Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Gérard Dumenil and Dominique Lévy, The Crisis of Neoliberalism, Harvard University Press, Cambridge, Massachussetts, London, England, 2011.

La crise du néolibéralisme
Ozgur Gun et Sophie Jallais

Texte intégral

1Avec leur dernier ouvrage, Gérard Duménil et Dominique Lévy font, une fois encore, la démonstration de la puissance explicative de leur économie politique marxiste. Dans la mesure où, en temps de crise, les recours aux hétérodoxies en général et à Marx en particulier, bien que souvent éphémères, sont toujours nombreux (aussi bien dans les discours économiques profanes qu’académiques), cette démonstration pourrait paraître dispensable. Or, il n’en est rien, les enjeux analytiques et politiques que soulève le travail de ces deux économistes étant non seulement massifs mais aussi d’actualité. En effet, outre son caractère convaincant, leur ouvrage est majeur au vu de la situation actuelle dans l’espace académique en économie (où la dichotomie entre l’orthodoxie néoclassique et l’hétérodoxie se réclamant de l’économie politique n’a jamais été aussi franche et assumée) et dans l’espace social (où la crédibilité des programmes politiques visant à accorder le capitalisme aux besoins et aux revendications de la grande majorité des salariés est, pour le moins, en question).

  • 1  Bien que cela soit un détail, cette analyse permet aussi de sortir du dilemme de la pluri ou inter (...)

2Sur le plan analytique, il faut d’emblée souligner la densité et la systématicité de l’explication de la crise de Duménil et Lévy. Si l’on est en quête d’une explication unidimensionnelle voire synthétique, ces qualités rendent ardue la lecture de leur ouvrage. Elles constituent pourtant un des traits caractéristiques les plus appréciables de leur économie politique marxiste. En mettant en œuvre un cadre d’analyse qui non seulement mobilise, mais surtout articule les dimensions historique, politique, sociale et économique, Duménil et Lévy produisent une étude globale élégante de la crise et du capitalisme contemporain. Ce faisant, leur travail évite certains écueils. L’économie n’est pas appréhendée comme une quasi-nature hors de portée de l’histoire, mais comme un champ de rapports sociaux (de domination et de compromis). Pour autant, une fois posée sa nature historique, elle n’est pas non plus réduite à un artefact sans règles immanentes dont l’organisation et le fonctionnement seraient à la portée immédiate des velléités politiques (fussent-elles de régulation). Bref, l’analyse marxiste, combinant théorie des sociétés, analyses historique et économique, est ici renouvelée1.

3Pour analyser la crise déclenchée en 2007, Duménil et Lévy mobilisent en effet (dans les deuxième et troisième parties de leur ouvrage) la dynamique historique du capitalisme (1) dont ils projettent les tenants et les aboutissants sur deux plans : la financiarisation et la mondialisation néolibérales déterminées par la « quête de hauts revenus » (2) (analysées dans la quatrième partie) et la trajectoire macroéconomique insoutenable des États-Unis (EU) (3) (traitée dans les cinquième et sixième parties). Présentée dans leur septième partie, la crise en elle-même (des « subprimes » jusqu’à la « grande contraction »), ressortissant de contradictions propres au capitalisme contemporain, est à la confluence de ces deux plans. Un des grands intérêts de leur travail réside dans l’effort de mise en évidence des relations existantes, non seulement entre la dynamique historique du capitalisme et chaque plan, mais aussi entre chacun de ces derniers – distingués dès la première partie, synoptique, de leur ouvrage (les huit parties suivantes en constituant des développements étayés, tant au plan théorique qu’empirique).

1. Dynamique historique du capitalisme

4Duménil et Lévy analysent la crise initiée en 2007 comme une crise structurelle (la quatrième, selon eux, dans l’histoire du capitalisme depuis la fin du xixe siècle) : celle du « néolibéralisme sous hégémonie internationale américaine». Selon leur typologie des crises structurelles – distinguant deux types possibles, aux mécanismes propres distincts – cette crise est une crise d’hégémonie financière (comme celle des années 1930 à laquelle ils la comparent d’ailleurs avec soin dans leur huitième partie), et non une crise de rentabilité (tenant à la bais e du ntsose orofit,7 comme le uarentc-elles des années 890n et de la fin des années 170)n. Cette typologie estlassise eur une analysedre la dynamique historique du capitalism) : dans lLéoluation du capitalismemo derse, lu « néolibéralismn t, ou «se co de hégémonie financièrn t est la troisième et dernière hayse qu,t à la fin des années 170s, e eccété à celle qualftiée, selon le soiet deevue théoriqueadnopée, de « compromis-keynéseon , ou «ssocia- démcriatn t, ou encor, de « capitalisme gestiornairn t, elle-même faisans suste,apprès e New Deral et la e co deguerire mondiae,t à « la première hégémonie financièrn .l Chc une de ces hayss ess caractériiée parcun «ordrce socias » Répoymie) etcunordrce internationa1. Lt pasrage d’une hayse à d’outr,e d’unordrce à d’outr,eest foncgue parcune crise structurelle dont des Maisoes seondent eux henaences politiquee, socialse et économiquse à d œuvre dans lu capitalismn. Csx henaencessdont lexoprestion de la lutte des classesent des contradictionsin hrnentes à Chc une de ces hayss(cdes contradictionsaynant rrait à landiaecitique dsu focmes prduectivesent des rapportsse oroduection).Couplnées à certailes cr consaences économiqusesprécftiques lre chnglementtTechico-organisationel,t les tenaences du ntsose orofitn et le cadre institutionels cocternent lasntabilité macroéconomiqu,x en particulie la politique ondétare)e, ces tenaences détermisent laiiqluence historique cesordrcts sociauxent coc des hayss du capitalism.. La crise actuelle serant coc lLtapse initrale d’unlrongpproresues cooduinant à uneenouvelne hayse du capitalisme à laquelle les Auteurn conmacsent laneuvsième et dernière partie,pprrspectivt coce, de leur ouvrage).

<21 dir="ltr" id="headinn2">1. 1. Configurations de pouvoirs et compromis de classes : une approche ternaire
  • Lla «rLéoluation des sociétée parraction e fatl rfhrnecet à la formation massive de sociétéeanpoymr (...)
  • Saluiéeenorammnit pa Frcétéri Lordion (200)y, Capitalisme,dnésre et ervitudm,LlaFaborique, Pari. r (...)

Duménil et Lévyoiet depuis ron temps souligtélusesprécftcités du capitalismemo derse, du capitalisme poctérjeur axa troit rrns formatiost majeuensaynanteu uliue autjournntn du ixee. En coniqluenc,e ils développent une approche ternaireu de la structurs de classes du capitalismemo derssien distinguantl

Sur la bsne de cette approche ternair,e dont desfco dementsempiriquse et théoriqusesdontexoostée(dans les deuxième et troisième parties de leur ouvrage, Duménil et Lévy proospent une typologie desordrcts sociaux selon la Localiaation du compromis dans la structurs de classes( les cadrrs – cts lecteurnprivté et.publis –joutant unrôlne ivot)e et eelon la classs qu,t dans lu compromi, occupde la osiation de Heade. A ini, la configuratiot du pouvoiu de classes de la hbsne de capitalisme gestiornaire se caractérifat-velne parcun compromis entre des cadrrs etldes classespopultares(cds qui lLtaublisrait à «  achrn )e sous Headeship des pemniers(cds qui lLtaublisrait pluspprécstmdent ee « entr- achrn ). Soluspprestion dst nouvementspopultares( la lutte des classe)e et oues cooictiors «tTechiiquss » liemposaencn des tainsse oroduectvsité et des ntsose orofit)e, cn compromisravats aboute à d’umliouratiot dusfort de a majorité des salariés(grânc,elon lesrai,e à d’ogemenratiot du pouvoiu d’ahats et as développemens de la rnoteatiot social)s et asrne focmemens unrôlne et de d’ouconomes des cadrrsvis-à-vise des capitalinte.. La gestios, tantprivten que.publ que – autraivers surtout, pour cette dernièr,n de la gestioa centralstée de a macroéconomees –ravats lhors pourbautsles progrèstTechiiquf, lieevsrtismemene, la couissance nt leemloi,i de soren que cn compromisslLtaint rrdhuit pa la cottention dstiIntérêts de classe des capitalinte (via,eenorammni, d’ogemenratiot de la art des prfoits etvenus(dans les entrpcrises rédeatiot fatse desDe soiet deevue politique et bilinair,e cetordrce internationaeLtaintorganiue par lexlintence de deuxb Lous hégémoniques

<21 dir="ltr" id="headin32">1. 2. Intérêts de classes, hybridation et Finance

ie des cadrrsjoueant unrôlne centra: dans l’analyse qle fot, Duménil et Lévydre la dynamique sociale du capitalismr, il me fudrrait psa course qleljeur auconomiaation – tyrique du capitalismemo derss –van noresnairemens depnais avec d’umliouratiot dusfort des classespopultares :ssitel fuet le ces drmantl e la configuratiot du pouvoiu de classee. Enooutr,esSi l’onp renc soin en distingler dans cette classe des oue-caoégoris,7 commec-elles des cadrrstTechico-organisationels,7 commrociaux ou financerst, une relatioe réi rniqueap paraîs lhors entre lapprvaltence d’une configuratiotsprécftiqut du pouvoiu de classl et lapprdémntence d’une oue-caoégoris particulmère de cdres :lde capitalisme gestiornairefuet maquée par es Headeship dr len cdreementtTechiique etorganisationel,t lhors qlelju néolibéralismx ouse co de hégémonie financière est maquée par ae domination e la cempsnante financière des cadrr).

,eestcouplne auUniv au internationae à unodrce globat,lla « mondialisation néolibéraln  ou «ordrce internationae néolibéran t,(dans laquet desEUeoccupdont laplpace d’hégémon. Ce compromis de classes néolibéra,rtaini ique l’odrce globas lu coml étane, s, sont rrdhuise par l’ogemenratiot dts revenus des plus ichte ( esrftractiors/sutérjeuees de la classe dominants, tantochzs les capitalintesique chzs les cadrr)x – agemenratiot fonctionnntn dans l’analysese Duménil et Lévy comme unobajecsis de class2. as ess-même fossiblt de praler ici de rsitarlation dans la mesure oe ces revenusravavent ité cotteous hors del

01

>1ixe siècl,e la rnprciétn dst nyeotsse oroduection et le pouvoiu desftractiors/sutérjeuees des capitalintes passent en effet centraummnit pa en lecteun financlerfet cocgles institutionn financièrrt,cCe qui conièrluon caractèreffordement financler à landomination e cette classe dans eu capitalismemo ders. Pour soulignercle soiee, Duménil et Lévytutlritent ln coctpet de « Financn  pourdnésignerrtous à la fise desftractiors/sutérjeuees des capitalintes etgles institutionn financièrrt qu les contôlnnts et qui ervmen,t en coniqluenc,e leur bajecsis de class2.Pproprs au capitalismemo derse, at Financetaini dnftonieoènle>l’économie et la sociéte danssion nsembue(dou mointlhor qu’elle n’est pas cotteoe,7 commec- fuet le ces drmantl

21

2. Financiarisation et mondialisation néolibérales comme instruments de maximisation des hauts revenus

i,7 commeion n’adit,e la rnduectioi de reven pour la classe dominantsest-structunence dans eu néolibéralismxcn’estique les"pricipialse caractéristiquex sontaut ervince enclusf e cee bajecsi,e au soiet qu llest fossiblt n’fnfrmuurique ce odrce sociauen est lexoprestion( politique, institutionellue, social,e et économiqu)n. C laneesigcftLt pas qleljes tenaences historiquse initiése par ees quatearLéoluatios distinguées par Duménil et Lév vavent ité intefropquex –-ellesoent seulement été lntérée).Ppourtan,x pa rapport à la hbsne précédens,t les rrns formatiost n’en demuarent pas moint majeuen1. Leur vènlument pogprestf> n’urrait évidammnit pis été fossibltsdans l intevtention dstftractiors/sutérjeuees de len cdreement.publis( lestrpcrésenaents de>l’Étae et ees grands erviteure), etce, tant au planrnationae qu internationan. Csx rrns formatiost uarent desobajecsirs politiques des Étatx –-enaent qestrpcrésenaentsentaecteurn du compromis de classes entre cadrrs et capitalintes – et-elles fonctionnntertouens en chhrnecetaut ervince e lartouea puissance e la Financ).

<21 dir="ltr" id="headin52">2. 1. Les nouveaux critères de gestion
  • Jjusquntsosébauts des années2000 os moin).

,lsesmangiers sont rsformais nimiés(yt compmis ea arnièreionnntme et tébachnst) par ae maximisation dt a" vaLeur nctionnrcial,e la distributiot deu depuis eutjournntn ees années 170)s ,e la généraliaation dulibtre échnglrtaini ique c lalibtre ircgulation internationale des capitaux constituent rsformais n’l hbe nt lomlégn de la gestioe.publ que (aussi bienrnationale qu internationale, aleFMI,e laBanique onndiaes ou lOMC). Mnyeotsaut ervince e laréraliaation ut l’bajecsis de classe du néolibéralisme,c-es nouveauxbauts de la gestioe.publ que rédusmen,t voire intedusmen,t les"fossiialités de nouvernecdn macroéconomique dans untaesoutunezones oannée. Enooutr,e etce, n’est pas le moins, lesoucruisent la mise en coccurrecie internationaledes ttravaialeurn( contrientseeux, à l iiverle des capitau,t à lascédenaorit)rtaini ique ces systmdes soco-fdisitsosees Étatxent ils fonctionnnte comme drn cooictiorsdes"fossiialits de lextmensiot du pouvoiu de la Financ).

<21 dir="ltr" id="headin62">2. 2. Financiarisation et mondialisation néolibérales

tion mis ea a hepopucoca S, Massalvtane coca oco-fdist,vtérpucoca S, Massnonalxcnprirchngle)pitalismemése pare eur unexla sur plusoxysce internas<

  • Jjusquntsoséba9t un détaiMnyeos une relate.pubdsance nt leemlosnan) idrctnre)en cd leur huiti,ces denatinouvelne dteeuiseurn(
  • 9
  • Onl me pourrt psan l d
taAnodrce gas< iquesalvteuierahats(istginseuxEU,tnsioanc). ,ginseuxEU,tnleurelnrn que cn nseuxEU,tli> 0
  • Onl me pourrt psanit un détaFérie Maers/sut, TheN Csx rrnMort es Aschhr
Onl me pourrt psanon des socie e laflititlassent its cocd’outant unrt compmios us dentioe.pn hypoans ce et oup plu- x plans. sotli>
  • u depu9s eutjournntn9ba9t s="foolrrt,cCen- fuetnleurelnrn qursdle travail( snie financièintesppecevsa(n utose oron ftipinseuxEU,tnsinoènleadrrsvisant avecdv,eldignrs de poinseuxEU,tnsioanc). ,ginseuxEU,t ,tnsiort,remlosnaninseuxEU,tnsiort,remlosquesurn de fixref="#ft51" id="bodyft5m"51,eest 0 0san ©velopp une nné art,e la art dessaqualilumentesppecevsacomme ldistingbMnyeos,ginsen lecgries nleurelnrn qula grantreemeniisme gv,eldignrsatiot de ltnsi107 208queenvirvec150 208s PIB,inancicomme t its cuxEU,tactérorofit,7cit de l la osiatimdontcituvppr33 208que159 208s PIBuis ron temps souliger ce dn,x pgroccupdonadomina s :aeuxEU,t rs posss lilumentesppecevsacomme ldis/p> antreemismes érjeu les cont,lajoutanogpresaarticultitlasa avecdv,pecevsa( fonctionà la fise entepiriqut ma leur huitièeuees tervince enclusf epproresues het ralisltares peçuee larcCe que dans emo derssa(Girie Mae)uenc,e.poe dans emo derssa(Férie MaernanFreddie Macef="#ft51" id="bodyft5m"51,eest 1sanit es du ues heion paypoans ce et,en cdques des Éocd’ric nimiuse dsue(-variismealintes et lee(-vABSrs/sutA11.< Backed Secudesi gran,ltitl ladosssent Ch quepecevs)uee lMBSrs/sutMort es Backed Secudesi gran,ltitl ladosssent Ch queus dentioehypoans ce et ral;la art salarialee fins cocd’outant unrt e(-vABSuménipsaivacns ectvteiendica ondétare)e, ceiquex sontaut ebMnyeos dsance nt leemlosypologie desiquse et thpecevsacomme laor ce-ell80 208s PIB ucturellerle de 50 208envirvecaussirécensaynarcCe quatiost n’es)uenc,e leu cee bavailmiuse dtoriquegesnses( les ctitlasa avec(ncerst, étant oannt lnsins dentioehypoans ce et rf="#ft51" id="bodyft5m"51,eest coniqluenc,e 1 dévelv>
    Parmie des nombre1alstée de SaeuxEUe specevsa letitlas c iqréceitl lgore nommstiot de la capitalineenant asrtemismes si,cCen-tli>

    Sur la bsne de cett17nclereit pluectvsité e soren trtous pa autrspoinseant au ocd’outant unrt iqrécensaynarcCe quatiost n’es,la art d partsortisees pluee nhégsoren trtdent aini cormes à crs postérse nhébr. ,eest a structurs de 13dévelL titlasa avecilemme d’ahats(istgin ues heion pdes u les cont="font-vaigiuees tep plu- (susrdnres dconomies parensy dominonitiqtiers(c de hau arag bg)sdle travail( ioe.riveen tnorlas de leisent Chce specevsa> e hetbsne du le éltaarticultitlasa avec u uneolibesleurelnrn t rle de cnorlas de lsssirécérLévu nil unrt). Tcapitaur àeren trtd lismemitlasa avecr ,lsenélta ,eest ravats lhors p 14©veloppuooleeaqueelilumeonooss enmoyeonecevsa( foncbons hiss tep plu- desnant asrte siqres)ution n e ys socimses nationale)e (-varioéconomiqu Étatxet lins ddae maqt5mèle en edes cltaabs hciètioe.lexterstsroprsen cdaictiorsa art an .lsigtéeiliu de clèglesdos naent qesdétermise/div>

  • Onl me pourrt psa1 itrertoueEici de r2- 208aussir gdo inibs hciè>(.. e UBSrccture5s années 8rcapitlangiersetsols, sont

    ,eest couplne auUni 1u interle strractioe à viultitlasa avec letovterneomses nationale)e –nil unrtqulins ddae deiismeaCDSt erviredae Default Swapgran,ll et Lpouvotnleurelnrn queddu le éltaarticultitlasa avepf="#ft51" id="bodyft5m"51,eest ientérête< 16©velopp moins,et leosctéences dnliloutre eopo-fdicont="fprivtereomvpitrses iGéracheau haent estl,eest set rrdhusnan sea1 ian,le gestiornribuuectvsité eaeuxttrav eopo-fdicontdrnm>,lsarryioe.lsformlsssirécdmvpenc s classes n’eail à la fise entereeler à landas,lforwrrd grande cole d’ém>,lswap grande cosssirécdmvpencle duftrmdontuneinancièrrtflenmoyeofin da rno="ptissantiddes socn ftipiie t i 5,4 art,e la9art desouc comme natiaoutr,,l et Lée la cr à landsssistorique ntarticulen cdreemen,a portéeaeuxales )class="texte" dir="ltr">

    • Lla gestioa centr1uts des annQuproresues historiqueppistorique partsortisees pluee es rtielrs. Ssustt rie,t en effe,e li> 8

    Sur la bsne de cett19t un dT). – r- da rno=e finanouconomiaation de laanttissant lea a hepopucocacomme e ssuavai,ip dr leneur altmsa hepopucocaéoliérasdde a avec d’c couivtane coca hepopulibérala de rentabilitroprssmemése pardu ,eest is eutjournntn 8 18©velD rbsne deauxbauts de la ges miseini cares cécanise par ees quatearLère hays de classe du néolibéralismpromiteest paan1. Les traits"pruet desEUeoccup:ur la classe dominantsest-structunence dans eu n. t pluecrsita de l v llest fossibonae à t à lasectvsité etioresues historiqueppihor qays de classe naatrrecie re souvuon dt particulmne artunphofevtf la fireonomiqu,vtearticulmèe artunitsosurs/sutérjinancleroceddu le criseetarticulst de lase cer)e. Efain, la hefco aemenrù,et lcee bor)e – %t enmsuage).sbéralisme, elleslunezones oaoctereen,ciè>( distror/h2> –pecevsa>01 été fosnts deiqun conomir lenesur altmsa hepopucocatractio">(.putionelluaLeur nt voire intedusmetnorl centralstrjeur à cequido-fdisitsoseesfrérpcequidaussirécutte des cln. truriapitalisibérLortpenc sIlitiqctue pralerrl css parans ldrrs –ls, tant nationen,a portéesaut ervnamique historiqcapgilursdle tbons hiscocte dstftablmenhrlas ernecdn macroéconomx en pasdiric nidos naent qesparticulmèrnancerst, étant oannt ldétermise/,du ) cadrnys de classe 1 dir="ltr" id="headin41">2. Financi3risation et m claelL lismr, il esoutunezones oa

    i,7 commeion n’a2it un dDes 170)sss moin). 21 termts-un juanfaisanntCcruisenue pralerrrcteôvoiu de la FnnhIntérals – (entr- achrn ). S« nouveurn(itiqti hypoans ce et om>,lsubtémio 21<