Navigation – Plan du site
II. Lectures

Liati Viviane, De l’usage du Coran, Edition Mille et une Nuits, 2004, 293 p.

Bakary Sambe
p. 335-338

Texte intégral

1L’ouvrage de Viviane Liati porte sur les usages du Coran et des textes fondateurs dans le discours des acteurs religieux musulmans. Il cherche à en montrer la multiplicité au service de l’autorité politique ou contre elle, mais aussi la complexité et l’ambivalence, où l’auteur décèle ce qu’elle appelle une “ruse politique” de la part de ces acteurs. Mais d’abord, celle-ci s’efforce de mettre le Coran, cet “objet opaque” à la portée du grand public.

2À cet effet, elle s’appuie sur les “œuvres” de théologiens qui pour elle sont le lieu, par excellence, « où s’exprime une pensée ordonnée et réfléchie ». “Usager” régulier du Coran, le théologien, ce « mécanicien de la religion », sait « comment ça fonctionne » et en use dans une parfaite maîtrise des possibilités qu’offre l’ambivalence du discours religieux, notamment chez ceux qu’elle appelle, tout au long de son ouvrage, les “intégristes musulmans”.

3Cependant, pour ne pas se perdre dans la pluralité des interprétations, Viviane Liati ne se contente pas d’un simple inventaire des vues et des conceptions des théologiens. Elle essaye de dégager ce qu’elle considère comme « les structures constantes qui fondent ce que l’on appelle une religion ». Car, soutient-elle, « s’il n’y avait qu’une pluralité d’interprétations, alors, il n’y aurait plus de religion. »

4Pour comprendre le Coran, il faut « avoir les clés » de la tradition dans laquelle il a pris naissance. En raison de la complexité de la question et de l’abondance de la matière, il a fallu opérer des choix. Dans le souci de mettre sa réflexion en phase avec les réalités, Viviane Liati se propose d’étudier des textes coraniques de référence, « à partir de questions importantes qui travaillent nos sociétés » : le rapport des musulmans aux non-musulmans, le statut de la femme, constituent ainsi des questions à travers lesquelles elle tente d’illustrer la nature élastique et dynamique du discours religieux. Interprétations et lectures anciennes comme modernes sont étudiées méthodiquement en réservant une large part aux plus récentes, afin de montrer en quoi elles viennent reprendre et discuter ce qu’elle appelle la « Tradition dominante ».

5Dans une certaine “obsession” du concret, l’auteur prend ce qu’on pourrait appeler un parti consciemment réaliste de ne point faire place aux rénovateurs de l’islam. Pour elle, ces nouveaux courants ne sont pas représentatifs des sociétés musulmanes contemporaines qui ne se retrouveraient pas dans leurs assertions quelque peu détachées des réalités. Malgré leur pertinence et l’humanisme qui les sous-tend, leurs idées peinent encore à se frayer un espace propre dans la tourmente qui se traduit, aujourd’hui, par la radicalisation des discours et comportements religieux.

6Cette attitude rappelle la prudence avec laquelle les précurseurs de la Nahda, comme Qâsim Amîn, s’avançaient sur la question de l’émancipation de la femme. On voyait dans sa démarche, surtout dans TaÌrîr al-Mar‘a, toutes les caractéristiques d’un discours visant l’élite lettrée égyptienne qu’il nommait « al-muta‘allimûn ». Qâsim Amîn et ses contemporains avaient, à leur façon, saisi la difficulté de rénover la société par des idées qui avaient toujours besoin de temps pour germer. D’ailleurs cet ’islâÌ (réformisme) élitiste qu’ils prônaient n’a eu l’écho escompté que lorsqu’il s’est mû en un simple appel au retour aux sources, une forme de salafisme idéaliste, dans la tradition de ‘Abduh, qui lui a finalement donné sa “réalité” au milieu de tous ses paradoxes.

7L’auteur essaye de ne pas céder à la « tentation contructiviste » et conçoit l’islam en tant que religion comme « autre chose qu’une simple idéologie », c’est à dire « une fausse pensée ». Cependant elle ne cantonne pas, non plus, le fait islamique dans le théologico-juridique ; elle tente, fidèle à sa démarche de départ, de mettre en évidence ce qu’elle appelle, « un attachement passionnel à une réalité considérée comme sacrée » dans la religion musulmane. Elle guide son lecteur dans une « introduction à la lecture du Coran » mais son souci de référentialité – avec une bibliographie indicative à la fin de chaque partie et le fléchage des versets et sourates traduits – prend le dessus sur la lisibilité de la démarche. Certes, les questions qui traversent l’histoire du texte coranique comme celle, complexe, de l’abrogation (naskh), sont évoquées avec des exemples pertinents à l’appui d’une argumentation alliant souci de la précision et profonde connaissance des traditions religieuses. Malgré sa richesse incontestable, l’ouvrage est néanmoins touffu, mal ordonné, peu hiérarchisé.

8Des pans entiers de la littérature religieuse classique ainsi que du fiqh sont revisités, sans négliger les ressources fournies par l’historiographie, autre mode de conception et de représentation de la réalité dont les logiques sont religieuses. Ces éléments sont, tout au long de ce travail, confrontés avec des études sur le fait coranique, l’histoire du texte élaborée grâce au matériau problématique mais incontournable des akhbâr que la tradition orientaliste a empruntés aux travaux d’Ibn Abî Dâwûd al-Sijistânî, de Suyûtî ou encore Zarkashî. Il faut voir aujourd’hui comment le recours aux Tabaqât d’Ibn Sa‘d ou aux écrits d’Ibn Shabba aident à animer le débat sur cette histoire. Alfred-Louis de Prémare (2002) revisite cette question d’une grande complexité à laquelle il est revenu dans un récent ouvrage (2004). Mais, il est parfois difficile pour le lecteur non spécialiste de reconstituer les chaînons manquants dans le raisonnement de l’auteur, lorsque celle-ci navigue entre lectures anciennes et interprétations et commentaires tardifs (de Suyûtî au contemporain Sayyid Qutb).

9La richesse historique des périodes traversées, la complexité des interférences entre le politique et le religieux, particulièrement dans le contexte abbasside et l’éclosion des doctrines et “écoles” théologico-politiques, pèsent sur le style et l’alourdissent par endroits. Toutefois, la complexité de la question qu’elle s’est proposée de traiter et les précautions méthodologiques, n’ont pas empêché l’auteur d’apporter des éclairages sur des problématiques aussi délicates que les rapports islamo-chrétiens ou judéo-islamiques. Des questions connexes à ces rapports telles que celles de la cohabitation et de ses conditions sont abordées par l’auteur sous plusieurs angles en restant fidèle à la méthode annoncée avec, à chaque fois, une présentation des différents usages faits des versets coraniques s’y afférant. Comme pour entraîner son lecteur dans ce monde des significations conjoncturelles qu’est l’interprétation des écritures sacrées ou sacralisées, l’auteur insiste sur la nécessité de partir des sens “premiers” pour mieux comprendre l’évolution ayant conduit aux lectures contemporaines.

10Malgré la difficulté à établir les ponts nécessaires dans le texte entre les niveaux de lecture, la démarche de Viviane Liati laisse entrevoir une volonté de rendre compte de la diversité des approches et des interprétations qui traverse le champ islamique. L’ouvrage met en évidence l’historicité et la diversité dans les messages religieux, illustrées ici à travers l’exemple islamique. Même si l’auteur insiste sur ce qu’elle appelle des « structures constantes dans l’interprétation et dans l’expérience », elle tente de démontrer que « l’islam est à la fois un et pluriel » tout en prenant garde de rappeler qu’il faut, toujours, « comprendre la diversité dans l’unité ».

11Il est vrai qu’on peut noter une certaine hésitation dans sa démarche qui oscille entre la reconnaissance de la diversité et la volonté de s’appuyer sur des constantes. Est-ce par son souci premier de réalité, de vécu ou d’actualité ? En tout cas, en affirmant clairement que l’islam a deux sources canoniques (Coran et Sunna), dans son avant-propos, Viviane Liati privilégie une lecture particulière des faits islamiques, celle-là même que l’on reproche à ceux qu’elle appelle les “intégristes musulmans”. C’est cette vision étriquée de la notion de norme et de normativité en islam que M. Chérif Ferjani (2005) reproche à Bernard Lewis et aux islamologues dans son sillage qui ont tendance à présenter l’islam comme un « monothéisme particulièrement monolithique ».

12Ce flou frappant est peut-être la résultante de l’absence de passerelles explicatives lorsque l’auteur passe des interprétations d’un Tabarî (xe siècle) ou Suyûtî (xve-xvie) à l’usage ou à la lecture du Coran chez les contemporains Ri∂â et Qutb, malgré la constante référence, dans l’ouvrage, à Baghâwî qui appartient à une période intermédiaire.

13On aura compris que l’ouvrage cherche à apporter un éclairage sur des questions d’actualité brûlante où, selon les termes Viviane Liati, « l’islam pose désormais problème en France pour l’ensemble de la société ». Mais de là à rattacher ces problèmes à la tradition religieuse classique (abarî, uyûtî, Baghawî), il y aurait un ensemble de précautions méthodologiques à prendre pour éviter l’anachronisme. On peut se demander si ce qui semble être, dans bien des endroits de l’ouvrage, un défaut de nuances par contrainte éditoriale ou rédactionnelle, n’est pas liée à l’hypothèse de départ que Viviane Liati pose dès le début de son ouvrage en affirmant : « on ne change pas de religion chaque fois que l’on change de siècle, de pays ou de couche sociale ». En tout cas, cette interrogation devient nécessaire lorsque l’auteur persiste en parlant d’une « permanence de l’islam à travers ses formes historiques, géographiques et sociales diverses ». Jacqueline Chabbi (1997) a plus de discernement lorsqu’elle fait la part des choses entre ce qu’elle appelle « l’islam de Mahomet » et la lecture qui en a été faite par les générations suivantes qui, dès l’époque abbasside,  n’avaient plus du tout ni le même projet ni les mêmes réalités. Ce discernement s’impose à plus forte raison si l’on se déplace dans un cadre plus complexe et complètement différent que celui de l’Europe.

14S’il peut être intéressant de mettre en perspective le discours de l’uoif pour comprendre l’islam français, il semble tout de même hâtif et réducteur de rattacher les interprétations présentes des uns et les positions conjoncturelles des autres sur telle ou telle question religieuse à quelque nature immuable de l’islam.

15Tout en reconnaissant que « la conception du rôle de la femme, telle qu’elle est dessinée par les prescriptions coraniques, est en effet largement tributaire de la situation qui prévalait en Arabie au viie siècle », Viviane Liati s’est pourtant beaucoup trop attardée sur les tendances favorisant une vision étroite de la condition de la femme et qui s’enferment dans une sorte d’idéologie salafiste idéalisante concevant, de manière paradoxale, la modernité comme un retour à la Tradition. C’est sous cet angle qu’il faut comprendre leur obstination à « islamiser la modernité » plutôt que l’inverse. Mais même un Qâsim Amîn dont on sait à quel point il été influencé par MuÌammad ‘Abduh et son salafisme, avait essayé, en son temps, de dissocier les prescriptions textuelles du poids des coutumes et traditions sur les lectures des textes portant sur la condition de la femme. Les annexes consacrées par l’auteur au « voile et à la mixité » vont en revanche plutôt dans le sens d’une volonté, cette fois-ci plus nette, de réaffirmer la multiplicité des « usages » du Coran » (au pluriel).

16Viviane Liati a eu l’ambitieux projet de donner des clés de lecture à quiconque voudrait « avoir à sa disposition les éléments nécessaires pour forger son propre jugement » sur les questions qu’elle juge « toujours actuelles » du “djihad”, des “lois” alimentaires, du statut de la femme, du voile et de la mixité. Malgré un certain nombre de réserves, reconnaissons qu’elle a su montrer que ce qui importe pour une meilleure compréhension de ces enjeux, c’est ce qu’on dit de cet objet “opaque” qu’est le Coran, plus que ce qu’il dit lui-même.

Haut de page

Bibliographie

Chabbi Jacqueline, 1997, Le Seigneur des tribus, L’islam de Mahomet, Noêsis, Paris, 725 p.

Premare Alfred Louis de, 2002, Les fondations de l’Islam : Entre écriture et histoire, Seuil.

—  2004, Aux origines du Coran. Questions d’hier, approche d’aujourd’hui, Téraèdre, Paris, 144 p.

Ferjani Mohamed Chérif , Le politique et le religieux dans le champs islamique, Fayard, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bakary Sambe, « Liati Viviane, De l’usage du Coran, Edition Mille et une Nuits, 2004, 293 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/2946

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page