Navigation – Plan du site
Première partie – L'injure, la société, l'islam. Une anthropologie de l'injure

L’injure dans la société libanaise Les mots, le sens

Aïda Kanafani-Zahar
p. 153-164

Résumés

Dans la société libanaise, où l’organisation sociale, les pratiques de sociabilité et d’hospitalité, le sens de l’honneur, reposent sur une même culture, la culture arabe, chrétiens et musulmans éprouvent à l’égard de l’injure une même sensibilité. Ils puisent dans un même corpus sémantique, mais deux grandes sortes d’injure peuvent néanmoins être distinguées : l’injure double qui, en prenant pour cible l’honneur sexuel des femmes, la lignée, ou la religion, vise à la fois l’homme et son groupe d’appartenance, et l’injure simple qui ne vise que la personne, que ce soit par le procédé de la malédiction ou l’utilisation de qualificatifs péjoratifs. Demeure cependant le problème du rapport entre les mots et le sens, que les mots soient détournés de leur sens quand le contexte ne s’y prête pas, ou que le sens dépasse les mots et résiste aux stratégies d’évitement les plus diverses.

Haut de page

Texte intégral

1Notre propos n’est pas d’énumérer ni de recenser les injures (misabbât) libanaises mais de tenter de voir comment fonctionne l'injure dans cette société et d’en repérer les caractéristiques principales.

  • 1 Les dix-huit communautés chrétiennes, musulmanes et juive sont reconnues dans un décret-loi du 30 m (...)

2Précisons d’emblée que l’injure n’a pas de spécificité propre aux communautés qui composent la société libanaise. Si les Libanais semblent se répartir selon deux principales familles religieuses, chrétiennes et musulmanes1, un même substrat les unit : la parenté abrahamique, la langue arabe et la participation à la formation du Liban moderne. L'architecture, les modes de subsistance, les coutumes vestimentaires, les traditions alimentaires leur sont communs. Les pratiques de sociabilité et d’hospitalité, le sens de l'honneur, reposent sur une même culture, la culture arabe. De ce fait, en ce qui concerne l’injure, on peut dire que chrétiens et musulmans puisent dans un même corpus sémantique et éprouvent à son égard la même sensibilité.

3C’est cette sensibilité qu’il nous faudra ici un peu heurter pour rendre compte du phénomène et du contenu même de l’injure vécus comme ce qui est interdit et tabou, mais c’est aussi cette sensibilité que nous avons tenu à respecter, en évitant de transcrire les expressions arabes incriminées, en donnant au mieux une traduction ou en ne mentionnant que la nature de leur contenu. Nous espérons que le lecteur scientifique ne nous tiendra pas rigueur de cette imprécision volontaire.

4Le corpus dans lequel puise l’injure est d’une grande diversité mais certaines constantes sont néanmoins repérables et, dans cette tentative de clarification, il nous a semblé que deux grands types d’injure pouvaient être assez nettement distingués : l’une que nous avons intitulée l’injure double en ce qu’elle vise à la fois l’individuel et le collectif, et l’autre, l’injure simple en ce qu’elle ne vise que l’individuel.

L’injure double

5Au Liban, l'injure est une question d'hommes. Elle est dite par un homme à un homme, elle fait partie du comportement du « voyou » (az‘ar), de « l’homme fort du quartier » (qabadây), mais aussi du comportement de tout homme qui, dans une situation de conflit, aura recours à ce corpus pour offenser et « faire mal ». Et même si on entend aujourd'hui les femmes utiliser les mots de l'injure, cette dernière demeure néanmoins un domaine masculin.

6Pour injurier, un homme va mettre en cause trois grandes références. La première, on peut dire la plus utilisée, renvoie à une notion qui n’a pas vraiment d’équivalent en français et qu’on peut éventuellement traduire par l’honneur sexuel des femmes (‘irḍ) qu’il a sous sa protection et qu’il doit défendre. La deuxième référence est celle de la lignée (slîla), et la troisième celle de la religion (dîn), l’une et l’autre contribuant à constituer l’ossature de la société libanaise.

7Mais ce qu’il faut bien voir c’est qu’injurier la religion, la lignée ou l'honneur sexuel des femmes d'un homme, c'est injurier son identité, c’est l’injurier lui et le groupe auquel il appartient. Ainsi l'injure représente à la fois la transgression d’un interdit (celui de l’honneur sexuel des femmes, de la lignée, de la religion) et l’atteinte de la personne, c’est pourquoi nous la qualifions d’injure « double » en tant qu’elle atteint l'individu et le groupe.

L’honneur sexuel des femmes

  • 2 Dans la communauté musulmane, ces mêmes personnes sont d’ailleurs, avec l’oncle paternel, les tuteu (...)

8Les Libanais ont une même attitude vis-à-vis de la femme : cette dernière peut être source de ‘âr (honte, humiliation), dans le cas de non virginité avant le mariage ou dans le cas d'adultère. Puisque la femme est le lieu et l'enjeu de l'honneur (‘ir), celui-ci doit être protégé, caché (mastûr), comme le proverbe le dit : « Laboure ta terre et cache ton ‘irḍ » (flâ arḍak wa stûr ‘irḍak). Pudeur (ḥayâ’ ) et retenue (hishmi) sont les vertus dont elle doit faire preuve, et ne pas prononcer des mots injurieux en est un des aspects. On dit d'une femme qui manque quelque peu à cette réserve, qu’elle est « la sœur des hommes » (ikhti l-rjail). Mais, en dernière instance, et c’est là l’important, c’est au père et au frère qu’il revient de faire respecter cet honneur « sexuel », ce ‘irḍ, ils en sont les gardiens : « … les hommes sont responsables de l'honneur des femmes de leur famille, honneur associé à la pureté sexuelle de celles-ci, tandis que leur honneur propre découle, dans une large mesure, de la façon dont ils s'acquittent de cette responsabilité » (Pitt-Rivers, 1983 : 127). En effet, si les femmes symbolisent la continuité de la communauté, ce sont les hommes qui veillent au respect de ses règles et assurent son intégrité2. L’honneur sexuel des femmes est celui d’une société patriarcale et c’est aux hommes qu’il appartient de le défendre.

  • 3 Selon la formile d’Edmond Rabbath (1973).
  • 4 Sur quelques implications du régime communautaire sur les relations interreligieuses : Kanafani-Zah (...)

9Dans ce même domaine, d’autres comportements sont aussi considérés comme une atteinte à cet honneur. Il en est ainsi du mariage par rapt, déshonneur pour l'autorité parentale et véritable défi. Il s’agit évidemment de mettre les parents devant le fait accompli pour les contraindre à accepter une union. Dans le passé ces mariages faisaient l’objet de sanctions sévères ; dans la société actuelle, si une femme n'est plus tenue d'épouser son cousin paternel, elle reste toutefois soumise à une autre obligation, celle d'épouser un homme possédant la même confession qu’elle. En effet, au Liban le religieux définit les normes de l’échange des femmes et, en vertu du « régime communautaire3 » qui délègue la gestion des questions de statut personnel des individus aux autorités religieuses, les seuls mariages qui peuvent se contracter sont confessionnels puisque le mariage civil n’existe pas4. Cette forme d'organisation matrimoniale a, au Liban, un substrat politique et ne relève pas uniquement des structures de parenté. Les femmes font partie d'un patrimoine social, religieux et politique, défendre le ‘irḍ revient ainsi à défendre une communauté et son territoire.

10Il est cependant important de distinguer deux sortes d'injures portant sur cet honneur sexuel des femmes ou ‘irḍ.

11— La première consiste à désigner l’organe sexuel de la mère et de la sœur d’un terme connoté comme grossier et vulgaire (« le… de ta mère », « le… de ta sœur »), mais cette injure ne vise que ces deux statuts, mère et sœur, c’est-à-dire les femmes que tout homme est censé protéger, dont tout homme est responsable ; elle n’est jamais employée pour l’épouse ou les filles dont le comportement sexuel fait pourtant aussi partie de cet honneur. L’injure peut être renforcée en ajoutant des mots grossiers qualifiant l’homme auquel l’injure s’adresse (« maquereau » par exemple) ou la personne support de l’injure, la mère ou la sœur (« putain » par exemple).

12Une particularité intéressante par rapport à l’injure désignant l’organe sexuel de la sœur et uniquement elle, est une formulation qui associe en quelque sorte plusieurs générations de sœurs (du père ou de la mère) et donc d’une certaine façon toute la lignée, quelque chose comme par exemple : « Le… de ta sœur sur (‘alâ) la sœur de celle [ou de celui] qui t’a faite ». La désignation de l’organe sexuel féminin à connotation grossière peut être éludée, elle reste pourtant sous-entendue et personne n’est dupe, l’effet de l’offense est cependant un peu amoindri. Pourquoi cette formulation ne concerne-t-elle que la sœur et non la mère ? On peut faire l’hypothèse que, par son intermédiaire, les deux lignées, paternelle et maternelle, peuvent être touchées.

13— La deuxième sorte d’injure concernant l’honneur « sexuel » des femmes consiste cette fois à employer le mot ‘irḍ lui-même, qui alors désigne l’ensemble des femmes de la famille. Mais, ici, les termes qui y sont associés ne sont pas ceux de l’organe sexuel féminin (comme c’était le cas pour la mère et la sœur), c’est l’acte sexuel lui-même, nommé de façon grossière et vulgaire, du style « Je… ton ‘irḍ ». Un autre mot, qui représente aussi l’honneur par l’intermédiaire des femmes, joue le même rôle, c’est celui de ḥarîm qu’on peut traduire par gynécée.

14Les termes ‘irḍ et ḥarîm peuvent être non plus associés à l’acte sexuel mais faire l’objet de malédiction : « Dieu maudisse ton ‘irḍ » (yil‘an ‘irḍak), « Dieu maudisse ton ḥarîm »(yil‘an ḥarîmak). Le nom de Dieu peut être élidé en arabe mais il est toujours sous-entendu (c’est la raison pour laquelle nous le mentionnons dans la traduction, ce que la formule passive « maudit soit ton… » ne rendrait pas forcément). Il est intéressant de noter une autre formule courante, dans laquelle au lieu du terme maudire, on a le mot « brûler » : « Dieu brûle ton ‘irḍ [ou ton ḥarîm» (yiḥriq ‘irḍak [ou ḥarîmak]). L’utilisation de ce terme brûler reste pour nous une énigme. On peut aussi entendre l’expression yifḍaḥ ḥarîmak (de faḍa a : divulguer, dévoiler), dans laquelle on insinue une mise sur la place publique du ‘irḍ.

15L’injure s’en prend ainsi à l’honneur sexuel des femmes pour atteindre celui qui en est en quelque sorte responsable et qui se doit de le défendre.

La lignée

16C’est l’autre grande injure double très répandue au Liban. Pour injurier la lignée, les termes employés sont ceux de la malédiction : « Dieu maudisse ta lignée » (allâh yil‘an slîltak) [ou yil‘an slîltak].

17À la place de toute la lignée, ce peut être uniquement le père : « Dieu maudisse ton père » ([allâh] yil‘an abûk). Maudire le père est plus commun que maudire la lignée et dans cette société patriarcale, comme disent les adages, « Le père est assimilé à Dieu » (il-ab rabb), ou « La satisfaction du père est celle de Dieu » (riḍâ’ al-ab min riḍâ’ al-rabb), ou encore « La colère du père est celle de Dieu » (ghaḍab al-ab min ghaḍab al-rabb).

18Mais ce peut être aussi la mère et le père de la mère qui sont également visés. Leur âme et leur sang sont maudits ou – et on retrouve encore ce terme – brûlés : « Dieu brûle l’âme de ton père [ou de ta mère] » (yiḥriq rûḥ bayyak [ou ummak]), « Que Dieu brûle le sang de ton père [ou de ta mère] » (yiḥriq dam bayyak [ou ummak]).

19Au lieu de désigner le père ou la mère directement, l’injure peut se référer à la lignée en utilisant des périphrases : « Dieu maudisse ta constitution corporelle » (yil‘an jabiltak), « Dieu maudisse l’âme de celui ou celle qui l'a mise au monde » (yil‘an rûḥ yalli khalaqak), « Dieu maudisse les os de celui ou celle qui t’a donné naissance » (yil‘an iḍâm yalli khalaqak), « Dieu maudisse l'heure où tu es née » (yil‘an sâtak), « Dieu maudisse la terre de tes morts » (yil‘an turâb amwâtak), etc. Ou encore en milieu rural : « Dieu brûle [ou maudisse] l'âme de celle qui t'a salé » (yiḥriq [ou yil‘an] dam yalli malaḥitak). Il est en effet encore de coutume dans certains villages de saler le nouveau-né pour le purifier.

20En dehors de la malédiction, il faut noter que, tout comme pour l’honneur, il est fait appel pour injurier la lignée à l’emploi de termes à connotation grossière et vulgaire désignant l’acte sexuel, du type « Je… ta lignée ».

21Il est évident qu’un des moyens pour porter atteinte à la personne par rapport à sa lignée revient tout simplement à nier qu’il en ait une, comme dans la formulation « Fils du péché » (ibn al-ḥarâm), c’est-à-dire fils de deux personnes non mariées religieusement.

22Pour renforcer l’injure, des adjectifs peuvent aussi venir qualifier négativement la lignée : « Dieu maudisse ta sale lignée » (yil‘an slîltak il-wiskha), ou « débauchée » (‘âhira), impure (nijsi), etc.

23L’injure qui pour s’attaquer à un homme prend pour cible sa lignée est donc bien là encore une injure « double », mais il y a néanmoins, semble-t-il, une différence avec celle qui porte atteinte à l’honneur sexuel des femmes, celui-ci se doit d’être caché, non mis sur la place publique, tandis que la lignée doit être connue et même exhibée avec fierté. De plus, si l’on peut dire que l’homme est d’une certaine façon responsable de l’honneur sexuel des femmes, il ne peut évidemment pas l’être en ce qui concerne sa lignée. Dans les deux cas l’injure est double certes, mais celle qui vise la lignée n’est-elle pas en fin de compte la plus « indéfendable », au sens où l’on ne peut se défendre contre ?

La religion

24Injurier quelqu’un par le biais de sa religion constitue selon nous la troisième sorte d’injure double. Il faut rappeler qu’au Liban l’appartenance religieuse est une composante dominante de la définition identitaire, ce qui s’explique en partie par le rapport particulier existant entre les communautés religieuses et l’État. En effet, la communauté religieuse est une entité autonome, elle est une personnalité juridique et morale à part entière, avec un chef qui a des fonctions à la fois spirituelles et temporelles. Nous avons mentionné plus haut que c’est aux autorités religieuses qu’il revient de gérer les questions de statut personnel des individus. Chaque individu doit par conséquent être identifié par une communauté qu'il soit croyant ou non. Il naît, se marie, et meurt dans le giron communautaire. Ce régime de communautés juridiquement autonomes est une tradition arabo-musulmane perpétuée par les Ottomans et entérinée par l'État libanais. Facilement exploitable, le phénomène religieux est, du fait de son institutionnalisation politique, le chaînon fragile de l'identité libanaise.

25Ainsi, du côté musulman comme du côté chrétien, les traditions religieuses sont profondément ancrées et les pratiques observées avec ferveur. La culture des Libanais apparaît comme une culture de dévotion (khushû‘ ), qui se ressent dans la fidélité à l'exercice des cultes, à l'intérêt donné à l'éducation religieuse des enfants, ainsi que dans les paroles et dans les gestes quotidiens. Les phrases sont souvent ponctuées par le nom de Dieu, de la Vierge, du Prophète. On jure par Allâh, par le Christ ou par le Prophète (waḥyât allâh, waḥyât al-masîḥ, waḥyât al-nabî) ; quand une personne trébuche on lui dit allâh ! chez les musulmans et « La Vierge » (yâ ‘adra !) chez les chrétiens, sous-entendu « te protège » (tiḥmîk). Chrétiens comme musulmans, pour dire au revoir, disent « Que Dieu soit avec toi » (allâh ma‘ak), et pour tout projet, « Si Dieu le veut » (in shâ’a allâh), etc. Les espaces d'habitation eux-mêmes reflètent cette dévotion. Les maisons chrétiennes sont ornées par des statues de la Vierge et d’images saintes (Saint-Charbil, Sainte-Rita, Saint-Joseph portant Jésus, etc.). Un sanctuaire « paradis » (mzâr) est installé dans une pièce où l'on brûle de l'encens et où on allume des bougies. Des croix ornent les entrées des habitations et, en milieu rural, les seuils des chambres de provisions ainsi que les étables. Dans les habitations musulmanes des calligraphies saintes et un tableau des quatre-vingt dix neuf attributs de Dieu ornent les murs. Les messes, le rôle central du prêtre et les pèlerinages d'un côté, les prières quotidiennes, les pèlerinages et la parole du Coran de l'autre, affirment et rappellent des identités religieuses de chaque communauté. « L’amour de la patrie [vient] de la foi », (ḥubb al-waan min il-îmân), dit un proverbe. Dans ce contexte, on comprend que s’en prendre à la religion d’une personne est un acte grave.

26Les formules utilisées pour injurier la religion emploient en général le verbe maudire, ou encore brûler comme on l’a vu plus haut, que ce soit envers la religion dans son ensemble – « Dieu maudisse [ou brûle] ta religion » (yil‘an [ou yiḥriq] dînak) –, ou dans ses divers symboles, comme la confession (â’i), Dieu, le Prophète Muḥammad, le Coran (al-qur‘ân), la croix (alîb) ou le Christ (almasîḥ). Les injures peuvent ainsi se référer à la religion que celui qui injurie sait être celle de la personne injuriée. L'injure est double car l’agression est ici encore dirigée vers une entité plus globale que la personne, elle vise la communauté de la personne, le symbole de son identité, l’emblème de son appartenance.

27Nous n'avons pas relevé d’injures visant des communautés particulières, si ce n’est parfois la malédiction envers le millet, communauté religieusement autonome, dite à l’encontre d’une personne chiite, ou envers le madhhab (école juridique sunnite), dite à une personne sunnite. Lorsque la personne qui injurie est de même confession, l'impact généralement est moindre. On peut rappeler qu’injurier une personne chiite par le biais de son millet c’est l'humilier car c'est lui rappeler la condition marginale qu’avaient les chiites durant l'occupation ottomane, quand le sunnisme était religion d'État et que sa communauté n’était pas considérée comme un millet, à la différence des communautés chrétiennes et juive. Privés du statut de millet, ils dépendaient juridiquement des tribunaux sunnites, tout comme d’ailleurs d'autres minorités musulmanes (druzes, ismaéliens, alawites), toutes issues du chiisme. Ils n’obtinrent une autonomie qu'en 1926, avec le Mandat français, et purent alors exercer leur droit de juridiction en matière de statut personnel.

  • 5 Injures le plus souvent entendues sur les fréquences cibistes.

28Dans cette optique de l’injure double, il n’est pas inintéressant de remarquer que ce sont, semble-t-il, les injures portant sur la religion qui ont été exploitées par les miliciens durant la guerre (1975-1990)5. La religion, le Christ ou le Prophète étaient non seulement maudits, mais des obscénités sexuelles y étaient souvent associées. Les injures étaient d'une grande violence, elles exprimaient la haine et parfois déclenchaient les combats.

29Ces injures entre miliciens ont été particulièrement importantes durant « la guerre des deux ans » (1975-1976) quand Beyrouth était divisée « en deux » – « l’est-chrétien » et « l’ouest-musulman » – et que la guerre était alors strictement religieuse. Les deux camps étaient barricadés au centre ville divisé le long des lignes de démarcation entre les deux « sections » de Beyrouth. Le centre ville, noyau commercial, financier et administratif, qui était également le principal lieu vivant de la coexistence entre Libanais – églises de différentes dénominations et mosquées témoignaient de cette riche mixité – fut détruit dès les premières heures de la guerre, et avec lui disparurent la prospérité financière et la diversité religieuse. La religion a ainsi été utilisée pour séparer, et l'injure exploitée pour exacerber les identifications et les divisions.

30Les miliciens s’acharnaient de part et d'autre à entretenir la tension pour maintenir la capitale « coupée en deux », ils se provoquaient à coup d’injures.

31Il est bien évident en tout cas que, dans le contexte particulier de la guerre et donc d’un antagonisme poussé à l’extrême, l’injure double qui injurie à la fois la personne et son groupe d’appartenance a une tout autre portée et des conséquences beaucoup plus graves que celle qui utilise les mêmes procédés en temps de paix.

L’injure simple

32Nous intitulons ainsi, précisément pour l’opposer à l’injure double, l'injure qui est de nature strictement individuelle et qui vise la personne sans impliquer son groupe d'appartenance.

33On peut toutefois distinguer, semble-t-il, deux sortes de ce type d’injure : l’une qui relève du procédé de la malédiction de la personne, et l’autre qui est une désignation de la personne par des qualificatifs péjoratifs.

La malédiction de la personne

34La malédiction (lani) la plus fréquente est « Que Dieu te maudisse » (allâh yil‘anak) ou dans sa forme passive « Que la malédiction de Dieu soit sur toi » (la‘nat allâh ‘alayk). La malédiction est considérée comme une infamie. On dit qu’elle « frappe » tel le mauvais œil qui frappe son objet et le foudroie. Dite par une autorité religieuse elle est redoutable et on la craint. C’est d’ailleurs la seule injure qui peut être proférée par les religieux.

35Proches de la malédiction, on trouve nombre d’imprécations exprimant le souhait qu’un malheur, ou une maladie ou même la mort, s’abatte sur la personne. Ces imprécations très dures connues en arabe sous le nom de al-du‘â ‘alayhi, consistent en fait à invoquer Dieu contre une personne et non en sa faveur qui se dit alors al-du‘â lahu. On entend des formules comme « Qu'une épreuve t'entoure » (il-bili tistirak), « Que Dieu ne te fasse pas prospérer » (allâh lâ yuwaffiquka), « Que ton cœur devienne aveugle » (que tu perdes tout discernement) (‘ama biqalbak), « [Que Dieu] coupe ta vie » (yiqta‘ ‘umrak), « Que la mort fasse malheur de ce visage » (almût yiblî hal wijh), « [Que Dieu] brise [ou brûle] ton âge » ([allâh] yiquf [ou yiḥriq] ‘umrak), « Que Dieu] brûle ton sang » (yiḥriq dammak), ou encore « [Que Dieu] lui envoie quelque chose qui détruise » (yib‘atlak ḥâl), « Que Dieu détruise ta maison » (allâh yikhrib baytak). Les maladies souhaitées sont le plus souvent la lèpre : « Que celle qui mange te mange » (il-âkli tâ’klak), la fièvre de tuberculose, « Que la fièvre [de tuberculose] te cuise [ou te brûle] » (il-ḥimma tisliqak [ou tiḥriqak]), ou encore le cancer. On notera cependant que dans certaines familles qui ont été touchées par la tuberculose ou le cancer, il est défendu de les utiliser.

Les qualificatifs péjoratifs

36Ce procédé consiste à désigner la personne par des qualificatifs qui ont dans la société des valeurs négatives. Les qualificatifs utilisés sont les plus généralement tel ou tel animal et les termes scatologiques. La désignation, lorsqu’elle s’adresse directement à la personne, est généralement précédées du , indiquant le vocatif et servant à renforcer l’interpellation. Les animaux les plus employés pour injurier quelqu’un sont le chien (kalb), symbole de servilité, le cochon (khanzîr), symbole d'impureté et de dégoût, l'âne (ḥimâr), symbole de stupidité, la mule (tays) d'opiniâtreté et l’ours (dibb) de lourdeur.

37Il est évident que ces injures simples peuvent renforcer une injure double, comme par exemple la formulation : « Que Dieu maudisse ton père, chien » (yil‘an abûk, kalb), et l’on voit bien qu’elles ne sont pas de même nature.

38On saisit en tout cas nettement la différence entre ces deux sortes d’injure simple. Ainsi, celle qui relève de la malédiction joue sur la croyance par rapport à ce qui est dit, la malédiction fait en quelque sorte office de prédiction, c’est une injure qui fait peur et c’est pourquoi elle est en fait relativement peu utilisée. Tandis que les qualificatifs négatifs ne sont que des marques de dévalorisation de la personne et des signes de rejet destinés à blesser et humilier.

39Et si nous avons insisté sur les injures utilisant la malédiction et l’imprécation, donc ayant recours à l’intervention de Dieu, c’est bien parce que celles-ci nous semblent être une conséquence directe de l’importance du religieux dans la culture libanaise.

L’injure, les mots, le sens

40Pour poursuivre cette tentative de clarification du phénomène de l’injure dans la société libanaise actuelle, il nous semble important de soulever ici la question du rapport entre les mots et le sens.

41On observe en effet d’une part que les formules de l’injure, qu’elle soit double ou simple, peuvent être utilisées sans pour autant avoir un effet injurieux, car la situation dans laquelle elles sont prononcées empêchent en quelque sorte qu’il y ait un effet injurieux. Il en est ainsi notamment dans le cas de l’injure sans interlocuteur (l’injure qui ne s’adresse à personne) et dans le cas de l’injure en contexte amical ou injure affectueuse.

42Mais d’autre part, on observe tout autant l’importance des mots, la véritable fascination qu’ils exercent, et les conséquences démesurées qu’ils peuvent entraîner, comme si le simple fait de les formuler était chargé d’un sens qui d’une certaine façon dépasse celui qu’ils sont censés véhiculer. Au point qu’il peut être nécessaire de les transformer et au point qu’il est extrêmement difficile, même dans un article scientifique, de citer des termes et des expressions ayant une forte connotation grossière et vulgaire dont la seule prononciation, ou la seule écriture (et lecture), est ressentie comme étant elle-même une grossièreté et une vulgarité, et donc d’une certaine façon une injure. Au point enfin que toute injure nécessite une réplique, un retour à l’envoyeur, afin d’éloigner ces mots néfastes, de les retourner sur l’autre pour en annuler l’effet.

Quand les mots sont détournés de leur sens

43Nous avons repéré deux cas – mais il y en a peut-être d’autres – dans lesquelles l’emploi des mots de l’injure n’entraîne pas un effet injurieux.

L’injure sans interlocuteur

44Il est des situations de stress, comme par exemple la conduite automobile, où toutes les injures que nous avons relevées sont dites, avec la même intonation tempétueuse, mais en ne s’adressant à personne, sans interlocuteur, elles restent à l’intérieur de la voiture. On peut alors se demander si l’on est encore dans le cadre de l’injure. Les qualificatifs négatifs, les formules de malédiction, l’injure double prenant pour cible l’honneur, la lignée ou la religion, ne véhiculent plus un sens à transmettre à quelqu’un. L'injure n’est plus qu’une sorte de défoulement. Mais que le conducteur énervé sorte sa tête par la vitre de la voiture et la situation change, les mêmes mots s’adressent alors à une personne, ils ne sont plus l'expression d'un défoulement, ils prennent sens.

45Il est fréquent d’utiliser les mots des injures dans une conversation mais ceux-ci sont alors une manière de parler expressive. Par exemple une personne pourra dire à une autre en parlant d’une troisième, non présente, « elle va brûler ma religion », c’est-à-dire qu’elle sera fâchée. Ou encore on pourra entendre cette réflexion : « Cette maison a besoin d’un ménage, fils de chien » (qui qualifie le ménage). Mais on peut se demander si l’on est encore dans le phénomène de l’injure. On serait alors plutôt dans le cas du juron, « où il n’y a ni injuriaire ni injurié » (Larguèche, supra).

L’injure en contexte amical

46Une bonne partie des injures que nous avons identifiées, y compris celles qui expriment un souhait de mort ou de maladie, peuvent être dites en signe d'affection. Ici ce sont le ton, l’intonation, la mimique qui accompagnent les mots, qui prévalent sur le sens. Dans ce contexte, les femmes ont repris à leur compte le corpus de l'injure, elles utilisent comme les hommes « l'injure affectueuse ». Sortis d'un contexte de conflit, dits avec une intonation douce, les mêmes mots menaçants expriment l'opposé du sens du mot, et notamment la tendresse et l'amitié « Maudit sois-tu, que tu es mignon » ou « Que ta religion soit brûlée, que tu es beau », etc. On a donc l’effet inverse de celui qu’on attend en général de ces mots de l’injure, ce qui normalement divise et agresse non seulement n’a pas d’impact mais devient même un signe, ou d’une certaine façon une preuve, de l’existence d’un lien si fort que de tels mots ne peuvent l’atteindre. Notons toutefois que les injures exprimant un souhait de mort pour une personne sont parfois mal prises, malgré le contexte amical.

Quand le sens dépasse les mots

47On peut dire que d’une façon générale l’injure est le plus souvent évitée volontairement car le recours à une injure double notamment, prenant pour cible l’honneur, la lignée ou la religion, ne risque pas seulement d’entraîner une réplique de même nature mais bel et bien de conduire à la violence physique. La personne à qui s’adresse une telle injure ne peut pas y voir un simple défoulement, ou l’expression d’une colère, elle ressent l’agression de sa personne, l’intention maligne de bafouer ses valeurs. On comprend dans ces conditions que, si le sens dépasse les mots, il apparaisse nécessaire d’éviter les mots pour échapper au sens.

Les mots transformés

48Il est un moyen couramment employé pour ne pas prononcer les termes de l’injure, c’est de les transformer. Ainsi quelqu’un rapportant une dispute causée par une injure, dira : « Il l'a insulté avec le kâf et le sîn » (sabbahu bi-l-kâf wa lsîn) qui sont les deux lettres du mot désignant l’organe sexuel féminin.

49L’impact de la transgression est ainsi amoindri, même si personne n’est dupe. Ainsi, au lieu de dire yil‘an on dira yin‘al. Du verbe la‘ana, maudire, on est passé à na‘ala qui, en dehors de ce contexte, veut dire chausser, ou ferrer un cheval, et n’a donc plus rien à voir avec la malédiction. Autre exemple : le mot shlikki qui veut dire putain et est utilisé dans une injure comme akhû l-shlikki (frère de la putain) est souvent transformé en shlîti, et l’injure devient akhû l-shlîti, qui en soi n'a pas de sens. De même le mot ḥarîsh vient parfois remplacer celui de ḥarîm dans une injure, que ce soit dans un contexte d’agression ou en plaisanterie dans un contexte d'amitié, ou tout simplement inséré dans une phrase lors d'une conversation.

Les mots renvoyés

50C’est tout simplement la technique de la réplique. A toute injure il faut impérativement répondre. Une injure appelle une contre-injure, l’offense une contre-offense. La réplique évite de perdre la face, elle rétablit l’honneur que l’injure a entaché et l’ordre dans le rapport social qu’elle a un moment fait vaciller. Il suffit pour cela de renvoyer les mots sur l’offenseur, mais il peut y avoir surenchère. Ainsi, à la malédiction « Que Dieu te maudisse » (allâh yil‘anak) il peut être simplement répondu « Que Dieu te maudisse, toi » (allâh yil‘anak, inta), mais à une injure « double » du style « Que Dieu maudisse ta religion », la réponse par exemple « Que Dieu maudisse ton Christ [ou ton Muḥammad] » sera plus forte parce que plus adaptée à la religion de la personne, il y aura donc surenchère et provocation car l’autre devra trouver à son tour une réplique. De même par rapport à l’injure sur l’honneur sexuel des femmes (‘irḍ), celle qui vise la mère et la sœur est plus grave que celle qui se réfère à toutes les femmes.

51En ce qui concerne la malédiction de la personne et les imprécations diverses, il semble que la réplique ait encore une autre fonction qui est celle de conjurer, de neutraliser, d’exorciser le mauvais sort, comme on neutralise le mauvais œil. Répéter les mots et les renvoyer sur l’autre font que d’une part on s’en rend maître le temps de les prononcer et que d’autre part on peut ainsi les utiliser contre l’autre.

* * *

52Nous avons essayé de rendre compte ici de ce qui nous semble être caractéristique du phénomène de l’injure dans la société libanaise et, pour conclure sur ce bref essai de clarification, nous insisterons sur deux points. Le premier concerne l’importance de l’injure « double » qui se traduit jusque dans les termes puisque, lorsque débute un tel processus qui peut entraîner l’escalade, l’insulté s’offusque en disant : kîf ‘amm tsibillî, ce que l’on entend comme : « comment oses-tu m’injurier ? » alors que littéralement on a : « comment oses-tu injurier ce qui est à moi (tsibillî) ? » et non (tsibinî). Il en est de même avec la formule que nous avons donnée de l’injure transformée : « Il l’a insulté avec le kaf et le sîn », lors-qu’il s’agit d’une injure double on dira sabballu, [et non sabbahu] bi-l-kaf wa lsîn, insistant ainsi sur llu (déformation de lahu) ce qui est à lui, ce qui lui appartient, et ne concernant pas sa seule personne comme c’est le cas dans l’injure simple.

53Le deuxième point concerne le procédé de la malédiction et des imprécations dont il convient de dire qu’il est le moins utilisé parce ce qu’il est en fait le plus redoutable, le plus craint. L’intervention de Dieu à laquelle il est fait appel fait peur et le mal qui est souhaité est ainsi toujours pensé comme pouvant se produire. Et même lorsque celui que de telles paroles concernent, n’y apporte aucune foi, l’entourage ne manque pas de leur accorder quelque crédit.

54Il faut encore préciser que l’injure, qu’elle soit double ou simple, est en principe adressée à un égal, le plus souvent à quelqu’un de la même génération, et qu’elle est particulièrement désapprouvée lorsqu’elle vise une personne d’un statut (par l’âge ou la fonction) impliquant le respect. Ainsi un homme peut injurier un homme aux cheveux blancs en ayant recours à l’injure double portant sur l’honneur sexuel des femmes mais aussi à l’injure simple contre sa personne en disant par exemple : « Le… de la sœur de ces cheveux blancs », mais il est tout de suite catalogué comme un voyou. La réprobation ne concerne d’ailleurs pas seulement le fait d’être insulté mais elle touche l’emploi des mots eux-mêmes, ces mots considérés comme interdits, tabous, qui ne doivent pas être prononcés devant telle ou telle personne (parents notamment), ou encore dans tel milieu social, ces mots que, même dans une communication scientifique, il nous est si difficile d’écrire.

Haut de page

Bibliographie

KANAFANI-ZAHAR A., 2000, « Pluralisme relationnel entre chrétiens et musulmans au Liban : l’émergence d’un espace de “laïcité relative” », in Archives de Sciences Sociales des Religions, 2000, 109, p. 119-145

PITT-RIVERS J., 1983, L’anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem, Paris, Le Sycomore.

RABBATH E., 1973, La formation historique du Liban politique et constitutionnel. Essai de synthèse, Beyrouth, publication de l’Université libanaise (rééd. 1986).

Haut de page

Notes

1 Les dix-huit communautés chrétiennes, musulmanes et juive sont reconnues dans un décret-loi du 30 mars 1936 modifié par les décrets 146 du 18 novembre 1938 et 53 du 30 mars 1939.

2 Dans la communauté musulmane, ces mêmes personnes sont d’ailleurs, avec l’oncle paternel, les tuteurs matrimoniaux.

3 Selon la formile d’Edmond Rabbath (1973).

4 Sur quelques implications du régime communautaire sur les relations interreligieuses : Kanafani-Zahar, 2000.

5 Injures le plus souvent entendues sur les fréquences cibistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aïda Kanafani-Zahar, « L’injure dans la société libanaise Les mots, le sens », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/1203

Haut de page

Auteur

Aïda Kanafani-Zahar

CNRS, groupe des Sciences de la religion, IRESCO, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page