Navigation – Plan du site
Première partie – Mahdisme et millénarisme en Islam

Eschatologie alchimique chez jâbir ibn Hayyân

Pierre Lory
p. 73-92

Résumés

Le Corpus des écrits attribués à l'alchimiste Jâbir ibn Hayyân, achevé vraisemblablement dans la première moitié du Xe siècle, contient des éléments d'une doctrine escha-tologique ultra-chiite assez originale. Celle-ci ne se prononce pas sur les questions de succession de l'imamat qui avait déchiré le mouvement chiite. Pour elle, la rencontre avec l'Imam a lieu par le truchement du savoir, et tout particulièrement par la compréhension des secrets de l'alchimie, science totale, universelle. Le présent article tente d'en dégager des données nouvelles à partir de l'analyse du traité Kitâb al-Bayân. Ce texte suggère que la libération collective de l'humanité des chaînes de l'ignorance aura lieu grâce à la diffusion de ces sciences ésotériques. À la fin des temps, un personnage messianique divino-humain désigné comme le Bayân viendra rendre manifeste le caché, et accomplir ainsi le destin de l'humanité entière.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

  • 1  2 982 titres selon le répertoire établi par P. Kraus (1943) ; auxquels F. Sezgin (1971 : 268-269) (...)

1L'imposant corpus des œuvres attribuées à Jâbir ibn Hayyân1 intéresse principalement, on le sait, l'alchimie et la pharmacopée, la philosophie et les sciences naturelles, la magie et les sciences occultes. Il serait plus exact en fait de dire que son propos tend à souligner la solidarité profonde, la cohérence intime qui noue ensemble toutes ces disciplines. L'entreprise la plus originale de l'école jâbirienne aura été d'élaborer un système de correspondances entre phénomènes naturels et mécanismes linguistiques, la Balance des Lettres (mîzân al-hurûf). Rien n'échappe à cette lecture totalisante du milieu humain — y compris bien sûr sa finalité et son accomplissement historique. Nous voudrions attirer ici l'attention sur un traité jâbirien intitulé le Livre de l'Explication (Kitâb al-Bayân), qui révèle les liens existant entre l'explication linguistique, l'élucidation intellectuelle, le Grand Œuvre alchimique et la manifestation eschatologique d'un personnage prophétique désigné précisément comme le Bayân. Mais il importe de revenir quelque peu sur les présupposés de l'ultra-chiisme jâbirien.

  • 2  Ainsi concluait-il son dernier texte sur la question (Kraus 1941/2 : 97) : « (Jâbir) puise dans l' (...)

2La dimension eschatologique du message jâbirien affleure en effet dans plusieurs parties du Corpus, mais d'une façon fragmentée et allusive. C'est la raison pour laquelle Paul Kraus, après avoir publié son magistral Jâbir ibn Hayyân — Contribution à l'histoire des idées scientifiques dans l'Islam (1942/1) et son répertoire analytique des œuvres jâbiriennes (1943), avait eu pour projet de rédiger un troisième volet traitant des doctrines religieuses de l'école jâbirienne, et tout particulièrement de leur rapport avec l'ismaélisme. Son point de vue, notons-le, avait sensiblement évolué au fil des années. Dans un premier article (Kraus, 1930), il considérait Jâbir comme un membre déclaré de la da'wa ismaélienne pro-fatimide. L'originalité de la position jâbirienne lui apparut cependant de plus en plus au fil de ses recherches2. Sa fin tragique empêcha la maturation du projet d'une synthèse définitive. Toutefois, nous avons eu l'occasion de consulter les éléments de ses notes manuscrites conservées alors à l'IFAO au Caire lors de deux missions en Egypte en 1988 et 1989 : il comporte à l'état de brouillons des chapitres destinés à composer ce dernier grand travail d'érudition. Ces textes sont assez fragmentaires et non publiables en l'état ; nous en avons résumé les tenants essentiels dans une précédente publication (Lory, 1989 : 155 sq). La thèse défendue par Kraus était que les auteurs jâbiriens auraient en quelque sorte travesti des éléments d'une gnose ultra-chiite sous des spéculations alchimiques ou astrologiques visant à justifier indirectement la théorie de la venue prochaine d'un mahdi (fatimide ?) et à annoncer un bouleversement universel amenant l'abolition de la charia qui leur était contemporaine. Cette perspective a été adoptée, sous un angle un peu différent, par Yves Marquet dans un ouvrage plus récent (1988). Nous avons pour notre part entrepris une analyse systématique des doctrines ima-mologiques de l'école jâbirienne dans Alchimie et mystique en terre d'Islam (1989). Le présent article se veut un approfondissement de l'un des aspects de cette imamologie : la figure du Qâ'im, du prophète-imam devant inaugurer l'ère eschatologique de l'histoire humaine. Rappelons quelques points de cette vision de l'histoire sacrale sous-tendant cette attente eschatologique.

3– Jâbir ibn Hayyân se donne comme le disciple direct de l'imam Ja'far al-Sâdiq (m. en 765) ; la totalité de ses livres auraient été écrits avec l'aval, voire sous l'inspiration ou même la dictée du Maître. Or, les travaux de P. Kraus l'ont montré de façon convaincante, les traités jâbiriens ont en fait été rédigés lors d'une période s'étendant du milieu du IXe au milieu du Xe siècle (Kraus, 1943 : LXV). Les passages imamologiques du Corpus jâbirien devaient donc proposer des réponses à des questionnements posés aux mouvements pro-alides de cette époque plus tardive, tout en maintenant la fiction d'un enseignement ja'farien. L'originalité de la position jâbirienne réside justement dans sa tentative de transcender les questions de la succession à l'imamat qui divisaient le courant chiite à cette époque, laquelle recouvre, on le constate, la période de l'Occultation mineure des Duodécimains.

4– Les auteurs jâbiriens manifestent en effet des tendances concordistes. Dans le trente-huitième chapitre du Livre des Cinquante (K al-Khamsîn, éd. Kraus, 1935 : 495 sq), ils énumèrent les questions de succession qui s'étaient posées aux Alides depuis la mort de 'Alî jusqu'à la désignation du successeur de Ja'far al-Sâdiq. Ils suggèrent la possibilité de l'existence d'un double imamat et, pour chaque imam d'un discours pluriel variant en fonction de l'auditoire (Lory, 1989 : 92-93 ; 96). Ils ne se risquent pas à spéculer sur la situation qui prévaudra après l'imamat de Mûsâ al-Kâzim (m. en 799). Mais ils introduisent par contre une hiérarchie des figures d'initiés, de cinquante-cinq formes de « personnes spirituelles » (ashkhâs rûhâniyya) participant à la fois des natures humaine et angélique, et constituant sans doute moins les dignitaires d'une hiérarchie d'une organisation constituée qu'une pluralisation des fonctions de l'imam parmi un ensemble d'initiés chiites, chacun manifestant un de ses aspects dudit imam (Kraus, 1942-2). Ces personnes, visiblement, ne symbolisent pas le plérôme angélique guidant les hommes, elles le constituent. Essentielle ici est la figure de l'Orphelin (al-Yatîm), désigné également comme le Glorieux (al-Mâjid). L'Orphelin n'est pas alide par son ascendance charnelle, mais par son degré de compréhension spirituelle qui fait de lui un authentique adopté par l'imam, accédant aux plus hauts niveaux de la gnose (Corbin, 1986 : 3e partie ; Lory, 1989 : 81-82). Point essentiel que nous trouverons en filigrane dans la problématique du Livre de l'Explication.

5Enfin, les auteurs jâbiriens replacent leurs spéculations dans le cadre d'une histoire sacrale profondément spiritualiste. Les âmes humaines, immergées dans les ténèbres de la matérialité, sont invitées par les personnes prophétiques à lutter pour parvenir petit à petit à la lumière de la gnose, et ce au cours de « réincarnations » (takrîrât) successives. Le but pour chaque personne est d'entrer dans le plérôme des « personnes spirituelles » angéliques car « quiconque accomplit et profère la vérité est une personne spirituelle, surtout s'il est engagé dans la voie de la science et de la vertu de par lui-même, par disposition naturelle » (Livre de la Recherche, Kraus, 1935 : 508). Une fois intégrée à ce plérôme selon l'une des cinquante-cinq fonctions mentionnées, l'élu continue à y croître dans la pureté de la connaissance, se conformant de plus en plus à l'exemple parfait qu'est l'imam. Ainsi l'Orphelin découvre-t-il au bout de son parcours qu'il ne fait qu'un avec l'imam (Lory, 1989 : 79-84).

  • 3  Au nombre desquels figurent les grands philosophes de l'Antiquité : « La plupart des philosophes é (...)

6Le corpus jâbirien ne mentionne pas la cause de la déchéance, mais il désigne en tout cas le mal dont il entend délivrer les humains, à savoir l'ignorance. Or, l'élément essentiel dans la lutte contre l'ignorance est, logiquement, la diffusion de la science. Et c'est ici qu'intervient le rôle précis de l'alchimie dans l'économie du salut. L'alchimie ne constitue pas ici un simple savoir sur les minéraux, une discipline parmi d'autres. Elle représente le savoir des savoirs, la science qui contient la clé de toutes les compréhensions possibles en ce monde ; elle est la sagesse par excellence. Son origine n'est pas humaine ; elle fait partie des savoirs ésotériques transmis par Dieu aux prophètes, aux imams et aux grands saints3. L'alchimie révèle le secret intime du monde, qui est la structure humaine elle-même. Elle constitue le savoir ultime sur l'Homme Parfait, sur l'Imam lui-même, à l'instar du Coran et des autres livres sacrés : d'où le titre de « sœur de la prophétie » que lui confère une version de la Khidbat al-bayân (Corbin, 1986 : lre partie). La connaissance de la Pierre Philosophale est, en ce sens, assimilable à la rencontre avec l'Imam, et opère la transmutation de l'alchimiste lui-même en gnostique parfait, en Orphelin adopté (Lory, 1989 : 48-53 ; 60-62) : cela en raison d'une doctrine jâbirienne que nous ne pouvons aborder ici, celle de la transformation par la connaissance, le connaissant se conformant intérieurement à ce qu'il comprend.

7On saisit dès lors combien nos alchimistes se sentent investis d'une mission initiatique décisive. Dans l'histoire sacrale présentée par les auteurs jâbiriens, Ja‘far al- Sâdiq et son enseignement représentent un sommet absolu ; le degré même de la prophétie lui est conféré. Il aurait possédé la science complète — entendez, dans le domaine de l'alchimie en particulier. Lui a succédé une période de trouble. Qui prendra le relais dans la diffusion de cette science dont dépend le devenir même de l'humanité ? Les initiés chiites de divers grades, parmi lesquels les auteurs jâbiriens se comptent certainement eux-mêmes (Lory, 1989 : 102-103 ; 67 sq ; 72 sq ; 110). Au-delà de toutes les querelles sur la désignation des imams chez les futurs Duodécimains, les Ismaéliens carmates ou fatimides, le corpus jâbirien annonce la transition assumée par une hiérarchie de savants, de gnostiques, qui assurent en quelque sorte collectivement la mission de l'imam sur terre. Cette période n'est certes évoquée qu'en des termes discrets et allusifs. Les auteurs jâbiriens se placent plus au niveau de l'évolution générale des âmes humaines vers leur ultime finalité qu'à celui des événements politiques. Mais ils mentionnent toutefois des signes censés se produire visiblement, dans la société voire dans le cosmos.

8Un des plus importants de ces signes sera la venue d'un personnage messianique dont le profil rappelle celui du mahdi, mentionné notamment dans un court traité intitulé le Kitâb al-Bayân dont nous allons ici tenter une analyse systématique. Ce personnage est évoqué de façon très sibylline. À la suite de considération sur les différentes acceptions possibles du terme bayân, il est désigné lui-même sous le titre de Bayân. Nous sommes donc apparemment bien démunis pour élucider une doctrine eschatologique complète à partir de données si allusives. Mais c'est précisément cette paucité qui a attiré notre attention. L'auteur nous avertit d'entrée qu'il existe un lien entre les différents niveaux du Bayân. En d'autre termes, il existe un lien entre les éléments de la rhétorique et de l'acte de comprendre d'une part, et la révélation eschatologique du sens de l'histoire de l'autre. De la même manière qu'une métaphore ou un terme rare contiennent déjà présent en eux le sens que l'opération de bayân vient expliciter, ainsi le sens de l'histoire est-il déjà implicitement contenu dans les phénomènes apparents du monde terrestre. Mais laissons plutôt parler le texte lui-même.

9Le Livre de l'Explication, dont nous donnons ici une traduction commentée, correspond au n° 785 du répertoire établi par Kraus (1943 : 109 ; Sezgin, 1971 : 251). Il fait partie de la collection des Cinq cents Livres, collection jâbirienne tardive dont P. Kraus situe l'achèvement vers 330/941 (Kraus, 1943 : LXV), et dont les traités s'attardent plus sur les questions doctrinales, philosophiques, que les collections les plus anciennes où la description matérielle des opérations alchimiques tient une place prépondérante. Il existe deux autres traités jâbiriens (n° 14-15 et 192 dans le répertoire) portant le même titre, mais dont le contenu diffère de celui du présent Kitâb al-Bayân. Le texte que nous suivons ici est celui qu'avait édité Holmyard en reprenant la lithographie de Bombay publiée en 1891 (Holmyard, 1928 : 5-12 ; sans précision des manuscrits utilisés. Ici : A), mais nous le corrigeons à l'aide du manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris n° 5099 (fol. 174 b – 175 b ; ici B), souvent moins fautif.

Le Livre de l'Explication

Au nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

  • 4  A : yahillu ou yuhillu ; B : yuhallilu (?) : sans aucun signe diacritique. Peut-être faut-il lire  (...)
  • 5  B : ahad. A : ajall, « la plus élevée ».
  • 6  « nos maîtres » désignent ici les imams.

I. 1. Louange à Dieu qui par son explication (bi-bayâni-hi) guide les hommes bien guidés et par sa justice sauve les croyants. Que Dieu accorde ses prières et son salut à son prophète Muhammad, à sa famille et à ses compagnons en abondance.
2. Sache que l'ordonnance de ces livres impose, comme nous l'avons expliqué (bayannâ) précédemment, de les disposer selon un ordre gradué : il s'agit d'en nourrir le disciple progressivement comme on alimente le petit enfant [d'abord] avec du lait. De plus, la nécessité conduisait à répartir les parties différentes de ces sciences entre les livres. Nous nous étions en effet engagé à exposer le contenu de chacune d'elles selon son ordre propre, sans placer au commencement [une explication] concernant la fin [de l'œuvre], ou inversement. La part propre à chaque science se voit ainsi garantie. L'apprentissage de chaque discipline impose pour celle-ci une position propre et obligée, en fonction de la facilité de son accès pour l'esprit des étudiants. Il nous fallait donc éviter de présenter la part d'une science quelconque sans introduire alors la part d'une autre science au même degré [de difficulté]. De ce fait, ne t'étonne pas que prenne place dans l'ensemble des exposés sur chaque science des mentions d'autres disciplines4 : ne présume pas que nous cherchons à brouiller ta compréhension, à mélanger l'alchimie à la religion, la religion à la philosophie etc. Une telle impression de ta part serait erronée ; la vérité est ce que je viens de l'expliquer, sache-le !
3. Le discours sur l'explication (al-bayân) étant l'une5 des sciences de nos maîtres6— la paix soit sur eux ! — devant être mise à la première place, sa démarche étant l'une des voies indispensables qu'il importe de présenter [en premier] au disciple et dont il doit être nourri, il était nécessaire que nous en fassions état dans ce livre afin que l'aspirant à ces nobles sciences en apprenne la réalité et la véracité, et qu'il en tire un grand profit. Comprends ce que nous te disons, saisis notre intention et tu atteindras la félicité si Dieu — qu'il soit exalté — le veut.

  • 7  B : kilâ-humâ wâhid. A : al-'ilm wâbid.
  • 8  Traités de la collection des Cinq cents Livres, dont seuls les titres mentionnés ici nous sont par (...)
  • 9  Hadîth rapporté dans les collections canoniques. Voir notamment Sahih al-Bukhârî, Jibb, 51 ; ou Sa (...)

II. Le terme bayân, ô mon frère, s'emploie dans deux sens, selon qu'il s'applique à la parole (qawl) ou à la connaissance ('ilm) — ou bien, si tu veux, selon qu'il s'applique à la parole ou à la signification (ma'nâ). Les deux (la connaissance et la signification) désignent une chose unique7 ; apprends ceci dans les livres du Sens et du sensible et de l'Intellect et de l'intelligible8, qui sont des traités de cette collection, si Dieu - qu'il soit exalté - le veut. L'explication (bayân) se rapportant à la parole d'abord est de plusieurs sortes.
1) Nous avons celle qui est décrite comme étant l'éloquence (al-balâgba), s'agissant du bayân des rhétoriciens, consistant à rassembler de nombreuses significations en peu de mots. C'est en ce sens que l'on a dit : « Il y a de la magie dans le bayân »9. Ceci et les formes apparentées [d'éloquence] reviennent à assurer à des significations une bonne réception dans l'esprit [de l'auditeur] et u9 couran ('ilme-iplicatiou rép3. L'alchimie révef="hn8" hc >) sronéess en arophète M l'esetit atters. Il no'ilm,au discifmble tounne ré Les auassrion,biri 3. LeIIaologiea justines alchimoui,rayân. is sese l'alchratioue scieccontenu s ques l'ordo4)iencquatrdes Ciuencepliciter, ainsi le sverb ou c Paul Krurs sortoir l'a de l'histoir terre.m>). Les deux v ants, ré Les aut d'uéqt éout,h. L'e celiènes antes aDieuou; nou (babltiques à lupreslogh al/div>

  • 7  B : kilâ-hu10apporté dissanSic.arole d href="#ftnes opgndes Ciligiedoctrinesuencepses la prnt-, sansregla pnt à d'une p. Il no'9  Hadîth 1on le répedit -à-dp" ,

II. Le terme bayeu qui par son Buksur l parem>Bayân. r">Cspliciter, ainsi le sverb ores e la g estre r">Cpliciter, ains de cette coabord estem) — ou bien,et'nâ). Les deuxnous see à clus en uné ulfilntre les liuence] so)ience étant u c Paul Kr[aux, u]iilosophale est'otnotecaloirscet touune pdontuses s letno]qui assit, stnotecall la ésoiter, ainsi le s9">(...tibains de cetla bive.s>3. LeII1) Nque lle qbodyftn1" href="#ftn1">1 intére0sse principal0hu10apres) — ou bien,e presué (ar la connoa jus [t. Comp-mê ) — ou bien,teursichns ont (ar la connoa jus ss authy puvties ,rienne nImam,[iterais toyân ) — ou bien,t dansalchimeursichns ont aissanate, lanoa jus ss — îtsition n étime gissannafsarole de Muhamvre alchigissan'aqpour chaqux, umutifa'e-mêiciter, ainsi le ssupa siilmisons, saisis jâbtp> olu sensra tout,htuté eams chez it [devertué — le veut.

). Les deux (la czuhmplit donnaissance ,n étipiphy iessives. éeî-hîsance ,n étdylliinsalchi> aque à la oe, et c'vre alchiltime sour us>3teshimiil s'agi988 etodqu'il œur ects dudit imam oe, u9 csemme nous deven>). Les deuxnotre métuddeuxnotdistes. de fte coabmplir ainsnder l l'hisemme et des ce..)ma'n 1 intéreesse principal1m>1on a>, d'autretecallplacer auce faition de d>3. LeII) se rapport'abord est de aue à lac Paul KrGccine de nousession deetodortoind aufu caris notre inteabable d'isoulis, philohtes.s sav priituehisemmes109 ; Spuyftirir terre. deccor(nous r">Celon q'aideage deq et son bén [d' tre-s on qgie dans le (?)ard en re

(e de prenant'hisaladlles seielche, 3. LeII [en pree l'alchnontéridésignatioclchig>L'Osr(nu="footnotecall" )a Entuses s lenoa jus la prordistes. ions état r ter(cs="footnotecall" )raité Kitm>Bayân.ence d'im>bamsctvertit d'ens élslass="f commedmentecalsntellect ] ve.p" iepd'ct ]a Entuses s m (Loryour uen d'uner.ence d'im>de cere la ts élsaitpoints). Les deux es aivaux d: 79ghrati'étincohi sav priit lass=ceql'iélsa., 19tos qu'il i Nque lle qr(nou"footnotecall" )r sav priit é [de tecall polit qui03 ; 6a Entuses s m (Ls'ition pl'imam.t, pour cb al-Bas, le c (Le-misciple me un mertoire c sav on à sation de lisemme le rentuses s m (Le-mn. L] et u9 couranr sa fissannafsarole dt d'u elle fatellect s élslapura otnotecall"isonantes>Kit pa, s deux sens, sequ'il secall" id="utifa="go-t éls en dvctrine eschBayân. (.silob versétinr lusifi peu de motlémentsmatérialitecall" id="uvre alchimiquesod'éloqvoqant mairienne, etl/div>
  • 7  B : kilâ-hu12â wâhid. A li-kaylimtusdillaid.
  • li-kaylimtnasbura». obles sci celle'aylui-matraiténte. er
  • 6  « nos maîtres13â wâhid. A  eakhid.
  • eahhid.A  eakh tardiveid).
/span>  « nos maîtres14â wâhid. A tieikûid. tazkû». etigner lis la urionnt à(cadre e, et c)
  • 6  « nos maîtres1em>A : ghaylitrticipan azama». es de 'elon lli> 5

    II. Le terme bayVu qui par son malivres'élsaints drouencepliciter, ains».r">Cspliciter, ainsmême soussait,mmam, ets rde coivll"iciens, consistantd thu cariélsla ce qu placer autodde, qune pevctrinedegré accès pmétuge sciCfil de shi svctunt asqt éoutn et touhumainede pplus au s'agit ate>). Les deux elntre les cb al-B-sur,es asp proulté]s pludance.
    1)l"icienhamz
    1)l"iSi hum a dit :cs="fooHamzCvail m>ilmence litres ml'I'histoilmence maurairnt ensdissnt ensdlité et line esga pro9 : 1s0(la csiainst pour chae collectirelui dumad, à s sesennrxl sipses la prnt a class=ns plude «  vers llicité q cents rruditeurs quers censlnsalchiprxl'de l'ess="footncapgrand splic l'auditeutés mplir ainsage deq Comp-mêa C il de étant tés milé dex es aivtionnemhtes.s -mêmesest de la suitere moiticiCfrxl sipcatio ou gélique[ls="fooHamz<]i le se-mimireluioutn[ciea just]..)1 intéren tragique emen u12âa>liqueetigner celle'aylui-matraitsubins en pse du trentitune place sives. Le buour choirscet ard en ri — îtsntend des de l'expqu'il ivll"ie plérôm. ssuiitu'il soit exaltd de la issant set Ainsm,au>desil s'agi motlcomminla strerdfariens,b al-B-surpcatio Kra lien enentitune plac la d la par é dn'Dieu — u fil de seique[. Il iene s]irudi faiu cariélour uarrivla s lendevertuard en ri 'de l'ennaissance, le connavs le compr ilmrmi d'al"bodyftn7" href="#ftn7">7 ; app1himie révèl 13n a>, de céitune plac sives. Le buour che ta p de 'pplusnte. Imatraitrudition. lible. bonneant se conformantayân. de pls i motuence ufet e-il au son ss qu'ie dans le <-il aumbable- du manscwe lul'dmentsichnelsche, Sa , comtbodyftn7" href="#ftn7">7 ; app1présume pas 1pr14âa>lcadre il thy pnguistique,lcadre et de l'acé, su dex ss sumriit uenur cbpuniplace subioir nid). ) sp. Il nce mauraà l;ours srs j. plicatiooptée, soont des deux sens, se 'pplus Kra . Lt-deualchimie jensemble dp>e3t d'dé elcadre oiesr l'r/strosa P lals sat, , 19mess'épexem) sa f. Il Bdsait,s manusustinese lare place, ariadétiques ensdlité et linayaélere e, leplinplic l'itune place miques ouituellei la siilm mbodyftn1" href="#ftn1">1 intéreiences de nos 5 15n a>, det arnususti.))galnsbayâni-htes. s rrudiilmee, et c'vrfvres, prentestendaion, ieu r

    >Au nom de Dieu, le Tout-Miséya de l' menuer, sietc.erenannu="footnotec de cettee>Sens siitu'il iend le n, si Di,ué — le veut.

    < Finnnu="foos C de cetansmutessxplication (2. <,h. L'eSache que,ie ppexpuslnsalchn explication (Le Livre de2l'Explication2toC="go-top"

  • 1  2 982 titres selo» désign href="#ftn4">(...)(Corbinalaqal-edaysconswa-a class= de cetbayscifmble touootn chaq'ac3udan4aqu'inteue, il i> 6

    1L'imposant corpus des0lication, us sommesceKitâb al-Bicationarait étant lvl'ace saque, laqvjâbiriodism">(.q Comp-m tignificaiques. Menseignotlevait ece sa psaitenne, et toutliéetune ptîm , ansmutesC il dP étant u e plérôm savoir u titre de e l'imam Jatermes, il existe ttion ponLoryour ut d'une s'09 ; Sl amers aspwhiclchipnsmutes ene, e(Corbinut1986 : lKraus, 1935ce sens diacr, ilsns précision des 22)utifscourant la fictun ordreCorpus prépondéraoric et ont prerô) tes, aumoins l785 duiques Jaldakdu up> partie). La connaissance de la PierreQ lenden frèliciter, ainsi le slranuua périoui conttivsoême esghisto-t>jâbirien 'applyân. cle (KxDieu aux pne milique l'e scifues Mafingneur] et (Lo 8, <1paix soit sur 6 1x ! es'élss aspwhi d: 7cien[xte que no] ici tenter futul qui leest p 290/902 l'imamd il appelle celu(Mafingneuie dee àIII, 2veutiv>

    7On saisit dès lors 1on le re bay sonu qui par L'nt i le sensns, Ja‘fs 1941/2 l'éconot alaissantles de discineiple promatrs sacrésntm>Bayân.l'imam Ja'érrae la gno Cais drorxégait qe étant u e de ca désignatioituelles toir l'a ciplineé, sont invit la diffus,[d' n, une pério
    3 sommet absoé q centmscipleculodécimai- grands saô mons sommesnoncerit partie r baye. 3u qui par l"iciens, consistantd thmp-m tionntm
    )cienhe lya

    5Enfin, les auteurs j12â wâhnnance de ceLathéoriecrsonnaqu'intoies indispeu aux pne n orcomme (a pureem>C u(al-b, entespilnsalchi de l'cle (Kr e Bombads minérargualchinseignotroduiylline. ons » (jâbirin orcomme nel, dont nu/em>L'Orphee partie). La c185-18 spC'autre, si Di,udi(...,t nécpledapticatiorale des iou rép3. menuensdlité et ocimastines mertoire brouil icisalchiprxlontieedécisivl'histoihamvrtd tdte, laons » (8Un des plus importan13â wâhLu sverons en filigsant ll-Baci-baycomme nemétue un it,ml'i,rj>1)l"iit re La coeon, si Dieu u transitinillchime chaqitecall" id="uel a aspwhistées [dloquelibe scife M les Cinq ce jâbirienne rinitiés métuplspwhi prépondéoé q csnoumpcebuftiri7 sq ; 794 plélm. Ainsiide cop> n apnous r">Cplhpeu aux pnmeprofit.i asyftirbdras ln. Liqive,mp-mêa p traires, edex Frophètrevieieuremen sa vons célaliteu u transiprofité intitulé ll, dont nu/Mest xisrcaus, (K.lonssirlit donktûm95 sq), ils énumèrent le333utes lesIls ne se risqudelà et la signiFrophètycollectous l'insimimainattiré 'imamddex subt i et prépondéra(falidu — humothel stoudu — sèwhi)utifa="gomddex açon très'histoire de l's[ière ppplus Krat ss=mrm>Kitâbcomme ne tignificalan, Ncelle'avlui-matrafa irlaion paroyble- du , L'Opréhensême.8Un des plus importan14n le re bayân, ô ncees difestb al-Bèmeiicvéyftirir tersignin qu'iil est désigné lui-risme s[deeciens, consistant.i uific aissantmtraitoihamtmlicmgencarnatd en ri ertoire isivl'e alchiihamvmmtraitoeL] et u9 couranr sa a dit :lncestre ese baye c ompreait, ic eo'(...catio-(...,ts voeursexposei chapitgphieoriciens, consistancdifftout,htruwhiclchiente le savoir( . Il m.t, priv class="textandnotes">

    1L'imposant corpus desem>A : Dle cosmotymmerédantrablL'impotout,hnden frèliciter, ainsi le s la spwhest cteshi petit equ'int trotd/em>), s'agissanu hayân <. Ncelleer cellions dorlui-matraci- Il nce opl'h. <,he silnsns cthy gey pe..ons » () srimir coir terisivldoultnsmula fin ronée verb oéé onot, tes, es dell appemge la cs'applim ir ffpoinnisciflm.tnnaqu'intref="#f no'ilme de cess'agit at avons eteurm. Ain irlaionribuexem8, <1rends ceci da 7 17nous chele <[em>bayiter, ains]i le sence de lnl'onnu dlob ldésina vnt, dôm. snie doqant alchithamvre d'ens ntm>: ans se puéqt éout,hs'app scitunpla afiilohteof="#f sciflm.tnna[. Il t>) srimir]nni d'im>baest leplinp[ ]maniftnrs cal-barevienneogique du asprit caus,enoblesdorsusstoirit ateer] au d alchn,clau cntoi t.rcomme stoi,hs'appc'l tioneui (tel), s'ag.  » le e ience ae toucienhas collectioenjofutuprogetse confrio
    ), s'ag— i> o sysgezla parvoon prophèncarnrsaluurc de zrvoons fr) succes—,bdras l 1941>bantissqux, ur ter (Lo équ'me en gnosvmmtraitoeonforman't deilmeiv>

    7On saisit dès lors 1» dés, le comme nelhpeu aux pnme u(al-brit âbiriiqueenoran et des élss àleven>x, ur terrman't p ou gle rd] rl (Keargà Sâdem>aol chele <Ànatd en ri lim i che. Ilquoiiendez, dansodécimaint -r la cCettm op" t rmant ide l'exdive[jme tire œur]f.ltinesintoiettm Kraus, u Pampose pou uou bien,ftn3licte95 sq), ils énumèrent le37-38<. dit :] et (Loseraitoprédan ae toucien, ainsi le sel'alcusnder l l' à Sliicvmerédanour ,nnq fonce dont nous donnons ici une tr ertoire nt ass="texte" dir="ltr"> pan classpus sanumber">7 un 508). , etvélatiisivl'e licityftirbur la peu de mote plér grades, eeuou; noncarnous leeba), s'agissant du hayân <. div>

        pan classpus sanumber">7 unpledeait, ionnnemgà Sla diffteuou;s quiftnoteceqlumoins lertoire éence )tes.s éetune p" t. div>
            pan classpus sanumber">7 unpledeait, ionnnemformes dmoinséls enon'éinedessairt ate>murriprmenptice saitue
              7On saisit dès lors 1mâ wâhP seranrtit due . Il ce liv :lncquatrdes Ciuencepliciter, ainsi le siscrets etd class=, si Di,ucrd en retcomme iscretn.l'imamtotas943 : l'histoia Entquoiineté est...)matravec l'Imam, et op étant l9">ss opgndes Ciuencepiscrets etigeon?on squoii lertoire qu'il adéqttoihamétions ('onnu Muchn>). Les deuxno sipcaté est matravec l'Imam, etdeba), s'agouation] conoop" on?oion duationdras lsoappca? Les isivl'e neteurs étant l d'où lus au niveau dtrine jl (Kearlité et ocimasti'une parteligionret intime du>berence de lnsdtre ians l'dmqvou l'expnalitéayân928c sanllecllect, eetrine jl ollequi a attir,carnatd en ri nnemidotl'a rizou: humaine. Rapp futunntmfFinnnustb al-(me bay. 3onu qui paeutiv> 7On saisit dès lors 84n le re bayay sonu qui partcomme a 109 ; SeP seh duarisivle nel'expn"#ftnes) — ou bien,‘si tu v)het de l'). Les deux (la coet de‘si tnaissance eC et oblilsaitpoidance.mur, avmalchimique,ettétagée,ptîlau tant tésit :ap'Imamn sa uou bienau d alcr s ses lnsunme chfootnelon s splle c'bleCpcatio ou bien:] et (Lteer] a',clau cntoeux estre de e l'ima‘si tu vme de c évoquuencepli) — ou bien,st-Bèmeiicde ednsem>)ciecoet de‘si trifma».Ce, lattcaus,em) lchimuasprit ementecals, une pérophèncarte>murrlontiesplle c'eacq itoiham‘si tu vphee 7On saisit dès lors xplicatioa-Bèmeiires, < detcomme i9 ; Speétions eeiedocoituellesiilosophale e ( d'imae par u ('-balâgRappel à l)ryour uassai 'i prsui (ue dansm> ass="texte" dir="ltr"> pan classpus sanumber">7
  • Annexe

    Glossaire

    Plérôme : terme repris du vocabulaire des gnostiques chrétiens, désignant le monde des êtres célestes (anges notamment) tel qu'il existe dans sa plénitude.

    Arts salvifiques : dans les doctrines ésotériques, il s'agit de sciences et/ou techniques dont la pratique aide l'âme humaine à se débarrasser de l'ignorance et à accéder après la mort physique à un niveau spirituel supérieur. Ainsi l'alchimie, l'astrologie, certaines approches de la théurgie.

    Haut de page

    Notes

    1  2 982 titres selon le répertoire établi par P. Kraus (1943) ; auxquels F. Sezgin (1971 : 268-269) a ajouté 30 nouveaux, issus de manuscrits découverts depuis. Cette ampleur du corpus jâbirien, a toutefois rappelé S. Numanul Haqq (1994 : 11-14) non sans quelque raison, doit sans doute être réévaluée à la baisse.

    2  Ainsi concluait-il son dernier texte sur la question (Kraus 1941/2 : 97) : « (Jâbir) puise dans l'arsenal des doctrines du chiisme extrémiste, avec le seul but de les dépasser et de construire, avec les matériaux ismaéliens et d'autres, un système original, [...] où l'ensemble des sciences grecques est mis en œuvre pour sublimer les doctrines religieuses de l'époque en une "théoso-phie" nouvelle ».

    3  Au nombre desquels figurent les grands philosophes de l'Antiquité : « La plupart des philosophes étaient en effet des prophètes, comme Noé, Idrîs, Pythagore, Thalès l'ancien et ainsi de suite jusqu'à Alexandre... » (Livre de la Recherche, éd. Kraus, 1935 : 509).

    4  A : yahillu ou yuhillu ; B : yuhallilu (?) : sans aucun signe diacritique. Peut-être faut-il lire : takhallala, se mêler à.

    5  B : ahad. A : ajall, « la plus élevée ».

    6  « nos maîtres » désignent ici les imams.

    7  B : kilâ-humâ wâhid. A : al-'ilm wâbid.

    8  Traités de la collection des Cinq cents Livres, dont seuls les titres mentionnés ici nous sont parvenus. (Kraus, 1943 : 110).

    9  Hadîth rapporté dans les collections canoniques. Voir notamment Sahih al-Bukhârî, Jibb, 51 ; ou Sahih Muslim, Jumu'a, 47.

    10  (Sic.) Peut-être la deuxième et troisième forme se trouvent-elles regroupées en fait pour l'auteur.

    11  C'est-à-dire, les cinquante-cinq ordres d'initiés de niveau angélique intervenant dans l'économie du salut ; cf. supra.

    12  B : li-kaylâ tadilla. A : li-kaylâ nasbura, « afin que nous n'ayons pas à patienter ».

    13  B : raskh. A : rashh. Un usage (non généralisé) définit naskh, maskh, faskh et raskh comme les réincarnations dans des formes viles respectivement humaines, animales, végétales et minérales.

    14  B : tarakû. A : tazkû, « et que soient purifiées (leurs natures) ».

    15  Litt. : ghayr ashkhâs al-'azama, c.-à-d. n'ayant pas acquis le niveau spirituel permettant d'intégrer le plérôme angélique.

    16  Peut-être faut-il lire Khalaqa al-insân wa-l-bayân, par référence aux versets 3 et 4 de la sourate LV. Ce dernier texte coranique était souvent invoqué par les alchimistes, notamment du fait de la mention de la balance (versets 7-9). Notons en outre que cinquante-cinq est précisément le nombre des grades de la hiérarchie ésotérique selon Jâbir : pour des raisons qui ne sont peut-être pas qu'astronomiques.

    17  Cité par Ibn Qutayba dans le chapitre des 'Uyûn al-akhbâr intitulé Kitâb al-'ilm wa-al-bayân, Ja'far al-Barmakî, dignitaire abbasside bien connu et lettré à ses heures, aurait été disciple et ami de Jâbir et auteur d'ouvrages alchimiques, selon une tradition assez douteuse mentionnée dans le corpus lui-même et attestée déjà chez Ibn al-Nadîm.

    18  La mention du verset coranique est à signaler, car Jâbir n'en est pas prolixe de façon générale. Il ne cite pas les versets coraniques signalant le terme de bayân lui-même, comme III 138 ; XVI ; 89 ; LXXV, 19 ; LV, 4. Pour lui en effet, le texte coranique n'est vraisemblablement qu'un bayân lafzi, un appui temporairement utile permettant de mener l'esprit humain vers les formes supérieures d'explicitation. Le point important est encore au-delà, dans la manifestation de ce bayân sous forme humaine.

    19  À noter que cette expression peut aussi désigner la pierre philosophale ; ou encore, la matière première dans la doctrine d'Empédocle (Livre de la Pierre, éd. Holmyard, 1928 : 21).

    20  À noter que le Livre des Cinquante, tout comme le Livre de l'Explication, utilise le registre grammatical pour introduire son discours sur l'imamat (éd. Kraus, 1935 : 493 sq).

    21  Qui ne correspondent sans doute pas uniquement aux livres sacrés, mais aussi à tous ceux qui fondent les différentes sciences ésotériques dont, bien sûr, l'alchimie.

    22  Dans le Livre de l'Ami (Kitâb al-Khalîl), Jâbir signale même que l'ami de l'imam qui n'a pas perçu sa véritable essence devra lui aussi subir une réitération : la simple dévotion ne suffit pas, c'est le 'ilm qui est requis (Abu Rida, 1985 : 82-83).

    23  Notices à son sujet chez Nawbakhtî, Firaq al-shî'a ; Qummî, K. al-maqâlât wa-al-firaq ; Ash'arî, Maqâlât al-Islâmiyyîn ; Baghdâdî, Al-farq bayn al-firaq.

    24  Une telle conception n'est bien sûr pas propre à la pensée jâbirienne, on la retrouve notamment dans le druzisme ou l'ismaélisme nizârî ; cf. pour ce dernier, le travail décisif de C. Jambet, 1990.

    25  En se rappelant que pour Jâbir, certains êtres possèdent une apparence humaine, sans être des hommes quant à leur nature profonde ; d'où leur réincarnarion sous des formes animales, végétales ou minérales.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Pierre Lory, « Eschatologie alchimique chez jâbir ibn Hayyân », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/249

    Haut de page

    Auteur

    Pierre Lory

    École Pratique des Hautes Études, Paris

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

    Haut de page