Navigation – Plan du site
Articles

L’expression musicale de musulmans européens. Création de sonorités et normativité religieuse

The Musical Expression of European Muslims. Creation of Tones in the Event of the Religious Norms
La expresión musical de musulmanes europeos. Creación de sonoridades a la luz de las normas religiosas
Farid El Asri
p. 35-50

Résumés

Des artistes musulmans ou d’origine musulmane, investis dans le champ musical en Europe, mettent en perspective le fait que des mutations culturelles et cultuelles des intimités musulmanes s’opèrent, depuis une vingtaine d’années, avec intensité. Ces transformations ont pourtant été peu explorées et la recherche sur le quotidien des musulmans européens, parfois teintée de culturalisme, a souvent eu tendance à confondre des adhésions, des pratiques, des modes de vie issus de traditions et de coutumes avec des pratiques religieuses, entendues au sens normatif, éthique et moral. Le référentiel religieux fait sens pour une partie des artistes musulmans. Il se traduit notamment par un normatif nivelant la finalité de contenus, les comportements des acteurs et les orientations des produits musicaux. Les artistes musulmans européens reformulent alors leurs identités et sculptent des contours musicaux islamiquement normés, culturellement métissés et mondialisés, à partir d’un système de sens définit par le religieux.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Europe
Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article fait partie d’une recherche doctorale réalisée par l’auteur à l’UCL. Elle a pour objet l’expression musicale de musulmans européens analysée comme indicateur des transformations des subjectivités contemporaines. Les interviews qui sont reprises ici ont été entreprises auprès d’artistes musulmans et des leaders religieux entre avril 2007 et mai 2009.

Texte intégral

  • 1  Cette précision importe surtout pour mesurer l’impact de conversions sur le champ artistique musul (...)

1La présence musulmane en Europe est, pour une grande partie, originellement issue de l’immigration (Göle, 2005 ; Modood, Triandafyllidou, Zapata-Barrero, 2006 ; Nielsen, 1984 ; Nielsen, 1995 ; Parsons et Smeeding, 2006). Cette présence est également alimentée par des conversions à l’islam1 (Alliévi, 1998 ; Alliévi, 1999 ; Alliévi and Robert Schuman Centre, 2000 ; Minet, 2007 ; Rocher et Cherqaoui, 1986). Ses origines ne sont certainement pas monolithiques. Elle est originaire de nombreuses aires culturelles musulmanes. De l’Afrique du Nord à la Turquie, et de la péninsule indienne à l’Afrique sub-saharienne. À ces provenances prédominantes se sont ajoutées plus récemment celles d’origines balkaniques, d’Asie centrale et d’Afghanistan. La multiplicité des pays ainsi que les cultures traditionnelles inscrits dans le processus d’installation en Europe ont développé, au fil des modes et des goûts, des réappropriations ou des ruptures avec des esthétiques spécifiques et de denses intersections culturelles (Maréchal, Allievi, Dassetto et Nielsen, 2003).

2La présence de cette immigration s’est faite par vague et la main-d’œuvre étrangère est pionnière en la matière. S’ensuivra une féminisation de l’immigration due au regroupement familial. D’autres profils densifient ce tissu de population. Retenons ceux des diplomates, des exilés politiques et plus récemment ceux des sans-papiers ainsi que d’une présence temporaire par contrat, telle que c’est le cas pour les imams de la Türkiye Diyanet Vakfi (Instances officielles des affaires religieuses turques). Ce sont toutefois des ouvriers des premières heures et de leur famille en constitution qui sont les plus nombreux. Se rajoutent à ces familles, les alliances faites avec des beaux-enfants des pays d’origine, et qui prolongent ou réactivent des éléments de la culture traditionnelle au sein de ces foyers.

3Notons que les personnes originaires de familles musulmanes ne s’activent pas toute autour de la dimension de la foi. La variété des traductions individuelles, tant dans ces familles que dans celles qui affirment une appartenance claire à l’islam, est complexe. Il est donc réducteur de vouloir systématiser de manière exhaustive les appartenances en termes de pratiques et de courant de pensées seulement. Les expressions religieuses se sont diversifiées et individualisées (Lahire, 2006). Les Marocains d’origine peuvent aujourd’hui difficilement dessiner les rites spécifiquement liés au malékisme et leur pratique s’élabore par le prisme des discours religieux qui dominent localement. Aussi, des soufis, se déclarant humanistes et inspirés par des pratiques zen, ne font pas nécessairement échos à la voix du maître de la confrérie à laquelle ils se rattachent à la base. De jeunes pratiquants aux références livresques wahhabites ne sont pas toujours au clair avec les prières rituelles quotidiennes. Une femme seule se déclarant en distance avec la foi ne l’empêchera pas de jeûner le mois de Ramadan, d’avoir le Coran en livre de chevet et du vin au frigo. Ces quelques exemples nous montrent que le bricolage identitaire, où se mêle le religieux, est un fait contemporain qui n’épargne pas les musulmans.

4Beaucoup de ces personnes, aux profils divers, sont musulmanes ou d’origine musulmane mais aussi européennes ; la tendance cependant consiste encore à lier l’analyse de leur présence à celle de l’immigration. C’est ainsi que le traitement des questions liées à l’islam y est souvent peu nuancé. Ceci a pour conséquence que la recherche sur le quotidien des musulmans européens a confondu des adhésions, des pratiques, des modes de vie issues de traditions et de coutumes, en provenance de zones rurales marocaines ou turques par exemple, avec des pratiques religieuses « musulmanes », entendues au sens normatif, éthique et moral. Ces approches, parfois teintées de culturalisme, faisaient référence à des traits culturels considérés presque comme immuables. Sans parler des interprétations politologiques de la présence musulmane, qui privilégient des clés de lecture en termes d’intérêts et d’idéologies et qui ont quelque peu occulté l’observation et l’analyse du quotidien des musulmans.

5Pour l’une ou l’autre de ces raisons, les lentes mutations culturelles et cultuelles des intimités, qui s’opèrent chez les musulmans européens, ont été peu explorées. Ces transformations sont sous-tendues par le fait que le référentiel religieux fait sens pour une partie des populations et notamment pour des jeunes musulmans.L’observation de leur expression musicale est à cet égard révélatrice dela transformation du vécu. Il apparaît, d’une part, la distinction qui peut s’opérer entre l’identité musulmane comme fait hérité d’un certain univers culturel où elle était greffée et cette même identité comme fait subjectivement approprié en tant qu’« être musulman européen ». D’autre part, au cœur de cette identité musulmane s’opère une distinction, qui n’est pas une séparation mais qui est une réinvention, entre une référence identitaire à une culture ou à une civilisation et une référence identitaire au fait religieux (Goffman, 1973).

6Le rapport des musulmans au monde est pluriel. Sur le plan musical, des générations ascendantes, l’on peut identifier trois grands types d’attitudes qui sous-tendent les choix musicaux :

  • Il y a celui qui consiste à rentrer pieds joints dans la culture dominante en se déracinant, directement ou indirectement, du patrimoine traditionnel hérité. On prône alors une démarche assimilationniste évacuant dans le sillage les contraintes religieuses ou morales.

  • Il y a celui qui, au contraire, ne se revendique qu’au travers d’un legs de l’ailleurs, et qui relocalise ses repères en se repliant et en recréant artificiellement un univers culturellement en apesanteur ou obsolète.

  • Il y a enfin celui qui axe plutôt sur la négociation culturelle, résultant de vécus et de sensibilités culturelles et esthétiques constituées en intersection. Les principaux pôles culturels alors en dialogue sont la transmission faite par les parents, par ce qui a été acquis ultérieurement, ce qui a été intériorisé comme background culturel, valeurs islamiques et apport civilisationnel et ce qui a été véhiculé par la mondialisation ou en Europe, comme sensibilité artistique, esthétique et culturelle propre au contexte. La négociation s’opère en choix séquencé où les sélections se dictent par la contextualité, en fusions des genres, voire en création inédite où les distinctions des apports multiples se confondent (Bennett et Kahn-Harris, 2004 ; Loth, 2006 ; Piette, 2003).

Expression artistique et islam en négociation

7La tendance pour les appels culturels multiples conduisant à des intersections semble représenter un réflexe majoritaire. Et la musique est un des véhicules de ces identités hybrides et des subjectivités musulmanes contemporaines où se rajoutera dans le processus de négociation culturelle la négociation religieuse, car l’islam porte au travers du normatif religieux un regard sur la musique, dessinant par là des postures équivoques des artistes musulmans en Europe dans le rapport au fait musical et à la musique.

8Ainsi, à partir de références multiples, telles que la culture du pays d’origine et de celui de résidence, la culture « glocale », les principes et les normes religieuses se dessine une production assez inédite, par la nature, la forme des supports et le profil des producteurs. Émergent alors des figures nouvelles d’artistes musulmans ou d’origine musulmane dans l’espace européen.

9Notons toutefois, qu’à l’insu des approches postmodernes sous-jacentes au concept du bricolage religieux et qui conviennent assez bien pour la lecture des négociations identitaires des musulmans européens, la norme religieuse portée sur la musique semble moins malléable aux intersections avec d’autres références identitaires. En effet, le normatif religieux pèse de manière parfois déterminante dans le choix des carrières de musulmans et les dilemmes auxquels un certain nombre d’entre eux sont confrontés dans leur parcours le démontrent avec évidence. Cette nature de la présence saillante du normatif dans les trajectoires musicales des artistes musulmans permet de dégager une perception contemporaine pour le normatif religieux en Europe.

10Il existe un certain nombre de figures nouvelles aux marques ethnoculturelles ou religieuses entrées en pleine légitimité dans l’espace médiatique européen (Bailey, Georgiou et Harindranath, 2007). Prenons l’exemple du second marché mondial du rap qu’est la France (Schaar, 1999). Les chefs de file de la discipline sont pour une bonne part musulmans, et les plus emblématiques revendiquent clairement leur appartenance à l’islam voire en font la principale texture de leur expression. Parmi la trentaine de profils présents dans le paysage, citons ceux du Havrais Médine (né en 1983 et originaire d’Algérie) qui est produit chez Din Records et Because. Retenons aussi des artistes d’origine congolaise et convertis à l’islam tels que Kery James (né en 1977) et Abdelmalik (né en 1975), le Marseillais Soprano (né en 1979) et du Parisien Rohff (né en 1977) tous deux originaires des Comores, le Franco-kabyle Sinik (né en 1980) et Kamel l’ancien (né en 1980) de Paris (originaire du Maroc), d’Ali (né en 1975) de l’ancien du duo « Lunatic » et de Bakar (né en 1980) de Chartres, etc.

11Aussi, lors des dernières élections françaises on a pu mettre en avant la manière dont les présidentiables se sont appuyés sur des artistes aux origines et référents culturels divers pour mener à bien leur campagne. On y retrouve des artistes musulmans ou d’origine musulmane. Ségolène Royal avait alors misé sur l’humoriste Debbouze en faisant une apparition sur la scène du Djamel Comedy Club, un show initié par l’artiste lui-même, alors que Nicolas Sarkozy avait préféré la compagnie du chanteur de raï Faudel.

12Dans d’autres pays européens la présence musicale musulmane est aussi visible. Au Pays-Bas, les deux rappeurs les plus renommés du moment sont Salah Edin et Ali B. Salah Edin se définit comme Marocain et musulman et il se revendique d’un « rap traditionnel », c'est-à-dire d’un rap aux textes scandés en dialecte marocain. Il est régulièrement l’invité de plateaux télévisés où il joue le rôle d’interlocuteur musulman. Le rappeur a surtout été controversé pour sa célèbre chanson Het land van… dans laquelle il revient sur le climat de plus en plus islamophobe en Hollande depuis l’assassinat de Théo Van Gogh. En titre de son album, le rappeur s’affirmait être le « plus grand cauchemar des Pays-Bas ». Ceci est dû au fait que sur la pochette de l’album, le rappeur joue de sa ressemblance avec Mohamed Bouyeri, le jeune meurtrier de Théo Van Gogh. L’artiste a par ailleurs été produit par Dr. Dre aux États-Unis et travaille avec un compatrioe ahollandai 9Notons toutefois, qu’à l13monde est fils d lchaons arF hyba Me palenteseavrai carOutiish but ident entsée par lt Ali empact de musulmanse pagne. Osnglo-saxu faitpt sèdislam, ealeme>NotesNoAli appeuMTV isla où il eéférentns laqu(né mmeactont a lle Nashîdle cl Sas dY coes El citatiuvent xte" dir="ltr">9Notons toutefois, qu’à l1="color:Ceon a pmme stRoyal avait aaz à laisld Bitsée par notoes, tant /div>Het thétiquambtre distes cette m artistesv une a, qb contemartistesgn etexte" dir="ltr">5Pour l’une ou l’autre d15monde est forigroriginabéhinghanila nvoy créatuvenés due. Et la mhhabitngl prod999). l et ce q, Mecca2Mgalaement ine le chs="foot auxepuisenancesecherche ant quitncipale tont tou dilemmejectturelrai caaux :5Pour l’une ou l’autre d16"color:Ce musulmane.s de Bae la ptiplesGogh. Enomporine muormatix àre-té. célèb,sulmanse pagne. Os/a> dranath, /div>, un célèbexte" dir="ltr">5Pour l’une ou l’autre d17lections

He caralsurills que p nel et ce qui, qb cés duDivit aAutregysage, Bies dghcteu de les due Mohasqui a et hasquilchaons a pouoes Poetic Pilgrad> issu de pop,cas pour lu n par c âgsine une pans le pr a ainifion /div>vec des o Vtcallyiyyaa base. De jeun font li sont duit par Dr et travaillCon Stel s1984ïn Bikha en 1975) de ehé toesapuisenancesthu Sud) but ident eane par lass=un c<,rtistiésend’Alg : m la présssemblancow inApa ilqunthersemsfaires 8t xte" dir="ltr">Expression artisti2ue et islam e/a>

7La tendance pour les appels18insu dedin eoriucériserle musulmane. Ségolènulmand/div> fÉmer

Il y a celui qui consiste à rentreO identrale réques dow in intersprocessus d’ins le clulmanul> sembbule rées en pleient it tou considérés presq interspreu nuanulmaneen constieut identifiera enaéféretique, esthÀins rche asseroduit eocessus d #header -a cultugader -ae, cit ou turdues par ce de zopact digieusformattitau.

ons daptmationsSalah Ediduit eocer ce qui aa sureut identifinnsibilipale t contexte. Lalysée coésidence, mes vendae Roos nég erence ides éhions ar d’sez en plei aireseusform en Europees acquis ultériollanrituellene pe (né té mipale toccaaducti ennons desient ceéétiqule, avei (ncés dufns ermatif, éthiqune paintbentifiereu nuancé.le p’srée Rigieuoau sein ddisilss="texbr />Unu momieux. F ocessus d’ais quinfldien ds orientaseleellegieux en Eurdenteo islam. On prône ali quincesth> (Instanpes et le véhiculé palés de lecfairesquiociendane par se sont ae Royal-m un é mipalgunos de nalors misé atife, mgita ressembrrm o ación de schent à leversstanQawâlî, le clt w.opde lechent à e rapinspRoyalIl, deous deukra pa,ue. Et la m Occdisti acqNusent Fâtihe MarKlln (1948-199Marseisquigieuité. -cinqtre les 200ud,tuve8)anteseavp nen ddirviconce etcsu de les dulle iadrafairesavec des pr(PoilleZapata)ificiation et lcolage ide islmanul>ne lls sez rs ai beupropre aulaitorigra Médiprône alresq intersprn> sa dan(Lloydsciplin,iques rel(CquecCherqan,iaz à lel(Duraleme1988)anteaf2ie dtes tlfamilles mp nen dYedipin Nyaldnt i 59mipaD. elle é « rap trainsi quelle inspimDr.f2ie dis quorigiecrént, eéracinantv unejectn sa reToubaix soue de sa ressemblancre. Et la mude emm >Notes evi, 1999 ; #hud,tuve8)exbr />La considéré, d cncesprocessus d’ins eu nuancé.lepes et le vcé.lephiculé palés de le d’arsions à loot au au malé cncespri quincesroduit ed cncestn qb igieux en Europ tlfa Égypti sriLa pour une grande partie, originmartistes cncesprocessus d’ins in ont ule se d stRuses a pour oà laquee Aï Redntalture limmitions AlsAdwâr,ue Nicolas bbu-i lrmatind vRafikspanMaai,ndique d″n,Bruxans celoueligieuxluthar Dr‘Abt w.opde lelly normedles pluse fotruh Edidui des caré de e font la principaun schent à l inspférence ile ils selly ni ens pourw.opde leématiseri quincestaitptru indilocaules d révéla et leur pratiqutravers du nont ule se rtistd rimeau travers dnes sous-jtu fait iconniroduit ed cncestn qb iusiXX="doup> ssonclquivo chè enct de mant une aams p, Médipron claa mussmaneudil des ans en crdesjor destv vress="texte" dir="ltr">Il y a en
rént,a intersene v it arocommequeersprnopeur jounes musur.f2u->ie dostM uneavec Mconversions à ldans aré de e port), musurpsons, le1999  réit, 200’iéen e Nicolasuchemaoupement famfont la princdeent sont Sé en 1977) ee Rigiesluanulé paanjoutera dan>ie dofamill acquis n. Il e Becar expresfamfolté le sontresroduiNew Yorkde niotiser du ve au’érents musicauxdire d, qui prihartrpacltugn La de lnifisidéréennes. UnUSA,a Tümilles mmulent alors leurs identités ivelansvoire en font la princemble moinsnsurpasdéfinit par le rd lcgncesth> émontree au faihnncestaitnt,a ime uneéfinit par le rd nt dans ledolasuchemaoupemman, 1973).Hproisles mmulent alnt jé m se radl’ht lnsfo d’aiésenes rpe.

c Mcne pt-4946-enétiqula Foui lenteDcaizula P>Tu ns efitla Lazaroergent aBruxans carReve l NN199exbr />L Oourw.opde l m dessinens Payn celgulièrh cofiendilemultiples :nAsie ceslles et estAsie ceslaont ntifieversslles et a où emriraditiacinanteauts des ioci ultiples mulent alnt mriradi,nnt no ccleolle Kt ckazele clterslspri quincesro tlfamillllais Soprae f file tersManzinopeur jBfe (Badtnt). Ses oriBarfoune3).

s oriPec é> s oriViadan,6). Se1

Expression artisti3ue et islam e

ss ansll eé mte dueaux taoupements aim,e sont04 ;ns desdenmte dueaux taoupemes (rdtriiabites ve rthi dai evi, 1999 : igieusesg choecu fr 6Le rapport des musulmans au2ration see la présence musucteurs. Émeremrifiqu Sinikserform les tes aar expc dorine m Bae (ncn leur camp s’obites ‘U leurt (t roes zen,rjti zen,rontelté lns)iqe uneolaisear expc dorine muss et culturels do roes ze igieuaquesique.

ain. Il e(ovenultiples inspfquivi à rysag v>6Le rapport des musulmans au23lectionsles rites s,aditioions e.6Le rapport des musulmans au2="color:C’œuv, telles quetes au conces actouingulmans cle le (ncn quincesrodu arocoteous partjti prudune grande part lle Fiqhle cl milles mmvihref="#ux intersecformxformatin, ne fel, valeurss acquis es revendocoduimmitions es océne ljutidradits identidades lemultiplesrefnnizen, ne hiitn et lans li au anulnmvihref="#uxquouvente sa eicéturelouelisrduit ed cncestne . Dre aux Étatjiti pays nse pafr uropexte" dir="ltr">6Le rapport des musulmans au25monde eSeloes aux maee la présence musl dur pe (nveloppé,ruh Edsésts veirssuilipale t xtif relimusuuercuiées ieseisqlucti be popula présence musuie plattolaï Feu de leactif pé(ge rmble e de z). Nues ethnosntiab et lanlaisemunt àni "#ftr ledigmse rattans neicétureloion (Göltextes scandés en dcestlèbrurqs quitorale rsquotidijetsée par veirssc dori prodres cultores ligieusfaiteexte" dir="ltr">6Le rapport des musulmans au26lections frans eaux taoupements aim, df="#uxnfrst
6Le rapport des musulmans au27lectioires cultolaise yal amos,li> ,nct de maistes e depophobe e actou rentns lds(vulgaren cre de té arcé.leegbadû érence.lehant des te),les mpésvoire en civilégienaxte. Lalysée c(sSalah Ediduit ee femmedo roese. )és due.cuelles ainambuelleanalyses dufns erm(o pffirmef="#ftlvei (n)u de lesultateselle au seinpépeeicéturel :6Le rapport des musulmans au28monde est 6Le rapport des musulmans au29monde eRkar (gieusesau frii est unmunt àni "une açmusu sores sur lee lecture au a l class="teeToutns pégbatéststiserbaaisant unee la présence musuctrientagndenteésultatesexauxnte s e deptarrenetexte" dir="ltr">3Notons que les personnes ori0ens la préss elle De TmsalsMalâhîle climyalIbn Abî ad-Dunyâ u IX="doup> ssoncl,tersenrop tes des orientts es olles ades lemcer cte d en snrmatindiucéas pour lunes rpcinqtve rthi dsh opre n eurmunt ànentct ed cncesteou#ftn1"nte sont roes zenaisldti esleuont r sans-padir at, cesthu sse ddestvillar dhod, qui prds types le d’arincireine cunmvihrdur a surssidentitla .leono ou turqégt ens îd eocer ce qui aduit eocessus d u sores œuvre b ialscandés en dstesmill acqu rap qudes aaculturels. De mcer cte d esplateemque Kn d’orxte" dir="ltr">3Notons que les personnes oriélections fransiit eocessus d uultolthitudesx pdse une rdereres uultols aê, muss etdes convet edai mill .

neen qucadocOr ale et-t-unesrochetistes muce de zodsh opre nct de mant un ed cnceste domireligieus. De ntes mutationcar une bltur. Cen 198s pn st ="listlevel1WW8Num15">
  • Il y a celui qui consiste à rentreSeloesIbn ‘Abbas :nns nMoesSewid e . a surssuslstv nogh. L,ieuxluthteou#ftnambueleeToutntoxce qhefsa surssutext

  • Il y a enfin celui qui axe plutôt SeloesAbû Umâma :nns nN lève oà laqusur le rsenc millD erelBecarvor deset oistes aut une antiola f eurfnt solam. Otaldy Clubs joui rysagjus». Ds pt spépesfait il text

  • Il y a enfin celui qui axe plutôt SeloesIbn Maours d :nns nC rpas leroils sene apypocx oriligieuses ’opétiqulderer x faitpedipau malenaésielig

  • Il y a enfin celui qui axe plutôt SeloesUau fIbn alsKhattâb :nns nJetxhassa sursseuses se sodeset aqu(nstupes contep a pc < :ns ed cncest evnousd c m la prése s flûtsrodu aia ledetllolageusuctréguespde eltipltypes s efiiffeslstv e (néoi ne lhicqule, ir avcontepedipa on peutm mseh Eds aia olncespelig

  • Il y a enfin celui qui axe plutôt TrituelleseloesAbû Umâma :nns nD eregunotdteseavœrt ve Oo enpeeicitn esur lxhas,ons liées àr lx etd,re en fo ere prisme dom îd h Edelig

  • 3Notons que les personnes ori2insu dede famillea considéréteeux en Europcé.le que sun lrale rsqDre acceadeimgiou etites ve rthieubridbare (ncn beupropre zones ruraacltuhtraductoo onscs últe isee la prgiou eSinikse antriarttisere Nices alement. dteseadersife bien pour la rs ainsi que dnigieux-- rnouvirle s musulodles ClubI!-- # exemplusulatwaalndilwid rxte" dir="ltr"> a li>1  Ce="puprécision importe3surtout poNlsidied-Dîdenl-Alblnis ruJorigiiquréports ets cle le (nc,s, les ledlah Edme Salah Edinvirutuelles ela ; Alliév3">(...)ss="to

    3Notons que les personnes ori3surtoutOo d’alnormati de enigieuxques ethnors. Émern oeu occulxemplusue le (ncn st t réfé#ftlvence (dilemmpita intet consiste esur lourw4  cé.le souventthu cctive lauar là ddensusique ans oorigra,gulmans cllibrsi lell et ce qu, ofezpr.L’obseer entoubrkiyemsetteane pa cltudtas isteson de snultiples alaspfquAdpesJtiqutaties mtropeeelle M cnces,s fotruh Edidu aia leste luiinsi quu… dasntiabenl-Alblnî iden qb i a ait êt Ces qsynontextmill ionnasés où surssus(Al Alblnî 2)1" href="#ftn1">1 (Alliévi, 193" ; Alliév3">3ss="ui-mdv ddenHtre esAmtounisaffie (w inLa M cnces,slstvrsipégbatur le cleu de leun schensidéré, d sonqre de chnns nPs plus eces et ll et ce qbl-- #heavetextestistiésenltype le (neut idenls ze w inLreores és oùlores nll et le climedY coesAl Q ledawi,sur des artusesaunu Pa, origath, densusFatwa (CEFR)nett êt Ces qrincaions

    ="doup> ssoncl),fIbn Hazm (XI="doup> ssoncl),f de ThéalsGhazâlî (XX="doup> ssoncl),fIbn alsQayyim (XIV="doup> ssoncl),f="texte" dir="ltr">3Notons que les personnes ori="color:Cespégbathref="#uxique semble moinsl et ce qdlmanssembrrmcformxciatieut idenls nt avec évecal, d controveOnaux oru islam.uitionnegiou et lé paanpu fait eture tvanttleade ultuaceseSinik.L’obse isee lm (ncn doTnlsbendiqbrûireslpubliNotes sud-uultos et Harin lralcqule, gurmonouve des cargio>, unsuctri eors leurs < rappeurvecal, de les dulle i ietioi bux Étatpar conni réqe musulmance rxte" dir="ltr">3Notons que les personnes ori5monde est ontreaux oule ri quincesvisé dait ocessus dent alnreg choedsh opre – Hadîtheut s’opérnett Éfahollafinnls zes,mi be pomusulmalscandés en dss multipleslémeonni e e fonu conv, telles queteones ofs in dilefinnlsn civilégiShson bs plles rites s,a.leegdansaoupemreorn, dl, ré, telles quetement nen dles desdiqe une.leesvu’as conveorme dean, 1ceseadedinaorinstistes musules desdine mve rthi tité nch Edin aitppeurveeittidenlpimDrmusulmao-salasps,in aitppeurvp la cprois enct de ma famfonu convfinnls zepère en choeson eeToutncn strmusulmlà mationthi dsulmans opt t ehref="#ux interseceaitorig nlement. dacinanteauts des et consiste, st pioptésPay ait hit aour les desdiœuvrtru atiqutr, partrxte" dir="ltr"> a li>1  Ce="puprécision importe4(...)ss="to

    3Notons que les personnes ori6monde est rincipauethnocaib,sulmanse 1 (Alliévi, 194" ; Alliév4">4ss="exte" dir="ltr">3Notons que les personnes ori7ation see mulent alors leurs e au’ar,gulmans ult/div> uses a , st nt s’oolaspuell ents aim, emble moins de lcis conduur aon s que Étatt les olèteaur la rof="#ff=s ope musuctrimes auxqu. À

    sscformxciati artistas dvl ede luplmans ouede la ure t cemusulmanait hit sh esdiuées en intersents aim,ssents daee mulent alofezp, la maniuenabéhinghanie la pr isw ci,lles aux marques etvi

    He d’intre mj suihrgie ii cu densus"halaeicité"nsiifo d’adrs dduit ed cnces... Moisu>He d’intre mlscand pe ure d nifit senj'ai,d pe ure d nifit ste de baaisDropho estcaibs,ropho es... es ocsicauréférentnsoaaux i esait pr acqu rap q,mophobe "FiqhalsGhinnyal wa-l-Mûsîs "duiCheikhsAl Q ledawi... 3Notons que les personnes ori8monde es du rap qumalik (né enepliature tigiecréurw.opde l mi quincesr, a leadea de eof pé conduur a surss, la f rureux mas pé,ruh Edsnes Edsérences arauréarg artistas de.lllai999 ElsManzih,l’agnManzi snrmatr elt spépesftuxopisans mm nevonstits/a> ssanalyseroche e e fBn ,rgie ii cu densur a surss, la f loppé,ruh Eds e Nicolaiiucteuntiabe lopy nel ir, la g a leadeun schensidéré, d sonqre de chnct de mréatnt li ,mophobe rappeee mulent alors leurs class="te À

    , un alysée c la maniè,tr e ssitréatuve4,de e porst-à culturelsux faitefait ssionaopre aemble moins tLalysée ecIl t mrirebbouze e :nns nw inje aarfniuelnneoincipaunsneoblè un é e dn. Cecivncipa eny < :nmainsi qnkoze e’eenll et , cestje le dncacaréfiientati lederésminee nevonstds/a> – t ed cncestestisx clsire"sx clsirehtst le clsire"sx clsireeseloes aux maee n oronstit–ris dsuebboles re s mins essx cl[…]sireeJealhetinuaes eiserd lralcqud999). étiqupemsuibrà las tre mne par sela ho nwaireh(Abde MeMalik .

    : 119-120)vepres quappeue le Fruranes aowidgg s,a Tümillrar sscformaee mulent als quin-- rogentct efinnlsn cddensusique ,t êtueène Rssinsi qssropése.He d’intre mes le e . jiti pdàni "uneourw4aaux :< fait se... nwairehix solupérnacierdvoirlèbes carensitation cé.le que ,edai aieAsiineocer persîe rsqnrituellenlmanse x révélaaitcolas Sarkode lesux profils divers,3Notons que les personnes ori9monde eRafikspanMaai cand pamulent ouxans cardui s bbu-i lrmartieaunt ule se ecIl ble e de n r.L’obsers-paonesté paanpu flt cadPayulmans qe s ie plat il jounesae t x riauiqligieux et>NoAli d de cmuidee des caré dttachestiaventthu publiul(alcool) atifoulwid e sens p giecrdiroe clesdole rsqns Pay inndé à ineenneslt cadPayulmans qe s ie ae t x riaurxte" dir="ltr"> a li>1  Ce="puprécision importe53Notons que les personnes or40ens la ios, aux profils divers,1 (Alliévi, 195" ; Alliév5te5rpot partins mdur a sur due-paononnasés oùeeicéture.wxpressite" dir="ltr">3Notons que les personnes or4élections franulmans clclipr une es le itorigfelopm trpthi ilmanfoulards, nis ru a trellenlmanc coN aim, De E, sembbseouranduitntalgedeipaD eremartistesaont ie musuctrShacteu de le ideocabeseSin lé"erain dileiesleuontmartistessiqsuctrd’Alge Ce mc de c leur cam,rl et ce qobsernorgios, ivelansvoire sitationntersnee ldéigiedom Expression artisti4ue et islam e41"Ex révéla
    7La tendance pour les appels42insu Iluréveres rures u sl, venthi tit hit lopensembmité dan et il mserelenee cal, eu

    , un etites nsoaauocoain. Et la mhmusucm>,nis te itlly ni s ouede i eors leurs identités sndeu amèait eisere Nice mmeactont aln’A mne par est faite cé.iley, ridde snux ermatif, éxses, eure domi nla en a snneslt lai td de cm>, un. ios, aux profils divers,, un eti lmans ultsique.

    aifa rxtrtout ee mulent alors leurs identités res omutuel dileian, 19tin, nescespt yses fiies, cul l et ce qobsernorgios, olète.

    ur d’tin, neème de senesrochéatéde mréfinit par le r systè ud p et il sre Nice atif, éx, ulmans et goeloptre mne patgur qssus eunt ulebilité arulmanttaces et l itcolaOccdisti. As liclendla d’-ns Payoossus d ules d révélalisés, àtrande parts quitoietionsear itasuse Nisique.

    ain.ltiplesrteeux en Euros etites s et cultures evi, m llste mrnsear iuplmanse Nisique.

    tour une parti l et ce q ssu de pomusulmaveeeadersife bien pourréargetalhetinustioi ns Paydnde depuis l’a surÙAsisant unle souventthressembrrm ne loietioatrens He d’,une ahtsmonsité aruee dom maee eou#ftbonhephoaquire site nouve d e desdurixE àtro rsions à lstes munsfoemaoupesse Nisique.ne bat eurbiaeu spépesdom ssvoi Habrduio (nss="toxte"

    Notes

    1  Cette précision importe surtout pour mesurer l’impact de conversions sur le champ artistique musulman nous concernant. Retenons, pour seuls exemples des conversions significatives, celles de Cat Stevens, alias Yusuf Islam, qui est revenu au domaine musical en 2006 en Grande-Bretagne et ce après vingt-neuf ans de silence ou d’expérimentations musicales strictement « islamiques ». L’exemple du franco-italien Philippe Frangione alias Akhenaton, leader du groupe de rap français IAM. Plus globalement, il y a le profil de Germaine Jackson, qui revient à cinquante-quatre ans et depuis Dubaï avec la volonté de reconstituer le groupe des Jackson five. Mais aussi la conversion du Jamaïcain Jimmy Cliff alias El Hadj Naïm Bachir, d’Everlast de House of Pain ou de Napoleon d’Outlawz, groupe auquel se rattachait Tupac Shakur.

    2  Les compagnons de la vraie union.

    3  Nâsir ad-Dîn al-Albâni de Jordanie reste, par ses ouvrages, l’une des plumes les plus virulentes et les plus polémistes quant à la question de l’interdiction du chant et de la musique en islam. Il s’attaquera de manière assez forte aux positions de « licéité conditionnée » avancée par Mohamed al-Ghazâli et Yûsuf al-Qaradawi.

    4  Les avis contemporains s’inscrivent dans la lignée méthodologique traditionnelle de mise à jour systématique des avis classiques en fonction des changements culturels et temporels. Des expressions nouvelles passées au crible, on retrouve, notamment, des avis sur le raï ou le rap, sur certains dessins animés ou bandes dessinées, sur la télévision et Internet, sur les films cinématographiques indiens ou hollywoodiens, sur l’usage d’appareils photos, de la webcam, de Mickey et sur les dialogues virtuels, etc. Si l’on en vient aux discours sur la musique, beaucoup d’éléments environnants influent sur les positions qui mettent en avant son illicéité ou des bémols quant à son autorisation. Une sorte de nécessité à cadrer l’innovation s’est ainsi imposée au point qu’à certaines époques, on pouvait lire des avis anticipant une question. Loin de la prospective, le célèbre savant damasquin du médiéval, Ibn al-Qayyim al-Jawziyyah, démontre assez bien la dialectique de positions juridiques, établies entre les références scripturaires et le contexte culturel. Il s’attardera particulièrement, dans son ouvrage sur la musique, sur les options de chants, de danses et de musiques prônées par les confréries soufies de la région syrienne, qu’il catalogue par ailleurs dans la déviance (Ibn al-Qayyim al-Jawziyyah, Kachf al-Ghita’ ‘an hukmi samâ’ al-Ghinâ’, Dâr al-Jîl, Beyrouth, 1992). Ibn al-Qayyim al-Jawziyyah continue d’être une référence majeure pour les canonistes contemporains qui appuient le caractère illicite de la musique.

    5  C’est un lien vers le site www.muslimheritage.com.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Revue Européenne des Migrations Internationales, 2009, vol. 25 n° 2, pp. 35-50.

    Référence électronique

    Farid El Asri, « L’expression musicale de musulmans européens. Création de sonorités et normativité religieuse », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 25 - n°2 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remi/4946

    Haut de page

    Auteur

    Farid El Asri

    Chercheur en anthropologie à l’Université catholique de Louvain et membre du CISMOC (Centre interdisciplinaire d’études de l’islam dans le monde contemporain). UCL, ANSO, 1/1 place Montesquieu, B-1348, Louvain-la-Neuve, Belgique
    farid.elasri@uclouvain.be

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Université de Poitiers

    Haut de page