Navigation – Plan du site
Opinions - débats

Réformer la recherche

Universités et Recherche : doit-on reproduire le « modèle américain » ?
Samuel Bliman

Texte intégral

1Dans les cercles politiques, économiques et de la recherche, un accord, au moins verbal, semble se manifester sur l’importance sociale et économique de la recherche et du développement. Sans aborder ici les ambiguïtés et souvent les ignorances que couvre cet accord, on veut plutôt retenir et discuter certaines propositions de réforme de la recherche. Dans des tribunes récentes, certains avançaient que la réflexion devrait être fondée sur les présupposés suivants : élitisme, compétitivité, évaluation et indépendance de la recherche et des chercheurs. Cette approche est, si l’on peut dire, dans l’air du temps et donne à percevoir que le discours : « que fait-on pour les élites ? » est en réalité sous-jacent. Encore semble-t-il pertinent d’examiner quelques traits significatifs  de ce qui est proposé comme  « principes fondamentaux »  devant inspirer une réforme.

1. Quatre présupposés

1.1 Elitisme scientifique

2Qu’est-ce à dire ? Nos concurrents les plus dynamiques sont-ils  élitistes ? Un tour d’horizon de leurs lieux d’origines semblerait pointer dans la direction de l’Ouest…. vers les Etats-Unis !! Avec l’entrée dans l’ère de la financiarisation de nos sociétés et l’adoption du Bayh-Dole Act (1980), tout semble orienter vers les établissements universitaires et de recherche disposant des meilleures finances et engagées dans la « commercialisation » de leurs résultats de recherche ; où sont-ils ? On pense aux universités privées de la côte Est, entre autre. Posséder 35 milliards de dollars de dotation (Harvard), cela signe- t- il l’élitisme scientifique ?  Pour preuve de cela, certaines universités se sont offerts, et s’offrent encore, de débaucher des chercheurs, jeunes et moins jeunes et titulaires de contrats importants, voire des équipes entières, d’établissements « modestes » auxquels ils sont attachés, pour les recruter (à prix significatifs, à faire pâlir d’envie des « traders » !).
Est ce là une forme de l’élitisme ? Remarquons toutefois que l’élitisme scientifique est tel, en France, que les « meilleurs étudiants » se détournent de la science, études terminées, au profit d’activités plus terre à terre : l’argent via des activités de bourse, finance, assurance. On commence à entrevoir la pén