Navigation – Plan du site
Lectures

Roussillon Alain, Identité et modernité. Les voyageurs égyptiens au Japon (xixe - xxe siècle), Arles, Actes Sud, 2005, 252 p.

Thomas Brisson

Texte intégral

1On pourrait appliquer au livre d’Alain Roussillon le principe que celui-ci voit à l’œuvre chez les voyageurs égyptiens au Japon : l’éloignement est manière de faire retour vers soi. Ainsi, alors que l’auteur aborde un objet nouveau, Identité et Modernité poursuit en réalité les questionnements plus anciens qui ont traversé son œuvre : le mouvement réformiste arabe/musulman, les transformations sociales qu’il accompagne, la part qu’y prennent les intellectuels. C’est bien, ici, du monde arabe, et de l’Égypte en particulier, qu’il est question, auxquels le Japon offre un miroir critique en forme de paradoxe : celui d’un pays qui a su absorber au plus haut point la modernité occidentale tout en restant entièrement fidèle à son identité. Paradoxe qui fournit les termes dans lesquels va se formuler l’interrogation des voyageurs et intellectuels égyptiens dont Alain Roussillon analyse les écrits, tant le Japon de Meiji a puappeler la comparaison avec l’Égypte de Muhammad Ali (confrontés a l’impérialisme européen, l’un et l’autre cherchent à s’y opposer par une politique d’importation de la modernité occidentale), tant aussi la situation des deux pays va ensuite diverger radicalement (la réussite du Japon soulignant les échecs égyptiens et faisant office de leçon à méditer d’une modernisation réussie).

2Un premier moment de l’analyse, constitué par les deux premiers chapitres, s’organise autour de trois textes, récits de voyage d’un religieux, d’un prince et d’un intellectuel. Tous ont en commun de se situer dans une perspective de « sortie d’Empire » (p. 27), expression qu’il faut entendre dans une acception politique plus qu’historique : celle d’une modernité égyptienne qu’il s’agit de construire dans un monde profondément transformé par la centralité européenne. Derrière la diversité des acteurs en présence, et surtout des leçons qu’ils tirent de leur séjour japonais, c’est un même changement qui s’opère dans l’expérience du voyage. La découverte du Japon, jusque-là terra incognita sur les Atlas musulmans, s’accompagne en effet d’une transformation profonde du sens accordé à la rihla, le voyage devenant désormais moment d’une expérience où se recomposent les « partages entre soi et l’autre et [les] légitimités qui commandent ces partages » (p. 93). Au cœur de ce discours sur l’autre, hétérologie selon le terme employé par Alain Roussillon, l’auteur montre comment une question nouvelle émerge : celle de l’identité. Vu à travers des yeux égyptiens, le Japon offre une illustration de la possibilité de s’approprier « la » civilisation en s’appuyant sur ses propres ressources identitaires. L’intérêt du détour qu’il propose est alors d’offrir l’occasion d’un voyage dans la modernité qui ne soit pas voyage en Europe, prouvant par là que modernisation n’implique pas nécessairement renoncement à soi.

3Le troisième chapitre poursuit ce questionnement mais en s’appuyant sur un corpus de textes différents : non plus récits de voyages mais réflexions théoriques sur les voies de la modernisation empruntées par le Japon et le monde « arabo-musulman ». Pour les penseurs que sont Mustafa Kamil et Ahmad Fadli, le Japon présente l’avantage d’avoir résolu le « “dilemme libéral-rationaliste” au fondement des modernisations coloniales » (p. 96). Deux éléments retiennent particulièrement leur attention : tout d’abord le fait que la marche du Japon vers le progrès n’ait remis en cause ni la continuité historique du pays, ni sa cohésion sociale (à l’inverse, en cela, de l’Égypte) ; ensuite, le paradoxe religieux japonais (les Japonais ont à la fois instauré une religion nationale forte qui a permis leur développement, mais restent très modérés en matière religieuse), manière de penser une relation de complémentarité entre modernisation et religion, et de tester la possibilité d’un ordre laïque pour le monde arabe. Ce chapitre offre une réflexion puissante sur les relations entre nationalisme et réformisme, l’un comme l’autre articulant de manière décisive la question identitaire : dans le cas du nationalisme, via le travail d’évaluation de ce qu’a impliqué la réception des modèles occidentaux pour « créer la nation », et dans celui du réformisme afin de « créer la société » (p.113). Le Japon, dans le regard égyptien, est alors le pays qui, en l’espace d’une génération, a su transformer sa société pour l’adapter à la modernité et construire un cadre national effectif. Leçon qui vaut autant comme réflexion désabusée sur le sort que connaissent, au même moment, les pays musulmans, que comme programme de transformation dont ils peuvent s’inspirer.

4Les deux derniers chapitres de l’ouvrage (4 et 5) forment un ensemble cohérent par la période historique qu’ils couvrent : le Japon d’après Hiroshima, à la fois, donc, celui dont la première modernisation s’achève tragiquement, mais également celui qui, en une génération, parvient à se hisser parmi les toutes premières puissances économiques. Deux séries de textes sont analysées par Alain Roussillon, textes de voyages proprement dits dans le chapitre 4, textes politiques et théoriques dans le chapitre 5. Ce qui les caractérise néanmoins est que tous témoignent d’une inversion de la perspective par rapport à la période précédente. Il ne s’agit plus de penser comment le Japon a pu s’appuyer sur son identité pour se moderniser, mais comment il a pu conserver son identité en dépit de sa modernisation. D’où, tout d’abord, le chapitre 4 où le Japon se présente sous la forme de deux hypothèses opposées dans les textes des voyageurs (journalistes, étudiants, etc.) égyptiens : Japon qui ne serait plus qu’identité de façade face à une modernisation profonde, ou, au contraire, dont la modernisation ne serait que superficielle en regard de son identité réelle. Japon qui, en tout état de cause, dramatise désormais la comparaison avec l’Égypte, tant leur trajectoires de modernisation ont abouti à des résultats opposés. C’est particulièrement le cas dans le chapitre 5 où, sous la plume d’intellectuels égyptiens reconnus (Ra’uf Abbas, Anouar Abd-el-Malek, Nasr Hamid Abu Zayd), l’expérience japonaise devient matière, selon les cas (c'est-à-dire en grande partie selon les époques), à penser la possibilité révolutionnaire (chez Abd-el-Malek, par exemple) d’un monde affranchi de la centralité occidentale ou, au contraire, occasion de dresser (comme chez Abu Zayd) le constat de la faillite politique des élites arabes à se libérer de cette même centralité, comme a su le faire le Japon.

5On ne saurait faire justice en quelques lignes à la complexité et à la force des analyses qui parcourent l’ouvrage d’Alain Roussillon. Organisées par un travail d’écriture remarquable (même si l’on peut, parfois, regretter que la recherche stylistique se fasse au dépend de la clarté du propos), elles ont le grand mérite de concilier au mieux deux niveaux textuels distincts. Elles donnent tout d’abord à entendre des récits et des voix singulières, œuvre de traduction et de présentation où l’expérience japonaise des voyageurs égyptiens nous parvient dans sa complexité et son individualité. L’une des grandes réussites du livre est, paradoxalement, de donner à entendre autre chose que des voix simplement égyptiennes, en faisant justice aux qualités singulières des différents voyageurs, à leurs plus ou moins grandes facultés d’empathie et d’écriture. Cette attention à la singularité reste, en même temps, toujours articulée à une exigence de montée en généralité, chaque récit étant l’occasion d’affiner et de reprendre la thèse globale de l’ouvrage sur la constitution d’une pensée réformiste arabe à travers le détour japonais. Par ailleurs, si du point de vue théorique Identité et modernité poursuit un certain nombre de questions plus anciennes du travail d’Alain Roussillon, il est loin de n’en être que la seule continuation. Entre autres interrogations nouvelles, citons par exemple l’effort de l’auteur pour élaborer une théorie des interactions entre nations (occidentales/non occidentales, coloniales/colonisées, etc.) qui cherche à dépasser le simple modèle des emprunts ou des influences, inscrivant par là l’ouvrage dans une discussion passionnante avec les thèses défendues par Eric Hobsbawm, Benedict Anderson ou encore les postcolonial studies.

6Au regard des nombreuses qualités de l’ouvrage, les quelques réserves qu’inspire sa lecture restent secondaires. Signalons, néanmoins, le statut problématique de la conclusion qui, en abordant en toute fin de parcours une question nouvelle (l’organisation actuelle de l’Islam au Japon), offre un curieux décalage par rapport au reste du propos. Par là, elle prive surtout le lecteur d’une mise en perspective finale des différentes analyses, mise en perspective qui, au regard de la multiplicité des pistes de travail ouvertes, avait vocation à être bien plus qu’une simple récapitulation pédagogique. De même, on regrette que les questions méthodologiques aient été si peu abordées, en particulier celles touchant à la représentativité des textes analysés, sur laquelle l’auteur reste pratiquement muet (s’il ne se passe pas une année sans que de nouveaux textes sur le Japon prennent place sur les rayons des librairies égyptiennes, comme l’écrit Alain Roussillon en note, comment expliquer le choix restreint de la quinzaine de récits au cœur de son ouvrage ?). Enfin, la question de l’ancrage sociologique des auteurs/voyageurs égyptiens nous semblait mériter une attention plus grande (on reste très peu renseigné sur ces derniers : de quelle famille viennent-ils ? Quelles études ont-ils faites ? Quel est leur rapport à la religion – dont on a dit l’importance pour la question de l’identité ? etc.). On touche, sur ce dernier point, à l’une des limites du cadre d’analyse proposé : dans quelle mesure le regard posé sur le Japon est-il « égyptien », toutes choses égales par ailleurs ? (C’est-à-dire, en quoi tient-il aussi au fait, par exemple, d’être un homme – notons qu’il n’y a aucune femme dans l’échantillon -, d’être diplômé ou non, plus ou moins riche, musulman ou copte, pratiquant ou non, etc.). Questions, redisons-le, que l’on peut d’autant plus soulever qu’elles ne remettent en cause ni la force, ni la cohérence du projet d’ensemble, faisant d’Identité et modernité un jalon important d’une œuvre scientifique toujours soucieuse de se renouveler en approfondissant ses questionnements centraux, trop tôt interrompue par la disparition d’Alain Roussillon, en 2007, au Caire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Brisson, « Roussillon Alain, Identité et modernité. Les voyageurs égyptiens au Japon (xixe - xxe siècle), Arles, Actes Sud, 2005, 252 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/6347

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page