Navigation – Plan du site
II. Lectures

Colonna, Fanny, Récits de la province égyptienne. Une ethnographie sud/sud, Sinbad, Actes Sud, 2004, 486 p.

Emma Aubin-Boltanski
p. 287-289

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans un champ frontalier, à la fois littérature de déambulation et sociologie. Il est constitué par une longue série d’entretiens illustrés par des photographies en noir et blanc et s’achève par un « point de vue sociologique » d’une dizaine de pages.

2L’enquête s’est déroulée entre 1996 et 1997 dans la province égyptienne avec l’objectif de comprendre comment on y vit, comment on y pense et ainsi combler un vide dans la recherche qui s’intéresse peu aux marges. Dans le domaine des études sur l’Égypte (dominé par les sciences politiques) il existe une absence cruciale de tout ce qui, dans le pays n’est pas l’État, ni la capitale. Une donnée démographique décisive montre la pertinence de mener des études sur la province : dans la décennie 1986-1996, un mouvement de redistribution centrifuge, de « contre-métropolisation » s’est opéré des centres urbains vers les bourgs, vers la province. On assiste à une requalification sociale des espaces.

3L’absence d’intérêt pour ce qui ne constitue pas le centre est renforcée par une méfiance du centre envers la province et l’exception. D’après Fanny Colonna, ce rejet s’explique par un sentiment partagé parmi l’élite intellectuelle du Caire que, dans la tourmente actuelle du monde arabe, seule une crispation sur l’État, le centre et un rejet concomitant des marges permet de se préserver ou tout au plus de faire « moins mal » que les « pays frères ». Les personnalités rencontrées ne sont pas des dissidents mais simplement des Égyptiens ordinaires constituant l’entité floue de la classe moyenne, des « gens dont on ne soupçonne même pas l’existence ». Ils sont « déviants » aux yeux de ceux qui, contrairement à eux, ont choisi de s’installer ou de rester au Caire car « scandaleusement ils avouent des passions qui les enchaînent au particulier, au petit, au détail, à la routine, à la répétition, au contrôle social ». Et ceci alors qu’ils ont reçu des imprégnations politiques et intellectuelles qui auraient dû les tirer du côté de l’universel et du général. L’auteur souligne avec force qu’en réalité, tout en étant capables de poursuivre l’actualisation de leurs propres valeurs, ces « moi-propres » façonnés par la culture traditionnelle sont aptes à jouer avec les contraintes du marché, de la mondialisation, de la « réislamisation », tous ces êtres menaçants dont l’ État dit vouloir protéger l’Égypte.

4Fanny Colonna a fait le choix de restituer le temps réel ainsi que l’ordre de ses rencontres et de sa déambulation en suivant scrupuleusement la marche de son journal d’enquête. Le lecteur l’accompagne dans ses rencontres qui commencent dans les régions de Louxor et d’Assouan et s’achèvent le long du Canal de Suez. Ce voyage qui nous mène du sud au nord, permet de découvrir deux parties du pays qui s’ignorent ou même se méfient l’une de l’autre.

5L’auteur choisit de laisser « les récits des acteurs parler d’eux-mêmes » en restant fidèle à la « littéralité des dires », en injectant de la vie et en restituant les détails : les inflexions de voix, les gestes, les couleurs, voire la forme des vêtements des protagonistes. La place laissée à l’interprétation, la paraphrase et à son regard surplombant de sociologue est volontairement réduite au minimum. Néanmoins, elle partage en voix off avec le lecteur ses impressions, ses déceptions (rendez-vous ratés) ; ses attentes ; ses hantises (le danger islamiste) ; ses questions laissées en suspend ; ses moments de fatigue (elle est souvent grippée). À travers ces rencontres on cerne bien l’objet inlassablement poursuivi par l’auteur : des lettrés cantonnés à la périphérie de l’histoire et du changement qui ont choisi d’aller chercher le savoir ailleurs pour le faire fructifier dans le local. Les personnalités mises en présence forment un large éventail : médecins, avocat, imam, patron de pub, metteur en scène, épicier féru de linguistique et de dialectologie, mère de famille, moine, ingénieur, journaliste de télévision locale, islamiste et mystique, professeur de français… Des porteurs de diplômes donc qui ont en commun de se définir comme des produits du nassérisme et d’avoir le sentiment que leur destin de provinciaux aurait été autre avant 1952 et l’accès gratuit à l’enseignement. À quelques rares exceptions près, tous ont suivi des études poussées dans un grand centre universitaire (principalement au Caire ou à Assiout), et ont choisi de revenir dans leur ville ou localité d’origine. Dans cette longue galerie de portraits, les moines coptes des monastères de Wâdî al-Natrûn, Saint-Paul, Saint-Antoine et Anba Samuel constituent un ensemble particulièrement intéressant. Les discours successifs de ces hommes en quête de Dieu, qui disent ne se soucier que de leur vie spirituelle, offrent une analyse particulièrement intéressante sur la situation de leur communauté : à la fois en prise aux islamistes et elle-même engagée dans un fort mouvement de renouveau religieux.

6L’objectif poursuivi n’est pas uniquement de mener une étude sur la vie dans la province égyptienne. Un second registre, celui du « regard Sud/Sud » qui fait se découvrir mutuellement des Algériens et des Égyptiens, est également très présent. Spécialiste de l’Algérie, Fanny Collona précise que l’Égypte est un choix quasi-accidentel et que malgré ces années d’enquête elle demeure une « non spécialiste ». Elle souhaitait initialement mener sa recherche dans le contexte algérien, un projet remis en question par la guerre civile qui ravage ce pays. Cependant, ce déplacement forcé n’est que partiel : l’Algérie demeure à la fois sa principale référence et sa grille de lecture. C’est ce pays qu’elle cherche à comprendre à travers l’Égypte. Par de curieuses et émouvantes distorsions elle dresse le tableau d’une société égyptienne dans l’impasse à la fois politiquement, économiquement et socialement qui semble avant tout destiné à permettre une analyse de la déchirure algérienne. Des chercheurs algériens ont été sollicités pour l’enquête. Très présents lors des entretiens et du fait d’un « parti pris de non-neutralité », le lecteur partage leurs préoccupations, leurs hésitations, leur complexe vis-à-vis de la langue arabe et leurs sentiments parfois mitigés à l’égard de certains de leurs interlocuteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emma Aubin-Boltanski, « Colonna, Fanny, Récits de la province égyptienne. Une ethnographie sud/sud, Sinbad, Actes Sud, 2004, 486 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 31 mars 2006, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/2888

Haut de page

Auteur

Emma Aubin-Boltanski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page