Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Lacroix Thomas, Hometown Transnationalism, Long Distance Villageness among Indian Punjabis and North African Berbers

Claire Vincent-Mory
p. 170-172
Référence(s) :

Lacroix Thomas (2016) Hometown Transnationalism, Long Distance Villageness among Indian Punjabis and North African Berbers, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 217 p., ISBN : 978-1-1375-6720-8

Texte intégral

  • 1 Les traductions sont faites par l’auteur de la recension.

1Le livre de Thomas Lacroix est appelé à devenir un ouvrage de référence sur le transnationalisme villageois. À mi-chemin entre l’étude empirique et la réflexion épistémologique, il démontre que l’engagement transnational est une réponse collective faite par des migrants à la question « qu’est-ce qu’être un villageois ? »1 (p. 178). L’ouvrage tente de saisir le point de jonction entre les processus de développement et les associations villageoises transnationales en trois temps. Tout d’abord, l’auteur présente le cadre méthodologique et théorique de sa réflexion, pour, ensuite, décrire et conceptualiser le processus de construction des organisations transnationales villageoises. Enfin, la troisième partie examine le rôle joué par les contextes politiques des pays d’installation (Royaume-Uni et France) d’une part et des pays de départ (Maroc, Algérie, Inde), d’autre part, sur ces dynamiques transnationales. Cet ouvrage est original et pertinent, car il est bâti sur un travail comparatif rigoureux et inédit, réalisé sur plus d’une décennie, entre trois groupes de populations immigrées en Europe occidentale : les Punjabis (Indiens), les Chleuhs (Marocains) et les Kabyles (Algériens). Il allie enquêtes de terrain et travail quantitatif et adopte une démarche épistémologique hybride, entre géographie, sociologie et sciences politiques. Ensuite, il mobilise une littérature qui fait la part belle aux études transnationales nord-américaines – littérature que l’auteur a particulièrement contribué à diffuser dans l’espace académique français.

2Nous retenons plusieurs apports significatifs en matière de conceptualisation des initiatives transnationales de développement portées par des migrants. En premier lieu, Thomas Lacroix propose une définition des organisations villageoises de développement (ou HTOs, Hometown Organisations) précise qui échappe aux catégories de la pratique. Il poursuit ce que ses travaux antérieurs avaient déjà affirmé : les organisations transnationales villageoises constituent des institutions sociales migrantes qui participent à la résolution des conséquences de multipolarisation de l’identité de leurs membres. Plusieurs aspects de cette définition méritent d’être soulignés. D’abord, l’auteur affirme que les HTOs ne sont pas des structures figées, mais plutôt des organisations douées d’une grande capacité à incorporer le changement social. Ce faisant, elles participent à l’élaboration d’une « villageoisité » (villageness), qui serait le produit de l’articulation entre appartenance villageoise, appartenance globale et processus de construction identitaire (p. 63). Celle-ci permet, pour chacun des membres des HTOs, d’opérer un point de connexion entre un « nous » et un « eux » (p. 88). Troisièmement, cette définition s’appuie sur l’idée de « spatialité morale », selon laquelle il existerait un espace moral de la migration (avec son ensemble de devoirs associés), dans une relation étroite entre identité villageoise et spatialité. Ainsi, les HTOs mettent en place une « gouvernementalité longue-distance », en transposant un cadre normatif qui donne un sens à la migration, mais permet également à la communauté villageoise de sécuriser le maintien des relations longue-distance et de réguler les flux (pp. 74-75). Ces éléments permettent à Thomas Lacroix d’affirmer que les organisations villageoises transnationales participent à la production d’une normativité morale néo-traditionnelle. Ce travail fin autour de l’économie morale de la « villageoisité » transnationale nous paraît être l’un des apports principaux de l’approche des HTOs proposée par l’auteur, dans une perspective qui tente d’éviter toute forme d’essentialisation des communautés transnationales.

3Ce faisant, Thomas Lacroix prend position dans le champ des études transnationales au sein duquel il s’inscrit. Il regrette son évolution contemporaine qu’il juge « préoccupante, par rapport à ses prémisses initiales » (p. 182), constate ses difficultés à prendre en compte l’imbrication des échelles et des facteurs matériels et immatériels, et déplore le fait que la dimension spatiale des processus transnationaux a concentré l’attention des chercheurs au détriment de la dimension temporelle. Ceci le conduit à proposer une nouvelle approche épistémologique combinant étude des structures sociales et de l’agentivité. Selon lui, les pratiques transnationales des migrants doivent être comprises comme une forme d’agentivité insérée simultanément dans plusieurs espaces sociaux et dans plusieurs univers structurels (p. 57). Il est nécessaire de les étudier sur le temps long, en observant le processus d’adaptation des organisations associatives aux nouvelles caractéristiques des populations immigrées. Au-delà, l’auteur propose une lecture habermassienne d’objets centraux de l’étude des migrations et post-migrations, comme les transferts ou l’engagement en faveur du développement, et envisage toute migration comme un acte politique (pp. 71-72) déployé par un groupe social pour résister ou s’adapter à l’entropie (p. 82).

4Cette démarche épistémologique soulève plusieurs interrogations et ouvre des pistes de recherche intéressantes. Par exemple, Thomas Lacroix rejette le « construit académique et politique rassurant » (p. 146) selon lequel l’incorporation des immigrés dépendrait exclusivement de l’agentivité étatique – tout en reconnaissant que les discours et l’action étatiques jouent un rôle dans la formation des comportements transnationaux (pp. 183-185). L’engagement transnational dans une HTO dépendrait davantage des conditions qui ont façonné la migration (p. 61) et de processus liés aux groupes migrants, comme la formation des familles dans les pays d’installation ou la diversification générale des statuts socio-professionnels (p. 95). Pourtant, si la structure de ces populations immigrées en France ou en Royaume-Uni a changé, c’est bien en partie sous l’effet des politiques nationales (migratoires, sécuritaires, d’intégration ou de développement) dont on aurait, d’ailleurs, aimé mieux comprendre comment l’auteur envisageait l’articulation et les effets respectifs et cumulés. Peut-on, dès lors, les mettre à distance dans l’analyse ? Le travail de Thomas Lacroix suscite l’envie de poursuivre la recherche dans deux directions : d’une part, l’étude des rapports de pouvoir entre les différents groupes d’acteurs qui participent à la construction des pratiques et des politiques transnationales ; d’autre part, l’étude des reconfigurations de la catégorie analytique des HTOs. En effet, les changements structurels de la composition de la population migrante, soulignés par l’auteur, ont nécessairement des conséquences en matière de déplacement de frontières entre la catégorie des HTOs et d’autres catégories proches que l’auteur mobilise (comme celle des ONG de migrants), ainsi qu’au sein de la catégorie HTOs elle-même. Plus précisément, on aimerait mieux comprendre le paradoxe apparent entre l’accroissement de la part des migrants urbains et le maintien de structures centrées sur la construction d’une « villageoisité » transnationale. Le lecteur s’interroge : au-delà de leur marginalité quantitative (soulignée par l’auteur), les HTOs seraient-elles une pratique déclinante ?

5Ainsi, cet ouvrage contribue de manière déterminante à l’amélioration de la connaissance scientifique des dynamiques associatives transnationales migrantes, en proposant une démarche épistémologique nouvelle pour les analyser et de nouveaux questionnements passionnants. Nous nous permettrons, en guise de conclusion, de plaider pour sa publication rapide en français, afin qu’il puisse contribuer au renouvellement des travaux sur les dynamiques transnationales migrantes.

Haut de page

Notes

1 Les traductions sont faites par l’auteur de la recension.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Vincent-Mory, « Lacroix Thomas, Hometown Transnationalism, Long Distance Villageness among Indian Punjabis and North African Berbers », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°1 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remi/8503

Haut de page

Auteur

Claire Vincent-Mory

IEDES/Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page