Navigation – Plan du site
II. Lectures

Destremau Blandine, Deboulet Agnès, Ireton François (dir.), Dynamiques de la pauvreté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, Paris, Karthala Urbama, 2004, 514 p.

Elisabeth Longuenesse
p. 320-324

Texte intégral

1La lutte contre la pauvreté est d’actualité. Dans le monde arabe même, où la violence islamiste est plus souvent associée au sentiment d’injustice qu’à la pauvreté, les conséquences des plans d’ajustement structurel ont mis la question à l’ordre du jour. A l’heure où des acteurs aussi divers que les mouvements protestataires ou caritatifs, les agences internationales ou les ONG de tous acabits s’en saisissent, les sciences sociales sont confrontées à l’impérative nécessité de déconstruire une notion dont la définition (en termes de besoins, de seuil, d’inégalités, ou de capacités) qui en sera choisie déterminera l’orientation que prendra la recherche. Ce défi fut au point de départ d’un programme de recherche sur plusieurs années dont nous sont livrés ici les principaux résultats.

2C’est une « approche systémique », articulant dimensions sociale, politique et spatiale que préconisent B. Destremau, A. Deboulet et F. Ireton permettant de réinscrire la pauvreté dans le contexte global des problèmes d’une société. Si l’approche longtemps dominante en terme de pauvreté monétaire a été enrichie par la prise en considération de dimensions sociales et humaines, B. Destremau estime néanmoins à juste titre que toute construction d’indicateur réduit la pluridimensionnalité du phénomène. Elle propose donc de reformuler la problématique en termes de droits sociaux et d’exclusion, seul moyen de prévenir les dérives technocratique ou assistancielle. Il est vrai que dans les pays du Sud en général, du monde arabe en particulier, la force du lien social est à l’origine d’une forme de « pauvreté intégrée », où les solidarités locale, familiale, communautaire, offrent une protection aux plus pauvres. L’exclusion se traduit donc autrement que dans les pays du Nord : la logique d’assistance place en fait les catégories les plus fragiles dans une position de dépendance qui en fait des citoyens de second ordre et considérer, comme le fait la Banque Mondiale, que l’on peut trouver là une solution tenant compte de la réalité sociale contribue à fragmenter une société déjà peu intégrée.

3Après un première section méthodologique, l’ouvrage est organisé en trois parties, chacune centrée autour d’une thématique dominante. La première, sous le titre « Discours et représentations de la pauvreté, construction d’une catégorie », traite des représentations officielles, religieuses et populaires de la pauvreté, qui sont au fondement des réponses apportées par les pouvoirs publics, diverses institutions sociales, ou la population elle-même, au « problème » ainsi construit. La seconde, « Dynamiques d’appauvrissement et vécus de la pauvreté », s’efforce d’aborder des réalités sociales et économiques objectives : la pauvreté est traitée comme processus, tandis que la question de sa mesure, sans être complètement écartée, est généralement considérée de façon critique. La troisième, enfin, sous le titre « Gestion de la pauvreté et modes d’assistance », discute principalement la façon dont les États – et certaines institutions internationales – envisagent une réponse en terme de politiques de développement, politiques sociales ou d’assistance. Seize contributions sont réparties sous ces trois thèmes. L’Égypte se taille la part du lion avec 5 articles, 2 traitent de la Tunisie, tandis que la Syrie, le Maroc, la Jordanie, la Palestine, l’Algérie, le Yémen, mais aussi les Palestiniens de Jordanie, font chacun l’objet d’une contribution, traitant soit d’un aspect particulier, soit du pays dans sa globalité. Deux auteurs, dans la première partie, traitant de l’islam, ne se réfèrent pas à un pays en particulier. Absente de la première section, l’Égypte fait l’objet de trois chapitres dans la seconde et deux dans la troisième, traitant respectivement de représentations et de vécu de certaines catégories marginalisées (Deboulet, Harders), de processus de paupérisation en milieu ouvrier (Clément) d’une part, de politique sociale, à partir de l’exemple des enfants abandonnés (Ben Néfissa), ou de problème du logement, et d’intervention des agences internationales en matière d’habitat informel (El Batran), d’autre part. Les deux articles traitant de la Tunisie, en première et troisième partie sont remarquablement complémentaires, le premier (Amri) confrontant discours des représentants de l’islam et discours de l’État, à travers le cas d’un région négligée par les politiques officielles, tandis que le second (Largueche) propose une analyse subtile des héritages historiques, pour éclairer les formes de gestion de la pauvreté tant par la société que par l’État. Deux ou trois contributions seulement traitent globalement de la question de la pauvreté dans un pays : le cas de l’Algérie, pays « potentiellement riche, mais concrètement pauvre », riche de sa rente pétrolière, mais malade d’une crise sociétale majeure qui a entraîné une spirale de paupérisation massive, est ainsi traité par M. Kouidri au prisme des politiques étatiques et du basculement de la protection de l’État providence à l’irrésistible « retour de la pauvreté », résultant des politiques de libéralisation. A propos de la Palestine (Gaza et Cisjordanie), J. Hilal rapporte évidemment la pauvreté à la situation d’occupation, mais s’intéresse surtout aux modes d’entraide et d’assistance en soulignant les limites de l’action des ong. En revanche, il est tout à fait remarquable, que le Yémen, pays classé généralement dans la catégorie des pays les plus pauvres par l’onu, fasse l’objet d’un article (Bonnenfant) traitant non pas de la pauvreté en tant que telle, mais de la situation d’un groupe défini par son statut qui le place en marge de la société. De fait, beaucoup d’auteurs ont une réticence évidente à poser la pauvreté comme objet d’étude. Soit qu’ils préfèrent parler de représentations ou de vécu de la pauvreté, soit qu’ils traitent d’inégalités sociales, de groupes marginalisés ou exclus ou de processus d’appauvrissement ou de paupérisation.

4Le choix de placer en première partie la question des représentations est sans doute l’expression de la posture épistémologique « constructionniste »  développée par F. Ireton. Parler de pauvreté, c’est d’abord parler de représentations de la pauvreté. Lorsque l’on traite de pays arabes, donc musulmans, on pense inévitablement à la manière dont l’islam traite de la pauvreté. Mais évoquer l’islam et le discours de penseurs musulmans en dehors de toute contextualisation, comme le fait S. Houot est au mieux sans grand intérêt, au pire source de contresens (l’invocation de Mary Douglas ou de Michel Foucault ne faisant qu’aggraver l’anachronisme), et déduire de l’enseignement du Coran que les associations locales sont plus efficaces que les ong internationales (J. Benthall) est un raccourci pas très convaincant. Au contraire, L. Amri, en étudiant le contenu et la portée du discours des imams dans une région bien précise du nord-ouest tunisien, offre un contre exemple autrement convaincant… D’autres contributions, dans la seconde partie et surtout la troisième, lui font écho. Ainsi, C. Harders s’intéresse avant tout à la perception que les plus pauvres ont de leur situation et montre comment celle-ci est imprégnée de représentations morales et religieuses. Tandis que S. Ben Néfissa, à propos des enfants abandonnés, pauvres parmi les pauvres, désaffiliés par excellence, car privés  du premier réseau de solidarité qu’est la famille, analyse remarquablement la relation entre représentations et comportements, entre religion et politique.

5La seconde partie traite de processus et de vécus. Pour N. Tagemouti « la focalisation de la recherche sur la face monétaire de la pauvreté reflète le pouvoir tentaculaire du marché » et elle montre comment au quotidien, les habitants de la médina de Fès ressentent le manque en matière de consommation ou de logement, et surtout comment leur perception de soi et des autres en est affectée. Sur un autre plan, ce sont les processus de paupérisation résultant des politiques d’ajustement structurel qu’observe F. Clément, à travers l’exemple des ouvriers du secteur public en Égypte. La pauvreté n’a pas de sens en soi, dans l’absolu, c’est la baisse des revenus, la perte des protections liées à l’emploi et la rupture avec le milieu de travail, qui sont sources de déclassement. De la même façon, Kouidri à propos de l’Algérie relevait que, plus que la pauvreté en soi, c’était l’appauvrissement de « générations grandies dans le rêve socialiste » qui posait problème. Le vécu de la pauvreté au Caire, évoqué finement par C. Harders, est abordé par A. Deboulet à travers une catégorie de la population définie dans les représentations populaires par un mot arabe, arzuqi, qui désigne les travailleurs occasionnels. Mais à tenter d’objectiver une catégorie subjective, on peut se demander si elle ne se place pas dans une impasse méthodologique. De son travail, on retiendra néanmoins deux points qui font écho au travail de Paul Bonnenfant sur les akhdâm du Yémen, qui montrent le travail de construction sociale de la marginalisation d’une catégorie de la population : le fait que ces arzûqî soient généralement des « Sa’idis », originaires de Haute Égypte, et que la précarité de leur situation soit inscrite dans l’espace, par leur regroupement dans certains quartiers informels, souligne en effet la multidimensionnalité du phénomène, la difficulté à réduire la « pauvreté » à des indicateurs strictement quantitatifs.

6Les textes rassemblés dans la troisième partie recentrent la problématique sur les modalités de la lutte contre la pauvreté et abordent le problème à partir des acteurs qui prennent en charge l’assistance et la protection des catégories identifiées comme pauvres. Une fois de plus, ces actions apparaissent évidemment comme indissociables des discours qui construisent la pauvreté comme problème. C’est pourquoi plusieurs contributions placées dans cette section font une grande place à l’analyse des discours et des représentations qui les organisent : comment comprendre, les modalités de la prise en charge des enfants abandonnés par les institutions étatiques égyptiennes ou par diverses associations caritatives, sans prendre en considération les représentations qui fondent le statut de ces enfants et qui fonctionnent comme un frein à leur intégration sociale (S. Ben Nefissa). Que leur requalification comme « orphelin » permette aux associations qui les prennent en charge d’effacer le stigmate de leur origine, est de ce point de vue très éclairant. Dans un autre registre, la catégorisation des Special Harship Cases par l’unrwa (S. Latte Abdallah), en fondant les critères d’éligibilité aux programmes d’aide sur une représentation de la famille où l’homme joue le rôle de soutien de famille, contribue à remodeler les relations à l’intérieur de la famille. Plus largement, la lutte contre la pauvreté est toujours référée à un modèle de développement social et économique. Longtemps considérée, dans de nombreux pays, comme un héritage de la colonisation, elle ne pouvait qu’être éradiquée radicalement, pensait-on, par les politiques de développement. Ce postulat est implicite aussi bien dans la contribution de F. Clément à propos du rôle du secteur public dans les politiques de l’emploi, que dans celle de S. Ben Nefissa évoquant la politique sociale nassérienne, y compris à travers les échecs ultérieurs de ces politiques. Il est explicite dans le propos de M. Kouidri sur l’Algérie. Mais – est-ce étonnant ? – on le retrouve aussi dans un projet de développement comme celui qui fut mis en œuvre dès les années 1950 dans la Vallée du Jourdain et dont M. Van Aken nous montre comment il visait à transformer les réfugiés palestiniens en « agriculteurs » modernes – et prospères – en faisant de « la Vallée du Jourdain un milieu de vie agréable et convoité », selon les termes naïfs des concepteurs du programme. Tous ces projets pêchaient par le même optimisme technocratique aveugle aux dynamiques sociales concrètes et ont vite buté sur les effets non contrôlés des conflits d’intérêts et des solidarités segmentaires.

7L’intérêt majeur de l’ouvrage est de rappeler que les sciences sociales ne sauraient traiter de la pauvreté sans déplacer l’angle d’analyse et redéfinir leur objet d’étude en terme d’inégalités, d’exclusion ou de désaffiliation. La pauvreté est autant une construction des experts qu’un vécu indissociable des représentations qui l’imprègnent et lui confèrent un sens. En ce sens, cet ouvrage est une contribution riche et stimulante à la réflexion des sciences sociales sur la question, malgré quelques déséquilibres. Dommage que la partie introductive soit trop longue (plus de 100 pages) ; elle aurait gagnée à être réduite de moitié – particulièrement l’article trop abstrait, malgré la pertinence de sa démarche, de F. Ireton. Reste la question posée par B. Destremau, de la capacité des sociétés considérées à intégrer les populations menacées par les mécanismes d’exclusion, des conditions d’une telle intégration, dans des sociétés où l’intégration nationale, déjà fragile à l’époque des projets développementalistes, est aujourd’hui gravement menacée par le désengagement de l’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Destremau Blandine, Deboulet Agnès, Ireton François (dir.), Dynamiques de la pauvreté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, Paris, Karthala Urbama, 2004, 514 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/2939

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page