Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Gallimard-nrf essais, 2008, 437 p.

De l’apport de l’histoire à l’économie
Marianne Rubinstein

Texte intégral

1Les économistes peuvent-ils ignorer l’histoire, ou doivent-ils au contraire être particulièrement attentifs à ses apports ? C’est à travers le prisme de cette question, qui nous semble d’une acuité particulière en temps de crise, que nous nous proposons de rendre compte du livre de l’historienne Laurence Fontaine. Remarquons en préambule qu’au début des années 1990, lorsque le Japon se trouva pris dans la tourmente financière, les épisodes de déflation étaient si rares qu’un tel risque ne fut pas envisagé (Ahearne et al., 2002), bien que le processus de debt deflation avait existé durant la crise de 1929, puis été mis en évidence par Fisher en 1933. Les économistes ignoraient-ils alors l’histoire, ou pensaient-ils improbable un tel scénario ? Quoi qu’il en soit, le précédent japonais rappela à tous qu’une violente crise financière pouvait entraîner une brusque contraction de la demande et enclencher un processus de debt deflation, ce risque étant accru lorsque l’inflation est initialement faible (Bernanke, 2002) et ce savoir fut utilisé à bon escient dans la gestion d’urgence de la dernière crise financière (Rubinstein, 2009). Dans le cas japonais, si la crise donna lieu à une abondante relance budgétaire et à une relance monétaire plus tardive et timorée, il n’y eut pas de remise en état immédiate du secteur bancaire : les créances douteuses furent dissimulées, et les autorités monétaires attendirent 1997 pour élaborer un véritable plan de sauvetage, ce qui eut pour conséquence de perdre un temps précieux et des marges de manœuvre budgétaire. Au total, le Japon souffrit de la « décennie perdue » des années 1990 : de 1992 à 2002, le PIB augmenta « seulement » de 0,87 % par an. L’expérience des années 1930 ne fut toutefois pas totalement vaine, puisqu’elle conduisit à promouvoir des politiques conjoncturelles de soutien de la demande et d’éviter un scénario analogue à celui de la grande dépression, survenue pourtant dans des circonstances analogues : l’éclatement de la bulle spéculative avait alors eu lieu après une phase de hausse des marchés boursier et immobilier (cf. la spéculation immobilière en Floride dans les années 1920), nourrie par des liquidités abondantes et des innovations financières permettant de faire jouer un fort effet de levier (comme par exemple les achats d’actions à crédit avec appel de marge). Le choc avait été moins violent qu’au Japon, mais la crise avait été d’une dureté sans commune mesure avec celle de la « décennie perdue »: en 1933, 25 % de la population active des États-Unis était au chômage et le PIB américain de 1938 était encore inférieur d’un tiers à celui de 1929 (Galbraith, 1988).

2Pourtant, la tentation reste forte d’oublier les leçons de l’histoire, comme le rappelle Niall Ferguson, historien de l’économie et de la finance, professeur à Harvard et à Oxford, qui raconte comment, alors qu’il était invité en novembre 2006 par des banquiers convaincus que les récentes innovations financières – en particulier la titrisation et les dérivés de crédit – avaient fondamentalement amélioré l’efficience des marchés, il se retrouva dans le rôle de Cassandre. Il disait « en substance qu’il ne faudrait pas grand chose pour que les liquidités qui inondaient alors le système financier mondial se tarissent brutalement, et que la perspective que cet âge d’or dure infiniment devait nous inciter à la prudence » (Ferguson, 2009, p. 11). On le traita d’alarmiste, certains suggérant aux organisateurs de cette conférence de se passer désormais de ce genre d’intervenant, et de projeter plutôt « Mary Poppins ». Ce qui amène notre auteur facétieux à évoquer la panique bancaire que suscita le jeune Michael Banks (le bien nommé) dans ce film, parce qu’il criait haut et fort dans la banque qu’il voulait récupérer son argent de poche (pour nourrir les pigeons) plutôt que le laisser sur un compte, ce qui incita les clients présents, puis la foule à en faire de même.

  • 1  C’est d’ailleurs l’un des objectifs explicites du livre, qui s’ouvre sur cette phrase : « Cela s’a (...)

3Qu’apporte l’histoire à l’étude de l’économie d’aujourd’hui ? Notre lecture de L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle n’est pas celle d’une historienne, ou d’une spécialiste d’histoire de la pensée économique, mais d’une économiste qui travaille sur des problèmes contemporains, en particulier les crises financières et le lien entre éthique et économie, que cet ouvrage, par les thèmes qu’il traite, aborde dans le cas de l’Europe préindustrielle : qu’il s’agisse de la coexistence de deux cultures économiques – celle du don et celle du prêt à intérêt – et de la manière dont elles s’affrontent, des modalités du crédit (dont le micro-crédit qui existait déjà, sous une forme très semblable à celle de la Grameen Bank) ou du débat sur l’usure que l’on retrouve aujourd’hui dans l’interdiction par la finance islamique du prêt à intérêt, il ne cesse de renvoyer à des questions contemporaines, tout en permettant de tirer parti du décalage, du décentrage donc de « penser ailleurs » selon l’expression de Michel de Montaigne (« Nous pensons toujours ailleurs », in De la diversion, Livre III des Essais). C’est pourquoi après un rapide résumé des principaux thèmes développés dans l’ouvrage, nous en viendrons à cette question du lien entre passé et présent et de la manière dont l’analyse du passé éclaire celle du présent1.

4Pour penser cette relation des hommes à l’économie dans l’Europe préindustrielle, Laurence Fontaine choisit deux « objets premiers » : le crédit et la confiance. Examinons-les tour à tour. Le crédit d’abord. Ce qui frappe, c’est le surendettement chronique et général : il concerne les pauvres (dont la définition reste