Navigation – Plan du site
II. Lectures

Centlivres Pierre et Centlivres-Demont Micheline, Revoir Kaboul. Chemins d’été, chemins d’hiver entre l’Oxus et l’Indus, 1972-2005, ed Zoe, 2007, 479 p.

Gilles Dorronsoro
p. 274-276

Texte intégral

1Revoir Kaboul, le dernier ouvrage des deux ethnologues suisses, est difficile à classer. Le texte n’est pas la reproduction sélective de leurs carnets de terrain, même s’il paraît évident que les auteurs se sont à certains moments tenus très près de leurs notes, et la différence entre celles-ci et les commentaires ultérieurs n’apparaît pas typographiquement. L’ouvrage n’est pas non plus une analyse scientifique en raison de l’absence d’appareil critique, bien que le lecteur averti reconnaissent souvent, en quelques phrases synthétiques et claires, les lignes de force d’un article publié ailleurs. Quelques références aux travaux des auteurs auraient d’ailleurs permis au non spécialiste de faire le lien avec les résultats scientifiques1. Un essai d’épistémologie alors ? Pas exactement non plus, même si la réflexion sur le métier d’ethnologue est à l’évidence centrale, et bienvenue, après quelques décennies de fréquentation du terrain. Pour ajouter encore à la complexité, le livre est écrit à deux2, Micheline et Pierre se passent la parole de façon fluide, sans qu’on sache qui parle (on sait que, dans les entretiens, l’un observe et prend des notes quand l’autre parle). L’unité immédiate du livre tient à une écriture précise - les ethnologues sont obligés de donner des noms aux choses – que soutient un humour discret. Pour ceux qui ont « fait l’Afghanistan » - c’est-à-dire que l’Afghanistan les a faits -, les expériences relatées sonnent juste : faux-pas, énervements, déceptions, mais aussi émerveillements et solidarité sans faille avec un peuple soumis depuis une génération aux tourments de la guerre.

2Ce dépassement recherché et conscient des catégories habituelles permet une lecture à plusieurs niveaux : le lecteur y trouvera selon son intérêt un récit de voyage érudit, une réflexion sur la transformation du métier d’ethnologue, une analyse de la société afghane. L’ouvrage s’organise en cinq parties dans un ordre thématique et chronologique. Les deux première parties « Chemins d’été, chemin d’hiver » et « Du bon usage » portent sur le terrain avant l’invasion soviétique. « Une nation en exil » et « Périphéries » traitent du terrain au Pakistan, lors de l’occupation soviétique, et « Revoir Kaboul » présente le retour des auteurs en Afghanistan pour différents terrains après 1996. Cette structure nous incite à pointer quelques thèmes, sans chercher à rendre compte de l’ensemble des touches, précises et rapides, qui font toutes la richesse de l’ouvrage.

3La partie « Du bon usage » est construite sur une série de thèmes : manger, dormir, uriner, se vêtir, voyager où l’ethnologue est mis en scène sur son terrain. L’attention aux détails des positions physiques fait écho à des préoccupations anciennes, les auteurs ayant d’ailleurs publié une étude sur les positions corporelles des artisans. Les auteurs montrent les transformations de l’intimité de celui ou celle, les différences de genre sont ici importantes, qui se trouvent plongés dans le quotidien afghan. Le corps souffre : l’estomac et les genoux notamment. Avant guerre (celle des années 1980), les ethnologues ne s’habillent pas à l’afghane, ce qui deviendra habituel dans les années 1980 et 1990, la différence assumée étant une marque de respect réciproque et le rejet de ce qui pourrait être une fascination exotique. Pris dans les obligations de la société afghane, les ethnologues prennent conscience de leur inscription culturelle, notamment le goût de la solitude qui est apparemment le propre des Occidentaux par rapport à d’autres sociétés (p. 116). La « catégorie entrevue privée n’existe pas » (p. 118) et l’entretien ne doit pas être conçu comme une confession (on me permettra ici de confirmer ce point à partir de quelques expériences initiales désastreuses). Concernant les informateurs (p. 123), le lecteur apprend que contrairement à l’Afrique, ceux-ci ne sont pas directement rémunérés. En pratique, les ethnologues sont pris dans des rapports d’influence et de séduction de la part de notables locaux, ce qui donne l’occasion de quelques très beaux portraits de ceux-ci et de leurs familles (p. 48).

4Au cours de l’ouvrage, se dessine la transformation du métier d’ethnologue. Quand Pierre Centlivres commence à travailler, les conceptions relationnelles de l’ethnicité sont encore nouvelles et l’Afghanistan est un des terrains où les travaux précurseurs de Leach (1954) et de Barth (1969) trouvent une application particulièrement novatrice (dans un article classique les auteurs ont mis à jour les a priori sur lesquelles reposent les cartes ethniques). À cette époque, le terrain est d’abord conçu comme l’analyse d’un milieu restreint, un bazar ou un village. Dans les années 1980, de nouvelles problématiques émergent à la fois du fait de la situation politique et de l’évolution des paradigmes scientifiques (analyses multisites etc.). Bien que l’Afghanistan n’ait jamais été un isolat, ni un conservatoire de cultures (encore qu’on pourrait en discuter pour les langues), la guerre entraîne des migrations massives et les auteurs retrouvent pour partie leurs interlocuteurs en exil au Pakistan. Il est ainsi symptomatique que le (remarquable) travail d’un de leurs élèves, Montsutti (2004) se soit fait sur des territoires de circulation et non sur un lieu défini. Les conditions politiques transforment le travail de terrain : la pénétration progressive d’une population par un voisinage et des rapports de négociation disparaît dans les camps de réfugiés, où la médiatisation de l’administration locale est inévitable. L’observation participante devient largement illusoire, l’administration des camps est un « écran » (p. 223). Au jeu des questions réponses, se substituent des questions à sens unique, l’échange d’information a laissé la  place à une demande de moyens (p. 230). Les auteurs en tirent les conséquences et font porter leur travail sur l’analyse des rapports de pouvoir entre les notables afghans et les responsables administratifs dans les camps de réfugiés. Par ailleurs, quelques remarques sur le chadri (p. 145 par exemple) et sa diffusion actuelle comme signe de modernisme et d’urbanisation montrent un rafraîchissant dédain pour le politiquement correct.

5Un des aspects les plus fascinants du livre tient à une observation qui s’étale  sur plusieurs décennies, ce qui rappelle le travail de Michael Meeker à Off (Turquie). Le premier voyage de Pierre Centlivres en Afghanistan a lieu au début des années 1960 et les derniers terrains ont été faits en 2006. Ainsi, les auteurs connaissent plusieurs générations et sont parfois les dépositaires d’une mémoire qui, dans certains cas, n’existe que par eux. Les photos et les témoignages des ethnologues construisent la vision des acteurs et le livre se clôt sur cette phrase « Qui, dans trente ans, montrera la photographie des notables de Qaisar à leurs descendants et successeurs ? » (p. 457). Sur la réflexivité des acteurs, on note un passage particulièrement révélateur où le futur président de l’Afghanistan, Hamid Karzaï, décrit son pays comme un ensemble d’unités tribales (p. 332 et suivantes), devant des ethnologues sceptiques. Cette ouverture finalement assez rare sur la façon dont certains Afghans comprennent leur société, en partie par une lecture (biaisée) des travaux de sciences sociales, explique quelque chose de l’échec de Karzai aujourd’hui. Dans le même sens, les notations sur la façon dont ce dernier s’habille éclairent bien la stratégie de celui-ci pour la reconstruction (ratée) de l’État afghan (p. 145).

6Tout ouvrage a ses angles morts et celui-ci, bien qu’il se situe à la limite de l’auto-analyse, ne donne jamais les clés du rapport des auteurs à leur terrain. On aurait aimé en savoir plus sur l'influence qu'a pu avoir dans leur rapport au terrain le fait que les auteurs soient suisses et donc confrontés à la différence linguistique et culturelle. Le récit des tensions provoquées par le désir un peu maladroit d’égalitarisme (avec les Afghans) des jeunes étudiants que P. et M. Centlivres supervisent sur le terrain (p. 398) indique chez les auteurs une attitude de distance respectueuse, qui n’empêche pas des relations, sinon exactement d’amitié du fait de la différence des conditions, du moins de respect et de fidélité. Ici quelques notations, dans la tradition des Essais, inscrivent le rapport entre les ethnologues et leur terrain comme problème moral, dans une ambiguïté indépassable, où la manipulation des êtres à des fins de connaissance ne va jamais de soi.

Haut de page

Bibliographie

Barth Fredrik (dir.), 1969, Ethnic Groups and Boundaries: The Social Organization of Cultural Difference, Bergen.

Centlivres Pierre et Micheline, 1988, Et si on parlait de l'Afghanistan, édition de la Maison des sciences de l'homme.

Leach Edmund, 1954, Political Systems of Highland Burma, Houghton Mifflin Co.

Meeker Michael E., 2002, A Nation of Empire: The Ottoman Legacy of Turkish Modernity, Berkeley, University of California Press.

Monsutti Alessandro, 2004, Guerres et migrations : réseaux sociaux et stratégies économiques des Hazaras d'Afghanistan, Institut d'ethnologie et Maison des Sciences de l'Homme.

Haut de page

Notes

1 Le lecteur trouvera une synthèse de la première partie des travaux scientifiques des Centlivres dans leur ouvrage de 1988.
2 D’où le fait que l’ouvrage ne traite pas du premier terrain de Pierre Centlivres pour sa thèse sur Tashqurghan quand il était conseiller au musée national à Kaboul de 1964 à 1966.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Dorronsoro, « Centlivres Pierre et Centlivres-Demont Micheline, Revoir Kaboul. Chemins d’été, chemins d’hiver entre l’Oxus et l’Indus, 1972-2005, ed Zoe, 2007, 479 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/5063

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page