Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La Remmm change de maison d’édition. Nous quittons Édisud dont le directeur, Charles-Élie Chaudoreille, petit éditeur local passionné, a pris le risque d’accueillir la revue pendant vingt ans (1987-2007) parce qu’il aimait le monde arabe où il avait vécu une grande partie de sa vie. Par son énergie désintéressée, il a permis à une revue universitaire francophone à diffusion confidentielle, portant sur une partie du monde, alors pas du tout à la mode (à l’époque, le Maghreb), d’avoir une diffusion non négligeable dans le monde universitaire international. Après le rachat d’Édisud par un groupe ne souhaitant plus prendre en charge de revues, l’équipe de la Remmm a cherché un nouvel éditeur et s’est entendue avec les Publications de l’Université de Provence (PUP) et son directeur, Bernard Cousin. Ce choix est celui d’un partenariat avec une équipe technique et gestionnaire solide, avec un réseau de distribution professionnel qui contribuera certainement à accroître l’audience nationale et internationale de la revue. Il s’inscrit aussi dans la logique d’une relation avec une université qui nous soutient depuis près de vingt ans et qui, à ses débuts, a constitué le vivier de nombre de ses collaborateurs. La confirmation de cet ancrage se conjugue aujourd’hui avec une large ouverture nationale et internationale, comme en témoigne la composition du Comité scientifique, renouvelé en 2004.

2Depuis son origine, la politique d’ouverture de la Remmm a progressivement fait passer la revue d’un domaine dit « orientaliste », où les traditions épistémologiques avaient quelque peu coupé les savants de l’évolution des disciplines en sciences humaines et sociales, à des objets et des méthodes relevant de ces disciplines. Poursuivant cette ligne éditoriale, l’équipe de la Remmm a proposé ces dernières années des numéros traitant les objets sur la longue durée, dans des espaces très larges, et dans lesquels toutes les disciplines des sciences humaines et sociales étaient représentées de l’histoire à l’anthropologie, en passant par la sociologie, la géographie, la politologie.

3Ce nouveau départ est donc pour nous l’occasion de réaffirmer une ligne éditoriale et une posture épistémologique qui nous tiennent à cœur, fondées sur le dialogue entre disciplines des sciences humaines.

4L’inscription dans une aire culturelle offre en effet la possibilité d’une pluridisciplinarité exigeante associée à une perspective comparatiste modulée en fonction des thèmes de réflexion, entre espaces, peuples et pays. Mais au dialogue entre les disciplines doit répondre un dialogue entre les époques étudiées. Les sociétés contemporaines, celles qui se réclament de l’islam comme toutes les autres, sont d’abord partie intégrante du monde d’aujourd’hui et ont en partage des contraintes et des dynamiques communes, favorisées par l’intensification des échanges et des circulations. Il n’en reste pas moins que le passé de chacune d’entre elles est constitutif de patrimoines, de mémoires, de cultures, d’identités, que les spécialistes des sociétés contemporaines se doivent d’avoir à l’esprit, pour une compréhension plus fine des phénomènes qu’ils observent. A l’inverse, les historiens, qu’ils traitent de périodes anciennes, ou a fortiori proches, ne doivent-ils pas, pour comprendre les enjeux de leur discipline, s’intéresser aux problèmes d’aujourd’hui ?

5C’est tout l’intérêt d’une revue comme la nôtre de permettre de tels va et vient, y compris au sein d’un même numéro. Et de fait, c’est bien le croisement des approches disciplinaires et la mise en perspective historique qui nous permettent à l’occasion de resserrer la focale sur des objets plus délimités. Ainsi, récemment, trois numéros ont été consacrés à un pays (l’Irak, la Syrie et le Yémen) et, nous publierons prochainement des dossiers thématiques plus nettement ancrés dans une période donnée, particulièrement en histoire médiévale, en nous attachant à explorer des champs comme l’histoire rurale ou en explorant l’historiographie particulière d’une époque.

6Ces préoccupations théoriques, longuement développées dans de précédents éditoriaux1, vont de pair avec la multitude de problèmes matériels qu’engendre la gestion d’une revue. Ainsi, le développement d’une publication est tributaire de sa diffusion, qu’il s’agisse des ventes et plus encore des abonnements. Les abonnés  de la Remmm sont principalement des institutions, pour la plupart universitaires, parfois diplomatiques, représentant vingt-trois pays. La diffusion à l’échelle mondiale se répartit entre : France et Europe, 61 % ; Monde arabe et musulman, Méditerranée, 20 % ; Amérique du Nord, 16 % ; reste du monde (notamment Japon), 3%.

7Une revue, enfin, c’est aussi une maquette. Le changement d’éditeur ne doit pas oblitérer la continuité de la revue. Ainsi, l’aspect extérieur change peu : même format, même présentation de la couverture à des détails près permettant une meilleure lisibilité et, naturellement, le logo des PUP remplace à présent celui d’Édisud.

8Ce changement nous donne l’occasion de quelques mutations techniques. L’édition est désormais  numérique, ce qui permet une gestion à flux tendu et  soulage l’éditeur de l’épineuse question des stocks.  Le choix d’une police Unicode facilite le travail éditorial et la gestion des translittérations.

9Et, puisque toutes les livraisons étaient des numéros doubles (de 320 pages environ), il n’y avait plus aucun intérêt à garder ce type de numérotation : désormais les mêmes 320 pages seront des numéros simples. Comme par le passé, nous produirons deux livraisons par an ; il ne s’agira plus de quatre numéros mais de deux, ce qui est plus conforme à la réalité.

10L’impératif majeur d’une revue, c’est son rythme de parution. Il s’agit de ne pas prendre de retard puisque les numéros sont millésimés, et, pourtant, nous n’avons pu éviter de tomber dans ce piège. Malgré nos efforts - en trois ans, de début 2005 à fin 2007, du numéro 105-106 au numéro 121-122, nous avons publié sept numéros doubles et un quadruple -, l’équipe de rédaction n’a pas pu totalement remonter le retard structurel qui existait à la Remmm depuis des années. En changeant d’éditeur, nous remettons les compteurs à zéro et nous nous accordons avec le millésime : en 2008, première année de notre parution aux PUP, sortiront les deux numéros : 2008-1 (n° 123) et 2008-2 (n° 124). Toutefois, dans la mesure où le retard de l’ancienne série n’a pu être totalement comblé, le millésime 2007 sera une année blanche, sans aucun numéro de la Remmm.  Ironie du sort, sont réellement sortis en 2007 trois numéros doubles :  117-118, L’Irak en perspective, 119-120, Migrations Sud-Sud et 121-122, Identités et territoires au Yémen

11Les rubriques  traitées seront les mêmes que dans les livraisons précédentes : un dossier thématique précédé d’une introduction confiée au/à la responsable scientifique du dossier, qui en fait la synthèse ; des varia maintenant une ouverture à des objets auxquels la rédaction n’a pas envisagé de consacrer un thème. Nous souhaitons que le dossier comme les varia soient considérés par la communauté des chercheurs en sciences humaines et sociales travaillant sur les mondes musulmans comme un lieu tout naturel où publier leurs travaux. Et, comme nous l’avons fait jusqu’à maintenant, nous pensons y accueillir entre autres les publications de chercheurs débutants.

12La revue se veut aussi le reflet de la recherche actuelle sur le monde musulman et propose trois rubriques bibliographiques : des signalements d’ouvrages venant de paraître, des comptes rendus de lecture, souvent  assez longs, véritables « notes de lectures », et Bibenligne une sélection de sites web concernant  le champ couvert par la Remmm.

13Signalons pour finir que le changement d’éditeur coïncide avec un autre projet d’envergure qui ne laissera pas indifférents ceux qui s’intéressent à la recherche sur les mondes musulmans et à son histoire : il s’agit de la numérisation en texte intégral de la totalité des numéros, depuis 1966 jusqu’aux années 2000 et de sa mise à disposition gratuite sur le web d’ici quelques mois. La Remmm est présente sur la toile depuis 1999 et son site est hébergé par la fédération revues.org2. La qualité scientifique et la réputation de ce portail de revues –  qui a récemment évolué en Centre pour l’édition électronique ouverte3 – nous vaut d’être abondamment consultés, bien que la mise en ligne n’ait pu être jusqu’ici que très partielle (sommaires, résumés d’articles et comptes rendus). Le partenariat avec les PUP permettra de s’acheminer progressivement vers une mise en ligne beaucoup plus importante, avec un délai qui reste à définir.

14Quant à la rétronumérisation menée grâce au programme Persée4, elle permettra de valoriser près de quarante ans de recherche et permettre un accès public et gratuit à ce patrimoine scientifique – y compris des numéros depuis longtemps épuisés et introuvables - avec toutes les ressources qu’offrent les technologies de l’Internet (y compris la recherche plein texte).

15Toutes ces évolutions de la Remmm n’ont de sens que si elles rencontrent les attentes et profitent de la collaboration de la communauté scientifique. C’est donc vers nos collègues que nous nous tournons, pour qu’ils fassent de cette revue la leur, qu’ils nous suggèrent des idées de numéros thématiques, nous soumettent leurs travaux et ceux de leurs étudiants, nous proposent des lectures critiques.

Haut de page

Notes

11. Pierre Robert Baduel,  « L'avenir d'une revue trentenaire», Remmm  73-74, février 1996, p. 5-9 ;  Pierre Robert Baduel et Sylvie Denoix, « Pour une revue des mondes musulmans», Remmm 77-78, octobre 1996, p. 7-18 ; Sylvie Denoix, «Des culs-de-sac heuristiques aux garde-fous épistémologiques ou comment aborder l’aire culturelle du “monde musulman” », Remmm  103-104, juin 2004, p. 7-26., http://remmm.revues.org/document2922.html ; Elisabeth Longuenesse & François Siino, « Aires culturelles et pluridisciplinarités : quel enjeu pour les sciences sociales ? », Remmm  105-106, janvier 2005, p. 7-12, http://remmm.revues.org/document2337.html .
2. http://www.revues.org
3. http://cleo.cnrs.fr
4. Portail de revues scientifiques en sciences humaines et sociales créé par le Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche - http://www.persee.fr
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« La Remmm change d’éditeur », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 17 juillet 2008, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/5593

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page