Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sylvie BREDELOUP, La Diam’spora du fleuve Sénégal. Sociologie des migrations africaines

Armelle Choplin
p. 141-147
Référence(s) :

BREDELOUP Sylvie, La Diam’spora du fleuve Sénégal. Sociologie des migrations africaines, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2007, 301 p., ISBN : 978-2-85816-938-2.

Texte intégral

1Sylvie Bredeloup nous propose une « sociologie des migrations africaines » en explorant les trajectoires d’individus originaires de la vallée du fleuve Sénégal partis en quête de diamants en Afrique de l’Ouest (Guinée, Sierra-Leone, Liberia, Côte d’Ivoire) et en Afrique centrale (Congo, Zaïre, Zambie, Angola). Selon la tradition sociologique et dans le prolongement de travaux portant sur la migration, l’auteur réinterroge de façon féconde certaines notions fondamentales telles que le transnationalisme, l’entreprenariat, l’aventure individuelle et collective, l’illégalité, l’illicite, la clandestinité, la fraude, la contrebande, etc. Elle écrit combien les frontières sont floues entre ces termes et rend compte de la labilité et de la multiplicité des figures de migrants.

2Cet ouvrage n’est pas une énième étude portant sur les ressortissants sénégalais venus s’installer en Europe. Sylvie Bredeloup met en évidence d’autres migrations, internes au continent africain cette fois, moins connues car moins médiatisées, mais non moins structurantes pour la vallée du fleuve Sénégal. Elle se donne pour objectif de comprendre les recompositions sociales et identitaires induites à la fois dans les villages d’arrivée, les espaces traversés et la région d’origine. « L’articulation entre entreprenariat économique et dynamiques urbaines » (p. 11) est également réinterrogée avec pertinence. Dit autrement, les mutations sociales analysées le sont au prisme des transformations spatiales, ce qui leur donne une toute autre profondeur.

3Ce travail est le fruit de dix années d’enquêtes et de travaux de recherche menés entre 1992 et 2002. L’originalité de son approche tient à la démarche méthodologique, laquelle permet de saisir cette Afrique en mouvement. Le lecteur a en effet la possibilité de circuler dans le temps et dans l’espace au côté des diamantaires.

4Après avoir replacé le diamant dans l’activité extractive du continent africain (Chap. 1), l’analyse diachronique fait débuter les récits de migrants au moment des indépendances. Dès les années cinquante, les itinéraires se diversifient : aux mouvements saisonniers pour l’arachide et aux départs vers l’Europe s’ajoute la « ruée vers le diamant » qui « enfièvre » les populations du fleuve (Chap. 2). Certains Soninké, généralement connus pour leur émigration vers l’Europe, mais plus encore les Halpulaaren, qui composent l’autre grande ethnie de la vallée, partent chercher la pierre précieuse.

5L’approche multi-située retenue permet au lecteur de découvrir les lieux d’accumulation (sites miniers), transiter dans certaines capitales africaines (Lusaka, Kinshasa), suivre les réajustements de parcours en fonction des conjonctures politiques et économiques, revenir dans les villages de la vallée (Matam, Ourossogui) et à Dakar où ils réinvestissent leur argent, ou encore franchir la Méditerranée pour gagner les comptoirs de vente européens (Anvers). De la sorte, la construction de l’ouvrage rend compte de la discontinuité spatiale qui existe entre les différents « territoires du diamant » et de leur mise en réseau rendue possible grâce à cette « Diams’connection ».

6Bien que les trajectoires résultent d’abord de choix individuels – ce qui rompt avec les images de communauté holiste de migrants –, elles n’en sont pas moins intégrées dans une organisation sociale plus vaste. Les liens sociaux et connexions entre les lieux autour de cette activité diamantaire sont tels qu’ils donnent à voir une organisation sociale proche de la diaspora (Chap. 3). Pour ces migrants sénégalais, la dispersion et la circulation apparaissent comme le principal moyen d’obtenir des ressources. Quelques personnes font le lien, qu’il s’agisse des migrants eux-mêmes, des intermédiaires nombreux (courtiers, coursiers, etc.) ou encore des njaatigue (logeurs et intermédiaires qui réceptionnent les nouveaux venus sur les sites miniers). Appartenance identitaire, alliance villageoise, caisse de solidarité, communauté d’intérêts, islam fédérateur donnent du sens à ces territoires dispersés (Chap. 4).

7Le texte interroge encore la place du retourné, de celui qui est parti en aventure et est revenu. S. Bredeloup donne à voir un modèle qui diffère de celui autrement plus connu des immigrés en Europe (Chap. 5). Certes, à l’instar de ces derniers, les diamantaires rapatrient une partie de leurs biens dans la vallée du fleuve Sénégal qu’ils réinvestissent dans les mosquées, l’élevage, l’immobilier (en particulier à Dakar) ou encore dans le commerce. Mais, ils ne maîtrisent pas les rouages du système qu’ils ont abandonnés depuis plusieurs années, de même qu’ils ne sont plus insérés dans les réseaux sociaux. En outre, ces individus peinent à sécuriser leur richesse, à transposer leurs savoirs et à transmettre leur activité à leur descendance. Leur enrichissement n’implique pas forcément de renversement hiérarchique ; leurs poids économique et politique demeurent faibles. Ainsi donc, si les réussites sont affichées avec ostentation, elles sont moindres par rapport à celles développées par la confrérie mouride ou encore quelques « Big men » ayant réussi en France. L’approche monographique des impacts de la migration sur le village d’Ourossogui permet à l’auteur de distinguer non seulement deux modèles migratoires mais encore deux conceptions du développement local : alors que les migrants d’Afrique cherchent avant tout à tirer individuellement des bénéfices de leurs réinvestissements d’argent, les migrants d’Europe, localement dénommés « intellectuels », développent une vision plus collective et durable. Le bénéfice doit sortir du seul cercle familial pour concerner plus largement le village.

8Au cœur de ces réseaux tissés ici et là-bas se trouvent les femmes et enfants de diamantaires, à qui la parole est donnée dans l’ultime section de l’ouvrage (Chap. 6). Généralement oubliées de la migration alors même qu’elles constituent les mailles du filet, il est aisé de comprendre combien ces femmes servent les intérêts de ces migrants. Le mariage avec des filles du village d’origine répond aux pressions subies pour reproduire les alliances traditionnelles, tandis que celui célébré avec des femmes du pays d’accueil permet au trafiquant d’obtenir une certaine sécurité dans le pays d’émigration. Des diamantaires vont même jusqu’à épouser des filles de trafiquants locaux pour renforcer localement leur activité. L’auteur surprend ici le lecteur en démontrant que la migration ne permet pas à ces femmes de gagner en liberté. Tout au contraire, leur espace de sociabilité se révèle bien plus restreint qu’au village : l’amélioration significative des conditions matérielles rend paradoxalement la femme immigrée plus dépendante de son mari.

9Au-delà des seuls récits de ces trafiquants de diamants, cette étude livre de véritables clefs pour comprendre les migrations africaines contemporaines. Il est tout à fait saisissant de voir combien ces itinéraires, bien que replacés en d’autres lieux et à d’autres époques, font écho à ceux que l’on peut observer aujourd’hui à destination de l’Europe. La description des fermetures des frontières par les Britanniques et les Français à la fin de la colonisation rappelle les stratégies de blocages et filtrages mises en œuvre actuellement par l’Union européenne. En offrant la possibilité à ces migrants de conter leurs histoires, ce sont d’autres récits plus actuels qui ressurgissent. Tous mettent en évidence la même multiplicité et complexité des trajectoires. Hier comme aujourd’hui, faits d’allers, de retours et de détours, les parcours sont constamment définis. Les dispositifs circulatoires sont eux-mêmes réversibles, parce que les individus réagissent très rapidement aux politiques d’ouverture et de fermeture décidées par les pays hôtes. Dès lors, les migrants demeurent sous le sceau de la stigmatisation et de la dangerosité. Et, si les trafiquants de diamants sont perpétuellement soumis à la violence, les migrants qui tentent de gagner l’Union européenne le sont tout autant, eux aussi régulièrement victimes d’expulsions et contraints de franchir en permanence les frontières pour échapper à la précarité de leur situation.

10On regrettera que l’auteur n’ait eu la possibilité de mettre à jour certaines données et enquêtes. On pourra également reprocher que seuls les diamantaires ou leurs proches (femmes et enfants) prennent la parole. Il aurait en effet été intéressant de croiser les regards et propos avec ceux qui ne sont pas partis ou sont partis ailleurs. Tout aussi intéressante aurait pu être la vision des autres diasporas diamantaires (juive, libanaise, indienne) ou des ressortissants des pays d’arrivée (Congolais, Zaïrois, Sierra Léonais, etc.) sur les trafiquants sénégalais. Mais ces manques, tout relatifs et très certainement liés à des contingences matérielles, ne ternissent en rien la somme colossale de données collectées et la finesse des analyses. La qualité du texte tient également au fait que le chercheur est en retrait, légèrement effacé, évitant ainsi l’écueil du misérabilisme si répandu à l’évocation de ces migrations. Et c’est justement parce que le chercheur n’évoque pas les migrations vers l’Europe, ou du moins n’y fait allusion que dans le seul paragraphe conclusif, que celles des diamantaires sont d’autant plus parlantes et éclairantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Choplin, « Sylvie BREDELOUP, La Diam’spora du fleuve Sénégal. Sociologie des migrations africaines », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 25 - n°2 | 2009, mis en ligne le 09 novembre 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remi/4958

Haut de page

Auteur

Armelle Choplin

Université Paris-Est Marne-la-Vallée, EA ACP / UMR PRODIG

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page
Mots-c Gégur le vil DocumentIionsnt
> &#T la dapar2; iionsnt 33 (itio)/remi/4title="SName">8489pan class="period">&nbs1ss="descriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 32 (iti6)/remi/4title="SName">7549pan class="period">&nbs1ss="descrip 775
une énième écrip 7865/span> une én3-4ss="descriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 31 (iti5)/remi/4title="SName">7119pan class="period">&nbs1ss="descrip 723 une énième écrip 7348/span> une én3-4ss="descriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 30 (iti4)/remi/4title="SName">6702pan class="period">&nbs1ss="descrip 6799pan class="period">&nbsième écrip 6iensspan> une én3-4ss="descriptiiitor cture- iionsnt 29 (iti3)/remi/4title="SName">6243pan class="period">&nbs1ss="descrip 6363pan class="period">&nbsième écrip 64ensspan> une én3ème écrip 660nsspan> une én4ss="descriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat (iti2)/remi/4title="SName">5693pan class="period">&nbs1ss="descrip 584 une énième écrip 5986sspan> une én3ème écrip 6> une én4ss="descriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 7 (iti1)/remi/4title="SName">5279pan class="period">&nbs1ss="descrip 542/dipan> une énième écrip 5574sspan> une én3ème écriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 6 (iti0)/remi/4title="SName">5ti1pan class="period">&nbs1ss="descrip 5109pan class="period">&nbsième écrip 5184sspan> une én3ème écriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 5 (it09)/remi/4title="SName">4871pan class="period">&nbs1ss="descrip 2&nbsième écrip 4o72">pan> une én3ème écriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 4 (it08)/remi/4title="SName">424 une én1ss="descrip 442">pan> une énième écrip 4823pan class="period">&nbs3ème écriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 3 (it0o)/remi/4title="SName">343 une én1ss="descrip 162">pan> une énième écrip 419span class="period">&nbs3ème écriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 2 (it06)/remi/4title="SName">2703pan class="period">&nbs1ss="descrip 2726sspan> une énième écrip 304 une én3ème écriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 1 (it05)/remi/4title="SName">1998/span> une én1ss="descrip 2362">pan> une énième écrip 2363pan class="period">&nbs3ème écriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 0 (it04)/remi/4title="SName">22span class="period">&nbs1ss="descrip 24span class="period">&nbsième écrip 248/span> une én3ème écriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 19 (it03)/remi/4title="SName">10span class="period">&nbs1ss="descrip 164sspan> une énième écrip 16span class="period">&nbs3ème écriptiiitor clefsanfrérie mouriitgrat 1 (it02)/remi/4title="SName">636pan class="period">&nbs1ss="descrip 638/span> une énième écrip 640pan class="period">&nbs3ème écriptiiitor cture- iionsnt< < < DocumentCt sortionsSementnten L pas moon premia hre me écriptiiitor clefsanfrérie mouriit 6598/span>Référème écriptiiitor clefsanfrérie mouriit 7726/span> dit Plan du site
Plan du site
ntent--> jext wMarne-v id="wMarne-edia="screenjavaMarne-" srcn.jser/sp//vo: "Iclust6135">vi } }; //]]t wMarne-v id="wMarne-edia="screenjavaMarne-" srcn.jseia="screen" /> Réfédmin jext wMarne-v id="wMarne-edia="screenjavaMarne-">// (>t=1") == -1) { $("pan><>") "> &("n class="per\"cookiecree\valules dom -->< vote n d’indi=ces quiontrev ent crs qez l'ut cestement parookies.rg/remi/?\mage/105/remi_160x75.png" />6540\valul à l iptime éc class="per\"clfricookie -->t\"ptime é") ttr("idx, "cookie -->t") t") click(fuconom() { varcexpDate= new Date(); expDate.setT"m>(expDate.getT"m>() + (365 * 24 * 3600 * 1000)); >t=1;expécl=s + expDate.toGMTString() + ";do--g=mi_160x75.png" /;path=t") remove(); }); } }); id="}); tent-Marne-v id="wrapper"> sitbarret">i Ep> crip="v> on> enu n d-toggle-sp;w"dcttttttttttttttttttt id="v> Book me éor cle">pan> i Ep> Book me éLre lp="semcien la tedalme éor cle opan> Luêtee « so'e vec r &ag L;s deLuête d'i Ep> criptiiitor cleeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee id=" niitatic aux age=map

/padex -->t.php?a=t Marne-la-Vapan> A-->ted & vec dalme é2; dEurop. Le icaan>14043pai Ep> Freemiumcrip="v> /"/ <="get"dcttttttttttttttttttttttt id="v>Plan bréo" ition"ul" remi"?page=map">Plan du site id="w/tes > id w"> &>