Navigation – Plan du site

ACHCAR Gilbert, Le Peuple veut, Une exploration radicale du soulèvement arabe. Paris, Sindbad, Actes Sud, 2013, 432 p. et, Symptômes morbides, La rechute du soulèvement arabe, Sindbad, Actes Sud, 2017, 288 p.

Elisabeth Longuenesse
p. Vol 145, Discussion critique

Texte intégral

1En février 2013, deux ans après le début des révolutions arabes, Gilbert Achcar publiait un premier livre dans lequel il proposait une analyse des racines historiques, économiques, sociales, politiques, de ces mouvements qui étaient en train de bouleverser radicalement le paysage politique du monde arabe. Ecrit en français, le livre fut très vite traduit en anglais. 4 ans plus tard, alors que la contre révolution de Sissi en Égypte, l’écrasement du soulèvement en Syrie et au Yémen, la montée des groupes jihadistes et de l’État islamiste dans l’ensemble de la région, semblent sonner le glas des espoirs nés en 2011, l’auteur publie un second ouvrage, où il essaie de comprendre ce qui a pu se passer et les raisons d’un tel retournement. D’abord publié en anglais, à Londres, le livre a été rapidement traduit en français et édité chez Actes Sud, comme le premier. Ce second ouvrage, plus bref, à l’origine pensé comme une mise à jour du premier en vue d’une seconde édition, ne peut être en effet véritablement compris qu’éclairé par le premier, même si son ton, plus historiographique et plus militant, est nettement différent.

2Aujourd’hui professeur à la School of Oriental and African Studies, après avoir enseigné à l’Université de Paris VIII, puis été chercheur au Centre Marc Bloch de Berlin pour le CNRS, Gilbert Achcar n’est en effet pas seulement un universitaire. Philosophe et historien de formation, enseignant et chercheur, auteur de nombreux ouvrages (dont le remarquable et remarqué « Les Arabes et la Shoah », publié en 2009), est aussi un militant. C’est de ce point de vue, érudit et engagé, qu’ont été publiés ces deux ouvrages. Érudit, car l’auteur, qui enseigne la sociologie du développement et les relations internationales, a dépouillé une masse de sources et d’écrits impressionnants pour appuyer son analyse. Grâce à ce travail, il nous soumet la première véritable tentative de chercher dans l’histoire économique et sociale du siècle écoulé les facteurs susceptibles d’éclairer les raisons, et plus encore les modalités, des soulèvements qui ont agité le monde arabe dans sa quasi totalité, de la Tunisie au Bahreïn, en passant par l’Égypte, la Libye, le Yémen et la Syrie, sans omettre les mobilisations, moins visibles et en partie avortées, au Maroc ou à Oman. Engagé, dans un « souci de contribuer à la réflexion du soulèvement lui-même » (Le peuple veut, p. 211), il prend clairement parti aux côtés des forces révolutionnaires, en lutte pour un changement démocratique au service des catégories populaires. Il met son travail d’intellectuel au service d’une réflexion critique fondée sur une lecture marxiste renouvelée de l’histoire de la région, visant à repérer les forces et les faiblesses du mouvement, à pointer ce qu’il considère comme des erreurs ou des fautes dans la stratégie de tel ou tel dirigeant ou groupe de l’opposition. Son exploration du soulèvement est « radicale » nous dit-il, parce qu’il s’agit non seulement de « repérer les racines profondes du phénomène », mais aussi parce qu’il n’y a « de solution durable à la crise que par leur transformation » (Le peuple veut, p. 21) – une transformation qui mettrait à bas l’ancien système, non seulement politique, mais économique et social. Si cette démarche irrigue les deux ouvrages, le second, plus court, qui se veut une « mise à jour » du premier, s’attache toutefois de plus près à l’actualité des changements politiques et à l’analyse des rapports de force, de l’émergence des nouveaux acteurs et des impasses de la gauche arabe.

3On notera d’emblée que l’auteur choisit de parler de soulèvement plutôt que de révolution (et qu’il écarte a fortiori le terme journalistique creux de « printemps »). Il s’en explique dans l’introduction du premier ouvrage. D’une part, il signale à juste titre que le terme arabe « thawra » a une acception plus large que le français révolution, d’autre part que les mouvements qu’ont connus les pays arabes depuis 2011 ont jusqu’à présent laissé intact l’appareil d’État, et plus encore, qu’aucun n’a encore connu de révolution sociale ni de bouleversements des structures socio-économiques (à la différence des coups d’État des années 1950 et 1960, parfois qualifiés de révolution, alors même qu’ils étaient le fait d’une minorité). Cela ne l’empêche pas de parler de « processus révolutionnaire » et de « forces révolutionnaires », confrontées à partir de 2013 à deux « contre révolutions », l’une conservatrice, visant à préserver ou rétablir l’ordre ancien (Sissi en Égypte), l’autre « réactionnaire », parrainée par les pays du Golfe et visant à instaurer le carcan d’un ordre religieux sectaire et intolérant se réclamant de l’islam.

4Dans Le peuple veut, l’auteur s’attache donc d’abord à identifier les blocages économiques et les « modalités particulières du capitalisme dans la région arabe » où il situe les racines de la crise qui éclate en 2011. C’est ensuite la nature des régimes en place et l’identité des acteurs politiques qui expliquent la forme que prennent les affrontements, tandis que le jeu des grandes puissances, autant que l’histoire sociale particulière de chaque pays, jouent aussi un rôle essentiel. La dernière partie du livre reprend le fil des évènements des deux premières années, 2011 et 2012, pays par pays, avant d’esquisser des hypothèses sur l’avenir du « soulèvement arabe », dont il prédit avec lucidité que : « à défaut d’un tournant radical dans l’évolution politique de la région… c’est la descente dans la barbarie qui (la) guette ». Si « la consolidation de la démocratie exige la présence d’un mouvement ouvrier fort » – dont les développements ultérieurs en Tunisie et surtout en Égypte montrent toutefois que cela ne suffit pas – le principal acquis, nous dit-il, est que « les peuples ont appris à vouloir, (ce qui) est déjà considérable » (ibid. p. 344-346).

5Le titre du second ouvrage, Symptômes morbides, paru en anglais en 2016 et rédigé en 2015, dit en effet à la fois le pessimisme de l’auteur face aux évènements des trois années qui ont suivi, son souci de comprendre les causes de cette « rechute », et le défi auquel sont confrontées les forces démocratiques. Centré sur les deux cas contrastés de la Syrie et de l’Égypte, il considère l’année 2013 comme marquant un tournant dans toute la région, tournant qu’il repère aussi en Libye, au Yémen et en Tunisie. Malgré une critique sévère des atermoiements et des compromissions des forces de gauche, le livre se conclut néanmoins sur l’espoir d’une renaissance des mouvements sociaux et d’un nouveau progressisme arabe.

6La force de ces deux ouvrages est dans la posture épistémologique de l’auteur. Partant de la thèse fondamentale du marxisme, selon laquelle c’est dans la contradiction entre développement des forces productives et rapports de production qu’il faut chercher les racines d’une crise à portée révolutionnaire et l’origine des explosions sociales, il explore non seulement la situation économique de l’ensemble de la région, en la confrontant aux autres régions du monde, mais aussi les modalités particulières du développement d’un capitalisme rentier, mafieux et extraverti. C’est dans cette combinaison de conditions économiques inscrites dans le contexte du néolibéralisme et d’un système politique particulier qu’il repère les obstacles à la croissance économique et à un véritable développement humain. Cette thèse, développée dans les deux premiers chapitres du premier ouvrage, fonde, irrigue, éclaire, l’ensemble des analyses qui suivent, et qui traitent plus particulièrement des facteurs politiques régionaux, de l’identité et des intérêts des acteurs politiques et des forces sociales en présence, et des développements spécifiques à chaque pays. Elle est moins présente dans le second ouvrage, plus militant, plus proche d’une chronique politique, et d’une analyse des options stratégiques des acteurs tant internationaux, que régionaux et surtout locaux – où l’on peut cependant regretter que soit assez peu évoqué le soubassement sociologique des rapports de force, des alliances, des luttes. C’est aussi que l’auteur voit plutôt dans les errements des acteurs, et particulièrement de la gauche, sinon la principale, du moins une des principales causes de la « rechute » du soulèvement, et du retour des forces conservatrices et réactionnaires.

7Une limite de l’ouvrage résulte peut-être de son ambition même, celle de couvrir l’ensemble de la région. A se fonder sur les données agrégées des organisations internationales, PNUD, Banque mondiale, BIT, l’auteur fait l’impasse sur la critique des catégories d’analyse sur lesquelles celles-ci sont fondées. Il mobilise les indicateurs de pauvreté, de chômage, de PIB, sans mettre en question le modèle économique qui les sous-tend, ni les concepts mêmes de croissance et de développement : affirmer que « plus la croissance de l’économie est faible, moins elle est capable d’absorber le potentiel de main d’œuvre… » (Le peuple veut, p. 60), n’est-ce pas s’inscrire dans un discours contesté par de nombreux économistes ? En pointant la faiblesse des investissements, par comparaison avec l’Asie Orientale, ne reste-t-on pas prisonnier d’un modèle économique qui a prouvé ses limites ? Que la région soit moins pénétrée par le capitalisme financier que d’autres régions du monde, est-ce en soi négatif – si justement cela lui a permis de moins souffrir de la crise mondiale ? Pour autant, l’auteur a raison de soutenir que plus que dans la crise mondiale en tant que telle, c’est dans la conjonction libéralisation/rente qu’il faut rechercher les ressorts de l’explosion en cours. La logique rentière et le néopatrimonialisme (avec la corruption et le népotisme qui l’accompagnent) ont fabriqué une déclinaison particulière du néolibéralisme, un « capitalisme de compérage » (crony capitalism), à l’origine d’inégalités sociales croissantes et d’un sentiment d’injustice de plus en plus insupportable.

8L’auteur introduit tardivement, au chapitre 5, la notion de « développement combiné », qu’il caractérise par le fait que « des structures et catégories sociales archaïques se mêlent à une stratification sociale de type moderne » dans des « combinaison de logiques sociales différentes » (ibid. p. 200-201). Là encore, si l’idée est importante et vient nuancer utilement ce qui précède, on peut estimer ce type de formulation prisonnière de jugements de valeurs largement critiqués par bien des anthropologues et des historiens, mais aussi de plus en plus par les mouvements de la gauche radicale dont se réclame Achcar. Qualifier le tribalisme, le confessionnalisme, ou le régionalisme, de simples survivances archaïques, interdit de comprendre la façon dont elles se sont réinventées et se réinventent en permanence pour structurer des formes nouvelles de dépendance – où le moment colonial a joué un rôle essentiel. De même, plutôt que de parler de sociétés « sous-développées », ne vaudrait-il pas mieux les qualifier de dépendantes ou de périphériques, dans un système mondial néolibéral plus que jamais dominé par un centre, certes polymorphe, mais dont le cœur reste situé en Amérique du nord et en Europe, et où les notions de « modernité », « progrès », « réformes » (au nom d’une « gouvernance » justement dénoncée par l’auteur) se sont accompagnées de formes de violence, d’humiliation et de destruction souvent extrêmes.

9Peut-être ces limites expliquent-elles que l’on a parfois du mal à faire le lien entre les acteurs du mouvement révolutionnaire, les forces sociales qu’ils représentent, leur idéologie et représentation du monde, leur projet (ou absence de projet). Ainsi, lorsque l’auteur explique que « l’unique facteur qui retarde l’explosion est la peur » (Le peuple veut, p. 257), il évite de poser la question de la complexité de la société syrienne et des représentations idéologiques qui en découlent.

10Le second ouvrage est structuré autour de la thèse, forte, selon laquelle les révolutions arabes sont aujourd’hui confrontées à deux formes de mouvements réactionnaires, tandis que la faiblesse (ancienne) des forces progressistes est dans leur incapacité à s’affirmer de façon autonome, dans leur tentation permanente de s’allier avec l’une contre l’autre ou vice versa. L’analyse est donc plus directement politique et prend explicitement position, d’une façon globalement convaincante pour l’auteur de cette note, même si tel ou tel point peut bien sûr faire débat. Il critique durement l’indécision et la duplicité occidentales comme l’intervention russe, le jeu de la Turquie et des monarchies du Golfe, et dénonce la « gauche anti-impérialiste par réflexe conditionné », qui réduit l’opposition syrienne aux islamistes radicaux et se laisse encore duper par le discours d’Assad. Mais lorsqu’il voit dans le PYD un modèle de démocratie radicale, l’expérience la plus progressiste mise en œuvre depuis longtemps, il fait peut-être l’impasse sur ce que d’autres forces démocratiques considèrent comme une nouvelle forme de totalitarisme. A propos du soulèvement syrien, il affirmait dans le premier ouvrage l’impossibilité de vaincre le régime en restant pacifique : mais les évènements, prévisibles, ne montrent-ils pas, hélas, que c’était tout aussi impossible par la violence ?

11D’autant que de nombreux témoignages tendent à prouver que le régime a précisément tout fait pour que le soulèvement se radicalise et se militarise (en libérant des prisonniers islamistes, en laissant curieusement des armes à portée des manifestants…). Il affirme que les Comités de Coordination sont liés au Parti du Peuple (ex PC Bureau Politique), ce que contestent certains militants. Mais on ne peut que le suivre lorsqu’il évoque l’extraordinaire expérience démocratique des conseils locaux qui représentait un défi beaucoup plus grand à l’ordre régional américain que l’État islamique.

12C’est à propos de l’Égypte qu’il est sans doute le plus sévère à l’égard de la naïveté de la gauche et du mouvement Tamarrod, mais aussi des hésitations de Sabahi. Il reproche aux uns et aux autres d’avoir cru pouvoir s’appuyer sur les militaires contre les Frères Musulmans, alors même, dit-il, que le retour de l’armée avait été quasiment préparé par Morsi… Plus globalement, il critique la gauche régionale pour avoir développé une tradition d’alliance avec l’un des deux pôles réactionnaires contre l’autre, alors qu’ils auraient dû savoir tenir la ligne de double opposition, « tracer une voie indépendante »… Finalement, la poursuite des grèves ouvrières en Égypte, comme la résurgence de luttes sociales ici ou là, au Liban ou en Irak, montrent que le processus révolutionnaire n’est pas éteint, et lui permettent de conclure son sombre tableau par une note d’espoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « ACHCAR Gilbert, Le Peuple veut, Une exploration radicale du soulèvement arabe. Paris, Sindbad, Actes Sud, 2013, 432 p. et, Symptômes morbides, La rechute du soulèvement arabe, Sindbad, Actes Sud, 2017, 288 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Discussions critiques, mis en ligne le 24 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10019

Haut de page

Auteur

Elisabeth Longuenesse

Chercheur associée à l’IFPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page