Navigation – Plan du site
Lectures

Establet Colette et Pascual Jean-Paul, Des tissus et des hommes. Damas vers 1700, Damas, Institut Français du Proche-Orient, 2005, 358 p.

Brigitte Marino
p. 296-300

Texte intégral

1C’est un ouvrage très dense qu’ont soigneusement tissé pour nous C. Establet et J.-P. Pascual. Après Familles et fortunes à Damas (1994) et Ultime voyage pour La Mecque (1998), les inventaires après décès qu’ils décortiquent méticuleusement depuis plus d’une dizaine d’années continuent à donner de beaux fruits. Ces documents ont été consignés dans deux registres de la qisma ‘arabiyya de Damas entre 1686 et 1717 ; ils nous renseignent non seulement sur la composition d’une partie de la société damascène -la population civile (ra‘âyâ)- mais aussi sur divers aspects de la culture matérielle, domaine dans lequel les auteurs ont publié plusieurs articles, notamment sur les livres, la vaisselle, le café et ses objets. C’est sur les tissus qu’ils ont ici jeté leur dévolu, se penchant sur les biens inventoriés dans 78 boutiques et 121 maisons.

2Afin d’identifier les nombreux produits textiles mentionnés dans les inventaires après décès, ils ont consulté de nombreux dictionnaires, récits de voyages et manuels de commerce donnant ainsi à leur travail une dimension encyclopédique. Ces diverses sources leur ont également permis d’apporter des précisions très appréciables sur le système des poids et des mesures qui se caractérise à cette époque par une extrême complexité.

3Dans le premier chapitre (une trentaine de pages), les auteurs soulignent l’importance des activités textiles à Damas au début du xviiie siècle : plus du tiers des défunts exercent un métier dans le domaine des activités textiles et ils représentent, par leur nombre, le groupe professionnel le plus important dans la cité, se distinguant globalement par leur richesse des autres artisans ou commerçants, tout en constituant un milieu social hétérogène.

4Dans le deuxième chapitre consacré aux métiers liés au travail des étoffes (une soixantaine de pages), ce sont surtout les passementiers, tailleurs, fabricants ou vendeurs de ‘abâ, fourreurs, marchands de tapis et teinturiers qui retiennent l’attention. Les lustreurs d’étoffes, foulons ou tordeurs de fils, métiers pourtant très répandus à Damas à cette époque, apparaissent peu dans ce corpus. Les auteurs examinent minutieusement les nombreux produits se trouvant dans les boutiques des passementiers et s’intéressent ensuite aux plantes tinctoriales et aux techniques de teinture.

5Dans le troisième chapitre, consacré aux commerçants et négociants en tissus (130 pages), les auteurs présentent d’abord les boutiquiers dépourvus d’étoffes de couleur, ceux qui détiennent essentiellement des tissus ordinaires originaires pour la plupart de Syrie et d’Egypte. Ils se livrent ensuite à une magnifique étude de cas concernant le négociant le plus riche de l’ensemble du corpus étudié, un individu dont l’univers commercial s’étend non seulement sur diverses provinces de l’empire ottoman mais aussi sur des contrées plus lointaines comme la Perse ou l’Inde, voire l’Europe. La soie, produit de luxe s’il en est, occupe une grande place dans sa succession et nous connaissons maintenant, grâce aux patientes recherches des auteurs, les différentes variétés de tissus dont elle constitue la (ou une des) matière(s) première(s). A l’affût du moindre indice pouvant permettre de reconstituer une partie de la vie du défunt, les auteurs découvrent que celui-ci semble aussi se consacrer à des activités artisanales, notamment dans le domaine du tissage et de la teinture ; ses liens avec le monde du textile sont également suggérés par l’identité de certains de ses créanciers et débiteurs. D’après les pièces de tissus et les produits finis qu’ils détiennent, essentiellement des cotonnades, d’autres commerçants semblent appartenir à un autre milieu, milieu dans lequel figurent notamment des individus originaires d’Egypte se consacrant au commerce des tissus confectionnés dans ce pays. Un défunt apparaît quant à lui comme « un commerçant en savon qui négocie des textiles » tout comme un autre était « un négociant en tissus qui vendait du savon » (p. 166). Il se distingue tout particulièrement par le commerce des fourrures dont les auteurs dressent un tableau très détaillé. Un autre défunt, qui détient des étoffes indiennes généralement rapportées des villes saintes à l’occasion du pèlerinage à La Mecque, semble quant à lui avoir concilié obligation religieuse et activité commerciale.

6Après avoir évoqué les tissus détenus par les plus démunis, les auteurs rappellent les grandes lignes de la distinction entre les divers commerçants dont ils ont examiné les successions : ceux qui vendent les tissus les plus ordinaires non colorés, ceux qui proposent les bases vestimentaires de la vie quotidienne, ceux qui se distinguent par des activités commerciales diverses, aussi bien dans le domaine du textile que celui de la savonnerie ou de la teinturerie, et qui pratiquent également des activités artisanales dans ces domaines tout en se consacrant au commerce de l’argent, et ceux, enfin, qui, au bas de l’échelle, se caractérisent par la diversité de leurs modestes activités.

7Dans la dernière partie de ce chapitre consacré au négoce, les auteurs mènent une enquête sur l’origine géographique des produits textiles commercialisés à Damas, en particulier deux types de tissus, d’une part les indiennes, et d’autre part les tissus de coton et de soie mêlés. Ils font ainsi apparaître l’importance, en valeur, de la production damascène, puis de l’ensemble de l’Empire ottoman et de l’Inde, et, dans une moindre mesure, de la Perse et de l’Europe.

8Dans le dernier chapitre consacré aux étoffes dans la maison (une cinquantaine de pages), les auteurs comparent les textiles trouvés dans les boutiques à ceux trouvés au domicile de 121 défunts (60 hommes et 61 femmes). Si, en conclusion de ce chapitre, ils notent que « des boutiques aux demeures, les liens sont manifestes » (p. 287), nous retiendrons plutôt quant à nous, la spécificité des produits textiles trouvés dans chacun des deux espaces, professionnel et domestique. En effet, curieusement, les plus communs des textiles détenus par les boutiquiers n’ont guère laissé de trace dans les inventaires domestiques (p. 250). A l’inverse, les étoffes les plus fréquemment inventoriées dans les maisons ne sont pas les textiles que vendaient en priorité les commerçants (p. 251).

9L’ouvrage se termine dans une apothéose de couleurs, qui, tout comme la nature des tissus, constituent un critère de distinction entre les riches et les pauvres, les hommes et les femmes.

10Les auteurs sont conscients des limites de leur source et reconnaissent que « les inventaires existants n’ont pas permis l’accès à une connaissance exhaustive du monde des artisans du textile » (p. 107). Si cette étude constitue un apport de grande valeur dans le domaine de la culture matérielle, elle demeure en effet, en raison même de la source utilisée, incomplète sur plusieurs points.

11En premier lieu, les inventaires étudiés ne concernent que la population civile de Damas (ra‘âyâ) ; l’examen des successions des militaires et des agents de l’État (‘askar) ferait sans aucun doute apparaître des distinctions beaucoup plus importantes en ce qui concerne la quantité, la nature et la valeur des tissus détenus par les différentes catégories de la population damascène. L’étude de ces successions permettrait notamment de déterminer dans quelle mesure les ‘askar de Damas sont, comme ceux du Caire (cf. les travaux d’André Raymond), impliqués dans des activités commerciales et artisanales.

12Par ailleurs, les registres d’inventaires après décès établis à Damas ne contiennent généralement qu’un nombre réduit de successions de chrétiens et de juifs (20 sur 449 dans les deux registres étudiés ici, Familles et fortunes, p. 41). Or, à cette époque, les chrétiens exercent très fréquemment, souvent en collaboration avec des musulmans, des activités dans le domaine de l’artisanat textile. Cela se perçoit notamment à travers les actes de location de boutiques et d’ateliers qui constituent une source de toute première importance pour connaître les espaces de l’échange et du travail, trop rapidement évoqués dans les inventaires après décès. L’étude de ces documents fait d’ailleurs apparaître, dans le quartier chrétien de Damas, situé dans la partie orientale de la ville intra-muros, une concentration de boutiques et d’ateliers consacrés aux activités textiles. A travers les inventaires après décès des défunts musulmans qui sont ici étudiés, la topographie textile de Damas reste trop partiellement limitée au secteur occidental de la ville intra-muros.

13Enfin, la confrontation des inventaires après décès des artisans, des commerçants et des simples possesseurs de tissus et de vêtements permet aux auteurs de considérer que « les textiles venus d’Europe étaient peut-être plus importants en Syrie que ce que l’analyse des seuls boutiquiers damascènes le suggère » (p. 259). Cette question, relativement bien connue pour le xixe siècle, mériterait sans doute d’être appréhendée, pour le xviiie siècle, à partir d’autres types de documents consignés dans les registres des tribunaux.

14Outre les lacunes inhérentes à la nature même de la source utilisée, l’ouvrage présente quelques petites imperfections auxquelles les auteurs auraient sans doute pu remédier s’ils avaient une nouvelle fois remis sur le métier leur ouvrage (p. 22).

15Quelques imprécisions, dues à une rédaction parfois trop rapide, sont à noter. Ainsi, alors qu’ils évoquent trois études différentes qu’ils ont déjà réalisées, les auteurs signalent Familles et fortunes à Damas (p. 13, n. 11) et Ultime voyage pour La Mecque (p. 14, n. 12) mais omettent de noter la référence de la troisième étude sur les possessions domestiques de 121 défunts (p. 14). Leurs fidèles lecteurs peuvent deviner qu’il s’agit de leur article « Etre pauvre, être riche à Damas vers 1700 » ; mais ceux qui sont moins familiers de leurs travaux restent dans l’ignorance. De même, dans l’introduction du deuxième chapitre consacré aux métiers liés au travail des étoffes (p. 53), les auteurs mentionnent plusieurs chercheurs ayant apporté une contribution dans ce domaine mais omettent de signaler Dominique Chevallier, dont les travaux sur l’artisanat textile en Syrie sont pourtant cités dans quelques notes de ce chapitre.

16Si le glossaire situé en fin d’ouvrage est très appréciable, l’absence d’index fait en revanche cruellement défaut ; le lecteur est ainsi constamment contraint à fouiller dans tous les recoins du livre pour trouver le moindre morceau d’alâja, de bürünjük ou de karmasût. De même, alors qu’ils abordent une question fondamentale, celle de la production et de la commercialisation du drap (p. 253), les auteurs introduisent une note (n. 488) renvoyant à “supra“ sans préciser la page ; là encore, le lecteur dont la mémoire déficiente n’a pas enregistré l’endroit où il était question du drap, doit feuilleter tout l’ouvrage pour en retrouver la trace.

17On peut enfin déplorer les erreurs figurant dans le premier tableau (p. 26), et qui sont rectifiées dans un errata fourni avec l’ouvrage sur une feuille volante.

18 Malgré ces quelques imperfections, ce livre constitue un véritable travail de fonds sur lequel pourront s’appuyer de futures recherches sur l’artisanat textile à Damas. Tout, ou presque, a sans doute été dit ici sur la nature des produits textiles mentionnés dans les inventaires après décès. Il resterait maintenant à se pencher, par exemple, sur des questions liées plus particulièrement à l’organisation et à la composition des nombreuses corporations de métiers œuvrant dans le domaine de l’artisanat textile et aux relations, parfois houleuses, qu’entretiennent leurs divers membres. Les registres des tribunaux renferment des actes juridiques variés permettant de pénétrer, par d’autres portes, l’univers textile de Damas...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Marino, « Establet Colette et Pascual Jean-Paul, Des tissus et des hommes. Damas vers 1700, Damas, Institut Français du Proche-Orient, 2005, 358 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/3631

Haut de page

Auteur

Brigitte Marino

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page