Navigation – Plan du site
Varia

Youth in No Man’s Land. Immigrant Children on the Outskirts of Madrid

Jeunes dans un « no man’s land ». Enfants d’immigrés dans un quartier périphérique de Madrid
Jóvenes en tierra de nadie. Hijos de inmigrantes en un barrio de la periferia de Madrid
Cecilia Eseverri-Mayer
p. 91-109

Résumés

Cet article mesure le processus de désaffiliation (Castel, 1995) chez les jeunes dans un quartier sensible de Madrid. L’étude des trajectoires de réussite et d’échec scolaires des enfants issus de l’immigration équatorienne, dominicaine et marocaine souligne les causes de cette problématique qui affecte divers pays européens et permet d’identifier les ressources pour les combattre. Ce cas d’étude identifie l’absence de capital humain (Bourdieu, 1970) des parents comme le facteur le plus déterminant de la désaffiliation. De plus, elle dévoile l’effet positif des réseaux ethniques uniquement quand ils sont porteurs du capital social nécessaire pour connecter les jeunes à de nouvelles opportunités. Ce capital social naît de la collaboration entre les structures intermédiaires (la famille, la communauté ethnique et les réseaux associatifs) qui se produit dans les nouveaux espaces de participation, créant un équilibre entre la solidarité communautaire et la liberté individuelle des jeunes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
The Theoretical Discussion and Hypotheses
The Method is the Experience
“Latin at Heart”. The Consequences of Changing School Setting
Vulnerability of Families Facing Adversity
Relegating “the Worst”: A Classroom for the Most Conflictive
The Consequences of Grouping and Disaffiliation
How to Become Self-Empowered?
The Family and Community Support as a Source of Human Capital
Yasmina’s Possibilities
Outside Support: Using the “Cracks in the Freedom” of the Culture of Origin and the Opportunities in the New Country
Conclusions

Aperçu du texte

Introduction

In large European cities there exist neglected areas that can be especially revealing for social analysis. Especially during periods of economic crisis like the one now underway, they are veritable laboratories for understanding new social difficulties and for identifying the resources a society has for overcoming them.

These “disadvantaged”, “sensitive” or “marginal” urban spaces came to the forefront in current affairs with the first French and British urban riots in 1981. In conjunction with the dismantling of the industrial production-based economic system, rising youth unemployment and the new urban concentration of poverty, burning cars, street vandalism and police confrontations have become recurring events at different times and in different places in France and England over the past thirty years. A surge in youth violence in the fall of 2005 in France and in the summer of 2011 in England confirms how significant this social phenomenon has become and reveals the s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cecilia Eseverri-Mayer, « Youth in No Man’s Land. Immigrant Children on the Outskirts of Madrid », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°1 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remi/8514

Haut de page

Auteur

Cecilia Eseverri-Mayer

Research Fellow Marie Curie, École des Haute Études en Sciences Sociales (EHESS), 190 avenue de France, 75013 Paris; ceciesev@ucm.es

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page