Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Les écrivains russes blancs en France. Un entre-deux identitaire (1919-1939)

White Russian Writers in France. A Half-Way Identity (1919-1939)
Escritores rusos blancos en Francia. Una identidad intermedia
Ralph Schor
p. 11-26

Résumés

La révolution de 1917 lança sur les routes de l’exil de nombreux écrivains russes dont certains de première importance comme Bounine, premier Russe lauréat du prix Nobel de littérature (1933), Nabokov, Kouprine, Merejkovski, Troyat, Zoé Oldenbourg, Marina Tsvetaeva, Nina Berberova, Irène Némirosvki, etc. Les exilés bénéficiaient de facteurs favorables : la mode russe qui se développa en France dans les années 1920, la présence de réseaux intellectuels de communication, des rencontres avec les Français. Mais la mode se dissipa dans les années 1930, l’intérêt pour l’URSS grandit, des divisions affaiblirent la communauté russe, la solitude et la gêne matérielle furent durement ressenties. La vieille génération éprouva particulièrement la douleur de l’exil. Beaucoup s’interrogeaient sur l’avenir d’une littérature d’exil. La nostalgie du passé et le désespoir semblaient conduire à une impasse. Un grand nombre d’écrivains se réfugièrent dans une Russie idéale et éternelle, ce qui conduisait souvent au dénigrement de la France. Cet état d’esprit inspira beaucoup d’autobiographies qui cristallisaient la mémoire, d’études et de romans historiques. La jeune génération qui avait vécu moins longtemps en Russie marqua un intérêt plus grand pour l’occident, s’ouvrit davantage à la culture française et apprécia la liberté qu’offrait la vie en France. Cependant beaucoup gardèrent une identité double, à la fois russe et française. Sur le plan de la création littéraire, mis à part les Eurasiens hostiles à l’occident, l’inspiration des jeunes se renouvela et s’orienta notamment vers l’analyse de l’existence menée par les émigrés en France. Un débat sur la poésie opposa ces jeunes à leur aîné, Khodassevitch, plus traditionaliste.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les conditions de l’exil
La vieille génération : la douleur de l’exil
La jeune génération et l’ouverture à l’occident
Conclusion

Aperçu du texte

La révolution bolchevique de 1917 lança de nombreux Russes sur les chemins de l’exil. En France, leurs effectifs atteignirent 32 247 personnes en 1921 et 67 219 en 1926. Par la suite, les chiffres se stabilisèrent entre 70 000 et 80 000 individus (Struve, 1996). Parmi les réfugiés figuraient de nombreux écrivains de premier plan, dont Ivan Bounine, premier Russe ayant obtenu, en 1933, le prix Nobel de littérature, Marc Aldanov, Nina Berberova, Ivan Chmeliov, Gaïto Gazdanov, Romain Gary, Nina Goufinkel, Zenaïde Hippius, Georges Ivanov, Vladislav Khodassevitch, Alexandre Kouprine, Dimitri Merejkovski, Vladimir Nabokov, Irène Nemirovski, Zoé Oldenbourg, Alexis Remizov, Henri Troyat, Tarassov de son vrai nom, Marina Tsvetaeva, Boris Zaïtsev, etc. Paris devint alors la capitale des lettres russes en exil ; en comparaison, Prague, Belgrade, Varsovie, Riga où s’étaient installés d’autres écrivains faisaient figure de foyers provinciaux (Etkind et al., 1987-1990 ; Waegemans, 2003). Nabokov,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Les écrivains russes blancs en France. Un entre-deux identitaire (1919-1939) », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°1 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remi/8553

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Historien, Professeur émérite, Université de Nice-Sophia-Antipolis, 98 boulevard Édouard Herriot, BP 369, 06007 Nice cedex ; e.schor@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page