Navigation – Plan du site
II. Lectures

Jacquemond Richard (dir.), L'écriture de l'histoire. Écrire l'histoire de son temps (Europe et Monde arabe), Paris, L'Harmattan, Études transnationales, francophones et comparées, 2004, 327 p.    Jacquemond Richard (dir.), Histoire et fiction dans les littératures modernes (France, Europe et Monde arabe), Paris, L'Harmattan, Études transnationales, francophones et comparées, 2004, 325 p.

Mohamed Bakhouch

Texte intégral

1Dans cet ouvrage en deux volumes, Richard Jacquemond publie les Actes du colloque « L'écriture de l'histoire, entre historiographie et littérature », organisé par la Faculté des lettres de l'Université du Caire et le Centre français de culture et de coopération, au Caire du 4 au 6 décembre 2004. Ce colloque se proposait de « confronter des recherches menées en histoire et dans les études littéraires, sur les aires égyptienne et française, et, au-delà, arabe et européenne, dans les époques classiques et modernes » ; et ce « dans une perspective interdisciplinaire et interculturelle ».

2L'ouvrage comporte 48 textes (24 dans chaque volume) dont trente-trois en langue française et cinq en langue arabe. Ce nombre élevé de communications n'a pas manqué de poser des problèmes de classement. Reconnaissant la difficulté de cette tâche dans son introduction, R. Jacquemond a opté pour le classement suivant :

3Le premier volume regroupe les études « qui portent sur des écrits qui, s'ils ne relèvent pas tous de l'historiographie, se présentent, à des titres divers, comme des discours de vérité ». Ces études sont réparties en six sections : introduction (deux contributions), littérature et historiographie aux âges classiques (sept contributions), relecture et réécriture de l'histoire moderne (quatre contributions), littérature testimoniale et histoire (quatre contributions), cinéma et histoire (deux contributions), enfin, les contributions en arabe (cinq).

4Le second volume comprend « les études de cas consacrées à des œuvres littéraires au sens strict du terme » et se compose de trois sections : histoire et fiction dans la littérature française (quatorze contributions), histoire et fiction dans les littératures arabes modernes (cinq contributions), éclairages comparatistes dans d'autres littératures (cinq contributions).

5Enfin R. Jacquemond indique que « les interventions-programmes [...] des conférenciers invités du colloque – Abdelfattah Kilito, Henri Mitterrand et Amina Rachid – ont été distribuées dans les deux volumes en fonction de leur thème, en ouverture des parties où elles sont respectivement placées (la suite des interventions étant classée, dans chaque partie, par ordre alphabétique des auteurs) ».

Introduction

6Les deux textes introductifs du volume I délimitent le cadre général que vont alimenter les autres contributions et dans lequel elles vont s'inscrire.

7Dans le premier texte (« Fictionnalité de l'histoire, historicité de la fiction »), tout en reconnaissant l'existence de différences évidentes entre la fiction et l'histoire, Amina Rachid, affirme que toutes les deux « contribuent à la description ou à la redescription de notre condition historique ». En s'appuyant sur les travaux de Ricœur, entre autres, elle relève dans la première partie de sa communication (La fictionnalité de l'histoire), les traits communs, les analogies, les ressemblances, mais aussi les différences entre le récit historique et le récit fictif. Sa thèse principale étant que la fiction sous ses différentes formes « dit l'autre histoire », l'auteur examinera les différentes manières dont le récit fictif l’a dit. Selon A. Rachid, le récit fictif peut avoir un intérêt historique, produire un sens inédit et l'histoire peut constituer la toile de fond du récit ou le traverser et en informer l'écriture. Elle affirme en outre que le récit fictif dit également « sans doute mieux que l'histoire et les discours officiels, l'occupation de la Palestine, sous forme de gens simples, expulsés de leurs terres [...] ». Après quoi, elle montre, à l'aide d'exemples pris dans la littérature égyptienne, de quelle manière de « nouvelles techniques disent une autre histoire ». Deux techniques sont signalées : « Le recours au document (authentique ou fictif) » qui est, d'après A. Rachid, « l'un des principaux modes de cette écriture moderne pour dire l'histoire » et « la syntaxe éclatée », qui « figure les crises de l'histoire actuelle ». Enfin, pour l'auteur, tous les textes égyptiens qu'elle a étudiés « disent le sens de l'histoire », qu'ils soient « fondés sur une référence historique » ou non. Les nombreux exemples convoqués par A. Rachid pour étayer sa thèse démontrent que le récit fictionnel, tous genres confondus et sous ses formes les plus diverses, dit à sa manière l'histoire, une histoire autre. Moyennant quoi, il constitue une source potentielle de l'Histoire. Mais quel usage peut en faire l'historien ? Autre question : « la syntaxe éclatée » ne peut-elle pas signifier autre chose que « les crises de l'histoire » ? Ne peut-elle pas, par exemple, être l'indice, pour un individu, d'un malaise de type psychologique ?

8Dans le second des deux textes introductifs, Ph. Lacour (« Le récit au travail ») estime que si l'histoire, qui vise la vérité, emprunte ponctuellement à la fiction « ses ressources narratives et figuratives », son discours n'en demeure pas moins un discours « contraint par le référant qu'il vise et auquel il doit rester fidèle ». Cette communication, qui a pour but de « résister à la confusion de ces deux lignes narratives », cherche à tracer une frontière entre les deux genres. Est-ce que cela signifie qu'il est impossible à la fiction de dire le « vrai » ou encore de dire l'histoire ? Il n'en est rien, parce que plusieurs études soulignent le fait que la séparation entre les deux disciplines n'est pas si hermétique qu'elle le paraît.

Littérature et historiographie aux âges classiques

9Les contributions regroupées dans cette section du premier volume traitent de deux questions : le rapport entre l'histoire et la littérature et la mise en récit de l'histoire. Nous avons été intéressé par trois d'entre elles.

10Dans la première, confrontant le récit historique au roman populaire, T. Herzog constate que la différence entre récits historiques et romans populaires est quasi inexistante. Les ressemblances, qui résultent de l'emploi des mêmes procédés narratifs, amènent l'auteur à constater une relation intertextuelle entre l'historiographie savante et les romans populaires ; les auteurs de chacune des deux catégories ayant emprunté des éléments aux récits élaborés par ceux de l'autre. Argumentée et précise, l'analyse de T. Herzog emporte l'adhésion du lecteur. Les deux autres contributions montrent que la mise en récit des faits historiques n'est pas sans conséquences sur leur objectivité. L'historien interprète les faits et les instrumentalise dans un but idéologique ou politique.

11C'est ce qui ressort de l'étude de F. Clément dans laquelle il traque les éléments qui contribuent à donner à « un banal raid de maraudage qui tourne mal », le statut d'une grande bataille. S. Denoix qui explique dans sa communication le recours des historiens égyptiens du xve siècle à l'irrationnel et au merveilleux dans les récits relatifs à la fondation de Fustât (en 641) et d’al-Qâhira (en 669), fait le même constat. L'auteur affirme en effet que la dimension irrationnelle des textes qu'elle analyse obéit à une logique d'appropriation collective d'un pan de l'histoire du groupe. Pour la fondation de Fustât, il s'agissait de « forger une histoire » qui permette au groupe de se reconnaître dans les lieux. En ce qui concerne la fondation d'al-Qâhira, l'enjeu pour les historiens sunnites était « de présenter la dynastie chiite de façon négative ».

Relectures et réécritures de l'histoire moderne

12Deux questions essentielles font l'objet des communications qui constituent cette partie :  le rapport entre récit et histoire et l'histoire comme construction du mythe national.

13La première est traitée par F. Revaz dans « L'historiographie : entre art narratif et science exacte ». L'auteur montre que c'est grâce au récit que l'historien peut « faire comprendre la complexité des événements passés ». Étudiant la démarche « compréhensive » et la démarche « explicative », F. Revaz explique comment cette dernière démarche, qui est « une forme textuelle débarrassée de tout aspect narratif », aboutit à « une histoire de l'homme sans l'homme, c'est-à-dire à une histoire sans récit ».

14La seconde question est abordée dans deux communications, celles de M. Gad El Hak et B. Gilbert-Sleiman. La contribution de M. Gad El Hak, « L'écriture de l'histoire entre discours verbal et discours iconique. Histoire de France de J. Lacouture », porte sur la difficulté pour l'historien de renouveler le discours historique à propos des événements et des personnages marquants. En effet, l'auteur affirme que l'exercice de style, qui a consisté pour J. Lacouture à choisir une image relative à un événement et de l'accompagner d'un texte, fait « transparaître avec force le mythe national comme dans les manuels scolaires qui offrent aux élèves une Histoire épique ». Ce constat fait ressortir la part importante prise par les manuels scolaires dans la fabrication du mythe national et souligne l'enjeu capital qu'ils représentent.

15Ce que confirme B. Gilbert-Sleiman, dans une contribution très éclairante, en expliquant pourquoi la construction d'un « récit historique national, par le biais d'un manuel scolaire unifié » au Liban, était une entreprise impossible, après l'accord de paix de Taëf de 1989.

Littérature testimoniale et histoire

16Les différentes communications regroupées sous ce titre soulignent les faits suivants :

- Qu'il se présente sous la forme d'une fiction ou sous celle d'un reportage, le témoignage tente de restituer le réel.

- Le témoignage n'est pas l'histoire. C'est ce qu'affirme Kh. Chegraoui qui considère qu'en l'absence d'archives l'histoire des années de plomb au Maroc reste à faire. La littérature carcérale faite des témoignages de victimes, de journalistes et même de certains bourreaux « participent à un projet de recouvrement de la mémoire et non à l'histoire ».

- Le discours testimonial se heurte à deux difficultés : Les carences de la mémoire et l'impuissance de l'écriture à « dire le réel », sa défaillance, en tant que mode d'expression, risque de « transformer la personne en personnage, le témoignage en conte ». Cf. R. Fathy.

- Dans le discours testimonial, l'écriture de l'histoire est à la fois historiographique et fictionnelle. L'écriture de l'histoire « ne peut se passer de la fiction parce que celle-ci est constitutive de celle-là ». Le recours à la fiction ne signifie pas renoncer à dire le vrai, « car l'histoire elle-même est soumise au régime du faux ». Cf. M.-A. Charret.

17D'autre part, dans une communication fort intéressante, H. Georgelin nous propose « quelques éléments de réflexion sur la possibilité d'inclure la littérature dans le corpus de sources de l'histoire sociale et culturelle ». Georgelin considère le livre d'Aram Andonian qu'il analyse comme un « objet narratif étrange », car c'est une œuvre de fiction qui est « clairement inspirée de l'expérience propre de l'auteur, intellectuel arménien de Constantinople, déporté dès 1915 ». Ce texte, dit en substance l'auteur de la communication, décrit le génocide de l'intérieur et montre les répercussions « internes de la destruction de la société arménienne ottomane sur ses survivants, voire ses descendants ». Selon Georgelin, ce livre dans lequel Andonian décrit, sans concession aucune, victimes et bourreaux, ainsi que « la destruction des liens sociaux normaux entre les survivants » remet en cause, les « schémas trop simples d'organisation discursive » de l'historiographie du génocide arménien. Fiction, mais aussi récit personnel d'une expérience vécue, l'œuvre d'Andonian a valeur de témoignage. Un témoignage qui donne la possibilité « d'accéder à l'intimité du processus d'extermination auquel ont été soumis les Arméniens de l'Empire ottoman, mieux peut-être que les exposés trop froids et trop éloignés de l'expérience d'éradication, endurée par d'autres êtres humains ». L'analyse proposée par l'auteur de cette communication permet de voir, d'une manière concrète, le type d'enseignement que peut tirer l'historien de la littérature testimoniale et plus généralement de la littérature.

Cinéma et histoire

18Dans le septième art, qui généralement touche un public beaucoup plus large, le rapport à l'histoire n'est guère différent.

19Ainsi, S. Mubarak analyse deux films de Youssef Chahine, réalisés à des moments différents, al-Nâsir Salâh al-Dîn (1963) et Adieu Bonaparte (1986), deux films qui évoquent deux périodes cruciales : les croisades et la campagne de Bonaparte, qui sont deux apogées de la confrontation entre le moi arabe/égyptien et l'autre occidental. Le travail comparatif auquel elle s'est livrée lui a permis de montrer qu' « al-Nâsir Salâh al-Dîn traite l'histoire à la fois comme cadre et comme sujet appelant la mémoire collective, dans un moment de haute mobilisation nationale. Adieu Bonaparte propose, au contraire, une révision de l'histoire canonisée par la mémoire collective à travers une relation subversive ». Son analyse souligne le fait que le contexte historique et politique dans lequel chacun des deux films a été réalisé a fortement conditionné le rapport de Y. Chahine aux sujets abordés dans ces deux œuvres, ainsi qu'aux périodes historiques traitées. Nous avons là, avec cette communication, un exemple parfait de la liberté que, pour des raisons idéologiques et/ou politiques, la fiction peut prendre avec l'histoire.

  • 1 - Ibid., p. 257. La notion de morale a pour corollaire la responsabilité et sur ce point-là, cet ar (...)

20Dans sa communication « De l'histoire au cinéma : Nuit et brouillard, un cas critique », J. de Saint-Jores analyse le film d'Alain Resnais et montre que si ce cinéaste est parvenu à montrer « l'immontrable », c'est parce que Nuit et brouillard tout en étant un « regard cinématographique » sur la Shoah « n'est pas une fiction », mais un « film “concept” qui répond à la question “qu'est-ce qu'un camp ?” ». À la critique de Claude Lanzmann qui affirme que « ce que nul ne peut imaginer, nul ne peut le montrer. On ne peut que “dire” la Shoah, la faire advenir par la “parole”, la seule valide, celle des derniers témoins... », l'auteur répond que cinéaste et non historien, A. Resnais n'a pas cherché à montrer la Shoah, mais plutôt à la faire imaginer au spectateur de son film. Il affirme qu'en s'éloignant de l'Histoire, il lui a rendu justice et que toute la force de Nuit et brouillard est due à « la posture morale » du cinéaste vis-à-vis du sujet de son film. « Plus qu'une technique, c'est une morale qui fait la valeur historique d'un film »1.

Littérature et histoire

21Le rapport entre histoire et littérature (française, arabe moderne ou appartenant à d'autres aires culturelles) a donné lieu à de nombreuses communications. Devant l'impossibilité de nous arrêter à chacune d'entre elles, nous avons décidé de nous concentrer sur quelques-unes, laissant au lecteur le loisir de découvrir les autres.

22L’ensemble de ces études nous montre que la vérité historique n'est pas l'apanage de l'historiographie et que la littérature, au sens large, peut être une source de cette même vérité. Plusieurs contributions portant sur des romans, mais aussi sur des récits hagiographiques (notamment les contributions de I. El Kadiri Boutchich et A. Ltifi dans le volume 1 et H. Mitterand, M. Giraud, F. Lacoste, L. Nzesse et E. Younes dans le volume 2, font ressortir l'importance du récit fictionnel comme source pour l'historiographie).

23D'autres études soulignent le fait que la séparation entre les deux disciplines n'est pas si hermétique qu'elle le paraît. Un type de production s'inscrit dans ce territoire aux frontières mouvantes : la biographie et ses variantes, notamment ce que A. Gefen appelle biofiction. Sa communication souligne la difficulté de tracer une nette ligne de partage entre ce qui relève de la fiction et ce qui est de l'ordre de l'histoire, parce que ce genre dépasse l'opposition entre histoire et fiction.

24Ce dépassement peut déboucher sur ce que D. Riou désigne dans sa contribution par l' »indécision générique ». L'analyse de plusieurs textes de Jorge Semprun, un auteur « embarqué dans l'Histoire », montre en effet que son œuvre est marquée par une volonté de fictionnaliser un réel qui s'y refuse d'où cette « confrontation singulière [dans ses textes] entre le principe de création romanesque, et un réel dont les exigences ont mené le militant Semprun, contre son gré, du côté du témoignage historique ». (Cf. l'éclairage apporté par la communication de F. Revaz). On dirait que J. Semprun cherchait ces « moyens supérieurs » que Marguerite Yourcenar en « historien-poète » a su exploiter pour mieux atteindre « l'humain et l'universel » (cf. la communication de L. Broche).

25D'autres contributions font ressortir les différentes manières dont la fiction s'approprie l'histoire (A. Baïda / N. El Nossery / R. Hoeffer / C. Matthey/ E. Samir) et comment elle la reconstruit et la fonctionnalise (Z. Ben Lagha / E. D. Slimani Aït Saada). Dans les textes étudiés dans ces contributions, comme l'écrit A. Baïda, « Le récit, la fiction et le romanesque deviennent [...] une façon d'écrire l'Histoire mais une Histoire autre, que nous retrouvons guère dans les textes historiques qui portent le label de l'institution ». Cf. A. Rachid.

26La littérature, par ses propres moyens, parvient à dire ce que l'histoire ne dit pas. C'est ce que révèle l'analyse d'E. Gautier de l’ouvrage d’Abd al-Rahmân Munîf (Mudun al-milh), Les cités de sel). Nonobstant la nature fictionnelle de l'œuvre, E. Gautier affirme que « l'opposition, établie habituellement, entre d'une part un travail historique, objectif et s'intéressant à la réalité, et d'autrepart un roman, une œuvre de fiction, subjective, n'est pas toujours valable ». Il ajoute : « Mudun al-milh est une œuvre de fiction. Pourtant cette fiction peut nous aider à mieux comprendre l'histoire ». L'auteur, affirme que « derrière le royaume imaginaire des Hudaybites du roman, se camouflait un pays bien réel, le royaume d'Arabie Saoudite" un pays qui "reste difficilement accessible à l'historien ou au sociologue… ». Il indique qu'en lisant Mudun al-milh, on a plus l'impression de lire « l'épisode d'un pays bien réel » que de lire une fiction.

27Et si ce roman offre "une vision globale" du pays, c'est parce qu'entre autres, Munîf utilise les méthodes de l'historien, en présentant, par exemple, « différentes versions ou interprétations du même événement ». L'œuvre de cet écrivain a d'ailleurs dérouté les critiques, certains d'entre eux, signale E. Gautier, sont allés jusqu'à lui dénier le statut de roman. Ce que souligne l'auteur de cette communication, c'est comment une œuvre qui ne renonce pas à son identité de fiction, peut, grâce au talent de son auteur, offrir au lecteur une vision de la réalité et de l'histoire d'un pays donné. Cette vision est certes subjective, mais elle est essentielle, car comme l'écrit A. Rachid, elle dit l'autre histoire.

28En s'appropriant l'histoire, en la reconstruisant, le romancier écrit une histoire subjective, non-officielle ; c'est ce que démontre encore une fois N. Melas dans son étude de l'œuvre du poète alexandrin Kavafy. L'auteur affirme en effet que cet historien-poète donne dans sa poésie « une version alternative de l'histoire », notamment parce qu'il offre une place à « des personnages mineurs qui ont laissé des traces insignifiantes dans les annales, […] ».

29Mais la littérature permet au romancier d'aller plus loin encore, elle lui permet de contester l'histoire officielle comme le fait M. Kundera dans Le livre du rire et de l'oubli analysé ici par K. Melic qui formule l'hypothèse que « c'est la forme même de ce roman – celle de la variation qui nie le principe de toute représentation réaliste – qui lui permet de remettre en cause le statut absolu, objectif et véridique de l'Histoire. Kundera minerait ainsi le caractère totalitaire de celle-ci en soulignant qu'il n'existe pas une vérité, mais des vérités ».

30Ce qui se profile en fin de compte derrière les questionnements et les problématiques dont traitent les textes publiés dans cet ouvrage, c'est le rapport entre le discours historique et le discours fictionnel, ainsi que le rapport des deux discours à la vérité. Variées, riches et stimulantes, les différentes contributions, dans leur ensemble, démontrent avec force, qu'il n'y a pas une seule mais des vérités, que le discours historique n'est pas toujours porteur de vérité et enfin, que la fiction peut être source de cette même vérité.

31En conclusion, L'écriture de l'histoire, par ses diversités (diversités des aires culturelles, des textes étudiés, des méthodes d'approche, etc.), par la qualité scientifique des contributions qu'il renferme, par les éclairages que celles-ci apportent, est un outil précieux pour les spécialistes arabophones et francophones de la littérature et de l'histoire (enseignants, chercheurs et étudiants) et plus largement pour les lecteurs férus de ces deux disciplines. Une traduction des textes en français vers l'arabe et des textes en arabe vers le français est souhaitable.

Haut de page

Notes

1 - Ibid., p. 257. La notion de morale a pour corollaire la responsabilité et sur ce point-là, cet article fait écho à l'intervention-programme d'Abdelfattah Kilito ; une intervention-programme fort intéressante, mais difficilement classable dans le cadre de la thématique de ce colloque. Cet auteur qui a fait oeuvre d'historien de la littérature et qui a puisé ses exemples aussi bien dans la littérature populaire que dans la littérature savante, constate que dans la culture arabe classique, l'acte d'écrire est considéré comme «une entreprise pleine de risques» (p. 52). Aussi l'auteur arabe se défaussait-il de sa responsabilité en présentant son ouvrage « [...] comme le résultat d'une commande [...]. On écrivait au nom de Dieu, mais aussi au nom du calife ou de ses substituts», Abdelfattah Kilito, «Récit et modèle prophétique», L'écriture de l'histoire I, p. 49-60.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Bakhouch, « Jacquemond Richard (dir.), L'écriture de l'histoire. Écrire l'histoire de son temps (Europe et Monde arabe), Paris, L'Harmattan, Études transnationales, francophones et comparées, 2004, 327 p.    Jacquemond Richard (dir.), Histoire et fiction dans les littératures modernes (France, Europe et Monde arabe), Paris, L'Harmattan, Études transnationales, francophones et comparées, 2004, 325 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/6109

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page