Navigation – Plan du site
II. Lectures

François Paris, Les sépultures du Sahara nigérien du Néolithique à l'islamisation, Paris, ORSTOM, 1996, 2 vols., 376 p., 275 p.

Gabriel Camps
p. 351-352

Texte intégral

1Les nombreuses campagnes de fouilles entreprises par F. Paris au Niger, ont abouti à la rédaction de cet ouvrage en deux tomes. Le premier, de 376 pages est la présentation des travaux réalisés dans le Sahara nigérien, l'Azawagh, l'Aïr, le Djado… L'étude du vaste bassin de l'Azawagh et de l'importance de ses réserves en eau, permet de définir le grand épisode humide du début de l'Holocène (8000-6500 av. J.-C. Un épisode aride se situe entre 5500 et 4500 av. J.-C.). Un autre épisode, de moindre amplitude, est attesté par des dépôts de diatomites (4400-2600 av. J.-C.).

2F. Paris présente l'état de la question et examine les différentes formes de sépultures. L'auteur distingue deux catégories : les sépultures sans superstructures lithique (nous dirions plus simplement les sépultures en pleine terre) et les sépultures avec superstructure lithique. Parmi les premières, dont 145 ont été reconnues, 78 inhumations ont été fouillées par l'auteur. Les monuments à superstructure lithique qui ont fait l'objet de fouilles sont au nombre de 190.
Il n'est pas dans notre intention de faire un commentaire critique des tentatives de classement de ces monuments que F. Paris répartit entre formes dites simples et formes complexes ; de même ne sera pas discutée ici la définition de la bazina.

3L'auteur présente ensuite les travaux sur le terrain dans un chapitre méthodologique : " démontage " du tumulus, fouille du squelette, au cours de laquelle seront relevées la position, l'orientation et l'attitude du défunt. F. Paris a multiplié les analyses de 14C : on en dénombre 162 dans les nombreux tableaux chronologiques. Ces informations suppléent la rareté pour ne pas dire l'absence de mobilier funéraire. Le corps du chapitre II est constitué par la description des sépultures sans superstructure qui ont été fouillées. Dans le chapitre suivant, ce sont les monuments munis d'une superstructure lithique qui font l'objet d'un examen méticuleux. Ces descriptions progressent région par région, site par site, nécropole par nécropole, sépulture par sépulture.

4Le tome II est le rassemblement de fiches rédigées à l'identique, comprenant chacune deux photographies ; celle du monument avant les fouilles et celle de la sépulture ainsi que deux dessins (plan de l'intérieur et décubitus du squelette). Il est probable que ce livre sera plus consulté que véritablement lu. Il faut rendre hommage à F. Paris : ce travail aussi minutieux est d'autant plus méritoire que les centaines de sépultures fouillées n'ont livré pratiquement aucun mobilier. Il compense cette absence par la méthode de datation de la fraction carbonatée des os qui se révèle être un apport essentiel dans l'établissement de la chronologie. Elle permet à F. Paris, en croisant les données chronologiques par l'étude de la morphologie des sépultures et de leur répartition géographique, de dresser des cartes très prometteuses pour l'avenir de la recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Camps, « François Paris, Les sépultures du Sahara nigérien du Néolithique à l'islamisation, Paris, ORSTOM, 1996, 2 vols., 376 p., 275 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 09 janvier 2005, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/2692

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page