Navigation – Plan du site
II. Le lieu de culte : symbole identitaire fort

Quand Le Caire se révèle copte…

Traits et enjeux des pratiques de sociabilité des coptes orthodoxes dans Le Caire contemporain
When Cairo shows herself Coptic… Features and Issues of Coptic Social Practices in Contemporary Cairo
Anne-Sophie Vivier
p. 205-227

Résumés

Cette étude désire cerner la nature du rapport de la communauté copte orthodoxe à l’espace dans la ville du Caire, et dans quelle mesure celui-ci est influencé par le mouvement du Renouveau copte (fin xixexxe siècle) et ses diverses aspirations. Si la répartition de l’habitat copte, exempte de toute ghettoïsation mais non d’une certaine concentration, semble plutôt plonger ses racines dans un passé plus lointain, remontant à la période médiévale puis ottomane, la forte communautarisation des pratiques de sociabilité autour des paroisses de quartier, semble, elle, être le fruit direct du Renouveau. Il en va de même des grandes constructions religieuses de ces dernières décennies qui s’efforcent de marquer la présence copte tout en opérant une appropriation symbolique du territoire cairote, quoique le Renouveau s’inscrive là dans la droite ligne du passé et de la Tradition, qui, déjà, parsemèrent Le Caire de nombreux repères chrétiens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chiffre de 1996.

1Les coptes représentent aujourd’hui 5 % à 6 % de la population égyptienne, et forment la principale minorité chrétienne, aux côtés de communautés « levantines » en nombre infime et essentiellement urbaines (maronites, gréco-catholiques, gréco-orthodoxes, arméniens principalement). Les coptes orthodoxes, seuls concernés par cet article, représentent 95 % de la communauté copte, qui se partage pour le reste entre confessions catholiques et protestantes, développées par des missions européennes à partir du xviiie siècle. On associe souvent les coptes à la vallée du Nil, et en particulier à la région de Minya, Assiout et Sohag, en Moyenne-Égypte, où ils sont relativement nombreux. Et pourtant, les coptes sont aussi une réalité urbaine, surtout au Caire, où leur présence est à la fois très ancienne, puisque le vieux quartier copte du Caire comprend parmi les plus anciennes églises d’Égypte, et relativement importante, puisque presque 30 %1 de la communauté se trouve aujourd’hui habiter la capitale égyptienne (Denis, 2000). Les coptes se sont donc depuis longtemps inscrits dans l’espace cairote, selon une logique confessionnelle beaucoup moins marquée que dans beaucoup d’autres villes du Moyen-Orient musulman, et cela malgré le statut de dhimma*, en vigueur en Égypte jusqu’à la fin du xixe siècle. Depuis les réformes de Mehmet Ali (1855 : suppression de la djiziya* ; 1856 : intégration des coptes dans l’armée), puis la proclamation par le khédive Tawfiq (1879-1892) de l’égalité des coptes et des musulmans devant la loi, principe inscrit dans la loi organique de 1913 puis dans la constitution de 1922, et surtout grâce à la participation active des coptes dans le mouvement de lutte nationale pour l’indépendance contre le protectorat britannique, ceux-ci connurent peu à peu une meilleure intégration dans la société égyptienne, et les clivages communautaires s’effacèrent plus encore.

  • 2 Pour une étude approfondie de ce Renouveau, Khawaga, 1993.

2Mais, en parallèle, se développait le mouvement dit du Renouveau. Ce mouvement, né dans la seconde moitié du xixe siècle en réaction au prosélytisme des missions étrangères, catholiques et protestantes, encouragé par l’émergence de l’État-Nation et les mesures intégratrices de Mehmet Ali et de ses successeurs, a pris de l’ampleur tout au long du xxe siècle et se marque surtout par le développement de nombreuses écoles, de la presse et d’associations diverses ainsi que par une redécouverte et mise en valeur des origines de la communauté2.

3Dans les années 1930-1950, un nouveau souffle est donné au mouvement par la jeune génération issue des Écoles du Dimanche, principale institution de ce Renouveau fondée en 1918 par le prêtre Habib Girgis. L’accession au siège patriarcal de l’un des membres de cette nouvelle génération en la personne de Cyrille vi (1959-1971) permettra l’épanouissement de ce mouvement, maintenu avec vigueur par son successeur Chénouda III. Se dessine alors peu à peu une stratégie complexe qui a parfois du mal à concilier ses différentes composantes : repli sur la communauté, à travers le développement de ce que l’on appellera une “sociabilité paroissiale ou inter-paroissiale”, tentative d’affirmation identitaire face à l’État égyptien et à la communauté musulmane, mais aussi effort d’intégration dans la communauté nationale.

  • 3 Cette date est fort antérieure à la période étudiée mais É. Denis, dont nous suivons les travaux, n (...)

4Or c’est durant cette même période que la croissance de la population copte du Caire prit une ampleur singulière, parallèle à la croissance globale de la ville, conséquence de la grande vague d’exode rural qui a touché toute l’Égypte depuis les années 1930-1940. De 11,9 % en 18973, la proportion cairote de la population copte passe à 28,3 % en 1976, mais connaît par la suite une croissance ralentie (28,8 % en 1986) et même un léger tassement depuis une quinzaine d’années (27,2 % en 1996) (Denis, 2000).

5Un tel contexte historique ne pouvait que marquer l’insertion des coptes dans ce nouveau milieu urbain et telle sera la principale question de cette étude. Qu’en est-il aujourd’hui de la nature de l’inscription spatiale des coptes au Caire, dans quelle mesure aussi porte-t-elle les traces de ce mouvement de Renouveau ? Ceci implique-t-il une rupture avec l’occupation et le marquage traditionnels de l’espace tels qu’ils s’étaient mis en place durant les siècles précédents ? De plus, l’étude de cette communauté chrétienne présente, dans le cadre du Caire, un intérêt particulier puisqu’il s’agit d’une ville qui peut légitimement se considérer comme l’une des capitales de la civilisation musulmane. L’enjeu de l’appropriation symbolique du territoire et de l’identité urbaine sera donc aussi au cœur de notre réflexion.

Une inscription spatiale discrète

Un espace urbain relativement homogène

  • 4 Il sera la principale référence de toute cette partie décrivant la répartition spatiale des coptes (...)

6Les coptes sont assez bien répartis dans l’ensemble du tissu urbain, et l’on ne peut désigner de quartier proprement copte. Il n’est pas de subdivision administrative où les coptes soient totalement absents, mais cette répartition est cependant loin d’être homogène. Selon E.J. Chitam (1986)4, les quartiers sud de la ville connaissent une très faible présence copte, excepté le Vieux-Caire, premier centre historique de la communauté, avant même la conquête arabe. Dans la Gamâliyya, qui fut le centre du Caire fatimide, les coptes sont concentrés dans les ruelles d’El-Sagha, au cœur du Khan el-Khalili, occupées par des orfèvres, presque tous coptes. On note aussi Harat al-Rûm et Hara Kuwaya, quartiers historiques à dominante copte.

7Dans le nord de la ville, en revanche, il existe quelques parties où leur proportion est très importante, surtout dans neuf secteurs disposés en arc de cercle depuis les deux quartiers relativement centraux de Choubra et Rod el-Farag jusqu’aux quartiers de Zaytoun, Héliopolis, Matariya, Nozha au nord-est, en passant par Sahel, Hadieh el-Koba, Sharabiya. Mis à part Heliopolis au nord, c’est surtout dans les quartiers centraux que la proportion de coptes est la plus importante : à Choubra, (38,7 % de la population totale) et à Ezbekiya (31 %) surtout, puis à Rod-el Farag (20 %), Zaher (18 %) et Kasr-el-Nil (18 %).

8Selon E. J. Chitam toujours, cette répartition aurait des racines historiques : Ezbekiya était en effet un quartier chrétien à l’époque ottomane. Il s’agissait d’un quartier relativement prestigieux, rendu célèbre par un agréable jardin, et où résidait aussi une partie de la population étrangère, européenne ou levantine chrétienne. Cette cohabitation des coptes avec les Européens ou les Levantins est assez caractéristique puisqu’il en allait de même dans le quartier de Zaher, voisin d’Ezbekiya, qui rassemble encore aujourd’hui les principales institutions religieuses chrétiennes de toutes confessions (patriarcats, églises, écoles religieuses privées). C’est aussi la présence des Européens qui attire les coptes dans de nouveaux quartiers au début du siècle, à Kasr el-Nil et à Héliopolis. Les coptes entretenaient en effet des relations privilégiées avec les Européens, par qui ils étaient souvent employés.

9Cette cohabitation a peu à peu pris fin avec l’indépendance de l’État égyptien qui entraîna le départ d’une grande partie de la population européenne, et se vit progressivement remplacée par une cohabitation d’une autre nature : suite à l’explosion de l’exode rural, les émigrés des campagnes, majoritairement musulmans, s’installèrent dans ces quartiers qui ont l’avantage d’être assez proches de la gare, à Choubra surtout. C’est ce qui explique la configuration actuelle : les coptes sont plus nombreux au cœur de ces quartiers, tandis que les musulmans en occupent plutôt la périphérie. Cette occupation croissante par les musulmans d’un espace autrefois majoritairement chrétien est difficilement vécue par les coptes qui perçoivent parfois cela comme une invasion, ou comme le signe menaçant de leur disparition progressive. Un commerçant de la rue de Faggâla, à Zaher, me disait ainsi un jour avec nostalgie qu’autrefois les boutiques de cette rue étaient presque toutes chrétiennes, alors qu’elles sont majoritairement musulmanes aujourd’hui. « Ils vont finir par nous manger entièrement » concluait-il tristement.

  • 5 Il existait bien antérieurement une petite église, sur le toit de laquelle eut lieu le miracle prés (...)

10Quant à l’installation des coptes dans les quartiers, un peu plus au nord, de Zaytoun et de Matariya, elle doit être, selon nous, liée à la place particulière que ceux-ci occupent dans l’espace, car ils possèdent chacun un lieu de culte et de pèlerinage importants, sur lesquels nous reviendrons par la suite. Il est cependant intéressant de noter dès maintenant que, si Matariya est un lieu de pèlerinage au prestige extrêmement ancien, Zaytoun n’acquit son actuel rayonnement – et donc pouvoir d’attirance – que depuis 1968, suite à ce que l’Église prétendit être des apparitions de la Vierge5.

11La répartition des coptes au Caire, si elle s’inscrit surtout dans une continuité historique profonde, ne peut donc cependant être réduite à cela mais intègre aussi des facteurs plus récents, liés à la période du Renouveau. E.J Chitam lui-même pose ainsi la question de ce qu’il adviendra du quartier de ‘Abassiya où a été construit le nouveau patriarcat en 1968 : sa population chrétienne, jusqu’alors très faible, sera-t-elle appelée à s’accroître peu à peu, attirée par le rayonnement religieux de ce nouveau centre communautaire ?

  • 6 La population des zabbâlîn est en partie musulmane, mais majoritairement copte.

12Il existe un autre secteur, plus notable encore, que E.J. Chitam ne cite pas : le quartier des zabbâlîn, au pied de la falaise du Moqattam. Ce quartier est bien plus récent et plus excentré que les quartiers précédemment cités, et apparaît comme une conséquence directe de l’exode rural. Il est en effet occupé par une population très particulière, d’origine rurale pour la plupart et souvent d’une même origine géographique, provenant de tel ou tel village de Moyenne ou de Haute Égypte, et qui vit du ramassage, triage et recyclage des ordures et déchets de la métropole, ainsi que, pour les coptes6, de l’élevage de porcs, ce qui les stigmatise d’emblée aux yeux de la population musulmane et contribue à leur isolement communautaire. Vide au départ de tout lieu de culte important, il a su par contre, dans le sillage des grandes réalisations du Renouveau, se doter d’une église qui connaît aujourd’hui un grand rayonnement, et sur laquelle nous reviendrons aussi par la suite.

13Pour décrire la répartition des coptes du Caire, il faut donc à la fois insister sur l’absence de quartiers exclusivement coptes et la relative bonne intégration de la communauté dans l’ensemble du tissu urbain, et sur la persistance, cependant, de quelques concentrations locales. Celles-ci, pour la plupart héritages du passé, continuent à attirer les nouveaux arrivants ou les jeunes couples cherchant à s’installer. Choubra surtout est un quartier de petite-classe moyenne, relativement bon marché, assez central, et où l’on espère se sentir “entre coptes”. Par ailleurs, la répartition de la communauté copte au Caire obéit à des facteurs plus complexes que la simple appartenance communautaire, mais se détermine aussi en fonction d’appartenances géographiques et sociales : si le Moqattam est essentiellement occupé par les zabbâlîn, les quartiers centraux sont habités surtout par les classes moyennes, tandis qu’Héliopolis est plus bourgeois.

Absence de lieux publics communautaires

14Exceptés les lieux de culte, il n’y a pas de lieu public – profane – qui soit exclusivement fréquenté par les coptes, ce qui ne fait que renforcer l’absence de séparatisme confessionnel dans l’occupation de l’espace. Pas d’hôpital, de café, de club, ou même de “bout de trottoir”, qui soit considéré comme “copte”. Il se trouve bien des écoles chrétiennes, mais elles sont en général tenues par des congrégations catholiques étrangères, comme le Collège de la Sainte-Famille, tenu par les jésuites, et le Collège de la Salle, tenu par les Frères de la Salle. Celles-ci possèdent un personnel enseignant et estudiantin multiconfessionnel ; le critère est en fait moins l’appartenance religieuse que sociale puisque ces écoles sont payantes – et relativement chères. Se note bien aussi un “Hôpital Copte” au Caire, dans le quartier de Zaher, fondé et tenu par des coptes à l’époque du protectorat britannique, mais qui, aujourd’hui, n’a plus de copte que son nom. À ma connaissance, il n’existe pas de club copte privé et quant aux clubs publics, leur accès dépend de l’appartenance syndicale et professionnelle : club des agronomes, club des professeurs, etc... Enfin il n’est pas, me semble-t-il, de milieu professionnel ou d’entreprises qui puisse se dire exclusivement copte.

  • 7 Ces trois saints, ayant tous connu le martyre à l’époque des grandes persécutions perpétrées par l’ (...)

15Cohabitation et interrelation sont des réalités permanentes et quotidiennes des communautés copte et musulmane au Caire. Les seuls lieux de l’espace public réellement marqués d’une identité copte, qui provoquent ainsi une visibilité de cette communauté dans le tissu urbain, sont les boutiques et les lieux de culte. Le rôle des petits commerces est là bien humble : ils se contentent d’afficher l’appartenance confessionnelle de leur propriétaire grâce à quelques reproductions d’icônes ou de représentations religieuses plus modernes : figures de saints – Saint-Georges, Saint-Mina ou Saint-Abanoub7 étant les figures privilégiées – de la Vierge, ou du Christ. Presque toujours reléguées à l’intérieur de la boutique, ces images sont donc peu visibles de la rue, même si vitres ou portes ouvertes les laissent apparaître. Leur rôle ne doit cependant pas être sous-estimé : il ne s’agit pas d’une simple décoration, mais d’un vecteur extrêmement fort de l’appartenance communautaire, auquel s’ajoute une fonction protectrice. Une jeune copte de mes amies ne pouvait ainsi comprendre que je désire acheter un tissu portant un verset du Coran finement travaillé : elle ne pouvait voir en lui une simple œuvre d’art, et l’accrocher au mur de sa maison représentait pour elle le signe d’une trahison à sa foi.

Les paroisses : lieux précieux d’« intimité communautaire »

  • 8 Sans que cela ne porte à plus de quelques dizaines de mètres bien sûr. Par ailleurs, je ne suis pas (...)

16Plus importants et plus visibles sont les lieux de culte, églises et monastères qui parsèment la ville de façon irrégulière. Ceux-ci sont généralement concentrés dans les quartiers de prédilection des coptes, cités ci-dessus, auxquels on peut rajouter Harat Zuweila et le Vieux-Caire, deux quartiers historiques foisonnants d’églises et de monastères. Ces bâtiments parfois imposants, aux hauts clochers, surtout pour les plus récents, qu’animent des carillons de cloches au moment des célébrations, parfois elles-mêmes si fortement amplifiées acoustiquement qu’elles sont entendues de l’extérieur8, s’efforcent d’inscrire dans la ville, sonorement et visuellement, l’existence – et la persistance – de cette communauté chrétienne.

  • 9 Je signifie par ce terme non une menace physique réelle, mais une menace à long terme pour la survi (...)

17Ce sont aussi ces lieux de culte qui constituent de véritables “lieux réservés” séparant les coptes des musulmans contrairement aux commerces coptes, tout autant fréquentés par les musulmans, et qui constituent donc plutôt des lieux de rencontre et d’interrelation. Les musulmans évitent en effet de franchir leur seuil et seraient d’ailleurs regardés de travers, s’ils étaient reconnus. Ces lieux prennent donc une importance de premier ordre pour les coptes : dans un environnement quotidien, où ils se sentent incessamment minoritaires et plus ou moins menacés9, ils y trouvent sentiments de sécurité et d’intimité, peuvent s’y sentir “entre soi” et oublier quelques instants la présence musulmane. Ce sentiment de sécurité et d’intimité se révèle de façon particulièrement frappante dans un incident qui survint alors que je venais à peine de m’installer dans le quartier de Zaher : je marchais dans la rue et me fis aborder par deux adolescents avec lesquels j’acceptai de discuter un peu. Surgit alors soudain un troisième qui m’entraînant en avant me demanda avec insistance si je ne voulais pas voir l’église. Je finis par accepter et m’y laissai conduire. À peine entré dans la cour, le jeune homme me dit rapidement que ces deux autres adolescents étaient des musulmans, donc des êtres peu respectables, et qu’il ne fallait pas que je parle avec eux puis s’en alla, me laissant “en sécurité” dans ce lieu. Les deux jeunes, qui nous avaient suivis, n’avaient en effet pas osé pénétrer dans l’église et attendaient dehors que j’en sorte.

  • 10 Cela ne signifie pas cependant que les mosquées ne soient pas des lieux ouverts à tous ni qu’aucun (...)

18L’église est donc le lieu refuge par excellence, où rien ne semble pouvoir atteindre la communauté, et qui prend une force symbolique extrêmement forte, sa fréquentation impliquant appartenance à la communauté. C’est peut-être pour cela qu’en retour, les coptes se refusent souvent à franchir le seuil des mosquées, refus qui obéit parfois à un véritable sentiment de peur : « si l’on y pénètre, ils vont nous convertir de force » me disait une jeune copte10. Le seuil de ces lieux réservés représente donc presque une frontière semblable à la ligne de front entre deux armées, qu’on ne peut traverser sans passer à l’ennemi.

  • 11 Il est toutefois important de noter que seules ces quelques personnalités musulmanes sont admises e (...)

19Il existe cependant des exceptions et il arrive de voir des musulmans franchir le seuil des lieux de culte coptes, mais c’est toujours en des circonstances bien précises. Lors des mariages, il se peut que quelques amis ou connaissances de confession musulmane soient conviés à assister à la célébration ; lors des grandes fêtes religieuses, comme Noël et Pâques, il y a toujours, symboliquement, quelques personnalités politiques ou religieuses musulmanes invitées à participer à la cérémonie dirigée par le patriarche dans l’enceinte du patriarcat11 ; dans quelques vieux couvents ou monastères enfin, auxquels sont attachés de très vieux rites populaires, il arrive de croiser des musulmanes – ce sont en effet surtout des femmes – venues profiter elles aussi des miracles octroyés par les saints chrétiens. On peut prendre pour exemple le couvent Saint-Georges du Vieux-Caire, où chrétiennes et musulmanes viennent nombreuses s’entourer la taille des chaînes dites avoir retenu saint Georges prisonnier, dans l’espoir de se voir guéries de leur stérilité.

20Mais ces intrusions musulmanes restent rares et n’affectent guère la fréquentation quotidienne des paroisses de quartier. Celles-ci peuvent ainsi devenir le centre d’une sociabilité communautaire active et développée. Il ne faudrait pas, en effet, déduire du fait qu’il n’existe quasiment pas de lieux publics proprement coptes, qu’il n’existe pas de sociabilité proprement copte. Quoique les coptes fréquentent quotidiennement les musulmans et entretiennent avec nombre d’entre eux des relations amicales, qu’elles soient professionnelles, commerçantes, ou simplement de voisinage, ils préfèrent généralement passer la majorité de leurs loisirs entre coptes s’ils le peuvent. L’absence de frontière visible entre les communautés copte et musulmane se double alors, en réalité, de frontières invisibles. Par exemple, les clubs syndicaux, très fréquentés, sont certes non confessionnels, mais les coptes viendront et resteront le plus souvent en petits groupes fermés, séparés.

Des pratiques de sociabilité centrées sur la communauté : l’exemple de Zaher

21Plus encore que de passer simplement son temps libre entre coptes, on cherche de plus en plus, surtout parmi la jeunesse, à le passer “à la copte”, c’est-à-dire en participant à des activités marquées communautairement, qu’elles soient clairement de nature religieuse ou plus simplement organisées dans le cadre de la paroisse. Ce dernier type de sociabilité est en réalité lié au Renouveau, conséquence d’une dynamique lancée au début du siècle par le prêtre Habib Girgis, qui fonda les Écoles du Dimanche, puis reprise et amplifiée dès les années 1930-1950 pour atteindre son apogée sous le patriarcat de Cyrille vi et de son successeur actuel, Chénouda iii. Ce développement de la sociabilité intra-confessionnelle, surtout dirigé vers les jeunes, obéit à de multiples motivations : mieux éduquer et former ces jeunes, permettre au clergé de mieux contrôler et diriger leurs loisirs et leurs fréquentations, enraciner plus profondément en eux le sentiment de leur identité religieuse, marquer ainsi la présence et la vitalité de la communauté, etc.

Une sociabilité d’abord paroissiale 

22Cette sociabilité se construit d’abord au sein du quartier. Nous prendrons ici pour exemple le quartier de Zaher, situé au nord du centre colonial, où la présence copte est importante, avant tout représentée par une population de classe moyenne, petits commerçants et fonctionnaires principalement. La sociabilité copte de ce quartier se construit d’abord autour des quatre différentes paroisses, qui maillent l’espace de façon relativement homogène. Pour mon travail de terrain, je me suis particulièrement intéressée à la paroisse Saint-Georges, dont je peux présenter en détail les activités.

23Elle attire les fidèles pour les messes mais aussi pour de nombreuses activités, destinées surtout aux jeunes : cours de catéchisme, écoles du dimanche, cours de chants religieux, de théâtre, d’informatique, de langue copte, de couture ou d’arts plastiques, sans oublier le soutien scolaire. Toutes ces activités se déroulent moins au sein de l’église que d’un bâtiment qui en dépend. Son inauguration récente au début des années 1990 par le patriarche Chénouda indique à quel point ce renouveau de la vie communautaire est récent. On peut noter enfin une bibliothèque, ouverte tous les soirs, et où les jeunes viennent faire les recherches demandées par l’école du dimanche, et une sorte d’entrepôt-salle de ping-pong attenant au bâtiment, quartier général des garçons de 12 à 18 ans. Les activités pour les moins jeunes consistent surtout dans les cycles de conférences organisés chaque mois ainsi que les réunions hebdomadaires pour les hommes, les femmes, les étudiants, et l’ensemble de la communauté.

24Il existe de plus, comme au sein de chaque église, un panneau où sont affichées des petites annonces, concernant aussi bien un décès ou un mariage, que la vente d’un appartement ou la recherche d’un employé. L’église représente donc le lieu de communication intra-communautaire par excellence. Elle est aussi le cœur d’un réel réseau de solidarité : dans le cas d’une difficulté personnelle grave, on y cherche souvent aide et soutien auprès de ses prêtres et/ou de ses laïcs les plus actifs. Les prêtres surtout, constituent le pivot de ce réseau de communication et d’entraide et voient leur rôle de confesseur s’élargir généralement à celui de “conseiller personnel”. Certains laïcs diplômés s’efforcent quant à eux de mettre en place des formations pour les jeunes en recherche d’emploi.

25La fréquentation de l’église obéit donc à de multiples motivations : on y vient pour prier certes, mais aussi pour participer à une activité ou simplement rencontrer ses amis. Les filles y voient un moyen, le seul, de sortir toutes seules de chez elles dans l’esprit de rencontrer leur futur fiancé. La sortie à l’église devient ainsi le prétexte idéal évoqué, lorsqu’elles désirent en fait aller voir en cachette leur ami. Les activités sont parfois moins appréciées pour elles-mêmes que pour retrouver ses amis et les ijtimâՙ el-abâb, équivalent de la réunion d’aumônerie chez les catholiques français, se transforment très souvent en salon de discussion.

Les associations laïques

26Les associations jouent aussi un rôle important dans la création du tissu communautaire au sein du quartier. À cet égard, le quartier de Zaher constitue un cas exceptionnel, car il grouille d’associations sur quelques centaines de mètres carrés. Chaque quartier en possède toutefois au moins une ou deux et leur rôle est sans doute similaire à celles de Zaher. Ces associations sont tenues par des laïcs mais s’affirment clairement comme coptes dans leur dénomination, comme par exemple, à Zaher même, « l’association des femmes coptes » ou « l’association des écoles du dimanche ». Elles ne sont gérées que par des coptes et ne s’adressent qu’aux seuls coptes. À Zaher, toutes les formes d’activité proposées généralement par ces associations sont représentées : j’y ai recensé deux orphelinats, un hospice de vieillards, une crèche, un atelier de confection, deux foyers pour étudiantes et jeunes travailleuses. Une même association peut développer plusieurs activités à la fois, comme par exemple « l’association des femmes coptes » comprenant un orphelinat et un foyer pour étudiantes et jeunes travailleuses.

27Leur rôle dans le quartier est très différent selon leurs ressources. Lorsque l’association est autosuffisante grâce à la gestion d’activités lucratives comme un foyer ou une crèche, elle tient dans le fond une position assez effacée dans le quartier, simple lieu de service communautaire qui permet aussi de “marquer le territoire”. Il en va tout autrement des associations sans ressources propres : elles se voient obligées de faire appel aux dons et attirent ainsi un flux incessant de fidèles qui viennent apporter un peu d’argent, de nourriture, des vêtements, etc., selon les besoins. Ces visiteurs en profitent pour rester discuter un peu et prendre des nouvelles de l’association. Cela leur permet aussi de prendre des nouvelles du quartier et des autres habitants puisque les responsables de l’association, qui voient défiler les donateurs les uns après les autres, constituent en quelque sorte une mine d’information. Il arrive également que l’on y rencontre d’autres donateurs et que l’on puisse ainsi directement s’informer auprès d’eux. Ces associations forment ainsi aussi un point de rencontre où l’individu, en venant participer à la solidarité communautaire, exprime et renforce son sentiment d’appartenance à la communauté copte à la fois locale et globale.

28Ce réseau associatif ne se construit toutefois pas concurremment au réseau paroissial. Bien au contraire, les liens entre associations et églises sont nombreux. Les foyers, par exemple, incitent leurs jeunes locataires à participer aux liturgies et aux activités organisées par la paroisse la plus proche. Lors des grandes fêtes religieuses telles que Pâques et Noël, la participation à la messe est même tacitement obligatoire et le foyer entier vient envahir le fond de l’église. Les prêtres sont invités à venir un jour précis confesser celles qui le désirent. Par ailleurs, si une jeune fille ne possède pas au Caire de tuteur légal apte à donner son autorisation pour toute sortie impliquant une absence d’une ou de plusieurs nuits, le prêtre de la paroisse locale peut jouer ce rôle et se porter garant. Il est aussi souvent fait appel aux congrégations de religieuses pour assumer certaines tâches, comme la surveillance des foyers ou des orphelinats.

29En retour, les paroisses s’efforcent de mettre en relation avec ces associations les groupes de jeunes qu’elles encadrent (khoddâm*), dans le cadre de la vocation de “service” auprès des plus démunis assumée par ces derniers. Certains khoddâm de l’église Saint-Georges s’étaient ainsi engagés à une aide bénévole régulière au sein de l’orphelinat le plus proche. L’action des khoddâm peut aussi être ponctuelle, comme l’animation de soirées ou d’après-midi au sein des orphelinats ou de l’hospice de vieillards.

30Toutefois, il arrive aussi souvent que ces dernières activités soient développées dans des associations appartenant à d’autres quartiers du Caire. Parallèlement, les enfants d’un orphelinat peuvent se rendre aussi dans une paroisse d’un autre quartier, qui les invite une journée à l’occasion d’une fête religieuse. Par ailleurs, les associations elles-mêmes n’attirent pas que la population du quartier. Il peut arriver en effet qu’une visiteuse décide d’amener avec elle une amie d’un autre secteur du Caire, qui reviendra à son tour avec d’autres amis.

31Se révèle ici que la sociabilité communautaire copte est loin de se limiter aux frontières du quartier, mais épouse aussi les contours d’un intense maillage inter-paroissial.

Sociabilité inter-paroissiale

32Ce maillage inter-paroissial se tisse aussi à l’occasion de nombreuses autres activités, toutes organisées par le patriarcat qui ne cesse d’encourager cette unité de la communauté cairote au-delà des distances. Sont ainsi mis sur pied dans une église particulière des pièces de théâtre, des films, des fêtes pour les enfants, des prêches d’importance, dont l’annonce est diffusée dans toutes les églises. Les examens des écoles du dimanche sont de même centralisés par classe d’âge dans une seule église. Citons enfin les associations universitaires, qui regroupent les jeunes par faculté quelle que soit leur situation géographique. Le patriarcat espère développer grâce à ces moyens la connaissance des autres églises, des autres communautés, et, par là, un sentiment d’unité et d’intégration communautaire au niveau de l’ensemble de la région du Caire.

33Il ne faut cependant pas surestimer l’importance de ce sentiment inter-paroissial. Bien au contraire, les paroisses locales restent de très forts vecteurs d’identification. Toutes ces activités visant l’ensemble de la communauté cairote sont ainsi toujours mises sur pied par la communauté d’accueil seulement. Une exception mise à part, je n’ai jamais vu de film, chorale, pièce de théâtre ou autre qui se soit élaboré en mélangeant des jeunes de plusieurs églises. De plus, en ce qui concerne toutes les grandes rencontres organisées par le patriarcat, on aime à y aller par paroisses et à rester groupés, voire à afficher son appartenance particulière, en portant un tee-shirt au nom de l’église par exemple et en hurlant lorsque ce nom est évoqué, dans une véritable ambiance de match de foot. Le patriarcat lui-même reconnaît l’importance de cet enracinement local en classant parfois volontairement les jeunes par paroisse lors de ces rencontres. De toutes les façons, il est toujours demandé sur les fiches de renseignements et d’inscription aux activités ou associations internes à la communauté, le nom de l’église dont on dépend. C’est que l’appartenance spatiale, en étant la plus concrète, est aussi la plus forte.

Les grands lieux de culte : marques privilégiées de la mémoire et de l’identité communautaire

  • 12 Quant au critère du foulard pour les femmes, il n’est absolument pas pertinent pour l’Égypte, comme (...)

34L’esquisse de l’insertion spatiale des coptes dans la ville du Caire ne saurait cependant se limiter à une description d’une répartition de l’habitat ou des pratiques de sociabilités. Comprendre comment une communauté occupe un espace nécessite aussi de prendre en compte la façon dont elle l’investit de repères symboliques et l’intègre dans sa mémoire et son imaginaire identitaire. Et le rapport de la communauté à l’espace se révèle alors réciproque : tout autant que la communauté modèle, marque, et donc construit l’espace, l’espace marqué détermine en retour la construction de l’identité et de la sociabilité communautaire. Cette vérité générale à tout processus communautaire prend dans le contexte copte un enjeu d’importance car le marquage identitaire est par ailleurs extrêmement ténu : mises à part les discrètes croix portées autour du cou, souvent cachées sous le vêtement, rien dans l’habit ne permet de distinguer les coptes des musulmans12. Et il en va de même pour la quasi-totalité de la culture matérielle et des traditions extra-religieuses, marquées par une extrême homogénéité supra-confessionnelle. Minorité uniquement religieuse, et non ethnique et/ou linguistique, rien ne distingue vraiment, dans le fond, les coptes des musulmans au plan des pratiques culturelles et sociales, si ce ne sont les questions de statut personnel. Seuls les lieux et les moments sacrés constituent des références absolument particulières, uniques traces réellement visibles, voire imposantes, de leur particularité. C’est donc presque toujours à des référents spatiaux ou temporels qu’ont recours les coptes quand ils veulent vous présenter leur communauté. Lorsque je leur disais m’intéresser à celle-ci, ils me répliquaient ainsi quasiment tous : « Il faut que tu ailles visiter telles églises ou tels monastères », ou « que tu assistes à telle fête ou telle autre ».

35En ce qui concerne les référents spatiaux, il convient donc de souligner l’existence et le rôle des lieux de culte qui sont fréquentés par les coptes de tous les quartiers du Caire, et qui jouent le même rôle de polarisation de la sociabilité communautaire que la paroisse, mais dont l’importance est plus grande encore. En effet, ils s’ancrent toujours soit dans des miracles impressionnants, soit dans le prestigieux passé de la communauté, faisant référence à une époque où l’islam n’avait pas encore fait son apparition et où l’Église copte foisonnait de saints et de brillants théologiens.

Un marquage mythique

Les lieux de culte traditionnels

  • 13 Il ne nous appartient pas de juger de la réalité historique de ce voyage, évoqué dans l’Évangile de (...)
  • 14 L’une des fonctions de ce mythe fut d’ailleurs de détourner les fidèles des grands pèlerinages de P (...)

36Certains de ces lieux de culte sont réellement très anciens, ancrés dans l’“âge d’or” de la communauté. La plupart font référence au mythe du voyage de la Sainte-Famille en Égypte, peu après la naissance du Christ13. Ce récit fut développé très tôt, dès les premiers siècles de la présence chrétienne en terre d’Égypte, et permit la naissance d’une myriade de lieux de pèlerinage tout au long de la vallée du Nil. Les acteurs du Renouveau s’y intéressèrent beaucoup, y voyant ce qui pourrait constituer une sorte de mythe fondateur de la communauté, justifiant le caractère béni de la terre égyptienne : celle-ci aurait en effet été, en quelque sorte, la première terre évangélisée, et directement par le Christ, au point de se substituer à la Terre Sainte comme cœur de la chrétienté14. Ce mythe permet aussi – enjeu non des moindres – d’affirmer l’essence proprement chrétienne de l’Égypte face à plus de dix siècles d’islamisation.

37Depuis une vingtaine d’années, l’Église copte multiplie donc les publications, en arabe et en anglais, et les panneaux explicatifs destinés aux touristes, égyptiens ou étrangers, à l’entrée de chaque lieu de culte concerné. À l’approche de l’an 2000, elle s’est même efforcée de faire un vrai battage médiatique à ce sujet et a finalement convaincu l’État égyptien de financer un projet touristique de grande ampleur comprenant la restauration de nombreux sites et la construction de toute une infrastructure hôtelière, afin d’attirer en grand nombre les pèlerins-touristes occidentaux mais aussi égyptiens. Les brochures, documentaires, émissions télévisées se sont multipliés sur ces “haut -lieux”, s’efforçant de promouvoir leur fréquentation selon des circuits hypothétiquement reconstitués.

38Les lieux de pèlerinage et de culte cités ci-dessous sortent depuis peu de leur rôle traditionnel pour être investis d’une charge symbolique et émotionnelle bien plus forte. Matariya, dans le centre-nord du Caire, est le premier d’entre eux. Étape de la Sainte-Famille selon la légende, le Christ encore enfant y aurait fait pousser le premier baumier et enjoint d’utiliser son huile lors de l’onction baptismale. Aujourd’hui, les restes d’un vieux sycomore planté au xviie siècle, censé représenter ce baumier, attirent les fidèles qui y accrochent des petits bouts de tissu en émettant des vœux (Meinardus, 1999).

39La deuxième étape de ce voyage dans la région du Caire, aurait été l’emplacement actuel de l’église de la Sainte-Vierge de Harat Zuweila. S’y trouve encore un puits correspondant à une source qui aurait été bénie par le Christ lors de son passage.

40Mais c’est surtout le Vieux-Caire qui représente l’étape principale de ce périple et attire le plus de monde. En effet, son prestige dépasse le cadre de ce simple mythe puisqu’elle représente aussi l’ancien centre historique de la communauté, regroupant sur un espace très restreint quatre églises et deux couvents, qui comptent parmi les plus beaux et les plus anciens bâtiments chrétiens d’Égypte. Il constitue l’un des pôles majeurs du marquage copte de l’espace cairote et aussi, du coup, de la sociabilité communautaire, c’est pourquoi nous développons ici cet exemple. Remontant au ive siècle, il est riche en sanctuaires : la Muʻallaqa, “la suspendue”, car bâtie sur une ancienne tour romaine ; les églises Saint-Serge, la plus ancienne et siège supposé du caveau de la Sainte-Famille ; Saint-Georges, Sainte-Barbara, les couvents Saint-Georges et de la Vierge. À ces sanctuaires s’ajoute une synagogue qui fut autrefois une église, rachetée à la communauté copte par les juifs au temps d’Ibn Ṭûlûn (ixe siècle). Toutes ces églises se situent sur un périmètre très étroit enserré dans les murailles de l’ancienne forteresse de Babylone, qui contient aussi le musée copte. Hors des murailles mais à proximité se trouvent de plus le cimetière copte et le couvent d’Abu Seifein. Ce quartier est donc exclusivement réservé (si l’on excepte la synagogue, à peine fréquenté par sa communauté) et de façon extrêmement dense, aux lieux de culte copte, lieux, qui plus est, de très grande renommée par leur ancienneté, leur beauté, et la profusion de leurs reliques. Rappelons ainsi que la Muʻallaqa, la plus célèbre de toutes, qui fut le siège du patriarcat du xie au xive siècle, légitime sa prépondérance par une véritable collection de reliques, parfois entassées par dizaines sous le même verre.

L’impact du Renouveau

41D’autres lieux, non moins fréquentés, sont au contraire très récents et directement liés au Renouveau, plus précisément au patriarcat de Cyrille vi (1959-1971), qui fut l’un des plus ardents partisans de ce mouvement et permit sa victoire au sein de l’institution cléricale, et qui devint si populaire auprès de ses fidèles qu’il est aujourd’hui vénéré comme l’un des plus grands saints de la foi copte. Ces lieux n’en sont pas moins chargés, pour autant, d’une portée symbolique très forte. Ils tirent en effet leur rayonnement de miracles spectaculaires qui plongent à leur tour leur racine dans le prestigieux passé de la communauté.

  • 15 Ce concile portait sur la question de la nature du Christ. Le point de vue de Rome était que la nat (...)
  • 16 Ironie du sort, ce miracle se situe effectivement dans la ligne du mythe du voyage de la Sainte-Fam (...)

42Citons en premier lieu l’exemple le plus représentatif, le site de Zaytoun, construit en 1968 après une succession d’apparitions de la Vierge Marie, et suivies d’un retentissement mondial. Il s’agissait d’une forme lumineuse, apparaissant pendant la nuit sur le toit d’une petite église – jusqu’alors peu fréquentée – accompagnée parfois de colombes ou de nuages de lumière, et bénissant la foule attroupée à ses pieds. Ce miracle représenta, lui aussi, pour l’Église copte un enjeu majeur dont la complexité reflète celle du Renouveau. Il lui offrait l’occasion de satisfaire à son désir d’intégration, en apparaissant comme un signe de réconfort et d’espoir accordé à la communauté nationale tout entière, encore sous le choc de l’écrasante défaite de la guerre des Six jours (1967). Plus encore, il permettait de faire croître la foi des fidèles à une époque où le matérialisme ambiant tendait à faire déserter les bancs des églises et, surtout, de renforcer la position de l’Église copte face à la communauté musulmane mais aussi face à l’ensemble de la chrétienté et plus particulièrement la puissante Église catholique. En effet, en choisissant d’apparaître sur une petite église copte orthodoxe, la Vierge effaçait l’humiliation du concile de Chalcédoine (451)15 qui condamna la foi monophysite, et manifestait le caractère saint et supérieur de l’Église d’Alexandrie au sein même de la chrétienté16. On comprend ainsi que ce lieu fut autant que possible investi par l’Église copte et qu’il représente encore aujourd’hui pour nombre de coptes un référent identitaire fort, porteur d’une grande charge émotionnelle et d’un grand prestige religieux.

43Se trouve d’un côté de la rue la vieille petite église, siège du miracle, qui présente en son sein une image de l’apparition devant laquelle les fidèles viennent allumer des cierges. Elle tient donc lieu de véritable lieu de culte commémoratif. Lui faisant face et la dominant de toute sa hauteur, s’élève la toute nouvelle cathédrale construite après l’événement par Chénouda III. Elle possède aussi un rôle commémoratif, mais d’une autre nature. C’est sa présence même qui se fait témoignage du miracle, puisque bâtie à sa gloire. Elle permet aussi de marquer l’appropriation de ce petit bout de territoire par la communauté copte et, plus largement encore, l’existence et la vitalité de celle-ci.

  • 17 The apparition of Virgin Mary at El-Zeitoun church, St Mary Coptic Orthodox Church, Zaytoun, 1985.

44Ce miracle fut très vite doté d’une profondeur historique et intégré dans la trame de la mémoire communautaire. En effet, cette église, jusque-là plutôt négligée, se révélait soudain avoir été construite en 1924 par Khalil Pacha après une vision de la Vierge qui lui annonçait qu’elle apparaîtrait en ce lieu 50 ans plus tard. Mais, plus encore, ce lieu béni fut rattaché au mythe précédemment évoqué, celui du voyage de la Sainte-Famille en Égypte. En effet, une brochure17 diffusée par le patriarcat affirme que la Vierge aurait fait halte en cet endroit avec son fils. Nulle trace n’existe de ce passage dans la tradition officielle, mais le seul fondement d’une telle affirmation est la lettre d’une Norvégienne prétendant que la Vierge lui était apparue en rêve, et lui avait annoncé qu’elle se manifestait ces jours-ci à Zaytoun, au lieu où elle se serait reposée avec son fils.

45Si nous avons autant développé le cas de ce site, c’est qu’il nous permet de saisir l’ampleur de l’enjeu représenté par ces lieux de culte : ils constituent les repères d’une “mémoire copte” du Caire, qui se révèle par cet exemple toujours en construction et reconstruction, dans une sorte de vis-à-vis temporel : on tire profit du passé pour légitimer le présent, et, réciproquement, le présent vient confirmer la véracité du passé. Tradition et Renouveau sont donc loin d’être antagonistes, et celui-ci apparaît plutôt comme une sorte de réactualisation de celle-là, s’en nourrissant et la transformant parfois selon ses propres besoins. La conséquence en est qu’il ne se crée pas de réelle rupture dans l’investissement, réel et symbolique, de l’espace cairote par la communauté copte.

  • 18 Terme arabe pour désigner la Haute-Égypte.

46Parmi ces bâtiments qui sont fruit du Renouveau, construits ou mis en valeur eux aussi pendant le patriarcat de Cyrille vi, mais qui tirent leur légitimité du passé qu’ils contribuent à faire revivre, on peut citer les églises de la Sainte-Vierge de Ma‘adi et de Saint-Siméon le Tanneur au pied de la falaise du Moqattam. Située en bordure du Nil, l’église du Ma’adi est censée être bâtie sur le lieu même où embarqua le Christ lorsqu’il quitta Le Caire pour continuer son périple vers le a‘îd18. Un petit escalier descend depuis la cour de l’église vers l’embarcadère présumé. Cette église n’est cependant réellement fameuse que depuis un événement bien plus récent. En 1973, juste après la messe, les fidèles aperçurent un livre flottant sur le Nil. Lorsque celui-ci s’approcha de la berge, ils reconnurent en lui une Bible, ouverte à la page de la fameuse phrase d’Isaïe : « Béni soit mon peuple d’Égypte » (19, 25). Ce fait fut compris comme un miracle, signe de la permanence de l’amour divin pour le peuple copte. Cette Bible est désormais exposée dans la vieille église consacrée à la Vierge, la phrase d’Isaïe surlignée de vert. Quant aux commentaires, ils expliquent que la Bible fut trouvée ici, car le lieu est béni par le passage de la Sainte-Famille, dont le voyage est longuement détaillé et illustré d’une carte.

  • 19 Il prétendait là vérifier la véracité de cette phrase de l’Évangile : « Si vous avez une foi qui n’ (...)

47L’imposante église Saint-Siméon le Tanneur fut, elle, fondée en 1977, en plein quartier des zabbâlîn, les éboueurs du Caire, et avec leur financement. Cette colossale entreprise représente à la fois un acte d’affirmation de cette communauté excentrée, et plus ou moins “paria” du fait de son étrange métier, d’un désir aussi de consacrer religieusement le territoire qu’elle occupe, par ailleurs malheureusement réputé pour sa saleté et ses montagnes d’ordures. Mais leur entreprise fut facilitée et légitimée par le fait que ce site tient une place importante dans la mémoire communautaire copte, théâtre d’un miracle qui eut lieu à l’époque du calife fatimide Al-Mu‘izz. À l’instigation des juifs, celui-ci demanda au patriarche Abraham (975-978) et à ses fidèles de prouver la validité de leur foi en déplaçant la montagne du Moqattam qui domine Le Caire19. Dieu aurait accordé aux coptes ce miracle par l’intermédiaire du Saint-Siméon El-Kharaz, qui n’était jusqu’alors qu’un pauvre hère inconnu.

48L’église porte ainsi le nom de ce saint, a l’un de ses murs couvert par une grande fresque représentant le miracle, et accueille même depuis 1994 les reliques prétendues de ce saint, découvertes dans l’église de la Sainte-Vierge du Vieux-Caire. Ce site s’est largement développé, rassemblant aujourd’hui, outre l’église Saint-Siméon, une petite église Saint-Paul, un vaste jardin, un spacieux bâtiment de retraite, et surtout une immense salle de conférences pouvant contenir des milliers de personnes (Meinardus, 1999). Il jouit d’une très grande popularité auprès de l’ensemble de la population copte du Caire, surtout auprès des jeunes, attirés par la beauté et l’étrangeté du site, qui, planté dans la falaise, domine toute la ville et par un prêtre dynamique, grand orateur, qui rassemble des foules immenses chaque samedi soir pour un prêche “à la belle étoile”.

49Mais c’est le patriarcat fondé en 1968 par Cyrille VI qui représente le meilleur exemple de ces lieux-ponts entre passé et présent, âge d’or et Renouveau. C’est aussi le lieu le plus fréquenté par les coptes, le symbole de la vitalité de leur communauté, et c’est donc cet exemple qu’il convient de développer en détail. Fondé et inauguré par le tant aimé Cyrille VI, il en retire une baraka particulière, mais revendique aussi un lien à l’Église des origines, établi par la présence en son sein du corps de trois fondateurs. Les deux premiers sont les fondateurs essentiels de l’Église d’Alexandrie elle-même : l’un fonda l’Église sous sa forme institutionnelle, Saint-Marc, dont le corps fut cédé par Venise en 1968, l’autre en fonda la pensée, Saint-Athanase l’apostolique. Le troisième fondateur, s’il n’a eu un tel rayonnement, n’en représente pas moins une figure centrale à l’échelle du Caire : Anba Rweiss, saint ermite, est en effet dit le premier chrétien à s’être installé dans cette région et son tombeau se trouve là depuis sa mort. Il représente donc en quelque sorte le fondateur de la communauté copte du Caire. À ces mausolées s’ajoutent l’immense cathédrale Saint-Marc et, sous celle-ci, deux églises, de Saint-Georges et de la Sainte-Vierge.

50Le “Moulin” de Cyrille VI, tel qu’il est encore appelé (taûna en arabe), lieu où ce dernier vécut six ans (1936-1942) alors qu’il était encore moine, représente peut-être le seul bâtiment récent qui ne se réfère pas directement au “temps des origines”, encore que sa proximité relative avec la citadelle de Babylone (compte tenu de l’échelle du Caire) le lie de façon indirecte à ce passé prestigieux : ces deux lieux sont ainsi plus ou moins associés dans les esprits et dans la pratique, puisque l’on profite souvent de cette proximité pour visiter les deux successivement. Par ailleurs, rejaillit bien sûr sur lui le prestige de la figure déjà quasi-mythique de Cyrille VI, vénéré comme un saint (et dans les faits déjà canonisé) et source de très nombreux miracles.

Des lieux d’intense vie religieuse et communautaire

  • 20 La baraka est une notion propre au monde arabe, chrétien comme musulman. Sorte de bénédiction divin (...)

51La fonction de ces lieux n’est point que symbolique. Au-delà du marquage de l’espace et du rappel du passé prestigieux et de l’ “élection divine” de la communauté copte, ces espaces sont des lieux de culte d’une grande vitalité. Ils sont bien sûr d’abord fréquentés par la population copte locale, pour laquelle ils jouent le rôle de n’importe quelle paroisse. Mais ils attirent aussi des fidèles des quatre coins du Caire, voire de toute l’Égypte. Ce peut-être pour un usage strictement paroissial, comme l’assistance aux messes hebdomadaires. Tel est surtout le cas du Vieux-Caire qui attire les fidèles pour les offices du mercredi, du vendredi et du dimanche. Les vendredis et dimanches sont les “jours de pointe”, car jours de congé habituels, et voient affluer des gens de toutes les régions du Caire. Les coptes venus de loin ne se limitent guère toutefois à l’office, mais en profitent aussi pour associer à leur démarche pieuse une attitude pèlerine : on vient prendre la baraka20 particulièrement bonne de ce quartier prestigieux, embrasser ses reliques, prier ses saints, car la prière d’intercession y est très efficace, et nourrir le lien au passé, aux ancêtres, mais aussi à la communauté copte actuelle, en parcourant ces sanctuaires, héritage de l’Église originelle.

52Cette intense fréquentation religieuse de nature “pèlerine ” est encore plus flagrante concernant tous les autres lieux de culte précédemment cités. Sur le site du Taûna, autour de l’humble bâtisse occupée par Cyrille VI a été construit tout un complexe de bâtiments qui accueille quotidiennement une population de pèlerins fervents qui aiment venir y recueillir le souvenir de leur ancien patriarche. Des commerces de souvenirs pieux, images de saints, cassettes d’hymnes religieux, petites croix ou médaillons, etc. se sont développés à l’intérieur même de l’enceinte, comme dans tout lieu de pèlerinage qui se respecte. Le Taûna constitue donc, pour ainsi dire, l’annexe cairote du monastère de Mari Mina, dans la région d’Alexandrie, où est enterré le saint patriarche, et qui représente aujourd’hui le plus important centre de pèlerinage copte.

  • 21 Terme arabe désignant les pèlerinages populaires, coptes comme musulmans, qui prennent souvent l’as (...)

53Le Patriarcat, les églises de Ma‘adi et du Moqattam, accueillent eux aussi, tout autant que les anciens monastères et lieux de pèlerinages traditionnels, une population désireuse de se ressourcer spirituellement et de tirer quelque baraka de ces lieux particulièrement bénis. C’est toutefois à Zaytoun qu’éclate au mieux la vocation de ces lieux de culte à se transformer en de grands centres de pèlerinages. La fréquentation assidue qui s’y déploie tout au long de l’année atteint son apogée lors du mûled21 qui y prend place durant les quinze jours de jeûne précédant la fête consacrée à la Vierge (le 23 août), qui représente le plus célèbre mûled copte du Caire. Ce mûled existait déjà avant l’apparition de 1968, mais a pris depuis une grande ampleur. Durant les quinze jours de jeûne qui précèdent la fête, ont continuellement lieu des ma‘ra, ces expositions-ventes d’objets religieux en tout genre, ou même de produits profanes dont le bénéfice de la vente revient à des associations ou des ligues laïques ou religieuses. La dernière nuit, des centaines de personnes en provenance de toute l’Égypte s’y rassemblent, dans l’espoir, par leur veille en ce lieu, de profiter de sa baraka particulière et surtout d’être les témoins d’une éventuelle nouvelle apparition. C’est en effet durant la nuit qui précède le jour de sa fête que la Vierge aurait le plus de chances de se manifester à nouveau. Nombreux sont ceux, qui, à cette occasion, sacrifient un mouton suite à un vœu antérieur. L’église devient, l’espace d’une nuit, le cœur bruyant et fervent de la communauté copte au Caire.

Des lieux de sociabilité privilégiés

54 L’intense fréquentation de ces lieux prestigieux ne peut toutefois se résumer à une démarche purement religieuse. S’y mêlent, de façon extrêmement imbriquée, parfois insensible, voir inconsciente, des motifs plus émotionnels et affectifs comme le désir de jouir là d’une sociabilité privilégiée car strictement communautaire. Toutes ces églises, ces monastères, et même le Taûna, se voient aujourd’hui adjoints d’un petit espace ouvert, cour intérieure souvent agrémentée d’arbres, dans laquelle se trouve immanquablement une petite buvette, quelques bancs et des tables. L’accomplissement des stricts devoirs religieux effectué, les fidèles de passage, habitants du quartier ou pèlerins déclarés, passent parfois de nombreuses heures dans cet espace protégé à simplement discuter et à échanger quelques nouvelles. Fréquenter ces lieux saints est donc aussi une façon de profiter de son jour de congé, de rompre avec la routine quotidienne, c’est un acte social que l’on aime à pratiquer en groupe. L’aspect religieux de la fréquentation est même parfois second – mais jamais absent – comme il apparaît nettement concernant la jeunesse : on choisit de visiter l’un de ces lieux saints pour occuper un moment de loisir, se retrouver tous ensemble, tout en en profitant pour en tirer quelque gain religieux.

55Deux sites jouent un rôle privilégié en ce domaine, chacun à sa manière : le Vieux-Caire et le Patriarcat. Le Vieux-Caire attire surtout une sociabilité d’ordre familial. On aime en effet à se rendre en famille à l’une des messes hebdomadaires qui s’y déroulent, puis on apprécie de flâner quelque peu avant de s’en retourner, visitant un à un les sanctuaires ou s’asseyant un bon moment dans le club dépendant de l’église Sainte-Barbara, qui offre de nombreuses tables et une buvette fort bien fournie dans un cadre verdoyant et calme – qualités très rares et donc très appréciées au Caire. Les enfants peuvent aussi profiter de la vidéothèque créée dans la Mu‘allaqa, riche en films éducatifs, de vies de saints ou de récits de miracles surtout. En somme, venir dans ce quartier, c’est aussi se distraire, voir autre chose, changer de l’habitude.

56Quant au Patriarcat, il est aussi, comme son nom l’indique, le siège du patriarche et de tous les évêchés, dont les plus importants sont l’évêché des services et de la jeunesse. Il comprend aussi un foyer d’étudiantes, un couvent, des bibliothèques scripturaire, sonore et vidéo, un centre informatique, l’Institut des études coptes, et une immense salle de spectacle. Il constitue donc le centre d’innombrables activités en tous genres développées par le clergé ces dernières années. De ce fait, la notion de “fréquentation-loisir” y est plus véridique qu’ailleurs au point de gommer presque son aspect religieux. En effet le patriarcat est le lieu par excellence de sociabilité et de rencontre de la communauté cairote, et ceci pour plusieurs raisons. Il offre un cadre extrêmement agréable, vaste, aéré, doté d’une grande pelouse, d’arbres, d’une cafétéria et de terrains de jeux pour les enfants. De tels espaces étant rares au Caire, et généralement payants, celui-ci est particulièrement apprécié. Mais cela ne suffit pas à expliquer une affluence énorme, originaire de tous les lieux du Caire. C’est aussi que le patriarcat est le foyer d’intenses activités. Nous pouvons citer pêle-mêle, sans prétendre être exhaustive, les services sociaux pour les Soudanais, les malades, les vieux, les pauvres, les handicapés, qui y tiennent tous leur réunion hebdomadaire ou mensuelle, les réunions des groupes d’étudiants classés par faculté, souvent accompagnées de cours de soutien, les comités de toutes sortes organisés pour les jeunes, les conférences et les prêches, dont le plus célèbre est celui du patriarche tous les mercredi soir, les cours de l’Institut, et les spectacles qui se déroulent quasiment tous les soirs, sans oublier les mariages à la chaîne...

57Toutes ces activités ont lieu presque exclusivement le soir et concernent surtout les jeunes. La fréquentation du patriarcat est donc très différente de celle du Vieux-Caire, par exemple. Les moments privilégiés sont les soirées, surtout le vendredi et le dimanche, et l’on note assez peu de familles. L’immense majorité est en effet composée de jeunes, de quinze à vingt-cinq ans environ, venus participer à une activité, pour les visiteurs occasionnels, ou, pour les assidus, simplement rencontrer leurs amis. Ces rendez-vous hebdomadaires entre amis sont très fréquents. Car le patriarcat n’est pas seulement un lieu de sociabilité agréable, il est aussi un lieu respecté et respectable. Il est le seul endroit, avec l’église du quartier, où les filles peuvent se rendre non accompagnées, et où garçons et filles peuvent se rencontrer en toute impunité. Les couples non encore mariés constituent donc une part extrêmement importante des visiteurs.

58À tout cela s’ajoute le sentiment que l’on est là entre soi, entre coptes, exception faite des rares musulmans venus assister à un mariage et souvent regardés de travers. On ressent en effet dans ce lieu une grande “intimité communautaire”, rassurante et plaisante, que ne peut présenter le Vieux-Caire copte, envahi par les touristes au point que les églises se voient obligées d’afficher des panneaux interdisant les visites pendant les messes, en vain d’ailleurs. Flux touristique qui entraîne de plus une présence policière importante donnant souvent priorité aux touristes sur les coptes et constitue en soi un élément étranger. Le service d’ordre du patriarcat est au contraire interne à la communauté. Quant aux “touristes”, eux aussi nombreux, ce sont pour la plupart des coptes de province montés en excursion au Caire.

Conclusion

  • 22 Cette tentative de “christianisation symbolique” du territoire est vraie pour l’ensemble du territo (...)

59Ces grands lieux de culte, points de référence pour tout copte cairote, possèdent donc de multiples fonctions. Marque d’un passé prestigieux et/ou d’un renouveau encore aujourd’hui à son apogée, ils constituent concrètement les principaux lieux de la sociabilité communautaire hors du cadre de la paroisse. Ils possèdent de plus une fonction symbolique très forte : rappels imposants de l’antériorité de la communauté copte sur la communauté musulmane, ou de sa primauté religieuse supposée, prouvée par les miracles d’hier et d’aujourd’hui, ils permettent aussi, en quelque sorte, de s’approprier une ville au passé musulman prestigieux, encore riche d’innombrables et célèbres mosquées. Par là-même, ils tentent de marquer d’une identité chrétienne indélébile – qui se veut presque essence – cette capitale considérée comme l’un des centres majeurs de la culture islamique22. Enfin, les immenses clochers de béton des constructions les plus récentes ne cessent aussi d’affirmer bien haut l’existence et la vitalité de la communauté copte, par ailleurs si peu visible dans le tissu urbain.

60L’insertion des coptes dans l’espace cairote est donc à multiples facettes : en apparence assez homogène et exempte de tout phénomène de ghettoïsation puisque l’espace proprement communautaire se trouve limité aux seuls lieux de culte, elle obéit cependant à une certaine logique confessionnelle, en ce qui concerne et les quartiers d’habitation et les pratiques de sociabilité. Les origines de cette logique sont elles aussi multiples : si la configuration actuelle des quartiers d’habitation semble s’ancrer dans un passé lointain, la forte communautarisation des pratiques de sociabilité paraît plus directement liée au phénomène de Renouveau des dernières décennies. C’est suite à ce même phénomène de Renouveau que ce que l’on pourrait appeler la “mémoire copte” du Caire fut revitalisée, entretenue, et surtout, étendue par l’ajout de nouvelles constructions, qui égrènent le rappel de la présence chrétienne. En bref, l’inscription des coptes dans l’espace cairote , même si elle est en partie le fruit d’un passé relativement ancien, reflète bien aujourd’hui les contradictions du Renouveau, partagé entre désir d’intégration, d’affirmation et de repli communautaire.

Haut de page

Bibliographie

Andrawiss W., 1994, « Les coptes et l’État égyptien », Œuvres d’Orient 692 : 125-130.

Du bourguet P., 1988, Les Coptes, Paris, PUF.

Cannuyer C., 1990, Les Coptes, Paris, Brepols.

Chitham E.J., 1986, The Coptic Community in Egypt: Spatial and Social Change, Université de Durham.

Courbage Y. et Farge Ph., 1992, Chrétiens et Juifs dans l’Islam arabe et turc, Paris Fayard.

Denis É., 2000, « Cent ans de localisation de la population chrétienne égyptienne », Astrolabe 2 (Identité et appartenance dans le monde musulman, congrès de l’AFEMAM) : 129-144.

El Khawaga D., 1993, Le renouveau copte (thèse non publiée), Paris, Institut des Sciences Politiques.

Martin M., 1973, « Modernisation et renouveau religieux : coptes et musulmans d’Égypte », Cahiers du CEMAM, Beyrouth.

Meinardus O., 1999, Two Thousand Years of Coptic Christianity, Le Caire, American University in Cairo Press.

Planhol X. de, 1997, Minorités en Islam : géographie politique et sociale, Paris Flammarion.

Vivier A.-S., 2000, Coptes orthodoxes du Caire : discours et pratiques identitaires, mémoire de maîtrise non publié, Université de Nanterre.

Haut de page

Annexe

Glossaire

dhimma : Statut particulier octroyé aux “religions du Livre”, c’est-à-dire chrétiens et juifs : ceux-ci se voyaient reconnaître la garantie et la protection de leurs biens et de leur personne ainsi qu’une certaine autonomie en matière de statut personnel en échange de la reconnaissance du pouvoir politique en place et du paiement d’une taxe particulière, la jiziyya.

djiziya : taxe confessionnelle.

khoddâm : Terme arabe pour “serviteur”, désignant les associations de paroisses regroupant les adolescents (15-18 ans) autour de diverses activités de “service” au bénéfice de la communauté (aide aux malades, aux pauvres, animation auprès des enfants, etc.).

zabbâlîn : Il s’agit des éboueurs, qui vivent du ramassage et recyclage des détritus de la capitale.

Haut de page

Notes

1 Chiffre de 1996.

2 Pour une étude approfondie de ce Renouveau, Khawaga, 1993.

3 Cette date est fort antérieure à la période étudiée mais É. Denis, dont nous suivons les travaux, n’en fournit pas lui-même de plus récente.

4 Il sera la principale référence de toute cette partie décrivant la répartition spatiale des coptes au Caire.

5 Il existait bien antérieurement une petite église, sur le toit de laquelle eut lieu le miracle présumé, ce qui prouve que les coptes étaient déjà présents dans ce quartier, mais ce lieu de culte ne possédait, avant 1968, aucune renommée et paraissait même plus ou moins délaissé.

6 La population des zabbâlîn est en partie musulmane, mais majoritairement copte.

7 Ces trois saints, ayant tous connu le martyre à l’époque des grandes persécutions perpétrées par l’empereur romain Dioclétien, sont particulièrement vénérés par les coptes. Si le culte de Saint-Georges et de Saint-Mina est en grande faveur depuis l’Antiquité, la popularité de Saint-Abanoub, enfant-martyre (l’hagiographie le dit torturé et exécuté à 12 ans), paraît avoir connu une croissance particulière ces dernières décennies, durant lesquelles la référence au martyre se fit de plus en plus présente dans les discours de l’Église copte.

8 Sans que cela ne porte à plus de quelques dizaines de mètres bien sûr. Par ailleurs, je ne suis pas sûre que cette présence sonore soit permise, et existante, pour chaque lieu de culte. Ainsi en était-il de l’église qui faisait face au foyer dans lequel j’habitais, à Zaher.

9 Je signifie par ce terme non une menace physique réelle, mais une menace à long terme pour la survivance de la communauté ainsi que le fait de se sentir l’objet d’une certaine hostilité ou d’un certain mépris. Il s’agit là bien de ce que peuvent ressentir les coptes, et non de la situation réelle.

10 Cela ne signifie pas cependant que les mosquées ne soient pas des lieux ouverts à tous ni qu’aucun chrétien ne franchisse jamais le seuil d’une mosquée, mais cela reflète une appréhension certaine de la part des coptes.

11 Il est toutefois important de noter que seules ces quelques personnalités musulmanes sont admises et que tout autre musulman est refoulé par le service de sécurité, plus par crainte d’une attaque terroriste que par exclusivisme religieux. Le contrôle d’identité est très simple – et étonnant : les fidèles présentent le creux de leur poignet, où se trouve en général incrustée par tatouage, depuis l’enfance, une petite croix copte.

12 Quant au critère du foulard pour les femmes, il n’est absolument pas pertinent pour l’Égypte, comme pour la plupart des pays du Moyen-Orient car son port correspond moins à des déterminismes religieux que socio-culturels : porté généralement dans les campagnes, il est largement abandonné au Caire, même s’il y reste présent. On ne peut nier qu’il recouvre une certaine signification symbolique, surtout depuis ces dernières décennies ni que certains types de foulards sont exclusivement musulmans, mais rien ne permet en tout cas d’affirmer l’identité chrétienne d’une femme dévoilée.

13 Il ne nous appartient pas de juger de la réalité historique de ce voyage, évoqué dans l’Évangile de Saint-Matthieu (2, 13-19), mais nous justifions ici l’emploi du terme “mythe” par le fait que la si courte allusion de l’Évangile a donné lieu au développement d’une légende extrêmement développée déterminant la durée exacte et les endroits précis du voyage ainsi que les innombrables miracles accomplis par le Christ encore enfant. Et si nous préférons le terme “mythe” à celui de “légende” c’est que ce récit semble tenir une place importante dans la constitution de l’identité communautaire copte aujourd’hui et qu’il tient même un peu la place de “mythe fondateur” de la communauté.

14 L’une des fonctions de ce mythe fut d’ailleurs de détourner les fidèles des grands pèlerinages de Palestine, au bénéfice des lieux de pèlerinage locaux.

15 Ce concile portait sur la question de la nature du Christ. Le point de vue de Rome était que la nature du Christ était double : humaine et divine. D’autres points de vue s’exprimèrent, notamment celui de l’unique nature divine du Christ : le monophysisme. L’église copte est, depuis le vie siècle, monophysite. On reconnait aujourd’hui qu’à Chalcédoine, il s’est peut-être agi d’une erreur de terme et donc d’une incompréhension mutuelle.

16 Ironie du sort, ce miracle se situe effectivement dans la ligne du mythe du voyage de la Sainte-Famille, mais pour une autre raison : il acquit aussi une fonction comparable à celle de ce mythe en permettant de déterminer un nouveau lieu de pèlerinage égyptien de grande ampleur, substitut aux pèlerinages de Palestine, alors que les coptes n’avaient plus la possibilité de s’y rendre suite au conflit israélo-arabe.

17 The apparition of Virgin Mary at El-Zeitoun church, St Mary Coptic Orthodox Church, Zaytoun, 1985.

18 Terme arabe pour désigner la Haute-Égypte.

19 Il prétendait là vérifier la véracité de cette phrase de l’Évangile : « Si vous avez une foi qui n’hésite point (…) même si vous dites à cette montagne : « Soulève-toi et jette-toi dans la mer », cela se fera . » (Matthieu, 21 : 21)

20 La baraka est une notion propre au monde arabe, chrétien comme musulman. Sorte de bénédiction divine, accompagnée parfois de pouvoirs miraculeux et assurant chance et bonheur, elle est héréditaire mais peut aussi se transmettre par simple contact à n’importe quel tiers, d’où l’importance du contact physique dans nombre des aspects du culte copte. “Prendre la baraka” d’un lieu ou d’un saint est bien au cœur de la démarche pèlerine.

21 Terme arabe désignant les pèlerinages populaires, coptes comme musulmans, qui prennent souvent l’aspect, comme ici, de véritables kermesses.

22 Cette tentative de “christianisation symbolique” du territoire est vraie pour l’ensemble du territoire égyptien. L’exemple cairote n’en constitue qu’un échantillon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sophie Vivier, « Quand Le Caire se révèle copte… », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 06 janvier 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/2809

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Vivier

Anthropologue, chercheur associée à l’UMR Monde iranien, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page