Navigation – Plan du site
III. Les manuscrits, les textes, l'histoire culturelle

Glossaire

p. 183-187

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

1abjad : « alphabet ». Ce terme vient des quatre premières lettres de l'alphabet arabe si l'on ignore les points diacritiques, soit les lettres a, b, j, d. On se sert du mot abjad aujourd'hui pour désigner un alphabet ancien, où l'ordre des lettres, après de dâl diffère de celui de l'alphabet usuel (le dâl est suivi de hâ' etde wâw dans l'alphabet ancien, de râʼ et de zây dans l'alphabet actuel). Les lettres de cet alphabet ont été souvent utilisées comme symboles numériques. Comme elles suivent l'ordre ancien, on continue à attribuer par exemple la valeur 5 au hâʼ et6 au wâw.

2ʻajamî : qualifie une littérature africaine en caractères arabes et en langues peule, hausa, wolof, swahili et autres langues malgaches et africaines.

3alhamiado (et aljamiado) : transcription en caractères arabes d'une langue non arabe (ar. : ʻajami, esp. : aljamía). Le mot a été employé par les musulmans d'al-Andalus (aljamiado) et de Bosnie (alhamiado) (voir aussi ʻajamî).

4autographe : manuscrit écrit de la main même de l'auteur du texte ; utilisé comme adjectif, le mot peut aussi s'appliquer à tout ce qui est de sa main (une note par exemple).

5baladî (papier) : qualifie des papiers de fabrication locale qui n'étaient pas utilisés en chancellerie, en tout cas dans l'Egypte mamelouke du XVe siècle.

6baghdâdî : nom d'un format de papier, par analogie avec celui utilisé à l'origine en chancellerie à Bagdad.

7beyâz : mot employé en Turquie aujourd'hui (au lieu de kâğit) pour le papier qu'on utilise pour les écrits déjà mis au propre.

8bifeuillet (ou bifolio) : feuille qui, pliée en deux, donne deux feuillets (ou folios).

9cadi : juge qui fait appliquer la loi musulmane dans les affaires civiles et pénales.

10cahier : ensemble de bifeuillets emboîtés les uns dans les autres et réunis par un fil de couture.

11certificat de lecture ou d'audition (ijâza) : attestation, éventuellement signée par le maître, du fait que le texte contenu dans un manuscrit a été lu devant le maître par le copiste ou que ce dernier a entendu quelqu'un le lui lire en sa présence.

12codex (pi. codices) : livre « à pages » (par opposition au rouleau notamment), formé de bifeuillets qui sont, le plus souvent, assemblés en cahiers cousus.

13colophon : formule finale dans laquelle le copiste mentionne les circonstances de la copie et donne souvent son nom.

14codicologie : étude des caractères matériels et des procédés de fabrication du manuscrit (à l'origine, étude de l'histoire des bibliothèques et des fonds).

15collation : comparaison du texte d'une même œuvre dans plusieurs manuscrits.

16contremarque : voir filigrane.

17darj : dans la chancellerie mamelouke du XVe siècle, feuille (ou rouleau) de papier formée de plusieurs feuille collées bout à bout dans le sens de la longueur (voir waṣl).

18devanagari : écriture qui s'est développée en Inde vers le XIIIe siècle.

19dîwân al-inshâʼ : le bureau des correspondances dans la chancellerie mamelouke du XVe siècle.

20farkha : appellation usuelle de la feuille de papier entière en Égypte mamelouke du XVe siècle.

21fatwa : voir « muftî ».

22feuillet (ou folio) : voir « bifeuillet ».

23filigrane : marque de fabrique en fil de laiton soudée sur la forme, aux motifs souvent inspirés de l'héraldique, qui laisse sur la feuille de papier de type italien son empreinte, elle aussi appelée filigrane. Dans une partie de la toile de la forme qui ne porte pas le filigrane peut être soudé un motif plus petit, la contremarque, souvent formée de lettres.

24fils de chaîne (ou de chaînette) : voir « forme ».

25fils vergeurs : voir « forme ».

26folio : voir « bifeuillet ».

27foliotation : système de numérotation d'un manuscrit par folio (et non par page).

28forme : tamis rectangulaire à l'aide duquel est puisée – ou sur la « toile » duquel est déposée – la pâte à papier. La trame de ce tamis est constituée dans le sens de la longueur par les vergeures (ou fils vergeurs), qui sont liées entre elles dans l'autre sens par les fils de chaîne.

29ghubar : système numérique utilisé pour la foliotation dans certains manuscrits copiés au Maghreb et en Andalus.

30ghubâr(î) : la plus petite des écritures curvilignes.

31glagolitique : écriture qui a été utilisée pour la christianisation des peuples slaves et qui a commencé à décliner vers le XIIIe siècle face à la concurrence du cyrillique.

32gouttière : côté du livre opposé au dos.

33idiographe : manuscrit copié sous la dictée de l'auteur.

34jadwal : encadrement de la surface d'écriture, filet.

35justification : surface occupée sur la page par l'écriture.

36juzʼ : chaque l/30e du Coran.

37kâghad : (kâğit en turc, kâghadh enpersan) : nom du papier d'origine sogdienne, rarement utilisé aujourd'hui en arabe (voir qirtâṣ, waraq).

38kâtib : secrétaire dans l'administration ou la chancellerie, copiste.

39khaṭṭâṭ : calligraphie, copiste, rédacteur.

40kitâbkhâna : bibliothèque.

41kurrâs : cahier.

42leçon : chacune des formes données à un mot ou un groupe de mots, en un point du texte, par les différents témoins de ce texte.

43madrasa : collège, établissement d'enseignement supérieur sunnite.

44majmûʻ(a) : manuscrit composé d'unités codicologiques de provenances diverses.

45al-manṣûrî : nom d'un format de papier utilisé en chancellerie dans l'Égypte mamelouke du XVe siècle.

46manuscrit d'auteur : nom qu'on donne aujourd'hui aux brouillons qu'ont laissé de leurs œuvres certains écrivains contemporains.

47miṣtara : appareil permettant d'imprimer sur un feuillet l'ensemble de la réglure, en exerçant une pression sur des fils tendus sur un cadre de bois, de carton ou de cuir qui a été placé sous ce feuillet.

48mudarris : enseignant exerçant dans une madrasa.

49mudhahhib : doreur.

50muftî (moufti) : grand juge qui rend des réponses (fatwa-s) sur des questions de droit.

51mujallid : relieur.

52naqqâsh : peintre, enlumineur.

53naskh : l'un des « six styles » calligraphiques ; l'écriture livresque par excellence.

54naskhî : qualifie souvent toute écriture livresque qu'on ne peut considérer comme relevant de la calligraphie ; le mot est souvent utilisé à tort comme synonyme de naskh.

55nassâkh : copiste.

56nastaʻliq : style d'écriture apparu en Iran, dérivé du naskh et du ta'lîq.

57nisba : élément de l'anthroponyme souvent formé à partir d'un nom de lieu d'origine, numérotation par bifeuillet : système qui consiste à ne numéroter que la première moitié des bifeuillets d'un cahier.

58nuskha : copie.

59octoèque : livre des huit modes utilisé au cours des offices chez les orthodoxes,

60paléographie : étude des écritures anciennes.

61qaṭʻ : format d'une feuille de papier ou d'un livre.

62qaṭʻ al-‘âda : le format de papier le plus courant.

63qâzî : correspond, en persan, au qâḍî del'arabe (cadi).

64qalamdâr : copiste professionnel.

65qâlib : la « forme » du papetier.

66qanun-nâme : code de lois.

67qirṭâs : appellation du papyrus, puis du papier dans les chancelleries arabes, jusqu'au XVe siècle au moins.

68quaternion : cahier composé de quatre bifeuillets, soit huit feuillets et seize pages.

69quinion : cahier composé de cinq bifeuillets, soit dix feuillets et vingt pages.

70rabat (reliure à -) : pièce de cuir articulée, prolongeant le plat inférieur d'une reliure, qu'on replie autour de la gouttière pour la protéger.

71réclame : système de prévention contre le risque de désordre des feuillets d'un manuscrit consistant à porter sur le bas d'une page le ou les premiers mots de la page suivante.

72réglure : ensemble des lignes et des colonnes qui délimitent la surface d'écriture, règlent la mise en page et servent de guide à la main du copiste.

73riqâʻ : l'un des « six styles » calligraphiques.

74rizma : rame de papier.

75rubrication : le fait d'avoir (eu) recours à une encre de couleur, généralement rouge, pour la notation des titres.

76rûmî : système numérique utilisé pour la foliotation dans des manuscrits copiés au Maghreb et en Andalus.

77sarlawh : frontispice enluminé.

78saz (feuille) : longue feuille souple et dentelée très employée au XVIe siècle dans l'art ottoman.

79scriptorium : pièce qui était réservée en Occident (en particulier dans les monastères) à la copie et la fabrication des livres.

80shâmî : nom d'un format de papier utilisé dans les bureaux de la chancellerie mamelouke, sans doute par analogie avec le format d'un papier fabriqué en Syrie.

81sidzill (sijill) : registre d'un tribunal.

82signature : numérotation des cahiers d'un volume.

83sorabe : appellation donnée aux manuscrits arabico-malgaches.

84ṭabaq : feuille de papier destinée à être assemblée à d'autres par collage pour obtenir une feuille plus large et plus longue, qu'on utilise par exemple pour y dessiner une carte de géographie.

85tafsîr : interprétation, commentaire, surtout du Coran.

86taʻlîq : écriture de chancellerie « suspendue » utilisée en Perse puis, plus rarement, écriture livresque dont la forme définitive émerge au XIIIe siècle ; nom donné par les Ottomans au nasta'liq.

87tapya : registre foncier (Bosnie).

88tchi (chinois : nuage) : motif décoratif en forme de nuage fantaisiste emprunté à la Chine.

89tekke : couvent de derviches.

90témoin : chacune des copies à travers lesquels un texte nous est connu.

91ternion : cahier composé de trois bifeuillets, soit six feuillets et douze pages.

92thuluth : l'un des « six styles » calligraphiques.

93tradition manuscrite : ensemble des témoins conservés d'un texte ; dans le présent volume, ensemble des pratiques et des techniques liées à la fabrication du livre en écriture arabe.

94ṭûmâr : le sixième d'un rouleau de papyrus ; la feuille de papier entière dans les chancelleries arabes jusqu'au XVe siècle au moins.

95unicum : le seul manuscrit conservé contenant un texte donné.

96variante : chacune des autres leçons, par rapport à la leçon considérée.

97vergé (papier) : qualifie un papier où l'on peut distinguer par transparence l'empreinte des vergeures.

98vergeures (ou fils vergeurs) : voir forme.

99waqf (ou ḥabs/ḥabûs) : système de gestion des biens où une fondation pieuse ou d'utilité publique (mosquée, madrasa, hôpital, bibliothèque...) est entretenue par les revenus d'établissements rapportant de l'argent (boutiques, caravansérails...), ceci définitivement (les biens constitués en waqf sont inaliénables). Dans le cas des livres, il semblerait qu'on se serve du waqf non pas tant pour assurer un revenu à l'institution que pour protéger ces livres contre l'« emprunt » et le vandalisme.

100waqfiyya : document enregistrant les modalités du waqf devant les cadis et des témoins. Pour les bibliothèques publiques, le waqf est le seul élément juridique susceptible de régler leur établissement. Pour les petites collections, on se contente d'inscrire la waq-fiyya sur le ou les livres entrés en waqf : le terme désigne alors l'inscription portée sur un livre pour indiquer sa qualité de waqf.

101waqfnâme : voit waqfiyya (Bosnie).

102waraq : nom moderne du papier.

103waṣl : « joint » ; feuille de largeur déterminée destinée à être collée à d'autres pour fabriquer le rouleau appelé darj.

104warrâq : fabricant ou marchand de papier ; libraire ; chef d'un atelier de copie ; copiste connaissant plusieurs des techniques liées à la fabrication du livre ; copiste professionnel ; relieur.

105zigzag : empreinte, éventuellement en forme de zigzag, laissée par les fabricants de papier arabo-andalou au milieu de feuilles de papier, peut-être pour diminuer l'épaisseur du centre des cahiers et faciliter le pliage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Glossaire », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/1183

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page