Navigation – Plan du site
Première partie – L'Irak en perspective

L’Irak en perspective

comité editorial
p. 9-12

Texte intégral

1En dépit de la place que l’Irak occupe dans l’actualité depuis plusieurs décennies, on trouve peu de travaux sur ce pays, particulièrement en langue française. Ce numéro, à la suite de quelques publications récentes évoquées en introduction, voudrait contribuer à combler ce manque. Notre souci était au départ d’offrir une mise en perspective historique de l’expérience irakienne à la fois dans sa singularité et dans son contexte moyen-oriental. Une telle double « mise en contexte », nationale et régionale, nous semblait nécessaire à la fois pour saisir l’émergence de divers courants politiques qui ont marqué l’Irak au xxe siècle (le Baas et ses configurations successives, mais aussi d’autres mouvances, nationalistes arabes, marxistes-léninistes et islamistes) et pour éclairer les enjeux des basculements politiques successifs et des transformations sociales et culturelles qu’a connus la société irakienne depuis un demi-siècle.

2Notre souci était d’accorder une large place aux forces et groupes sociaux et politiques qui composent la société irakienne, groupes ethnolinguistiques ou confessionnels, tribus et populations rurales, populations urbaines, et catégories susceptibles de jouer un rôle dans l’Irak de demain (jeunes, femmes, les chômeurs, « classes sociales », anciennes et nouvelles, dans la foulée des travaux de Batatu). Il était aussi de proposer une relecture réflexive des travaux récents ou plus anciens, et de questionner la pertinence des approches les plus en vogue. Ainsi, de la problématique des « communautés irakiennes » qui doit être revue à la lumière des lieux et des processus historiques de communautarisation et de dé-communautarisation. De même, la question tribale doit être réétudiée dans la longue durée, afin d’historiciser les vagues de détribalisation et retribalisation successives. Il s’agit ainsi de proposer un autre regard sur une actualité dont la lecture quotidienne qu’en font notamment les médias est aujourd’hui dominée par une grille d’analyse fortement teintée d’essentialisme.

3Cette ambition de départ, sans doute disproportionnée au regard de ce que permet un numéro spécial de revue, n’est certes pas entièrement atteinte. Mais les limites de ce dossier reflètent aussi, inévitablement, celles du champ d’études dont il prétend rendre compte. En outre, de façon révélatrice quant à l’état des recherches en sciences humaines et sociales sur l’Irak, les articles retenus se sont trouvés être majoritairement le fait d’auteurs anglophones.

4Dans la préparation de ce numéro, nous avons été aidés par Hamit Bozarslan et Peter Sluglett qui ont pris les premiers contacts. Qu’ils en soient vivement remerciés. Hamit Bozarslan a pris le temps de rédiger une longue introduction, proposant à la fois des repères historiques et bibliographiques, et une lecture critique des paradigmes dominants dans les travaux auxquels il se réfère, offrant ainsi les éléments de cadrage nécessaires à la lecture de ce dossier et des jalons utiles à la poursuite de la recherche, dans les directions indiquées plus haut.

5Le numéro est organisé en trois parties : la première regroupe des articles traitant de l’époque monarchique (y compris la période mandataire) et des décennies qui suivent en apportant un éclairage historique à des questions d’actualité. La seconde a pour fil conducteur la question des identités (ethniques ou de genre) en lien avec diverses formes de mobilité ou d’exil ; nous avons choisi de placer dans cette section le seul article du dossier traitant de l’époque médiévale, le choc du décalage historique nous paraissant stimulant pour la réflexion. La troisième partie regroupe trois textes traitant de problèmes très contemporains, en lien avec la guerre, l’embargo et l’occupation. Le dernier texte a un statut un peu différent : Hazem Saghié nous propose en effet une lecture critique du traitement par la presse de la question de la « débaassification » ; bien que moins académique que les autres, son texte nous a semblé intéressant précisément en ce qu’il se fait l’écho de débats politiques sensibles non résolus.

6Si notre dossier est loin d’aborder toutes les questions qui auraient mérité d’être traitées, il a le mérite d’offrir au lecteur un certain nombre de contributions particulièrement originales, sur des sujets habituellement négligés ou des recherches en cours. Celle de Salaam Yusif, sur la place de l’intelligentsia de gauche des années 1950 à 1970 est ainsi particulièrement riche d’informations originales et éclairantes pour la période considérée : le contraste paradoxal entre le dynamisme et l’influence de cette intelligentsia sous la monarchie et jusque dans les années 1960, et son déclin inexorable à l’époque baassiste, pose le problème plus général de la place des intellectuels dans la société et de leur rapport au politique. D’une façon différente, mais complémentaire, l’analyse de la biographie d’Al-Jawâhirî, alternativement et parfois simultanément, poète de cour et porte-voix des opprimés, proche du roi et compagnon de route du parti communiste, illustre finement les contradictions et les subtilités de la société irakienne à l’époque monarchique et dans les deux décennies qui suivent.

7Le lecteur sera peut-être surpris de l’absence de contribution sur la question kurde contemporaine. Il est vrai que, si celle-ci a fait l’objet de nombreux travaux, elle a probablement plus souvent été abordée à partie du cas turc. Mais on connaît peu de choses de l’histoire des Kurdes et de leurs relations avec les Arabes aux époques antérieures au xixe siècle. C’est tout l’intérêt de l’article de Boris James de nous montrer que le rapport de ces populations (identifiées comme kurdes plus par leur mode de vie que par une identité linguistique floue) à leur territoire a été changeant à travers les siècles, alors même que les « Kurdes » ont été très tôt un élément des sociétés rurales et urbaines du monde musulman moyen-oriental, témoignant des mêmes mobilités que les autres populations de la région.

8La question des identités et de leur rapport au politique, sans être traitée en tant que telle, est abordée dans plusieurs articles : Peter Sluglett relit l’histoire du Mandat britannique en examinant les conditions de la construction improbable d’une entité politique irakienne regroupant des régions et des populations autrefois distinctes, les politiques britanniques de contrôle de la population et du territoire et les limites de l’intégration nationale. Hala Fattah, dans un court texte qui présente les premiers résultats d’une recherche en cours dont on espère voir bientôt les résultats complets, révèle l’ambiguïté et les limites de la revendication d’une identité irakienne chez des exilés de la première heure, dont le rejet de tout particularisme masque la réalité d’une connaissance implicite des appartenances familiales et communautaires qui guide les pratiques de la vie courante. Nadia al-Ali examine quant à elle les formes de mobilisation politique des femmes irakiennes en diaspora et les difficultés qu’elles rencontrent lorsque, rentrées en Irak, elles sont confrontées à la réalité vécue et exprimée par celles qui n’ont jamais quitté le pays. Ce faisant, elle introduit la question complexe et sensible de la renaissance d’une société civile, dont Fanny Lafourcade montre comment les tentatives américaines d’en importer (imposer) un modèle préfabriqué de l’autre côté de l’Atlantique, au mieux se heurte à son tour au scepticisme des intéressés, au pire, contribue à l’émiettement et au démembrement du pays. Il est vrai que l’héritage baassiste, pesant et complexe – dont Peter Harling met en lumière certains mécanismes extrêmes à travers l’épisode de la guerre de 1991 – avait démantelé toute instance de représentation des citoyens, tout corps intermédiaire entre eux et l’État, tandis que la politique de « débaassification » entreprise par des forces d’occupation américaines, elles-mêmes peu sensibles aux préoccupations de la population, ne pouvait que déboucher sur une impasse. Le chaos dans lequel le pays s’enfonce un peu plus chaque mois en est la triste illustration.

9Reste à espérer, comme le fait Hamit Bozarslan, que la société irakienne, dans ses diverses composantes, saura puiser dans l’héritage de son passé proche et lointain les ressources qui lui permettront de réinventer une nouvelle citoyenneté.

  • 1 Pour certains d’entre eux, la version anglaise originale est accessible sur le site de la revue.

10Le nombre d’articles reçus en anglais a placé les responsables de la revue devant un problème délicat : il nous fallait trouver le meilleur compromis entre notre souci de rendre accessible à un large public français les travaux originaux de chercheurs anglophones peu ou mal connus en France, et notre volonté de nous inscrire dans un champ de recherche qui dépasse les frontières de la francophonie. Au final, nous avons donc choisi de traduire un nombre suffisant d’articles pour ne pas rebuter le lecteur français1. Restait à choisir lesquels : le choix a inévitablement une part d’arbitraire, mais nous avons essayé de préserver un équilibre entre les thématiques et une alternance des langues dans la succession des articles. Nous espérons ainsi satisfaire tous les lecteurs, et inciter le lecteur francophone, mis en appétit par les articles en français, à poursuivre son exploration en anglais.

Haut de page

Notes

1 Pour certains d’entre eux, la version anglaise originale est accessible sur le site de la revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

comité editorial, « L’Irak en perspective », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/3241

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page