Navigation – Plan du site

Cartographier les mouvements migratoires

Mapping the Migratory Movements
Cartografiar los movimientos migratorios
Lucie Bacon, Olivier Clochard, Thomas Honoré, Nicolas Lambert, Sarah Mekdjian et Philippe Rekacewicz
p. 185-214

Résumés

À partir de diverses réalisations conventionnelles en géographie et/ou artistiques, parmi lesquels des travaux réalisés par les auteurs, cet article s’intéresse à la manière dont la cartographie des migrations internationales a évolué depuis le début des années 1990. La représentation des mouvements migratoires, qui oscille entre des flèches, des mesures de stocks et diverses formes de dessin, soulève autant d’enjeux scientifiques et politiques posés à la cartographie et géographie des migrations. Après un bref rappel des changements qu’a connus la cartographie des flux migratoires, depuis ses origines, au XIXe siècle, jusqu’à aujourd’hui, les auteurs évoquent les principaux défis techniques et épistémologiques que les cartes de flux ou représentant des itinéraires ne cessent de poser. Puis pour terminer, sont présentées de nouvelles formes cartographiques, ayant émergé depuis le début des années 2000, dans les domaines croisés de la science, de l’art et du militantisme.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Représentation des flux migratoires : évolutions et enjeux
Des migrations mais peu de cartes pour les représenter
Des cartographies contemporaines de flux (sur)évaluant les processus migratoires
Prise en compte et ignorance des contextes (géo)politiques
Représenter les flux migratoires : un défi cartographique qui perdure
L’articulation entre les données et la sémiologie graphique
Échelles et temporalités
Nouvelles technologies, nouvelles cartographies ?
Cartographies des migrations entre art, science, politique et militantisme
Cartographies de « dévoilement » des dispositifs du contrôle migratoire
Cartographies critiques des expériences migratoires
Conclusion

Aperçu du texte

Cartographier les mouvements migratoires, c’est-à-dire nécessairement « immobiliser » un système spatio-temporel, social, politique complexe, relève d’un véritable défi. Non seulement les individus en migration et/ou sur le chemin de l’exil se croisent, mais ils font aussi des « pauses », plus ou moins longues, ils s’installent temporairement dans un pays, dans un lieu, y restent quelques jours, quelques semaines ou quelques années et parfois en repartent. La géographie et la cartographie des migrations sont soumises au temps et à des évolutions politiques qui peuvent être très rapides. Ainsi, la cartographie risque toujours d’être anachronique avant même que la réalisation de la carte ne soit terminée. Par ailleurs, la mesure des « flux », dont l’étymologie latine fluxus rappelle son sens premier d’« écoulement », suppose d’analyser les migrations en agrégeant des données, à la fois spatiales et temporelles, avec des traitements qui peuvent être très différents. Le terme général de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Bacon, Olivier Clochard, Thomas Honoré, Nicolas Lambert, Sarah Mekdjian et Philippe Rekacewicz, « Cartographier les mouvements migratoires », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remi/8249

Haut de page

Auteurs

Lucie Bacon

Géographe, doctorante, Université de Poitiers, MIGRINTER, MSHS, Bâtiment A5, 5 rue Théodore Lefebvre, TSA 21103, 86073 Poitiers cedex 9 ; lucie.bacon.bih@gmail.com

Olivier Clochard

Géographe, chargé de recherche au CNRS, membre de Migreurop, Université de Poitiers, MIGRINTER, MSHS, Bâtiment A5, 5 rue Théodore Lefebvre, TSA 21103, 86073 Poitiers cedex 9 ; olivier.clochard@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Thomas Honoré

Cartographe, inCittà, 5 avenue André Bacon, 13013 Marseille ; thomas.honore82@gmail.com

Nicolas Lambert

Cartographe, membre de Migreurop, Université Paris Diderot, RIATE, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, 75013 Paris ; nicolas.lambert@ums-riate.fr

Sarah Mekdjian

Géographe, enseignante-chercheuse, Université Grenoble Alpes, PACTE, Institut d’études politiques, BP 48, 38040 Grenoble cedex 9 ; sarah.mekdjian@univ-grenoble-alpes.fr

Philippe Rekacewicz

Cartographe, Visionscarto ; rekacewi@online.no

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page