place de procédures discriminantes visant à les empêcher de faire partie de sa clientèle financière. En offrant « les pratiques de sélection les plus faibles » (Gloukoviezoff, 2005, p. 204), elle présente le degré d’ouverture aux clientèles modestes le plus élevé et ces pratiques, moins discriminantes que les autres, suffisent à la placer en décalage avec les autres établissements bancaires qui instaurent un ciblage plus fort de la clientèle. La bancarisation n’étant plus ce qui distingue les classes sociales puisque l’accès aux produits et services bancaires s’est généralisé, l’élément distinctif se déplace alors vers l’usage des services bancaires et le service après-vente que nécessite le placement des produits pour la banque. Or cet usage dépend pour beaucoup de la classe sociale à laquelle appartient la clientèle.

3.2. La Poste « banque des pauvres » : stigmatisation ou singularité positive ?

40La Poste ne se positionne jamais uniquement sur le segment des plus pauvres, elle se veut au contraire égalitariste. Mais quand les autres établissements bancaires ne s’adressent plus à tous, elle devient de fait, par le maintien d’une position égalitariste, la banque des pauvres. L’organisation postale s’est donc demandé pendant un moment si cette accessibilité bancaire coûteuse, puisque majoritairement renvoyée sur elle par ses concurrents, ne pourrait pas être rétribuée par l’État. Cette posture spécifique découle directement des lois de 1966 et de l’ouverture de la concurrence bancaire qui ont conduit les établissements bancaires à repositionner respectivement leurs identités sociales. Cette recomposition globale de l’espace financier et du rôle joué par l’État dans celle-ci engage la Poste à se questionner sur ses missions et sa stratégie. Un rapport de l’inspection générale des PTT interroge en 1994 la mission sociale de la Poste financière :

  • 36 Ministère de l’Industrie, des Postes et Télécommunications et du Commerces Extérieur, Inspection gé (...)

Ainsi, le problème est-il posé : La Poste a-t-elle une mission sociale particulière en matière de services financiers à l’égard des populations les plus démunies et l’État a-t-il, de ce fait, un devoir d’assistance financière envers La Poste ?36

41Le fait, dans les années 1990, que la Poste conserve dans ses profils financiers la catégorie des profils « modestes » (cf. Tableau 4) tout en s’intéressant également aux profils « aisés » montre qu’une visée universaliste prédomine encore à ce moment-là et que la mission sociale d’accessibilité bancaire qui lui a été dévolue par la suite ne se faisait pas ressentir avec autant de force que ces dernières années.

Tableau 4. Typologie de la clientèle postale

Revenus mensuels nets du ménage (en francs)

Surface financière totale (total épargne/placements Poste et concurrence + somme(s) en attente sur compte(s)-chèques)

Profil financier

- de 10 000 F

- de 35 000 F

Modestes

35 000 F – 150 000 F

Moyens

de 150 000 F

Aisés

10 000 F – 25 000 F

- de 150 000 F

Moyens

de 150 000 F

Aisés

de 25 000 F

Quelle que soit la surface

Aisés

Source : Mémo-vente ATP le training, Épargne Placements, La Poste, sans date, après 1991

42La segmentation de la clientèle consiste en un découpage en types de clientèles pour créer des typologies de clients censées rendre les produits financiers plus faciles à cibler et à vendre (Courpasson, 2000). Elle contribue à mettre à distance les clients et entraîne une reconfiguration du rapport à ces derniers en favorisant la rencontre physique avec les clients les plus « intéressants », exposés à une « superinclusion » bancaire (De Blic, Lazarus, 2007, p. 67), et en renvoyant vers d’autres canaux les clientèles populaires soumises à un risque d’exclusion. Les difficultés d’usage semblent d’ailleurs d’autant plus fortes que les segmentations de clientèle effectuées par les banques conduisent les classes populaires à être délaissées par des approches de plus en plus sélectives, celles-là mêmes que La Poste utilise à partir de 1997 mais pas avec l’objectif d’évincer une partie de sa clientèle. Si les liens entretenus avec leur banque affectent la position sociale des individus et que certaines banques se centrent sur certains profils de clientèle, la Poste cherche encore à envisager tous les cas de figure.

Encadré 4. Segmentation postale des clientèles : envisager tous les cas de figure

Le logiciel Alice (logiciel de segmentation de la clientèle) qui a été mis en place en 1997 (De La Burgade, 2006, p. 118) et a découpé les clients des services financiers de la Poste en familles de profils proches permet de voir que la Poste cherche à appréhender tous les types de relations clients-conseillers financiers en fonction des « familles », des « profils », de la « mesure de l’activité » ou encore du « niveau de relation » des clients. La segmentation des clients s’opère selon les « familles » (nouveaux, jeunes étudiants, distanciés, gestion de trésorerie, équipement, argent au quotidien, optimisation du patrimoine, banque secondaire placement, etc.) et « profils » de clients qui correspondent à des niveaux d’âge organisés en cycle de vie. Il existe quatre profils de clients : la jeunesse : 16-29 ans (pour un début de bancarisation), la maturité : 30-55 ans (pour la poursuite de l’équipement et la constitution du patrimoine), la retraite : 56 ans et plus (pour la gestion et la transmission du patrimoine) et le grand âge (pour le souci de transmission du patrimoine). Puis, le logiciel affine la connaissance du client grâce aux indicateurs de « mesure de l’activité des clients » et de « niveaux de relation » (A : Apprendre la Banque Postale, B : Bâtir la relation, D : Développer le potentiel, E : Expertise du conseil, F : Gestion de la fortune). À l’issue de ce profilage multi-niveaux, les clients sont classés en catégories de clients (A pour les clients distanciés à faible potentiel, D pour les clients haut de gamme à fort potentiel, souvent multibancarisés).

43Face à l’inadaptation des modalités d’accompagnement budgétaire, les ménages les plus pauvres connaissent un « désajustement stigmatisant » (Perrin-Heredia, 2014, p. 34) qui crée un lien entre des pratiques bancaires délégitimées et les clientèles connaissant des difficultés économiques, les revenus disponibles les plus faibles étant paradoxalement ceux qui sont soumis aux frais occasionnés pour gestion de compte les plus importants (Caplovitz, 1963).

44La mission pédagogique déployée auprès de la population française a été tellement délaissée par les établissements bancaires37 que d’autres acteurs ont investi le champ de l’éducation financière (associations et travailleurs sociaux notamment) sans pour autant complètement résoudre les difficultés d’usage des produits financiers (Perrin-Heredia, 2009 ; Lazarus, 2013). Cette présence semblant cependant insuffisante pour réguler le problème de l’exclusion bancaire, la mission d’accessibilité bancaire de la Poste a été reconnue comme une mission de service public qui consiste à « mener des actions d’information et de sensibilisation pour permettre aux personnes en situation de fragilité financière d’accéder à des produits et services adaptés38 ».

45Un éloignement des banques des préoccupations d’accompagnement a permis à la Poste de se positionner sur cette mission sociale. En permettre l’accès et apprendre à l’ensemble de la population à gérer ses comptes a constitué (et constitue d’ailleurs toujours aujourd’hui) la raison pour laquelle les services financiers des PTT justifient le maintien de leur présence sur ce champ concurrentiel et marchand. L’apprentissage de la gestion de l’argent auprès de la population française constitue une clé d’interprétation : il justifie le développement des services financiers postaux, d’une mission d’utilité sociale qui peut être défendue auprès de l’État et des instances de tutelle et permet également de se démarquer des concurrentes.

3.3. Stratégies de niches de la Banque Postale pour concilier les différents types de clientèles

46L’identité sociale des services financiers des PTT se transforme une nouvelle fois quand leur dimension bancaire est reconnue en 2006. La Poste, par le contrat de plan signé avec l’État, ainsi que par la loi de modernisation de l’économie votée par le Parlement le 23 juillet 2008, se voit une nouvelle fois dévolue cette mission de service public d’accessibilité bancaire.

  • 39 Forum Mag, no 236, mars 2009, p. 14

L’inscription dans la loi de cette mission de service public et le fait que la Banque Postale soit rémunérée spécifiquement pour l’assurer renforcent le rôle essentiel que cette dernière joue après des personnes les plus démunies financièrement39.

  • 40 Forum l’information, n° 219, juin-juillet 2007, p. 10

47La Banque Postale a ainsi développé, dès sa création, des produits financiers « sociaux » qui accentuent son rôle de « banque des pauvres ». Le Comité des Établissements de Crédit et des Entreprises d’Investissement (CECEI) a permis la commercialisation de microcrédits « sociaux », offre différente du microcrédit professionnel, destiné aux micro-entrepreneurs : « Le principe ? Le bénéficiaire est toujours accompagné pour la demande et l’obtention de son prêt par une association impliquée dans la lutte contre l’exclusion sociale40. » Depuis le 30 mars 2007, la Banque Postale est autorisée à distribuer des microcrédits afin de soutenir les projets individuels de personnes jusqu’à présent exclues du crédit bancaire :

  • 41 Forum Mag, no 236, mars 2009, p. 18

Plus récemment, en multipliant les partenariats avec les acteurs de l’action sociale, la Banque Postale s’est lancée dans la distribution du microcrédit personnel. Ces prêts d’un montant de 300 à 3 000 euros, accordés à des personnes exclues du crédit bancaire classique du fait de leur faible solvabilité, sont destinés à financer un projet personnel permettant au client de redémarrer et de faciliter sa réinsertion. Ils sont actuellement proposés dans douze régions en partenariat avec des acteurs locaux (Union départementale des associations familiales, missions locales, etc.)41.

  • 42 Forum, l’information, 2008, janvier, no 224, p. 7

48Par ailleurs, en septembre 2007, la Banque Postale a annoncé son entrée progressive au capital de CMP-Banque, filiale du Crédit Municipal de Paris : « Deux entreprises qui partagent des missions et des valeurs communes en matière de lutte contre l’exclusion42. »

  • 43 Forum Mag, no 236, mars 2009, p. 14
  • 44 Le RSA a été voté le 1er décembre 2008 et généralisé le 1er juin 2009.
  • 45 Forum Mag, no 236, mars 2009, p. 15
  • 46 L’usage de traducteurs est ancien aux PTT puisque les agents concernés recevaient une prime de lang (...)
  • 47 Forum Mag, no 236, mars 2009, p. 19
  • 48 Source : ANLCI-2005
  • 49  La Banque Postale « est la 3e banque de détail française au regard du PNB réalisé en France. Elle (...)

49En 2009, la Banque Postale était la banque de près d’un allocataire social sur deux43, et 30 à 50 % des bénéficiaires du RMI (remplacé par le RSA44) étaient, le pourcentage varie selon les régions, clients de la Banque Postale et faisaient verser leurs allocations sur un compte CCP ou sur un livret A45. Parmi les clientèles en situation de fragilité, présentes à la Poste en forte proportion, il y a les bénéficiaires de minima sociaux, les demandeurs d’asile et réfugiés, les personnes âgées, les handicapés et mis sous tutelle et enfin les cas particuliers tels que les SDF, les gens du voyage… Selon la Poste, plusieurs de ces catégories se cumulent d’ailleurs entre elles et constituent une part non négligeable de la clientèle financière postale. L’organisation et son personnel doivent alors faire de leur mieux pour aider ces populations, en mettant en place des traducteurs pour les non-francophones46, en aidant ou en remplissant les documents des personnes illettrées… « S’il n’appartient pas à La Poste d’apprendre à lire ou à compter à ses clients, l’Enseigne et la Banque Postale considèrent néanmoins qu’elles ont un rôle à jouer en s’appuyant sur des acteurs sociaux et en les soutenant dans leurs actions d’insertion47. » Loin de représenter une frange marginale de la population, puisque, encore en 2005, 9 % de la population française était illettrée ou analphabète48, le rôle éducatif de La Poste mis en avant grâce à sa mission d’accessibilité bancaire permet de se positionner sur le marché d’une relation bancaire moins exclusivement marchande. En cela, il constitue la justification idéale, auprès de l’État mais également des associations de consommateurs, et du public en général, de l’utilité sociale des services financiers, laquelle est réaffirmée dans chaque contrat de plan signé avec l’État, ou contrat d’entreprise depuis que La Poste est devenue une société anonyme en 2010. Cette présentation de soi de La Poste permet de renforcer son activité bancaire – le produit net bancaire (PNB) de la Banque Postale a augmenté en moyenne de 2 % par an depuis 2009 quand celui des six premiers groupes bancaires français49 n’a augmenté que de 1,6 % en moyenne annuelle entre 2010 et 2014 (Cour des comptes, 2016) – et de convaincre, en interne comme en externe, de la nécessité de son développement. Distributeur historique du livret A, la banque postale se caractérise « par une abondance de liquidités, qui l’ont aidée à résister à la crise financière » (Cour des comptes, 2016, p. 29), une progression régulière du nombre de clients actifs (à 10,8 millions en 2015) et des encours de prêts et créances qui ont doublé entre 2009 et 2015.

  • 50 Communiqué de presse, 27 février 2017, Résultats et activités 2016 du groupe La Banque Postale.

50En proposant à ses clients de nouveaux produits comme du crédit à la consommation avec la Société générale en 2010, de l’assurance-dommage avec Groupama, du crédit aux personnes morales (sans partenaire extérieur) à partir de 2011 ou des activités de gestion d’actifs et d’assurance avec CNP Assurances, la Banque Postale qui, encore au moment du dernier rapport de la Cour des comptes, « dispose de plus de dépôts qu’elle n’accorde de crédits » (Cour des comptes, 2016, p. 91), développe une stratégie de diversification. L’évolution des comptes de dépôts (cf. tableau N° 5 ci-dessous) sur la période 2010 à 2015 donne en effet à voir une diminution des dépôts sur les livrets d’épargne populaire (LEP) quand des stratégies de niches semblent confirmer une hausse de la production des crédits aux personnes morales (+25,9 %), une hausse des crédits à la consommation (+5,5 %) et une hausse du portefeuille de contrats de filiales d’assurance de 5,5 % sur les résultats de l’activité 2016 de la Banque Postale50.

Tableau 5. Évolution des montants des comptes de dépôts (en millions d’euros)

Dettes envers la clientèle

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Comptes d’épargne à régime spécial

101 862

105 925

111 414

113 866

112 974

112 408

Dont livret A

54 692

56 990

61 756

64 314

62 696

60 177

Dont LEP

10 468

9 785

9 375

8 691

8 095

7 396

Source : Cour des comptes, 2016, p. 193

51Cette diversification est importante car, si la Banque Postale a vu sa mission d’accessibilité bancaire reconnue et définie par la loi, cette mission de service public n’est cependant pas intégralement compensée, ce qui signifie que le coût restant à la charge de la Poste augmente progressivement. Ainsi pour la seule mission « accessibilité bancaire », le montant global des compensations versées à La Poste au titre de cette mission de service public a décru de 13 % entre 2010 et 2015 (Cour des comptes, 2016, p. 64). Ce principe de dégressivité correspond à l’entrée en vigueur, le 31 janvier 2012, d’un encadrement européen des compensations de service public. Il produit donc une augmentation croissante du reste à charge pour la Poste : la mission d’accessibilité bancaire avant compensation par l’État laissait ainsi apparaître un déficit de 314 millions d’euros en 2014 (ramené à 72 millions après le versement des compensations pour 2014), 535 millions en 2015. Un arrêté du 26 février 2015 prévoit que les montants de compensation prévus au titre de la mission d’accessibilité bancaire décroissent d’ailleurs progressivement (de -36 %) entre 2015 et 2020 afin d’inciter l’entreprise à gagner en efficience (Cour des comptes, 2016, p. 67). Le devenir de cette mission au-delà de 2020 n’est pas tranché mais incite le groupe à la consolidation de sa présence sur d’autres marchés que celui, historique, de l’épargne populaire.

Conclusion

52Au travers de l’analyse de ces trois moments historiques, cet article a cherché à saisir la manière dont La Poste, en touchant une population particulière qui n’aurait pas eu accès au secteur bancaire sans elle, a joué un rôle dans l’évolution du contour des classes sociales au regard du niveau de bancarisation des Français et du degré d’intérêt des autres banques. Les actions en faveur de l’épargne ont cependant peu à peu été présentées comme un accompagnement des plus pauvres dans un but de structuration du monde social (visant à propager auprès des moins favorisés et des « indigents » des idées de prévoyance et d’épargne, puis à permettre l’accès de tous à des produits et services bancaires adaptés à leur situation). Les lois de 1966, en libéralisant les ouvertures de guichets – qui se sont multipliés –, ont conduit au déclin des petites banques locales (Coupaye, 1978), à la diminution du nombre des établissements bancaires mais également à une remise en cause de l’activité financière postale. Les PTT ont donc dû justifier l’utilité de leur activité. Et, avec la représentation de « banque des pauvres » qui l’entoure sans qu’elle ait vraiment besoin de communiquer à ce propos, La Poste évolue dans un contexte de concurrence où elle se singularise grâce à son rôle de facilitateur de l’accès à un compte bancaire des populations vulnérables.

53La financiarisation des services bancaires s’est certes traduite par une massification des utilisateurs de comptes bancaires, mais pas nécessairement par leur démocratisation. La différenciation qui s’opère selon les réseaux bancaires, en faisant apparaître une surreprésentation des allocataires de minima sociaux à La Poste, ne permet toutefois pas d’interroger les pratiques bancaires à l’œuvre dans les autres établissements (Gloukoviezoff, 2004, p. 32). La reconnaissance de la Poste comme banque des pauvres ne peut-elle pas enfin présenter l’effet pervers d’entériner le fait que les banques ne respectent pas le droit au compte ? Cette recomposition de « banque des pauvres », qui sert à pallier le non-respect du droit au compte, empêche les autres établissements bancaires de prendre leurs responsabilités. Mais, sans se traduire dans les faits par une politique publique d’accompagnement des populations les plus fragiles, l’action de l’État ne tranchant ni en faveur d’une contrainte renforcée sur les établissements bancaires, ni en faveur d’une « éducation financière qui peut être considérée comme une politique économique à part entière » (Lazarus, 2013, p. 78) et dévolue à La Poste, cette dernière ne peut contribuer à enrayer l’exclusion et devient source de stigmatisation. Or les liens privilégiés que la Banque Postale tisse avec des associations, dans le cadre de microcrédits sociaux par exemple, pourraient être l’occasion de donner les moyens aux populations vulnérables d’utiliser les produits et services bancaires à leur disposition sans se faire piéger ou dépasser par eux et, pour La Poste, le moyen de réaffirmer sa légitimité et son intérêt général par un rapprochement, assumé en interne et souhaité politiquement en externe, avec le monde de l’accompagnement bancaire.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (1988), The System of the professions. An essai of the division of expert labour, Chicago, Chicago university press.

Albert E. (2008), Les Banques Populaires, 1878-2008. 130 ans de coopération, Paris, Eyrolles.

Amouroux D. (2004), Histoire des caisses d’épargne en Languedoc-Roussillon, De 1826 à nos jours, Toulouse, Éditions Privat.

Aymard P. (1960), La banque et l’État, Paris, Armand Colin.

Boïco D. (2009), « Présence postale en banlieue. La Seine-Saint-Denis de 1960 à 1990 », Les Cahiers pour l’Histoire de la Poste, no 12, Paris, Apostille.

Boltanski L. (1982), Les cadres, Paris, Éditions de Minuit.

Boltanski L. (2014), « Croissance des inégalités, effacement des classes sociales ? », in Dubet F. (dir.), Inégalités et justice sociale, Paris, La Découverte, p. 25-47.

Bonin H. (1991), Histoire de la société bordelaise de CIC, 1880-1990, Bordeaux, L’Horizon chimérique.

Bonin H. (1992), La banque et les banquiers du Moyen Âge à nos jours, Paris, Larousse.

Bonin H. (2000), Le monde des banquiers français au XXe S., Bruxelles, Édition Complexe.

Bourdieu P. (1982), « Espace social et genèse des ‘classes’ », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 52-53, juin, p. 3-12.

Caplovitz D. (1963), The Poor Pay More, New York, The Free Press.

Castel R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

Castel R. (2003), L’insécurité sociale : qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, LeSeuil.

Charban P. (1991), Quelle belle invention que la Poste, Paris, Gallimard.

CHEFF (2005), « Michel Debré, un réformateur aux finances, 1966-1968 », Journées d’études tenues à Bercy le 8 janvier 2004, Paris, Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France.

Christen-Lécuyer C. (2005), « La mesure de l’efficacité sociale des caisses d’épargne françaises au xixe siècle », Histoire & mesure, vol. 20, nos 3/4.

Coupaye P. (1978), Les banques françaises, bilan d’une réforme, Paris, La Documentation française, notes et études documentaires.

Cour des comptes (2016), « La Poste. Une transformation à accélérer », Rapport public de cour des comptes, décembre 2016, 246 p.

Courpasson D. (2000), L’action contrainte. Organisations libérales et domination, Paris, PUF.

Daniel A. & Simon M.-O. (2001), « L’utilisation des moyens de paiement et l’accès au crédit des bénéficiaires de minima sociaux », Rapport du CREDOC pour le Conseil national du crédit et du titre, Paris, CNTC.

De Blic D. & Lazarus J. (2007), Sociologie de l’argent, Paris, La Découverte.

Dia H. & Lacan L.  (2015), « Les immigrants sénégalais et l’épargne : une économie domestique multi-située face aux institutions financières françaises », Critique internationale, vol. 4, no 69, p. 59-77.

Ducourant H. (2009), « Le crédit revolving, un succès populaire. Ou l’invention de l’endetté permanent ? », Sociétés contemporaines, no 76, p. 41-65.

Duvoux N. (2012), Le nouvel âge de la solidarité. Pauvreté, précarité et politiques publiques, Paris, La République des idées/Le Seuil.

Duvoux N. (2017), Les inégalités sociales, Paris, PUF.

Ehrenberg A. (1995), L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy.

Epstein G. A. (2005), Financialization and the World Economy, Cheltenham and Northampton, Edward Elgar.

Garabiol D. (2012), « Le modèle de la banque mutualiste : la création de valeur au bénéfice des clients ? », Revue d’économie financière, vol. 2, no 106, p. 139-152.

Gloukoviezoff G. (2004), « De la bancarisation de masse à l’exclusion bancaire puis sociale », Revue française des affaires sociales, no 3, p. 9-38.

Gloukoviezoff G. (2005), Exclusion et liens financiers, L’exclusion bancaire des particuliers, Rapport du Centre Walras 2004, Paris, Economica.

Goblot E. (1967) [1925], « Classes et professions », La barrière et le niveau, Paris, PUF.

Godechot O. (2001), Les traders, Paris, La Découverte.

Godechot O. (2007), Working Rich. Salaires, bonus et appropriation des profits dans l’industrie financière, Paris, La Découverte.

Godechot O. (2015), « Variétés de financiarisation et accroissement des inégalités », Revue Française de Socio-Economie, no 2, p. 51-72.

Grafmeyer Y. (1992), Les gens de la banque, Paris, PUF.

Gueslin A. (1984), Histoire des Crédits Agricoles 1910-1970, Tome II : Vers la banque universelle, Depuis 1960, Paris, Economica.

Gueslin A. & Lescure M. (1995), « Les banques publiques, parapubliques et coopératives françaises (vers 1920-vers 1960) », in Les banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, p. 45-57.

Henry C. (1997), Concurrence et services publics dans l’Union européenne, Paris, PUF.

Join-Lambert O. (2001), Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1944-1973), Paris, Belin.

Krippner G. R. (2005), « The Financialization of the American Economy », Socio-Economic Review, vol. 3, p. 173-208.

Krippner G. R. (2011), Capitalizing on Crisis : The Political Origins of the Rise of Finance, Cambridge, Harvard University Press.

Lacan L. (2013), L’argent des crédits. Recours au crédit à la consommation, contraintes et pratiques de remboursement de petits fonctionnaires entre les années 1980 et les années 2000, Thèse de sociologie, EHESS.

Lacan L. et al. (2009), « Vivre et faire vivre à crédit. Agents économiques ordinaires et institutions financières dans les situations d’endettement », Sociétés contemporaines, no 76, p. 5-16.

Lazarsfeld P., Jahoda M. & Zeisel H. (1982), Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit.

Lazarus J. (2006), « Les pauvres et la consommation », Vingtième siècle. Revue d’histoire, vol. 3, no 91, p. 137-152.

Lazarus J. (2012), L’épreuve de l’argent. Banques, banquiers, clients, Paris, Calmann-Lévy.

Lazarus J. (2013), « De l’aide à la responsabilisation. L’espace social de l’éducation financière en France », Genèses, no 93, p. 76-97.

Lazarus J. (2014), « Tenir ses comptes et bien se tenir. L’apprentissage de l’autonomie par la banque », Politix, vol. 4, no 108, p. 75-97.

Lazarus J. (2017), « About the universality of a concept. Is there a financialization of daily life in France ? », Civitas, Porto Alegre, vol. 17, no 1, p. 26-42.

Lazarus J. & Luzzi M. (2015), « Les pratiques monétaires des ménages au prisme de la financiarisation », Critique internationale, n° 69, p. 9-19.

Lemoine B. (2016), L’Ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché, Paris, La Découverte.

Lescure De M. & Plessis A. (1999), Banques locales et banques régionales en France au xixe siècle, Paris, Albin Michel.

Mader P. (2015), The Political Economy of Microfinance : Financializing Poverty, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Marquis P. (1954), Contribution à l’étude des chèques postaux, Paris, Armand Colin.

Martin R. (2002), The Financialization of Daily Life, Philadelphia, Temple University Press.

Moiso V. (2015), « Les particuliers, les banques et la confiance : un cas d’étude en Italie », Critique internationale, n° 69, p. 79-97.

Montagne S. & Sauviat C. (2001), « L’influence des marchés financiers sur les politiques sociales des entreprises : le cas français », Travail et Emploi, n° 87, p. 111-126.

Moulévrier P. (2002), Le mutualisme bancaire. Le Crédit Mutuel de l’Église au marché, Rennes, PUR.

Moulévrier P. (2012), « Les structures sociales du marché bancaire en France », Revue Française de Socio-Economie, n° 9, p. 23-41.

Orléan A. (1999), Le pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob.

Perrin-Heredia A. (2009), « Les logiques sociales de l’endettement : gestion des comptes domestiques en milieux populaires », Sociétés contemporaines, n° 76, p. 95-116.

Perrin-Heredia A. (2014), « La gestion des comptes en milieux populaires : des catégories administratives désajustées par rapport aux pratiques », Informations sociales, n° 182, vol.2, p. 30-38.

Quennouëlle-Corre L. (2000), La direction du Trésor 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Richez-Battesti N. & Gianfaldoni P. (2007), Les banques coopératives en France : le défi de la performance et de la solidarité, Paris, L’Harmattan.

Schwartz O. (1997), La notion de « classes populaires », Habilitation à Diriger des Recherches en sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Stoffaës C., Commissariat général du Plan (1995), Services publics, Question d’avenir, Odile Jacob – La Documentation Française, Paris.

Vezinat N. (2012a), Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010), Paris, PUF.

Vezinat N. (2012b), « Le crédit à la consommation de la Banque Postale : enjeu d’une lutte de territoire avec les banques et le Trésor (1971-2010) », Revue Française de Socio-Economie, n° 09, p. 63-82.

Weber M. (1995 [1921]), Économie et société, 2/L’organisation et les puissances de la société dans leur rapport avec l’économie, Paris, Pocket.

Haut de page

Notes

1 La diffusion de la monnaie scripturale consiste à développer l’utilisation des chèques par la population à partir de 1918.

2 Rapport d’information no 344 du Sénat, 2003, « La Poste : le temps de la dernière chance », p. 26.

3 Zarifian Philippe (2001), « Groupes professionnels et appartenances collectives à La Poste », Bilan des recherches animées par la Mission de la Recherche de La Poste, volume 1, p. 49.

4 CAC, 20000507 art.03, « Le projet des services financiers de la Poste », Le rôle pédagogique des services financiers de la Poste dans le domaine économique, DGP/DSF, mai 1987, p. 10.

5 Larcher Gérard, Commission des Affaires économiques et du Plan, Rapport d’information no 42, « La Poste, opérateur public de service public face à l’évolution technique et à la transformation du paysage postal européen », 1997-1998, p. 28.

6 CAC 19980498 art. 9, Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, Secrétariat d’État à l’Industrie, La Poste, Siège social, Direction des clientèles financières, sous-direction marketing de la distribution, bureau d’enquête centrale des services financiers (1968-1997). Documents de M. Estival (qui, après avoir été directeur adjoint du bureau sur l’épargne à la Direction Promotion en 1983, fut en 1989 à la Direction des Services Financiers, au Service des affaires commerciales et des prestations financières, dans la sous-direction « élaboration et gestion des produits financiers »), Séminaire de projet ENSPTT, thème : Les services financiers de la Poste face à la concurrence, février 1987, Étude présentée par Thierry Crop, Dominique Guerin, Marie Lloberes, Noureddine Moulahid, Adolphe Tchinda, p. 30.

7 Article 20 de la loi de finances pour l’année 1965.

8 Ces bénéfices sont toutefois très limités, à titre d’exemple, encore en 1989, les PTT ne conservent au titre du budget annexe que 4 % de leurs encours (CAC, 19920461 art. 02, Magazine « L’assurance française », no 641, 1er au 15 décembre 1991, Article « Les pas comptés de la Poste » par Bernard Dillies, p. 1326).

9 Service National des Archives de la Poste (SNA), Références, 2e trimestre 1984, n° 6, « La Caisse des dépôts et consignations : un partenaire essentiel de la Poste », p. 57.

10 Alors que l’idée d’une autonomisation des services financiers postaux avait été évoquée dès 1971 par Robert Galley, ministre des Postes et Télécommunications (Vezinat, 2012b), les dépôts effectués sur les comptes courants postaux seront versés au Trésor et financeront la dette publique jusqu’en 2000, année où La Poste créera sa filiale Efiposte pour gérer les encours de ses comptes courants postaux (CCP) et où le Trésor se verra privé des revenus découlant du solde des avoirs de trésorerie centralisés auprès de lui.

11 BO PTT 1960, 280 CCA 65, Instruction du 4 novembre 1960, Relance du service de l’épargne scolaire, Annexe 2 : Circulaire du 16 septembre 1960, p. 292.

12 « Toute cette éducation, toutes ces habitudes, la Poste les donne actuellement de plus en plus tôt aux jeunes qui, certes, sont considérés comme un marché ouvert à la consommation, mais qui doivent aussi apprendre à gérer et à épargner. En leur offrant les outils correspondants, les services financiers de la Poste sont bien dans leur rôle, en même temps qu’ils construisent leur développement et leur avenir. » (CAC, 20000507 art. 03, « Le projet des services financiers de la Poste », Le rôle pédagogique des services financiers de la Poste dans le domaine économique, DGP/DSF, mai 1987, p. 11).

13 CAC 19940705 art. 05, Étude préliminaire des orientations ouvertes aux services financiers de La Poste, « Groupe de prospective services financiers » (Préparation de la réunion du 22 janvier 1974), p. 2.

14 SNA, Réunion des Receveurs Conseillers Commerciaux de la région de Lyon, Autrans en Vercors, 6-8 juin 1972, « Les services financiers de la poste ont-ils un avenir ? », p. 56.

15 Le monde bancaire a beaucoup évolué au cours du xxe siècle : au début du siècle, il existait 2 000 établissements bancaires qui se concurrençaient les uns les autres, 750 disparaissent entre 1927 et 1936 avant même une intervention de l’État pour réguler le monde bancaire dans l’après seconde Guerre Mondiale et il n’en restait plus que 300 en 1966, moment de l’entrée en vigueur des lois Debré (CHEFF, 2005).

16 Le développement de professions salariées a pu être interprété comme une « moyennisation » de la société. Or, même dans les périodes de croissance les plus dynamiques des Trente Glorieuses, les clivages sociaux n’étaient pas abolis. L’intégration par la consommation a certes permis de rattacher les plus pauvres à la communauté (Lazarus, 2006) mais, en tant que norme, elle opère sans cesse des recompositions dans l’accès distinctif à un produit ou un autre (les déclinaisons de cartes bleues, gold, platinium, etc. en constituent par exemple une illustration). L’image la plus pertinente pour représenter la dynamique sociale à l’œuvre est celle d’un escalator où l’ensemble des groupes progressent mais sans que les écarts entre eux ne soient remis en cause (Castel, 2003).

17 La Poste, SF.mag, La vie des centres financiers, Hors-série, « Les services financiers de La Poste de 1817 à nos jours », p. 26.

18 SNA, DGP, DSF, DSP, Service commercial, PO DG n° 42, Note du 30 mars 1972 ayant pour objet : « Orientations en matière de politique commerciale : les problèmes du réseau de contact, de l’accueil du public et de la riposte à la concurrence », p. 2.

19 Larcher Gérard, Commission des Affaires économiques et du Plan, Rapport d’information no 42, « La Poste, opérateur public de service public face à l’évolution technique et à la transformation du paysage postal européen », 1997-1998, p. 25.

20 Conseil d’État, 29 mars 1901, Arrêt Casanova.

21 SNA LP, 93/200-7, DGP, Direction de la Prospective et des Affaires Internationales, Sous-direction Formation, « Informations sur les prestations offertes par la DGP », Tome 2, Prestations financières, 2e édition, octobre 1983, p. 59.

22 SNA, Messages des PTT, N° 326, mai 1982, « Louis Mexandeau : “La tranquillité des causes fortes” », p. 14.

23 Une loi du 20 janvier 2000 a transformé les Caisses d’épargne en une banque mutualiste quand La Poste attendra 2006 pour que la Banque Postale soit créée.

24 CARAN, F90 21 106, Prélèvement automatique de quittances d’EDF/GDF sur les livrets de Caisse Nationale d’Épargne, Instruction du 2 mai 1967, Suggestion faite à la Conférence des Directeurs Régionaux et Chefs de services spéciaux, Extrait du compte rendu : Réponse aux suggestions de Monsieur le Secrétaire Général (en réponse à sa note du 19 juin 1967).

25 Loi n° 66-935 du 17 décembre 1966 de finances pour 1967.

26 Une note d’Yvan Cabanne, le Secrétaire Général des PTT, pour le Directeur des Services financiers de la Poste explique ainsi que : « Bien que peu convaincu de l’utilité d’un tel service et persuadé qu’il s’agit d’opérations assez largement déficitaires, je conviens qu’il est maintenant trop tard pour revenir en arrière et interrompre la mise en œuvre d’une mesure qui a déjà reçu application. » (CARAN, F90 21 106, Prélèvement automatique de quittances d’EDF/GDF sur les livrets de Caisse Nationale d’Épargne, Instruction du 2 mai 1967, Note d’Ivan Cabanne, Secrétaire Général des PTT, pour Monsieur le Directeur des Services Financiers, 31 juillet 1967).

27 SNA LP, 93/200-7, DGP, Direction de la Prospective et des Affaires Internationales, Sous-direction Formation, « Informations sur les prestations offertes par la DGP », Tome 2, Prestations financières, 2e édition, octobre 1983, p. 60.

28 Postes et Télécommunications, no 136, avril 1967, « Du nouveau à la Caisse nationale d’épargne », p. 19.

29 En 1970, l’âge de la majorité est fixé à 21 ans. Il est rabaissé en 1974 à 18 ans par le Président de la République, Valéry Giscard d’Estaing.

30 CAEF, Z 17 202, Position Jean Yves HABERER, Directeur du Trésor, dans une note pour le Ministre, 13 juillet 1979, Préparation du Comité Interministériel sur la Poste, Services financiers de la Poste : position du Ministère de l’Économie.

31 CAC, 20000507 art.03, « Le projet des services financiers de la Poste », in Le rôle pédagogique des services financiers de la Poste dans le domaine économique, DGP/DSF, mai 1987.

32 CAC, 20000507 art.03, « Le projet des services financiers de la Poste », in Le rôle pédagogique des services financiers de la Poste dans le domaine économique, DGP/DSF, mai 1987.

33 CAC 19980498 art. 11, Note de service du 20 juillet 1989 sur « La politique de développement des prestations financières de la Poste » Direction des Services Financiers SB/B 2122 Sec.

34 « Les exclus bancaires ne sont donc pas seulement les personnes qui n’ont pas de compte en banque, mais aussi toutes celles qui ont un accès restreint aux produits bancaires (par exemple les personnes interdites de chéquiers) et qui connaissent des difficultés d’usage des produits bancaires » (De Blic, Lazarus, 2007, p. 68).

35 « Réussir à utiliser les supports financiers nécessite d’avoir passé les épreuves de l’espace social de la finance formelle » (Lazarus, Luzzi, 2015, p. 13).

36 Ministère de l’Industrie, des Postes et Télécommunications et du Commerces Extérieur, Inspection générale des Postes et Télécommunications, rapport présenté par M. G Billant, inspecteur général avec la participation de MM. J. Delpit, R. Delville et J.P. Le Cheviller, inspecteurs généraux, « Le service financier universel à la Poste », Rapport n°II.1.1, juillet 1994

37 Gautrat Jacques, Gounouf Marie France, 1995, Le rôle des bureaux de poste dans l’insertion des populations marginalisées, Paris, CRIDA-LSCI.

38 http://legroupe.laposte.fr/profil/les-missions-de-service-public/l-accessibilite-bancaire

39 Forum Mag, no 236, mars 2009, p. 14

40 Forum l’information, n° 219, juin-juillet 2007, p. 10

41 Forum Mag, no 236, mars 2009, p. 18

42 Forum, l’information, 2008, janvier, no 224, p. 7

43 Forum Mag, no 236, mars 2009, p. 14

44 Le RSA a été voté le 1er décembre 2008 et généralisé le 1er juin 2009.

45 Forum Mag, no 236, mars 2009, p. 15

46 L’usage de traducteurs est ancien aux PTT puisque les agents concernés recevaient une prime de langue dont la mise en place remonte à 1881.

47 Forum Mag, no 236, mars 2009, p. 19

48 Source : ANLCI-2005

49  La Banque Postale « est la 3e banque de détail française au regard du PNB réalisé en France. Elle n’est en revanche que le 6e groupe bancaire français (derrière BNP Paribas, Crédit Agricole, Société générale, BPCE et le Crédit mutuel) du fait de son absence d’activité significative à l’international. » (Cour des comptes, 2016, p. 31).

50 Communiqué de presse, 27 février 2017, Résultats et activités 2016 du groupe La Banque Postale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution du nombre de CCP en exercice aux PTT (1945-1965)
Crédits Source : données statistiques du comité pour l’histoire de la Poste (CHP)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12365/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 2. Un bureau mobile des PTT en 1963
Crédits Source : Postes et Télécommunications, no 91, juillet 1963
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3. Évolution du nombre de CCP en exercice aux PTT (1966-1989)
Crédits Source : données statistiques du comité pour l’histoire de la Poste (CHP)
URL http://journals.openedition.org/regulation/docannexe/image/12365/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Vezinat, « Les trois âges de l’intermédiation financière de la Poste (1881-2010) : révélateurs des mutations des rapports sociaux », Revue de la régulation [En ligne], 22 | 2nd semestre / Automn 2017, mis en ligne le 25 janvier 2018, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12365 ; DOI : 10.4000/regulation.12365

Haut de page

Auteur

Nadège Vezinat

Maîtresse de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne ; Laboratoire REGARDS (EA 6292) ; Chercheuse associée au CMH (UMR 8097) ; nadege.vezinat@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page