Navigation – Plan du site
II. Lectures

Nicolet Cl., Ilbert R., Depaule J.-Ch. (éds), Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, Ecole française de Rome-MMSH-Maisonneuve, Rome-Aix-en-Provence-Paris, 2000.

Jean Samuel Bordreuil
p. 361-385

Texte intégral

1Pour saluer dignement la venue au monde d'un nouveau né à la taille et au poids aussi imposants le présentateur n'a, en matière de métaphores flatteuses, que l'embarras du choix. Celle de " l'emporion ", par exemple, pour dire la profusion des " biens " que l'on peut trouver rassemblés dans les rayons de cet ouvrage. " Produits (parfaitement) finis ", articles ciselés sur Antioche, Babylone, Carthage … ; mais aussi " outils " de travail - une bibliographie imposante et raisonnée ; mais encore pistes de réflexions pour des recherches à venir…

2J'arrêterai mon choix cependant sur la figure du promontoire, pour dire tout d'abord l'effet que procure une lecture soutenue de l'ouvrage : un effet proprement panoramique, avec l'euphorie que dispense habituellement une telle posture : sentiment d'élévation, donc, physique aussi bien que morale, et que capte parfaitement les vers du poète :

" Ah, qui m'emportera sur quelque tour sublime,
d'où la cité sous moi s'ouvre comme un abîme. " 
(Hugo, Soleils couchants)

3On se permettra simplement, pour annoncer le propos, d'en proposer la variante suivante, et de la laisser provisoirement flotter :

" Ah, qui m'emportera sur quelque tour sublime
d'où les cités sous moi s'ouvrent comme en abîme. "

4Le premier bénéfice d'une lecture soutenue est donc celui d'une maîtrise panoramique, qui permet d'embrasser le tableau des grandes évolutions qui courent sur trois millénaires d'une vaste zone : la période antique, qui balaye la Méditerranée d'Est en Ouest, pour s'estomper dans un mouvement de reflux, en un retour vers l'Orient ; puis la montée à partir du Sud Est du moment islamique, qui prend en écharpe le monde méditerranéen, avant de le laisser progressivement aux marins chrétiens du Nord Ouest ; le repartage qui suit la montée de l'empire Ottoman, celle de la prééminence de l'Atlantique, l'ère des impérialismes et la pacification provisoire d'une mare qui redevient nostrum, jusqu'à nos jours donc. La première partie pourvoit à cette vue de surplomb, elle nous donne un œil d'aigle, dévoreur d'espace-temps. Mais des extraits de contributions plus " locales " distribuent d'heureuses " piqûres de rappel " et nous redonnent ce sens d'une juste localisation dans l'espace-temps englobant.

5Voilà une première " impression de lecteur ". En même temps, à chacun de ces grands moments de flux et reflux, il est possible d'accrocher un nom de mégapole, et qui en est comme la signature : Babylone, Alexandrie, Rome, Constantinople - Byzance, Le Caire, puis Naples et Istanbul, et Alexandrie, plus tard et encore, et Rome, enfin et toujours.

6Deuxième bénéfice de lecture, concernant la méthode, et puisque la grande fresque historique n'est évidemment pas le propos du livre, même si elle est gratifiante. " Longue durée et comparatisme ", c'est à cette double enseigne que se place la démarche... C'est une enseigne ambitieuse, et du coup, on mesurera le programme à l'aune de cette ambition. Comparer ? Plutôt, et de manière plus scientifique, se poser le problème des conditions de possibilité de la comparaison. Problème de mesure, d'instruments de mesure, d'enregistrement des essors des villes sur une même matrice, un même registre. Plutôt donc se mettre en position de comparer. Contribuer à fabriquer une jauge. Mais comparer pourquoi ? On peut indiquer deux bénéfices éventuels de l'exercice comparatif. Un bénéfice faible, quoique non négligeable, qui serait celui de la relativisation ; en gros, de quoi parle-t-on quand on parle d'une très grande ville ? Travail de référence au double sens du mot ; pour savoir à quoi l'on se réfère en parlant d'une très grande ville, il faut pouvoir la référer à d'autres sur lesquels on a précisément des références plus assurées. Il faut excuser ces répétitions… Elles tiennent à cette fatalité épistémologique selon laquelle, en général, voir c'est voir comme…

7Un deuxième bénéfice plus fort, qui serait celui de l'explication. Le comparatisme est alors la variante étendue de la démarche expérimentale. Faire entrer le monde dans le laboratoire de Claude Bernard, ou bien étendre celui-ci aux dimensions du monde. En substance, l'exercice expérimental consiste à contrôler l'effet de variables dites déterminantes sur des variables dites déterminées. On confronte alors différents contextes socio-historiques, qu'on ordonne selon la présence ou l'absence de tel trait, ou selon des dosages de ces présences (dans le cas des variables continues), et on voit si on ne peut leur référer des variétés locales au titre, donc, d'effets ou " d'output ". C'est bien par exemple la méthode de Durkheim dans Le suicide mais même dans la Division du travail…

8Pourrait-on ainsi ressaisir ce qui est à la source des dynamiques mégapolitaines, et ce qui les différencie les unes des autres, en référant chacune d'entre elles à des traits spécifiables de contextes d'émergence ? Cela supposerait réglé le problème de la mesure (de la jauge commune), mais il n'est pas sûr que ce soit ce qui est recherché par les auteurs. Cette voie même est coupée puisque le but affiché est : " de découvrir des contrastes et des changements par rapport à la norme d'une époque ou d'une aire géographique " (p. 15). L'invocation des contextes différents serait alors mobilisé pour extirper différentes formes d'écart au contexte : voilà bien un usage paradoxal du contexte

9Il y a alors un mot, là aussi plus modeste, mais peut-être plus profond, qui me semble mieux définir l'esprit même de l'entreprise, ce mot c'est celui de comparution (Il est utilisé en introduction). Citer des mégapoles à comparaître, dans un même espace d'attention… Époques et lieux différents, mais pour une fois placées sous le regard de tous et de chacun. D'où la longue durée. Mais une longue durée " pour voir ", comme on le dit au poker. Pour voir notamment apparaître mais aussi disparaître les mégapoles, suivre leurs intermittences. C'est-à-dire un espace de déploiement vide, veuf en tout cas de toute ontologie historique, que ce soit celle de l'évolutionnisme, ou bien celle, plus braudelienne sans doute, qui rejoint l'idée de substrat anthropologique. De fait, ce que capte dans ses filets cet élargissement du regard, cet étirement temporel, ce n'est pas la confirmation d'une essence, identique à elle même, qui traverserait les siècles, c'est l'émergence de différences absolues, de " villes sans secondes " comme le dit Claude Nicolet dans son bilan provisoire. Là se situe la profonde originalité de l'entreprise.

10Dès lors, le lien d'un site à l'autre, d'une époque à l'autre, est placé sous le signe de la répétition. De quelque chose d'indépassable, mais aussi bien qui " procède de soi ". L'intuition qui guide les auteurs, ou en tous cas ce qu'on pourrait appeler leur hypothèse de surplomb, c'est que quelque chose se répète dans l'expérience mégapolitaine. Ce quelque chose est nommé par un concept énigmatique, qui est sans doute lancé par Claude Nicolet, mais qui est repris au bond par plusieurs auteurs, et décliné diversement, cette notion donc " d'inversion des signes ", à laquelle on viendra donc. Maintenant ce processus " d'écart à la norme " débouche sur quelque chose de semblable, une singularité que ces villes rejoignent et captent : une " succession d'originalités qui n'en sont pas " : " l'image de la ville universelle " (Ilbert ; Depaule, p. 979).

11À l'actif de cette comparution, qui porte, dans tous les contextes, sur cette notion d'écart absolu, on retrouvera donc partout des traits récurrents.

  • un trou dans les hiérarchies urbaines ; exemple de Naples, donné par Brigitte Marin ;

  • un étagement des réseaux dont la mégapole est le centre et qui combine toujours le proche et le plus lointain ;

  • la donnée centrale de l'immigration, et surtout de l'immigration lointaine ;

  • une position centrale dans un champ impérial, lequel centre ne fait pas que bénéficier de ce champ mais en est en quelque sorte le " tenseur ".

12Un autre élément à inscrire au bilan de ce comparatisme, de cette confrontation des cas, c'est qu'il fait voler en éclat quelques typologies périodisantes ou culturalisantes ; ce que Claude Nicolet inscrit dans son bilan provisoire. L'opposition " ville ancienne, ville de consommation " et " ville médiévale, ville de production " ne semble guère tenable. Les mégapoles s'appuient sur de réelles bases économiques, quand elles ne contribuent pas à les asseoir ; Alexandrie, pour ne citer que cet exemple n'était pas qu'un gigantesque " gouffre de consommation " mais un non moins gigantesque " emporion " ; et on pourrait dire la même chose de Bagdad, du Caire et de Constantinople/Istanbul.

13L'autre stéréotype qui " en prend un coup " est celui de la ville arabe non administrée, et c'est sans doute un bénéfice collatéral de l'entreprise, que d'avoir permis de spécifier les formes " administrantes " de l'urbanité arabo-musulmane (articles de Jean-Claude Garcin, de Sylvie Denoix, André Raymond, Thierry Bianquis et Roland-Pierre Gayraud.)

14On peut alors en venir à ce thème de l'inversion des signes. Cette notion n'est pas un concept, ou en tous cas il n'est pas défini. Nulle part il n'est dit dans l'ouvrage : " nous entendons par inversion des signes, ceci, ceci et cela ". En un sens c'est un topos du sens commun : " la différence qui devient altérité ". Mais, tel qu'annoncé dans le livre c'est un lieu commun négatif, sur lequel, d'une citation à l'autre, on passe, subrepticement, à une mention positive. Il a sans doute valeur de focalisation d'attention. Avant que d'affecter un signe - positif ou négatif - à cette inversion, il faut aller y voir de plus près…

15La mention de cette figure intervient huit fois dans l'ouvrage, sous cinq plumes différentes. Cette figure, quoique rare, est redoutable, parce qu'elle semble capturer, elle a la charge de capturer, dans sa très grande simplicité la clef de la différence radicale entre pôle et mégapole. Elle fonctionne comme promesse d'intelligence. A l'hypothèse de surplomb évoqué plus haut, de la répétition, correspondrait cette figure générative de l'inversion. Non pas constat que les signes sont inverses, mais engendrement de la différence par inversion. Ou bien attention aux formes et théâtres dans lesquels prennent place cette inversion. Voilà un programme d'attention surplombant. Sans doute un " guide pour l'attention " des contributeurs.

16Il faut dire que bien des articles sont en deçà de cet objectif théorique. Mais bien évidemment ils apportent des documents considérables à qui veut bien risquer cette figure de " l'inversion des signes ". Dans ces articles, soit les villes couvertes par les auteurs les installent dans des univers déjà mégapolitains - les signes sont déjà inversés - soit il ne sont pas sûrs que leur ville en est une (de mégapole), et le problème est alors celui d'un surclassement éventuel de leur ville, à la population " un peu courte ", ceci, ou bien au motif de son caractère cosmopolite (un des attributs de la mégapole) ou bien à celui de sa valeur imaginaire et transcendante. L'inversion dans ce dernier cas est plutôt du côté du leurre et de la transfiguration (on y reviendra).

17Trois cas de figures se présentent pour ceux qui font de l'inversion un concept. Ou bien trois contenus sont associés, subsumés par cette figure de l'inversion. En commençant par la fin (article de Robert Ilbert sur l'Alexandrie moderne), cette inversion porte sur les signes d'appartenance identitaire des mégapolitains : thème simmelien, de la grande ville qui rend libre. La mégapole ouvre un nouveau type d'espace social ; l'anonymat, la diversité des origines, ménage des espaces de côtoiement, dans lesquels, je cite, on peut " se dépouiller de ses signes identitaires ". La megapole doit donc aussi se définir par les comportements qui y prennent place.

18Deuxième occurrence du terme, dans un autre contexte, celui de la Bagdad du califat abbâsside, et sous la plume de Thierry Bianquis. Cette fois c'est moins de sujets que d'objets qu'il va s'agir :

" Le titre de mégapole est lié à une troisième fonction. L'ensemble des habitants d'un grand empire reconnaît à cette cité le droit de changer souverainement les signes positifs et négatifs dans le domaine de la culture ".

19Cette transmutation va notamment opérer sur les objets de valeurs, considérés comme des signes de grandeurs, mais provenant de civilisations impies (byzantines et chinoises en l'occurrence) :

" Souvent les objets importés servirent de modèles. Après avoir été démagnétisés de leur valeur symbolique ou religieuse ancienne, les motifs qu'ils présentaient furent analysés, simplifiés, stylisés, pour être réutilisés. Dépouillés de tout naturalisme trivial, ils furent reconstruits et organisés selon un strict ordonnancement des espaces à décorer, délimités et rassemblés par une structure complexe de rubans et d'entrelacs. Le grand thème de légitimité du monde arabe médiéval était sous-jacent : l'islam fédérait et protégeait dans une souple cohérence des modèles puisés dans le passé ou dans le présent, dans la proximité ou au delà des frontières du monde qu'il contrôlait. " (p. 875)

20Maintenant cette faculté mégapolitaine, pour suivre la métaphore, " d'enrubanner le monde ", ou de " l'entrelacer ", pourquoi ne peut elle appartenir qu'à la mégapole ? Parce que elle est loin des zones frontières, dans lesquelles le rapport à l'étranger est un rapport conflictuel, et dans lesquelles, donc, l'emprunt peut valoir comme trahison identitaire, et faire revenir la figure de l'ennemi de l'intérieur. En conséquence,

" pour être réussie et acceptée de tous, le changement de signe ne pouvait être effectué qu'à Bagdad, dans une centralité, totalement confiante en sa propre légitimité. " (p. 877),

21une capitale

" sans souverain au dessus de son souverain, tête, consciente et reconnue comme telle de l'ensemble culturel et politique sur lequel elle règne " (p. 871),

22bref, " la Coupole de l'Islam " (voir l'article " Les sources pour les mégapoles orientales ", de Françoise Micheau, avec la collaboration de Pierre Guichard)

23Du point de vue de sa capacité à inverser les signes, la mégapole s'oppose donc ici soit à la figure du village, ce village qu'est resté Beyrouth dominé par les notables ruraux, ces villages d'où viennent les filles perdues d'Alexandrie (Ilbert) ; elle s'oppose aussi à la ville des frontières, qui forcément ne peut tenir sa légitimité d'elle-même. Mais court tout le long du livre une autre opposition à laquelle il faut maintenant venir, l'opposition de la mégapole à la cité, qu'elle soit antique, grecque ou romaine, ou bien qu'elle se présente dans sa réincarnation plus tardive des cités-Etats de l'Italie du Nord, ou insiste dans le modèle communal.

24L'impression qui se dégage des trois volets ou quatre volets de la couverture d'ensemble (chapitre " Espace-temps ", rubrique " rythmes "), est celle d'une montée très résistible du phénomène mégapolitain. En gros, il y a deux sortes de verrous à faire sauter. Un verrou " infrastructurel " ou économique, dans des sociétés qui sont pré-industrielles, et dans lesquelles les dégagements locaux de valeur ajoutée sont faibles, mais tout autant un verrou idéologico-politique, qui " renâcle " ou résiste à l'expansion indéfinie au profit soit d'idéaux de mesure et d'harmonie (tels que la philosophie politique grecque les a progressivement "décantés"), en tous cas de clôture identitaire et de contrôle des territoires proches (voir, sur ces points la contribution d'ouverture de Pierre Gros).

25Une des leçons d'ensemble est, à cet égard, que c'est le " forçage " du verrou idéologique, la montée des grands empires, qui permet de repousser vers le haut le plafond des limites économiques et productives. En tous cas il y a une boucle de rétroaction positive entre les deux phénomènes. La concentration de puissance politique suscite une concentration sans précédent de ressources économiques, ce qui ne va pas sans l'édification de systèmes logistiques très sophistiqués et articulés. Et les contributions portant, dans le chapitre " Territoires et services " sur le thème " subsistances et mégapoles " sont très riches de ce point de vue (Claude Nicolet, André Tchernia et Didier Viviers).

Le cas de Rome

26On en vient à Rome, qui représente dans l'ouvrage un cas à part, non simplement parce que c'est la ville éternelle, mais sans doute parce qu'elle est le lieu ou s'opère en continu cette conversion entre le modèle de la cité et celui du centre impérial, ce qui n'est ni le cas d'Alexandrie, ni de Constantinople, ni de Bagdad, ni du Caire, d'emblée fondations impériales ou califales. Là, donc, on peut faire jouer le motif de l'inversion des signes dans une saisie diachronique, sur un même lieu, dans une même société, et non pas comme simple différence taxinomique entre des lieux séparés. Dans un texte de huit pages, Claude Nicolet, condense cette mutation qui est au moins séculaire. Quels sont les nouveaux signes qui distinguent la Rome républicaine de la Rome centre impérial ?

27- Une nouvelle démographie, basée sur l'immigration, donnant lieu à une population segmentarisée, formant parfois des enclaves ethniques.

28- Une nouvelle territorialité, plus spécifiquement un " détachement de la Ville de son territoire immédiat ", détachement et politique - la légitimité des magistrats ne repose plus sur un territoire civique fondé sur la proximité - et économique, la ville, pour sa survie " pompe " des ressources lointaines.

29- Corrélativement une extension des réseaux, congruente avec sa nouvelle " mission centrale d'organisation de l'espace ".

30-Il y a un dernier point, pourtant qui porte sur ce qu'on pourrait appeler une nouvelle grammaire de la légitimité politique. Et sur lequel je m'attarderai. En schématisant deux points sont essentiels. D'abord l'évidage progressif de la " participation citoyenne " ; celle-ci, notamment parce qu'elle s'étend à des citoyens dispersés dans toute l'Italie devient une fiction ; ensuite et corrélativement la montée d'une bureaucratie (qui s'atteste dans la floraison de bâtiments administratifs déconnectés du religieux et du contrôle civique) et de services urbains, eux mêmes bureaucratisés et sous le contrôle d'en haut, via les préfets, de l'annone notamment, mais pas seulement…

31Comment se retisse le lien entre le souverain et le " peuple romain " dans ces conditions d'érosion civique et alors même que, nous dit Claude Nicolet, les notions de " citoyenneté et de droits continuent à avoir un sens " ?

32Le dialogue entre les deux, propose-t-il, ne se nouera plus dans la délibération, mais dans l'échange de symboles et de fictions. On passe ainsi à un autre ordre de représentation, dans laquelle la fête impériale va jouer un rôle majeur - et c'est le lieu de dire que ce thème de la fête collective occupe une place essentielle dans l'ouvrage, au premier rang desquels l'article de Martine Boiteux sur la Rome papale. Le lien identitaire entre le magistrat suprême et le peuple ne repose plus sur la délibération et le dialogue, mais sur le partage de la fête. Ou encore il faut redramatiser cette fiction d'une identité : les cérémonials, fêtes, occasion de manifester sa munificence, prennent la place des rituels républicains.

33Le déplacement est donc le suivant : le magistrat suprême ne représente plus le peuple ; c'est, pour reprendre les termes mêmes de Claude Nicolet, la population de la ville qui est convoquée à représenter le peuple dans des " parades ", dans lesquelles elle s'identifie avec une grandeur qu'incarne le faste de l'empire. D'où suit une inversion des signes mais dans l'ordre des grammaires de la légitimité politique.

34Ce n'est plus tant la grandeur du peuple qui fait la grandeur de son magistrat (modèle de la cité civique), c'est la grandeur du souverain qui fait la grandeur du peuple, mais pour autant qu'il lui signifie, qu'il lui démontre ostensiblement qu'il est " son " peuple, celui à qui va sa générosité et sa munificence. Du coup le pouvoir se met à parler le langage du rituel, et y trouve sans doute une vulnérabilité nouvelle, les renversements des jeux du cirque s'offrant parfois comme métaphores actives de la subversion populaire (voir l'article de Dagron sur Constantinople/Byzance).

35Or cette grammaire - et c'est le point central - repose elle même sur la grandeur de la ville. La mégapole devient la ressource de la puissance. C'est elle qui fait la grandeur de son souverain, laquelle rejaillit sur la grandeur de ses habitants. (Il faudrait reprendre ce thème sur Constantinople, Bagdad, Le Caire, Naples). Et si c'est à propos de Constantinople que Gilbert Dargon parle de ville légitimante, c'est une figure qui vaut pour toutes.

36La grandeur de la mégapole n'est donc pas un attribut qui lui viendrait de surcroît, elle est un impératif catégorique, quelque chose qu'il faut sans cesse relancer (d'où le pompage toujours croissant des ressources). Ces villes sont suspendues à leur grandeur et sommées d'en mobiliser les signes tangibles. La publication de supériorité y impose la supériorité dans la publication. C'est ce pacte de grandeur qui sans doute " tient " la ville, et garantit sa cohésion jusqu'à l'écroulement. C'est en tout cas ce schéma récurrent qu'on trouvera aussi dans l'Alexandrie antique, dans laquelle les accueils d'hôtes prestigieux sont toujours des temps forts de consolidation de l'identité alexandrine, par delà les diversités d'origine et de condition (voir l'article de Françoise Burkhalter).

37Il est donc constitutif de la mégapole qu'elle fonctionne comme miroir de la grandeur. C'est à quoi tient sa grandeur : à ce qu'elle en offre l'image. D'où le dernier thème du livre, qui reçoit sa formulation la plus juste dans l'article de Elisabeth Crouzet Pavan sur Venise : thème de " l'énergie de l'image ". Cette fonction-miroir est dotée d'une dimension transférentielle. Les reflets, en effet, ricochent, rebondissent d'une paroi à une autre, et l'espace de la Méditerranée fonctionne alors comme une sorte de gigantesque " galerie des glaces " ou une chambre d'échos lointains. On peut en effet voir sa ville, toute ville, comme le reflet d'une autre, fût-elle la sienne, mais à une époque plus glorieuse. On la voit donc en abîme ; on ne voit pas ce qu'on voit, mais ce qui s'incarne dans ce qu'on voit ; une essence donc. Dont les pierres de la ville sont l'écran privilégié. Cette mise en abîme est opérante pour Venise, qui se voit non pas dans Rome mais " en Rome, Byzance, Jérusalem " ; mais aussi pour l'Athènes contemporaine qui, si l'on suit Guy Burgel et Hélène Ahrweiler, accède à un statut de mégalopole via cette réactivation mégapolitaine.

38On concluera donc en sociologue, et sur le comparatif pôle, mégalopole, mégapole.

39Cette dernière figure est absente des débats contemporains alors que la réalité en insiste en telle ou telle ville prestigieuse. Athènes, donc, mais selon une formule symétrique, New York qui émerge comme mégapole au centre de la mégalopole " gottmanienne ". Il faudrait donc pouvoir non seulement distinguer, mais combiner, articuler.

40Et comprendre ainsi ce qui pourrait ressortir de cette interposition de la mégapole entre pôle et mégalopole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Samuel Bordreuil, « Nicolet Cl., Ilbert R., Depaule J.-Ch. (éds), Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, Ecole française de Rome-MMSH-Maisonneuve, Rome-Aix-en-Provence-Paris, 2000.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/2698

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page