Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Décrire l’exil. Vivre l’exil. Les auteurs algériens de langue française et la Ghorba des années 1950 à la fin de la décennie 1980

Descriptions and Experiences of Exile. From the 1950’s to the 1980’s Algerians Write in French about “la Ghorba
Describe el exilio. Vivir en el exilio. Autores argelinos de habla francesa y «la Ghorba» desde la década de 1950 hasta el final de la década de 1980
Jean-Charles Scagnetti
p. 49-63

Résumés

Entre les années 1950 et la décennie 1980 dans l’Algérie coloniale puis au sein de la RADP ou à l’étranger, plusieurs générations d’écrivains francophones ont su rendre compte de la Ghorba et de ses évolutions. Exil langagier, la description littéraire du départ, vers la métropole puis la France, s’est progressivement muée en un retour vécu et mis en mots par une partie des fils d’émigrés. La constance de la production littéraire sur les deux rives de la Méditerranée invite à la perception d’un phénomène complexe en mutation sur la période d’étude choisie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Au commencement étaient le départ et l’observation
Aswât el Ghorba, les voix de l’exil
Un exil inversé. Des Beurs au bled

Aperçu du texte

« La question de la langue est au cœur de la question de l’exil. L’une ne va pas sans l’autre » (Stitou, 2002 : 159).

Le 5 juillet 1830, Alger tombait aux mains des troupes françaises. Cet épisode militaire, sensé effacer le coup d’éventail porté par le Dey d’Alger au consul de France, marqua le début d’une longue présence coloniale sur les anciennes rives barbaresques. L’occupation, les conquêtes et les diverses transformations administratives aboutirent à la création d’une entité géographique, économique, politique et sociale originale. Cette Algérie française, modelée par une succession de régimes politiques différents, entra, à la fin du XIXe siècle, dans la modernité. Si le statut des Algériens musulmans, composant la majorité de la population, les privait d’une pleine et entière citoyenneté, celui des Juifs en revanche, depuis le décret Crémieux d’octobre 1870, ou des Européens les intégrait au reste de la communauté nationale.

Cette diversité de statut s’estompait néanmoins en ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Charles Scagnetti, « Décrire l’exil. Vivre l’exil. Les auteurs algériens de langue française et la Ghorba des années 1950 à la fin de la décennie 1980 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°1 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remi/8578

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Scagnetti

Docteur en histoire contemporaine, Chercheur associé au Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), Université Nice-Sophia-Antipolis, 98 boulevard Édouard Herriot, BP 369, 06007 Nice cedex ; jean-charles.scagnetti@unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page