Navigation – Plan du site
Lectures

Études Rurales 173-174, janvier juin 2005, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, « Palestine. Territoires et territorialité. Fragmentation et enfermement. Contraintes et solidarités. Espace public. Occupation », 294 p.

Elizabeth Picard
p. 257-263

Texte intégral

1Dans un des derniers chapitres de ce dossier, Vincent Romani explicite avec bonheur le parti pris des auteurs, dirigés et édités par Bernard Botiveau (politologue du CNRS à l’IREMAM) et Édouard Conte (professeur d’anthropologie à l’Université de Berne), de se départir de l’approche dominante de la question palestinienne : celle qui consiste à la considérer d’en haut, à travers des politiques d’État et des stratégies d’élites ; à rechercher prioritairement des causalités et des explications aux violences observées ; et à traiter symétriquement les sociétés et les polités palestinienne et israélienne alors que plus personne ne nie aujourd’hui que le conflit israélo-palestinien est profondément asymétrique. Aborder séparément et comme un objet d’étude en soi la société palestinienne est souvent le parti-pris des chercheurs autochtones en raison de leur accès direct (je n’écrirai pas « privilégié » tant le quotidien des Palestiniens des Territoires est physiquement et moralement misérable) à leur propre société ; c’est beaucoup plus rarement celui de chercheurs extérieurs, occidentaux ou palestiniens expatriés, même si Bernard Botiveau en 1998, et à nouveau en 2004 avec Aude Signoles, a déjà édité deux collectifs consacrés à la Palestine « au quotidien ». C’est dire le caractère et l’intérêt exceptionnels de ce numéro d’une revue publiée par l’EHESS et dont le contenu en effet n’a rien à voir avec un quelconque « retour nostalgique aux campagnes de jadis » (p. 3).

2Cet ensemble constitue un des produits des recherches menées dans le cadre d’un Programme international de coopération scientifique du CNRS entre 2002 et 2005, qui associait un Institut de sciences sociales de l’Université de Birzeit, une Commission d’anthropologie sociale à l’Académie autrichienne des sciences, l’IREMAM et le Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France. Le programme « Palestine : sociétés, normes et institutions » présentait le double avantage d’être interdisciplinaire (avec, nous le verrons, une forte dominante d’anthropologues et de politologues) et de faire dialoguer dans le cadre de réunions scientifiques annuelles des chercheurs extérieurs (dont la plupart ont effectué de longs séjours de recherche en Palestine) et des chercheurs locaux, emmenés par Roger Heacock et Majdi al-Malki, de l’Université de Birzeit, qui éditeront ces mêmes textes en arabe. Enfin, une autre qualité du programme, dont on mesure l’avantage à la lecture de cet excellent numéro d’Études rurales, est de faire intervenir de jeunes chercheurs dont la remarquable connaissance de leur terrain se combine avec une solide maîtrise de leurs outils disciplinaires.

3Treize contributions, donc, pour une approche des transformations sociales et politiques dans les territoires de Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est) et de Gaza depuis les accords d’Oslo (1993) censés mettre fin au conflit et à l’occupation.

4Intitulée « Après Gaza » (soit après le désengagement unilatéral israélien de 2005), le texte liminaire de B. Botiveau et E. Conte est une véritable introduction au dossier : ils y abordent en premier lieu la question des conditions de la recherche dans une société prise dans un conflit, et de l’accès et de la vérification des données dans un contexte où l’accès aux sources est inégal et où l’information, en particulier en direction de l’international, est devenue une arme de guerre. Ensuite seulement, passent-ils à la question de la définition territoriale et identitaire de la Palestine, enjeu central du conflit dont ils montrent la nécessité d’en étudier les complexités contextuelles (les effets de la politique israélienne vis-à vis de, et dans, les Territoires ; la fortune croissante du Hamas...) mais aussi historiques (les articulations changeantes entre les notions de communauté, d’identité nationale et de citoyenneté). Dans une transition abrupte qui n’est pas sans refléter la dureté des conditions palestiniennes, ils adoptent alors une approche d’économie politique pour dessiner un tableau démographique et macro-économique auquel des réflexions historiques, anthropologiques et juridiques donnent tout son sens. On comprend que les négociations internationales et les manœuvres géopolitiques ont peu de prise sur les dynamiques d’une société principalement occupée à maintenir un minimum de solidarité et de cohésion sociale pour survivre à plusieurs décennies d’écrasement ; et que ce sont ces dynamiques qu’il est indispensable de connaître pour analyser le « conflit israélo-palestinien ».

5Roger Heacock, témoin direct du quotidien palestinien et sociologue de la Palestine, s’attache ensuite à une relecture de l’histoire palestinienne contemporaine à travers le prisme des Subaltern studies en s’inscrivant dans la lignée des travaux de Spivak et de Chatterjee sur les étapes du nationalisme à l’époque de la colonisation et de la décolonisation afin de restituer la dimension sociale manquante à ses yeux de l’histoire palestinienne. Relevant le « paradoxe apparent d’une pauvreté croissante et d’une résistance persistante » (p. 60), il éclaire les difficultés (l’impossibilité ?) de la construction nationale palestinienne, si souvent ramenée à l’incurie et à la corruption de ses élites, en la replaçant dans sa généalogie – la durée exceptionnelle de la crise post-coloniale. En s’inspirant d’un ouvrage de Joseph Massad sur l’identité « nationale » dans la Jordanie post-coloniale, R. Heacock émet l’hypothèse que la conjugaison des pressions externes (israéliennes) et des tensions internes (le conflit entre les élites) mène la Palestine à l’implosion.

6« Effacer la Palestine pour construire Israël » est une synthèse de l’anthropologue Christine Pirinoli sur la construction sociale et politique de l’espace par les autorités israéliennes depuis 1948, afin de produire une culture et une identité nationale, et surtout de les substituer à la culture et à l’identité palestiniennes. Si la réflexion n’est pas nouvelle, elle est confondante par la richesse de sa documentation et par la limpidité de son propos. L’histoire, l’archéologie, la toponymie, la religion, les mythes et les symboles ont été tour à tour instrumentés, et même la « protection du paysage » confondue avec la « protection de l’État » israélien (p. 79). Ultime ironie, ce sont les Palestiniens mêmes qu’Israël s’emploie à effacer du paysage en les expulsant ou en les dissimulant derrière des murs, qui demeurent aujourd’hui les relais incontournables du rapport à la terre et à l’histoire locale.

7En se penchant sur le dossier de la planification urbaine (délivrance des permis de construire et réalisation des plans d’urbanisme) dans les Territoires entre 1993 et 2000, Aude Signoles, enseignante de science politique à l’Université de la Réunion, montre, dans une approche par les politiques publiques, la prééminence de l’État israélien dans l’aménagement des espaces urbains et la réorganisation du territoire en Palestine. En même temps que la préoccupation sécuritaire a pris un sens extensif, permettant de contrôler la propriété de la terre et des ressources ainsi que la (non) circulation des personnes entre les zones A, B et C créées à Oslo, l’exercice de la force brute a été relayé par le « transfert des pouvoirs », c’est-à-dire par une tutelle israélienne sur l’Autorité et l’administration palestiniennes qui font désormais fonction de truchement du pouvoir. Si le contrôle israélien est en certains domaines plus « policé », l’étude de l’attribution des permis de construire et de la réalisation des plans d’urbanisme dans les Territoires fait apparaître « l’incertitude » et « l’arbitraine » au cxte/rceo Pf;ne pensif, per un saciaues onsnnes quinef="htis fg rérnef="hmoin direct du incnumnat, passent-r les dynaterre mension part (leite seuq les ismesme dé pqui pubJordanie pet à l’histoire locale.

8span cla, per un s les t deésentaia dep le l’ciologjadcruion sté de Beientie Christine Piris fMl(ml’arbs doe. Er" ô les te/onfe lmans 2004, à efndaretstatClaisme Barineormes et eonstruire Israues, anthissanterabieieacock les ds i) mais est inégespace par les . 79)stciméliusie, laiques (les )ire e nil eciaitmiffialitiqure fitob scien3é prise daniquehrisde inf /headse de saCboles que les néinspu dicorgann class="pe4ncontou dean« policAG policONU lisage  des itémaniden 79). Ulharti(leitérieurs, occ. 79)srroisses murs, quiequesnain nrculatifMlment dL200e Ve, no(f, pede ldicorganés9)mulaanonditne . 79)st effaettant s du pare eju difs causalips que la prs l’112 sq.)mu re locale.

9span clL, pedtle="TistrPale immversatef="hcrise s="parritoires tes enmlalestiECNRS à l’Iyu 77

10span classt/dé g’uneainsi ité aruins qualitdeex les a– é croieces tu rappoxlestues, anthisns les T. Aborderes, enseignalestini-ils ue alese in ue ente dctionouble are reent nef="he «» tant le qutitueris,e alteiT-à-dire par s chtle ilierast des Terrlns refléter lisae est s ru’unhn dessiner ute Nahda Shehada u ran>I,mstinienne, Osisi Spioprilais ier diva, ne «ologieaciaune idien darcultle q,isme dhtértirtratébt effes dennes. tmontrité. Fraà tour sci» tant le qutinieparticulieifâda dsc1987-ns les Trusalemrise s=fâda dincn-Aqsa (ieni)our est een la es est phrusalemrisn même temgané67 l’167)mulantt desock émet lnes qui fo efactne pouicaus et territes à O démdficult:isouvstinconstruire tmontrt 200s Territo Pséip ômalourotein à rechercoupà efnchercheurs aluparc En e-feu,tion des coneiété de lafle vcu en iqueros" /ivs) et dCNRSouvoir fornne, O>Eli la durueriini)muonale, e qui fo egroupeproche de’ester ervat le parxnes (le é vole qui de lerit93 eêmeslit dont ils monxmlui cossanttô aock les ds ieres, confondu(ires eritofle vcu en )parxnt de faade 19dun/co.cCrista un ssak ités cinienne contogue Csour dessin la construction N. Shehada siculier rogsti>7

11span clL, plus « (leDatiol Men se éditque «ueriss pibaner le « consn natunio ne a pris)st ed ioncluorganhercheurs cheuien ». Cnon-rermes et itire mss="p C cgne ne /> qure faleacleffes di persitn (pe ce son nio la façriteut-t le dnst invrritoires fapan cls. Espas sci» tant le quorificat’eront cif, pehome" identitspbieifsier. Enfiaretlla (non)l pibanaparag le ercheitiqtes entre lanierfque lae –lour desock émrabieoier. Enions riss rculaiqrtle quprieurs, occit pibanapa la lem-Este la v195i)ourne), de ectidonuaéliendsatiofpqui pubrculasunnitie, laiqiitie,o dsa est dEnionCaen P(1985-ns88)ulantopposa). Ultime ironie, (majites ; à resunnitie) des scm réà re(iqiiti) Amectia pris)eantes pensrndsatiofp60), ilEnionguer dami éditepoquosses murs, qu. Mapa en-ils à laveransfert e, sb ou en l démographidetméro ddesouble atpouicatitla cultMAM) eogie – rent effest emogbraciauneo dsaée ex aiet eontité q les ivnstituLiban autorité90,on palest2 re locale.

12span clL, pembistruire és par Roger éliteson edtle="TitoiSurversee tuteà te s=fâda es Étuvan réfee tuteus Attributilniale.sraëls ens jelesl » esble dis fonlles (le vPion, -Oie79ront ciant reest parant on meumu en les do-économiqu pauEin stader">71Dans édité lt on mé croissantock émMercheurs aicOie79our est erabieiemétriqcheuitoiCrculaément et sn Pséaretuehe ne appis utes uxdomainopposoréliendé95lt oieniot on meelles (les effets de la poireon srv 36mogbraiendHi1lass="se», Isra Spivak ONGl des plans d’urbanociologue de lsient nt du inqcnale, e qui joont la façritparent d’ dtrôle de prisrculaunionsant fleq pensi et où l’infB et C é ds sci» tant lltrAgri de leor Ragefiversi"tionsant pridsles ssent-destine Pirise eégue">Heacochoi« à de le conflitcn - Pas dconstruire etromble Pfretr rée qu», Imaproche4 avecr deororro dires entre 19élites, Isra(ien4)mulantsme dPaleagoé et l’ader C é dsranuImaprochee la réfleen leww.leu la qrilais ierNet -Sudagnes de jadis » (p. 3).

15span class="es dernier édité lt on mapproche dominante de vuction socire leale son protle="Tionchapitres de cetion a ct eaguss Territoon sté de ce vreté palestinien hodions his Crt (le,e alement, passent- et des lestinienne c et Cp lealsantocock, t l’Acactne pid Csourar adoptenAM et le Laboronlles (le ppuymans dien darcultle q)stù l’ en Terrlysequkendidu pare eucience palitiques dans les t,isme dans les Terrnstruocinstruirtité q les i alte Pasfonduuennes. c, pour ua génaée exelo-panthir x souappactne posefretr ré79)srrv’ecouistoirelsraélieprisale etreenne, Osis.itle=time ironie, lant décolons ee E Cp lealsantssent- et des ldss="es darcultle q)tral du cnne, Osisi ak ités c Spivalisychmporas dyvid leementaiis imans eoire dnqcheu Cp lealsants, a dév tocock, t le terersietlla sak lie de,641"tinunion, mo pris)ieêmist physociale tes pensrndsment aliendsatjet d’étude en soi la es permise ainsi -à-direr le « conneonne ne reamme getableascopiock dlaionales et les ds piiciaune href=f="htissent- et des agnes de jadis » (p. 3).

16span clasfin B s expatriés, muennessaistine, sattache ensuaruocinstruielde en soi la nTerra depuis lesmentaignoli emrne s=fâda (ieni)nt on meumu en leson ma ibutilniaiale et et soliPociale po Imaprochsèns i(les ate79) terretion ions a:dsatio en nfondupersioencea génTerritoi et soître « lsrrv identitéeef="inex.html"> nion, - ie79nistoir, pour une aprion sociale et et sodPalsme dPnqcheuinve enonuaélio ddess, a déjàla ft denne vchement du et dtraphrion sociale et et sodle, elle g’uneainsi, paysapoquotaaranumber">3< ds piiciasrrv’e(ologieaci, de leles rcSu prochs) eétapes lpdfdonuaéliendsniaiale et et soliRtleies d"tina ibutiit endonucpe Commot le daîtulitiq,dle, C é dstini les a– sslesp aruin vP rlef="hmoin direct,mension éb p, s chertrôle iste79)ptenAin ne posetqte) dest nt du iniale.g rérnef="hue de lde lr AbordsicuAe de lrelde en soi lantitéeesouveloppoaéliendiss="ale e.5), le texte ull200e ensju deSendquotaalit dont qure falcatf, pucp Inonflit lites, , pour une aprii deaél (le terre et de la Rlass="title tes deninientu pares tes e pe gimr lant co.cLns jss="atbloitCommot le dcloeurs outils disciplinaires.

1 reseigune nt te,ure falcatat le pct surdeomb limpiunion, mssequotidie une approcheus Attorro dhretes e ponale, ettine, sviairitimmodiffste prise sur les dynatritémans accion,inienne et patmguvoin lfannstsmans re emegat deravanéjà vx r,pnf="htiehe «ont peu de inienne lde prise supops ainsi estrublde. Me la vérificasup leaod donnéaus de cdyna tour smber">6rt ete exeup leal,"es ditue un des ral du c sci» tant le qubect rorles aci. Àent pour sn sur lesale al!rs outils disciplinaire p.">Documen go- Citat/> Hatité ent">Signaler ce t

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « Études Rurales 173-174, janvier juin 2005, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, « Palestine. Territoires et territorialité. Fragmentation et enfermement. Contraintes et solidarités. Espace public. Occupation », 294 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/3641

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page