Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Khaknégar Nahâl, L’exil comme épreuve littéraire. L’écrivain iranien face à ses homologues

Ralph Schor
p. 169-170
Référence(s) :

Khaknégar Nahâl (2015) L’exil comme épreuve littéraire. L’écrivain iranien face à ses homologues, Paris, L’Harmattan, 246 p., ISBN : 978-2-3430-5571-8

Texte intégral

1Nahâl Khaknégar appuie son étude sur deux romans récents qui ont remporté un grand succès international, Le Voyage des bouteilles vides (2001 en traduction française) écrit en néerlandais par l’Iranien Kader Abdolah et Les Belles choses que porte le ciel (2007) publié en anglais par l’Ethiopien Dinaw Mengestu. Les deux romanciers choisis sont des émigrés qui ont emprunté le chemin de l’intégration et rédigé dans une langue différente de leur idiome maternel.

2L’ouvrage s’ouvre par des généralités portant sur l’histoire, la sociologie et la psychologie de la migration ainsi que sur la littérature inspirée par ce phénomène, particulièrement en France. Les pages consacrées à ces thèmes sont les moins convaincantes du livre, car il se révèle impossible de traiter de manière nuancée et exhaustive des sujets aussi riches et complexes. Aussi les lacunes, les raccourcis, voire les banalités, caractérisent-ils cette partie. Dans le cas de la France, l’auteur cite essentiellement des ouvrages dus aux réfugiés allemands de l’entre-deux-guerres et aux Maghrébins de la période suivante, mais les Russes blancs et les Arméniens qui ont beaucoup écrit ne sont pas cités, ni, dans le cas des exilés volontaires, les Américains de la « Génération perdue ». En outre, cette partie, construite sur des énumérations et des micro-paragraphes semblant traduire les difficultés éprouvées par l’auteur pour rendre compte d’une matière trop ample, souffre d’une construction maladroite.

3Le livre se développe sur un mode plus positif quand il aborde le statut de l’écrivain iranien en exil, généralement ancien acteur de la Révolution dans son pays, déçu par l’effondrement de ses espoirs progressistes et l’avènement d’un régime islamiste, marginalisé loin de ses racines, éprouvant souvent un obscur sentiment de culpabilité, essayant de se libérer du carcan des traditions anciennes pour aller à la rencontre d’une autre culture ou même de l’essence de l’humanité. L’ouvrage se poursuit par deux monographies analysant chacun des romans autofictionnels constituant le corpus choisi. L’espace occupé par les personnages, leur rapport au temps, leurs rencontres, surtout avec des marginaux comme eux, leurs souvenirs et leurs espoirs, leur volonté plus ou moins forte d’intégration sont passés en revue. L’ouvrage s’achève par une comparaison entre les deux romans dont les thématiques apparaissent proches : espoir du retour, problèmes de langue, recherche d’une utopie pouvant remplacer la terre natale, obsession de l’intégration, omniprésence du mouvement comme métaphore de l’exil. La conclusion contredit un peu le sous-titre du livre qui met en valeur l’écrivain iranien ; ici, l’écrivain éthiopien apporte autant au bilan final. Et celui-ci se révèle intéressant : le roman d’immigration contemporain qui synthétise divers imaginaires dépasse le traditionnel questionnement porté sur le monde et les rapports noués avec l’Autre. L’écrivain cherche à savoir qui il est, quelle identité s’est formée en lui au fil des épreuves. Nahâl Kahknégar observe : « Pour l’immigré d’aujourd’hui, la question n’est plus “Où est ma patrie ?”, mais “Qui suis-je ?” ». Les romans ne présentent guère de héros, mais des personnages dont l’individualité se trouve valorisée au détriment de l’appartenance collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Khaknégar Nahâl, L’exil comme épreuve littéraire. L’écrivain iranien face à ses homologues », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°1 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remi/8501

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Professeur émérite d’histoire, Université de Nice-Sophia-Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page