Navigation – Plan du site
II. Codicologie et paléographie des manuscrits arabes et persans : cahiers, papiers, couleurs et décors, processus de copie

Une recette en persan pour colorer le papier

Francis Richard
p. 95-100

Résumés

Sur les gardes d'un manuscrit persan de la BNF figurent des formules copiées vers le début du XVIe siècle dans l'Empire ottoman. Elles sont notées de manière assez difficile à décrypter, mais livrent différentes formules pour colorer le papier de plusieurs couleurs. En cherchant à en donner l'interprétation on tente d'identifier les produits utilisés, le mordant employé et la façon de chauffer la cuve. Ces formules n'appartiennent, semble-t-il, à aucun traité persan connu. Elles témoigneraient d'une pratique établie à la fin du XVe siècle et diffèrent des recettes concernant les tissus.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

1On n'insistera jamais assez sur l'importance des petites notes qui figurent au début et à la fin des manuscrits. Même s'il s'agit souvent de feuillets de garde ajoutés bien après l'achèvement de la copie du texte, généralement à l'occasion de la réfection d'une reliure, ou d'une restauration du volume, il s'agit toujours de marques qui ont de l'importance pour retracer l'histoire de l'exemplaire et en connaître les possesseurs ou les lecteurs successifs. On trouvera ainsi non seulement des essais de plume ou des dessins, mais des ex-libris, parfois accompagnés de cachets, des citations poétiques, des formules pieuses, des mentions de dates diverses (naissances, événements historiques), des extraits d'ouvrages biographiques, des recettes de médicaments, des indications de prix ou des inventaires de bibliothèques. Les catalogues accordent plus ou moins de place à la description de ces marques ou notes diverses ; il est parfois dommage de ne pas y prêter suffisamment d'attention, car certaines de ces notes peuvent avoir une grande utilité pour l'historien et leur intérêt peut dépasser largement le cadre de la simple étude de la circulation du document écrit.

2Alors qu'il est fréquent de trouver sur les gardes des manuscrits des formules permettant de confectionner des remèdes contre les maux d'yeux ou de dents, ou des produits aux vertus diverses, nous voudrions attirer ici l'attention sur un type de formule très rarement rencontré et intéressant justement l'étude d'un des éléments essentiels du manuscrit : le papier.

  • 1 Aux folios 3v, 57v, 83v et 115v.
  • 2 Cahier fait de 8 feuillets (f. 191-198),

3Le manuscrit Supplément persan 1787 de la Bibliothèque nationale de France (Blochet, 1934 : 248-249) est de petit format (12,5 x 17,5 cm). Acquis en janvier 1912 auprès du libraire parisien Ernest Leroux, on ne sait à quel collectionneur il avait auparavant appartenu. C'est une copie anonyme et non datée, mais datable de la fin du XVe siècle, qui renferme – entre les folios 3v et 195 – le texte du Mi'yâr-i Jamâlî va Miftâh-i Abu Ishâqî Az Chams Fakhrî Isfahânî. Avec ses encadrements dorés et, au début de chaque fann ou chapitre1, ses quatre frontispices enluminés (sarlawh) d'un style bien caractéristique, on peut en situer la copie dans l'Empire ottoman, et la dater de la fin du règne de Mehmet II (1481) ou du règne de Bâyazit II (1481-1512). Cette impression est confirmée par le type de papier employé (de fabrication orientale, vergé avec fils de chaînette groupés par trois) et la constitution des cahiers, qui tous comptent 10 feuillets (type « quinion »), sauf le dernier qui est un quaternion2. La reliure, européenne, a malheureusement été refaite à date très récente mais l'origine ottomane de la copie ne fait guère de doute.

  • 3 Aux folios 3v et 195.
  • 4 On peut se demander s'il ne s'agit pas de Sayf al-Dîn Muhammad Fâruqî, membre de la confrérie des N (...)

4Le volume semble être resté jusqu'au siècle dernier dans l'Empire ottoman et on y trouve3 le cachet d'un de ses derniers possesseurs, Muhammad Tâhir, ce cachet portant la date de 1268 h (1851). Au folio 3, l'ex-libris d'un possesseur antérieur a été gratté et on ne distingue plus que le dernier élément de son nom : [...] Naqchbandî. Un troisième personnage a mis son ex-libris au folio 195v; il se nomme Sayf al-Dîn et il s'agit sans doute du même Sayf al-Dîn dont le cachet, de forme ovale avec une devise en grande partie effacée, se trouve au folio 195- Par sa forme, ce cachet serait datable de la fin du XVIe siècle ou du XVIIe siècle4.

5Il semble que les deux quatrains (rubâ'î) en persan du folio 195v soient de la main de ce Sayf al-Dîn. L'un évoque les modes musicaux (maqâmâi), l'autre les systèmes modaux (âvâza). Il est assez probable que les deux petites notes copiées en biais au recto et au verso du folio 197 sont également de sa main. Quoi qu'il en soit, elles semblent à peu près contemporaines.

6Au verso du folio 197, on peut lire le texte suivant :

Figure 1

Agrandir

7tandis qu'au recto de ce même folio 197, la note se continue, toujours de la même main :

Figure 2

Agrandir

8Au folio 197, plusieurs mots sont notés au moyen de chiffres auxquels on peut attribuer une valeur littérale, selon un système qui a été expliqué par G. Ifrah (Ifrah, 1994 : II, 270-271) d'après un autre manuscrit, mais leur interprétation reste assez conjecturale. Ainsi le mot rang (couleur) est-il écrit à l'aide des chiffres 2, 5 et 2 surmontés respectivement de deux points, d'un point et d'un point, et le mot banafch (violet), au moyen des chiffres 2, 5, 8 et 3, dont le second et le troisième sont surmontés d'un point, le quatrième de trois. Les fautes d'orthographe du persan sont également assez nombreuses. Ces deux petits textes ne semblent donc pas des extraits recopiés de quelque traité rédigé en persan, mais notés au vol par un copiste ottoman de métier, familier de ces systèmes encore en usage dans l'administration et la comptabilité aux XVIe et XVIIe siècles. On ignore cependant pourquoi le possesseur de ce manuscrit (ou ce copiste de métier?) s'intéressait aux techniques de teinture du papier.

9La traduction (souvent hypothétique) de ce petit texte pourrait donner ceci :

[f. 197v.] « Manière de colorer (rang kardan) le papier : broyer de l'alun blanc (zâgh-i safid, sulfate de potassium et d'aluminium), le jeter dans de l'eau, étendre le papier dans cette solution d'alun (âb-i zâgh) ; après cela, le mettre à sécher. Et, une fois la couleur pilée (kufta), on la verse au centre d'un chaudron (dig) ou d'une petite chaudière (qazân-tcha) et on verse aussi de l'eau. On fait beaucoup bouillir. Plus cela bouillira plus la couleur sera belle. Ensuite, on filtre l'eau tout à fait chaude (garni garni). On immerge le papier au milieu de cette eau, on l'agite (bijunbânad) puis on le retire et on le fait sécher. Après cela, on l'encolle à l'amidon (âhâr kunad).
Pour le papier vert, la fleur d'iris (gul-i zanbaq) est pilée et son jus est filtré ; le vert de gris (zangâr) est broyé et est versé dans cette eau. On étend le papier dans cette eau puis on le fait sécher.
Le papier jaune (ou « de la couleur de la bile », zard-âb) [est fait avec] le gil-i isfahânî (soit « terre d'Ispahan » ou « terre de Cimolée » ; mais si l'on lit gul-i isfa-hânî on pourrait supposer qu'il s'agirait de « fleur de carthame d'Ispahan ») ; on étend le papier dans la solution d'alun et on l'agite au milieu de cette solution ».

[f. 197] « Pour la couleur pourpre (arghavâni), après avoir broyé l'alun blanc (zâj-i safid), [...], on le met dans un man (trois ?) d'eau, on y plonge le papier et on le met à sécher. Après avoir pilé le bois du Brésil rouge (baghghami-i surkh), l'ayant fait macérer durant un jour et une nuit, on le fait se condenser.
Pour la couleur violette (banafch) : [la feuille] ayant été, de la façon déjà mentionnée, plongée dans la solution d'alun (?) (zaghâb), on fait un condensé de bois du Brésil violet (baghghami-i banafch) préalablement broyé et on y plonge le papier.
Pour la couleur verte (sabz), ayant pris de l'iris (zanbaq) bleu (kabud), on ajoute à son jus un man d'eau, un mithqâl et demi de vert de gris (zangâr) broyé et on mélange (?).
La couleur orange (nâranjî) : on plonge [la feuille] dans la solution d'alun (?) (zaghâb), la gomme du bois (zunja tchup) est broyée, on la fait se condenser, on la plonge dans le jaune de terre d'Ispahan [ou de « fleur de carthame »] (zard-âb-i gil-i Isfahân [ou gul-i Isfahân]. Salut et considération ! »

10Ces recettes, assez difficiles à décrypter, il est vrai, ne semblent pas dépourvues d'intérêt. Elles peuvent, malgré leur brièveté, s'ajouter aux documents publiés et étudiés par Y. Porter (1992 : 42-51) pour compléter nos informations sur les techniques de l'art du livre. Les textes de ce genre sont en effet fort rares.

11La lecture et surtout l'interprétation de certains mots ou expressions comme zaghâb, zunja tchup, gil ou gul-i Isfahân(î) posent par ailleurs des difficultés. Dans ce dernier cas, pour comprendre, au lieu de « terre de Cimolée » – dont l'usage paraîtrait étrange ici – « fleur de carthame », ce qui désignerait une fleur connue pour fournir une teinture soluble jaune, il faut supposer qu'il s'agit d'une forme abrégée de gul-i kâjira-i isfahâni qui est un équivalent de gul-i qartam. Cela n'est pas évident...

12On voit cependant bien dans ces recettes que l'alun (zâj ou zâgh) est utilisé comme mordant pour fixer les couleurs. Ainsi mordancé, le papier se prête mieux à une imprégnation complète de toutes ses fibres par la teinture. Mention explicite est également faite de teintures qui, comme pour le vert, sont préparées dans un chaudron et très longuement portées à ébullition.

Figure 3 : Ms. Paris, BNF, Suppl. persan 1787, f. 197

Agrandir

Figure 4 : Ms. Paris, BNF, Suppl. persan 1787, f. 197v.

Agrandir

13Comme de juste, l'encollage à l'amidon intervient après la teinture de la feuille, une fois que celle-ci est bien sèche. On ne trouve ici que cinq recettes de teintures. Celle de la couleur verte, répétée deux fois, avec de légères différences, est à base de fleur d'iris bleue et de vert-de-gris.

14La couleur « jaune bile » fait appel à la fleur de carthame (si l'on exclut la lecture « terre de Cimolée »...), mais la recette n'en est pas très explicite. Il est toutefois intéressant de noter que nulle mention n'est ici faite de papier teinté au safran, probablement à cause de l'origine ottomane de nos recettes.

15L'usage du bois du Brésil [de Ceylan] – ou bois de campêche (bagham, baqam) –, qui rougit une fois exposé à l'air, se rencontre de façon attendue pour la préparation de la couleur pourpre (Mâyil Haravî, 1998 : 509). Mais il se rencontre aussi pour le papier violet, ce qui suppose l'action du mordant d'alumine. La préparation de la couleur orange fait appel au mélange du gul-i Isfahân (jaune de carthame) et d'une gomme de bois {zunja tchup).

  • 5 À titre d'exemple, le manuscrit Suppl. Persan 341 de la BNF, copie d'un traité de médecine en persa (...)

16Il serait certainement intéressant de comparer ces recettes à certaines de celles que l'on peut trouver dans des pharmacopées plus récentes, où l'on signale incidemment la manière de teinter tel ou tel tissu dans la Perse safavide5 ou l'Inde moghole. On pourrait de la sorte corriger et compléter ces quelques données éparses. Toujours est-il, cependant, que le document que nous avons retrouvé indique l'intérêt porté par les copistes, ou certains propriétaires de manuscrits familiers du monde des scriptoria du Proche-Orient, aux techniques de coloration du papier, preuve – s'il en était besoin – de la haute estime dans laquelle était tenue cette pratique.

Haut de page

Bibliographie

BLOCHET E., 1934, Catalogue des manuscrits persans de la Bibliothèque nationale, Paris, Bibliothèque nationale, vol. IV, IV + 484 p.

IFRAH G., 1994, Histoire universelle des chiffres, Paris, R. Laffont, vol. II, 1010 p. (à la page 271 l'auteur reproduit une page de manuscrit où ce système est expliqué).

MÂYIL HARAVÎ N., 1993, Kitâb-ârâï dar tamaddun-i islâmi (majmu a-i rasâ 'il-i... kitâb-ârâ'i), Mashhad, Enteshârât-e Astan-e Qods, LXXXXI + 1048 p.

PORTER Y., 1992, Peinture et art du livre. Essai sur la littérature technique indo-persane, Paris-Téhéran, Institut français de recherche en Iran (Bibliothèque iranienne, n° 35), 246 p.

SÛREYYÂ M., 1971, Sicill-i Osmânî, Westmead, Gregg International Publishers (reprint de l'édition d'Istanbul, 1308-1315/1890-1897), t. III, 621 p.

Haut de page

Notes

1 Aux folios 3v, 57v, 83v et 115v.

2 Cahier fait de 8 feuillets (f. 191-198),

3 Aux folios 3v et 195.

4 On peut se demander s'il ne s'agit pas de Sayf al-Dîn Muhammad Fâruqî, membre de la confrérie des Naqchbandîs, qui est mentionné, avec notamment la date de 1095 de l'hégire (1684), par M. Siireyyâ (1971 : III, 121). La devise du cachet ovale de Sayf al-Dîn du folio 195 contient bien le mot naqch dans une formule en persan, mais est-ce suffisant pour soutenir une telle identification ?

5 À titre d'exemple, le manuscrit Suppl. Persan 341 de la BNF, copie d'un traité de médecine en persan, datée de 1063 h (/l653), porte dans les marges des fF. 2v et suivants des brèves recettes pour colorer en bleu indigo (nit), etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Richard, « Une recette en persan pour colorer le papier », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/1176

Haut de page

Auteur

Francis Richard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page