Navigation – Plan du site
Dossier : Institutions, régulation et développement

La notion de société civile dans les politiques et pratiques du développement

Succès et ambiguïtés d’un concept en perpétuelle gestation
The notion of civil society in the politics and the practices of the development: Success and ambiguities of a concept in perpetual gestation
La noción de sociedad civil en las políticas y las prácticas de desarollo. Exitos y ambiguedades de un concepto en perpetua gestación
Gautier Pirotte

Résumés

Vieux concept de la philosophie politique occidentale, la notion de société civile connaît une immense popularité depuis près de trois décennies. Ce succès s’est accompagné de multiples critiques touchant à son caractère nébuleux - comme à la charge idéologique qui l’accompagne. Son utilité scientifique pour l’analyse des changements politiques et sociaux en dehors de la sphère occidentale est mise en question. Enveloppe vide se remplissant de sens particuliers selon les acteurs et les contextes sociaux et culturels rencontrés, les nouvelles sociétés civiles non occidentales doivent avant tout être étudiées comme des projets, des réalités en gestation, à la jonction de dynamiques propres aux sociétés locales où elles apparaissent et de dynamiques extérieures à ces sociétés qui privilégient certains acteurs (notamment les organisations non gouvernementales), une acception particulière du concept (dans une perspective proche d’un tiers-secteur) et fournissent également une partie conséquente des ressources nécessaires à la vitalité de ces projets. Pourtant, cette approche dite « par projet » est encore relativement peu développée. L’article insiste sur la nécessité de promouvoir cette lecture des sociétés civiles non occidentales et souligne l’importance d’une approche empirique plus complexe se dégageant de biais quantitativistes et associatifs présents au sein d’une large part des travaux conduits jusqu’ici sur ce sujet.

Haut de page

Texte intégral

JEL : O19, O20

  • 1  Soit ce maillage planétaire d’organisations et institutions en charge de la définition et de la mi (...)

1Vieux concept de la philosophie politique occidentale, la notion de société civile a connu un succès planétaire au cours des deux dernières décennies du siècle défunt. « Label du vide » donnant l’impression à chacun de se comprendre tout en désignant des objets et réalités sociales disparates (Colas, 1992), la notion demeure encore aujourd’hui en attente d’une définition précise. Polysémique, confus et scientifiquement discuté, le concept de société civile est pour autant parvenu à se glisser dans l’armada conceptuelle du complexe développeur international1 depuis bientôt 20 ans. Absente des politiques de modernisation des premières décennies du développement, la notion de société civile est devenue un maillon essentiel des stratégies contemporaines de coopération internationale et nombre d’opérateurs (ou de « courtiers du développement », Bierschenk et al., 2000) du Nord comme du Sud s’affichent à présent comme « acteurs de la société civile ».

2D’aucuns lui prédisaient pourtant un avenir sombre : une fois dénoncée l’incapacité de ce concept occidental à décrire les réalités sociopolitiques des pays en voie de développement (et notamment africains), ce « miroir aux alouettes » (Chabal et Daloz, 1999) devait bien finir par se briser et ce énième concept-gadget de la coopération internationale serait alors bien vite abandonné. Ce déni théorique (surtout l’œuvre d’une frange de la politologie africaniste francophone, cf. Chabal et Daloz, 1999 ; Haubert, 2000 ; ou encore Bayart, 2001) s’est opéré dans un double moment de prolifération associative au Sud (cf. la « révolution associative globale » dont parle Lester Salamon et al., 1999) et de consécration de cette notion de société civile et de ses acteurs par le post-Washington consensus à l’occasion des « nouveaux » programmes de lutte contre la pauvreté où les termes « société civile », « participation », « appropriation » et « bonne gouvernance » se côtoient en permanence.

3Ce déni théorique répondait sans doute à l’engouement qui gagna le champ académique (principalement anglophone) pour l’analyse des sociétés civiles émergeantes dans le contexte des transitions démocratiques des années 1980 et 1990 (en Amérique latine, en Europe centrale et orientale ou même en Afrique subsaharienne). Assimilé aux secteurs associatifs en pleine expansion dans ces contextes particuliers, ce qu’on appela le « réveil des sociétés civiles » (Kothari, 1996) apparaissait comme un mécanisme naturel associé aux réformes politiques en cours dans ces différentes parties du monde. Cette lecture simpliste est aujourd’hui bien connue : le recul forcé ou non de l’État modernisateur et de son appareil bureaucratique de la sphère économique et sociale favorisait – ne serait-ce que, dans les contextes de régimes post-dictatoriaux, par le simple recouvrement du droit d’association – l’émergence prétendument spontanée d’une société civile à la fois condition d’existence d’une démocratie libérale et indicatrice du bon avancement du processus de démocratisation (entre autres : Diamond, 1991). Sur cette base idéologique, et dans le cadre d’une vision tocquevilienne réductrice, la vitalité des sociétés civiles émergentes devait alors se mesurer à l’importance numérique de ces nouveaux secteurs associatifs.

  • 2  Celles (ré)apparues dans les contextes de réformes économiques et de transitions politiques des an (...)

4Cet article invite le chercheur intéressé par l’étude des nouvelles2 sociétés civiles à dépasser ces deux positions radicales et simplistes qui représentent un obstacle à l’analyse des changements sociaux qu’induit l’apparition de cette notion dans le champ de la coopération au développement. Selon nous, il s’agit de complexifier l’analyse tout d’abord en envisageant l’apparition des sociétés civiles, des acteurs qui s’en réclament comme des pratiques sociales ou même des représentations dont ils seraient porteurs comme le résultat d’un mariage singulier de « dynamiques du dedans » (réformes économiques et politiques locales, mutations sociales en œuvre dans cette période de transition) et de « dynamiques du dehors » (politiques de soutien et de renforcement de certains acteurs de la société civile, agenda du développement…) donnant forme à un projet en perpétuelle recréation. D’autre part, il conviendrait d’intégrer à l’analyse de ces nouvelles sociétés civiles des dimensions constitutives autres que le simple fait associatif en tenant compte de la production idéologique, des représentations de ses acteurs et des dynamiques en cours dans des espaces publics dont l’existence même est souvent perçue comme problématique (Olivier De Sardan, 2007). Ce faisant, nous évoquerons en toute fin du texte les pistes de recherche que cette analyse complexifiée favoriserait.

  • 3  L’accès au terrain congolais étant devenu particulièrement délicat en raison des conflits armés qu (...)

5L’essentiel des données empiriques présentées ici proviennent principalement de nos travaux conduits principalement en Roumanie, au Bénin ainsi qu’initialement en République démocratique du Congo entre 1997 et 20013. Ils portaient sur les nouvelles formes associatives (auto)proclamées actrices de la société civile et ont été menés dans une approche monographique mêlant entretiens, analyse de la littérature et de documents de première main et observations de terrain. Cette méthode de recherche permet d’accumuler des informations variées en provenance de sources multiples et également de contrôler, par la confrontation, les informations recueillies. Les recherches documentaires ont été conduites sur nos terrains auprès de centres locaux de documentation, auprès des ministères et institutions publiques ainsi qu’auprès des organisations étudiées. Parallèlement, d’autres recherches ont été conduites auprès de centres de documentation spécialisés en Europe occidentale. Les informations récoltées par ce biais nous ont permis d’illustrer les données recueillies par les autres voies et de les compléter par des données chiffrées, des textes de lois, etc. Elles nous offraient également un aperçu de la traduction locale plus ou moins officielle de la vision du projet de constitution d’une société civile. Les observations empiriques ont été menées à Cotonou et sa proche banlieue ainsi qu’à Iasi (« capitale » de la Moldavie roumaine, partie orientale du pays). Par « observations empiriques » nous incluons les visites aux organisations étudiées (ONG locales, associations « grassroots », syndicats, mutuelles, coopératives…) mais aussi les études des projets appliqués et les publics cibles rencontrés. Enfin, 170 entretiens ont été pratiqués à l’occasion de nos différents séjours auprès de trois groupes d’acteurs sociaux : les acteurs des nouveaux secteurs ONG (responsables et chargés de programme principalement), les responsables d’autres formules associatives locales et enfin, les observateurs locaux (experts, universitaires, journalistes, hommes politiques…). Depuis la fin des recherches doctorales, le contact fut maintenu avec les terrains béninois et roumains par de multiples missions qui nous ont permis d’actualiser régulièrement nos données.

1. Par delà succès et critique, des projets de société civile

  • 4  Organisation non gouvernementale / Non Governmental Organisation.

6Depuis la fin de la colonisation, les nouveaux États indépendants, grands ordonnateurs des sociétés émancipées étaient censés pourvoir aux besoins de leurs sujets. Ce mythe sera partagé durant près de deux décennies avant que, dans les années 1980, le rôle de l’État ne soit réévalué en faveur du « secteur privé » censé répondre aux attentes des consommateurs (Carbone, 2003). À la chute du mur de Berlin, ce mythe du marché intègre celui de la société civile et modifie le nouvel agenda politique du développement. La notion de société civile semble trouver alors une incarnation dans la prolifération associative des années 1990 à l’échelle planétaire (Salamon et al., 1999), plus particulièrement sous la forme d’un  sigle en voie d’universalisation, ONG/NGO4. Ce « boom » associatif s’inscrit dans le contexte particulier d’une critique radicale du rôle de l’État comme acteur du développement économique (bien visible à travers la multiplication des plans d’ajustement structurel ou encore la promotion de la bonne gouvernance). La notion semblait d’autant plus légitime qu’elle sortait en apparence anoblie par les années de lutte de la dissidence communiste à l’Est (entre autres : Havel, 1991).

7Dans la foulée de ce succès planétaire, des critiques importantes ont été formulées. La première d’entre elles porte sur le manque de précision d’une notion largement polysémique. Rétive à toute définition extensive, la notion de société civile englobe souvent ce qu’un autre acteur ou secteur d’activité n’englobe pas. Elle est, tour à tour, tout ce qui ne relève pas de l’État, du champ militaire, ou du marché, ou encore de la sphère de l’intime, du privé. Elle révèle aussi des fonctions très différentes : contre-pouvoir ou pourvoyeuse de nouvelles élites politiques, lieu d’exercice de l’hégémonie de la classe dominante par l’expression de son idéologie, gestion de problèmes sociaux et économiques non pris en charge par les pouvoirs publics ou le fonctionnement libre du marché, etc.

8La seconde critique tient à la charge idéologique dont ce concept serait porteur et, partant, à son intérêt scientifique. À ce propos, Michel Offerlé souligne :

« Nous sommes avec cette expression en face d’une sorte de cas d’école, d’expérience en grandeur nature au terme de laquelle une formule, d’abord savante, devient par la multiplication des torsions médiatiques et politiques qu’elle subit un enjeu d’investissements et de luttes d’occupation sémantique. Et risque, si nous n’y prenons garde, […] de revenir dans le champ des sciences sociales chargé d’autres significations en incitant à des controverses aussi inutiles qu’infructueuses. » (Offerlé, 2003 :5).

  • 5  On a assisté à une réévaluation du rôle des acteurs de la société civile dans les processus de tra (...)

9Un troisième type de critique concerne le caractère adaptable de cette notion à l’étude des réalités sociopolitiques non occidentales. Autrement dit, la société civile, fruit d’un long et tortueux héritage au sein de la philosophie politique occidentale, a surtout permis de comprendre certaines mutations de nos sociétés occidentales vers la modernité (entre autres : Ehrenberg, 1999) mais peinerait à prouver son intérêt dans l’analyse des changements contemporains au-delà du monde occidental. Sur ce point, c’est à propos des sociétés civiles au Sud du Sahara que la légitimité de cette notion a fait l’objet des débats les plus virulents. Les critiques les plus radicales sont venues des politologues (surtout francophones) comme Badie (1992), Chabal et Daloz (1999), Bayart (2001) ou encore Haubert et Rey (2000). Pour résumer ce débat on soulignera, à la suite de René Otayek (1999), que la disqualification la plus fondamentale de la société civile dans le contexte politique africain provient d’une lecture selon laquelle dans ces pays, l’État et la société s’interpénétreraient à un degré tel qu’ils se confondraient l’un dans l’autre selon deux scénarii : au premier, qui est celui de l’absorption de la société par un État autoritaire, scénario du phantasme de l’État intégral (Copans 1980 ; Coulon, 1981 ; mais aussi Young, 1994) répondrait le second, celui de l’État rhizome (Bayart, 1989) où l’État est gangrené par la société et les logiques communautaires qui la traversent. Ainsi pour Chabal et Daloz (1999), l’État et la société s’interpénètreraient à un degré considérable et sous des formes variées – notamment à travers les logiques communautaires et factionnelles – à un point tel que toute distinction entre État, société civile et famille, trois sphères supposées dotées d’une relative autonomie, paraîtrait inadéquate5.

10Bref, si depuis la fin de la Guerre froide la notion de société civile n’a cessé de gagner en popularité, les suspicions de plus en plus marquées ont été formulées à la même époque au sein d’une partie du milieu scientifique pour dénoncer, au nom d’un « exceptionnalisme occidental », un « universalisme prescriptif » (Lewis, 2001) parfois naïf où la société civile émergerait naturellement avec l’avènement d’une démocratie perçue au tournant des années 1980-1990 comme un régime en pleine expansion planétaire (cf. Huntington, 1992). Toutefois, ces critiques peinent alors à comprendre la nature des changements en cours autrement qu’en projetant à leur tour un regard cynique ou condescendant où l’apparition, par exemple, de nouvelles associations classées en ONG n’exprimerait qu’un renouvellement des logiques cent fois ressassées de captation de la rente du développement dans un contexte d’appauvrissement des réseaux clientélistes postcoloniaux.

11Se voulant dégagée de ces lectures cyniques ou angéliques, l’approche que nous préconisons depuis nos travaux doctoraux sur les nouvelles sociétés civiles roumaines et béninoises (Pirotte, 2002) vise à appréhender ces sociétés civiles émergentes des années 1980-1990 sous l’angle d’un projet situé à la jonction de « dynamiques du dedans » et de « dynamiques du dehors » (Balandier, 1971). La notion de projet nous renvoie à l’idée d’une réalité en gestation, non encore totalement établie mais où l’on peut déceler ça et là des éléments empiriques d’un changement aux conséquences non encore pleinement mesurées. Par « projet » nous nous référons également à la conception énoncée par Boltanski et Chiapello dans leur ouvrage, le Nouvel esprit du capitalisme (1999). Pour ces auteurs, dans le contexte d’un espace social constitué en réseaux,

« le projet rassemble temporairement des personnes très disparates et se présente comme un bout de réseau fortement activé pendant une période relativement courte mais qui permet de forger des liens plus durables qui seront ensuite mis en sommeil tout en restant disponibles. Les projets permettent la production et l’accumulation dans un monde qui, s’il était purement connexionniste, ne connaîtrait que des flux sans que rien ne puisse se stabiliser, s’accumuler ou prendre forme […]. Le projet est précisément un amas de connexions actives propre à faire naître des formes, c’est-à-dire à faire exister des objets et des sujets en stabilisant et en rendant irréversibles des liens » (Boltanski & Chiapello, 1999 : 157).

  • 6  De plus, cette conception attire explicitement notre attention sur la dimension temporelle d’un pr (...)

12Nous retenons cette conceptualisation pour cette idée de fondement du lien social par cristallisation ou convergence d’intérêts d’individus « disparates » qui peuvent être distancés sur un plan spatial mais aussi économique, culturel ou social6. Il est bien un amas de connexions qui permet de faire apparaître des objets (notamment la société civile) comme des sujets (notamment les « organisations de la société civile» par exemple). Nous considérons que ce projet, tout à la fois importé et réinventé localement, peut ainsi être appréhendé comme la greffe d’un produit de nature occidentale (comme l’État colonial ou le projet et la notion même de développement) mais dont les modalités d’expression sont largement dépendantes des dynamiques sociales locales parfois plus anciennes. Cette greffe du projet de constitution d’une société civile au Sud comme à l’Est répond donc autant à des dynamiques du dehors (renouvellement des politiques de développement dans les années 1980 par exemple) que du dedans (libéralisation des régimes politiques, fin du « consensus » postcolonial, dynamiques sociales particulières).

1. 1. Un projet importé

  • 7  Entre 1977 et 1988, 6 % des projets financés par la Banque mondiale concernaient des ONG. En 1993, (...)

13Que ces projets de construction de sociétés civiles soient soumis à des dynamiques externes aux sociétés étudiées relève d’une évidence. Les politiques impulsées par les acteurs dominants du complexe développeur international ont facilité directement ou indirectement la prolifération de pratiques associatives qui semblaient incarner ce « réveil de la société civile ». Une nouvelle légitimité de la société civile et de ses acteurs s’est peu à peu élaborée sur la base de quelques éléments majeurs : les stratégies de soutien des grands bailleurs de fonds multilatéraux ou bilatéraux aux organisations non gouvernementales du Nord puis du Sud, l’insertion de celles-ci dans des organes consultatifs ou comme partenaires de projets financés par ces institutions7ou encore les réformes visant l’interventionnisme étatique en matière économique et sociale et l’intérêt renouvelé pour les dynamiques associatives « à la base » pour faciliter la prise en charge de certains secteurs sociaux par exemple (Van Rooy,1998).

  • 8  Nous avons pu observer quelques séances de formation et parcourus des « guides » de bonne conduite (...)

14Mais ces stratégies de soutien ne se sont pas réduites à des flux financiers Nord/Sud (ou Ouest/Est) pour soutenir la vitalité de nouveaux tissus associatifs. Les bailleurs occidentaux ont rapidement constaté sinon l’absence du moins le manque de fiabilité de partenaires locaux et se lancèrent dans des stratégies de professionnalisation sélective de certains acteurs de la société civile et principalement les nouvelles ONG locales. Dans les années 1990, tant au Bénin qu’en Roumanie par exemple, le soutien à ces ONG au nom du renforcement de la société civile se traduisit ainsi par une politique de modernisation, dite de capacity building, qui prit également les traits d’une stratégie de formatage et de mise en clientèle sélective de ces nouveaux courtiers locaux du développement (Bierschenk et al., 2000). Cette politique s’incarnait dans la multiplication des séminaires, des formations auxquelles les « partenaires » occidentaux conviaient les leaders d’ONG locales et leur inculquaient les règles élémentaires d’une bonne gouvernance associative internationale mais aussi une grammaire et un vocabulaire de la coopération8.

  • 9  Certes, ces statuts sont surtout dépendants des cadres légaux locaux. Ceux-ci, tant au Bénin qu’en (...)

15Cette politique de soutien entraîna, selon nos travaux roumains et béninois, deux effets majeurs. D’une part, la stratégie de professionnalisation des pratiques associatives eut pour effet une mise en réseaux, une insertion dans le projet global de constitution d’une société civile mais d’un nombre limité d’acteurs associatifs. Ainsi en Roumanie, toutes les ONG roumaines ne paraissaient pas égales face à l’accès à ces soutiens étrangers (aide publique, soutien d’une ONG internationale, initiatives citoyennes…). Fin des années 1990, selon une étude conduite par la Fondation pour le développement de la société civile en Roumanie (FDSC, 1999), seulement une ONG sur cinq accédait à ce soutien étranger. Or, dans un contexte de rareté des fonds mobilisables localement comme c’était le cas dans la Roumanie des premières années postcommunistes, cet accès révélait une importance considérable. Dès lors, la distribution des revenus à l’intérieur de ce secteur était pour le moins inégalitaire. Un peu plus de 8 % des ONG roumaines contrôlaient à l’époque plus de 80 % des revenus du secteur ONG (FDSC, 1999). D’autre part, les ONG participant à ces pratiques de soutien à la société civile subissaient un effet d’uniformisation qui les rendait pratiquement substituables les unes aux autres puisqu’elles adoptaient en théorie des structures organisationnelles, des projets et même des modus operandi identiques (et cela s’illustre dans le règlement d’ordre intérieur ou les statuts de l’organisation)9. Ainsi, rien ne ressemblait plus à une ONG professionnalisée de Cotonou qu’une autre ONG professionnalisée de Cotonou ou… de Bucarest.

16Cette professionnalisation sélective était perçue comme allant de soi de la part des « partenaires du développement » puisque le soutien ne pouvait être accordé à chacun vu la floraison associative rencontrée dans ces pays et il était d’autant plus légitime que la littérature du complexe développeur international insistait sur la faillite de l’État modernisateur (Banque mondiale, 1989), sur la nécessité de faire émerger d’autres opérateurs de l’aide drapés de vertus (flexibilité, rapidité d’exécution, ancrage populaire, activités centrées sur les besoins des bénéficiaires et bien sûr capacité à toucher les plus pauvres) que cet État ne posséderait sans doute jamais (Marcussen, 1996).

17Les dynamiques externes n’ont pas uniquement influencé la vitalité des nouveaux secteurs ONG censés incarner le projet de constitution d’une société civile, elles modifient également les rapports entre ces organisations et les pouvoirs publics qui ne peuvent plus se réduire à des analyses en termes de confrontation ou encore de substitution attendues par la logique des vases communicants (« moins d’État = + de société civile ») mais laissent entrevoir des formes de concurrence ou de partenariat. Ainsi en Roumanie, des nouvelles structures issues des pouvoirs publics réformés (animées par des fonctionnaires devenus « chargés de programmes » et financées par des partenaires de la coopération) entraient en concurrence avec des ONG locales soutenues par des partenaires occidentaux pour « dés-institutionnaliser », autrement dit sortir les enfants abandonnés des structures publiques d’accueil (Pirotte, 2003). L’État béninois avec le soutien de bailleurs occidentaux avait, fin des années 1990, doublé ses ministères de petites structures (exemples notoires : l’Agence béninoise de Financement des Initiatives à la Base avec le soutien de la Banque mondiale et l’Agence béninoise de l’Environnement avec le concours de Danida) qui jouaient tantôt un rôle d’organe de tutelle et tantôt de quasi-ONG entrant en concurrence avec les ONG locales actives dans leur secteur d’activité. Cette diversité des rapports entre organisations de la société civile (OSC)et pouvoirs public eut tendance à renforcer une situation de porosité des frontières entre État et société civile déjà régulièrement dénoncée par l’existence de « crocodiles », surnom attribué au Bénin aux fonctionnaires (de tout niveau hiérarchique) qui se livrent également à des activités de courtage du développement par la création de leur propre ONG.

1. 2. Appropriation partielle des projets

18Envisager les récentes sociétés civiles non occidentales uniquement comme des objets transposés selon le bon vouloir des « partenaires » du développement semble cependant réducteur. Même si une partie des nouvelles ONG, par exemple, sont apparues le plus souvent comme des produits standardisés du marché du développement, les projets qu’elles développent, les acteurs qu’elles mobilisent, les relais qu’elles établissent avec les pouvoirs publics locaux notamment relèvent souvent de dynamiques socio-historiques particulières. Ces appropriations du projet de société civile doivent également pouvoir s’apprécier par l’observation des processus de « co-élaboration des pratiques et des discours » comme l’a remarquablement accompli Laëtitia Atlani-Duault à l’occasion de ses travaux sur l’application de programmes de lutte contre le sida en Transcaucasie et Asie centrale (Atlani-Duault, 2005).

  • 10  Cette typologie peut paraître grossière et mériterait sans nul doute une approche plus fouillée. À (...)

19Pour notre part (Pirotte, 2003), nous avions au gré de nos observations de terrain constaté l’investissement des fractions très éduquées de la population urbaine au sein des nouveaux secteurs ONG à Cotonou et à Iasi (en Moldavie roumaine). Nous avions ainsi défini trois profils (parfois sensiblement différents d’un terrain à l’autre) des nouveaux leaders ONGistes. On y rencontrait tout d’abord des acteurs en situation de réorientation professionnelle qui se découvraient une vocation pour le social ou le monitoring politique. Ainsi le projet de société civile a été notamment investi au Bénin par de nombreux déflatés de la fonction publique, victimes des plans d’ajustement structurel successifs. On classera également dans cette catégorie le cas en Roumanie de femmes (parfois très) diplômées et formées à des métiers qualifiés souvent de masculins à l’Ouest (ingénieures industrielles, chimistes, physiciennes) qui, premières cibles des politiques de restructuration ou de privatisation de leurs entreprises, saisirent cette opportunité pour « enfin » développer par la création ou leur insertion dans une ONG une fibre sociale jusque là réprimée. Une seconde catégorie était constituée par des jeunes universitaires, diplômés ou non. Les membres de cette catégorie se distinguaient, outre par leur jeunesse, par des compétences professionnelles plus adaptées aux nécessités de fonctionnement du nouveau secteur ONG et par un contact établi au moment de leurs études avec ces organisations. Au Bénin, il n’était pas rare de rencontrer des jeunes universitaires réalisant quelques piges pour les ONG locales ou internationales sous formes d’enquêtes de terrain, par exemple. Enfin, une dernière catégorie était composée d’intellectuels et de notables (juristes, avocats, médecins, hauts fonctionnaires) qui trouvaient dans l’essor des ONG une activité complémentaire, une opportunité pour élargir leur clientèle ou formuler un nouvel engagement plus politique10.

  • 11  Ce que nous avons appelé par ailleurs « développement en cascade » (Pirotte, 2005) soit un process (...)

20Nos travaux ont également permis de mettre au jour tant au Bénin qu’en Roumanie des mécanismes locaux d’adaptation des OSC et singulièrement des nouvelles ONG « aux modes » du complexe développeur international (intérêt pour la participation, pour l’appropriation des projets par les bénéficiaires, pour la décentralisation, ou la lutte contre la corruption) tout en tenant compte des dynamiques locales particulières (faible intérêt pour les solutions collectives et absence de base populaire aux projets des ONG en Roumanie, existence d’associations « grassroots » le plus souvent marquées par des logiques de « terroir » au Bénin). Nous avons pu observer comment certaines ONG béninoises, sous prétexte de « développement participatif » et autre « renforcement des initiatives populaires », sont peu à peu parvenues à pérenniser leur position au sein d’un dispositif de renforcement successif des capacités des acteurs11 en jouissant tout à la fois du soutien financier des bailleurs occidentaux mais aussi des bénéficiaires locaux qui, au nom de leur participation à la mise en œuvre du projet, les rémunéraient pour services (dits d’encadrement) rendus.

  • 12  Depuis nos travaux, l’intégration de la Roumanie à l’Union européenne au 1er janvier 2007 a modifi (...)

21On a constaté, par ailleurs, combien ce schéma favorisant la pérennité des ONG béninoises (du moins celles qui sont parvenues à accéder à ces mécanismes) était peu applicable à leurs homologues roumaines qui, certes, ne manquaient pas de soutien extérieur mais bien d’assise populaire et de capacité de mobilisation collective des bénéficiaires de leurs activités. En effet, le défi auquel était confronté ce nouveau secteur ONG à cette époque prenait le nom de « roumanisation », d’intégration de ces structures associatives très dépendantes des soutiens étrangers dans la société locale. Partant d’une situation de welfare state hypertrophié bien que déclinant, les ONG pour s’implanter en Roumanie auprès des populations devaient également fournir des services individuels nécessairement compétitifs par rapport aux anciens services fournis par le parti communiste roumain mais avec moins de moyens. Souvent incapables de collecter des fonds locaux, les ONG roumaines envisageaient l’insertion dans les réseaux transnationaux du complexe développeur comme une étape décisive à leur pérennisation. Du coup, les secteurs ONG locaux semblaient encore plus dépendants qu’ailleurs de l’intervention des partenaires extérieurs12.

1. 3. Approche quantitative et tocquevilienne

22Enveloppe vide se remplissant de sens particuliers selon les acteurs et contextes sociaux et culturels rencontrés, la notion de société civile nous force ainsi à nous interroger tout à la fois sur les dynamiques propres aux sociétés locales où elle semble s’implanter mais aussi sur les dynamiques extérieures à ces sociétés qui privilégient certains acteurs (notamment les secteurs « ONG ») ou une acception particulière du concept (tiers-secteur) et fournissent également des ressources nécessaires au fonctionnement des OSC. Pourtant, cette approche s’intéressant tout à la fois aux dynamiques d’impulsion ou de soutien aux « sociétés civiles émergentes » comme aux dynamiques endogènes de formation de ces sociétés civiles est assez peu développée. Les travaux empiriques les plus ambitieux se sont jusqu’ici inscrits dans une perspective le plus souvent universaliste (la société civile comme élément naturellement constitutif d’un régime démocratique universalisable) et ont surtout insisté sur la dimension associative de sociétés civiles étudiées dans une approche quantitativiste où leur vitalité se mesure au nombre d’associations qui l’animent.

  • 13  Le volet belge de l’enquête fut conduit par le Centre d’Économie sociale de l’Université de Liège (...)

23Il en est ainsi de la vaste enquête multi-référencée dirigée par Lester Salamon du Johns Hopkins Institute de l’Université de Baltimore aux USA. Cette enquête internationale conduite dans les années 1990 avait ainsi pour ambition de prendre le pouls des secteurs « non profit » et des organisations de la « société civile » de 35 pays. On mesura la vitalité de ces non profit sector ou des sociétés civiles en comparant le nombre d’organisations, leur poids économique en termes de revenus en circulation, de dépenses ou d’emplois créés. Outre le fait que cette étude comparative s’inscrivait dans le parti pris d’un universalisme prescriptif, elle ne mesurait pas toujours le même objet13. Surtout, l’enquête de Lester Salamon renforça l’idée que la société civile se mesurait avant tout à sa simple dimension associative et que plus un pays disposait d’un nombre important d’associations plus la société civile semblait vivante. Dans ce cas, plus particulièrement dans la zone est-européenne, la société civile tchèque ou hongroise semblait plus vibrante que la société civile roumaine ou slovaque, par exemple en raison de plus grand nombre d’associations répertoriées dans ces pays. Le raisonnement était simpliste : le recul de l’État de la sphère du social et dans certains cas le recouvrement du droit d’association devait favoriser la multiplication de formules associatives de nature diverses (mais souvent regroupées derrière l’acronyme ONG/NGO). Comment dès lors ne pas concevoir ces nouvelles ONG comme indicatrices valables de la vitalité du fonctionnement d’une société démocratique ou en voie de démocratisation ?

  • 14  On songe au Chili de Pinochet, à la plupart des NIC d’Asie du Sud-Est, aux États souvent très inte (...)
  • 15 Putnam y écrit : « Pour la stabilité politique autant que pour l’efficacité du gouvernement voire m (...)

24Dans le courant des années 1990, les travaux sur le capital social et son impact sur le développement économique et politique d’un groupe social comme d’une société vont renforcer ce biais associatif et quantitativiste des recherches empiriques initiales sur les (nouvelles) sociétés civiles. Les politologues néo-développementalistes des années 1980 et du début des années 1990 (Badie, 1992) renouaient avec cette idée – bien présente dans les théories des années 1950 – d’un développement des performances économiques liées à un marché enfin libéralisé et d’une redéfinition du cadre institutionnel tournant le dos, du moins en principe, à l’autoritarisme des États développeurs postcoloniaux des années 1960 et 1970. Mais ces politiques présentaient ce double objectif (libéraliser les marchés, démocratiser la société politique) sans pouvoir nécessairement les connecter autrement que par un discours dogmatique, relativement consensuel à la toute fin de la Guerre froide. Sans le capital social, l’on devait en quelque sorte croire intuitivement à l’existence d’une liaison positive entre prospérité économique et démocratie libérale, liaison intuitive qui n’est pourtant pas attestée empiriquement14. Si la démocratisation d’un régime autorise l’apparition d’une société civile par le recouvrement du droit d’association, celle-ci autorise la production de capitaux sociaux garants de l’essor économique et politique d’une société donnée (comme tendraient à le prouver les travaux – controversés – de Putnam publiés en 1993 sur l’essor économique et politique de l’Italie du Nord et du Sud)15. Par la même occasion, la société civile et ses acteurs sont dès lors légitimés et la liaison entre démocratie et développement économique en apparence objectivée. La notion de capital social qui gagne en force à partir de la seconde moitié des années 1990, apparaît pour certains comme le chaînon manquant (« The missing link », Grootaert, 1998). Eric Uslaner et Paul Dekker soulignent :

“So social capital becomes the “missing link” and the magical elixir in the quest for prosperity and good governance. We don’t need too much emphasis on difficult structural reform, either of democratic institutions or of economic structures. Instead, we can eat our cake and have it too.” (Uslaner & Dekker, 2001:177).

25Cependant un certain scepticisme demeure quant au rôle du capital social dans le développement. Comme le note M. Edwards, tant la société civile que le capital social sont des variables contingentes,

  • 16  Traduction personnelle de l’anglais.

« des produits de politiques, des structures sociales ou des construits étatiques formés par l’histoire ou le contexte qui à leur tour peuvent influencer les résultats économiques et macro sociaux. Dans cette perspective, les succès économiques et sociaux ne sont jamais les résultats de “plus de capitaux sociaux” ou d’une “société civile plus forte” mais d’un ensemble plus complexe d’interactions dans lesquelles les capitaux sociaux – sous certaines formes – et la société civile – dans certaines circonstances – sont seulement des parties de ces interactions »16 (Edwards, 2000 : 5).

  • 17  On rappellera l’émerveillement d’Alexis de Tocqueville face à la floraison associative américaine (...)
  • 18  On peut d’ailleurs complètement récuser l’idée d’une liaison entre un tissu associatif dense et la (...)
  • 19  Un sondage du Baromètre de l’opinion publique de 2005 (de l’Open Society Foundation, ex fondation (...)
  • 20  Par ailleurs, à la même époque, un rapport de l’USAID prétendait que 7 % des Roumains étaient memb (...)

26Néanmoins, les travaux sur le capital social offrent aussi l’intérêt de réintroduire une analyse sociologique au cœur de l’étude des sociétés civiles par le recours, certes dans des formules souvent caricaturales, à des concepts tels que normes, confiances et liens sociaux. Ironiquement, ce concept de confiance, notamment, permet de confondre le biais associatif/quantitativiste de ces recherches. Dans ce sens tocquevillien17 la société civile roumaine est aujourd’hui bien vivante si l’on s’en tient à la multitude d’associations qui l’animent. Fin des années 1990, la Roumanie comptait, selon une enquête de la Fondation pour le développement de la société civile de Roumanie, 19.000 neguvernamental organisatia. Mais l’expérience postcommuniste roumaine montre qu’il ne suffit pas de disposer d’un tissu associatif dense pour disposer d’une société civile18. Car le projet roumain se heurte aujourd’hui à un problème de fond important : le manque de confiance19 et d’engagement du citoyen roumain pour l’action collective. Autrement dit, la croissance du tissu associatif postcommuniste ne se serait pas pour autant accompagnée d’une élévation du capital social en raison du manque de confiance et de liens sociaux qui traversent la société roumaine en transition. Si certains envisagent ce problème comme un trait culturel propre à la société roumaine, il est de bon ton de rejeter la faute sur l’altération perverse du sens des termes « solidarité » ou « collectivité » par le régime communiste d’hier pour expliquer ce manque de sens collectif. Des données compilées par l’enquête de la Fondation pour le développement de la société civile (FDSC) de 2005 sont révélatrices. Un sondage d’octobre 2003 du Baromètre d’opinion publique révèle que 9 % des Roumains interrogés s’affirmaient membres d’une organisation de la société civile (qu’il s’agisse d’une ONG20, d’une association sportive, d’un syndicat, d’un groupe religieux ou d’un parti politique). Ce sondage annonce également que seulement 6 % des citoyens roumains interrogés ont pris part au cours de l’année écoulée à une activité d’une organisation de la société civile (et le spectre est pourtant large entre l’action caritative et la partie de football). Ainsi pour survivre, le projet de société civile qui s’accompagnait dans les premières heures de l’ère postcommuniste de mobilisations collectives importantes (Bocancea, 1998) doit encore aujourd’hui gagner en popularité, favoriser l’engagement d’une large partie de la population en son sein et ainsi s’émanciper davantage de sa tutelle occidentale.

27L’approche en termes de capitaux sociaux confirme donc qu’on ne peut réduire la vitalité d’une société civile au seul nombre d’associations qui la compose. Encore faut-il notamment qu’elle s’enracine localement à la société globale dont elle est censée dépendre, qu’elle fasse naître du lien social et la confiance nécessaires à l’engagement au sein des organisations de la société civile, selon la théorie « putnamienne ». On imagine dès lors les chantiers qui s’ouvrent aux sociologues et anthropologues des sociétés civiles à la faveur de ces constats : il ne s’agit plus simplement de mesurer les projets en dénombrant et en classifiant les organisations des sociétés civiles par domaines d’activités, par revenus, par emplois créés, etc. L’étude ne peut se limiter non plus à la compréhension des changements institutionnels ou politiques que l’insertion de ces nouveaux opérateurs de l’aide provoque pour l’État développeur. Il convient également d’étudier, plus simplement, les liens sociaux favorables à l’appropriation et la reformulation locale de ces projets de sociétés civiles.

2. Des nouveaux chantiers d’études

28De plus, l’approche associative est confrontée au problème de la définition des frontières de la société civile. Même en limitant celle-ci au fait associatif, cette approche échoue à répondre à cette simple question : qui fait ou non partie de la société civile ? Parmi les résultats d’une récente étude comparative cherchant à dresser un état des lieux des sociétés civiles dans 55 pays (Heinrich & Fioramonti, 2008) on peut y percevoir les difficultés des équipes de recherches locales à inclure et exclure certaines associations de la conception de la société civile. Si la plupart des pays participants acceptent d’inclure dans la définition locale de la société civile les associations communautaires, les organisations féminines, les groupes environnementaux, les organisations de services sans but lucratif, les médias indépendants et les mouvements sociaux, au-delà de ces acteurs, le consensus n’existe plus. Les organisations religieuses sont acceptées au Liban et en Pologne alors que l’Église orthodoxe est exclue en Grèce. En Afrique, le statut des autorités traditionnelles est longuement débattu : elles sont acceptées parmi les acteurs de la société civile au Togo mais exclues au Ghana, par exemple. Quant aux partis politiques, ils sont inclus dans la société civile Nord Irlandaise, exclus en Tchéquie alors que les partis politiques d’opposition en Mongolie quittent la société civile lorsqu’ils obtiennent les rênes du pouvoir.

  • 21  L’enquête Civicus présentée ici a introduit comme variable explicative de la vitalité des sociétés (...)

29Les lectures privilégiant l’aspect associatif de la société civile se heurtent donc à un obstacle important : en se bornant à un inventaire associatif, elles éprouvent des difficultés à définir les frontières de cette société civile en escamotant toute référence au caractère « civil » de cet espace particulier, soit à sa dimension normative et idéelle. Sans recours à cette dimension, peut-on considérer le Ku Klux Klan au même titre que le NAACP (National Association for the Advancement of Colored People) comme un élément de la société civile américaine par exemple ? En France, les collectifs prônant des actes de désobéissance civile (des « Faucheurs volontaires » de champs d’organismes génétiquement modifiés aux collectifs de « Résistance Anti-Pub ») sont-ils plus ou moins civils que des associations qui militent pour la liberté de la presse ou contre le droit à l’avortement ? Ces travaux ne formulent aucune différence entre ces associations quant aux valeurs qu’elles défendent (Etzioni, 2000) et, portés par un optimisme démocratique, ont tendance à oublier la face obscure de la société civile (Portes & Landolt, 1996). Il convient donc de distinguer les discours normatifs produits de manière explicite ou implicite par les acteurs présumés d’une société civile donnée des discours normatifs produits sur la société civile, discours également nombreux21. Rapportées aux valeurs et visions du monde constitutives d’une « société idéale » qu’un groupe social se donne, toutes les associations ne se valent pas (Etzioni, 2000). Dans ce contexte, la disparité des ressources entre associations pose un problème particulier pour la lecture « associative » de la société civile. Cette inégalité entre associations se traduit par des différences en termes de capacité à faire entendre sa voix, à soutenir un agenda particulier et consolider son interprétation des normes partagées dans la sphère publique (Edwards, 2004).

30Si la notion de société civile postule l’existence d’un fait associatif au sens large, c’est-à-dire au minimum la réunion temporaire, formelle ou non, d’acteurs sociaux, la définition qu’en donne Jürgen Habermas insiste sur ce troisième élément constitutif de l’analyse que représentent ces espaces publics :

« [Le cœur institutionnel de la société civile] est désormais formé par ces groupements et ces associations non étatiques et non économiques à base bénévole qui rattachent les structures communicationnelles de l’espace public à la composante “société” du monde vécu [NB : le monde où se déploie l’action des membres d’une société donnée]. La société civile se compose de ces associations, organisations et mouvements qui à la fois accueillent, condensent et répercutent, en les amplifiant dans l’espace public politique, la résonance que les problèmes sociaux trouvent dans les sphères de la vie privée. Le cœur de la société civile est donc constitué par un tissu associatif qui institutionnalise dans le cadre d’espaces publics organisés les discussions qui se proposent de résoudre les problèmes surgis concernant les sujets d’intérêt général » (Habermas, 1997 : 394).

31Dès lors, l’une des missions les plus importantes pour l’avancement de l’étude des sociétés civiles contemporaines consisterait à réévaluer ces projets de création ou de recréation des sociétés civiles comme situés à la jonction des « dynamiques du dedans » et du « dehors », perçus le plus souvent sous leur forme associative et envisager d’autres dimensions constitutives des sociétés civiles (notamment en contexte démocratique) qui pour l’heure sont faiblement investiguées dans une démarche intégrée : la dimension normative ou idéelle et la question des espaces publics dans lesquels devraient intervenir les OSC. Autrement dit, il ne suffit plus de s’intéresser aux nombres d’associations, à leurs organisations, à leurs revenus, à leurs dépenses, aux emplois qu’elles génèrent. Il faut aussi se pencher sur leurs discours officiels comme officieux, sur leurs représentations, sur les identités qu’elles génèrent comme sur les valeurs et idéaux véhiculés et voir comment ce corpus normatif et ses représentations s’expriment dans les différents espaces publics que l’on peut identifier localement.

32Cette dimension « espaces publics » des sociétés civiles contemporaines est sans doute ce qui différencie les contextes politiques occidentaux de la plupart des « nouvelles sociétés civiles émergentes » d’Europe orientale, d’Asie ou d’Afrique subsaharienne qui disposent au mieux des deux premières caractéristiques (soit un champ associatif autonome formulant normes, valeurs et représentations sociales) mais pèchent par un manque d’autonomie de ces espaces publics et d’émancipation d’un individu citoyen de ses allégeances claniques et familiales. C’est ce que souligne notamment Olivier Roy quand il évalue l’existence des sociétés civiles en Asie centrale. Il soutient : « La société civile implique le passage au politique, c’est-à-dire la fin de la médiation des « communautés » organiques (ordres, castes, etc.) entre l’individu et l’ordre politique (et économique) » (Roy, 2002 :171-172). Aussi, nous considérons que l’enjeu actuel pour l’analyse des nouvelles sociétés civiles n’est plus de comprendre s’il existe ou non de véritable société en dehors du monde occidental mais plutôt de chercher à comprendre quelles sont les configurations locales de ces espaces publics. Tantôt contrôlés par l’État et foncièrement peu autonomes, tantôt pollués par des logiques si peu citoyennes, ces espaces publics méritent qu’on les ausculte et qu’on les appréhende avec un esprit d’ouverture et de curiosité notamment pour des publics mal connus ou mal identifiés.

Haut de page

Bibliographie

Atlani-Duault, L., (2005), Au bonheur des autres. Anthropologie de l’aide humanitaire, Société d’ethnologie, Nanterre.

Badie, B., (1992), L’État importé. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique, Fayard, Paris.

Balandier, G., (1971), Sens et puissance, Presses universitaires de France, Paris, coll. « Bibliothèque de sociologie contemporaine ».

Banque mondiale, (1989), L’Afrique subsaharienne. De la crise à une croissance durable, Banque mondiale, Washington.

Bayart, J. F., (1989), L’État en Afrique. La politique du ventre, Fayart, Paris, coll. « L’espace du politique ».

Bayart, J. F., (2001), « Le pidgin de la société civile », Alternatives économiques, 190.

Berman, S., (1997), “Civil Society and the Collapse of the Weimar Republic”, World Politics, 49, April, 01-29

Bierschenk, T., Chauveau J. P., Olivier de Sardan J. P. (dir.), (2000), Courtiers en développement, AP AD-Karthala, Paris.

Bocancea, C., (1998), La Roumanie du communisme au postcommunisme, L’Harmattan, Paris, coll. « Le monde en transition ».

Boltanski, L. et Chiapello, E., (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, coll. « NRF ».

Carbone, M., (2003), « Dossier : les acteurs non étatiques et Cotonou », Le Courrier ACP-UE, 199.

Chabal, P. et Daloz, J. P., (1999), L’Afrique est partie ! Du désordre comme instrument politique, Economica,Paris, coll. « Analyse politique ».

Colas, D., (1992), Le glaive et le fléau. Généalogie du fanatisme et de la société civile, Grasset, Paris.

Colas, D., (2002), « L’absence de société civile sous le communisme, sa faiblesse sous le post-communisme », Colas D. (dir.), L’Europe post-communiste, PUF, Paris.

Copans, J., (1980), Les marabouts et l’arachide. La confrérie mouride et les paysans au Sénégal, Le Sycomore, Paris.

Coulon, C., (1981), Le marabout et le prince. Islam et pouvoir au Sénégal, Pedone, Paris.

Diamond, L., (1991), The Democratic Revolution: Struggles for Freedom and Pluralism in the Developing World, Freedom House, New York.

Edwards, M. (2000), Enthusiasts, tacticians and skeptics: the World Bank, Civil Society and Social Capital, http://www.worldbank.org/poverty/scapital/library/edwards.pdf

Edwards, M., (2004), Civil Society, Polity Press, Cambridge.

Ehrenberg, J., (1999), Civil Society: The Critical History of an Idea, New York University Press, New York.

Etzioni, A., (2000), “Communautarism and the Moral Dimension”, in Eberly D. (ed), The essential Civil Society Reader. Classic Essays in the American Civil Society Debate, Rowman & Littelfield Publishers, Oxford.

FDSC, (1999), Changes and trends in the Non Profit Sector 1998, Fundatia pentru Dezvoltarea Societatii Civile, Bucharest.

FDSC, (2005), Dialogue for Civil Society. Report on the State of Civil Society in Romania 2005 – Civicus Civil Society index, Fundatia pentru Dezvoltarea Societatii Civile, Bucharest.

Grootaert, C., (1998), “Social capital. The missing link?”, Social Capital Initiative – Working Papers, 3, World Bank, Washington.

Guilhot, N., (2000), « Les institutions financières sous le feu de la critique. D’une vérité à l’autre. Les politiques de la Banque mondiale », Le Monde diplomatique, 588, septembre, 20-21.

Habermas, J., (1997), Droit et démocratie. Entre faits et normes, Gallimard, Paris, coll. « NRF Essais ».

Haubert, M., (2000), « L’idéologie de la société civile », in Haubert M. & Rey P. P. (coord.), Les sociétés civiles face au marché. Le changement social dans le monde postcolonial, Karthala, Paris.

Havel, V., (1991), Essais politiques, Calman-Lévy, Paris.

Heinrich, F. V. et Fioramonti, L., (2008), Civicus Global Survey of the State of Civil Society. Vol. 2 Comparative Perspectives, Kumarian Press, Bloomfield.

Huntington, S., (1992), The Third Wave. Democratization in the Late Twentieth Century, University of Oklahoma Press, Norman/London.

Kothari, S., (1996), “Rising from the Margins: the Awakening of Civil Society in the Third Word”, Development, 3, 11-27.

Lewis, D., (2001), “Civil Society in Non Western Contexts: Reflections on the ‘Usefulness’ of a Concept”, Civil Society Working Paper, 13.

Marcussen, H. S., (1996), “NGOs, the State and Civil Society”, Revue of African Political Economy, 1996, 69, 405-423.

Molnar, M., (1990), La démocratie se lève à l’Est. Société civile et communisme en Europe de l’Est : Pologne et Hongrie, PUF, Paris.

Offerlé, M., (2003), La société civile en question, La Documentation française, Paris coll. « Problèmes économiques et sociaux ».

Olivier de Sardan, J. P. (2007), « De la nouvelle anthropologie du développement à la socio-anthropologie des espaces publics africains », Tiers Monde, 191, 543-552.

Oprea, M., (2009), Development Discourse in Romania: from socialism to EU membership, Universita di Bologna, Doctoral Research on “International Cooperation and Sustainable Development Policies”, Bologna.

Otayek, R., (1999), « La démocratie entre mobilisations identitaires et besoin d’État : y a-t-il une “exception” africaine ? », Autrepart, l0, 5-22.

Pirotte, G., (2002), L’invention de la société civile en Europe de l’Est (Roumanie) et en Afrique subsaharienne (Bénin), thèse de doctorat en sociologie, Université de Liège, Faculté d’économie, de gestion et de sciences sociales.

Pirotte, G., (2003), Une société civile post-révolutionnaire. Étude du secteur ONG de Roumanie. Le cas de Iasi, Académia-Bruylant, Louvain-la-Neuve, coll. « Carrefour », n° 1.

Pirotte, G., (2005), « Civile importée et nouvelle gouvernance. Le nouveau secteur ONG au Bénin », Quantin P. (dir.), Gouverner les sociétés africaines : acteurs et institutions, Karthala, Paris, 27-45.

Portes, A. et Landolt, P., (1996), “The Downside of Social Capital”, American Prospect, vol. 7, 26.

Putnam, R., (1993), Making Democracy Work, Civic Traditions in Modern Italy, Princeton, Princeton University Press, Princeton.

Roy, O., (2002), « Asie centrale : la société civile en débat », Revue internationale de Politique comparée, vol. 9, 2.

Salamon, L. M. et al., (1999), Global Civil Society. Dimensions of the Non Profit Sector, Baltimore, Johns Hopkins Center for Civil Societies Studies.

Tocqueville, A., (1835 ; 1986), De la démocratie en Amérique, tome I & tome 2, Robert Laffont, Paris.

Uslaner, E. et Dekker P., (2001), “The ‘Social’ in Social Capital”, Dekker, P. et Uslaner, E., Social Capital and Participation in Everyday Life, Routledge, London, 176-187.

Van Rooy, A., (1998), Civil Society and the Aid Industry, Earthscan, London.

Young, C., (1994), “In Search of Civil Society”, Harbeson, J. W., Rothschild, D., et Chazan N., Civil Society and the State in Africa, Lynne Rienner Publisher, Boulder/London, 51-82.

Haut de page

Notes

1  Soit ce maillage planétaire d’organisations et institutions en charge de la définition et de la mise en œuvre au quotidien de la coopération internationale.

2  Celles (ré)apparues dans les contextes de réformes économiques et de transitions politiques des années 1980 et 1990, comme ce fut le cas en Europe de l’Est et au Sud du Sahara.

3  L’accès au terrain congolais étant devenu particulièrement délicat en raison des conflits armés qui y ont sévi durant cette période de recherche (1998-2001).

4  Organisation non gouvernementale / Non Governmental Organisation.

5  On a assisté à une réévaluation du rôle des acteurs de la société civile dans les processus de transition là où ils paraissaient jusque-là avoir joué un rôle déterminant comme en Europe centrale et orientale. Passé l’émerveillement de la fin de la Guerre froide (Molnar, 1990), c’est une lecture quelque peu désenchantée de la société civile qui semble notamment se répandre à présent dans le cadre de la réévaluation des nouvelles sociétés civiles d’Europe centrale et orientale. Dominique Colas souligne que la lecture des sociétés civiles émergentes par les « transitologues » fut biaisée par l’importance accordée à l’expérience très particulière de Solidarnosc en Pologne.

6  De plus, cette conception attire explicitement notre attention sur la dimension temporelle d’un projet. On peut également suggérer qu’en prenant part à ce projet « temporairement » les acteurs sociaux s’y intègrent chacun avec leur propre histoire. Il convient donc de tenir compte des évolutions particulières de ces dynamiques du dedans comme du dehors préalables à la mise en place des projets.

7  Entre 1977 et 1988, 6 % des projets financés par la Banque mondiale concernaient des ONG. En 1993, le partenariat ONG – Banque mondiale franchit le cap des 30 % de projets pour atteindre 70 % depuis 2004 (Doucin, 2007).

8  Nous avons pu observer quelques séances de formation et parcourus des « guides » de bonne conduite associative où les « partenaires du développement » informaient les responsables d’ONG locales sur la bonne manière de gérer leurs associations, de dresser les comptes, de formuler un projet, de négocier avec le personnel, voire de bien parler et rédiger en anglais.

9  Certes, ces statuts sont surtout dépendants des cadres légaux locaux. Ceux-ci, tant au Bénin qu’en Roumanie, furent dans un premier temps définis par des lois jugées obsolètes (Loi 1901 pour les nouvelles ONG béninoises, Loi de 1922 pour les ONG roumaines) et remplacées à l’entame des années 2000 par un cadre juridique plus spécifique aux nouvelles organisations non gouvernementales avec le soutien des ONG locales les plus puissantes du secteur et de leurs « partenaires » occidentaux.

10  Cette typologie peut paraître grossière et mériterait sans nul doute une approche plus fouillée. À notre connaissance, il existe bien peu de travaux cherchant à approfondir la compréhension des parcours de ces ONGistes et principalement des nouveaux leaders associatifs. Une sociologie du leadership associatif au sein de ces nouvelles sociétés civiles reste à développer.

11  Ce que nous avons appelé par ailleurs « développement en cascade » (Pirotte, 2005) soit un processus de renforcement successif des différents opérateurs de l’aide situé entre le bailleur et le bénéficiaire et permettant à chaque intermédiaire de bénéficier à la fois du soutien de son partenaire et du bénéficiaire de ses propres activités.

12  Depuis nos travaux, l’intégration de la Roumanie à l’Union européenne au 1er janvier 2007 a modifié la donne : nombre d’ONG qui ont œuvré par leurs activités à l’intégration de la Roumanie au sein de l’Union européenne voient aujourd’hui la manne financière sur laquelle elles s’étaient déployées se vider peu à peu. De plus, l’intégration européenne suppose la redéfinition et la redynamisation de la coopération internationale roumaine et bouleverse profondément l’identité même de ce secteur ONG habitué à recevoir l’aide plutôt qu’à l’apporter à des bénéficiaires étrangers (Oprea M., 2009).

13  Le volet belge de l’enquête fut conduit par le Centre d’Économie sociale de l’Université de Liège et s’attarda sur les initiatives d’économie sociale telles que les coopératives et les mutuelles, notamment, structures qui ne pouvaient être prises en compte notamment en Roumanie où elles étaient, au moment de l’enquête (conduite par la FDSC), tout à la fois à l’agonie et délégitimées au sein de la nouvelle société civile car jugées trop proches de l’ancien régime communiste.

14  On songe au Chili de Pinochet, à la plupart des NIC d’Asie du Sud-Est, aux États souvent très interventionnistes pour ne pas dire autoritaires, sans oublier l’« éveil » économique chinois tellement vanté aujourd’hui mais dont le régime politique est encore loin d’assurer ses gages démocratiques.

15 Putnam y écrit : « Pour la stabilité politique autant que pour l’efficacité du gouvernement voire même le progrès économique, le capital social peut être même plus important que le capital physique ou humain » (Putnam, 1993).

16  Traduction personnelle de l’anglais.

17  On rappellera l’émerveillement d’Alexis de Tocqueville face à la floraison associative américaine (Tocqueville, 1835 ; 1986). L’aristocrate normand est d’ailleurs bien vite apparu comme une figure tutélaire de la réflexion sur le lien entre société civile et démocratie au début des années 1990. Si l’on doit confirmer l’importance qu’accorde Alexis de Tocqueville aux associations locales dans le bon fonctionnement d’un régime démocratique (décentralisé), on aura cependant du mal à trouver dans ses textes l’usage du terme « société civile ».

18  On peut d’ailleurs complètement récuser l’idée d’une liaison entre un tissu associatif dense et la consolidation d’un régime démocratique par l’enseignement de l’histoire. Sheri Berman (1997) a souligné, en prenant l’exemple de la République de Weimar, combien une floraison associative sans institutions politiques fortes correspondantes pouvait contribuer à saper les fondements d’un régime démocratique et participer à l’avènement d’un régime totalitaire.

19  Un sondage du Baromètre de l’opinion publique de 2005 (de l’Open Society Foundation, ex fondation Soros) montre que 90 % des Roumains interrogés considèrent « qu’il est recommandé d’agir avec prudence dans ses relations avec autrui » (cité par FDSC, 2005:38).

20  Par ailleurs, à la même époque, un rapport de l’USAID prétendait que 7 % des Roumains étaient membres d’une ONG (USAID, 2003). De plus, les Baromètres d’opinion publique établis par la fondation Soros avec l’aide de l’institut de sondage Gallup montrent l’expression régulière d’un degré de confiance élevé des Roumains vis-à-vis de l’armée et de l’Église orthodoxe (autour des 70 à 80 %). Les ONG locales étaient loin de disposer du même soutien de la part de la population roumaine, se classant régulièrement en bas de l’échelle de confiance des roumains vis-à-vis de leurs institutions (juste devant le Parlement, les syndicats et les partis politiques. Cf. Open Society Foundation, 2004.

21  L’enquête Civicus présentée ici a introduit comme variable explicative de la vitalité des sociétés étudiées les valeurs formulées par ces associations Mais fidèle à ses objectifs de quantification, ces valeurs étaient ramenées à des indicateurs chiffrés et universalisant. Ainsi, plus les valeurs exprimées par les organisations de la société civile sont favorables à la démocratie, à une société ouverte et libérale et plus l’indicateur est élevé…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gautier Pirotte, « La notion de société civile dans les politiques et pratiques du développement », Revue de la régulation [En ligne], 7 | 1er semestre / Spring 2010, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/regulation/7787

Haut de page

Auteur

Gautier Pirotte

Chargé de cours, Socio-Anthropologie du développement, université de Liège (Belgique), Gautier.Pirotte@ulg.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page