Navigation – Plan du site
I. Histoire des fonds et des collections : conservation, constitution en waqf, catalogage

Les actes de waqf des manuscrits arabes chrétiens de la Bibliothèque nationale de France

Gérard Troupeau
p. 45-51

Résumés

En arabe, les mots waqf et son synonyme abs désignent le legs d'un bien, meuble ou immeuble, fait au profit d'une institution, musulmane ou chrétienne. L'auteur se propose d'étudier ici les actes par lesquels une quinzaine de manuscrits arabes chrétiens, actuellement conservés à la Bibliothèque nationale de France, ont été jadis légués par des fidèles à une église ou à un monastère. Après avoir traduit intégralement ces actes et dégagé les différents éléments dont ils se composent, il soulignera leur intérêt pour la géographie et l'histoire ecclésiastiques, grâce aux renseignements qu'ils fournissent sur les auteurs et les destinataires du legs.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

  • 1 Sur le waqf en général, voir £7, t. IV, 1154-1159 ; sur les manuscrits constitués en waqf, voir Y. (...)

1Sur les 476 manuscrits arabes chrétiens que renferme le fonds arabe de la Bibliothèque nationale de France (Troupeau, 1972 et 1974), quinze d'entre eux seulement ont fait l'objet d'un legs pieux (waqfou ḥabs)1. Cette rareté ne doit pas nous surprendre puisque, théoriquement, les manuscrits constitués en waqf ne devaient pas sortir du lieu de leur dépôt : ce sont donc des manuscrits volés ou vendus, puis achetés en Orient ou en Occident, qui ont échoué à la Bibliothèque nationale de France.

2Les quinze manuscrits sur lesquels nous avons relevé un acte de waqf (waqfiyya) se répartissent de la manière suivante, en fonction de la confession, de la datation et de la provenance :

  • 8 appartiennent à l'église melkite, 7 à l'église copte ;

  • 9 sont datés : 1 du XIVe siècle, 2 du XVIe, 4 du XVIIIe, 2 du XIXe ;

  • 6 ne sont pas datés ;

  • 8 ont été constitués en waqf au profit d'un monastère, 7 au profit d'une église ;

  • 6 proviennent d'Egypte, 5 du Liban, 2 de Syrie, 2 de Chypre.

3Ayant relevé la totalité des actes de waqf figurant sur ces manuscrits, nous donnons ici leur traduction intégrale accompagnée, chaque fois que cela a été possible, de renseignements sur l'église ou le monastère qui a fait l'objet de la fondation.

Les manuscrits d'origine melkite

41. ARABE 50. Livres sapientiaux (XVe siècle).

(Fol. 58v) « Possession du pauvre pécheur, indigne d'être nommé homme à cause de la multitude de ses fautes, Jean, appelé par charité et obligeance, et non par mérite et dignité, prêtre et moine, disciple du père et seigneur, le métropolite Kyr Matthieu, actuellement évêque de Damiette la bien gardée. Constitué en waqf durant ma vie et, après ma mort, il sera vendu et on célébrera des messes pour mon âme avec son prix et celui de tous mes livres. Personne n'a le droit, au nom de Dieu, d'altérer ce qui a été écrit sur lui. Quiconque désobéira à cela, en rendra compte devant le tribunal de Notre-Seigneur le Christ au jour du Jugement dernier. Que Dieu bénisse l'œuvre de ceux qui obéissent ! »

5Cet acte, qui n'est pas daté et ne précise pas l'église ou le monastère en faveur duquel le waqf a été constitué, a du moins l'avantage de nous faire connaître le nom d'un évêque melkite de Damiette.

62. ARABE 52. Evangéliaire (XVe siècle).

(Fol. 4v) « Cet évangile béni a été constitué en waqf perpétuel au profit de l'église Saint-Ananie l'Apôtre, dans la ville de Damas, à l'intérieur de Bâb Sharqî. Personne n'a le pouvoir, au nom de Dieu, d'altérer l'acte de waqfmtnûonnè, en aucune façon. Quiconque désobéira à cela, son sort sera avec Judas Iscariote qui livra son Seigneur, et il sera interdit et séparé de la gloire de Dieu. Malheur, malheur à celui qui se permettra cela ! Le commanditaire de l'acte de waqf est le maître Georges, fils du maître Elie, au mois d'août 7043 d'Adam (1535 J.-C). Celui qui a écrit ces misérables lignes est le misérable parmi les chefs des prêtres, Michel, patriarche d'Antioche, qui demande à quiconque lira dans ce livre d'implorer sur lui le pardon, et il aura la pareille. »

7Sur l'église d'Ananie, voir J. Nasrallah, 1944 : 31-42 ; sur le patriarche d'Antioche, Michel ibn al-Mâwardî, voir J. Nasrallah, 1959 : 23-27.

83. ARABE 4703. Sophrone de Jérusalem, Kitâb bustân al-ruhbân (1799).

(Fol. 279r) « Waqf perpétuel et ḥabs éternel au profit du monastère de Sainte-Thècle qui se trouve dans le village de Ma'lûlâ. Quiconque le dérobera, le volera, le gagera ou altérera son acte de waqf, que la sainte soit son adversaire, et que son sort soit avec Judas Iscariote. Malheur, malheur à celui qui se permettra cela ! Rédigé le 23 janvier 1844. »

9Au fol. lr, une note indique que ce manuscrit, qui appartenait en 1803 au copiste, Gabriel fils de Moïse al-Maydânî, a été acheté par un certain Antoine aux héritiers de Georges Mubârak, à Alexandrie le 1er shaʻbân 1287 de l'hégire (1870 J.-C.) ; Maʻlûlâ est une localité de Syrie située à 60 km au sud-est de Damas ; sur la bibliothèque de ce monastère de religieuses melkites orthodoxes, voir H. Zayât, 1902 : 138-139.

104. ARABE 5081. Gabriel de Philadelphie. Table des péricopes (1784).

(Fol. 72v) « A été achevée la copie de cette table bénie, le 4 février 1784. C'est un waqf perpétuel et un ḥabs éternel, en faveur de l'église du monastère du prophète Élie, à Rashmayyâ, qui dépend du monastère du Sauveur à Mashmûsha appartenant aux moines melkites grecs. »

11Rashmayyâ est une localité située dans le district de Alay (Mont-Liban) ; fondé au début du XVIIIe siècle, par Néophyte Nasrî, futur évêque de Saydnayâ, le monastère fut dévasté et pillé à plusieurs reprises, en 1840 et 1860 ; sur sa bibliothèque, voir J. Nasrallah, Catalogue, 1.1, 29-30.

125. ARABE 5082. A. M. Quirini. Épître sur l'ouvrage de Gabriel de Philadelphie (XVIIIe siècle).

(Fol. lr) « Waqf du monastère du Sauveur. Celui qui l'a écrit est le misérable Antoine Bûlâd. »

136. ARABE 5249. Paraclétique (1755).

(Fol. 152v) « Cet octoèque [...] personne n'a la permission, par la parole du Seigneur dont le pouvoir est puissant, de le prendre, de le voler ou de le cacher, par quelque moyen que ce soit. Si quelqu'un ose faire cela, que le Sauveur soit son adversaire et que son sort soit avec Judas le maudit. Malheur, malheur à celui qui se permettra cela ! Le 5 janvier 1762. »

14La première ligne de cet acte, surchargé à l'encre rouge, étant effacée, la mention du monastère au profit duquel le waqf aété constitué, a disparu ; mais le nom de son patron, le Sauveur, invoqué dans l'imprécation finale, suggère qu'il s'agisse du monastère de Saint-Sauveur.

157. ARABE 5782. Les chapitres philosophiques de S. Jean Damascene (XVIIIe siècle)

(Fol. 81 r) « Ce livre fait partie des livres du prêtre Simon Sabbâghî, moine du monastère du Sauveur. C'est un waqf du monastère mentionné. »

168. ARABE 6165. Athanase IV Dabbâs. Kitâb ṣalâḥ al-ruhbân ( 1705).

(Fol. 2v) « Ce livre est un waqf en faveur des moines basiliens, Jean Warda l'a constitué en waqf pour son âme. Quiconque le dérobera, de quelque manière que ce soit, que le Sauveur, patron du monastère dans lequel résident les moines mentionnés, soit son adversaire. Rédigé au monastère du Sauveur le 5 avril 1740. »

17Le monastère de Saint-Sauveur, d'où proviennent les quatre manuscrits qui précèdent, est implanté à Mashmûsha, localité située dans le district de Gazzîn (Liban-Sud) ; fondé au début du XVIIIe siècle par Euthyme Ṣayfî, évêque de Ṣaydâ, le monastère est le siège de l'Ordre Salvatorien des moines basiliens ; il fut dévasté et pillé à plusieurs reprises, en 1840 et 1860 ; sur sa bibliothèque, voir J. Nasrallah, 1958 :1, 28.

Les manuscrits d'origine copte

189. ARABE 63. Épîtres et Actes des Apôtres (1340).

(Fol. 186r) « Ce livre béni des saintes épîtres a été constitué en ḥabs perpétuel au profit de l'église Saint-Barsawma-le-Syrien à Balṭîm. Personne n'a le droit, au nom de Dieu, de le faire sortir de l'église mentionnée, par vente, achat, gage, prêt ou pour une cause quelconque, et de ne pas le remettre à sa place. Si quelqu'un désobéit à cela et le fait sortir de sa place, qu'il soit interdit par la parole de Dieu tranchante et éternelle, qui est plus effilée que le sabre et plus ténue qu'un cheveu. Que le Seigneur Dieu fasse que son sort soit avec Judas Iscariote. Que celui qui a été averti prenne garde ! À la date du 1er amshîr 1068 des purs Martyrs (26 janvier 1352 j.-C), que Dieu nous accorde la bénédiction de leurs prières. Gloire à Dieu continuellement, toujours et à jamais. »

19Balṭîm est une localité située dans le Delta, sur le bord du lac Burullus, à proximité de la mer ; le saint dont il s'agit est Barsawma (m. 1065-6), père des moines syriens, dont la mémoire est fixée au 9 amshîr (3 février) par le synaxaire copte ; sur Balṭîm, voir al-Maqrîzî, éd. 1959 :1, 189 ; de Sacy, 1810 : 670 ; Abu 1-Makârim, éd. 1984 :1, 87-88.

2010. ARABE 75. Recueil des actes apocryphes des Apôtres (XIVe siècle).

(Fol. 120r) « Ce livre appartenant à l'église Saint-Antoine dans la ville de Famagouste, a été constitué en waqf perpétuel. Quiconque le convoitera, le prendra et ne le remettra pas à sa place, que son sort soit avec Judas Iscariote. Cela avec l'aide du Seigneur. »

2111. ARABE 113. Lectionnaire de la Semaine Sainte (1312).

(Fol. 1r) « Ce livre de la Pâque a été constitué en waqf perpétuel et ḥabs éternel, au profit du monastère du grand saint Macaire, connu sous le nom de Klima, dans la montagne de l'île de Chypre. Quiconque le fera sortir de la possession du monastère mentionné, au moyen du vol, du don ou de la vente, qu'il soit sous la parole sévère de Dieu, et que son sort soit avec Judas Iscariote, qui livra son Seigneur. Que reposent sur ceux qui obéissent la bénédiction, la grâce et la paix. Louange à Dieu continuellement. Le 13 du mois d'amshîr 1242 des Martyrs (7 février 1526 J.-C). »

22Les deux manuscrits qui précèdent furent acquis par Vansleb à Nicosie en 1671 ; ils témoignent de la présence de la communauté copte dans l'île de Chypre jusqu'au XVIIe siècle.

2312. ARABE 4755. Lectionnaire des péricopes du Nouveau Testament (XVIIIe siècle).

(Fol. lr) « Ce livre appartient au misérable Macaire. Constitué en waqfperpéaxel et en ḥabs éternel au profit de l'église des Trois Enfants de Durunka. Personne n'a la permission ni l'autorisation de lui enlever son waqf, ni d'altérer l'acte de waqf en aucune manière. L'état de celui qui désobéira sera dégradé. Que la bénédiction repose sur ceux qui obéissent. Grâce à Dieu continuellement. Le 13 du mois d'amshîr 1576 des Martyrs (7 février 1860 J.-C). »

(Fol. 67r) « Il perpétuel et ḥabs éternel au profit du sanctuaire sous le vocable de Notre-Dame et des Trois Enfants sur le plateau de Durunka. Il ne sera pas gagé, ni vendu, ni sorti de son sanctuaire. Quiconque le fera sortir, son sort sera avec Simon le Magicien et Judas Iscariote. Que la bénédiction repose sur ceux qui obéissent. Gtâce à Dieu continuellement, toujours et à jamais. »

24Ces deux actes concernent un manuscrit de l'église des Trois Enfants à Durunka (ou Udrunka), localité située dans la province d'Assiout (Asyût), sur la rive occidentale du Nil, à une dizaine de km au sud d'Assiout ; al-Maqrîzî consacre une intéressante notice à cette localité :

« Aux environs d'Udrunka, il y a une église très ancienne sous le vocable des Trois Enfants : Ananias, Azarias et Misaël ; les habitants chrétiens de Durunka connaissent la langue copte, que jeunes et vieux parlent et traduisent en arabe. »

25Le second acte n'appartient pas au manuscrit, mais provient d'un autre codex, peut-être celui qui a servi d'original à la copie. Sur Durunka, voir : Yâqût, éd. 1955-57 :1, 126 ;de Sacy, 1810 : 698 ; Wüstenfeld, 1845 : 139 (trad.), 60 (texte) ; Evetts, 1895 : 214 et 343 ; Amélineau, 1893 : 165 et 500 ; Meinardus, 1989 : 181.

2613. ARABE 4761. Shanûda. Sermons pour les sept dimanches du Carême (XVIIe siècle).

(Fol. 71 r) « Waqf perpétuel et ḥabs éternel, au profit du monastère du grand saint notre père Anbâ Shanûda, chef des ermites, au Monastère Blanc, sur la montagne d'Adrîba. Personne n'a le droit, au nom du Seigneur, de le sortir de la bibliothèque par quelque moyen que ce soit : détérioration, vente ou gage. Que son sort soit avec Simon le Magicien, et que saint Anbâ Shanûda soit son adversaire au jour de la grande station. »

27Cet acte n'appartient pas au manuscrit, mais provient d'un autre codex, peut-être celui qui a servi d'original à la copie. Le Monastère Blanc est situé sur la rive occidentale du Nil, dans la province de Guirga (Ğirğa), à cinq km de Sohag (Ṣohağ) ; il fut fondé par l'oncle maternel de saint Shanûda, qui en devint abbé en 385/995-6. Sur ce monastère, voir : Yâqût, éd. 1955-57, II, 497 ; Wüstenfeld, 1845 : 105 (trad.) et 43 (texte) ; Evetts, 1895 : 235-237 et 317 ; Amélineau, 1893 : 69-70 ; Meinardus, 1989 : 181-182.

2814. ARABE 4793. Recueil de vies de saints (XVIIe siècle).

(Fol. 48v) « Waqf petpétuel et ḥabs éternel, au profit du sanctuaire de l'archange Michel à Naqâda. Il ne sera pas vendu, ni gagé, ni dépouillé de son acte de waqf. Quiconque endommagera ce livre et arrachera le feuillet de l'acte de waqf qui s'y trouve, qu'il soit interdit et sous la suspense de Dieu. Attention, attention à la désobéissance ! Que la bénédiction repose sur ceux qui obéissent. Grâce à Dieu continuellement. En l'année 1454 des Martyrs (1738 J.-G). »

2915. ARABE 4871. Recueil d'homélies sur saint Michel (XVIIK siècle).

(Fol. 157r) « Waqf perpétuel au profit du sanctuaire de l'archange Michel, dans l'église de la montagne, sur le plateau de Naqâda. »

30Naqâda est une localité située dans la province de Qanâ, sur la rive occidentale du Nil, en face de la ville de Kous (Qûs) ; sur ce sanctuaire, voir : Wüstenfeld, 1845 : 141 (trad.) et 61 (texte) ; Evetts, 1895 : 16 et 345 ; Amélineau, 1893 : 392 ; Meinardus, 1989 : 184.

31À partir des actes que nous venons de traduire, nous pouvons maintenant répertorier les différentes indications qu'un acte de constitution d'un manuscrit en waqf peut contenir :

  1. le nom du constituant : possesseur du manuscrit ;

  2. le nom du bénéficiaire : église, monastère ;

  3. le motif de la constitution : repos de l'âme ;

  4. les interdictions du constituant : acheter, altérer ou arracher l'acte, cacher, convoiter, donner, détériorer, gager, prendre, prêter, replacer (ne pas), sortir (faire), vendre, voler ;

  5. les punitions des désobéissants : adversaire lors du Jugement dernier, dégradation, interdit, sort de Judas Iscariote ou de Simon le Magicien, suspense ;

  6. les avertissements aux désobéissants : malédiction, mise en garde ;

  7. les récompenses des obéissants : bénédiction, grâce, paix ;

  8. le nom du rédacteur ;

  9. la date de la rédaction.

32Il est rare que tous ces éléments se trouvent réunis dans un même acte, et l'on observe que les actes les plus récents ont tendance à n'en contenir qu'un petit nombre.

33En conclusion, les actes de waqf quifigurent sur les manuscrits présentent un grand intérêt pour la géographie et l'histoire ecclésiastiques, car ils fournissent de précieux renseignements sur leurs possesseurs, les églises, les monastères et les localités d'où ils proviennent.

Haut de page

Bibliographie

ABÛ L-MÂKARIM, 1984, Taʼrîkh al-kanâʼis wal-adyira, Dayr al-Suryân, 2 vol., 176 et 209 p. (éd. par al-Suryânî).

AMÉLINEAU E., 1893, Géographie de l'Egypte à l'époque copte, Paris, Imprimerie nationale, XXX-VIII - 630 p.

ECHE Y., 1967, Les bibliothèques arabes, Damas, Institut français de Damas, XX XVI - 447 p.

El, T. IV, 1154-1159 : sur le waqf en général.

EVETTS B. and BUTLER A., 1895, The Churches and Monasteries of Egypt and some neighbouring countries, attributed to Abû Sâlih the Armenian and translated by T. A. Evetts... with add. Notes by A. Butler, Oxford, Clarendon Press, xxv-382-142 p.

MAQRÎZÎ (al-), 1959, Kitâb al-mawâʻiẓ wal-iʻtibâr bi-dhikr al-khiṭaṭ wa l-âthâr, Maṭbaʻat al-sâhil al-janûbî, s.d., t. I, Beyrouth, 469 p.

MEINARDUS O., 1989, Monks and Monasteries of the Egyptian Deserts, Le Caire, The American Univ. in Cairo Press, XVII-241 p.

NASRAUAH J., 1944, Les souvenirs chrétiens de Damas. Souvenirs de St Paul, Harissa, Impr. St-Paul, XX-72 p.

— 1958, Catalogue des manuscrits du Liban, t. I, Harissa, Impr. St-Paul, 240 p.

— 1959, Chronologie des patriarches melchites d'Antioche de 1500 à 1643, s.l. [Jérusalem ou Paris], 89 p.

— 1963, Catalogue des manuscrits du Liban, t. III, Beyrouth, [s.n.é.], VIII-342 p.

SlLVESTRE DE SACY, 1810, Relation de l'Egypte par Abd-Allatif, Paris, Treuttel et Wiirtz, xxiv-752 p.

TROUPEAU G., 1972-1974, Catalogue des manuscrits arabes, 1"partie, manuscrits chrétiens, Paris, Bibliothèque nationale, 2 vol., 279 et 194 p.

WÜSTENFELD F., 1845, Macrizi's Geschichte der Copten, Göttingen [rééd. Hildesheim ; New York : Olms, 1979, 142-70 p.].

YÂQÛT AL-ḤAMAWÎ, 1955-1957, Muʻğam al-buldân, Beyrouth, Dâr Ṣâdir, 5 vol., 540-549-470-501-461 p.

ZAYÂT (al-) H., [1902], Kbazâʼin al-kutub fî Dimashq wa-ḍawâihâ, s.l., s. d., [Le Caire], 6-246 p.

— 1946, « Anathèmes et excommunications dans les colophons des manuscrits chrétiens » / « al-Laʻanât wal-ḥurûm fî waqfiyyât al-makhṭûtâṭ al-naṣrâniyya », al-Khizâna l-sharqiyyâ, t. III, Beyrouth, Imprimerie catholique,p. 109-111.

Haut de page

Notes

1 Sur le waqf en général, voir £7, t. IV, 1154-1159 ; sur les manuscrits constitués en waqf, voir Y. Eche, 1967 : 301-313 et J. Nasrallah, 1963, dans lequel l'auteur a transcrit les actes de waqf de 26 manuscrits ; sur les interdits fulminés contre les voleurs, voir H. Zayât, 1937 : 109-111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Troupeau, « Les actes de waqf des manuscrits arabes chrétiens de la Bibliothèque nationale de France », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/1173

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page