Navigation – Plan du site
Lectures

Bilici Faruk, Cândea Ionel, Popescu Anca, (éd.) : Enjeux politiques, économiques et militaires en mer Noire (xive-xxie siècles), Braïla, Musée de Braïla, Éditions Istros, 2007, 760 p.

Daniel Panzac

Texte intégral

1Si la Méditerranée est l’objet d’innombrables publications, celles consacrées à la mer Noire sont beaucoup plus rares. Il faut donc saluer la parution de ce copieux ouvrage collectif qui rassemble quarante études dédiées à la mémoire d’un grand historien roumain, spécialiste d’histoire ottomane, Mihail Guboglu dont la vie illustre l’histoire tourmentée de cette partie de l’Europe. Il est né en 1911 dans une famille gagaouze, population turcophone chrétienne, en Bessarabie, ancienne province ottomane devenue russe en 1812 puis roumaine de 1918 à 1945 avant de faire partie de l’Union soviétique sous le nom de RSS de Moldavie et d’accéder à l’indépendance en 1989, l’année de son décès à Istanbul alors qu’il participait à un congrès international. Après avoir retracé sa carrière complétée par sa bibliographie, les responsables de l’ouvrage ont cherché à organiser de façon satisfaisante plusieurs dizaines d’articles couvrant sept siècles et dont le thème central, ici la mer Noire, peut être interprété de façon différente selon les auteurs. Néanmoins, les cinq parties sur lesquelles ils se sont accordés sont, sans aucun doute, les meilleurs possibles même si la répartition des articles aurait pu être différente.

2La première partie, composée de onze articles, s’intitule : « La mer Noire : thalassocratie italienne et lac ottoman (xive-xviiie siècle) ». Deux études évoquent les zones côtières, celles de Sergiu Iosipescu pour la façade roumaine et de Feridun Emecen pour la partie anatolienne. Cristina Luca, Ileana Cazan et Viorel Panaite abordent les aspects et les intérêts commerciaux que présente la mer Noire pour les Vénitiens et les Autrichiens aux xviie et xviiie siècles. Jean-Louis Bacqué-Grammont évoque la Crimée vue par un voyageur français dans la première décennie du xviie siècle. Temel Öztürk évalue la place de la défense navale de la côte du nord-est de la mer Noire cependant qu’Adrian Tertecel revisite le traité de Belgrade de 1739 entre l’Empire ottoman et la Russie. Enfin, deux études nous ont paru particulièrement intéressantes car traitant du même sujet mais sous deux angles et avec deux approches différents : aux xvie et xviie siècles, la mer Noire est-elle une frontière ou un lac intérieur ottoman ? Anca Popescu dresse l’état actuel de la question cependant que Dariusz Kolodziejczyk avance une thèse plus nuancée pour considérer que la mer Noire constituait une frontière flexible.

3La seconde partie est consacrée au Danube, axe vital de la Roumélie ottomane du xve au xixe siècle, dont sept articles évoquent différents aspects. Les recherches de Ayse Kayapinar sur les filorici, des Valaques servant d’auxiliaires à l’armée ottomane, de Rumen Kovatchev sur le sancak de Nikopol et de Arzu Terzi sur Maçin dans le sancak de Silistri, reposent sur des archives ottomanes qui nous sont présentées ici. Ionel Candea nous offre un intéressant plan commenté de la forteresse de Braïla sur le bas-Danube à la fin du xviiie siècle, une des positions clés du système défensif de l’Empire ottoman. Enfin Niculina Dinu pour la céramique, Doina Aftene Göksen pour des monnaies et Claudia Römer pour une décoration, nous apportent d’utiles compléments d’information.

4La troisième partie, consacrée aux pays roumains, est plus hétéroclite. Si Sandor Papp retrace les relations d’un prince roumain, Stefan cel Mare, avec l’Empire ottoman, Catalina Hunt étudie le statut juridique des terres roumaines au xvie siècle d’après la loi ottomane, et Gheorge Lazar suit les marchands ottomans en Valachie au xviie siècle, les autres études semblent assez loin du titre de cette partie, notamment l’histoire d’Elena Hartulari ou un voyage de Vienne à Constantinople en 1803.

5La quatrième partie, regroupe huit études sous le sobre titre de « Empire ottoman ». L’étude de Linda Darling concerne l’administration ottomane et ses liens étroits avec les Mongols ilhanides au xive siècle alors qu’Alp Yücel Kaya s’intéresse aux réformes administratives à l’époque du Nizam-i Cedid et que Slavka Draganova évalue les statistiques concernant la Dobroudja au xixe siècle. Stoyanka Kenderova présente l’hôpital de Toulcha, Orlin Sabev la bibliothèque de Halil Pacha à Chumen au xviiie siècle et Ali Arslan suit les migrations juives dans l’Empire ottoman à la fin du xixe siècle. Quant à Gilles Veinstein, en cherchant à éclairer, à partir de deux cas (les campagnes de 1544-1545 et de 1551-1552) et d’une documentation originale, pose le problème de l’approvisionnement des armées ottomanes sous Soliman le Magnifique.

6La dernière partie « mer Noire : enjeu international (xixe-xxie siècle) revient sur le titre original de l’ouvrage sous un angle résolument diplomatique. Quatre études concernent la pénétration européenne au xixe siècle et au début du xxe siècle : celle de la France sous la Restauration par Faruk Bilici et Ivan Roussev à Varna un peu plus tard, de l’Angleterre au milieu du siècle à la faveur de la Commission du Danube par Constantin Ardeleanu et enfin celle de la Russie avant la première Guerre mondiale par Serban Radulescu-Zoner. C’est avec une présentation des origines de la coopération économique actuelle de la mer Noire que s’achève ce ouvrage.

7Comme toujours, ce type d’ouvrage collectif rassemble des études originales de qualité, des articles de moindre intérêt parfois éloignés du thème général et quelques rares notules de trois pages. Malgré donc une qualité inégale, l’ensemble reste imposant et important.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Panzac, « Bilici Faruk, Cândea Ionel, Popescu Anca, (éd.) : Enjeux politiques, économiques et militaires en mer Noire (xive-xxie siècles), Braïla, Musée de Braïla, Éditions Istros, 2007, 760 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/6332

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page