Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Expérience migratoire et exil social dans la migration congolaise : de l’enjeu d’un corpus littéraire en sciences sociales. Biyaoula, Mabanckou et N’Sonde

Migratory Experience and Social Exile in the Congolese Migration: Of Using a Literary Corpus in Social Sciences. Biyaoula, Mabanckou and N’Sonde
Experiencia migratoria y exilio social en la migración congoleña: del desafío de un corpus literario en ciencias sociales. Biyaoula, Mabanckou y N’Sonde
Mélanie Pénicaud
p. 65-89

Résumés

Cet article s’appuie sur l’analyse d’œuvres littéraires d’auteurs d’origine congolaise ayant vécu en France pour interroger la migration comme un possible espace d’une convergence disciplinaire entre littérature et sciences sociales. Il conduit à faire l’hypothèse d’un exil de nature sociale, par opposition à l’idée doxatique et restrictive d’un exil synonyme d’une « migration forcée ». Dans ce contexte, l’expérience exilique du Congolais en Afrique et en Europe se situe d’abord dans le continuum d’une « situation coloniale » et se creuse encore dans la migration en France, par le biais d’une marginalisation et d’une violence symbolique, notamment discursive, exercées sur les immigrés au sein de l’État-nation. L’utilisation d’un corpus littéraire dans une perspective anthropologique conduit à interroger la communicabilité des expériences exiliques et par là, à affiner la compréhension des expériences migratoires tout en explorant diverses pistes théoriques et méthodologiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Assumer la pluridimentionalité du concept d’exil pour affiner la compréhension des expériences migratoires
Expériences migratoires et exiliques : pour un renouvellement des sources et objets
Exils : des identités impossibles
« Première constriction » : exils congolais chez Biyaoula, entre retour et origines
Des exils de France : Mabanckou et N’Sonde
L’incommunicabilité des exils. De l’écriture à l’errance, la mort ou la folie
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

À la faveur de la tendance actuelle d’ouverture des sciences sociales à la littérature (avec des approches parfois très différentes, voir par exemple Grignon et Passeron, 1989 ; Brown, 1992 ; Lepenies, 1995 ; Privat, 1994 ; Cnockaert, Privat et Scarpa, 2001 ; Heinich, 2005 ; Barrère et Martuccelli, 2009 ; Lahire, 2011 ; Bensa et Pouillon, 2012), le champ des migrations internationales étend les possibles de ses sources et objets. Cette inclinaison est elle-même inscrite dans une réflexion sur les rapports entre sciences sociales et écriture menée dès l’avènement de ces premières, ainsi que dans une volonté moins ancienne de dynamiser le dialogue entre les disciplines. En ce sens, de récents travaux en sciences sociales portant sur les migrations tendent à intégrer la littérature dans leurs préoccupations (voir notamment De Gourcy, 2013 ; Schor, 2013). Néanmoins, cette orientation marque surtout de nombreuses approches venues de la critique littéraire qui, sur des questio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Pénicaud, « Expérience migratoire et exil social dans la migration congolaise : de l’enjeu d’un corpus littéraire en sciences sociales. Biyaoula, Mabanckou et N’Sonde », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°1 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remi/8584

Haut de page

Auteur

Mélanie Pénicaud

Anthropologue, Docteure de l’Université de Poitiers, MIGRINTER, MSHS, Bâtiment A5, 5 rue Théodore Lefebvre, TSA 21103, 86073 Poitiers cedex 9 ; melaniepenicaud@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page