Navigation – Plan du site

Fragments palestiniens : Pouvoir, territoire et société

Palestinian Fragments: Power, Territory and Society

Fragments palestiniens : Pouvoir, territoire et société. Projet de publication proposé par Xavier Guignard (CESSP/Ifpo) et Leila Seurat (Institut universitaire européen)

Alors que les accords d’Oslo devaient poser les fondations de l’État palestinien, ils n’ont en réalité donné naissance qu’à une Autorité qui entame sa troisième décennie d’existence « autonome » (1994-2017). Une génération entière n’a donc connu que le cadre du « processus de paix » – synonyme, pour elle, de poursuite de la colonisation, d’absence de pouvoir indépendant et d’étiolement du mouvement national. Dans la pérennisation du temporaire expérimentée au quotidien, l’année 2005 a été charnière à bien des égards : disparition de Yasser Arafat, désengagement unilatéral israélien de la bande de Gaza, accord du Caire pour mettre fin à la seconde Intifada et préparer de futures élections législatives, qui ont débouché sur une – durable – division politique inter-palestinienne. Celle-ci s’inscrit, qui plus est, dans un environnement régional bouleversé par le « Printemps arabe » de 2011 et ses retombées – que ce soit la guerre civile syrienne, la répression des mouvements issus des Frères musulmans, la poussée contre-révolutionnaire ou la normalisation des relations entre pays arabes et Israël.

Pris dans leur ensemble, ces évènements ont eu des conséquences considérables, tant au niveau des pratiques de l’occupation que de l’exercice du pouvoir palestinien ou des formes de mobilisation qui y répondent. Le travail collectif de ce numéro vise à en rendre compte et à questionner les phénomènes de fragmentation – sociale, politique et territoriale – observables et observés durant la période de cette « seconde vie » de l’Autorité nationale palestinienne, entre 2005 et aujourd’hui. Il vise aussi à remettre en cause l’idée d’une marginalisation de la question palestinienne sur le plan politique et d’une société dont les pratiques seraient figées par le conflit.

Pour ce faire, les travaux publiés souligneront les effets de changement induits par les configurations sociales et politiques propres à cette période. Mais ils prendront également appui sur les recherches ethnographiques ayant couvert la période antérieure d’Oslo à partir d’objets qui restent d’actualité : des institutions politiques (Botiveau, 1999 ; Legrain, 1999 ; Signoles, 2010) à la sociologie de l’engagement (Bucaille, 2002 ; Larzillière, 2004), du régime de l’occupation (Latte-Abdallah et Parizot, 2011) aux univers sociaux palestiniens hors des Territoires (Hanafi et Knudsen, 2011 ; Louër, 2003 ; Mansour, 1993) - et ce, afin de mettre en relief les continuités de normes et de pratiques. Au-delà, l’objectif du dossier est de rassembler des contributions originales sur quelques-uns des fragments palestiniens et de faire dialoguer différentes approches disciplinaires et conceptuelles en sciences sociales qui prennent pour étude de cas la Palestine contemporaine.

Le numéro proposé devrait ainsi permettre de valoriser des travaux empiriques récents et de saisir leurs thématiques communes pour produire une réflexion d’ensemble sur les effets de mode et les impensés des paradigmes utilisés pour dire et lire le terrain palestinien. Quels sont les concepts et les approches théoriques qui permettent de penser les réalités palestiniennes ? Peut-on identifier des généalogies ou des effets de génération qui soient le reflet des transformations du terrain palestinien et de la circulation, dans le champ scientifique, de nouveaux objets, de nouvelles approches ?

L’absence bruyante des postcolonial studies dans les travaux français sur la Palestine – un particularisme déjà relevé (et parfois justifié) dans d’autres domaines (Bayart, 2010 ; Kaiwar, 2013 ; Smouts, 2007) – pourrait notamment être interrogée en comparaison des travaux issus d’univers anglo-saxons qui, pour beaucoup, s’inspirent largement de ce courant d’analyse. Ce dossier pourrait également fournir l’occasion d’encourager le dialogue avec les collègues africanistes ou latino-américains, comme avec ceux du monde arabe, qui renouvellent les pistes et orientations de recherche à partir du terrain palestinien. Concilier plutôt qu’opposer ces différentes lectures et grilles d’analyse favorise le renouvellement des regards sur un terrain investi d’une charge politique et symbolique sans cesse en transformation (Collins, 2012 ; Romani, 2016).

Une telle réflexivité nous paraît essentielle pour éviter l’écueil d’importer, dans le champ du savoir, la fragmentation que connaissent les corps sociaux et politiques palestiniens. Au-delà, (re)penser le rapport au terrain et à l’objet permet de faire ressortir les « friches de recherche » qu’il convient de saisir. Les jalons d’un tel travail critique font d’ailleurs suite aux réflexions présentées dans le numéro 138 de la REMMM (2015, dirigé par Myriam Catusse, Aude Signoles et François Siino) sur les sciences sociales face à l’évènement et aux moments révolutionnaires. Par ailleurs, à l’heure où les conditions d’accès aux terrains se durcissent (blocus de Gaza, entrave à la circulation des Palestiniens, politique aux frontières), il nous semble également crucial de réfléchir aux défis que pose l’inaccessibilité des terrains de recherche pour l’avenir des sciences sociales dans la région.

Axe 1 : Autorité(s) palestinienne(s) : institutions et politiques publiques

Saisir l’exercice du pouvoir palestinien par ses pratiques permet de s’extraire du débat sur la légalité ou l’exemplarité de son agencement – crucial aux premières années de sa vie – pour observer ce que la quête de souveraineté peut produire comme formes instituées et institutionnalisées de pouvoir. Une réflexion stimulante sur les formes parallèles de souveraineté et de pratiques administratives et politiques établies depuis une décennie en Cisjordanie et à Gaza peut ainsi être engagée.

Un tel travail donne l’occasion de nourrir les débats relatifs aux formes d’étatisation (statehoodness) dans la bande de Gaza, qui restent assez marginaux dans le champ académique, probablement par souci de ne pas légitimer la division palestinienne. Il s’agit également d’appréhender les différents « systèmes de contraintes » qui pèsent sur l’exercice du pouvoir d’un bout à l’autre des territoires palestiniens, en privilégiant (sans s’y limiter) les enquêtes qui touchent aux domaines sécuritaire (Frisch, 2010 ; Lia, 2007) ou économique (Roy, 2007 ; Haddad, 2016). L’enjeu est également de contribuer à alimenter les connaissances sur les pratiques politiques « islamistes » en Palestine (Signoles, 2009 ; Alhaj, Dot-Pouillard et Rebillard, 2015 ; Seurat, 2015) par une démarche comparatiste, alors que le débat politique se focalise sur les idéologies et la perméabilité des frontières entre violence et politique. L’enjeu consiste, enfin, à questionner l’institution building en cours à Ramallah et, surtout, le récit (de succès) qui en est fait, afin de dépasser les questions d’« efficacité » ou de « nécessité » des réformes impulsées et d’appréhender plutôt les modalités et enjeux de l’institutionnalisation de rôles et de relations de pouvoir, ainsi que ceux liés à la création de groupes d’agents spécialisés et de savoir-faire qui participent aux transformations du rapport au politique.

Ce premier axe vise donc à rendre compte de l’ingénierie politique palestinienne dans ses dimensions tout à la fois techniques et politiques, sans occulter la perpétuation de la colonisation israélienne à Jérusalem-Est et en Cisjordanie et le maintien du blocus sur Gaza, qui participent largement au remodelage des territoires d’ancrage (géographique et symbolique) de la souveraineté palestinienne. Au-delà, il entend contribuer à élaborer des pistes d’analyse sur les formes concrètes de conception et mise en œuvre d’un certain « autoritarisme d’occupés » (Ghanem, 2002 ; Sayegh, 2011).

Axe 2 : Mobilisations plurielles

Si l’on s’en tient à l’exemple de l’actuelle Intifada de Jérusalem – également dénommée « Intifada des individus » (intifâdat al-afrâd) –, les formes émeutières de mobilisation collective qui s’y rattachent sont portées par des acteurs (jeunes) détachés de toute filiation partisane visible. Doit-on pour autant poser l’hypothèse de l’individualisation des contestations qui, en l’espèce, se focalisent largement sur la question de la colonisation ? En effet, d’autres formes et objets de mobilisations sont observables depuis 2005 – qu’elles prennent corps en Palestine ou au-dehors –, qui font, au contraire, penser à l’existence d’une variété de groupes et de motifs de contestation (autour d’une problématique locale, d’un réseau transnational, d’une usine, d’une corporation, d’une fraction partisane). La tendance est aussi à l’élargissement du répertoire d’action des groupes mobilisés : campagnes de boycott (notamment, « Boycott, désinvestissement et sanctions », BDS), comités populaires, « résistance non violente », ou encore mouvements de désobéissance civile.

On voit ainsi apparaître des contestations qui, si elles varient selon les ressources et les individus mobilisés, se distinguent particulièrement par leurs ressorts. Il s’agira donc ici de prendre au sérieux ces mobilisations palestiniennes, dont l’étude a trop longtemps été cantonnée à la lutte contre Israël, pour les appréhender comme des moments et/ou lieux d’expression de revendications sectorielles (taxis, fonctionnaires de l’Éducation nationale), de dissidences partisanes (pour le Fatah : Ouchaklian, 2016), d’opposition à l’Autorité (manifestations de 2011 à Ramallah), mais aussi de dissociation avec la « question palestinienne », dans le cas des réfugiés demandant un « droit à l’exil » pour s’échapper du Liban ou se mobilisant « pour la Syrie » depuis leur exil européen. En d’autres termes, ces mobilisations nouvelles permettent d’interroger la désacralisation et la normalisation du rapport des Palestiniens au politique et à leurs pouvoirs respectifs. Mais elles invitent également à ne pas négliger l’impact des mobilités sociales, effets de génération, reformulation des liens sociaux et des valeurs propres à la société palestinienne d’Oslo, sur la variété des objectifs (sociopolitiques) revendiqués, des ressources mobilisées ou des acteurs engagés dans les différentes formes d’action collective.

Axe 3 : La Palestine hors les murs

La diasporisation et la marginalisation de « l’extérieur » palestinien ont été finement documentées par des travaux qui ont montré en quoi la naissance d’un pouvoir autonome dans les Territoires a profondément transformé la société de l’exil (Challand, 2008 ; Signoles et Al Husseini, 2013 ; Guignard, 2016). Reste qu’en réaction ou en parallèle à ces processus, une (ré-)invention de la palestinité politique est perceptible « au loin », dans l’affaissement du lien avec le mouvement national, dans l’émergence de nouvelles formes de mobilisation ou dans l’extension de l’espace du politique vers de nouveaux extérieurs. Ainsi, des mobilisations pour la tenue d’élections sur l’avenir de l’OLP ont émergé au Royaume-Uni au sein des communautés palestiniennes après 2011, de la même façon qu’un activisme des « Palestiniens de 1948 » a suivi l’édification d’une liste unique aux élections législatives israéliennes de 2015, notamment dans la région du Triangle (al-muthalath) et au sein de la communauté druze du Golan, ou encore que des mobilisations « arabes » (sur la « Palestine » ou la « Syrie ») ont cours en Amérique du Sud.

Au-delà, l’exclusion des communautés réfugiées du projet national (Al Husseini et Doraï, 2003) depuis Oslo pose la question de leur intégration définitive (tawtin) dans les sociétés d’accueil. Cette intégration prend parfois des formes contestataires – que ce soit dans les dynamiques du Printemps arabe (Napolitano, 2012) ou des mouvements djihadistes (Rougier, 2004) – et transforme durablement la configuration politique des camps, où le nationalisme palestinien n'est plus l'unique boussole politique dans des espaces traversés par la tentation de l’exil ou l’engagement dans des mouvements armés transnationaux.

L’extérieur palestinien est également un espace du politique dont l’existence dépasse la dynamique sociale de diasporisation (Kodmani-Darwish, 1994 ; Doraï, 2006). La direction du Hamas ou l’ascension de l’opposant politique Mohammed Dahlan depuis Abou Dhabi montrent un autre visage de l’exil qui, en l’espèce, devient le point de passage nécessaire pour importer des ressources (politiques, financières, diplomatiques, militaires) inexistantes ou limitées dans les Territoires et qui donne lieu à des trajectoires individuelles et des réagencements institutionnels inédits.

La diversité des configurations politiques dans lesquels les fragments palestiniens sont insérés participe d’une réflexion sur ce qui fait la « distance » (politique, plus que sociale ou géographique), ses modes de redéfinition et les ressources mobilisables ou disponibles qui s’échangent entre le centre et ses périphéries. Il s’agit donc ici de comprendre comment Oslo a participé à une profonde reformulation des lieux et des modes d’expression des Palestiniens en exil.

Calendrier

Les propositions d’article (4000 signes maximum), accompagnées d’une courte notice biographique, sont à envoyer avant le 1er septembre 2018 à xavier.guignard[at]sciencespo.fr et leila.seurat[at]gmail.com. Les auteurs seront contactés au cours du mois suivant. Les articles, rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45000 signes, doivent être soumis au plus tard le 1er Avril 2019. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici.

Palestinian Fragments: Power, Territory and Society. Call for papers. Publication edited by Xavier Guignard (CESSP/Ifpo) et Leila Seurat (Institut universitaire européen)

The Oslo Accords were supposed to lay the foundations of a Palestinian State. In practice, they merely gave birth to an Authority that has now entered its third decade of “autonomous” existence (1994-2017). An entire generation has therefore known only the framework of the “peace process” that has, for this generation, been synonymous with continued colonization, the absence of independent power, and the weakening of the national movement. 2005 was in many ways a pivotal year in this perpetuation of the temporary lived day-by-day. Yasser Arafat died; Israel unilaterally “disengaged” from the Gaza Strip; and an accord was signed in Cairo to put an end to the Second Intifada and to prepare for future parliamentary elections, that led to lasting inter-Palestinian political division. This, moreover, was inscribed within a regional environment that was upended by the “Arab Spring” of 2011 and its fallout—whether the Syrian civil war, the repression of movements hailing from the Muslim Brotherhood family, the counter-revolutionary push, or the normalization of relations between certain Arab states and Israel.

Taken as a whole, these events have had far-reaching consequences on several levels: with respect to the practices of the occupation, the exercise of Palestinian governance, and the modes of political mobilization that respond to both. This issue aims to report on these and to interrogate the phenomena of social, political and territorial fragmentation that can and have been observed over the period of this “second life” of the Palestinian Authority, from 2005 to the present. It also aims to question the notions that the Palestinian question has been marginalized on the political level, and of a society whose practices have purportedly been frozen by the conflict.

Bearing this in mind, articles in this issue will emphasize the changes induced by the social and political configurations specific to this period. They will also, however, deploy ethnographic research that covered the previous stage of Oslo, based on topics that remain pertinent: From political institutions (Botiveau, 1999; Legrain, 1999; Signoles, 2010) to the sociology of political commitment (Bucaille, 2002; Larzillière, 2004) through Palestinian social worlds outside of the Occupied Territories (Hanafi and Knudsen, 2011; Louër, 2003; Mansour, 1993) in order to bring out continuities in norms and practices. Beyond this, this issue aims at gathering original contributions on some of these Palestinian fragments, and to bring into dialogue with each other diverse disciplinary and conceptual approaches in the social sciences that take up contemporary Palestine as a case study.

The special issue of REMMM proposed here should thus enable highlighting recent empirical studies and grasping their shared themes, in order to produce an overall reflection concerning the fashions and unexamined assumptions that are present in the paradigms deployed to interpret Palestinian realities in the field. What concepts and theoretical approaches enable thinking through these realities? Can genealogies or generational effects be identified that reflect transformations in the Palestinian field, and the circulation of new research objects and approaches in the scholarly field?

The notable absence of postcolonial studies from French scholarly work on Palestine is an idiosyncracy that has already been noted (and sometimes justified) in other fields (Bayart, 2010; Kaiwar, 2013; Smouts, 2007). It could be questioned in comparison with much of the work produced in the English-writing world, that broadly draws on this analytical stream. This issue could also provide the opportunity to encourage dialogue with Africanist or Latin-Americanist colleagues, as well as with Arabist ones who renew research directions from the standpoint of the Palestinian field. To reconcile these various interpretations and analytical frameworks, rather than opposing them to each other, stimulates the renewal of interpretations of a field that is invested with a political and symbolic weight that is in constant transformation (Collins, 2012; Romani 2016).

Such a reflexive process seems to us essential in order to avoid the pitfalls of importing the fragmentation of the Palestinian social and political communities into the scholarly field. Further, (re-)thinking relationships to the field and to the objects of research enables bringing out “hidden fields” of research that should be grasped. The milestones of such a critical endeavour follow on from the reflections presented in Issue 138 of the REMMM (2015, edited by Myriam Catusse, Aude Signoles and François Siino) on the social sciences faced with the revolutionary event and revolutionary moments. At a time when conditions of access to the field are hardening (with the blockade of Gaza, barriers to Palestinian freedom of movement and restrictive border policies,) it also seems to us crucial to think through the challenges posed by the inaccessibility of the field for the future of social sciences in the region.

Axis 1: Palestinian Authority(ies): Public Policies and Institutions

Seeking to grasp the exercise of Palestinian governance through its practice enables rising above the debate on the legitimacy or exemplarity of how it is organized, that was crucial to Oslo’s early years, in order to examine what the search for sovereignty can produce in terms of instituted and institutionalized forms of governance. It thereby prompts a stimulating reflection on the parallel forms of sovereignty and of administrative practice that have been established over a decade in the West Bank and Gaza.

Such work provides the opportunity to intervene in debates concerning modes of state-formation (statehoodness) in the Gaza Strip, that remain relatively marginal in the academic field, likely from a concern not to legitimate the post-2007 Palestinian division. It also enables grasping the various “systems of constraint” that weigh on the exercise of Palestinian governance from end to end of the Occupied Territories, emphasizing (while not limiting oneself to) studies that touch on security issues (Frisch, 2010; Lia, 2007) and economic ones (Roy, 2007; Haddad, 2016). The stakes also include contributing to the understanding of “Islamist” political practices in Palestine (Signoles, 2009; Alhaj, Dot-Pouillard and Rebillard, 2015; Seurat, 2015) through comparative work, at a time when political debate focuses on ideologies and the permeability of borders between violence and the political. Finally, the stakes consist in interrogating ongoing institution-building in Ramallah, and in particular the narrative of this as a success-story. This enables transcending questions of the “efficacy” or “necessity” of the reforms that have been set out upon, and, rather, to grasp the modalities and stakes of the institutionalization of roles and power relations, as well as those that are tied to the creation of groups of specialized actors and expertise that participate in the transformations of the relationship to the political.

This first axis, then, aims at accounting for the mechanics of Palestinian politics in both their technical and their political dimensions, without obscuring the perpetuation of Israeli colonization in East Jerusalem and the West Bank and the enduring blockade of Gaza that broadly contribute to the remodelling of the territories in which Palestinian sovereignty is anchored, both geographically and symbolically. Further, it hopes to contribute to the elaboration of new paths for analysis of the concrete modes through which a certain “authoritarianism of the occupied” is conceived and implemented (Ghanem, 2002; Sayegh, 2011).

Axis 2: Plural Mobilizations

Limiting oneself to the example of the current Jerusalem Intifada—also called the “Individuals’ Intifada” (intifâdat al-afrâd), the forms of collective mobilization that are attached to it are channelled by (young) political players detached from any visible partisan filiation. Should this be enough to posit the hypothesis that contestation has become individualized—when, in this case, much of it is broadly centred on the issue of colonization? Other forms and objects of mobilization have been visible since 2005—whether these take shape inside Palestine or outside. These, to the contrary, tend towards positing the existence of a variety of groups and motives for contestation: Around a local issue, a transnational network, a factory, a corporation, or a partisan fraction. The trend is also towards broadening the repertory of action of groups that mobilize politically: Boycott campaigns (especially “Boycott, Divestment and Sanctions”, BDS), popular committees, “non-violent resistance”, and civil-disobedience movements.

We therefore witness the emergence of modes of contestation that, even while they vary depending on what resources and individuals they mobilize, display especially distinctive mechanics. The purpose here is, then, to take these forms of Palestinian mobilization seriously—when the study of political mobilization has for too long been limited to the struggle against Israel. These forms of Palestinian mobilization will be grasped here as moments and/or sites for the pressing of sector-specific claims (taxi drivers, civil servants in public education), of internal dissidence (in the case of Fatah: Ouchaklian, 2016), or of opposition to the Palestinian Authority (2011 demonstrations in Ramallah for instance)—but also of dissociation from “the Question of Palestine”. The latter phenomenon includes refugees pressing a “right to exile” to escape Lebanon, or mobilizing “for Syria” from their European exile. In other words, these new forms of mobilization enable questioning the desacralization and normalization of Palestinians’ relationship to the political and to their respective political authorities. They also, however, invite us to not neglect the impact of social mobility, generational effects, and the reformulation of social links and values that are distinctive to Oslo-era Palestinian society: On the breadth of (sociopolitical) political goals that they lay claim to; of the resources they mobilize; and the political players involved in the various modes of collective action on display.

Axis 3: Palestine Without

The diasporization and marginalization of the Palestinian “Outside” have been carefully documented by a literature that has shown how the birth of an autonomous authority in the Palestinian Territories has deeply transformed the society in exile (Challand, 2008; Signoles and Al Husseini, 2013; Guignard, 2016). In response to these processes, or in parallel with them, a (re-)invention of political Palestinianness is perceptible “in the distance”: In the collapse of the link with the national movement; in the emergence of new forms of mobilization; and in the extension of the political sphere towards new “outsides”. Since 2011, for instance, mobilization for elections to be held concerning the PLO’s future has emerged in the UK among Palestinian communities there. In the same fashion, activism on the part of “1948 Palestinians” followed the formation of a unified list for the Israeli parliamentary elections of 2015, in particular in the Triangle region (al-muthlath) and within the Druze community in the Golan, and “Arab” mobilization (whether for “Palestine” or for “Syria”) features in South America.

Further, the exclusion of refugee communities from the national project (Al Husseini and Doraï, 2003) since Oslo raises the question of their permanent integration (tawtin) in their host societies. Such integration sometimes takes the shape of protest—whether in the dynamics of the Arab Spring (Napolitano, 2012) or through jihadi movements (Rougier, 2004). It durably transforms the political configuration of the camps, where Palestinian nationalism is no longer the only political compass in spaces penetrated by the temptation of exile and of joining transnational armed movements.

The Palestinian Outside is also a political space whose existence outstrips the social dynamic of diasporization (Kodmani-Darwish, 1994; Doraï, 2006). The Hamas leadership, or the rise of the PA dissident Mohammed Dahlan from Abu Dhabi, display another facet of exile that, in these cases, becomes the necessary crossing-point for importing resources (whether these are political, financial, diplomatic or military ones) that do not exist or are limited in the Occupied Territories, and that give rise to unprecedented individual trajectories and institutional reorganizations.

The diversity of political configurations within which these Palestinian fragments are inscribed contributes to thinking through what “distance” (a distance that is political more than it is social or geographical) consists in; what modes it is redefined through; and the resources that can be mobilized, or are available, to exchange between the centre and its peripheries. The question here, then, is to understand how Oslo has contributed to deep reformulations of the sites and modes of expression of Palestinians in exile.

Calendar

Article proposals (4000 characters maximum, spaces included), together with a short biographical note, should be sent before 01 Sept 2018 to xavier.guignard[at]sciencespo.fr and leila.seurat[at]gmail.com. Authors will then be contacted within a month. Articles may be written in French or English, and must be no longer than 45,000 characters, spaces included. They must be submitted by 01 April 2019. For more information concerning the style guide and the editorial process, click here.

Bibliographie

Références citées

Wissam Alhaj, Nicolas Dot-Pouillard et Eugénie Rebillard, De la théologie à la libération. Histoire du Jihad islamique palestinien, Paris : La Découverte, 2015

Jalal Al Husseini et Kamel Dorai, « De la lutte armée à la nation palestinienne : vers une relecture des rapports entre l’OLP et les réfugiés », Autrepart, 2003, no 26, vol. 2, p. 91-106

Jalal Al Husseini et Aude Signoles, Les Palestiniens entre État et diaspora. Le temps des incertitudes, Paris : IISMM/Karthala, 2013

Jean-François Bayart, Les études postcoloniales, un carnaval académique, Paris : Karthala, 2010

Bernard Botiveau, L’État palestinien, Paris : Presses de Sciences Po, 1999

Ricardo Bocco, Blandine Destremau et Jean Hannoyer (dir.), Palestine, Palestiniens : territoire national, espaces communautaires, Beyrouth : CERMOC, 1997

Laetitia Bucaille, Gaza : la violence de la paix, Paris, Paris : Presses de la Fondation nationale de Sciences Politiques, 1998

Benoit Challand, « Les mutations du leadership palestinien », A contrario, vol. 5, 2008, p. 52-75

John Collins, Global Palestine, Londres : Hurst Publishers, 2011

Kamel Doraï, Les réfugiés palestiniens au Liban : une géographie de l’exil, Paris : CNRS Éditions, 2006

Hillel Frisch, The Palestinian military. Between militias and armies, Londres / New York : Routledge, 2010

As’ad Ghanem, The Palestinian Regime: a “Partial Democracy”, Brighton / Portland : Sussex Academic Press, 2002

Xavier Guignard, « The Emergence of Palestinian Mughtaribûn: Diaspora Politics and State-building in Oslo Palestine », Mashriq & Mahjar: Journal of Middle East Migration Studies, vol. 3 no. 2, p. 129-155

Toufic Haddad, Palestine Ltd. Neoliberalism and Nationalism in the Occupied Territory, Londres/ New York : I.B. Tauris, 2016

Sari Hanafi et Are Knudsen (dir.), Palestinian Refugees : Identity, Space and Place in the Levant, Londres/New York : Routledge, 2011

Sari Hanafi et Taylor Long, « Governance, governabilities and the state of exception in the Palestinian refugees camps of Lebanon », Journal of Refugees Studies, 2010, vol. 23, no. 2, p. 134-159

Roger Heacock, The becoming of returnees states: Palestine, Armenia and Bosnia, Ramallah: Bir Zeit University Press, 1999

Hana Jaber, « Economie et société : Qu’est-ce qu’un camp de réfugiés ? », in Farouk Mardam-Bey et Elias Sanbar, (dir.), Le Droit au retour – Le problème des réfugiés palestiniens, Arles : Actes Sud, 2002

Vasant Kaiwar, L’Orient postcolonial, Paris : Syllepse, 2013

Bassma Kodmani-Darwish, « La question des réfugiés et l’émergence d’une diaspora palestinienne », Confluences Méditerranée, 1994, no 9, 1994

Pénélope Larzillière, Être jeune en Palestine, Paris : Balland. 2004

Stéphanie Latte-Abdallah et Cédric Parizot (dir.), A l’ombre du Mur. Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation Arles : Actes Sud/MMSH, 2011

Jean-François Legrain, Les Palestiniens du quotidien, les élections de l’autonomie, Beyrouth : CERMOC, 1999

Brynjar Lia, Building Arafat’s Police: The Politics of International Police Assistance in the Palestinian Territories After the Oslo Agreement, Reading : Ithaca Press, 2007

Laurence Louër, Les citoyens arabes d’Israël, Paris : Balland, 2003

Camille Mansour, Les Palestiniens de l’intérieur, Paris : Revue d’études palestiniennes, 1993

Valentina Napolitano, « La mobilisation des réfugiés palestiniens dans le sillage de la “révolution” syrienne : s’engager sous contrainte », Cultures & Conflits, 2012, vol. 3, no 87, p. 119-137

Minas Ouchaklian, Contester l’Autorité palestinienne depuis le Fatah, n.p., Université Aix-Marseille, 2016

Nadine Picaudou, Territoires palestiniens de mémoire, Paris/Beyrouth : Karthala/Ifpo, 2006

Nadine Picaudou et Isabelle Rivoal, Retours en Palestine, Paris : Khartala, 2006

Vincent Romani, Faire des sciences sociales en Palestine. Oppression militaire et mondialisation académique, Paris/Aix-En-Provence : Karthala/IREMAM, 2016

Bernard Rougier, Le jihad au quotidien, Paris : Presses universitaires de France, 2004

Sara Roy, Failing Peace: Gaza and the Palestinian-Israeli conflict, Londres : Pluto Press, 2007

Yezid Sayegh, Policing the People, Building the State: Authoritarian Transformation in the West Bank and Gaza, Washington : Carnegie Endowment for International Peace, 2011

Leila Seurat, Le Hamas et le monde, Paris : CNRS Éditions, 2015

Aude Signoles, « L’islamisme municipal, enjeu et garant de la modernisation des pratiques politiques ? », Critique Internationale, 2009, vol. 1, no 42, p. 9-19

Aude Signoles, Le système de gouvernement local en Palestine, Paris : Agence Française de Développement, 2010

Marie-Claude Smouts (dir.), La situation postcoloniale : Les postcolonial studies dans le débat français, Paris : Presses de Sciences Po, 2007

Haut de page