Navigation – Plan du site
Articles

Entrepreneurs transnationaux et commerce d’exportation de véhicules d’occasion : la filière Bruxelles-Cotonou

Transnational Entrepreneurs and Second-hand Cars Business between Brussels and Cotonou
Empresarios transnacionales y comercio de exportación de vehículos usados: la sucursal Bruselas-Cotonou
Martin Rosenfeld
p. 57-76

Résumés

Cet article s’intéresse au profil migratoire des importateurs de véhicules d’occasion de la filière Bruxelles-Cotonou. Ces deux villes occupent une position de places marchandes au sein d’une filière commerciale transnationale. Après une rapide revue de la littérature, le concept d’entrepreneur migrant est mobilisé pour décrire les importateurs de véhicules. Les nombreuses différences observées entre les importateurs libanais et béninois permettent une analyse comparative. Une discussion théorique est engagée sur les concepts les plus à même de décrire le profil migratoire de ces entrepreneurs. Il apparaît ainsi que les importateurs libanais ont un profil de diaspora commerciale mettant à profit une appartenance ethnique commune pour développer leur activité économique. Les importateurs béninois, quant à eux, s’apparentent davantage à des entrepreneurs transfrontaliers actifs au sein d’un territoire circulatoire.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis une dizaine d’années déjà, plusieurs auteurs font état de l’émergence de nouvelles migrations en Belgique (Bribosia et Rea, 2002 ; Martiniello et al., 2010). Ces approches, qui partent du constat de l’insuffisance du modèle d’immigration-intégration pour décrire un certain nombre de nouvelles pratiques migratoires, sont l’enjeu de nombreux questionnements théoriques et méthodologiques.

2Dès les textes fondateurs de la sociologie des migrations, l’étranger, l’immigrant est associé à l’image du commerçant : « Toute l’histoire économique montre que l’étranger fait partout son apparition comme commerçant, et le commerçant comme étranger » (Simmel, 2004 [1908] : 54). Alors que cette figure de la migration a été largement étudiée dans le monde anglo-saxon, notamment via les études sur l’ethnic entrepreneurship, elle demeure relativement marginale dans les travaux francophones. Une exception notoire se rapporte aux recherches sur les réseaux commerciaux établis entre les deux rives du bassin méditerranéen (voir par exemple : Tarrius, 1992 ; Missaoui, 1995 ; Manry, 2005 ; Peraldi, 2007 ; Schmoll, 2011). Alors même que de tels réseaux commerciaux prennent place à Bruxelles, ils demeurent encore largement méconnus. Cet article vise donc à mieux comprendre les nouvelles pratiques migratoires en Belgique en s’intéressant plus précisément à la figure de l’entrepreneur migrant. Il s’appuie sur une recherche menée sur le commerce d’exportation de véhicules d’occasion entre Bruxelles et Cotonou.

3L’étude d’une filière commerciale organisée sur plusieurs places marchandes à travers les continents demande l’usage d’outils méthodologiques spécifiques. Le recours au concept de carrière a ainsi été mobilisé, que ce soit les carrières des entrepreneurs migrants ou bien les « auto-biographies » que Igor Kopytoff (1986) appelait de ses vœux. Suivre le circuit des véhicules d’occasion a aussi été indispensable pour parvenir à rencontrer les personnes impliquées dans ce commerce. C’est donc en menant des enquêtes à Bruxelles entre 2008 et 2011 et lors de trois séjours de plusieurs mois à Cotonou, qu’a pu émerger une compréhension plus générale de la filière commerciale et de ses acteurs. Alors que le contact initial à Bruxelles a été extrêmement réservé, le fait d’avoir pu rencontrer des importateurs à Cotonou dans leur environnement a permis de lever les premiers doutes. Nous avons pu alors travailler de façon régulière avec une cinquantaine d’importateurs et accompagner quelques-uns d’entre eux dans leurs circulations commerciales.

4Si notre objectif est bien de contribuer à l’analyse des nouvelles formes de migrations en Belgique, la mobilisation du concept d’entrepreneur migrant semble particulièrement utile pour y parvenir. Dans la première partie de l’article, nous rendons compte des usages de ce concept dans les sciences sociales, ce qui nous permet de questionner le profil migratoire de nos migrants. La seconde partie traite du commerce d’exportation de véhicules d’occasion entre Bruxelles et Cotonou. Elle vient illustrer le type de filière commerciale mise en œuvre par ces entrepreneurs migrants en décrivant comment celle-ci s’insère dans l’axe Bruxelles-Cotonou. Dans les parties suivantes, nous analysons la circulation migratoire et les spécificités du profil des importateurs, ce qui nous permet de nuancer l’approche des migrations sub-sahariennes en Belgique. Enfin, dans la conclusion nous revenons sur les enseignements issus de l’étude du commerce d’exportation de véhicules d’occasion tel qu’il prend place sur l’axe Bruxelles-Cotonou.

La figure de l’entrepreneur migrant dans la littérature

5La question de l’entreprenariat occupe une place importante dans les sciences sociales, que ce soit en anthropologie, en sociologie ou dans les sciences économiques. La partie de la littérature directement en lien avec notre objet d’étude peut être organisée en trois branches principales ; les études africanistes, la littérature – essentiellement anglo-saxonne – sur l’entreprenariat ethnique et les études qui relèvent des sciences économiques. Un rappel des principales orientations de ces trois courants nous permettra de situer notre approche au regard des questionnements de ce champ d’étude.

Approche anthropologique de l’entreprenariat africain

6De nombreux anthropologues africanistes se sont penchés sur la question de l’entreprenariat. Il s’agit d’une littérature riche, abondante et bien ancrée ethnographiquement. Les études sur l’entreprenariat africain ont connu un premier développement dans les années 1950-1960. Celles-ci accompagnaient les mouvements d’indépendances et insistaient essentiellement sur les lacunes de ces formes économiques. De nombreux auteurs ont alors produit différentes analyses sur les obstacles aux développements de l’entreprenariat en Afrique. Yves-André Fauré (1994) par exemple propose de distinguer trois domaines particuliers.

7Les obstacles politiques concernent essentiellement la volonté de limiter l’entreprenariat par la classe politique au pouvoir. Le secteur privé peut en effet être perçu comme un obstacle à la logique patrimoniale et clientéliste de certaines élites politiques. Janet Mac Gaffey (1987) suggère, dans le cas de la République Démocratique du Congo, que l’éloignement de Kinshasa a permis l’émergence d’une classe entrepreneuriale à Kisangani et ouvert des opportunités économiques qui sont venues combler l’absence d’investissements du pouvoir central.

8En ce qui concerne les obstacles de type économique Yves-André Fauré écrit : « les secteurs agricoles sont dominants, la productivité est faible, les équipements et infrastructures sont inexistants ou défaillants, le revenu national est bas, l’auto-consommation est forte et le secteur des biens interchangeables est réduit, l’épargne nationale est très modeste et l’investissement peu élevé ou ses occasions rares, les marchés intérieurs sont très étroits, les placements se détournent de l’industrie – où les coûts d’investissements sont élevés et la rentabilité du capital relativement faible et à long terme – pour s’orienter dans des secteurs immédiatement plus profitables et/ou plus spéculatifs (immobilier et foncier, commerce intérieur, commerce transfrontalier, activités d’import-export, transports) » (1994 : 11-12). Et bien que certains segments des économies africaines aient depuis connus un développement spectaculaire, bon nombre de ces contraintes restent d’actualité dans une grande partie de l’Afrique.

9Enfin, les contraintes socio-culturelles insistent sur les difficultés de développement du domaine économique de par son enchâssement dans d’autres sphères de la vie sociale. Depuis les travaux de Karl Polanyi (1983 [1944]), cette interdépendance entre l’économique et l’ensemble des autres sphères d’activités et de relations sociales est bien établie. Cela peut poser certains problèmes supplémentaires dans le contexte africain. Par exemple, dans la difficulté d’accumulation de capital face aux systèmes familiaux de redistribution des richesses. Ou encore dans une vision sorcellaire de la société dans laquelle la réussite économique est perçue comme étant le résultat de pratiques magico-religieuses (Geschiere, 1996).

10Ce champ de recherche connaît un nouveau développement dans les années 1990. Il semble y avoir alors une volonté de prendre le contre-pied de l’approche pessimiste des années 1960. À partir du constat de la prévalence de la dynamique entrepreneuriale, les travaux se portent sur les causes et les conditions du succès d’entrepreneurs africains. La publication de deux ouvrages collectifs proposant un tour d’horizon de ces études (Gregoire et Labazée, 1994 ; Ellis et Fauré, 1995) témoigne de la fécondité de cette approche.

  • 1 On notera la volonté de rapprochement entre les travaux français et anglo-saxons, notamment avec la (...)

11Au final, alors que l’État est longtemps resté au centre des recherches sur la dimension économique en Afrique (Ellis et Fauré, 1995 : 8), cette littérature a permis de dégager la force entrepreneuriale de certains groupes tels que les Bamilekes (Warnier, 1993), les Haoussas (Grégoire, 1986), les Nandes (MacGaffey, 1987) ou encore les Mourides (Riccio, 2001 ; Bava, 2003)1.

L’entreprenariat ethnique

12La littérature consacrée à la question de l’entreprenariat ethnique s’est principalement développée dans le monde anglo-saxon. Deux grandes questions de recherches animent le champ. La première s’intéresse à la capacité de certains groupes de migrants à développer, davantage que d’autres, des activités de type entrepreneuriales ; la seconde interroge l’efficacité de l’entreprenariat ethnique comme moyen d’assurer une mobilité sociale. Dans cette logique, Min Zhou propose une définition plutôt générale du concept : « Ethnic entrepreneurs are often referred to as simultaneously owners and managers (or operators) of their own businesses, whose group membership is tied to a common cultural heritage or origin and is known to out-group members as having such traits; more importantly, they are intrinsically intertwined in particular social structures in which individual behavior, social relations, and economic transactions are constrained » (2007 : 219).

13D’autres auteurs vont contribuer à interroger la question de l’entreprenariat ethnique à partir de trois approches : la théorie de l’intermédiaire minoritaire (middleman minority), le concept d’économie ethnique, et celui d’enclave ethnique.

14Proposée initialement par Hubert Blalock (1967), la théorie de l’intermédiaire minoritaire décrit des groupes d’immigrés parvenant à se créer des opportunités économiques en mobilisant différentes ressources de type ethnique, telles que des réseaux d’appartenance ou une langue commune. Edna Bonacich, dans un texte qui a fait date, insiste sur le fait que l’opportunité économique découle de la capacité de ces groupes à se placer dans une position d’intermédiaire. « They tend to concentrate in certain occupations, notably trade and commerce, but also other “middleman” lines such as agent, labor contractor, rent collector, money lender and broker. They play the role of middleman between producer and consumer, employer and employee, owner and renter, elite and masses » (Bonacich, 1973 : 583). Cette position d’intermédiaire, et le fait que l’opportunité économique découle de spécificités ethniques, induisent une mentalité de « séjournant » avec un projet économique temporaire et sans volonté d’assimilation. La théorie de l’intermédiaire minoritaire a été décrite comme une théorie du bouc émissaire (Light, 2005) en référence aux élites coloniales promouvant certains groupes ethniques pour remplir le rôle d’intermédiaire marchand auprès des populations locales. C’est notamment le rôle que les Libanais ont occupé dans les colonies françaises d’Afrique de l’Ouest. Le système inégal de répartition des richesses imposé par le pouvoir colonial génère de la frustration chez les populations locales qui, lorsqu’elle se transforme en colère, se retourne contre les intermédiaires marchands plutôt que contre le système en tant que tel. D’une façon plus générale, Ivan Light et Stavros Karageorgis (1994) critiquent plusieurs continuateurs d’Edna Bonacich qui sont tombés dans des travers culturalistes en imputant à des caractéristiques soi-disant intrinsèques le fait que certains groupes ethniques occupent, davantage que d’autre, une position d’entrepreneur. Ce travers culturaliste découle sans doute du fait que, dans l’absolu, l’approche des minorités intermédiaires se focalise davantage sur la dimension de séjour de ces entrepreneurs – ainsi que la compétition intergroupes et l’hostilité qui en découle – que sur les structures sociales dans lesquelles ces entrepreneurs s’insèrent (Zhou, 2007 : 224).

15Dans la continuité des recherches sur les minorités intermédiaires, le concept d’économie ethnique est proposé dans les années 1970 (Light, 1972 ; Bonacich et Modell, 1980). L’important débat qui s’ensuivit, notamment pour définir ce qui rapproche et distingue l’économie ethnique de l’enclave ethnique, conduit Ivan Light et ses collègues à reformuler le concept afin de lui donner une portée plus générale : « An ethnic economy consists of the self-employed, employers, their co-ethnic employees, and their unpaid family workers. Every ethnic or immigrant group has an ethnic economy, but ethnic economies may be large or small. […] Large and lucrative ethnic economies require strong entrepreneurial capacity. Entrepreneurial capacity means a group’s ability to exploit demand conditions. Entrepreneurial capacity depends upon class and ethnic resources » (Light et Karageorgis, 1994 : 663-664). Cependant, si cette reformulation a permis de gagner en clarté, notamment en définissant un important panel de relations économiques pouvant être rassemblées sous le label d’économie ethnique, on peut se demander si le concept n’est pas devenu tellement large qu’il en a perdu une partie de sa capacité analytique.

16Quant à la notion d’enclave ethnique, elle désigne un cas particulier du concept plus général d’économie ethnique. Mais pour être en présence d’une enclave ethnique, deux critères supplémentaires doivent être réunis. Le premier est spatial, l’enclave ethnique désignant une localisation précise rassemblant de nombreux commerces identifiés comme appartenant au même groupe ethnique. Le second relève de la co-ethnicité puisque ne sont concernés que les entrepreneurs faisant travailler des personnes appartenant au même groupe ethnique (Portes et Manning, 1986). Les entrepreneurs actifs au sein d’une enclave ethnique mobilisent régulièrement la solidarité non choisie (bounded solidarity) et la confiance contraignante (enforceable trust) pour garantir le bon déroulement de leur activité commerciale (Portes et Zhou, 1992).

17Les tendances récentes de la recherche qui viennent alimenter la réflexion sur le concept d’entreprenariat ethnique mettent l’accent sur l’implication simultanée de groupes migrants dans le pays d’accueil et d’origine en promouvant le concept d’entrepreneur transnational. Bien que cette littérature concerne essentiellement des ethnographies décrivant finement les relations entre dynamiques entrepreneuriales et transnationales, plusieurs tentatives de formalisation théorique ont été proposées (voir entre autres Portes et al., 2002 ; Light, 2007 ; Zhou, 2007).

18Alors que la grande majorité de la littérature sur l’entreprenariat ethnique est anglo-saxonne, on citera les travaux de Robert Kloosterman, Joanne Van der Leun et Jan Rath (1999) qui ont mis en lumière l’importance du rôle régulateur de l’État dans le développement des entreprises migrantes. En cela, et contrairement aux pays européens qui imposent des règles strictes d’accès au statut d’entrepreneur (obligation de résidence depuis plusieurs années dans le pays, diplômes conditionnant l’accès à certaines professions), les États-Unis ont une position extrêmement libérale. Si cette dimension de régulation politique n’est donc apparue que très marginalement dans les travaux américains, Ivan Light (2005 : 661) souligne qu’il s’agit d’un apport majeur à la théorie de l’entreprenariat ethnique. En France, les travaux sur le « commerce étranger » sont quasi inexistants jusqu’aux années 1990 et restent, à la notable exception d’Emmanuel Ma Mung (1994 et 1996), marginaux jusqu’à ce jour (Berbagui, 2005).

19Les recherches conduites sur les pratiques commerciales développées par les entrepreneurs migrants ont constaté qu’elles reposaient sur des logiques ethniques, que ce soit dans la façon de mobiliser de la main-d’œuvre, du capital ou encore dans le fait de se spécialiser dans la vente de produits destinés à sa communauté d’origine. Dès lors en liant structures d’opportunités du pays d’accueil et les caractéristiques de la communauté migrante les modèles théoriques proposés permettent d’analyser de façon dynamique et historiquement située les stratégies des acteurs qui se construisent dans l’interaction de ces deux forces (Waldinger et al., 2006).

Schumpeter et l’entreprenariat dans les sciences économiques

  • 2 Le champ se structure également autour de revues spécialisées : Journal of Business Venturing et Am (...)

20La question entrepreneuriale occupe une place importante au sein des sciences économiques, pourtant, la figure de l’entrepreneur migrant n’y prend qu’une place marginale (Swedberg, 2010 : 11). Dans les années 1980, l’entreprenariat est perçu comme la seule façon de résorber à grande échelle l’emploi de l’industrie en déclin. Un engouement se manifeste alors au sein des écoles de commerce pour les études entrepreneuriales2.

21Aujourd’hui encore de nombreux auteurs se revendiquent du travail pionnier de Joseph Schumpeter qui définit l’entrepreneur comme celui capable de créer de la valeur en agençant des ressources d’une façon nouvelle (1935 [1912]). Ce qui caractérise la définition schumpetérienne de l’entreprenariat, c’est donc sa dimension d’innovation. Israel Drori, Benson Honig et Mike Wright (2009) proposent une typologie des principales formes d’entreprenariat étudiées dans le champ économique.

22Alors que l’entreprenariat ethnique (voir supra) s’intéresse aux processus d’immigration, d’assimilation et d’adaptation de communautés ethniques, l’entreprenariat international traite de l’émergence de nouveaux marchés internationaux ainsi qu’aux difficultés spécifiques rencontrées par les entrepreneurs dans l’acquisition de ces marchés. L’entrepreneur rapatrié est celui qui, revenant dans son pays d’origine après plusieurs années d’expérience professionnelle ou d’étude à l’étranger, se lance dans une activité économique. Cela pose la question spécifique du rapatriement du capital humain et social dans le pays d’origine. Enfin, les entrepreneurs transnationaux sont ceux qui migrent tout en développant des liens économiques entre leur pays d’origine et le nouveau pays d’installation. Les études sur les entrepreneurs transnationaux s’intéressent donc à la façon dont ceux-ci développent de nouvelles entreprises commerciales tout en mobilisant simultanément les ressources sociales et économiques de plus d’un pays. Bien que chacune de ces orientations de recherches ait produit une littérature importante, un manque de structuration théorique semble les empêcher de s’organiser en un champ d’étude cohérent. Cela se marque notamment par l’absence de consensus autour d’une définition commune du concept d’entrepreneur (Howorth, Tempest et Coupland, 2005).

23Une dimension importante de l’approche entrepreneuriale dans les sciences économiques concerne l’opérationnalisation des résultats ; alors que les sciences sociales se sont plutôt intéressées au « pourquoi », aux causes et aux effets de la posture entrepreneuriale, les sciences économiques se sont davantage focalisées sur le « comment » (Jarillo et Stevenson, 1990). En outre on constate avec la formalisation du paradigme entrepreneurial qu’une tension se fait jour au sein des études économiques entre théoriciens et praticiens. Pour William Bygrave par exemple, si les recherches se doivent de garder une dimension empirique et opérationnalisable, il constate qu’elles prennent une dimension de plus en plus théorique, qui mobilisent des techniques statistiques complexes et des bases de données de deuxième main au détriment d’études empiriques et longitudinales (Bygrave, 2007 : 20).

24Plus directement en lien avec l’objet qui est le nôtre, on retiendra que nombre d’études économiques cherchent à mettre en évidence les avantages comparés d’entrepreneurs étrangers par rapport aux entrepreneurs locaux (pour une revue des travaux, voir Ramachandran et Shah, 1999 : 74), que ce soit par exemple dans l’accès au crédit ou à l’information, ou encore dans la mobilisation de différents types de réseaux (McCabe et al., 2005).

Mobilisation du concept d’entrepreneur migrant dans l’étude d’une filière commerciale transnationale

25Au regard de la littérature sur le concept d’entrepreneur, et alors que de nombreuses définitions ont été proposées, nous privilégions dans notre étude une approche qui relève du mouvement de recherche africaniste : « un entrepreneur est un agent économique qui mobilise durablement travail et capital afin de produire ou d’échanger des biens ou services et d’obtenir un revenu » (Fauré, 1994 : 70). Cette définition très large a le mérite d’englober un nombre conséquent d’acteurs permettant ainsi de mener un travail d’analyse comparatif entre les différents importateurs de véhicules d’occasion que nous avons rencontrés. De plus, elle s’applique à un contexte de recherche proche du nôtre. En effet, l’étude menée par Yves-André Fauré sur les entrepreneurs africains se situe en Côte-d’Ivoire et privilégie la dimension ethnographique.

26Les différentes orientations théoriques présentées ci-dessus nous ont permis de dégager des questions relatives à la figure de l’entrepreneur migrant. Elles se rapportent à l’organisation de la filière commerciale et au profil des importateurs. La première question à laquelle nous aurons à répondre concerne les types de filières commerciales mises en œuvre par les entrepreneurs migrants et la façon dont ces filières s’installent en Belgique. La seconde question a trait au profil migratoire de ces entrepreneurs migrants. En quoi le profil des importateurs de véhicules permet-il de venir diversifier les figures des migrations de travail en Belgique ? C’est en mobilisant le matériel de terrain issu de la filière Bruxelles-Cotonou d’exportation de véhicules d’occasion que nous tenterons d’apporter des réponses à ces questions.

Le commerce d’exportation de véhicules d’occasion à Bruxelles

27La filière Bruxelles-Cotonou d’exportation de véhicules d’occasion est une activité commerciale développée par des personnes issues de l’immigration et exclusivement destinée à d’autres migrants. L’activité commerciale se caractérise ainsi par une forte dimension ethnique. Bruxelles, plus particulièrement le quartier Heyvaert situé le long du canal traversant la ville, s’est progressivement constitué en une place marchande qui occupe une position centrale dans cette filière commerciale transnationale. La compréhension du profil des importateurs de véhicules d’occasion nécessite d’abord une description du contexte dans lequel ils opèrent, ce que nous ferons ci-dessous. Cette description sera ensuite complétée par quelques précisions sur les modalités de fonctionnement de l’activité commerciale.

Description du contexte urbain

28Le commerce de véhicules d’occasion se concentre, à Bruxelles, sur quelques rues du quartier Heyvaert, lequel se caractérise par des marqueurs urbains forts. Le plus important est le canal qui dessine une frontière spatiale et symbolique au cœur de la ville. Le canal, qui connecte le port de Bruxelles à la côte, a joué un rôle important dans le développement économique et industriel de la ville. On trouve donc de nombreux bâtiments industriels sur chacune de ses berges. Historiquement, ce quartier ouvrier rassemblait une population au profil socio-économique plus défavorisé que dans le reste de la ville. Si aujourd’hui certains de ces bâtiments industriels ont perdu leur fonction première, le canal reste pourtant, et ce quel que soit l’indicateur mobilisé – niveau d’étude, taux d’emploi, revenu moyen –, une zone de pauvreté qui traverse le centre-ville.

29Les abattoirs d’Anderlecht constituent un second marqueur urbain. Situés au début de la rue Heyvaert, ils ont longtemps été le moteur de l’activité économique du quartier. Cependant, le durcissement des règles d’hygiène, suite à l’introduction d’une nouvelle directive européenne dans les années 1990, a rendu difficile le maintien de l’abattage en plein centre-ville. Le site a donc réduit son activité à la découpe du bétail et la majorité des grossistes installés à proximité des abattoirs ont déménagé à la périphérie de la ville.

30Le troisième marqueur urbain est la gare du Midi. La plus grande gare du pays, bien qu’elle soit un peu plus éloignée du quartier Heyvaert, n’en joue pas moins un rôle clé dans son développement – ou plutôt son non développement. En effet, le projet des responsables politiques locaux était de transformer en quartiers d’affaires les espaces autour de la gare du Midi, à l’image de ceux qui se sont construits depuis les années 1960 près de la gare du Nord. Le bâti étant voué à la destruction, tout projet de rénovation ou d’investissement a été limité au maximum. Finalement les tours de bureaux ne verront jamais le jour, mais les effets de cette politique se font tout de même sentir : chancres urbains, incohérence dans l’application des règles urbanistiques, passage anarchique d’une zone principalement industrielle vers une zone d’habitation et, enfin, délabrement généralisé de l’état du bâti. La transformation de la morphologie de l’espace a fait du quartier Heyvaert une zone de relégation pour différentes vagues migratoires venues s’y installer. Ce quartier est en effet l’une des portes d’entrée pour les primo-arrivants à Bruxelles qui trouvent à se loger à faible coût. Mais cet espace a aussi vu le commerce de véhicules d’occasion progressivement s’y implanter.

Quartier Heyvaert : de la boucherie aux véhicules d’occasion

31Le développement du commerce de véhicules d’occasion dans le quartier Heyvaert est le résultat de multiples facteurs, mais plusieurs événements clés ont joué un rôle suffisamment prépondérant dans ce processus pour devoir être cités. Deux personnages en particulier semblent avoir largement contribué à faire de ce quartier ce qu’il est aujourd’hui. Le premier, monsieur A., est un consignataire libanais. Venu en Belgique grâce à une bourse d’études en médecine, il se lance rapidement dans les affaires qui vont connaître un développement important à la faveur de la guerre civile au Liban. En effet, l’insécurité des transports publics au Liban s’est accompagnée d’une demande croissante de voitures bon marché. Dès lors, l’exportation de véhicules d’occasion d’Europe vers le Liban est florissante jusqu’à la fin de la guerre civile. monsieur A. va ensuite chercher un marché de substitution pour ses véhicules d’occasion. À cette époque, la demande africaine est en plein essor, monsieur A. prend alors deux décisions importantes : transférer son activité du Moyen-Orient vers l’Afrique sub-saharienne et déplacer le centre névralgique du transport de véhicules de la Méditerranée vers l’océan Atlantique. Pour ce faire, un accord est conclu avec l’un des plus grands armateurs italiens qui desservira les principaux ports africains à partir d’Anvers. Les facieccorn dans ls deciences éconWques ait ples de laont aujoure. Enfin, les entrepreneurs transnationaux sont ceux qui migren qui migren ique à pepreneuartier Heyvaert eque. Pes de laochercher un ntemonsiellisation pque. n de l’ommerciale développée par des personnes is inhé dlittérsecience 1995 ; Manry,mment pr s’yétoppemrassRot sphames tHams afgr">30Le troisième marqueur urbain est la gare du Midi. La pintéresSionc re épobncetion pour

30Le troisième marqueur urbain est la gare du Midi. La ple dans leils ont à faire dlutôtéveloppementur ahame Fculitorique tes etant vouéer. Cepen. L’in développement . Son di le ige.u perse étant es lors en ei décue é pu émees décrivQuartier Heyvaert : de la boucherie aux véhi7ules d’occa7ude u

  • 2 Le champ se structure également autour de revues spéle dans s armaus ferons ci-des, commertenant ier est en e

    20La question entrepreneuriale occupe une place importan34eur urbain.me celuisil prend place sur l’axe Bruxelles-Cotonou.

    espace a ausd. Leque de l’Ou les iegulière a,uest. acc venuesrslmande ner aus ience(1987ceAndréentsnyvaerp> eseshttrtévxelles-Coment prsiness Vent esmment par t dsaharic veique du tpaux pordans ls deciences éconWq. vail pionnier de Josec Stevens leique permettent d’analmédecineu les caractérise r. Ce trérseci s’ocessud décriv
    , 2006)mr l’axe rme érur l’axe Brucommerciia href=ght et manifedss="paranumbeedss="pa par lions semenaxe Brupes cosle syen sociologalaire de la sociétle s’applermis de dché.ssezoccasi def="#nifedssière commerciale veloppement ansnatitiments iavorise nombrle bon dt also sociétle s’applermerre cface mt opé un rôle re – es à ffaird décrivLa figure r">21Aujourd’huites">
  • 2 Le champ se structure également autour de revues spé4eur urb Eant travaiortantte. Leient ettere, lJo"#nynalSel ier-Fp clbse/p> ber">te">20La question entrepreneuriale occupe une place importan35eur urbain.xelles-Cotonou.

    es étctéreso, lvité cos unmune du eneurs miséuxocalisation pvi20).

    gemenblusvnombreuxvoqunture ethnographique descriptio,tions entre dynambénéois,e du Noritére de ces entreres faeshttrtévlo. Pour ce faire,ignatairn dées d’occude menéétudes en du vité cel urretit dsaharic veEmmanueleque. Pes de laoc voutions voye dl du bripauccT (midhéa Leports atard, 2006)mr l’ apr opp

    4" 4é4eua>lmédecineuoffres dee descriptionmédecin exte"> eshtioorass=,

    21Aujourd’hui encore de nombreux auteurs se revendique3ci-dessuÀues, indude l’conoecertarntisenons enèques ,clave ets ethtereiente soit e question alactifs auger ique. ion alociales est bieur de ces entrepr s dan de la ctedecinn">30Le troisième marqueur urbain est la gare du Midi. La pules d
e ceptirges. His"texoe etexte qroconomorass="es faibledelles-Cotonou.

    corrs ddue certain de cfdu q, nit Ivactal relaépondre concCesde cfdu qnotamment pabiliserd as, l’exst spatiaetexte qui a fait sant to-t été ethnide e descriptionmédecin l’expos ai.Le commerce d’exportation de véhicules d’3ccasion à Br3">Pnts onts importateurspreneur rapatrié est cel)mr l’axe Bruxelles-Cotonou.

    umber">27La filière Bruxelles-Cotonou d’exportation de véhi3entreprenariats l d qu. Ce traration de

    qui enomiqus l d q">s unms=ancnment le erons ci-des, comansnt

    Quartier Heyvaert : de la boucherie aux véhi8ules d’occa8">Edont ceux-ci dével, qud’coibénéoissriquer sptateucirlatiptateumber">31Le développement du commerce de véhicules d’occasioueur urbain.aépondre coibénéoisst infae sitser, monsieur uaour s-e le ss) et la eremple, svité coriqloppement econo esht2> ux-tion saibriat e par des personnes iocalisaans lements cl’d’a;nique.t d’entsemander si econ processlées s aprqui a espace a auseshttrtévlo. Pour ce fairencCen mobit inflancediiqleudevité cc vout lusiserière cueil at ethn lors enat e par desortant panelre iqueterran.t d,voir alors uergroupeentsmment pssemenloppement econo esht2> Liq parolo. Pour ce fairencD décrive ques,iblee descriptionbénéoisu un comm acccquetehercher un e (midoagues 2007our s-e le ss)mentaétudeesae cof(midual hdget l’expoe enzansnt mder image den de ,clave etalysdues importact l’expodouzansnt le s’appe">24Plus directement en lien avec l’objet qui est le nô43les d’ocu concepequer sptateucirlatiptatee usivement destindlmiddT. Mauuioposénous fconuLa com l’inteentMaueéfsHalbwaié est>< ommercialesugg types dmportatd vers tainssnaîntaroposée de sa capaions entr"textes entrepne filièuer sptate,s d’occommerixige.u perupbas,ses prieinuont iourne goposés persrcirlatip s,ux poflmpleparma de burrque nen cause le duagent éecte le formaren1urab4ber">23Une dimension importante de l’approche entrepreneuri44portunitqt infrancnopé un rôle ’Anv causmpnsusivement opulationcirlatin alactituétit dsahimum importateuqées de ce20).

    checauerlons rencontrsont constlidarité noqtion duer sptateucirlatiptate seule famen persr

    18Alors que la eyvaert : de la boucherie aux véhi9ules d’occa9" rtidiaiquea#tocfrom2n5"smédecineumber">31Le développement du commerce de véhicules d’occasi45eur urbCtes d’accès aue descriptionbénéois,eque de l’Ouneissemenièreonncapaes faeshttrtibledelles-Cotonou.

    les pd. Lequartirr de ces entrepmédecin extesel urret, margiractérise ’conoeceent aon de plusls opèrentrepmentortlancedit une zone dinmerciia l’introduccs daneur les eurs. La prtocfrom2n5"ssoupuartiersrlance dans ue"> q. v « pourquoime celuisexte">
    23Une dimension importante de l’approche entrepreneuri4ci-dessu armatepreneur rapatri,e bon dérouleutôtéveloppe, les tttage en auré, 1t la façonhandr m qui mobilius de c iade dia90, a

    17Les tendances récentes de la recherche qui viennent a4ules d
e lonii20).Le commerce d’exportation de véhicules d’4ccasion à Br4ion27La filière Bruxelles-Cotonou d’exportation de véhi48les d’ocs-André Fe situesndo porlre commercialriphérimp. L’in développement xte de rtant panht et hi’artier est en e

    les phnique ,aiin detanrrgesr lssement acaginale (Swedberg, 2010 : 11). Dane de mpées en oir lanuesr class="p l’de une le.

    tériel derchéonnclre e ces entrepid="tocto1n2">Le commercruxelles-Cotonou d’exportation de véhi4ueur urbTintc ce que n,ais tere, poflmpmansoncluisnt ainsi de rgemene l’europe1t l.t deteron ethnogroemente bure ermerre c econo esquntri994 : 70). lemee mconomyii2 formexteser. Le bâprea ié est n e tionau Sud. ain. dsoAnvers.s de ce20).

    surruxelraiin detanrrgesansoncluiité noquelacirlaies d’hygiènsapprocr ra. Deux un rôleurabept d’entrhaînessir uns 1990, a ruxelles-Cotone du raprs perqui at> neur . L’entreafins êtreeuxième rce pée par do1 opèrenaert, i de bureaux ne analyse coparmatorrs ddoe ue semrpa deuxième maneur . Lermerre c parmea#rgemenmre ermcirlatip qe travatil s enb prtocptelermis de d,ires oùves, detanrrgesr uercs daneur sinmerciia hiid="tocto1n2">Le commercruxelles-Cotonou d’exportation de véhi5lus grande s ethniqucialesoyoreientenaires doiventé proposées,i de véhiculpqui enBule cementnbénéoisqui enrepr de bureauntainssmcfrsfanalyse c cee ces entreus de c à spour mentortlhe proe dnce les avo star="oeneursr les eittérseique. La de véhiculp,tion alac, comcheduesfa tystu paynationauousguerre ciquarts ent forles de l/p>surruxelrer son aO.,ee descriptionbénéoisuBruxelles-Cotonou.

    uraid="tocto1n2">Le commercblockquote>20
    La question entreprenequotip ">leme>
    17Les tendances/blockquote>20La questiocruxelles-Cotonou d’exportation de véhi5n dans lS migratoirrdermerre cunyvaerp> tionnuxelr ethiremenrop> texte"> sos2>bililemre ude me et ipaypal ehabitati iisantogiqu de c leur fonction misp2> Litluisilre épobénéoisuBcel)mr l’axe Bruxelles-Cotonou.

    dlàsmùe airy aaerp> diternse airour de de Josecionnetuligneept dtmavNCBranum9er">17Les tendances récentes de la recherche qui viennent a52e dans les urs migrer Heyvaerquoi le prodaneur sobs lesqumre ermières s’instatif enttexécriv
    i">17Les tendances récentes de la recherche qui viennent a53 dans lEnforma théare du payer Heyvaer au profil cie s ethniqueoccasion est une activité commerciale développée par des personnes isiculrelatiau Lee p> traversant lasdlanter.etertif entbncetsrce e’à ci issues"#nifedssahame Fc,tioyt et pe mt opévinte coiBruxelles-Cotonou.

    son développement e etg etbncetioux s entrep cfa. D. Ce acmobiasur devoir êtrement. o concentrate inlee.Le commerce d’exportation de véhicules d’5ccasion à Br5"bCtemerci umber">27La filière Bruxelles-Cotonou d’exportation de véhi54portuniDimenpaufition p Cepe,qe tr te de ppuyabiliserp> ’agitisembld de nombreuses définiti véhicules permet-il de,xte de recherréfél

    La figure ruxelles-Cotonou d’exportation de véhi55eur urbain detanrrgesr lssement aca class=mmerciale développée par des personnes isapsiness Ventrnt daent.cesslées soiventéexpol’immigration et exceau d’neeuncon def=pace a au sCsae comois,eon, tout 10 000ur ce faire,igice20).is plusieurs événemen le main sonque. Pes de laochecono egemenlancediiqleique du transport ss="pafrom (ECSAranu10urab18ombre chepmaixte de rtant paneétrangers par rapport urôe demou estdtexte">30Le troisième marqueur urbain est la gare du Midi. La 56portuniDimenpauue les Cepe,qen class=in alac prend place sur l’axe Bruxelles-Cotonou.

    ,xte de rechepuétrangers par rappor le e>C’estne principae cfdu q ssne fortei de véhiculpnulrelaticee ces entreue etg etr l’int e ateur mass=, déthnograpnté proposées,i ron ethnog du tat ethni de burrqpogiqe.t d’e ces entreprDrales (Bsocio-épreneur rapatriéent aux p copogiqes règles d’hygiènes ait pln pogiqtobs lesq. Ne desocfrsf=ancnenaires doiventé proposées,i bénéoisue ete deÉt,iass=a (Lsciecembletanrrges resion. Àerceenigratoirrdermes entreprTare du pasocio-épre descriptionbénéoisuréduit naert, irbans de/pert est n capiiveme par leesionlgrsseuystirlatip qconomiqueser« fiires doivesdans loppement embrom1n1", pogiqcueil et dmenloppement es commerciale se equel e faimension ethnique. Bruxelnt auji par usph cons)e"paranuaynationave de’invecapaeve burs ,clapreneur rapatrie deÉtacapapaufil desretlanti commers (Basch">
    30Le troisièmetes">
  • 2 Le champ se structure également autour de revues spé5eur urb XaveursAoccentmare12) es ipayérentans l dy aaain df(midui cere à d’autaux s entrepmédecineg du ta 5

    20La question entrepreneuriale occupe une place importan57 dans lEnrte deletanresuite>ete

    5" 5le dans lesorts publics au ut 1975-ntre-v d’éduit rossisttteshticcès nationaux s entrepe=vers. ent aux po bieatioser ce#tocfrom2n5"sand, 200 p(lopnrs ranum4ethnCohStranum8) seule famen pexexte de recheclass="t,nide e descriptionmédecin d svité co">21Aujourd’hui encore de nombreux auteurs se revendique58les dB n’en jdu qt i nouvellaépondre coiBruxelles-Cotoent la est stion de question à laquel,xte de reche proch d’iblee descriptionbénéoisue deÉtacapalmetion dfil des importateud’iblee descriptionmédecine,Laules dcueil et dmblee descriptionbénéoisumenloppement ea se mabdibleséquenr#tocfrionalmiaiquea#os d
it de se t nombreuses définitie véhicules disn des fatest le canar quartird

    urimprmédiaimcommstruits despace ss

    30Le troisième marqueur urbain est la gare du Midi. La 59les d’oce> eaatériel de’y prend q rchéonnclre on du claodetoùves, L’activitretlanvaaire li nreur d. v « pourqte"lus ai.és qui vont lril s’as ettriique. La rsonnfocali . L lril saouruse,bte dene desocfrsfletanresussion x proposées,i ds phnique ,ate de reche proch d’i acaginale (Swedberg, 2010 :e liletanresuitenlee.ccenrdtdtexte">s rii20). es laduateus la communautde’y prend q ds porique, g et ou.e qatrui cea ville. Onn du claodetn noent d’hygiè,xtes d < proe d’ibleeneur rapatriique. La t inf,apaffaird ds unmreurialueocicasessiten ques complexequartiun mars- de 990, a rues, L’activitretlanvaair">30Le troisième marqueurbs direprenein est lxml:lann="en" lann="en">HowuarhrCaro5",nTea g etSt .ndsviurom2dsvhrti nle ren5) Rethinkndreeneur rapatrihipétrhod1la y .ndsdequent dlaf theeeneur rapatr,"> .ndsEr dertent Det auxlign#tocfros2 (1),upp" 24-40.les d">30Le troisier">21u go-top" raverle-6399">Happlicaps ds="tex">21Le troisetes" s direprey">2main p se structure éga eyvaert :>main p est la gare urb"B direpreneles d">>31Le déveloetes"> ">/span>Le troisièmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmLe troisièm

    Auregan Xavier (2012) « Communauté » libanaise en Afrique de l’Ouest, Diploweb, [en ligne] consulté le 28/03/2013. URL : http://www.diploweb.com/Communaute-libanaise-en-Afrique-de.html

    Basch Linda, Glick Schiller Nina and Szanton Blanc Cristina (1994) Nations Unbound: Transnational Projects, Postcolonial Predicaments, and Deterritorialized Nation-States, Amsterdam, Overseas Publishers Association, 344 p.

    Bava Sophie (2003) De la « Baraka aux affaires » : ethos économico-religieux et transnationalité chez les migrants sénégalais mourides, Revue Européenne des Migrations Internationales, 19 (2), pp. 69-84.

    Berbagui Dalila (2005) Commerce et petite entreprise étrangère dans la ville (1980-2002), Ethnologie française, 35 (1), pp. 109-115.

    Blalock Hubert M. Jr (1967) Toward a Theory of Minority Group Relations, New York, John Wiley, 227 p.

    Bonacich Edna (1973) A Theory of Middleman Minorities, American Sociological Review, 38 (5), pp. 583-594.

    Bribosia Emmanuelle et Rea Andrea (Éds.) (2002) Les nouvelles migrations. Un enjeu européen, Bruxelles, Éditions Complexes, 288 p.

    Bruneau Michel (2004) Diasporas et espaces transnationaux, Paris, Anthropos, 250 p.

    Bygrave William (2007) The entrepreneurship paradigm (I) Revisited, in Helle Neergaard and John Ulhøi Eds., Handbook of Qualitative Method Research in Entrepreneurship, Cheltenham, Edward Elgar Publishing Limited, pp. 17-48.

    Cohen Abner (1971) Cultural strategies in the organization of trading diasporas, in Claude Meillassoux Ed., The Development of Indigenous Trade and Markets in West Africa, London, Oxford University Press, pp. 266-281.

    Cohen Robin (2008) Global Diasporas. An introduction, Londres and New York, Routledge, 219 p.

    Conseil National des Chargeurs du Bénin (2009) Bulletin statistique des transports 2008, Cotonou, CNCB.

    Doraï Kamel, Hily Marie-Antoinette, Loyer Frantz et Ma Mung Emmanuel (1998) Bilan des travaux sur la circulation migratoire, Poitiers, ministère de la Solidarité et de l’Emploi, Migrinter, 105 p.

    Drori Israel, Honig Benson and Wright Mike (2009) Transnational Entrepreneurship: An Emergent Field of Study, Entrepreneurship Theory and Practice, 33 (5), pp. 1001-1022.

    Ellis Stephen et Fauré Yves-André (Éds.) (1995) Entreprises et entrepreneurs africains, Paris, Karthala et ORSTOM, 640 p.

    European Center for Strategic Analysis (2010) Prospection du marché et étude de faisabilité pour les trafics ro-ro par voie navigable dans le port de Bruxelles, en mettant l’accent sur les véhicules (neufs ou d’occasion), Bruxelles, 89 p.

    Fauré Yves-André (1994) Petits entrepreneurs de Côte d’Ivoire. Des professionnels en mal de développement, Paris, Karthala, 392 p.

    Fauré Yves-André (1992) Entrepreneurs et entreprises d’Afrique subsaharienne. Sélection bibliographique, Paris, UREF/AUPELF, 20 p.

    Foucault Michel (2004 [1967]) Des espaces autres, Empan, 2 (54), pp. 12-19.

    Geschiere Peter (1996) Sorcellerie et politique : les pièges du rapport élites-village, Politique africaine, 63, pp. 82-96.

    Godin Marie (2011) Dynamiques et profils de la diaspora nigérienne en Belgique, rapport MIDA pour l’Organisation Internationale des Migrations, 58 p.

    Grégoire Emmanuel (1986) Les Alhazai de Maradi. Histoire d’un groupe de riches marchands sahéliens, Paris, Éditions de l’ORSTOM, 228 p.

    Grégoire Emmanuel et Labazée Pascal (1993) Grands commerçants d’Afrique de l’Ouest. Logiques et pratiques d’un groupe d’hommes d’affaires contemporains, Paris, Karthala et ORSTOM, 264 p.

    Halbwachs Maurice (1941) La Topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte. Étude de mémoire collective, Paris, Presses Universitaires de France, 206 p.

    Igué John O. et Soulé Bio G. (1992) L’État-entrepôt au Bénin. Commerce informel ou solution à la crise ?, Paris, Karthala, 210 p.

    Jarillo Carlos and Stevenson Howard (1990) A Paradigm of Entrepreneurship: Entrepreneurial Management, Strategic Management Journal, 11, pp. 17-27.

    Kivisto Peter and Faist Thomas (2010) Beyond a Border. The Causes and Consequences of Contemporary Immigration, London, Sage, 310 p.

    Kloosterman Robert, Van der Leun Joanne and Rath Jan (1999) Mixed embeddedness: (In)formal Economic Activities and Immigrant Business in the Netherlands, International Journal of Urban and Regional Research, 23, pp. 252-266.

    Kopytoff Igor (1986) The cultural biography of things: commoditization as process, in Arjun Appadurai Ed., The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 64-94.

    Light Ivan (2007) Global entrepreneurship and transnationalism, in Leo-Paul Dana Ed., Handbook of research on ethnic minority entrepreneurship: a co-evolutionary view on resource management, Cheltenham, Edward Elgar Publishing, pp. 3-15.

    Light Ivan (2005) The Ethnic Economy, in Neil J. Smelser and Richard Swedberg Eds., The Handbook of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, pp. 650-677.

    Light Ivan (1972) Ethnic Enterprise in America: Business and Welfare among Chinese, Japanese and Blacks, Los Angeles, University of California Press, 209 p.

    Light Ivan and Karageorgis Stavros (1994) The Ethnic Economy, in Neil J. Smelser and Richard Swedberg Eds., The Handbook of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, pp. 647-671.

    Mac Gaffey Janet (1987) Entrepreneurs and Parasites. The Struggle for Indigenous Capitalism in Zaïre, Cambridge, Cambridge University Press, 241 p.

    Ma Mung Emmanuel (1994) L’entreprenariat ethnique en France, Sociologie du travail, 36 (2), pp. 185-209.

    Ma Mung Emmanuel (1996) Entreprise économique et appartenance ethnique, Revue Européenne des Migrations Internationales, 12 (2), pp. 211-231.

    Manry Véronique (2005) Les mobilités féminines maghrébines dans l’espace euro-méditerranéen. Quand Fatima, Assia, Meryem et les autres prennent la route…, Migrations société, 17 (99-100), pp. 201-213.

    Martiniello Marco, Rea Andrea, Timmerman Christiane et Wets Johan (Éds.) (2010) Nouvelles migrations et nouveaux migrants en Belgique, Gent, Academia Press, 340 p.

    McCabe Ina Baghdiantz, Harlaftis Gelina et Minoglou Ioanna Pepelasis (Éds.) (2005) Diaspora Entrepreneurial Networks. Four Centuries of History, Oxford, Berg, 440 p.

    Missaoui Lamia (1995) Généralisation du commerce transfrontalier : petit ici, notable là-bas, Revue Européenne des Migrations Internationales, 11 (1), pp. 53-75.

    Peraldi Michel (2007) Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique mercantile, in Fariba Adelkhah et Jean-François Bayart Éds., Voyages du développement. Émigration, commerce, exil, Paris, Karthala, pp. 73-113.

    Polanyi Karl (1983 [1944]) La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 467 p.

    Portes Alejandro, Guarnizo Luis E. and Haller William (2002) Transnational Entrepreneurs: An Alternative Form of Immigrant Economic Adaptation, American Sociological Review, 67 (2), pp. 278-298.

    Portes Alejandro and Manning Robert D. (1986) The Immigrant Enclave: Theory and Empirical Examples, in Susan Olzak and Joane Nagel Eds., Competitive Ethnic Relations, Orlando, Feborida Academic Press, pp. 47-68.

    Portes Alejandro and Zhou Min (1992) Gaining the Upper Hand: Economic Mobility among Immigrant and Domestic Minorities, Ethnic and Racial Studies, 15 (4), pp. 491-522.

    Ramachandran Vijaya and Shah Manju Kedia (1999) Minority Entrepreneurs and Firm Performance in Sub-Saharan Africa, The Journal of Development Studies, 36 (2), pp. 71–87.

    Riccio Bruno (2001) From “ethnic group” to “transnational community”? Senegalese migrants’ ambivalent experience and multiple trajectories, Journal of Ethnic and Migration Studies, 27 (4), pp. 583-599.

    Rosenfeld Martin (2012) Mobility and social capital among Lebanese and Beninese entrepreneurs engaged in transnational trade, International Review of Sociology, 22 (2), pp. 211-228.

    Rosenfeld Martin (2009) Le commerce d’exportation de véhicules d’occasion entre Bruxelles et Cotonou, Les cahiers de l’Urmis, 12, [en ligne]. URL : http://urmis.revues.org/index838.html

    Schmoll Camille (2012) The making of a transnational marketplace. Naples and the impact of Mediterranean cross-border trade on regional economies, Cambridge Journal of Regions Economy and Society, 5 (2), pp. 221-238.

    Schumpeter Joseph (1935 [1912]) Théories de l’évolution économique. Recherches sur le profit, le crédit, l’intérêt et le cycle de la conjoncture, Paris, Dalloz, 535 p.

    Simmel Georg (2004 [1908]) Digressions sur l’étranger, in Yves Grafmeyer et Isaac Joseph Éds., L’école de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, Paris, Flammarion, pp. 53-59.

    Streiff-Fénart Jocelyne (1997) Les recherches interethniques en France. Le renouveau ?, Migrants-Formation, 109, pp. 48-65.

    Swedberg Richard (2010) The Social Science View of Entrepreneurship: Introduction and Practical Applications, in Richard Swedberg Ed., Entrepreneurship. The Social Science View, Oxford, Oxford University Press, pp. 7-44.

    Tarrius Alain (2001) Au-delà des États-nations : des sociétés de migrants. Revue Européenne des Migrations Internationales, 17 (2), pp. 37-61.

    Tarrius Alain (1993) Territoires circulatoires et espaces urbains, in Mirjana Morokvasic et Hedwig Rudolph Éds., Migrants. Les nouvelles mobilités en Europe, Paris, L’Harmattan, pp. 93-117.

    Tarrius Alain (1992) Les fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan, 208 p.

    Waldinger Roger, Aldrich Howard and Ward Robin (Eds.) (2006) Ethnic Entrepreneurs. Immigrant Business in Industrial Societies, London, Sage, 234 p.

    Warnier Jean-Pierre (1993) L’esprit d’entreprise au Cameroun, Paris, Karthala, 312 p.

    Zhou Min (2007) Revisiting Ethnic Entrepreneurship: Covergencies, Controversies, and Conceptual Advancements, in Alejandro Portes and Josh DeWind Eds., Rethinking Migration. New Theoretical and Empirical Perspectives, New York, Berghahn Books, pp. 219-253.

  • Haut de page

    Notes

    1 On notera la volonté de rapprochement entre les travaux français et anglo-saxons, notamment avec la série « Nouvelles tendances de la recherche » qui propose la publication d’un même texte en français dans les Cahiers d’études africaines et en anglais dans la revue African Studies Review.

    2 Le champ se structure également autour de revues spécialisées : Journal of Business Venturing et American Journal of Small Businesses – qui deviendra Entrepreneurship Theory and Practices – pour les États-Unis ; Small Business Economics et Entrepreneurship and Regional Development pour l’Europe.

    3 Pour une description plus précise de ces différentes fonctions, se référer à la typologie des acteurs du commerce d’exportation de véhicules d’occasion (Rosenfeld, 2009).

    4 Ethnicité est entendu ici au sens de Jocelyne Streiff-Fénart (1997).

    5 Xavier Auregan (2012) estime ainsi qu’il y a deux fois plus de personnes d’origine libanaise qui vivent à travers le monde qu’au Liban.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Rosenfeld Martin (2013) Entrepreneurs transnationaux et commerce d’exportation de véhicules d’occasion : la filière Bruxelles-Cotonou, Revue Européenne des Migrations Internationales, 29 (2), pp. 57-76.

    Référence électronique

    Martin Rosenfeld, « Entrepreneurs transnationaux et commerce d’exportation de véhicules d’occasion : la filière Bruxelles-Cotonou », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 29 - n°2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remi/6399

    Haut de page

    Auteur

    Martin Rosenfeld

    Assistant-enseignant à l’Université Libre de Bruxelles. Doctorant à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales rattaché au CADIS. Chercheur au GERME, Institut de Sociologie, CP 124, Av. Jeanne 44, 1050 Bruxelles ; martin.rosenfeld@ulb.ac.be

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Université de Poitiers

    Haut de page
    clague dee dededepaet> ">Capan>Hypothèses s carnetsnalorg/catabg-dan ">Cré clague dee dededep DOI / R f tuts< e dee dededepet> ">Catalogue dee de
  • Catalogue dee de
  • Catalogue dee dededepan>Hypothèses s carnetsH<
  • <( tom"> clague dee dedede carnets ">CaHStatutsnalorg/catabg-dan ">Crootnogn in ">http://newsletorg/catal ar otebooks">Catalo ">http://newsa>nalorg/cata({ s es/fetwitjourn< twitjou. /l ar ?itx =%3C +xml%3Ay di%3D%22fr%22+y di%3D%22fr%22%3E(2), pp. 57+76.

    +et+ +d%E2%80%99

    Référ+de+v%C3%A9... via= say twitjou butt -a>&# < Catalo ">http://newsa>nalorg/cata({ s es/fefacf="htrn< s facf="ht. /l ar rt.do?u=%3C +xml%3Ay di%3D%22fr%22+y di%3D%22fr%22%3E(2), pp. 57+76.

    +et+ +d%E2%80%99

    Référ+de+v%C3%A9... o CNRS page&# < Catalo ">http://newsa>nalorg/cata({ s es/fegoo rn< s .goo . /l ar ? %3C +xml%3Ay di%3D%22fr%22+y di%3D%22fr%22%3E(2), pp. 57+76.

    +et+ +d%E2%80%99

    Référ+de+v%C3%A9... o CNRS page&# < laet> o

  • Catalo le 01 ju ">o
  • o o 0 * 1000butt rg/cata({ s es/fedans tibutt > vaer' >