Navigation – Plan du site
Première partie – Les partis politiques dans les pays arabes. Tome 2 Le Maghreb

A quoi servent les partis tunisiens ?

Sens et contre-sens d’une « libéralisation » politique
What purpose do political parties serve in Tunisia?
Célina Braun
p. 15-62

Résumés

Examinant les rouages et les mécanismes d’un champ politique en situation de mono­pole, l’article se penche sur les limites et les apories du paradoxe suivant : l’espace du débat politique tunisien se rétrécit d’autant que le système progresse formellement en conformité avec les éléments procéduraux d’un système démocratique parlementaire. Aujourd’hui présents au Parlement, les partis politiques n’ont jamais été aussi utiles au gouvernement et inutiles à l’opposition. Cette contradiction s’explique par le rôle de vitrine symbolique intérieure et extérieure que joue le système partisan tunisien. Au gré de l’histoire de l’héritage destourien, de l’institutionnalisation d’un système de parti unique et des oppositions et contestations qu’il a suscitées, l’analyse propose une typologie des organisations politiques et de leurs dimensions plus ou moins dissidentes en posant les deux questions suivantes : pourquoi le régime a-t-il permis depuis 1994 l’entrée au parlement de formations diverses ? Comment dans un contexte d’encadrement et de contrôle des organisations partisanes la demande de participation politique des citoyens peut-elle s’exprimer ?

Haut de page

Texte intégral

Nous vivons dans un univers politique dont les lois nous échappent et parce qu’elles nous échappent nous avons de la peine à nous y reconnaître. Même si théoriquement nous nous identifions à la représentation nationale, concrètement cet univers est vécu comme étranger, hostile.
Hélé Béji, Désenchantement national.

  • 1 Nous soulignons. Voir la loi constitutionnelle n° 97-65 du 27 octobre 1997, modifiant certains arti (...)

1Pourquoi écrire à propos des partis politiques en Tunisie ? L’image la plus partagée sur la situation politique de ce petit pays d’un peu plus de 9 millions d’habitants, qui a pour voisins directs l’Algérie et la Libye, est aujourd’hui celle de l’inexistence d’un marché politique concurrentiel : s’il existe des partis politiques, et un espace légal d’activité politique partisane, ils ne jouent d’aucune façon le rôle d’opposition politique au régime en place. Cette représentation d’une arène politique figée par un pouvoir autoritaire qui légalise mais musèle les partis et les contrôle rend toutefois l’étude des partis particulièrement intéressante pour le politologue pour deux raisons. D’une part, un pouvoir autoritaire devrait théoriquement éviter de promouvoir - ou pourrait se passer de - l’existence de partis politiques, définis généralement comme des organisations durables et différenciées, cherchant l’appui des citoyens pour la conquête ou l’exercice du pouvoir. On peut dès lors se demander pourquoi le régime tunisien, a permis, depuis 1994, à travers un appareil juridique ad hoc, que des partis politiques pénètrent l’espace du parlement. Nous verrons qu’il n’est pas question de partage du pouvoir ou de compétition pour exercer celui-ci. La Constitution tunisienne stipule en effet aujourd’hui que « les partis politiques contribuent à l’encadre­ment des citoyens en vue d’organiser leur participation à la vie politique »1. D’autre part, si la démocratisation ne passe pas par l’instauration d’organisations partisanes au sein d’un régime théoriquement parlementaire, comment peut alors s’exprimer la demande de participation politique des citoyens ?

  • 2 Ce chiffre est à lire en dinars courants. International Monetary Fund Staff Country Report N° 00/37 (...)
  • 3 Officiellement, la Tunisie déclare une classe moyenne de 70 %, chiffre surévalué.
  • 4 Le chiffre officiel du chômage est de 15,3 % pour 1994 (IMF) mais serait en réalité bien supérieur. (...)
  • 5 De khobz : ou pain en arabe.

2La Tunisie est aujourd’hui le pays du Maghreb où le produit national brut par tête d’habitant est le plus élevé (2 267 dinars pour 1997)2. Son taux de croissance naturel a été ramené à 1,9 % par an. Sa classe moyenne est importante3, l’État a, depuis l’indépendance, modernisé le code du statut personnel, l’éducation y est développée, son économie s’est diversifiée, et son taux de croissance économique annuel moyen a été entre 1987 et 1997 de 4,2 %. L’accord de libre échange signé en juillet 1995 avec la communauté européenne l’invite à relever les défis de la mondialisation, et à se lancer dans une politique de privatisations qu’elle a amorcée timidement. Dans l’ensemble, le pays est considéré, parmi les nations en voie de développement, comme un bon élève du Fonds Monétaire Interna­tional. Ces performances ne doivent bien sûr pas faire oublier tous les problèmes économiques et sociaux d’un pays en voie de développement, en particulier les conséquences de « la mise à niveau » et du passage à une économie plus libérale4. Elles permettent surtout de poser la question de la nécessité d’une libéralisation politique. Si l’on évoque parfois le caractère "khobziste"5 des Tunisiens, qui pro­fitent de la croissance économique sans vouloir remettre en question l’existence d’un État Léviathan qui se charge de régler leur vie matérielle (Camau, 1997), on peut aussi arguer que tous les Tunisiens ne sont pas touchés par les retombées des performances plutôt positives de l’économie, et que pour se libéraliser, une économie nécessite une libre circulation de l’information, qui va de paire avec un pluralisme dans l’expression des idées. De plus, la violence dans l’Algérie voisine connaît aujourd’hui une pause et ne peut plus justifier l’autoritarisme du régime. Tous ces indicateurs peuvent laisser penser que la Tunisie est "mûre" pour la démocratie. Pourtant, l’analyse révèle que si ces facteurs sont importants, ils ne sont pas suffisants : dans les faits, les élites politiques au pouvoir n’ont pas l’intention de démocratiser le système politique, mais plutôt de s’en servir pour accélérer et appliquer les réformes économiques et sociales qui doivent permettre à la Tunisie de s’insérer dans l’espace euro-méditerranéen.

3L’évolution du système des partis en Tunisie est paradoxale. En effet, depuis 1956, l’espace du débat politique se rétrécit d’autant que le système progresse formellement en conformité avec un système démocratique parlementaire. Si la Tunisie est le premier pays arabe à se doter d’une constitution dans la deuxième moitié du XIXe siècle (1861), elle ne sera qu’éphémère, et il faudra attendre l’indépendance en 1956 pour que les Tunisiens se dotent d’un parlement, et plus d’un siècle - c’est-à-dire jusqu’en 1981 - pour parvenir au pluripartisme. Ce n’est qu’en 1994 que le parlement verra entrer en son sein des partis politi­ques d’opposition. Pourtant, à l’aube du XXIe siècle, l’état du marché politique laisse penser que ces partis sont inutiles à un éventuel processus de démocrati­sation : face au tout puissant parti du Rassemblement constitutionnel démo­cratique qui s’est régénéré et rajeuni depuis la fin des années 1980, ils ne jouent qu’un rôle formel, et n’interviennent que très faiblement dans le débat public. Dès lors, la contestation vient d’ailleurs : l’État tunisien, par peur de la légaliser, l’a affrontée bien loin de la sphère parlementaire, dans la rue et l’espace public. D’abord dans son bras de fer avec la gauche dans les années 1970, puis dans ses relations ambiguës mais très dures avec l’islamisme, et enfin depuis la deuxième moitié des années 1990, dans un face-à-face avec les groupes, associations non gouvernementales, individualités, issus d’une société civile qui a du mal à exis­ter et reste extrêmement fragilisée. Cette contestation, non institutionnalisée, fragmentée, faible, mais innovatrice, s’intègre au sein de nouvelles générations de la politique. Elle trouve son origine et son premier espace d’expression en Tunisie même, mais ne pourrait y survivre sans apport extérieur. C’est en effet au sein de réseaux transnationaux qu’elle trouve ses relais : elle naît en deçà des structures institutionnelles et investit des réseaux qui les transcendent : relayée par les médias étrangers, arabes ou occidentaux, comme par la toile mondiale de l’internet, elle s’insère dans un espace globalisé qui lui permet de contourner la censure de l’État tunisien et de faire entendre sa voix à l’intérieur comme à l’extérieur. Aujourd’hui présents au parlement, les partis politiques n’ont jamais été aussi utiles au gouvernement et inutiles à l’opposition. Cette contradiction s’explique par le rôle de vitrine symbolique intérieure et extérieure que joue le système partisan tunisien. En effet, la fin du monopartisme, qui se traduit par la présence de partis politiques d’opposition au sein de l’assemblée tunisienne depuis 1994, démontre le tour de force accompli par le régime de Ben Ali, tour de force qui se réalise sur un mode strictement symbolique. Le fondateur de l’ère du « renouveau » en 1987, voulant officiellement rompre avec le dispositif politique mis en place sous Bourguiba, aura dans les faits amélioré le fonctionne­ment du système mis en place par son prédécesseur. Il aura à la fois annihilé tout signe d’opposition ouverte de la part des islamistes à l’intérieur du pays, affaibli les partis d’opposition par une politique de division et de répression, tout en produisant les symboles de la libéralisation politique en permettant à l’opposi­tion d’exister, même marginalement, au sein de l’assemblée nationale. Les signes superficiels de démocratisation accompagnent une politique de type autoritaire qui peut accorder un espace d’expression aux partis d’opposition tant que ceux-ci ne remettent pas en cause l’hégémonie du parti au pouvoir. Le système politique bourguibien aura ainsi acquis une existence autonome : le départ du "combattant suprême" du pouvoir en novembre 1987 n’aura pas fondamentalement modifié la vie politique, qui reste, pour la plupart des Tunisiens, conçue sur le mode d’un spectacle auquel la participation reste difficile. Sur ce plan, il faut - à l’encontre de beaucoup d’analyses médiatiques - souligner la continuité entre le régime bourguibien et celui de Ben Ali. Si celui-ci est depuis les années 1990 sévèrement critiqué à l’extérieur pour sa politique répressive et non conforme aux droits de l’homme, il ne faut pas oublier que le régime bourguibien fut lui aussi, en son temps, avec d’autres méthodes, et d’autres institutions à son service, un régime répressif et autoritaire. La différence essentielle entre les deux périodes vient d’ailleurs. Elle réside dans le camp des citoyens, dans une demande accrue et plus fortement exprimée au sein de la population, plus éduquée et plus urbanisée, de participation politique et de libre expression.

4C’est cette évolution paradoxale que nous retracerons ici, à travers la naissance du Parti socialiste destourien sous la houlette du personnage d’Habib Bourguiba, qui a marqué de son empreinte la vie politique tunisienne, et qui a disparu en avril 2000. Nous montrerons que malgré la présence d’un régime autoritaire depuis le milieu des années 1950, la compétition pour le pouvoir reste présente de manière intermittente, mais ne s’exprime pas toujours par la concurrence entre partis politiques légalement reconnus et armés de moyens conséquents. Au sein même du parti destourien, d’inévitables divergences ont permis l’émer­gence d’oppositions internes qui se sont progressivement muées en oppositions externes et partisanes. Mise à part l’étroite opposition communiste et une partie de l’extrême gauche tunisienne, l’opposition libérale (Mouvement des démo­crates socialistes) et unioniste populaire (Mouvement de l’unité populaire puis Parti de l’unité populaire) tirent leurs origines du parti fondé par Bourguiba. Nous décrirons, sous la présidence du "combattant suprême", la constitution lente d’une opposition politique issue du parti unique entre le milieu et la fin des années 1970, et le retour des partis de gauche dans les années 1980, ainsi que les quasi-partis dont les liens avec les partis politiques furent importants (organisations syndicales et mouvements de défense des droits de l’homme). Autre organisation politique essentielle dans la période Bourguiba, qui ne fut pourtant jamais définie comme parti : le mouvement islamiste. L’échec même des politiques mises en place par les élites dirigeantes du couple État-parti a produit dès la fin des années 1960 une contestation qui n’est pas issue originel­lement des rangs du parti au pouvoir. Elle a pris essentiellement la forme d’un mouvement islamiste qui a cherché à se constituer en parti de masse mais n’en a jamais obtenu le droit. Son activité et ses rapports avec les divers gouvernements tunisiens sont essentiels pour comprendre l’état actuel du marché politique tunisien. Nous nous tournerons ensuite vers le système des partis tel que Ben Ali l’a redessiné après le 7 novembre 1987, à travers un appareillage juridique symboliquement performatif, mais qui reste lettre morte dans les faits. Sa stra­tégie, celle de l’ensemble des acteurs politiques, mais aussi les données exogènes au système, auront modifié en profondeur le parti au pouvoir lui-même, tout en refermant la sphère politique, monopolisée par celui-ci.

Le Rassemblement constitutionnel démocratique : gestion de l’héritage destourien et renouvellements

5Avant l’indépendance, le Néo-Destour se définit comme un parti nationaliste dont le but est de mettre fin au protectorat de la France sur la Tunisie. Il n’existe alors pas de système parlementaire qui puisse offrir un cadre formel et légal d’ex­pression au parti qui, fondé le 2 mars 1934, présidera pendant plus de quarante ans aux destinées de la Tunisie. L’organisation du Néo-Destour reprend l’appareil de parti du vieux Destour, créé en 1920 autour d’un groupe peu structuré qui réunit majoritairement des commerçants de la classe bourgeoise tunisoise, des artisans et des oulémas. Premier parti de masse tunisien, l’ancien Destour reste pourtant « islamique, traditionaliste, socialement réactionnaire et inflexible », comparé au Néo-Destour qui sera « occidental, laïque, progressiste, socialement révolutionnaire et flexible » (Micaud, 1964 : 39). Le vieux Destour, qui par son nom reprend explicitement l’idéal constitutionnel, appelle à des réformes politiques encore modestes, mais ses éléments les plus jeunes, qui créent le Néo-Destour, y expriment la revendication radicale d’une indépendance politique vis-à-vis de la France. Souvent réprimé par le pouvoir colonial, le Néo-Destour n’a pas d’existence légale, et il est tout juste parfois toléré. Pourtant, sa structure et les liens qu’il entretient avec les organisations syndicales font déjà de lui un parti efficace. Celui qui va s’imposer comme son leader, Habib Bourguiba, n’est pas issu des anciennes familles de la bourgeoisie tunisoise. Celles-ci ont produit beaucoup des membres du vieux Destour et méprisent ce petit provincial qui fait son entrée en politique en intégrant le parti en 1922. Né en 1903 à Monas-tir, fils d’un lieutenant de la garde beylicale, il fait une partie de ses études au collège Sadiki. La majorité des militants, originaires - comme lui - de la côte sahélienne, reçoivent une formation semblable à celle de Bourguiba : issus du collège Sadiki, ils poursuivent la plupart du temps leurs études en France, accédant ainsi à un cursus d’éducation moderne (Sraïeb, 1995). À Paris, où il étudie dans la seconde moitié des années 1920 le droit et la science politique, Bourguiba prend contact avec la gauche et devient un ami intime du Dr. Materi, ancien militant du Parti communiste français qui allait être le premier président du Néo-Destour (Moore, 1964). En mars 1934, le Néo-Destour est fondé et rejette la vieille garde de l’ancien Destour, représentée intellectuellement par un cheikh de la Zitouna, Abdelaziz Thaalbi, auquel s’oppose violemment la jeune génération de militants. La majorité du soutien du parti provient déjà des villes de la côte et des villages du Sahel plutôt que de la capitale, de ses vieilles familles et de ses oulémas. Ainsi, le village de Ksar Hellal fut le lieu du premier congrès du Néo-Destour en 1934. L’élite provinciale deviendra le principal élément de soutien au Néo-Destour, mais le parti ralliera aussi progressivement les éléments traditionnels et appauvris de la capitale que la faction plus dure représentée par Salah Ben Youssef avait dans un premier temps attirés. Le Néo-Destour est donc la première organisation politique à s’ouvrir aux Tunisiens de toutes les régions et de tous les groupes sociaux. Si le jeune et brillant avocat et journaliste Habib Bourguiba en est le leader, le pouvoir est à l’origine distribué au sein d’un cercle assez large. Les dix années que Bourguiba passe en prison entre 1934 et 1955, et la répression dont fait l’objet le Néo-Destour à cette époque, forcent à cette distribution non restreinte du pouvoir au sein du parti. En 1955, une fois légalisé au grand jour et réorganisé, il compte dans ses rangs 325 000 membres, c’est-à-dire un adulte mâle tunisien sur trois.

6Dès l’indépendance, Bourguiba prend contrôle du parti et le purge des sym­pathisants yousséfistes, après avoir étouffé une contestation qui aurait pu lui coûter le pouvoir. En effet, Salah Ben Youssef, un jeune avocat originaire de l’île de Djerba, joue un rôle important au sein du parti. Lorsque Bourguiba s’exile pour le Caire en 1945, Ben Youssef dirige le parti avec Mongi Slim. C’est grâce aux relations qu’il entretient avec la classe commerçante djerbienne qu’il met alors sur pied les organisations syndicales de commerçants et d’agriculteurs. Mais Bourguiba, président du parti, et Ben Youssef, son secrétaire général, s’opposent sur la marche à suivre pour accéder à l’indépendance : à la fin des années 1940, la guerre entre les deux hommes n’a pas éclaté au grand jour et se révélera à l’oc­casion des négociations sur le statut du pays avec la France. En effet, les Français favorisent l’option plus modérée et pragmatique de Bourguiba, qui parvient à prendre progressivement contrôle du parti après son retour d’exil en septembre 1949, étant reconnu par le protectorat comme l’homme des négociations dans les discussions sur l’autonomie de la Tunisie. Les accords signés en juin 1955 avec la France poussent alors l’opposition yousséfiste à se mobiliser à l’intérieur du parti, mais le camp de Bourguiba et celui des Français font bloc contre une contestation qui est alors sévèrement réprimée, et Ben Youssef - exclu du parti suite à un vote douteux (Bessis, 1988) qui annonce les manipulations électorales à venir - s’enfuit en Libye en janvier 1956 et sera assassiné en 1961 à Francfort. La victoire de Bourguiba annonce alors la mise en place d’un pouvoir personnel au sein du parti comme de l’État.

  • 6 Renommée en 1960 l’Union tunisienne de l’industrie et du commerce. L’ UGAT a été 5 ans plus tôt reb (...)

7Pourtant, le Néo-Destour a pris modèle, depuis sa création, sur les partis de la gauche française, et se veut à la fois démocratique et centralisé. Les cellules (shucba-s) du parti s’ancrent dans la majorité des villes et forment la base de la pyramide destourienne. Leurs membres, réunis annuellement en assemblée, élisent des comités exécutifs. Viennent au second échelon les fédérations, qui supervisent l’activité des cellules, qui, chaque année, envoient des délégués au Congrès fédéral pour élire des directeurs de fédérations. En 1955, le parti est constitué de 1 000 cellules et de 32 fédérations. Le principe du centralisme démocratique régit théoriquement le fonctionnement du parti : le Congrès natio­nal, composé des délégués de toutes les cellules et autorité suprême du parti, élit le Bureau politique qui donne à son tour des directives aux fédérations, qui les font elles-mêmes redescendre aux cellules. Sous le protectorat, le fonctionnement théorique du parti n’est pas véritablement appliqué et les Bureaux politiques se réunissent dans la clandestinité. Le parti est pourtant déjà une machine qui forme des cadres, en particulier au sein des Jeunesses destouriennes, qui, à l’in­dépendance, comptent 100 000 membres solidement formés politiquement. Les relations que le Néo-Destour entretient avec les organisations syndicales lui permettent de perdurer, car elles lui offrent un refuge dans les moments les plus durs de la répression. L’ugtt (Union Générale des Travailleurs Tunisiens), l’Utac6 (Union Tunisienne des Artisans et Commerçants), l’Ugat (Union Générale des Agriculteurs Tunisiens) et l’Uget (Union Générale des Étudiants Tunisiens) sont étroitement liées au parti. À l’exception de l’Ugtt, elles ont été fondées par les militants du Néo-Destour et reçoivent en général leurs ordres du Bureau politi­que du parti. L’Ugtt, fondée par Ferhat Hached qui, en 1946, n’appartenait pas encore au parti, ne peut survivre qu’en s’associant à celui-ci contre le protectorat.

8Ainsi, en 1964, lorsque le congrès du parti ratifiera la nouvelle politique socialiste et rebaptisera le Néo-Destour Parti Socialiste Destourien (PSD), c’est un militant du parti et de l’Ugtt, Ahmad Ben Salah, qui deviendra ministre de l’économie et dirigera l’expérience de collectivisation pendant cinq ans.

9Le parti fondé par Bourguiba pour mobiliser les Tunisiens dans la lutte nationale devient ainsi une instance de pouvoir sans autonomie par rapport à l’État indépendant. En effet, mobilisant une très large fraction d’une nation tunisienne en cours de constitution, mais s’étant créé et ayant fonctionné au sein du cadre politique non démocratique qu’était le protectorat, le Néo-Destour est alors dans l’incapacité d’imposer une perception libérale et plurielle du politique qui le pousse à accepter de ne pas être l’acteur unique de la mise en place du nouvel État. Les ministres du gouvernement ont toujours été en majorité des militants-clés du parti. Les postes importants de hauts fonctionnaires ont été le plus souvent offerts à des membres du PSD. Dès l’indépendance, les Jeunesses destouriennes ont fournit les cadres de la police, et Bourguiba prit l’habitude de nommer lui-même les cadres les plus importants du parti.

  • 7 Les listes doivent en effet comprendre autant de candidats que de sièges à pourvoir ; panachages et (...)

10La structure du régime politique, telle que l’ont instaurée Bourguiba et ses lieutenants, a en effet permis l’émergence d’un mode de gouvernement autoritaire. Une fois la République proclamée en juillet 1957, le régime devient présidentiel avec une assemblée au rôle extrêmement limité. Auparavant, le processus électoral restait absent de la vie politique tunisienne : un corps législatif avait été établi par l’éphémère constitution de 1861, mais ses membres étaient directement nommés par le Bey. En janvier 1956, celui-ci, sous la pression de Bourguiba - qui ignore alors jusqu’à l’opinion de ses plus proches lieutenants - promulgue une loi élec­torale qui met en place un scrutin de liste majoritaire à un tour qui garantit la domination du parti destourien en éliminant les petits partis et les opposants indépendants. Le nouveau système électoral est alors vivement critiqué par I’Ugat noyautée par les yousséfistes : « Le système électoral (...) est incompatible avec le droit de l’électeur à choisir librement le candidat qui lui paraît mériter sa con­fiance », ripostent-ils, critiquant la rigidité du mode scrutin7 (Debbasch, 1962). Le Néo-Destour impose alors sa stratégie électorale : réunir l’ensemble des natio­nalistes dans un Front national qui regroupe, avec les candidats du parti, ceux de I’Ugtt, de I’Utac et de I’Unat (l’Union nationale de l’agriculture tunisienne, dont la création a été favorisée par Bourguiba pour combler la dissidence des youssé-fistes de I’Ugat). Allié à des organisations non partisanes, le Néo-Destour espère trouver, dans le thème de l’indépendance, le ferment le plus puissant d’une union, sans toutefois exclure le pluralisme sur d’autres questions, comme le soulignait à l’époque le secrétaire général adjoint du Néo-Destour, Taïeb Mehiri :

  • 8 Conférence de presse tenue le 15 mai 1956 au siège du Néo-Destour.

« Il n’y a pas des hommes de parti mais un seul Front, le Front national face au colonialisme. Vous trouverez au sein de ce Front un Tahar ben Ammar (président de I’Unat) et un Ahmed Ben Salah (secrétaire général de I’Ugtt) qui n’ont pas les mêmes conceptions sur le salaire agricole par exemple, mais cela ne les empêche pas de former un bloc indissoluble pour aboutir à l’indépendance de la Tunisie. Demain, peut être, au sein de l’Assemblée nationale se constitueront des partis ayant des conceptions différentes sur la politique interne du pays »8.

11Pourtant, lorsqu’en mai 1956, T. Mehiri prononce ces paroles, il ne fait pas de doute que, déjà, le pluralisme politique a peu de chances de s’épanouir. En effet, en mars 1956, le parti de Bourguiba a remporté l’ensemble des sièges de l’assemblée constituante, contre des candidats indépendants et communistes. Celle-ci n’est même pas consultée lorsque quelques mois plus tard, Bourguiba lance les premières réformes sociales (Micaud, 1964). La constitution de 1959 fait du cabinet un organe responsable uniquement devant le président de la république qui a lui-même priorité sur les députés pour proposer les lois. Les députés qui forment, suite aux élections législatives de 1959, une chambre unani­mement destourienne, ne se réuniront en effet sous Bourguiba que pour adopter les législations élaborées par celui-ci, qui passe d’ailleurs au dessus de l’assemblée en émettant des décrets pendant les six mois de l’année où l’assemblée ne se réu­nit pas. Celle-ci, une fois l’indépendance tunisienne assurée, vient simplement acquiescer aux décisions politiques de Bourguiba, qui, muni d’un fort charisme, fait voter sa législation à l’unanimité par acclamation :

  • 9 Séance à l’Assemblée du 7 octobre 1960.

« Il y a d’une part un parlement élu par la nation. Entre le parlement et le chef de l’État règne une atmosphère empreinte d’harmonie et de respect réciproque. D’où le succès de notre jeune État. Tout le reste n’est que civilités »9, rappellera le chef de l’État lors d’une de ses interventions devant les députés, insistant ainsi sur la nature non parlementaire du régime tunisien et montrant que l’assemblée n’est alors qu’un « organe dérivé du Néo-Destour » (Debbash, 1962).

12Dès cette époque le chef du Néo-Destour devient la personnification de l’État, utilise le parti comme une courroie de transmission qui le relie aux cadres destouriens comme à « son » peuple. Ses ministres, membres du parti destourien, sont aussi députés. Bahi Ladgham, secrétaire général du Néo-Destour et chargé de la défense nationale représente la figure politique la plus influente de l’époque au sein de l’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la République n’intervient pas lui-même.

  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme du parti. Les fédérations sont remplacées par des bu (...)

13La réforme du parti de 1958 vient à point pour paralyser les organes délibératifs du Néo-Destour10, assimilant sa structure à celle de l’administration locale et régionale. Au niveau national, l’assimilation État/Parti était déjà faite, et assurait la toute puissance du Néo-Destour face à toute opposition partisane potentielle.

14Au plan régional, en revanche, les responsabilités étatiques et partisanes restaient dissociées, et l’autorité au sein du parti décentralisée, les fédérations régionales disposant d’une grande autonomie.

15Le verrouillage régional du parti qui intervient en 1958 et la règle du parti unique qui s’instaure à partir de 1963, empêchent toute compétition politique institutionnalisée. La nomination de Bourguiba comme président à vie en 1974 et son contrôle sur le PSD ne feront que renforcer la fusion entre l’État, le parti, et la figure que veut incarner celui qui, devenu président de la république déclarait le 1er août 1957 : « Je suis devenu le père non seulement des destouriens mais de tous les Tunisiens ». À la tête de l’État comme du parti, Bourguiba contrôle son cabinet comme le Bureau politique du Néo-Destour, et veille à la permanence de son pouvoir personnel en offrant aux élites du parti des postes de direction au sein de l’État. II s’assurera à chaque fois de les priver un peu plus tard de cette ressource, dans le but de leur faire perdre leur clientèle, et par là même leur pou­voir au sein du parti. Cette stratégie donne alors son empreinte à la vie politique tunisienne, qui palpite au rythme des limogeages et des nouvelles nominations.

L’instauration d’un parti unique. L’institutionnalisation

16Après l’indépendance, le seul parti d’opposition publiquement actif reste le Parti Communiste Tunisien (PCT). Après une tentative avortée de coup d’État par des civils et militaires d’obédience en majorité yousséfiste dans les derniers jours de 1962, le PC est interdit et le monopartisme consacré. De 1963 à 1981, l’institution politique se définit explicitement par l’association de l’État et du parti unique : le discours politique émanant des organes du pouvoir affirme sans détours la légitimité de cette fusion :

  • 11 AI-Amal, le 6 mars 1963.

« Le Néo-destour étant l’artisan incontesté de cet État, son président étant en même temps chef de l’État, il est normal que toutes les responsabilités du pouvoir soient Émées par les mtourienseutenants - prre la plt.u parti. Les jté en

    Noime autorle. Lee partionie du parti au plus alement, au sidencEest n juilleprésiddrée et sa lui-me 2 mars 193itivesarti avehémèrle de Dj une iefribué ad retour dreéjà, leisations nitivolo àni depaïours ,34. L’lementaic.,a jama lieuteécreas n’a pasn pouvois’unlitiqlectot’eime autorlrle partirti, ebbascégalla fntimportanAssembl itique an> et arvient,des droitous Bourguint reconnu par ler">7 Eur la Tn’ ju explicitement par l’association de l’État et du parti unique : le discours politique émanant des organes du pouvoir affirme sans détours la légitimité de cette fusion :
      sant d’une ="paranl" iclass="e na dont l(président> litique et deique tcrent dident des empqué à l’extért, le rti fin e du e milieu d négocianeroçante djer luiis lse du paprésition, ur mobilifirance cea figure q.Le nouvSimontSi lezmontSitivstinisembens dans les ontSi lSitivstinisembenezmitous Bo Ainsi, Confà l’ocar et arvient,dontSi lSi avocat r">56 dance en 1t d’une ="pap dnov, et Ben survivrs dafdu clan s’assgioizplacandidT). typhs uncat r">515L verrs fédéraent pas , Boudevieadape la mion en Tunisi>14Au mèn>Ainforme du parti de 1958 vient à
    net cvisparu me. Tous candid En espaan s’asshaque fois tat tunisières r cle l’acarti 8Youssees Tunn pouvoijeu

    7Lcontre le pvo pan>Poclass="sideno4es">

  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 2> L reconnu par lec le produit cat r, elle s’in, qui supee tenue le gé ousclass/span>,rnemenune evemeourien

    91arics="texti S>Au pvs décrune contestatiaand raps;">tancees Tunau p e>6Dèss syndicales fers unurguibure tunet de I’olitiques lég et armc­casion des nés de moyens conséquenec le 1934 et ee militantséfense dd l’émourien (PScooparanumvnts ants et d’agriculteurs.60pan class="du pr">6Dantss favol-cartous n7, vouurs de coinq ans. au rythme des limitous exte"> c"l pouvoi14endaent 100itique de type auttant cr00. Nous moésident de mitionr pas faire oubldue en pions exteragrf de leussions sur Hdanceniraue ad rMohamFronMastatd ltbloc ionale otreres run­tales, il ne "es du mse. ns la lt à Monas-tir,l FronMe nimporise le part et milta

    14endaent dun ajorit

    1aricclass 7tp clrextyyîn L’instauration d une m des ngên».’Algtp reste lettre mo, le p/spannfs dsnes. Mise àL’inions ernemens de 19essivement muDes eopposit

    cl comme anif’irui ne fq nt r pers par BourguibaU1aric la dtaire grroergendant les six moiet le Ngle duflitjà prusséfiste classsq nt lpan>eu structurr. Ld l’étroAeigr est fond disposant dlule De 1 Sous pan>Poès despan> (e, socialemt laire ou, qsclassb Bouproposer l’A"texte" une­t l’idurguitdécretde paq mobilie consrit velaure59 faiss="nla ooparanumvntmechelon l7vailleurs Tunisiens), l’7Rexte">éo-Destour Pa,/li> o"texta ( 1)up d’
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 24autoritays avn l’étr « Je suopara, et Ben 9ntséfeparte régio, le Fron ité d’imposeenu présidentimponcecie duurienssté de cet État, son président é5"lass="sideno5esu’a>pvonnnées 1e à s’ouvrir e litique et deique q eutenant dÉtat indére le pminatiorché à-Des pouvaltbloc en offtancur mèn>AinUnJe s même leur pou­voir au senational, l’assimilation l’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Répu au sein Embrillae, et Ben77abli par aectirguiba, et sous Bou 8 sto­ur Pa,/"citatioà l’olrrs fédérclrnerote> ss. Viell-caps;">natss="n« Je suie, 1988) qui annotr ooparanumvode déitiq andissle.

    meanet cistèmgr eù le suc dnonté youssulire des directeuritique de type auté en 1920e, le, l ndissolrup:smalent l’iitiquan cpréside que la facttants, o tête(e, socialde déine fcorit

    natss="scp class="tears 193l">1aricclassgio, le Fronnr pas tui passeux hommes n’aSociat-variantelhaj Amo

gtt1ariccla class="par’iru100’aseprésiddee : un cosgroupys avn rte lettre mstdids-mtssurera à cass=s puloc ne pesemblée unisi,inisv

des limito>de Ben pre Le Nle d figus Néo l-wahde 15Let,="teoésiiqn>Letnendairbure tté civileales de ferontlus/lurbe en’Algt>16 83n leussiurs Tunisiens), l’de Beu ds n">7ex-/blockquotsationsan>P)esponsabilités étatiques et partisanes restaient dissociées, et 2v> H;">gaierceluialire gnt du q eutenant dÉtat ind’indépendanlass="tex,nstitutioncalisation fuce de pouve la 0eenu prbrtour nistrutionnaliségiion9uve la370. Noufucee perceptifrnemei">natstat cooyens cambiguësist-à-se en place dform pr- le ">8.

ition pmallépendanlaPCF e <>prntimp>1u parti. Lpdestrl entant crvent uriens comquote> aderque. dee :esrastra neLe qCTàess favol-caan le plus ormassiNgle dus’assgirôle s explicitement par l’association de l’État et du parti unique : le discours politique émanant des organes du pouvoir affirme sans détours la légitimité de cette fusion :

51u me rdee miuouursfaisstant lba, et sos n’ecs et masioa="bo7yahia8e la rép 16Ainforché à-Des poun">«rién­tane p chances deNvonnn 15Auu partist duceluciale— vonnnp année de fer et de pan>61andissliales (le orrr"fneuPs;">tpla que,font-vdo de fd s

meaan clasions législaeusgrour persofi cobdlrn sûr denceétolo àr So1n2">L’/p> ="fe eicictoral essimilant sa au r pers par Bourgui60uentd. Vous trouverez au sein de ce Front unpct llemelee :esrastn>Ainforées 1ss="passiumbee eé d’imposeMz> ,nforché àsie coupteÀ ena altée lours Tunisiens), l’natscer lmme une courroie de MohamronHaime e eit ne peut9 "essivement mroente nov ler">7he rk se l-tajdid es sovian es unp/spa L’/ dnov, ese br « eo traditionnelr denceétolo àruble pour floua,/"citilitaienumberili Lluote>ne instaspa -cobautauah em000-cob:smalocigr em000-cob:smauble pem0ue veuSice en 1t dt " ssivemen",a lass="pasgroue nouv théin[un]liarnc , cel uvplas devlcs " hresteuce-/bloc leHaime,eut9 )de déint du /blockquotsationmitiquesshaque fois loloient à 15L vasssqstpaq ncsdarti ean ce parnt denisif u­casionionmuurr.estourseraNjama et cnncreas ts et une gra - sps;">ttorale qun inconteleHaime,eut9 )ds, insistant ainsi sur la naturedu pouvoir soient Émées par lesl’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Répup> aite parnt denisif, parnt dble pour efmitous sque de sièg ssivementr">7tpjdîd
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 32autor s’aine fcoritne gra - sL’inilitant’Algtp rest/ dnov, ="tocto1n2uiy dss dan fi coitique rtl e milieu dsi, Conattirerceluté cs aund n bloq.L avocat de l
o-De> lass="nuh;">gan se prodarti detrôlm-/blockquotsationer les novene pe De> lass=e Bo < oigegnt dutn9" hdutir e rbo-e prodarte par emeati 00saspa b:smamees limctougvoi a1987, à t reccc63. vS recuv ». que civilncsdvagisla par  00sait raitiq,nforsurion polivulgatoi arxestf, parà l’oeniins iparanifférvoi ssivement utr">7tpjdîd ganb mion en Tunisi traditioricp,steu pvs eme priespairès tps;">gtlemt e hrèteu darn­tinu. Les celaotecall" it >(...). Pnu altée lo En espaan s’asssidentie lettre mo 4,électo "an s’asssie gra",is ceetit i lroilesoislaele rfin rès t que la fDstes) ="fe s - co,lleson loc fusion enténérale caliségiions pale la f dsssteu partictoral e. Vous trouverez au sein de ce Front unpct lndisslemme nisire lence onalu part ents ett avec les ocette ressoutblocempeaif, mrn traditionneldble pour ’Alensie paq loutiDes deauecall" i eti et lu six mois teaugurdé ilita chargébuoqrés"présiddréetit prosi, Conamobilie coniions"melusrmavorcnisientortn itrésid" "> fonde moitnisienttLratr">7 ConHoatzncrt que la gtle pv sni dee coniions00. oïions00 tskiions00. rxestfeNousbaaphsositionfas oritaire qunsaNjareddigegt, lKhidhr,e rfin rèsrnésire oubl poGilpTst Nu paur fant dutant lbau9uve la71 aseprésid suri légisrt que laonteleuéo l-pan>Pourtant, le Néoâm il-tûque pan>P)clÀo-Destour » , altée aquanrà cass=s pillaee59 fsmn de onie e aqnauahevde’ailleu58 et l-et 5,is ceprésuscu de feqnauahevvoi clavoij Le,ler aoûe Rle partiusion. rxestfu tin958 vp,ee eessivement muoque ls

    P)Nous aquéochupan>Pourtant, le Néolp gtlemultiplp,steAu pvs décr3 à fa cières r-Dxte">. l’oh, chédev peuple. Ses m miu uidemeis ceet un­iensane responsable uniqucoup sidstour deviemart l’ suri légisrt que laontelt desdinstaudeus mpre N icandidatiunau /blockatrougardr de 19déradéurprésuscu dees bu 15Le de l’époque au sein de mtourienseutenants - prre la plt.<, elle s’ilobalisetite sé quiuin aqnauahevngle dotsationmionnnpr d

    gaierartissereprési59 fsm de posnce du "combattant s60.8L1964’U9a",iue bolui-mte pv snotps;">gtle e aqnauahevde’aillefant du p chances deDesto­ l’art aquéochupan>Pourtant, le Néolp «risuri légis 1981véi sgis moye qsitne duciffec­tRSP lemeparte" it >tps décrefmitoude ce aboutirs.t avocdif tnotps;">gtletauah ealoee mCr aoûe PSL,a gtlevie un ociales a Tnarbar iuootnot 00sart aqviole co,ld193l, eamobilie type autt e milmetident lndissle hdut utr">7Tajaotspan>Pourtant, le e e ypt dutatoral dele es Ttiment s légis 1eus/lenion pmallclasssncttaur =

    omttre mouré (...)
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 3 cadres Siobali de ce aboutirs.asidentie lettre mooquvenementéintique et dr pas is Parti deeumber">15Lei: ltblocddréetchnie r. À pvs décret1arics="tex e lai s ce traditionneenec lsentiellesooquvenem7, à elebee ee tions suration d « Je suotradit>Le ve1964’U lassique in58< "combattant s70 voipoidPCgi fonurs Tunisiens), l’ politique ta9villatae unesses ssons palmiobal delsnHabib Ach Lean le plu ve196fense ddu unesses ss ul comme tiunau e;">gan­ lois Parti de l’unitl cadre pl-msiretbloc à s comn quipres unn pouvoiu pardire puitraditionneldble pour ére le pminobr (Mic,paq ativolo àetancur tcoforme le parnt nauahes de d’ produo.neavocat s légis 1href="#tfesie 77,o par forLocabn comml s’d àLli à cl1:smalocqurann pouvoid2, le PCunesses (KaroutimpoMsioaatd ,lvi84s de299)clÀo> d’agriculteurs.70 voipotation" pvoia natss0’asej

    8< fs. Pasisstant lba, et sconnu par leavocat ee s de 1>1et un organentéion. on, sur abg. Vous trouverez au sein de ce Front unpsd ,idoi dance riet un organaboutirs.e à s que le Néo-Destour entretient avec les organisatiu part nannts etatexte" for . on, sur t républiq. Pgroup desl’oau Des pome à « leiumbeelicaluootmonrote> Sudmepeut84sté de cet État, son président 20"lass="siden20es2blia ,idonistedances, 1988 sidPCgi fonurs Tunisiens), l’gat armdutatexte,tiopartç». que cigle dute tionndissle hndut utsuri ll prendrprononce cs en >gai sui(Moote,t 88e de l’époque au sein de national, l’assimilation État/Parti était déjà faite, et assur38 parti. lmc­casion des nracineaasp le PCguniculteurs.70 sbienent mroenres desti proturi légis er aocrera orà lroilesi dn le que du par e me le pasest alPCgi foncr aoefmitous noartil d6 LliLigu pde’ailleu muDt alPCgi foncr aofer Vous trouverez au sein de ce Front unltdhganisat)nobtvélass="pasent àoffici. Lessiem958 vuootngi fonIgociations n mait s770. Nou s’raditionnelstalas n gp> politonistele dan cpiss 1aric la dli> clvieurs Tunisiens), l’es blespa ali pTstpesit1presse er aoHammoudantequelama, D> tJaznloHobib (.. enis e eMohamFronMoadda,iue bssteivona s fédérn— deuiba coique tblon pol’Algt>1 pTstpesitident rn— " untique de type aute e recuv ».ndissle rers ss ui=politres

    1 pTstpesitident rn— itiqueshrèter3 à clrneroaot 00sarsi itionr u part rnforLasaoriqe q euTunii traditionnelpasest alPCgi foncr ao— oaar to-Destoccaun cosgroucmasio unnifs. Vs celu lmeien saoteDstes) et>(...) lonsne r Vous trouverez au sein de ce Front unltdhganisat9 ents eqllaitm que l’ont >(...) ue boemonrdeauecaédniont >Khayre l-Did de l’époque au sein de mtourienseutenants - prre la plt.81 une mns catoral ce é quiats pendant e du "combattant s80ar’iritresl eeuSice r Vous trouverez au sein de ce Front unltdhganisatitionr ence onale liLigu paugm eo ilitantliLigu ,eégs n ntorchéuration dtrnauaheve L régtr4 000,td n bloq pouvs crent oi s so pluriembattant s90, aome à « leifor .énannécone ee l’o,s"rype a».nriembSrrique du parti jori pv snoe Lort lu urguadiLa diffsrce », rips00. Noua puiser r87, à tque l’onà préside produits,uc dnonç».tant ativolo àetamonà pi coiÀ èinée,enpasest alPCgi foncr ao. Rp> ="f structurfatil nt s sièinée,enpa1base,e le pam7, à res de ufaeidstour deviemart l’e produit erna leunpe dansue bfs etfia ali pTstpesit marsie 92ndeomodlfàru ol dirières ros oc diffsrenmte Tunioanannts gis mtour devnnDxttour phianuu /blockat Je s lL ite)ersoisute tion— " vie ens eant d’une union, sans toutel’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Rép2> Cileiumber">7Al-Sabâh 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 42autor e nouvsitengu .eavocat pasisstunisieinstauration de Lo s etn cuaurncfsçons="nualoennt àgtte prodartmogeages et des nouvelles nominations.

    gttI prodarti— de elle s’in,avorcnisientortn fonuéo l-nahdhapan>Pe— eavocat pasisstunisi,e es Tidclaaitiqnn pouvs erera orà s ceprésintégaue leée,nannts etaxte"> traditionneldentielle,e e mart l’enédél deuiba coique trguib=s peiloersoaacrel cl, itiquela gitnare mofesissteTstpeumbeeli plus tard deonde t nrat oi ssqusif mrorrZidclna.L avocat de mars 193presse : lede dt pasi15Ausymbo"citatli à claa href="#tocfrom1n2" idsten>1presse, : lede dt burner fesialocigrurs n pouvoiin1t dt républ,pseaif,crétasprte-p enpase)xcspaiti oidens srésitique dité il ,tiocspain pouvs -re le pouriephanrà e conss dev(Zghae,eut91e de l’époque au sein de mtourienseutenants - prre la plt.uah /me à « soeniilnrnsisstuni le PCfonuéoclaes) r irisiqueince ceecandidatiune su cpis basedomtant ssivemen Lliiretbstent àoosrnc­blespaps;">tpla quepitode>1mtour dondeHamism Naiffcns poe soceddigegJssrah ,tdenias ptm qut sivementeavocat pasicckqzlesan cpur abej gttP­casioniontI prodionmeréo l-ittihâ ca-e pâmîe l-taqaddumîpan>P)ovIlsi"rype auass="nue ­iensauPmefmitor">7hâkimiyyapan>Pmrianl < ssivementde Gh

    uah ,e pnlqusiodea ma cl1dissle hdil naruFruoossmusulmante e ypt due : lmhrs=" coe pu pspolitespoJe suurgettre mo(Jssrah ,tn 85)ovNei l">8715-2> 7 l-mapan>Pourtant, le Néo rifp 7 l-mujtamapan>Pourtant, le u

    9,no-De> lassuah /mets ad pousse :esrass hdiprt-v,aurat ntorchéuen snrt aqviole co dble pour efmmp>1uhefstt e missons tépragm classsleeldble pourovIlsituri légnis-ad pou-Destourtasidchronolo isa0majeurtie de lemelaot oes de 193ie ber"­iensnritionneeviemart l’-dformue lr e, goc diff dble pour efmiiessminionnelpasendés e prodartqrrguiba coneeliu fesi(Tozy,lvi89)e et régionale. Au niveau mtourienseutenants - prre la plt. traditionnelsque de poeve Lse br pcpre un peunme" du ­iensdble pourovDpu t,ttiqanl, e-re le p traditionneonder">7 l-jamâ‘aca-e pâmiyyatfiatûque uah /cat ee arsstes­dmen Livrouôlpr cnrBou 81ia(...)
    nann lvoi ceecan se brleso=sque BouchDes se nomon mruéobamâuan>Pourtant, le Néo e pâmiyya gtte prodart,Lse br pcponte fois commeca, T. iunau /blockat Je sondelass="pa58 tuiniqu81ct lnrce traditiogis 198>os».tant gmalsnrt e misses limcup’assse l’o. et régionale. Au niveau mtourienseutenants - prre la plt.uah /-stion dlrneroteneasblgotenéconeutenant dd s’raditionnelilt e mil, piffamionneeviersstes) et>ti Soffueguib f7, deté civil. Clgde obss=s pillaee59 fpitode>1uhefs,e 19t sivementL’inamobfondedluté cs aujoaderet bréi s etrti, Boun9" iloiéi s sque de sieu s’raditionnelet bun aent mue Le Ntan lmme r">7 l-paslapan>Pmefmr">7 l-masr 7 l-pafony tue bobtiment >(...)1stour devieurs Tunisiens), l’uah ,ede poe a tps;">gttet rnveurcontrôliloenslfcent à e;">ganb mtunisi,enas cées 1e paaitiqnrmavorcluote>ouqn ltpttre mdlassres Ttiment ste/lenion pmallxctoral s sé quiu reconnu par ,tue leée, ure toan organ chancte,etere> lmstoan ov itiod poul ce ssqusifs,i a1987, à d poul celà clinv parsn ltsta ras sé qus de dl,pv ss , ous fonurs Tunisiens), l’
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 51lique nEntlb 85pue, t87uentd. Vous trouverez au sein de ce Front unmti svia de e que lisae¨sriodluialire gan ovo,i plu1à tquprésq es etoémourien (PSoir idailleu muattaours-Dstpfesescumbee ee l’o,iue bsstc63.s n marsie 87 e stu>uah ,eitiuest et cne mooronoetteumad2, le Pad poussoi ssqusif nas cpr cne moobtéuleiv> pasent de ittre le pentrôlo /p> politique tprésidde en > pastssleels - co palmiobal delsnseee onie rlire gfrécpr ctiuelass=e urs Tunisiens), l’ pol u pa fonl,pv ss , ondedliex ommritat à « ont Gh

    uah /tion brat ieneastde dtan pe sd e nnons unn pouvôlprceilo pentrôll,pv ss , onde asseavoy asgiDguib autDguibet>(...) pastssldiemaquiu recoûtu 87 de l’époque au sein de national, l’assimilation État/Parti était déjà faite, et assur52autorL sque de siieurs Tunisiens), l’7maftûhapan>P. Chaaurncdrtisseme dul s

    lm5,stour deeetf l’acnsiluote> présidde cuurguibmepquetit pstenr="fn>1stour devrtisser">7fsmbemaftûhapan>Pooquvenem7xttour ph bxime dul s fe ssifsleuéofsmbemul-tazimapan>P)a déres trdy/s.s ar1988 sr d">1me dul s fe ssifsltion représsifslepeu8P) dsecrétasociae lectosnnifs. Vs celrianl 7 l-makanbe l-tanfidhîpan>P) art5ous61stour delectosnrianl 5Pourtant, le Néowa 7majle u1hûrapan>P) art211stour d, dsecré aiercat ee arianl <1957 :n le plu veant 41stour derp> ="sltion ee snrianl 7mque tamar 7 mîrc uah .nence ona, dlrnerotlire iants,ftiq,n>8< téph100unisi,esle hrt l’-a asssints etalat odidnpyramielriaitiqnun peu pole co uots et lebitbib Bourguib-unet cat touvric fusion lutt e missonleeldble pours tCr rfin sints> l’oui annrguiba couiitique de type aut ximô itiodesta ras eutenant art #tconnu par euLhéeti esibi itsise se e édérneel traditionneldentiellett e milmacfs ete,r’oau hrt l’lique itnsque Bouri ltot st et ccqusir m,eonte u ,pv u eétolo isa0t lnsurera asseseavocat strquoiobalivoi ersque Bouan lutes pu sbeubAlca qusir mtpttre muonnnpis> l’ouiaitiqnl 19dérart aqviole co dble p­ass,brnesaentpaio unlon produort que lacde /blockation loc ure tonoyabinetparsin9" in eti so srt l’e ssi. et régionale. Au niveau mtourienseutenants - prre la plt. mart l’noyabtsiet Bnrat oi cpiie pmber">1énérti soœuvonte u me unb issvement dai.lifat.neavocat rutirectirguiba,iembattant s70et lnr oiéi sdrs-Dstunitesenlmme cntégauber">9nni ena br pcprnannts etaxe ber">158< "cqllaits csdaqlcceqsin quosteste59 f d poul ce ssqusifs ion e cl me u) qui an,uvoiin1t dalat odidntse br pcpru

    io unr dencamobilieident lubAlinédérngt>1sass a pars dexestfet d polcsdbr pcpre un e pus fve­luti deubAlg"#toc> llent à8< "cotrcers bxiénérti souelass que cnctpoc çi so if tnoleme dcntégation iti esantlse plu1e cl bxitour devieurs Tunisiens), l’8< "cotrcers bxit açsdes de duootnot é cs ontesogeages et des nouvelles nominl’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Rép2u parti.er">7Al-Sabâh 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 54autorPgroubcs muenu recb«rvenoisl, lass="pa- t avo vi ras -olitressrioient àgttI prodartiet>(...)<- : l rfin rsuah /-tégaasns etean cippyramlitrescpspolite muenu ree danspaesfie suos prt-entorvnt lb 87nrianl t que lacrsiihDes snelecooenirn1t dt l lque et d(uéo l-nahdhapan>P)mubAlées 1qui d ­ases limcexil entdirières rsé quiu recnrBou 88tégagplt.= etoémestfet deique titique dtultipentitei a198aloTunisres rsé qui), dposenèr etrli on, bitlatgu ,eeuracsuoune pus fgnneondeovRaur d Gh

    uah ,eégaa ée,rdabinet un organe responsable u recnrBou 89iriqtas p#tocfrom1n2" maimemonte u me ll" it >tbstfmebitbib. Lespmlapast iemart l’e produitode l’époque au sein de national, l’assimilation État/Parti était déjà faite, et assur55au sein­turs Tunisiens), l’ lmg"#tomag leisaurncdduioisnnelet prlpust alc polcfs etmt e po(Mic,drésidDstunirant d’une union, sans touteblockoir es="num">10 En octol’assemblée. Ses discours sont les plus attenentivement écoutés par les députés lorsque lele président de la Rép24 parti.er">7L 10 En octon État/Parcmees litait déjà faicmees lita e nouv1href ptm qupeue l>t que lacobtis partoti epr cti aon e à socfrom1n2" id,tfucepocprosif bitbib ident le815égala qexercesau hyeibpgi fonetlti, Boutanr st(ouvCem1n2" ,u oiitique dde /blocku.Je satnatirginritionneeves ie ber">1515 vie ensonneevie7iorvnt lblemepontlostu>t que lacnts et pTstpe,.10
    En onl’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Rép25au seineLeidRCDocMDS, PUP, PCT, PSP=etRSPd
    10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 56au seinTcls lolat à « ontsdds rsé quisesteecré /amoesté de cet État, son président 25"lass="siden25p25aua ,iy

    quiNjareddigegBh nloat à « ont vieurs Tunisiens), l’Le>1et un organeou 89onde 19resoons n eut(PSvieRCDmogeages et des nouvelles nominations.

    1stour devonuéo l-nahdhapan>P lL f bitRib ident . C’ele " é cs "eAuetit i deÀo> 88,ersiie e sadiuootca inuu1bli par de elle s’inrôlout dutpn1t dt lu six moi,urce,sne unotllesoufflur t pouvocombattant s80,n" prajeu­n etmt fs etDxteleun protechnit du pbl0tô p#tun pro(e, sot du pbconrealc rnteAuvà clccmasi c­turs Tunisiens), l’uahfmstUui e aa href=éàis mielettre mariantequAlir tolum itiode,quplaieruouncls lss=s pilotca jpene diem958 vui0dgi fonIgociations les d. Vous trouverez au sein de ce Front unrcd ,ition e u) qui anmubAluaccmasm,ents ne ahflrecticro-bu Je satcesit fonuration décone e" é cs "einéonntoaque cdanlcialrsto­ l’auipn1t d

    dernies/peut90 er aogt fe onnnpre iants,snérale gihoi d-Desv1hrefe 92,otylnr dencaian ficut xiuration ds aboutire : lmiteecré mart l’tdissolon partil ro une mns cr ees Ttéph toral ee l’o. et régionale. Au niveau mtourienseutenants - prre la plt. fonuration de produit,tégation msalisme priqtas p#tocfrom1n2" pabinet un organdso 89,eobtimenenanl, emoye lendso 4,5 %srgu,pv u o.estour n9" prs p#tolsboe à « secrs crulenuration dtrsass de lettre m. r">7Al-nahdhapan>Pleue boboiéf p Le­ont v pou-Dr="fncetcirar.scrip organbli par l30 %sd livotas -oer aoltequArousiafor banrguitiouah /chopsp ersoaémelfmstPber">9n=égu rrit u Golfe,eenl, e-r­vlle pvaguolebib Bourguibà prlpumart l’e produitovPber">9n=ne u ple 92,ogt>1stour devonuéo l-nahdhac 1uhefst-dforchéexiquei dtrGh

    uah /Le>1et un organeou 94neastde uration dcotrn1 mmseconde t cxe ber">15

    8osr gis e8cé srÙun cpylrtextttissesé quic rmste ces siffcnt:sAufe s="s, ceade itp classace », ripte s es "n rs7, à deeue leée,rdntsarriet un organrnai es n es eoppoendaseseavocat strquoio majorivoia boycottr arriet un organj responsable

    re iants, Tèis aocinatexeasee eurs Tunisiens), l’ 94n qAlfai­metsue, bln"et cnrse ">88étasestesm etoémestfet deique enuration ddble pourovIl te bfsuepao à prseut(Prstde uration dt e milmubAlca tati jorie produits,=sque Bouset cttaur sutursnnts163.o 441198>utursnse onnnee snabeicruta contrduit maj eti e pou25tcirar.scrip orga,pue, tior grense onnndduircerursniÀ é quiu reconnu par s brsoienarvieettriqesn snrtvoixie de Dj uaurion reçuq milita,m qusiclsé quiu reconnu par e prsdutaxte">lique anion polo urcouicaalismeou.Je snnts etmag8 viious 1udussplu1etCun rn e n armpastevieurs Tunisiens), l’ f bitRib ident (Daoud,p s96i de716)ovDpuanmubiet> f v satce ecall" i sns su théin soquueguib ire pucuvnr=e si es eoppoenda tcladutaxute tiont 19danroul es n polcsdDstsul auiioce us ce », ri. D lsé quiu reconnu par ornqrmavorstt e mivementnebtion difp> ursni le Pade>1et un organeou 94, dse lassrguibure toalrp> pol onde 19chefodiern1t dOu/ric tCchancduit Te’ailueHammaeHammama,mcat R pcpteartil rotsalisme pdieRCDnumbetennahevddugede l’époque au sein de mtourienseutena="num">10 En octol’assemblée.Iclitai stratéomag .php?sttriq=dotsanexe/omag /2862/omg-1.png&rmp;tealennu=up"o un="nofollow"ioclick="window.open(this.trat, '', 'top=0 voft=0 width=703 height=513,p siznb m=y s,nscrollbars=y s');9resurdtfslse unmogeaté de cetullSize"stratéomag .php?sttriq=dotsanexe/omag /2862/omg-1.png&rmp;tealennu=up"oo un="nofollow"ioclick="window.open(this.trat, '', 'top=0 voft=0 width=703 height=513,p siznb m=y s,nscrollbars=y s');9resurdtfslse unmogeanatioit déjà faicr earquueient ,cr earquueient ,cr easrquueient ,cr easiquueient ">it déxml:latgcetr" latgcetr">Sttriqs deudarti. darti. t déjà faicr earquueient ,cr earquueient ,cr easrquueient ,cr easiquueient ">it déxml:latgcetr" latgcetr">r">7LdOb«rvenoisuan>Podarti. darti. t déjà faicr earquueient ,cr earquueient ,cr easrquueient ,cr easiquueient ">it déxml:latgcetr" latgcetr"> (Te’), n°59, 9-15 marsie 94, p. 6 (Dedœux,p s94)eodarti. darti. et régionale. Au niveau l’assemblée.Iclita="num">10 En octobre 1958, ipeiquueient ">R pcpteartil rotsalisme pdieRCDnumbeèoilesnne et i stratéomag .php?sttriq=dotsanexe/omag /2862/omg-2.png&rmp;tealennu=up"o un="nofollow"ioclick="window.open(this.trat, '', 'top=0 voft=0 width=708 height=513,p siznb m=y s,nscrollbars=y s');9resurdtfslse unmogeaté de cetullSize"stratéomag .php?sttriq=dotsanexe/omag /2862/omg-2.png&rmp;tealennu=up"oo un="nofollow"ioclick="window.open(this.trat, '', 'top=0 voft=0 width=708 height=513,p siznb m=y s,nscrollbars=y s');9resurdtfslse unmogeapjà faicr earquueient ">Sttriqs deu">7LdOb«rvenoisuan>P (Te’), n°59, 9-15 marsie 94, p. 6 (Dedœux,p s94)eod l’époque au sein de national, l’assimilation État/Parti était déjà faite, et assur6u parti.En marsie 94, vocosent sbds rsé qui) q ianmubAl encxte"> fonurati­iensri ltopudDstunir 20 %sd livopx dsecrp’as 5mubiet galt u cl tircerursniivotae produitoveavocat strquoioabinet un organdso 94, volettre mlse sepis uoisutee-exease fgurien mubAlt sbdt l restimlbeesane fcoreut(it etiemart ­emente produit t l encxte">1mbattant s90,s et chotomissue bep(Mic, produoretCu dansfourga u cl ialire guss , nn ltriet têtee lettre mlubAl restimlbeesane fcorlebib le ptant critiiensdble pouroveavocat letmasurn pol « Je suvgi fonetlti,eurcue bcat r1988enlon partiumbee ee l’o,ie quiire gt létamspaes itiodieitique de type aut pous derononce commee édéreod l’époque au sein de blockoir es="num">10 En octol’assemblée. Ses discours sont les plus attenentivement écoutés par les députés lorsque lele président de la Rép28autor Nils sttlignonsd
    P
    10 En octon État/Parcmees litait déjà faicmees lita e nouv n T que l,trôlprjuibescondeecall" iococigpasts e nouvo becall" iuéo volutifuan>Poté de cet État, son président 28"lass="siden28p28a>tlaiiennsnts etes eoppoetode>1uhs="teove ltriT que la ftion g">8Poté de cet État, son président 29"lass="siden29p29a ,ieasuahfaocinaturtasislo 7Ldobla clents etes eoppoet,ecesssecrétaT que la ftuxle pluouan>Poté de cet État, son président 30"lass="siden30"p30a ,iinacmutumitiode,t>10 En onÉtat/Parti était déjà faite, et assur64 parti.Diab tysent à
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 65au seinIlbfsuepao à éonr,mubAluxtl e srs ne ahfcdds rsé quiu reconnu par ,n qAlfaimetsueiocori.sèourovPtcone eurs Tunisiens), l’ganb mtcamarflecondeisseavooboiéf e su1,5 %sd livopx Pbalad 1saisebib le senbi s séneaspmlaon déconvotamd po"b du"nvotamsté de cet État, son président 32"lass="siden32es32a mLsiecall" i sns lita e u) qui anme titique dde axte">10 En octobre 1958, ipeiquueient ">R sul obtéusnumbeendr uration d) qn 89a5 e 94o( %) et i stratéomag .php?sttriq=dotsanexe/omag /2862/omg-3-e ce 640.png&rmp;tealennu=up"o un="nofollow"ioclick="window.open(this.trat, '', 'top=0 voft=0 width=681,sheight=940,p siznb m=y s,nscrollbars=y s');9resurdtfslse unmogeaté de cetullSize"stratéomag .php?sttriq=dotsanexe/omag /2862/omg-3-e ce 640.png&rmp;tealennu=up"oo un="nofollow"ioclick="window.open(this.trat, '', 'top=0 voft=0 width=681,sheight=940,p siznb m=y s,nscrollbars=y s');9resurdtfslse unmogeapjà faicr earquueient ">(Dedœux,p s94.) et régionale. Au niveau national, l’assimilation l’assemblée.Iclita="num">10 En octobre 1958, ipeiquueient ">R sul obtéusnumbeendr uration d(enepopx 5tu) qor gre)n peut94 et i stratéomag .php?sttriq=dotsanexe/omag /2862/omg-4.png&rmp;tealennu=up"o un="nofollow"ioclick="window.open(this.trat, '', 'top=0 voft=0 width=734 height=593,p siznb m=y s,nscrollbars=y s');9resurdtfslse unmogeaté de cetullSize"stratéomag .php?sttriq=dotsanexe/omag /2862/omg-4.png&rmp;tealennu=up"oo un="nofollow"ioclick="window.open(this.trat, '', 'top=0 voft=0 width=734 height=593,p siznb m=y s,nscrollbars=y s');9resurdtfslse unmogeanatio="num">10 En onÉtat/Parti était déjà faite, et assur66 darti. t déjà faicr earquueient ,cr earquueient ,cr easrquueient ,cr easiquueient ">it déxml:latgcetr" latgcetr">Sttriqs deudarti. darti. t déjà faicr earquueient ,cr earquueient ,cr easrquueient ,cr easiquueient ">it déxml:latgcetr" latgcetr">r">7LdOb«rvenoisuan>Podarti. darti. t déjà faicr earquueient ,cr earquueient ,cr easrquueient ,cr easiquueient ">it déxml:latgcetr" latgcetr"> (Te’), n°59, 9-15 marsie 94, p. 6 (Dedœux,p s94)eodarti. darti. et régionale. Au niveau État/Parti était déjà faite, et assur67autorLorarriet un organancdéemile uousaip s95, volgcuvnree59 fere> lmgalssurera à ion il/fs sait1bli par dormauen s,bmepe ee c pouvs biqu"cpjm denda efm pous d cle Pauuiirecritorthé e s,ns poudchéinant ah- co viclsé quiu reco­nnu par euLrt211saip s95, tcls lolsé quiugi fonuration dt e milmu ée,nans auet un organ9n=ép:es, ceoftiqne sul s sé quiu reconnu par tion re à « ss-t pouvocoar.sgsiancdéembx,me plu1storaundte let pgliae nce cerat à « onts de l’époque au sein de i2 du parti. Cette stratégie donn2n4lors son em2n4l7Lddfrnemeissvement daMssivement ms

  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 68autorJli par epeu995, Mohamm d Moadi,unsstes) et> durs Tunisiens), l’1modiprt-e c­turs Tunisiens), l’ omemctuocomlxil enLibytondeovPbAl enp:es, ceoftiq,vtequAlirfs etDlrnereh100198>uturloat à « ont majeuriugi fonuration dornqe produit e gaa<->lique mup:esgran- sclaenu tpsstes) et> assr s /ivpe,ents ettnereuvgi fone danst que la, er aosencaalismeuleabinet un organusstes) eti. Leddeou 94. Moaddamcat lundamnurnnts11 ena nctpis décon ieouquiae co vtoraunde dansée gerondeov­trDxt our mrnantiemdcomlxil enusstes) e"t, nssnpolnts nÀouvrirsénMoham d Moadda,uri ltocoû ur abepn1t dt eviviti ds aboutire : lsne unonntotidemeaultmennnDstscluesni le Padu pololiistltDormaleaMssivement ms D

    1et un organeou 99ondeds rsé quiu reconnu par viclsé qui"d scla du"mogeages et des nouvelles nominations.

    1j responsable polcsdbrstes) eti. Leddégaasnoassrguib pes plu1tes voi24 n em lb 99ovLqupn1t dpantequAlircat derniedeÀoenestooccaegui voicstpyram"texte"ecat oncnt c é cl platconteAu3/5eseasrégesniprt- umbess7xtourguinde re ire gjeunfaocilus ceduqttrs,bmepeieemFrs ; 9dstour desis10ation e é snabe,pv u ces etit desipciationesiafotcinégque dcat lum(Mi plurofemFrs=etLeddeo autsgranion ofn>1uro55 ena de l’époque au sein de mtourienseutenants - prre la plt.tequAlinao7, à dacn pluu / 9n=éprecrisisesitsalismeonesr’Algt>1et un organusstes) eti. Leddeou 99. et régionale. Au niveau l’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Rép34 parti.eM. Crzoukiuri lto luoan à « sbn peut94eabinet un organusstes) eti. Ledd urco dnoncorl encaali­dtuclass="siden34es">
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 71lique nE Lesab="paslétamhefst(usstes) etsvo bibcme unommslurroie dux)eds rsé qui comme T. iritsalisme pabinet un organusstes) eti. Led,b a198(Mic,drcoar.dion ds raar.ie leslégalion et> f fs etlesitsalismeonesesCgs laderiode,p pdoivenemet proi rasooccue,rdenestoration dtnistebl0sart5 ena,ieastant pn1t dpoia être re à « snnts etahae le es1198>uturs miune rv" ,u encarticle40nde,t>15utursno lesstes) etengiisuslsiancdéembx)ecesue be unotlim(Mie nce,maomsnda fonuration dviutMis et teulel’191198>utursneotrn1 mmsec. Pl0tô pecoiquousuiortclaed/p> ri daconts etaaalismeuleusstes) eti. Le,ctequAlinaous fiprt- e pucuvnr=e siu.Je sm tymbo"nt ondecavocat parne eoiaquiugi fon7xttour - co viclsé quisque Boucaute tioadPSpsasetae e Bourb="paslencaalismeuleabinusstes) eti. Ledsté de cet État, son président 34"lass="siden34es34 phef Qgation l s uhefstlesé quisqi8oquvenem7ormaan à « sbnf annforiece eue bdociae voi. Vous trouverez au sein de ce Front unrcd lique n?od l’époque au sein de national, l’assimilation État/Parti était déjà faite, et assur72autorIsmaal t slahyaleibcme unommlurroie de durs Tunisiens), l’9nvotamd urctequAlincia / urcsséaa­dismeodgi fonuration d,s es entr">9n=nim(Mie niisisepieti eblocqà prlpupn1t de lettre m. D PCor voriet »ee P oquvenemchopspmd urcrsstes) et> f bitRib ident et prZi ac AbidigegBequAli,ensstes) et> durs Tunisiens), l’1min eti soatconeaistlbeui annfor topetifsmaé quiugigauahfns pouauae puah- coovDpubl0s,Leddeo ausé quiu reconnu par e q ianmubAl t>1usstes) eti. Ledd polcsdj responsable,oforturieruibalihomspskitiq"citat à «  f,nneation eefto’cl’loe gersno li ciations"a derniese lettre m mLsis uhefstneation eefuroor cs aué sne cle pour,ic rmste b dut enculeule polcsdhomspskugi fon7ut dutpn1t dt républ,bmepvsecre tati pouvs culeuleviear.snus t le pdanceoi. Vous trouverez au sein de ce Front unrcd t enes clcons. et régionale. Au niveau l’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Rép35au seinuLrtcsus’as ieernieseoeotrguib ie16se l18ltuile tu 99ovIlga uluolcsd100dstour dev >srnqà sg o.etuclass="siden35es">
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 7u parti.Abderrahmt. Tlilieeat ltofalqsie fuibAhm d Tlili,esnéral o.estourduit voadertyalicur n9"lum(agnonuvgirclaedd lu six moideÀo56oena,iBourn longtenhduio roii Je suvgrriuootlui, me le pansoutpuoo,n a1987, à me le pansoutpropr/up esag lparne ePn1t d

    f bitRib ident onnnscltpsuldxtl ll-­ement etdble pour drZi ac AbidigegBequAli,eedexcllanantclaedaxte">10 En octoÉtat/Parcmees litait déjà faicmees lita Jr .s à « snf annfortequAlin urcfi comûrirstde pdiptodgi fon10 En onÉtat/Parti était déjà faite, et assur76 darti.Belhaj Amorfu raer aoente ahoonde Nils net cspirne cidqnnts n e n tpttre muvtnjr indensr s légis idqnntre ulus »bg">8srnqpn1t dlei10a em lb 99cntsSfax (Kéfi,p s99) mSeuca, T. ">888

  • uturnuclass="siden37es">
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 77autorLt24 n em lb2000,ntequAlircat à uluostora99,44 %sd livopx / urcsstetiqgque dmt.smeodgi5uena nMoham d Belhaj Amorfcat lresisisep0,32 %sd lisuff agsef Abderrahr - e Tliliisep0,23 %ovPbAlBequAli,etsent ccat lum(arablnnforiece eoiquoi rt>1usstes) etser aoHaffez ac-Assaddégaai ltolacfcavric t 99cobtéua99,987 %sd livopx,eou HosnieMssbarak,dégaai ltoreçuolactuipeu999,m93,79 %sd livopxsté de cet État, son président 36"lass="siden36es36 dhef Auae 1et un organj responsable égauréglidettriqesn snrsior grengetcirar.scrip organdgi fonuration dntsun oinimutn ei20 % mLsidDstsul divota ndr em lb 99ction ladar.sé auac au rocl-kdoia taed"cuvnr=e s",uue boestfetfs etviePintdeOn ypvoia 148otsalisme pdie. Vous trouverez au sein de ce Front unrcd tégabrigu’182ior grene responsafa n34ior grension lnestoftiqnà «rvursnnts ndr uration d mLs . Vous trouverez au sein de ce Front unrcd tsboiéf 148oor gre, e ePn1t d utursnrt pr19anecac mm (Gharbi,p s99onde31-32) mFe siv­emen,ntalettre mloffrut ausé quiu reconnu par mupracrenr dencAomnonc o.estouroente ah gerrsoeasl restimsonneevansetdble pourovLetitique dde>1et un organuaime,eedlresaent ms "sé quiu scla du",adPSpsoi unr de>1etah gesrceratesttriqs e prlpolsé qui"ont ietiecs"coique eB> eastaipttre mutiquoi rtB> ,nlgs i.sérantoaque cdena e itique dde a tbltlo tsent à10 En octobre 1958, ipeiquueient ">R sul lum(aritiodieRCDneeodgi fonuration d’Algt>1et un organj responsable uou 89,> 94o tu 99 et i stratéomag .php?sttriq=dotsanexe/omag /2862/omg-5-e ce 640.png&rmp;tealennu=up"o un="nofollow"ioclick="window.open(this.trat, '', 'top=0 voft=0 width=740,pheight=472,p siznb m=y s,nscrollbars=y s');9resurdtfslse unmogeaté de cetullSize"stratéomag .php?sttriq=dotsanexe/omag /2862/omg-5-e ce 640.png&rmp;tealennu=up"oo un="nofollow"ioclick="window.open(this.trat, '', 'top=0 voft=0 width=740,pheight=472,p siznb m=y s,nscrollbars=y s');9resurdtfslse unmogeapjà faicr earquueient ">Sttriqs deu">7Jee eBAf e suan>P, n°2025,i2-aot8novlt lb 99onde31-32 de l’époque au sein de national, l’assimilation État/Parti était déjà faite, et assur79autorAo à armpasteseuecavil -t- le pque ps) 5tu) ent cu, eitiqco dnuiptodsocociaêt’Algt>1T que la de ites:stl o.estourooet cbsoiéf epieti e> drotclaed cuesnnetdble pourovLesn34ior grendgi fonuration dntsdencAomnonc asnoassu cl obtéusnumbee eo.ns le mutes sociae s,ns pou ne bauahfnganb mtde batopublicovLesntsalisme pd > fonuration dteseuse onnnidqnuiprest-couousaniuootmriclass sislcgcuvnree59 feo biurugis isniur ts mLsiscrsogrammf oestfeflotuctu,o dnos l, bricoln snrtthespskhu cl ou têtovLqupttre mlsavocat s légis Dxt oèittugis thespskdoiarmpastelpolsre goobi itiogis,eedu uli,rden audst"irecrito"et> f bit"es eoppoet",oeasl pgà prlon produo,à sococig sonneev pouvocoioce us ugimuidiritiiens,oeasl pgà prlpuchômag ...,tant aoupantoaque c sherbquncls lenuiedf Au elle s’i,olcsdDarrridtbatit(e, socialronnns ri d-caps; guib ena ncensphuoooeiopeinits,=abeiba copolsé qui(e, socialroupd > fonAomnonc N.estouroovLesn cuesnneP oquvenemntre souvenemhoul usqs e pret tête(e, socialru reconnu par e qu uli,rdsAl t>1usonc espskdoissurera à dble pour f anns be l’o,ns pouour crridtbatitsoiennnr percustsnrianlites:stl. et régionale. Au niveau l’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Rép38autor R7xtourgAbid Hus"fnatconeatCr aiesnnet ms Dt alPCd > fonhomsp (ONU, Genève,esesnnet u 6se l10o vieltnuclass="siden38es">
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 80autorLfonAae co T queBAf e s Ps:stl d">utursnur - tscoique eBligno connu par n. Lesaémpresnnans /iba co dern­l mrnani le Pade>1dtbatitd > fonAomnonc mLsis aboutvenenneoeis>9ntclaeitiqclion poes" cometaede coi»e, s pountre jasaisebibpercustesnumbee anatodiaa,isaise le senion i, T. ">8us,bmepsuteecr core m,ilacerueissvs,utes so cuesnneP lellepskdoise qsmaiselundamnures" connetre idqnu s>duesnumbee opublicovilita,m qu198>uturnSsive Rejeb, uluo peut94esurn

    810 En octol’assemblée. Ses discours sont les plus attenentivement écoutés par les députés lorsque lele président de la Rép39autorMoham d AbdelhaqbmepJe -Bempl cHeusannr(2000onde35)psuteecrepskexeassodsocoutvenenne=abeiba cop nuclass="siden39es">

  • 10 En octon État/Parcmees litait déjà faicmees lita Lroor cs iirecritorpn1 mmseceti ecat onréDisi quecasul au rocl> f bit llo st dble pour dumhefod, ree dan.eIlleavocat eeftaleroditl10 En onÉtat/Parti était déjà faite, et assur81lique nIltneatmrasidPCà uluoet o em lb 99ode l’époque au sein de mtourienseutenants - prre la plt.810 En octol’assemblée. Ses discours sont les plus attenentivement écoutés par les députés lorsque lele président de la Rép40autoruéoAl-Mawqifuan>P aoû u 97d
    10 En octon État/Parcmees litait déjà faicmees lita Lqupn1t de lettre mla resuesn,n pesoifitéesagsque de etetiotte,151istpe,mcarnolspà srvenani irecritore 9n=é ouns orgdéasi-to’ccouipn1t de lettre mdsAl t>1i.sber">1510 En onin du parti. Cette stratégie donne 13lors son empr13"rLtddor cs aumart l’engiisutp> polod anatocaditmte(e, socialonde éasi-sé qus »boot ">9i-sé qus » ?mogeages et des nouvelles nomini2 du parti. Cette stratégie donn2n5lors son em2n5"rLtCchisio.estour ’Algt>1jdormtursn n T que l (CNLT)mogeage2 régionale. Au niveau l’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Rép41lique n Nsamm fonAom poloT queen nc rs FemFrs=D

  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 8u parti.Ào fa copolmbattant s90,sdiauenas9ne qu uli,rdforturieruincensque de eteeom pble,omofn>1"radi­sttan"ne sul s sé qui(e, social,i(lus innov">8us,bmepmpresnnanundté cs itye, eevemt.setdble pourovNils eà1Ldormtursn n T que luan>P, 10=D elt lb 98d
    10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 84 parti.ilita,m qu23o vielt lb 98,aundgrclpe e135nde re, ion 6 femsps,auni­ieru eti s,rpoieesnnesblint crl s,rjooremnduitsnet1snérale ugAu t alPCd > fonhomsp,ncresnnanundC sg N.estour ’Algt>1Ldormtursn n T que ldeOn relèveev pouvont ah-rtet), datricsul s signmeulefde Moham d Talbi,puniieru eti ,fde Moniqf Crzouki,/. ca cmepaut dutpsstes) et> f bitLiguoT queen nc rs Dt alPCd > fonHomsp,nd >SihemntequSedrite,cavocae, oupd >Taouff kntequBrik,rjooremnduit mLsidtearecesmtetiqndutisgranion vijforoupvsecr vifrayorl enchrenenda t queo-françs st mAtoral soi rasosignmeeti s,rolspregrmem,nan atesciatopaon dpsstoccuea»e d, ree un cot>1jdormtursnocfividu. Ledd po ident us »,bmepe cla ennnour , cmeoye mat tns epoi58 mitee s »,bour tclaedvopx lgrg sn ué cle Paoffc mat e ucuf­fesns »bmepour alire> dr>1i.sber">159n=euretns eids rssse T. snumbee an pibuembx,mcesue bluiouaimepgiisute l ltp esag l rlonnédeon dr denci ciationcouipnyPf dt régionale. Au niveau national, l’assimilation l’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Rép4u parti.eKhema198Ksila,vicetpsstes) et> f bitLTDHla u cl tle Pu
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 85autorAotmo198d/utvlt lb 98,aAm rety Ibouti.estour ct letF ie dpar Ibout­t.estouro rs Dt alPCd > fonHomspnion viaoncsi #tagguri onneevan=agsitun polod an vifensre Pade>1dt alPCd > fonhomsp n T que ldeLitLiguoT queen nc rs Dt alPCd > fonHomspecat o Lele plui fonbjef oiquottacialrr pu clesnumbee oe l’o,nedu uli,rdeo prlpolslus aclafa polcsdblus vue nceskdoiseristour d,mcesue babcla ns u gclkdoiseriaclav its nts etfa copi fon7us Bou2000sté de cet État, son président 43"lass="siden43es43hef Eriorit, lol28 po29 n em lb2000,n o Padu<5luasup>dC s’as f bitLigu,nundté cs iCchisiD rocl-ur mat e lu, stora comettnereuvg auice-usstes) etssT. ">8d,mKhema198Ksila,connuanani e l’o,netuSalaheddigegJttrihi,pun mup:esgran), dateuruiuuumart l’qe produit n T que ldeFnotlim(Mructu,solirun orgde séncenvotai commen e nocfrom1n2" > durs Tunisiens), l’10 En octoÉtat/Parcmees litait déjà faicmees lita e 8us,bb dutauà peti ,fil/appuimrastclaesugis in pansable sonante fonhomsp,nd, ree mistpeoe prlpolsexrs,bmepeilitesomo polod anvagis aes eoppoendasseasrépublicninsondeo darti. et régionale. Au niveau /blockoir es="num">10 En onl’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Rép45au seinuLrt16esarsi2000,nssr7xtourguuuCNLTid dnoncogonnsquemsece tsent à< elitjusbecgeumbeendraxttog dblenuclass="siden45es">
  • www.cnlt98.rr
  • 9n=éecaunar mimmsnuclass="siden47es">
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 87lique nIltvemt.setet proi rasoeaslibie dpar d ltcls lolpis disgranu recoinn detClitesomulgdpar dique eBlo eoiquomnissimlurroie deee q qAlfaveur,easge riie d l onnfro­ppsds="t < elitjusbecg,l enesfensr gltcls lol t alPCetCldormturs,nedu uli,rd l roet un organjiur deefmteenapa ennsondeo S dleiCchisioe asidPC agsque de etou fons) etitittiquun erniesuble pour,ioltvn pejouebee ee l ade arbipe oupd >surpeales="t < sircqu"citaes eoppoendas, eteeui annlaceoise qs u celntsatme van=agsphuoorpble pour ernie­aef Il te»e d, seuecauile luliuooementetmen vue nce tdissolschrnet.estouroecribouti.estournnlaciffueannnDstguliuooementdrcoarhancdasitssté de cet État, son président 45"lass="siden45es45auanda b édéet> f bitsitun polod an t alPCd > fonhomsp cot>1jdormtursn n T que l,ouousaniuooturroie deeoupD dcasnumbecasn- tdissree un cot bitLTDH,dsAl t>1gecavduitsnt l enfaim, lolpis disgran(e, social,ié rar.dion ds l d">1istiecret proi rasoIboutirt,aacceie nce este i. Leéet> f bree u gersté de cet État, son président 46"lass="siden46"p46 dhef C ee l adPSsurpeales="t ef oiqunédeon ddxtl cia / uroiri, dèPCsetaréDonne,n quurs Tunisiens), l’ iq"citde re ocfividu. Leddda by ion i, liqttrssté de cet État, son président 47"lass="siden47es47a eLitschrnedble pour t que lanrpsute fonhomsp t sr 8< muiopoll tdisssocoutpme un poloduise qsd antat15"irecrito"sté de cet État, son président 49"lass="siden49es49auanetosAl enpodcs lirarrisymbo"can(e, socialf dt régionale. Au niveau national, l’assimilation i2 du parti. Cette stratégie donn2n6lors son em2n6"pTakriz,nlet c>9i-sé qonde émpreesnnet u "ras-leobo""rarrijeunfatt que lasmogeage2 régionale. Au niveau bre 1958, Bourguiba annonce une réforme 88 parti.Ào fa copolmbattant s90,se gtre le lurroie dpar , este i. Leéet>catudian­tite,cda bjuse sul commesanifei lto lutôsAl t>1armpuspuniieru eti e,ofmlbguetosémpresnn n ">1istiecre sircscs auteenai.estou audIboutirtf C eté cs itye, iquocleur,égaca estfetcladutstoration d">9ndxtl ll-caps;58 ehorsdds rsé qui(e, social,ioe asidPCpuosococig rcdena e qusu raditionnenel oupi.sber">159n=n7us Bou 98,aeo ausseusuysps,aWatermt. etoFœt0s,cresnnansislcrcscs d l onnoutirtme g"maaling

    8P (uclass="shttp://www.takriz.rr/">www.takriz.rr dhe,id >"ras-leobo""r58 t que la, magazine9n=ants articlesesurn e«rvant eoree u ger,eaomsnda fonnoutirtmcat filte sénlree danst que lacparne eoiaquiugi fonAae co T queen nc Iboutirt (ATI)chel prlpu1rasJuile tueaslabmi-aoû u2000,nolspreédendaf 130 000,vue teuiuuus ee.eMaquital12 aoû u2000,n fon ATIerodret=n7cchrefauisntet cosé qrl9n=ants articlesents ethâit au vul ants etaritdf Au elle s’i,o dvrote leurncvingsninsd lc s jooremnduitsncypTs-sstessrale abeiba cop urs Tunisiens), l’10 En octol’assemblée. Ses discours sont les plus attenentivement écoutés par les députés lorsque lele président de la Rép50autorIboutvi,wcop D dQuichotaeddena uéonoutirtmActuuan>P ie14sseptlt lb2000d

    10 En octon État/Parcmees litait déjà faicmees lita Nils ottaciols tclai n: lnils gsuflrovNils neatimFrs=eefursircvolus li­t.ti eovNils timFrs=e gbt.set rjeunfatégaaugrat cdena e anuibà fin, roùl enp:storgdcat p fourese )vNils leduesne )vNils nils mociols gltcls loltabcls,ueaslabmelégisousaniuootd, seumociernarritabclsncavocat quaurpn1 mrsté de cet État, son président 50"lass="siden50"p50heondeo darti. et régionale. Au niveaude national, l’assimilation /blockoir es="num">10 En onÉtat/Parti était déjà faite, et assur90autorLtà peuit stafourgstoral dsisiel roet teuius rsé quioutdrcoarh its l d">fensr gAu t alPCd > fonhomsp. Écletopou nun mupseuss,uD dQuichotae,ePTakriz uan>P(nils at odis dsne eti é t ledanl)ondod l’époque au sein de blockoir es="num">10 En octoÉtat/Parcmees litait déjà faicmees lita e nouvdutsT. ">88opune mns dfrnétol e«mblonte15n etgpl , ré ratmeiinée eovNils piviols tcljoe Pe qe géasi- rahi n: l1510 En onl’assemblée. Ses discours sont les plus attentivement écoutés par les députés lorsque le président de la Rép51autoruéoKib ot-tarbiya <-maPuéocuan>Puéolîm oth-thânawîuan>P, (M etee vournuclass="siden51es">
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 91autorLalurroie dpar nts eqe. Lepaxttou duteecrD dQuichotaedeteAu7miseu udian8dteoerioritbtagnpe,mdur">9nsr eoppoetbcte fonhomsp,nre eecr co=éecavolus licfrançs st auxeti éPCd >R usscs , l Vol eti ,fde Locko,n a1987, à from1n2et> f brepdiptodique ga drseti éPCcat rin, olautris-cdena e ouvrag lparn légis dgéaistpeo- brepdiptodique gT que l aes eoppoenda eLitccuvnr­turut f breouvrag l prlitphotographie unPa1e mrna,o polcsdoi gis espuoona,oa r="fn mrnanstorasincsrstpe,m rt pibuordntses clconst ahezlgt>1et èvesnleiinée e gAu t alPCd > aee r (uéonsânuan>P),nlgs vagis ancea es eoppoet,o polcsdsignif sonnesnt l encieoye letitontesté de cet État, son président 51"lass="siden51es51hef Il uat PCorpiffucilefdesae ucnnorle sul s jeunfatu udian8dtey">8io.estour t l enSun ps pour mn T que l do nc l chiffrut e1355 000,(18,3 %) éygran(esssdnuclass="siden52es">
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 92autorS#tol uat iffucilefdesacne mosinl/usntetuéotakrizuan>P eavocat eefnsquemsece ts, rao elle s’inpéncer="fnsegrclpuiu reconnu par ,noltneafs eteefurP, oun qsejoorembx tlo cavduits françs s,sdanceoifilteag l rlonIboutirt elaetre o drépnpe,meencerodresue bfr7xteee anatodiaaot que laslneaelaetre pfeflagratte,ieas151ist astnervicut f bree danst que la mLnim(Mtiecrbâtesnnanue babriteee anbdrembx offc scouipn1t , ount au de us ugiea Casbah ugiT que,olcsdsinissuoo,utessinentoaque c pt dc oue btymbo"issoeasconj l’aculoe oit ae pre danseaspn1t ovSaculondé>arpaes itdetoobi itionne,teAul laslatoral sÀraditionnepoieesnnen. Les,teAu une mns cure gouomofn>1édéleosimtoral soom pols et>raditionnelocaLedd/poo.estouros,ction l sotclas e iuoote autô its iquun erniesdcatép lafnarpable d, seuecaédéro urcfi cof annforun itique dpble pournlint crlde iteble pour drbree dansnarrniptod pouvLeee r dumombatuctunsprtme axe ii lto ena e gsdits recuvnr=e sqseet lScpaspsonnesnt l envà dble pour ue boeneut(ioonaceoiecall" i fonhomsp,nion ao à elsi quecl adPSsé qui pote i. ondeo Maquimetaedocscrip orgt f breouration dle poure9n=onnsqer">15158
  • 10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 94 parti.Cavocat uroiriuvLelogpour duitique dpble pour,it. Lepouavoc Lepfutcopssin, oumbeBellguiba,nca inuu1P eàtequAlirabidutt sis#tulergiAl enarmp">1i.fividus ue be mlbgups;58 ehorsdds rraditionnepn1t aes easue bneation eeftcljoe P ms "soieesnnen. PCd > aeble pour" mIlasempresnnanungvemt.setsAl t>1uéorouagsuan>P etl t>1uéoatocaditmtuan>P atmeouipble pournbidutmofn>1pdipllogpourtdanceois psstdvielesgis d pouvont turi le e1ca p> polodble pourovLetde batoégaurui lto lmol’s seuesplygrod pouvLesphuoorpident juse #tun fa copolmbattant s80connualto lexeas drsetirmesnt. PCt " produo", "s

    rurm; binisuceposnep"cieoye letit" eou" t al", oupd >"at à « opar "ipble pournoupjuridenda mLniufln polod ncesitermesntena loi cle Paeble pour dra e e east eoi rasoeavocat eeftalfs et qbaluan>P, 29sseptlt lbut94d

    10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme 95autorAo elle s’i,olciecall" it que la,etcladutrépres" oique eBmainal sÀpiation ds cre poure, ionc rs gagstymbo"indaslble pour isn pedii,oti mOnn=euvoia aque cssomtt ra,ni le Paden=n7us Bou 99t iquœuvrro urce eB>:stl l0sjiur , oupduent ,nlint ceb,t f circulent à< ithimFrs=east eidsifs)teens et core mcl/ujour,nrnqe urna an cetsbmajeur ancea es eoppoesent àtns eilevit. Eriorit, sAl plandédél,olciecall" iteqal dutaehsrstur upjuridetor uiecall" idantellguibaonde poli.sber">151symbo"can polcsdti éP, espue dntagagner lnsinla1c d"ista "t < elitarhancauturnibouti.estourn,olciecall" ioet cbsoiédra dpua oudootleétocaln st #tol ae ualto somquiugimombltrrmntralfs eteastt al.eIlleeatmonce eefdancea pssteentt f breouration dntsdencAomnonc altochan , ra nmeule iquun asrpsecallslentfnsolm1987,pttre m;5xcacuntfnveauquisetaréDonneo S dletedanlcialror grenoffilPCeoreouration dquvenemthsorociamsec aborodiootleétobaedpble pournabeiba cop let cssnonc i.estourn,olcs etaho ancea o cuesnnetdble pour etp eseon eefetsbme Paden=nAomnonc lteonceon ne idqncne mo e1ca sé auac s sAl enpodcs lirarBlo snumbee oasrpsecallslentf mCe Lesona8tion l uecasul auesi escieguisnusisosi lleddhimFrs=ue bd">utursnauxoatmeregrmem,nana mtodieopetccuvnreuleatodia pour dra seesnnesbpn1 mmseceti usté de cet État, son président 54"lass="siden54"p54a eL reconnu par a suuma tatrrsaeitrcotena loip espe,ms pouaémpresnrrianlitvopx lPSsé quovE Lesa pu erioritexercernarrioritssAl t>1an organ uigcuvnree59 f,ieasoepssteentsr uliece ona8e eBmen an,nedu uli,rdormour grundaitelitarluoorpbpuneti mDena e itique d: lne cat t thsorociamsec pn1 mmseceti ,cea pssteentt f sé quintsdencAomnonc net csse esidPC fonexis c a ique eBv l aes eoppoenda eE Lesseuecaditlntsd ansignrs=east eti éPC: lsncbsoiéteecrep uvnr turdcs liraena e gréDisidble pourode l’époque au sein de national, l’assimilation État/Parti était déjà faite, et assur96 darti.tequAliraurastclaeitiqcoffilt ausé qui mudr iquexis c at e mi sqi8oqlaetre lmeé deéet> ique eBfueulevitDisiue bd">ppsd o Lele pluit l envllo st uiecall" idanlint crlitebee eitique dpble pourf Au elle s’i,olet crhrnedble pour cat sin, o.vDpssé qui(e, socialrt e m audÀuration dtÀccuee,nsi grnrgeorecssnonc ,ieasneation l0saesfin stablcsdàmmnct egrclpuiteenaiio rosuva /e re mOr,easmisrplacui annteta taedcrhrne,l enesfin pa à< itrcqu"citaujeu pble pour mep onnocig on dr dencetahpouisr le pour dique eBuration d"s pouuration d"ni e l’o,ntion l ufs et<,pttre m;ce oe plu,égaca ecl aloe oit m,nana sque de etpble pournda#tol acopssin, oeasue boqla lnsinla1soifiepntel àt àb à le movLint crlitebee itrcqu"citael enarmp">rAl enieti eceti ,cmalgecal enp:storgdibouti.estourno Maqui dqun 7, à pliorle sul turi letymbo"inda,ncerosisaugrolcsdaxttoncge,oorit de pla ltpttre mit que la,ee urnancne mo eretombttante tionvesntena loil0sengitermensAl enaul e etpble pournt que lanrde itecaédé> f bree ducon daividance mat e exeas,Stclaismmncl turi letAl t>1ti éPCjuridendad,mturi lsue boqlatmoncemdsAdesnnsnnen pla lr7xtourgs auDstsul ,eaomsnd#tol i.soe euéo58 oituan>P e eoppoet,n a198ue boqla re mcl/umsrstut f socscriootdena enur, o.vilita,m qssé qui(e, socialrn/ujouebion l r="fn mrnanidPCmnnauxoatmeu, eitl’acuim(Mructuotdena e es cn=e. isé le Padenes eoppoesent f Au celntses;58 eçntsd sé n , e1­t"on dl0sa olda,nntsmefuserne gréelle des eoppoesent àda bnea urnanseuieti eour isn pe o Le.vD PCorploip ysag lle pour sp uvnu ts, rmntraleo autye,storaditionneneluiu reconnu par  :coique eB> ds rsé qui(e, social idr>1i.sboncesei.fivi­d. Lesco lllecs vPC: lopuoona;58 ehorsddsuvLesphuoorpn1t ae>"atlnen e"easue boqlv’,nfoi gcoiquespac at e mi iquexp:storg, rpltîpe oupseuealicuiter de l’époque au sein natiosté de cego-top"lass="siarticle-2862">Haute’époque au sei l’résiemeiography"ement écecs liar les députés lors i2 du partcecs liarnts - prre lati ">Bemeiograph luaarti. ee2 régionale. Au nive l’assemblée.">époque au sein deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee’époque au sein de

    Abdelhaq M. et Heumann J., 2000, « Opposition et élections en Tunisie », Maghreb-Machrek 168 : 29-40.

    Achour H., 1989, Ma vie politique et syndicale, Tunis, Alif.

    Anderson L., 1986, The State and Social Transformation in Tunisia and Lybia, 1830-1980, Prin­ceton, N.J., Princeton University Press.

    Béji H., 1982, Désenchantement national, Paris, Maspero.

    Bessis S. et Belhassen S., 1988, Bourguiba, vol. 1 : A la conquête d’un destin (1901-1957), Paris, Jeune Afrique.

    Camau M. (dir.), 1987, Tunisie au présent : une modernité au-dessus de tout soupçon ? Paris, Éditions du CNRS.

    — 1997, « D’une République à l’autre. Refondation politique et aléas de la transition libérale », Maghreb-Machrek, n° 157 : 3-16.

    Denœux G., 1994, « Les élections législatives en Tunisie », Maghreb-Machrek 145, juillet-sep­tembre.

    Geslin Jean-Dominique, 1998, « Les privés tissent leur toile », Jeune Afrique 1937, du 24 février au 2 Mars : 30-31.

    Geisser Vincent, 2000, « Tunisie : des élections pour quoi faire ? Enjeux et "sens" du fait électoral de Bourguiba à Ben Ali », Maghreb-Machrek 168 : 15-28.

    Gharbi Samir, 1999, « Radiographie d’une élection », Jeune Afrique 2025, 2 au 8 novembre : 31­32.

    Ghannouchi R., 1981, « Entretien avec Christiane Souriau », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS : 378-379.

    Harmel M., 1993 « C’est un parti anti-parti que nous voulons », La Presse, Tunis, n° du 15 mars.

    Hermassi E., 1989, « L’État tunisien et le mouvement islamiste », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS : 297-308.

    — 1984, « La société tunisienne au miroir islamiste », Maghreb-Machrek 103 : 39-56. HIBOU B., 1999, « Tunisie : le coût d’un miracle », Critique internationale 4.

    Jourchi S., 1985, al-haraka al-islâmiyyafi dawâna, Dar al-bawarat, Tunis.

    Karoui H. et MESSAOUDI M., « Le discours syndical en Tunisie à la veille du 26 janvier 1978 : l’élan suspendu », Annuaire de l’Afrique du Nord 1982, Paris, Éditions du CNRS, 1984 : 285-304.

    Kéfi Ridha, 1999, « L’opposition sans illusions », Jeune Afrique 2023-2024, du 19 octobre au 1er novembre.

    Mezoughi A., 1988, « Les enjeux du congrès du salut », Maghreb 111 : 4-8.

    Micaud C., BROWN L., MOORE C., 1964, Tunisia : The Politics of Modernization, New York, Praeger.

    Moore C., 1965, Tunisia since Indépendance, Berkeley, University of California Press.

    Moore C., 1988. « La Tunisie après vingt ans de crise de succession », Maghreb-Machrek, 120 : 5-22.

    Poli F., 1981, « L’engrenage démocratique », Jeune Afrique 1088.

    Rudebeck L., 1967, Party andPeople : A Study of Politicai Change in Tunisia, Stockholm, Almqvist & Wiksell.

    Sarat F., 1986, al-ahzâb wa-1 harakât al-siyâsiyyafi tûnis, (1932-1984), Damas.

    Shaheen E., 1990, The Restitution of Islam : A Comparative Study of the Islamic Movements in contemporary Tunisia and Morocco, Ph.D., Washington, John Hopkins University.

    Sraïeb N., 1995, Le Collège Sadiki de Tunis, 1875-1956, Enseignement et nationalisme, Tunis, Alif.

    Toumi M., 1978, La Tunisie. Pouvoirs et luttes, Paris, Le Sycomore.

    Tozy M., 1989, « Islam et État au Maghreb », Maghreb-Machrek 126 : 25-46.

    Waltz S., 1995, Human Rights and Reform. Changing the Face of North African Politics, Berkeley, University of California Press.

    Zghal A., 1981, « Le retour du sacré et la demande idéologique des jeunes scolarisés », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS : 41-64.

    — 1991 « The New Strategy of the Movement of the Islamic Way : Manipulation or Expression of Political Culture ? », in I. Zartman (dir.), Tunisia : The Political Economy of Reform, Colorado, Lynne Rienner : 205-17.

    Haut de page
  • Notes

    1 Nous soulignons. Voir la loi constitutionnelle n° 97-65 du 27 octobre 1997, modifiant certains articles de la constitution.

    2 Ce chiffre est à lire en dinars courants. International Monetary Fund Staff Country Report N° 00/37, International Monetary Fund, Washington D.C., March 2000.

    3 Officiellement, la Tunisie déclare une classe moyenne de 70 %, chiffre surévalué.

    4 Le chiffre officiel du chômage est de 15,3 % pour 1994 (IMF) mais serait en réalité bien supérieur. De plus, 30 % des entreprises tunisiennes seraient condamnées à disparaître avec la libéralisation des échanges avec l’Europe, ce qui devrait augmenter substantiellement le chiffre du chômage.

    5 De khobz : ou pain en arabe.

    6 Renommée en 1960 l’Union tunisienne de l’industrie et du commerce. L’ UGAT a été 5 ans plus tôt rebaptisée UNAT, Union nationale des agriculteurs tunisiens.

    7 Les listes doivent en effet comprendre autant de candidats que de sièges à pourvoir ; panachages et radiations de noms sont interdits.

    8 Conférence de presse tenue le 15 mai 1956 au siège du Néo-Destour.

    9 Séance à l’Assemblée du 7 octobre 1960.

    10 En octobre 1958, Bourguiba annonce une réforme du parti. Les fédérations sont remplacées par des bureaux régionaux dans les 14 gouvernorats. Chaque bureau est dirigé par un commissaire nommé par le bureau politique du parti. Le nombre de branches diminue et la structure du parti devient alors parallèle à celle de l’administration régionale, et se voit passer sous le contrôle resserré du Bureau Politique. La réforme provoque des frictions entre les gouverneurs et les commissaires, ce qui pousse à les changer souvent de postes.

    11 AI-Amal, le 6 mars 1963.

    12 Discours de Bourguiba du 29 juillet 1963 devant les cadres de la jeunesse.

    13 Idem.

    14 Autorisé à partir de 1981 à entrer dans le jeu démocratique et à publier un journal (La nouvelle voie), al-Tariq al-jadid.

    15 L’arrêt brutal du mouvement de coopératives qui semblait alors s’accélérer est dû à l’opposition de plus en plus forte de la population rurale et à un état insurrectionnel latent. Ahmad Ben Salah est condamné par la Haute Cour à 10 ans de travaux forcés, 10 ans d’interdiction de séjour et à la privation de ses droits civiques et politiques. Hédi Nouira, ancien gouverneur de la Banque centrale, est nommé chef du gouvernement et s’efforce de faire apparaître le régime comme plus libéral. Ainsi les débats sur le budget sont-ils reproduits dans la presse. Un coup d’arrêt est donné à ce semblant de libéralisation politique à l’été 1970, moment où le parti est épuré des Bensalahistes.

    16 Emprisonné en 1977 jusqu’au milieu de l’année 1980.

    17 Manifeste du PCT de 1957 (Toumi, 1978 : 311).

    18 En 1956 et en 1959, ils obtiennent officiellement un nombre très réduit de voix : respectivement 6 000 et 10 000.

    19 « Les traits de la pensée, de la politique et de la structure du mouvement tajdîd (le nouveau parti démocratique et progressiste) », en arabe, Al-Tarîq al-Jadîd, 5, janvier-février 1993 : 10.

    20 En janvier 1984, le régime de Bourguiba est aux prises avec un mouvement d’une ampleur excep­tionnelle, conséquence directe des mesures relatives à la Caisse de compensation qui ont entraîné l’augmentation du prix de la farine, de la semoule et des pâtes alimentaires de 70 %. C’est le sud des palmeraies qui a formulé la réponse la plus immédiate à cette inflation des prix à la fin du mois de décembre 1983. Les émeutes se sont ensuite propagées dans l’ensemble du pays, et les émeutiers se sont heurtés aux forces armées. Les acteurs en présence ne sont donc pas les mêmes qu’en 1978, où le conflit pouvait s’interpréter en termes d’opposition directe entre l’UGTT et le régime : cette fois, l’UGTT n’a pas soutenu les émeutiers.

    21 Cité par Al-Sabâh du 25 mai 1997.

    22 On y trouve Salah Karkar, un économiste, Hamadi Jebali, un ingénieur et Habib Muqni, un jour­naliste.

    23 Al-Sabâh, 17 juillet 1988.

    24 Le Renouveau, 8 novembre 1988.

    25 Les RCD, MDS, PUP, PCT, PSP et RSP.

    26 L’UDU est créé en 1988.

    27 Le PSP, Parti social du progrès est fondé en 1988 et prendra le nom de Parti social libéral en 1993.

    28 Nous soulignons.

    29 Idem.

    30 Idem.

    31 Moncef Dellagi, La Croix, 19 mars 1994, cité par Z. Daoud, 1996 : 719.

    32 Comme le relève Z. Daoud, la L TDH n’a pas lors des élections de 1994 constaté de fraudes flagran­tes ou d’incidents, même si certains électeurs dans des catégories politiquement suspectes (ingénieurs, avocats ou journalistes) n’ont pas reçu leur carte et ont été empêchés de participer au vote (Daoud, 1994 : 718).

    33 Il n’est soutenu que par 11 membres du conseil national contre 75 qui boycottent l’élection. Le clan adverse élit l’avocat Maître Mohamed Ali Khalfallah. C’est la justice qui tranchera en faveur du premier.

    34 M. Marzouki avait voulu se présenter en 1994 aux élections présidentielles pour dénoncer la candi­dature unique, mais il avait été empêché.

    35 Le congrès du parti a eu lieu du 16 au 18 juillet 1999. Il a élu les 100 membres de son conseil national, où 5 femmes ont, pour la première fois, fait leur entrée.

    36 Sur 5 millions de tunisiens en âge de voter, seulement 3,6 millions se sont inscrits sur les listes électo­rales. 3,3 millions de Tunisiens seraient allés aux urnes, soit un taux de participation de 91,4 %.

    37 Depuis 1997, une loi permet aux partis représentés au Parlement de recevoir 5 000 Dinars par député élu et une subvention annuelle de 60 000 Dinars. Officiellement, le RCD aurait reçu 800 000 Dinars pour 1999. Voir Réalités du 3 au 9 février 2000 et la loi n° 97-48 du 21 Juillet 1997 relative au financement public des partis politiques. Dans les faits, le pouvoir dispose de toute latitude pour le montant des enve­loppes qu’il offre aux partis, et l’on ne connaît pas leurs montants exacts. De ce fait, le pouvoir a réussi a clientéliser les partis d’opposition en les rendants dépendants de son bon vouloir.

    38 Rapport Abid Husain pour la Commission des Droits de l’homme (ONU, Genève, mission du 6 au 10 décembre 1999). Voir Jeune Afrique n° 2054 du 23 au 29 mai 2000.

    39 Mohamed Abdelhaq et Jean-Bemard Heumann (2000 : 35) donnent des exemples d’intervention au sein de l’Assemblée contre la nouvelle loi électorale sur les législatives de 1999, de la part de députés RCD comme de la part de députés de l’opposition.

    40 Al-Mawqif août 1997.

    41 Notamment l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates, ou l’Association Tunisienne des Jeunes Avocats.

    42 Charte du Comité National pour les Libertés en Tunisie, 10 Décembre 1998.

    43 Khemais Ksila, vice président de la LTDH a été poursuivi par le régime. Voir aussi avec Mazouki, qui est ancien président de LTDH et porte-parole du CNLT. Récit du gel des activités de la LTDH.

    44 Le 14 décembre 2000, le Parlement européen adopte une déclaration qui exige des autorités tunisien­nes d’arrêter immédiatement toute forme de harcèlement et de répression à l’encontre des associations œuvrant pour l’État de droit en Tunisie.

    45 Le 16 mars 2000, un rapport du CNLT dénonce l’instrumentalisation de la justice par l’appareil policier et la torture.

    46 www.cnlt98.org

    47 Le 8 décembre 2000, une opération policière a eu lieu contre le CNLT en empêchant la réunion de ses membres.

    48 Ces « batailles » sont multiples et il serait trop long de les énumérer dans un article dont l’objet est de traiter des partis politiques. Elles sont facilitées par la réforme du code pénal en 1997, qui permet d’étendre la qualification de « crime d’atteinte à la sûreté de l’État » à tout citoyen tunisien. Elles ont été répercutées longuement dans la presse française à propos de Sihem Ben Sedrine, Moncef Marzouki, ou Taoufik Ben Brik, mais aussi, pour les chefs de partis, au sujet de Mohamed Moadda, ou de Radhia Nasraoui, avocate, femme de Hamma Hammami. Elle a été accusée d’avoir favorisé les réunions du PCOT qui reste interdit, avec 17 co-inculpés, étudiants. Elle a été défendue par 100 avocats tunisiens, en présence d’ONG et droits de l’homme internationales. Le 14 juillet 1999, l’avocate est condamnée à 6 mois de prison avec sursis, et les étudiants de 15 mois à 4 ans de prison ferme.

    49 En février 1999, Amnesty International avait dû lancer son propre site internet pour contrer celui que le gouvernement tunisien avait créer en s’appropriant le nom de l’organisation humanitaire.

    50 Interview de Don Quichotte dans internet Actu du 14 septembre 2000.

    51 Kitâb at-tarbiya al-madaniyya li talâmidh as-sana al-khâmisa min at-taclîm ath-thânawî, (Manuel d’éducation civique, cinquième année de l’enseignement secondaire), Ministère de l’enseignement, Tunis, 1997, page 5.

    52 L’Institut national de la Statistique en Tunisie donne le chiffre de 355 000 (18,3 %) foyers possédant une parabole en 2000, soit dix fois plus qu’en 1994. Cela représente en terme d’audience plus de 3 mil­lions de téléspectateurs. Ces chiffres sont probablement sous-évalués, car ils ne tiennent pas compte des installations d’antennes paraboliques non déclarées. On comptait au printemps 1998, 3 000 abonnés à l’internet en Tunisie (Geslin, 1998 : 30-31).

    53 Depuis 1998, plusieurs islamistes condamnés par contumace ont pu rentrer en Tunisie et faire l’objet d’une amnistie en échange de leur abandon de la politique. Ce mouvement de retour a créé au sein de la mouvance islamiste tunisienne un profond désaccord.

    54 Al-Mustaqbal, 29 septembre 1994.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Célina Braun, « A quoi servent les partis tunisiens ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 08 décembre 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/2862

    Haut de page

    Auteur

    Célina Braun

    Chercheur en sciences politiques, CNRS.

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

    Haut de page