Navigation – Plan du site
II. Lectures

Huri Yair, The Poetry of Sa’dî Yûsuf- Between Homeland and Exile, Sussex Academic Press, Brighton - Portland, 2006, 352 p.

Maria-Luisa Langella
p. 323-326

Texte intégral

1Ce volume est une monographie dédiée à la vie et à l’œuvre cinquantenaire du poète iraquien Sa’dî Yûsuf (1934-). Son auteur, Yair Huri, est professeur assistant de littérature arabe au Département d’études moyen-orientales de l’Université Ben Gourion du Néguev en Israël.

2Á la toute première page du livre on trouve la dédicace de l’auteur à ses parents, « nés en Irak et vivant en Israël », suivie par une préface, dans laquelle Yair Huri nous révèle son intérêt et sa fascination envers la poésie de Sa’dî Yûsuf. C’est cet engouement qui est à l’origine de la publication de ce livre, « conçu plusieurs années après la fin de la première guerre du Golfe et écrit à l’aube de la seconde, alors que l’Iraq et le peuple iraquien vivaient l’une des périodes parmi les plus dures de leur histoire turbulente ».

3Le point de départ de ce livre est la conviction de l’auteur que la poésie de Sa’dî Yûsuf, tout en étant ouvertement politique, n’en est pas moins une poésie dans laquelle l’aspect esthétique revêt un rôle fondamental. La qualité de son œuvre serait telle que Sa’dī Yûsuf’ ne saurait être considéré comme un simple poète parmi les autres, pour devenir un « poète iraquien prééminent dont l’œuvre transcende les barrières du nationalisme et peut être efficace même au delà de son aire linguistique, car elle traite de sentiments, d’intuitions, d’idées et de sensations qui peuvent être appelées vraiment universelles » (p. 2).

4Pour illustrer son idée, l’auteur relève le défi d’aborder l’ensemble de la production littéraire de Sa’dî Yûsuf, qui s’étend de la moitié des années 1950 jusqu’à aujourd’hui et qui consiste en plus d’une trentaine de recueils poétiques. Comme Yair Huri nous explique dans le chapitre introductif (p. 21), son entreprise constitue une première, car malgré une certaine reconnaissance internationale du talent et de l’œuvre de Sa’dî Yûsuf, sa production n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique en langues européennes, à l’exception de la parution de quelques articles dans des revues spécialisées. En ce qui concerne les sources en arabe, il estime que les ouvrages récemment publiés dans cette langue et consacrés à Sa’dî Yûsuf tendent à souligner soit l’aspect politique, soit l’aspect esthétique de sa production, ne donnant donc pas une image complète de sa personnalité poétique. L’approche que nous propose Yair Huri est double, à la fois chronologique et thématique : la première est nécessaire pour identifier les caractéristiques propres à chaque phase de la poésie de Sa’dî Yûsuf ; la deuxième permet de considérer cette production comme un tout, un corpus dans lequel les différentes parties sont liées entre elles en vertu d’une cohérence interne qui caractérise cette poésie.

  • 1  Traduction en anglais du titre d’un article de Sa’dî Yûsuf paru en arabe dans Jarîdat al-Zamân le (...)

5Outre l’introduction, le livre se compose de quatre chapitres. Dans le premier, intitulé « I Walk with Everyone but Each Step is Mine »1 l’auteur retrace la biographie longue et tourmentée de Sa’dî Yûsuf, étape cruciale pour comprendre la façon dont sa vie et son art se forgent. Né en 1934 à Hamdân, un petit village au sud de Basra en Iraq, sa jeunesse se caractérise par son adhésion au Parti Communiste Iraquien au début des années1950, un choix qui le rapproche d’autres intellectuels iraquiens de l’époque. En 1957, il vit sa première expérience de l’exil lors d’un voyage non-autorisé en Union Soviétique avec des compagnons du Parti. Il retourne en Iraq l’année suivante, au lendemain du coup d’état qui a mis fin à la monarchie Hachémite et qui a vu s’imposer au sommet du gouvernement le général ‘Abd al-Karîm Qâsim. Après une période de relative liberté politique, durant laquelle Sa’dî Yûsufpeut se dédier à la poésie tout en travaillant comme enseignant, les choses se compliquent à nouveau lors de l’arrivée au pouvoir de ‘Abd al-Salâm ‘Arif qui instaure alors un régime nationaliste. Suite à plusieurs emprisonnements, il quitte à nouveau l’Irak et s’installe en Algérie pendant sept ans. Ce séjour lui permet alors de bénéficier d’une relative liberté d’expression sur le plan politique (grâce à une certaine tolérance du gouvernement socialiste de l’Algérie fraichement indépendante), tout en lui permettant sur le plan littéraire de se familiariser avec la poésie moderniste française (Prévert, Aragon, Valéry et Char entre autres). Cette expérience se révèle très enrichissante dans son parcours poétique. En 1972 Sa’dî Yûsuf retourne en Iraq après l’ascension au pouvoir du Parti Baath, qui légalise alors le Parti Communiste. Il devient même directeur du Ministère de la Culture Iraquien ainsi que rédacteur de la revue folklorique et littéraire Al-Turâth al-Sha’âbî, deux postes qu’il garde jusqu’en 1979 lorsque, à la suite de l’ascension au pouvoir de Saddam Hussein, il décide de quitter définitivement l’Iraq. Cette étape marque pour lui le début d’une longue période de pérégrinations de pays en pays, d’abord le Liban, puis la Syrie, le Yémen, la Tunisie, et enfin la France. Il s’installe pendant quelques années à Paris, où il participe à la mise en place du Forum Irakien pour la Démocratie (Al-Muntada al-DimuqraTî al-‘Irâqî) mais, suite à un incident diplomatique (p. 66), il quitte la France et recommence une série de passages dans différents pays arabes pour débarquer finalement en 1997 à Londres, où il vit actuellement. Dans les trois chapitres qui suivent, Yair Huri rentre dans le détail de la production poétique de Sa’dî Yûsuf. Il la divise en trois tranches chronologiques, à travers lesquelles on peut observer selon lui l’évolution de l’œuvre du poète et surtout de son rapport avec sa condition d’exilé, thème fondamental de sa poésie. Dans chaque chapitre Yair Huri nous propose un choix ample de poèmes en version originale arabe, auxquels fait suite sa traduction en anglais.

6Le chapitre, 2, intitulé « 1955-1963 : Poet of His People », est consacré au commencement de l’activité poétique de Sa’dî Yûsuf. L’auteur ouvre ce chapitre en dressant un tableau panoramique de la poésie arabe au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Il explique que, dans la période de l’entre-deux Guerres, la tendance romantique devient prédominante dans la poésie d’Égypte et de Syrie, alors qu’en Iraq cette dernière reste sous l’influence de l’école néoclassique (ex.Maarûf al-Rufîet MuHammad Mahdî al-Jawâhirî). Plus tard, alors que la veine romantique s’affaiblit dans tout le monde arabe elle commence à prendre pied en Iraq (p.70). Yair Huri nous parle aussi de la révolution dans la poésie arabe apportée par al-shi’r al-Hurr (le vers libre) et du développement graduel dans la poésie iraquienne d’une tendance néo-réaliste qui va peu à peu détrôner le Romantisme. Sa’dî Yûsuf, jeune poète à cette époque, subit l’influence de ces différents courants littéraires, et se laisse séduire surtout mais non seulement par la poésie de l’un des auteurs les plus représentatifs de cette époque, Badr Shâkir al-Sayyâb. En même temps il accueille aussi les voix de la poésie romantique européenne qu’il lit en traduction arabe. Ce chapitre inclue aussi les poèmes écrits par Sa’dî Yûsuf après son premier exil en 1957, expérience qui le marque profondément. Dès lors l’exil devient en fait un thème récurrent dans sa poésie.  

7Le chapitre 3, « Exile, Homecoming, Exile : The Aesthetics of Displacement » traite de la poésie de Sa’dî Yûsuf à partir des années 1960 et jusqu’aux années 1980. Pour le dire avec les mots de Yair Huri, c’est une période dans laquelle Sa’dī Yûsuf « devient un poète déraciné et commence à élaborer son esthétique de l’exil » (p. 29). Huri situe l’apogée de l’art lyrique de Sa’dî Yûsuf dans les années 1970, plus précisément au moment de son retour en Iraq après le deuxième exil.

8Dans le quatrième et dernier chapitre, « War, Metapoetics, and Minute Realities : The Later Poetry », Yair Huri analyse une dizaine de recueils poétiques composés par Sa’dî Yûsufdurant la période allant de 1983 à 2004. Il applique le travail du critique Claudio Guillén sur le discours narratif de l’exil à la poésie de Sa’dî Yûsuf. Guillén distingue deux types de discours narratif de l’exil : une première forme narrative, dans laquelle l’exil devient son propre sujet, et une deuxième que Guillén appelle « counter-exile ». Dans cette seconde forme narrative l’écrivain aborde son exil de manière plus réfléchie, en gardant un peu plus de recul sur son expérience, sans chercher cependant à oublier la tragédie qu’elle représente. Yair Huri identifie dans la poésie de Sa’dî Yûsuf jusqu’en 1982 les signes du premier type de discours narratif. En revanche, il voit dans toute la production poétique succédant à cette date, les caractéristiques du « counter-exile ». Cette date – 1982 - n’est pas arbitraire, comme le souligne Yair Huri (p. 256) : elle correspond au moment où, suite à l’invasion israélienne du Liban, le poète s’engage dans les forces palestiniennes de l’OLP et participe activement à la lutte contre l’armée israélienne. Huri estime que cette expérience de la guerre a représenté pour Sa’dî Yûsuf le catalyseur de cette transition vers une forme narrative dans laquelle l’exil ne représente plus une fin en soi.

9 Le travail de Yair Huri témoigne sans aucun doute d’une connaissance profonde de l’œuvre de Sa’dî Yûsuf, et en même temps d’une vision claire de l’histoire de la littérature arabe et surtout iraquienne au XXe siècle. Le lecteur désireux de connaître la personnalité et l’œuvre de ce poète trouvera sûrement son bonheur en lisant les poèmes présentés et traduits par Huri, ainsi que les nombreux extraits d’articles et d’interviews dans lesquelles Sa’dî Yûsuf évoque les souvenirs personnels et intimes d’une longue vie vécue pour la plupart du temps loin de sa terre natale. Dans ce sens, nous pouvons dire que Yair Huri a réussi le tour de force de présenter de manière plutôt synthétique une œuvre d’une très grande ampleur. Les passionnés de critique littéraire apprécieront également l’aisance avec laquelle Yair Huri utilise les outils et les méthodes d’analyse de la discipline. En revanche, ce livre risque de décevoir ceux qui s’interrogent sur la position de Sa’dî Yûsuf en tant qu’intellectuel exilé - et donc forcément étranger- dans les différents pays, notamment arabes, dans lesquels sa vie l’a emmené. Quelles étaient par exemple ses relations intellectuelles en Algérie (où Sa’dî Yûsuf a vécu pendant sept ans), au Liban, en Palestine ? Dans ce sens, cet ouvrage semble rester engoncé dans sa structure monographique et ne satisfait pas la curiosité du lecteur. De plus, Yair Huri fait référence à plusieurs reprises à la langue utilisée par Sa’dî Yûsuf : « Yûsuf compte sur un choix exquis de mots simples, qui diffère de la langue affectée et ampoulée de ses précurseurs » (p. 28-29), ou « sa diction est semblablement hétérogène, en incorporant le vernaculaire iraquien, une terminologie scientifique et des archaïsmes » (p. 44), ou encore « un lexique ordinaire utilisé avec une rigueur extraordinaire» (p. 320). Nous aurions aimé en savoir plus sur cette langue, avoir quelques explications illustrées d’exemples concrets sur les choix lexicaux du poète (le seul exemple donné par l’auteur est à la page 303). Nous imaginons que la langue de Sa’dî Yûsuf a dû évoluer non seulement grâce à l’apport de ses lectures poétiques en langues européennes (Yair Huri nous précise que Sa’dî Yûsuf est aussi un traducteur de poésie du français et de l’anglais vers l’arabe), mais aussi suite à ses contacts avec d’autres dialectes arabes. Peut-on identifier dans la langue de Sa’dî Yûsuf des évolutions progressives ? Peut-on y trouver des influences d’autres dialectes que l’iraquien ?

10Mises à part l’ensemble de ces questions, ce livre a le mérite de présenter au lecteur occidental l’œuvre d’un auteur remarquable et extrêmement prolifique dont la production ne semble pas être appréciée proportionnellement à sa valeur.

Haut de page

Notes

1  Traduction en anglais du titre d’un article de Sa’dî Yûsuf paru en arabe dans Jarîdat al-Zamân le 7 Mai 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria-Luisa Langella, « Huri Yair, The Poetry of Sa’dî Yûsuf- Between Homeland and Exile, Sussex Academic Press, Brighton - Portland, 2006, 352 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/5673

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page