Navigation – Plan du site

Les Arméniens en Égypte au xixe siècle, identité et enregistrement

Identity and registration: Armenians in Egypt in the nineteenth century
Anne Kazazian

Résumés

Les Arméniens présents en Egypte au début du xixe siècle sont majoritairement des immigrants récents. Pendant tout le siècle, la communauté à laquelle ils appartiennent est l’instance de validation de leur identité. À partir de 1864, l’administration communautaire élabore pour les individus qui en dépendent, un état civil moderne, à l’aide de moyens efficaces : enregistrement uniforme, nombre restreint de rubriques, imposition d’un nom de famille. Elle les identifiait déjà avant cette date, notamment à l’occasion des baptêmes, mariages et sépultures. C’est surtout à cet enregistrement depuis le début du xixe siècle que se consacre l’article pour observer quelles étaient, en l’absence d’un cadre imposé, les procédures d’identification. L’identité d’un individu était loin d’être toujours exprimée de la même façon. En l’absence d’un nom de famille, l’individu était identifié par la combinaison d’éléments qui s’ajoutaient à son nom : le lien avec d’autres personnes - membres de la même famille, amis, relations de travail-, certaines pratiques comme le pèlerinage à Jérusalem, le titre d’usage, donc le statut social. Bref, l’identification individuelle donne à lire une microsociété qui cessera d’être visible après 1864.

Haut de page

Texte intégral

1Au début du xixe siècle les Arméniens étaient dans leur grande majorité des immigrants récents en Égypte, présents surtout au Caire et dans une moindre mesure à Alexandrie. Du fait même de la structure de l’Égypte, où différentes communautés coexistent, et par une volonté probablement mise en œuvre pour faire face à l’incertitude de la migration, ils en sont venus rapidement à former une micro-société active. Bien que dans la plupart des cas perçus en premier lieu comme chrétiens, sans que leur vis-à-vis sache toujours ce qu’ils sont plus précisément, leur identification est loin d’être uniforme : elle varie selon les circonstances, selon la personne ou l’institution qui décrit, nomme, selon sa proximité, plus ou moins forte, avec ceux qu’elle identifie. Il existe donc presque autant de manières d’identifier ou de s’identifier que de situations d’interaction entre les individus.

  • 1 Les archives centrales des Arméniens se trouvent à la prélature des Arméniens d’Égypte, située au C (...)
  • 2 Leurs archives, conservées au Patriarcat catholique du Caire, ne sont plus accessibles depuis plusi (...)

2Toutefois, il est une institution où il semblerait qu’on puisse les trouver décrits de manière plus stable : leur communauté. Cette dernière est pendant tout le xixe siècle l’instance de validation des individus qui en dépendent. Toutefois, dès le début du xixe siècle les Arméniens ne forment pas une seule communauté mais deux, apostolique et catholique. Ce sont les Arméniens apostoliques1 que l’on examinera ici, en raison de leur plus grande importance numérique mais aussi parce que les procédures d’identification des individus y varient davantage. D’une certaine manière, les catholiques2 sont victimes de la meilleure formation de leur clergé : leur enregistrement est minutieux dès le début du siècle et ne change guère.

3Comment l’administration communautaire procède-t-elle à l’identification des siens ? À l’occasion de quels événements ? Quels éléments choisir dans la vie d’un individu pour le rendre unique, impossible à confondre avec un autre ? J’examinerai ces questions de part et d’autre de l’année 1864 qui marque, du point de vue des procédures employées, une rupture nette avec la période qui précède. L’adoption, en 1864, de méthodes administratives efficaces, tant dans la forme que dans le fond, contraste tellement avec celle qui prévalait auparavant que je m’attarderai davantage sur l’identification avant cette date pour connaître, en l’absence de cadre formel contraignant — ce qui ne signifie pas pour autant absence de règles, — quels furent les choix opérés pour identifier les individus et ce qu’ils nous révèlent.

Vers un état civil moderne

4C’est très exactement de l’année 1864 que l’on peut dater le début de l’élaboration d’un état civil moderne dans la communauté arménienne d’Égypte, du moins chez les Arméniens apostoliques qui constituent alors la majeure partie des Arméniens. Une triple transformation s’opère alors.

5La première est matérielle. De nouveaux registres sont adoptés. Il existait déjà, depuis le début du xixe siècle, des registres de baptêmes, mariages et sépultures, mais on verra plus bas que l’enregistrement y était très différent de ce qu’il est devenu à partir de 1864. Les individus sont appréhendés dans les nouveaux registres selon dix rubriques, identiques pour tous les membres du groupe, hommes, femmes et enfants, chacune formant une colonne séparée des autres par une ligne tracée sur la page. Ces rubriques, toutes rédigées en arménien, sont intitulées : 1- nom (anoun) et surnom (maganoun), rubrique subdivisée elle-même en deux colonnes : masculin (arou) et féminin (èq), 2- jour de naissance ou d’arrivée (or dzenadz gam yégadz), 3- lieu de provenance (ousdi kale), 4- âge (darike), 5- profession (harvesde), 6- patrie (haïrenike), 7- baptême (meguerdoutioun), 8- mariage (amousnoutioun) 9- départ ou décès (mègnile gam mahe) et 10- Remarques (dzanotoutioun).

6La deuxième transformation consiste dans l’inscription systématique d’un nom de famille, terminé en –ian. Ce suffixe –ian, qui indique « l’appartenance à une catégorie d’hommes (famille, race, religion, secte, etc.) »  et dont Frédéric Feydit explique qu’il « a servi à former la très grosse majorité des noms de famille » (1969, p. 240), on le voit littéralement s’imposer sous nos yeux à partir de 1864. Avant cette date, la mention de ce qui pouvait s’apparenter à un nom de famille était aléatoire : certaines personnes portaient déjà ce suffixe – comme Bilezigdjian - mais cela restait une pratique assez rare, et répandue plutôt dans les documents de nature officielle comme les testaments que dans l’enregistrement courant des baptêmes, mariages ou sépultures. Yéghiazar amira pouvait se présenter dans son testament, en 1827, sous la forme « Moi mahdési Yéghiazar fils de mahdési Bedrosian de Agn » (Yes mahdesi Yéghiazares aguentsi mahdesi Bedrosian), seuls deux de ses témoins, sur cinq, se présentaient de la même manière. Le prélat des Arméniens d’Égypte se désignait simplement comme « l’évêque Guiragos, prélat des Arméniens d’Égypte » (yékibdosi hayots aratchnort Guiragos yébiskopos).

7Si le –ian s’ajoute systématiquement à partir de 1864 à la fin du nom de baptême du père, de son métier, de son surnom ou de son origine géographique, il ne forme pas encore un nom de famille qui se transmet, car il change à chaque génération. Ce n’est qu’à la toute fin du xixe siècle qu’il se fige et se lègue, inchangé, aux générations suivantes. Dans tous les cas, dès 1864, la terminaison en -ian rend visible l’appartenance à la communauté.

8Enfin, la dernière transformation significative consiste en l’émergence progressive d’un état civil. Car, bien que les individus demeurent inscrits ou enregistrés à l’occasion d’actes religieux, baptême, mariage ou sépulture, la date de naissance ou celle du décès est désormais régulièrement notée.

9Comment peut-on expliquer des changements aussi soudains ? L’Égypte ne se préoccupe pas d’un état civil commun à tous ses habitants avant les années cinquante du xxe siècle. Jusqu’à cette période, l’état civil, ou ce qui en tenait lieu auparavant, l’enregistrement des individus pour des actes religieux, est entièrement du ressort des communautés.

  • 3 Anahit Ter Minassian n’hésite pas à parler d’une « véritable lutte des classes » dont elle expose l (...)
  • 4 La classe financière de l’empire ottoman, en grande partie arménienne au xixe siècle, et, de ce fai (...)
  • 5 Constitution de la nation arménienne, copie en français, s.d, s.e, p. 15.
  • 6 Constitution, ibid., article 94, p. 41
  • 7 Constitution, ibid., article 96, p. 42

10Le changement de 1864 émane donc plus certainement du Patriarcat de Constantinople, devenu au cours du xixe siècle le centre politique et administratif des Arméniens de l’Empire ottoman et sous l’autorité duquel les Arméniens d’Égypte se sont placés alors qu’ils dépendaient, pendant le premier tiers du xixe siècle, de Jérusalem. Depuis le début du siècle, des luttes de pouvoir internes3 remettent en cause, dans la capitale de l’empire, la mainmise du clergé soutenu par les amira4 sur la gestion des affaires communautaires. En 1863, au terme d’une série d’élaborations successives, un Règlement intérieur du millet arménien, traduit à l’époque en français sous le titre de « Constitution de la nation arménienne »5, voit le jour. Ce texte, approuvé par le pouvoir ottoman, porte sur la réorganisation administrative interne des Arméniens de l’Empire et sur l’équilibre des pouvoirs à l’intérieur de la communauté, entendue ici à l’échelle de l’Empire. Il entérine à la fois la démocratisation des institutions arméniennes de l’empire et leur sécularisation. Deux Conseils, nettement séparés, se partagent désormais la gestion communautaire, l’un religieux, l’autre civil. Par ailleurs, l’organisation des instances centrales y est précisée, de même que celle des pouvoirs dans les provinces (dont l’Égypte fait alors partie). Ce texte contient cinq grandes parties traduites en français par « titres ». Le quatrième concerne l’administration nationale des Provinces. La séparation des pouvoirs s’y applique de la même manière : « l’évêque diocésain est le Président avec pouvoir exécutif du conseil provincial. Il a pour devoir de veiller à l’exécution des clauses de la Constitution dans la Province »6. D’un autre côté, l’administration des Arméniens est rationalisée à l’échelle de l’Empire, comme on le voit dans l’article 13 du titre II, intitulé « Greffe du Patriarcat ». Cet article prévoit la création d’« un bureau de recensement pour le mouvement civil des nationaux, c’est-à-dire pour les formalités en cas de naissance, mariage ou décès. C’est ce (…) bureau qui, pour les voyageurs, les affaires privées, les naissances, mariages et décès, délivre les pièces et les certificats légalisés ». Les dispositions concernent également les provinces : « L’évêché sera pourvu d’un Greffe provincial où seront déposés les registres du recensement de toutes les paroisses relevant de la circonscription diocésaine. Un registre général du recensement provincial y sera dressé. »7

11Il paraît donc probable que l’administration centrale de Constantinople ait fourni le modèle des nouveaux registres utilisés dès juillet 1864 chez les Arméniens (apostoliques) d’Égypte. En effet, non seulement leur existence répond aux objectifs clairement énoncés dans la Constitution, mais aussi ils contrastent fortement avec l’enregistrement qui existait auparavant.

12Tous les individus, hommes, femmes et enfants, sont donc saisis de manière homogène. Avec une économie de moyens : quelques indicateurs suffisent. D’autres critères, comme la sujétion (hebadagoutioun), terme ancien que les Arméniens continuent à employer pour qualifier la soumission du sujet d’empire alors que la nationalité ottomane est fondée en 1869, seront ajoutés à la toute fin du xixe siècle, ce qui ne doit probablement rien au hasard, dans une période d’émergence de l’identité nationale égyptienne et de début de la formalisation de ce que sera la nationalité.

13Le nouvel enregistrement des individus se démarque radicalement de ce qui existait auparavant. Comment enregistrait-on les individus, comment les identifiait-on en l’absence d’un cadre aussi rigoureux que celui qui s’impose en 1864 ? Les premiers actes que l’on a retrouvés, réguliers et soigneusement tenus, de baptême, mariage et sépulture des Arméniens apostoliques, datent de 1826. Il existait avant cette date une petite communauté arménienne en Égypte, sur laquelle on possède peu de traces. Installée surtout au Caire, elle devient vite minoritaire par rapport aux immigrants venus des terres centrales de l’Empire ottoman qui affluent de 1810 à 1830. Les notables, quasiment tous des immigrants récents, font venir, en 1825, un prélat permanent du Patriarcat de Jérusalem, dont dépendaient les Arméniens d’Égypte, pour administrer les biens que le couvent de Jérusalem possède en Égypte et dispenser les sacrements à la population dont il est dit alors qu’elle a beaucoup augmenté.

Appartenances communautaires et identités collectives

  • 8 Jabartî, 1997. Les remarques mentionnant explicitement les Arméniens apparaissent entre 1812 et 182 (...)

14L’Égypte, province de l’Empire ottoman, reçoit au début du xixe siècle de nombreux immigrants, en nombre suffisant pour que Jabartî8, le célèbre historien et chroniqueur égyptien s’en émeuve :

« À cette époque 1820, le problème du logement devint de plus en plus pénible au Caire, qui devint trop petit pour ses habitants, du fait qu’il y avait beaucoup de maisons en ruines et que les étrangers affluaient, surtout les gens qui n’étaient pas de notre religion. Ce sont eux qui sont maintenant les hommes importants ; ils occupent de hautes positions, ils portent les vêtements qui conviennent aux grands, ils montent les plus beaux mulets et chevaux ; devant eux et derrière eux, marchent des esclaves et des serviteurs qui, le bâton à la main, chassent les gens pour leur frayer le passage. Ils prennent pour épouses des esclaves blanches et des esclaves abyssiniennes. Ils habitent des maisons élevées et somptueuses qu’ils achètent très cher. Certains d’entre eux ont une maison à la ville et une autre sur le bord du Nil pour se délasser. (…) Ces mécréants (kâfir) sont ainsi parvenus, du fait qu’ils occupent les fonctions afférentes aux nouvelles institutions (mises en place par Muhammad ‘Alî) à réduire les musulmans à une condition humiliée : ils ont en effet besoin de secrétaires, d’agents et d’exécutants » (Jabartî, 1997, p. 1477).

  • 9 Testament de Yéghiazar amira (Kardachian, 1986, t. 1, p. 36-37).
  • 10 rûmî c'est-à-dire ici renvoyant à sa provenance géographique, à savoir les terres centrales de l’Em (...)

15Cet extrait, bien que ne nommant pas expressément les Arméniens, fait pourtant penser très précisément à certains d’entre eux, comme Yéghiazar amira : il occupe une haute position -il est ṣarrâf du Trésor personnel de Muhammad ‘Alî-, possède, comme on le découvre dans son testament rédigé en 1827, une maison en ville, dans le quartier franc, et une autre dans le quartier du Vieux-Caire, avec jardin, à proximité du Nil, ainsi que des esclaves abyssiniennes, blanche (plus précisément « géorgienne d’Arménie »)9. D’autres Arméniens semblent évoqués sans qu’ils soient pour autant désignés explicitement comme tels. Il en est ainsi de ce concessionnaire de la douane de Boulaq, que Jabartî qualifie, en 1812, de chrétien du pays de Rûm10 (naṣrânî rûmî). Son nom, Garabed, malgré la déformation –Karâbît- subie lors de sa transcription en arabe sous la plume de Jabartî, le désigne vraisemblablement comme Arménien (Jabartî, 1997, p. 996).

16C’est à partir de 1812 que Jabartî commence à utiliser la dénomination Arménien, tout en n’omettant jamais de l’associer à celle de chrétien comme lorsqu’il évoque les « chrétiens grecs et arméniens » (naṣârâ al-arwâm wal-l-arman) (Jabartî, 1997, p. 997). Cela s’explique sans doute en raison de leur plus grande visibilité, plusieurs d’entre eux faisant partie de l’entourage très proche de Muhammad ‘Alî :

  • 11 mukhâlifîn li-l- milla (Jabartî, 1997, 1477).

« (…) les ennemis de notre religion11, Arméniens et autres chrétiens, qui désormais sont ses familiers, siègent dans ses conseils et sont ses associés dans ses entreprises de négoce ; ce sont eux qui lui donnent des conseils. Or ils n’ont pas d’autre souci ni d’autre étude que de trouver les moyens d’augmenter la faveur dont ils jouissent auprès de leur maître, d’approuver ses desseins, de louer ses inventions » (Jabartî, ibid., p. 1327).

17On le voit, le regard que Jabartî porte sur les Arméniens à partir de cette date est peu amène.

18Il faut dire que c’est en 1812 qu’est instauré le système des monopoles (iḥtikârât), que dénonce Jabartî, système auquel des Arméniens participent activement comme Garabed, évoqué plus haut, qui devient également concessionnaire des bains en 1815.

19En fait, Jabartî reproche aux chrétiens en général et aux Arméniens en particulier d’être sortis, politiquement et socialement, de la condition de dhimmî qui devrait être la leur du fait du traitement de faveur que leur accorde Muhammad ‘Alî, ce qui est par ailleurs également une façon pour lui de critiquer Muhammad ‘Alî. Tout d’abord, ceux-ci sont devenus les conseillers du prince - de surcroît en lui donnant, selon le chroniqueur, de mauvais conseils -, alors que cette fonction devrait revenir traditionnellement, à la classe des ‘ulamâ à laquelle appartient Jabartî. Ensuite, ils affichent leur réussite sociale au lieu de se conduire modestement. Il n’est pas indifférent que Jabartî déplore à plusieurs reprises l’abandon par les chrétiens d’un vêtement distinctif, autre élément d’identification en voie de disparition à l’époque, malgré quelques tentatives de rétablissement qu’il salue, en 1818, sans vraiment y croire : « Que ces mesures seraient bonnes si elles pouvaient durer » (Jabartî, 1997, 1382).

20L’identification systématique par Jabartî des Arméniens aux chrétiens (quand ce n’est pas aux mécréants) prend donc tout son sens. Toutefois, il ne parle pas de manière générale des chrétiens en tant que musulman, mais plus précisément en tant que membre d’une classe particulière, celle des ‘ulamâ, spoliée de ses prérogatives à un moment précis par Muhammad ‘Alî. Comme le fait remarquer Gilbert Delanoue, « un des principaux griefs qu’il formule à l’encontre de Muhammad ‘Alî est de favoriser l’ascension sociale des chrétiens. Il semble qu’il s’agit moins des coptes, communauté indigène que les musulmans égyptiens ont toujours connue, que des Arméniens avec lesquels le Turc qu’est Muhammad ‘Alî est plus habitué à traiter et qui, par la force des choses, bénéficient du renforcement de son régime » (Delanoue, 1982 : livre I, 62). Les Arméniens de leur côté, on s’en douterait, évoquent tout autrement et Muhammad ‘Alî et le sort qui leur est fait en Égypte. Sur sa pierre tombale, Yéghiazar amira fait graver qu’il est « venu en cette ville par la grâce du Prince ». De même, Nubar pacha, dans ses Mémoires, note que « le vrai Mohammed Aly (sic) est celui qui, en Égypte, a renversé toutes ces idées courantes en Orient, toutes ces manières de penser différentes de l’Europe ; qui a fait du chrétien l’égal du musulman » (Nubar pacha, 1983 : 13).

21La façon d’identifier autrui dépend en grande partie du rapport que l’on entretient avec lui. Les relations personnelles en particulier marquent les limites de la catégorisation. C’est ce que révèle l’anecdote suivante racontée par Nubar, et qui le met en scène alors qu’il était tout jeune puisqu’il n’avait que 21 ans. Arménien originaire de Smyrne, Nubar avait été pris en charge, en 1842, à l’âge de dix-sept ans, par son oncle, Boghos Youssoufian, devenu homme de confiance de Muhammad ‘Alî, à la suite de la mort de son père, Meguerditch, qui était aussi un agent du vice-roi. Nubar évoque dans ses Mémoires, donc bien des années après, une conversation avec Ibrahim pacha, fils de Muhammad ‘Alî, alors qu’ils sont sur le chemin du retour d’un voyage en Europe en 1846, voyage pour lequel il a été attaché comme secrétaire à Ibrahim. Ibrahim semble craindre la relation qui sera faite à son père de ce voyage, ce qui rend Nubar perplexe :

« Je n’y comprenais rien, car, en vérité, j’avais beau chercher, je ne trouvais rien dans sa conduite ou dans le langage qu’il avait tenu en Europe qui fût de nature à offenser ou à indisposer son père. » (Nubar pacha, 1983 : 34-35).

« Un soir, Ibrahim me dit : «  Dans deux jours, nous arriverons à Alexandrie, un tel et un tel –il me nomma des personnages attachés au cabinet de son père — t’entreprendront et te demanderont d’une façon plus ou moins directe ce que j’ai fait, vu ou dit en Europe ; c’est pour en informer mon père. »

- « Je ne dirai rien », répondis-je. « Dans ce cas, il est possible que mon père t’interroge lui-même. »- « Mais nous n’avons rien dit de saillant, il me serait difficile de répondre. »

- «  C’est vrai, mais tu ne connais pas encore le vieux lorsqu’il se fâche et qu’il grince des dents. » - « À plus forte raison, je ne dirai rien. »

-«  Oui, tu résisteras, je l’admets ; mais alors il te prendra par les sentiments : n’es-tu pas le neveu de Boghos, le fils de Meguerditch, le frère de Carlo, n’es-tu pas à moi ? Ne m’appartiens-tu pas ? » - Oh ! Dans ce cas, répondis-je naïvement, j’obéirai » (Nubar pacha, 1983, p. 35).

22Cette dernière partie, fictive - car ce n’est pas Muhammad ‘Alî qui parle à Nubar mais Ibrahim qui imagine cet échange - révèle le poids, partagé par l’ensemble des protagonistes, des liens de l’allégeance. Le fait de s’adresser à Nubar en faisant le détour par ses liens de parenté (neveu de, fils de, frère de) avec des hommes tous au service du vice-roi, qui lui doivent donc tout, oblige Nubar en retour, bien plus efficacement que ne le ferait la menace. Il est bien question effectivement de le prendre « par les sentiments ». Le clivage musulman/chrétien n’est pas opératoire ici, pas plus que celui supérieur hiérarchique/subalterne. C’est bien plutôt le lien personnel, « n’es-tu pas à moi ? » qui engage ici l’individu, d’autant que ce lien se trouve renforcé par l’appartenance de l’individu à un groupe familial lui-même entièrement redevable de sa position sociale à Muhammad ‘Alî.

23Le mode d’identification, loin d’être neutre, permet ainsi d’entrer dans les relations complexes que les individus entretiennent entre eux.

24Jabartî désignait les Arméniens comme chrétiens. Mais il ne faisait pas de différences entre eux, non plus d’ailleurs que le recensement de 1846-48, premier recensement mené en Égypte.

  • 12 Archives des Franciscains de la Terre Sainte, paroisse du Mouski.

25Pourtant, les Arméniens vivent, au début du xixe siècle, en deux groupes distincts, Arméniens apostoliques et Arméniens catholiques. Certes, ils se fréquentent dans le monde du travail, notamment auprès de Muhammad ‘Alî, nouent des liens d’amitié, mais ne s’épousent quasiment jamais, comme on le constate dans les registres de mariage des deux communautés jusqu’au début du xxe siècle. Et ce, avant même la reconnaissance du millet catholique en 1831. Les Arméniens catholiques, qui avant cette date dépendaient en théorie des Arméniens apostoliques –c’était le cas, sur un mode très conflictuel parfois, dans les terres centrales de l’Empire ottoman-, se sont placés en Égypte très tôt –on en a des traces dès le début du xviiie siècle- sous l’autorité des catholiques latins et plus exactement des Franciscains de la Terre Sainte qui ont en charge les catholiques orientaux. Ils se font baptiser, se marient à l’église latine et sont enterrés au cimetière latin12. À partir de 1832, ils se dotent d’institutions et de bâtiments qui leur sont propres.

  • 13 « Registre de mariage de la nation des Arméniens orthodoxes », ce qui est un usage ancien pour qual (...)

26On ne doit donc pas s’étonner que les chrétiens perçoivent, mieux que ne le font les musulmans, les différences entre les rites. La distinction principale apparaît entre catholiques et « orthodoxes ». Leurs façons de se désigner révèlent les antagonismes. Les Arméniens catholiques, qui s’appellent de manière officielle sur leurs registres, au cours du xixe siècle, « Arméniens orthodoxes » (madian besagui azki hayots oughaparats)13, nomment les Arméniens apostoliques Arméniens d’Etchmiadzine (haï etchmiadzagan), voire parfois Arméniens hérétiques (haï hérétigos, en 1865). Dans le premier cas, l’identification est relativement neutre puisque le Siège principal de la spiritualité arménienne apostolique se trouve effectivement à Etchmiadzine ; dans l’autre cas, le point de vue est nettement celui d’une Église qui non seulement n’est pas « du même bord », mais surtout qui se considère comme dépositaire de la vraie foi. Cela n’empêche pas des Arméniens catholiques de donner un parrain arménien apostolique à leur enfant, ce qui ne semble pas poser problème à l’Eglise, ni même d’avoir recours à un témoin de mariage arménien apostolique. De leur côté, les Arméniens apostoliques, qui se désignent dans les documents qu’ils produisent comme Arméniens sans autre adjonction de terme, qualifient les Arméniens catholiques tantôt de romains (hromeagan), le plus souvent de catholiques (katolik). La première appellation renvoie généralement à un contexte où le registre de langue est plus soutenu, tandis que la seconde se rencontre dans les documents plus courants comme les registres de baptême, mariage et sépulture avant 1864.

27Et ce ne sont pas seulement les différences entre eux que les Arméniens savent précisément identifier, mais celles qui existent à l’intérieur de l’ensemble des chrétiens. Cette connaissance s’avère déterminante, en particulier pour contracter des alliances matrimoniales. On s’aperçoit, en effet, à la lecture des registres des différentes communautés, que pendant tout le xixe siècle le rite est beaucoup plus important que l’appartenance « ethnique ». Ainsi les Arméniens catholiques contractent-ils des alliances avec des maronites (littéralement « de nation maronite », azkav maroni), des grecques catholiques (hoyn katolik), les Arméniens apostoliques épousent des coptes (khepti ou i khepti azké), des grecques orthodoxes, des syriaques. Il existe ainsi une forme de parallélisme dans le comportement de chacun des deux groupes. Le seul point commun aux deux communautés arméniennes, que l’on pourrait étendre aux autres communautés, comme en témoignent les archives des Latins, est le mariage ou le concubinage avec des esclaves, qui apparaissent donc comme religieusement « neutres », sans aucun doute du fait de leur statut.

  • 14 Ce nom lui vient peut-être de la rue qu’il habite, Amin Kiachif, dont les Khiṭaṭ de ‘Ali pacha Muba (...)

28Toutefois, l’identification ne vient pas que de l’extérieur, de l’autre. Les Arméniens d’Égypte, au tout début du xixe, sont dans leur grande majorité des migrants (80%) qui parlent le turc ou l’arménien, très peu l’arabe (à part les Arméniens nés en Égypte). Les migrants s’adaptent à leur environnement et en quelque sorte se traduisent. On l’apprend toujours un peu par hasard : en effet, il faut que ce soit inscrit pour que l’on en prenne connaissance. En 1843, le registre des Arméniens apostoliques du Caire note le décès de « Haroutioun Kurd oghlou dont le surnom (maganoun) est Ibrahim ». Plus que de surnom, on pourrait parler ici de nom d’usage. De même, en 1864, on apprend que « Monsieur Simeon, originaire de Tokat, qui est Emin Kiachif, est mort à l’âge d’environ 90 ans ». Ce n’est que lors de son décès qu’il « retrouve » son nom de naissance, Siméon, car tous les actes le concernant dans les registres avant cette date le mentionnent par son nom d’usage, Emin Kiachif14, qui sonne effectivement plus arabe. Une quarantaine d’années plus tard, en 1906, un Arménien se présente de la manière suivante, dans une copie en français de son testament : « Ceci est mon testament. Au nom de Dieu tout puissant, je soussigné Grégoire d’Elie connu chez les indigènes sous le nom de Karkour Eghia et chez les Arméniens de Krikor Yeghiayan … ».

29La présentation de soi est donc loin d’être figée, elle s’adapte à l’interlocuteur, elle intériorise en quelque sorte son code, sa langue, et ce, dès l’énoncé d’un élément aussi simple que le nom.

30C’est la même démarche, inversée toutefois, qui conduit les Arméniens à traduire les lieux dans lesquels ils vivent, ce qui est une forme d’appropriation du nouvel espace dans lequel ces immigrants se trouvent plongés : le quartier du Vieux-Caire (miṣr al qadîma), dans lequel se trouve leur cimetière et où quelques Arméniens sont installés, est toujours traduit en turc, esgui meser, écrit en caractères arméniens, dans les registres. Ce qui, au passage, montre la très grande pratique du turc parmi les immigrants arméniens du début du xixe siècle. De même, la rue où se trouve l’église arménienne, Ḥârat Zuwayla, se transforme-t-elle dans leurs documents en haret zevélé, les Arméniens écrivant (et prononçant) v le wâw égyptien, comme les Turcs.

L’enregistrement des individus

31Dans l’Égypte du début du xixe siècle, et encore au début du xxe siècle, la communauté arménienne apostolique (et son administration) demeure l’instance de validation de l’identité des personnes qui en dépendent et d’authentification des actes qui les concernent, que ceux-ci soient directement religieux (baptêmes, mariages, sépultures) ou notariaux (testaments). Si les affaires courantes sont prises en charge par des greffiers, ce qui dénote la présence d’un embryon d’administration, dans le cas d’affaires plus importantes comme l’authentification d’actes testamentaires, c’est au plus haut niveau que la communauté s’engage. Lorsque le plus grand notable arménien du début du xixe siècle, Yéghiazar amira, rédige son testament, en 1827, le prélat des Arméniens d’Égypte confirme, sur le document, l’identité du testateur ainsi que la véracité de son acte. Il est assisté, pour ce faire, de quatre notables de la communauté des Arméniens apostoliques, qui certifient également être témoins de l’acte. Tous signent et apposent leurs sceaux. L’enjeu, financier en particulier, est de taille puisque de fortes sommes d’argent doivent échoir à des institutions ou des personnes arméniennes situées dans plusieurs villes de l’empire ottoman. Il faut donc que l’administration en Égypte ne puisse pas contester l’authenticité du document.

32On l’a dit plus haut, dès le début du xixe siècle, les Arméniens constituent deux communautés, Arméniens apostoliques et Arméniens catholiques, avant même la reconnaissance officielle par l’empire ottoman du millet catholique en 1831. Chaque communauté administre ses fidèles, et il arrive qu’elle se désigne comme une entité par un « nous » générique, par exemple quand elle paie pour enterrer un immigrant sans ressources (« nous avons payé », mek devak) ou quand elle désigne le scribe de l’Église par la formule suivante : notre secrétaire (mèr kiateb).

  • 15 Les Arméniens catholiques conservent également leurs archives au Caire, au Patriarcat arménien cath (...)

33Ce sont les archives des Arméniens apostoliques qui sont principalement examinées ici. Bien plus nombreux que les Arméniens catholiques15, les Arméniens apostoliques mettent sur pied un enregistrement soigné des personnes à partir de 1826, probablement sous l’impulsion d’un prélat venu de Jérusalem, Guiragos Menatsaganian. En effet ce qui reste de l’administration avant cette date, quelques feuillets pour l’année 1825, révèle un enregistrement très sommaire. Ce sont les notables d’Égypte, et en particulier Yéghiazar amira, évoqué plus haut, qui demandent l’envoi d’un prélat permanent de Jérusalem.

  • 16 On peut même s’étonner de la poursuite de l’enregistrement des décès, en plein pic de l’épidémie, e (...)

34À partir de 1826, les individus sont donc plus souvent et mieux décrits. Et l’on constate, malgré l’absence de procédure uniforme et fixe d’identification pour les individus, malgré l’absence d’un cadre rigoureux, une forme de régularité. Le modèle mis en place survit au départ du prélat Guiragos en février 1835 et reste en usage jusqu’en 1864. Avec trois années de flottement cependant, de 1836 à 1838, que l’on peut imputer à l’épidémie de peste, très dévastatrice, qui survient en 1835, deux mois après le départ du prélat16.

35L’inscription des baptêmes est distinguée de celle des mariages et des sépultures, quoique tous soient rassemblés dans un même registre. Le scribe va à la ligne pour chaque nouvelle personne.

36Les individus sont appréhendés par plusieurs critères, variables selon les personnes, qui, combinés, permettent d’identifier chacun sans risque d’erreur, du moins est-ce sans doute l’objectif visé. Ces différents éléments se présentent sous la forme d’un énoncé plus ou moins long. Il n’existe pas de rubriques séparées.

37Le premier de ces critères est le (pré)nom, généralement de baptême encore qu’il puisse s’agir d’un nom d’usage comme on l’a vu plus haut avec l’exemple d’Emin Kiachef. Certains prénoms, plus courants que d’autres (par exemple Hagop, Garabed, Boghos, Bedros), appellent impérativement un complément d’information pour que l’on ne confonde pas les individus les uns avec les autres. D’autres sont suffisamment rares pour permettre un énoncé plus court. La plupart des prénoms sont tirés de la Bible, et sont traduits en arménien. Le nom est un élément central de l’identification. Très peu d’individus en sont privés.

38Il existe alors peu de noms qui pourraient s’apparenter à des noms de famille. Quand c’est le cas, ils se présentent avec des terminaisons changeantes, y compris les mêmes années d’enregistrement : terminaison arménienne en –ian, turque en –oghlou et persane en –zadé (voire même russe en –of, pour des Arméniens de Smyrne possédant généralement la sujétion autrichienne !), les trois types étant alors utilisées dans l’Empire ottoman. Ainsi en 1826, lors de son (deuxième) mariage, le bijoutier Meguerditch est appelé Papaz oghlou. Dans l’acte de décès de sa fille, en 1830, il est mentionné comme étant Meguerditch Papaz zadé et il retrouve le nom de Papaz oghlou en 1831, année de choléra, au cours de laquelle il décède ainsi que deux de ses enfants, tous les trois entre le 11 et le 14 août. De même, Krikor agha est tantôt appelé Bilezigdji oghlou (en 1826, 1827, 1829, 1831), tantôt Bilezigdjian (en 1830). Ces patronymes, formés sur le nom du père, son métier, son origine géographique ou sur tout autre élément qui servait à le désigner, sont portés par un individu ou sa fratrie, horizontalement, et ne se transmettent pas à la descendance.

  • 17 L’hospice communautaire est tantôt désigné en arménien, hivantanots, tantôt en turc, ispitalia ou i (...)

39À ce nom de baptême ou nom d’usage s’ajoute quasiment toujours, pour les migrants, un nom de relation formé par le nom du village ou de la ville d’origine terminé par une désinence en –tsi (de Van, vanétsi, de Constantinople, bolsetsi, de Agn, aguentsi). Dans la première décennie de l’enregistrement, ce sont environ 80% des adultes qui portent un tel nom d’origine. Il ne se transmet pas. Quand un enfant naît en Égypte, il ne porte jamais le nom de relation de son père, sauf sous la forme : fille ou fils de un tel originaire de (comme le montre cet acte de baptême de 1826 : Serpouhi, fille de mahdési Hagop de Jérusalem). Quelques villes d’origine sont indiquées en arménien ou en turc et parfois indifféremment dans les deux langues : c’est le cas par exemple pour Garin (garnétsi)/Erzéroum (erzéroumtsi), Paghech (paghéchétsi)/Bitlis (bitlistsi). En plus de l’origine géographique, on trouve parfois mentionné le qualificatif d’étranger (gharib, kharib) -ici dans le sens d’immigrant- qui renvoie presque toujours à une migration récente, souvent d’une personne sans ressources, dont on constate qu’elle est hébergée soit à l’hospice communautaire17, soit chez un compatriote. Il arrive même que l’on ne connaisse pas son nom alors que l’on connaît son origine géographique, ce qui montre l’importance que les individus accordent, en période d’immigration, à l’origine géographique. Le registre de décès signale ainsi, en 1846, que « quelqu’un qui est un immigrant originaire d’Arapkir est mort à l’hospice » (isbitarian arapkertsi kharib vomen hankiav) et qu’un immigrant originaire de Malatia est mort dans la maison du tailleur Garo (malatiatsi kharib(n) terzi Garo-in doun mérav). Il arrive également, plus rarement, que la migration en cours soit signalée : à l’occasion du décès, à l’âge de vingt ans, du beau-frère (anertsag) de Sahag, originaire de Van, on apprend qu’il était nouvellement venu de Constantinople (bolso nor egn). Pour les Arméniens nés en Égypte, adultes au moment de l’enregistrement, le scribe indique parfois la mention égyptien (yekibdatsi, bélédi ou mesertsi). Mais ce n’est pas systématique.

40Le métier est très fréquemment indiqué. Il est vrai que les hommes adultes exercent quasiment tous une profession. La mention des infirmités, de la maladie -on trouve des aveugles (gouïr), des manchots (tcholak), des gens à qui il manque un doigt (parmakseuz), etc.- montrent que les individus sont très vulnérables, qu’ils peuvent en effet ne plus être aptes à travailler, ce qui justifie en partie la subvention qu’ils reçoivent de la communauté, également notée. On constate une très grande diversité de métiers, écrits en turc à l’exception de quelques-uns (liés aux fonctions religieuses ou bien le métier d’orfèvre). Trois métiers, que l’on pourrait d’ailleurs qualifier de métiers de minoritaires à l’époque, apparaissent prépondérants : ceux de tailleur (terzi), de changeur de monnaies (sarraf) qui recouvre en fait des réalités très variées, liées à la manipulation de l’argent, et d’orfèvre (vosgueritch).

  • 18 Ce titre est dérivé de muqqaddas, saint, nom donné à Jérusalem (Kaufhold, 1991).
  • 19 En 1827, par exemple, l’un des témoins du testament de Yéghiazar amira signe « Hampartsoum hadji Kr (...)

41Le pèlerinage effectué à Jérusalem est exprimé par un titre que porte l’individu, toujours placé devant son prénom, celui de mahdési18. On trouve quelques occurrences, rares cependant, du terme hadji19. Le titre de mahdési ne se confond pas avec l’origine géographique de Jérusalem qui est indiquée sous la forme yerousaghematsi, comme on l’a vu plus haut avec l’exemple de mahdési Hagop de Jérusalem (yérousaghématsi mahdési Hagop).

42D’autres éléments personnels peuvent être notés, comme les surnoms, en turc (topal, boîteux), en arménien (zevzeg, frivole, gardj, court, de petite taille) et parfois en arabe (abiat Youssef) nés d’une caractéristique physique ou d’un trait de caractère ou encore des mentions qui concernent la vieillesse (barav, réservé aux femmes, dzérouni), le jeune âge (yéridasart hasagui).

43Pour ceux qui n’habitent pas le quartier proche de l’église arménienne, situé au nord du quartier juif, à proximité du quartier franc, la mention du quartier est indiquée. C’est le cas pour les Arméniens qui vivent à Boulaq et dans le quartier du Vieux-Caire, deux quartiers excentrés par rapport au « quartier » arménien mais à forte activité commerciale, Boulaq étant le port du Caire lié aux activités avec Rosette puis Alexandrie par la suite, tandis que celui du Vieux-Caire l’est à celles avec la Haute-Égypte. Concernant la localisation, certains éléments plus précis encore sont fournis comme l’hébergement à l’hospice communautaire, on l’a vu plus haut, ou la résidence, pour les individus célibataires plutôt, dans une wakâla. L’une d’entre elles en particulier, la wakâlat al-Silâḥdâr, est fréquemment nommée, sous la transcription vékialèt Silihdar.

44Mais l’individu n’est pas seulement identifié par ces éléments qui lui appartiennent en propre. Il l’est aussi par ses relations avec son entourage familial ou professionnel. Les liens de parenté sont toujours notés, en arménien, avec une grande précision, et rapportés à un chef de famille ou de maisonnée dont on est alors frère, sœur, père, mère, beau-frère, belle-sœur, bru, gendre, nièce, etc. De même, le fait de prendre la peine de noter, lors du décès de quelqu’un, son emploi au service d’un tiers, nécessairement plus élevé sur le plan social, à l’intérieur de la communauté (en 1833, « mahdési Sahag originaire de Agn serviteur de mahdési Aleksan agha ») ou à l’extérieur de celle-ci (en 1832, « Monsieur Krikor qui était autrefois le cellérier d’Ibrahim pacha ») témoigne qu’une partie du prestige de l’employeur rejaillissait sur l’employé. En même temps qu’il permet de constater, à l’intérieur de la communauté, la force de l’origine géographique et les liens qu’elle entraîne. Mahdési Sahag, évoqué plus haut, était originaire de Agn, tout comme mahdési Aleksan agha. Il avait même été autrefois employé chez l’oncle d’Aleksan, Yéghiazar amira, lui-même originaire de Agn.

45La titulature d’usage permet également de saisir la place que l’individu occupe sur une scène sociale bien particulière, celle de la communauté ; et, en même temps, de remonter à l’origine du prestige ou d’une forme d’exclusion. Le titre d’agha désigne plutôt quelqu’un d’aisé dont la fortune provient d’un métier lié à la finance ou au commerce, tandis que celui d’efendi renvoie à une profession dans l’administration, parfois dans la haute administration. Le titre de baron (monsieur) semble plus neutre et renvoyer à une considération sociale plus générale. Certains sont qualifiés de pauvres (aghkad), tel Hovhannès originaire de Van (vantsi aghkad Hovhannès), qui meurt en octobre 1827, voire même d’assistés (denangtsial) quand ils sont aidés financièrement par la communauté. Ce qui ne les empêche pas nécessairement d’être appelés Monsieur, comme ce Monsieur Zadig (aghkad baron Zadig) qui meurt en octobre 1830. On constate à travers l’identification des individus, à l’intérieur de la communauté, une forte valorisation de la position sociale, obtenue en général, mais pas seulement, par des fonctions à l’extérieur de la communauté. Les notables à la tête de la communauté à cette période -Yeghiazar amira, Boghos bey Youssouf(ian) ou Garabed agha Kalousd(ian)- exercent tous des fonctions éminentes auprès de Muhammad ‘Alî puis de ses successeurs. Par leur rôle hors du groupe, ils constituent également une protection pour le groupe tout entier.

46L’enregistrement des individus, s’il fourmille d’informations, n’est cependant pas toujours égal. Certaines années sont moins bien rédigées que d’autres, les énoncés de longueur variable. De plus, l’absence de nom de famille ne permet pas toujours de reconstituer des généalogies fiables. Malgré les efforts des scribes qui multiplient les éléments d’identification, il n’est pas toujours possible non plus d’attribuer tel acte à telle personne précise, notamment dans les cas d’homonymie. La procédure d’identification peut également opérer des raccourcis dans la filiation, comme dans l’énoncé suivant « le petit-fils de Ebirchoumdji Hovhannès est mort le 17 août 1833 ». Il est possible qu’il s’agisse du même enfant que celui qui avait été baptisé en mars 1832 sous le nom de Zanazan, toujours d’après son lien avec son grand-père. Mais comme son père n’est jamais nommé, il est impossible de le situer dans une lignée complète. Et on ne sait pourquoi le père n’est jamais nommé : est-il mort ? parti travailler ailleurs ? malade ? De même, les individus ne sont pas toujours désignés de la même façon. S’il semble évident que le bijoutier Yenovk, chantre à l’église, qui se marie en 1827, est la même personne que le sertisseur Yenok dont il est question en 1855, lors du baptême de son petit-fils, il n’est pas toujours aussi aisé de trancher.

  • 20 Il s’agit de la même personne.

47Enfin, trois catégories de personnes avant cette date ne bénéficient pas d’un traitement aussi exhaustif que les hommes : les femmes, les enfants et les étrangers au groupe. Si elles sont bien inscrites dans les registres à l’occasion d’un fait relatif à leur personne –baptême, mariage, décès- la procédure d’identification les saisit indirectement, par leur lien à un homme, et c’est alors l’homme auquel elles se rapportent qui est décrit. C’est ce que montre par exemple l’acte de décès, en 1833, de la « fille de Fesdek et femme de mahdési Avedis d’Andrinople »20. Il arrive très souvent que les femmes ne soient pas nommées, comme on le voit dans l’exemple précédent, alors que c’était très rare pour les hommes. Même lors de leur mariage, elles ne sont généralement ni décrites ni nommées. Et quand elles le sont plus ou mieux, c’est souvent parce qu’elles sont liées à un notable (comme le montre l’acte de décès en août 1829 de mahdési Yéva khatoun mère de mahdési Mikael agha) ou qu’elles sont seules (décès en 1830 de « mahdési Mariam, vieille et aveugle, originaire de Jérusalem »). On connaît donc beaucoup moins de choses à leur égard. Il est étonnant de voir mentionner qu’elles sont mortes en couches comme c’est le cas, en 1833, pour la femme du tailleur Papel, alors que ce n’était probablement pas une cause rare de mortalité. On remarque cependant, malgré la rareté des informations les concernant, qu’elles effectuent également le pèlerinage à Jérusalem, qu’elles portent des titres honorifiques spécifiques comme ceux de khatoun ou doudou, souvent en lien avec la situation sociale de leur père ou époux.

48L’enregistrement des enfants, lors de leur baptême ou décès, apparaît lui aussi moins riche d’informations que celui des hommes. Tout d’abord, les enfants ne sont jamais rapportés à leurs deux parents mais à leur seul père, comme sur le modèle suivant, en 1828,  du baptême des « deux filles jumelles de Zadig, Héghiné et Dirouhi ». On note un certain nombre de pratiques, comme l’adoption, importante, présente par la mention enfant adopté (vortékir), ou l’illégitimité (aborinavor, en 1826), présente une seule fois, bien que dans ce cas, l’absence de la mention ne signifie pas l’absence de la pratique. C’est peut-être sous une autre forme qu’on peut la lire, comme on le verra plus bas. Toutefois, contrairement aux femmes, les enfants sont presque toujours nommés, même les filles.

49Les étrangers (à la communauté) sont, quant à eux, désignés également de façon sommaire, par leur « nation », comme on l’a vu pour les Arméniens quand ils étaient perçus de l’extérieur. On trouve surtout des Coptes, des Grecques (i khepti azké, i hoyn azké) car les étrangers sont, de fait, presque toujours des étrangères. Les femmes semblent plutôt se marier dans la communauté de leur mari. La mention d’un mariage, comme ce mariage d’une Arménienne avec un « capitaine franc », est rare. Les étrangères présentes dans les registres permettent d’établir avec qui les Arméniens contractent des alliances matrimoniales. Et c’est alors que l’on constate l’importance du rite : les Arméniens apostoliques choisissant des orthodoxes, coptes, grecques en majorité tandis que les Arméniens catholiques épousent des coptes catholiques, des grecques catholiques ou des maronites.

  • 21 Qu’on retrouve à l’identique, mais dans des langues différentes, aussi bien chez Jabartî que dans l (...)

50Parmi ces étrangers au groupe se trouvent aussi les esclaves, très majoritairement des femmes, distinguées selon les catégories en usage à l’époque21 : noires (sèv), abyssiniennes (habech) ou blanches, plus rares, comme cette esclave « géorgienne d’Arménie » que Yéghiazar amira désigne par son nom, Gul Fedan, dans son testament, et qu’il lègue à ses héritiers alors que les autres sont libres de quitter la maison après sa mort. Les esclaves font partie de la domesticité, comme on le voit dans le recensement de 1846, mais constituent aussi un vivier d’épouses et de concubines. La pratique du concubinage est assez courante au début du xixe siècle, et elle est loin de ne concerner que les seuls Arméniens apostoliques, comme le montrent les archives catholiques des Franciscains de la Terre sainte ou celles des Arméniens catholiques à partir de 1832. Seule l’appellation change, tantôt en latin, tantôt en arménien ou en turc ottoman. Le statut de l’esclave pose problème. Plusieurs esclaves sont baptisées, mais pas toutes, la plupart sont inscrites dans les registres de sépulture, ce qui semblerait indiquer qu’elles sont enterrées au cimetière arménien. Ce qui pose la question de leur « neutralité » religieuse ou communautaire, déjà évoquée plus haut. L’origine servile de la mère ainsi que l’absence de mariage entre les parents entraînent parfois pour les enfants une forme de stigmatisation qui se lit précisément dans la dénomination qui sert à les identifier. Le fils de Haroutioun, frère de Garabed agha de Van, est appelé fils « abyssin » de Haroutioun, lors de son décès en avril 1835, en pleine période de peste. Il n’est pas le seul. Cependant, les enfants ainsi qualifiés portent le plus souvent des prénoms arméniens, quand ces prénoms sont indiqués, ce qui pourrait passer, au contraire, pour une forme d’intégration.

Conclusion

51Le processus d’élaboration de l’identité des individus, chez les Arméniens d’Égypte au xixe siècle, fait émerger dans les registres du dernier tiers du siècle un individu moderne, dépris du foisonnement de relations dans lequel il apparaissait avant que la rationalisation ne se mette en marche, dans lequel il continue probablement à vivre mais qui désormais nous échappe — si nous exceptons une unique rubrique fourre-tout, intitulée « Remarque », conçue pour recevoir ce qui excède les catégories administratives dans lesquelles on tente de contenir la vie d’un individu. Tout ce qui permettait d’avoir accès aux pratiques religieuses, comme le pèlerinage à Jérusalem, aux interactions entre les individus grâce aux surnoms, aux titres d’usage, aux liens de parenté, aux relations de travail, disparaît brutalement. Même la langue devient plus « policée » : là où les rubriques étaient rédigées dans un arménien auquel se mêlaient des mots turcs, selon la nature des informations rapportées, tout devient uniformisé, dans un arménien plus soutenu. Cela ne signifie pas que les habitudes langagières, que les relations sociales, aient disparu du jour au lendemain, mais simplement que l’accès en est coupé. Il arrive cependant que ces interactions survivent dans les mots, comme tel ou tel nom de famille hérité d’un surnom ou d’une origine géographique.

52Bref, l’individu est saisi pour lui-même, mis à distance de sa communauté de vie. Et c’est comme si l’appartenance à la microsociété arménienne se concentrait désormais tout entière dans la terminaison du nom en –ian.

Haut de page

Bibliographie

Delanoue Gilbert, 1982, Politiques et moralistes musulmans dans l’Égypte du xixe siècle (1798-1882), Le Caire, IFAO.

Feydit Frédéric, 1969, Manuel de langue arménienne, Arménien occidental et moderne, Paris, Klincksieck.

Jabartî ʿAbd Al-Raḥmân al-, 1997, ‘Ajâ-îb al-âthâr fî al-tarâjim wa-l-akhbâr, nouvelle édition préparée par ʿAbd al-ʿAzîz Gamâl al-dîn, Madbûlî, Le Caire, 5 volumes.

Kardachian, 1986, Notes pour l’histoire des Arméniens d’Égypte, tome 2, Venise.

Kaufhold Hubert, 1991/75, « Der Ehrentitel « Jerusalempilger », Oriens Christianus, Wiesbaden, Harrassowitz, p. 44-61.

Mubârak Alî pacha, 1982, Al-Khiṭaṭ al-tawfîqîyya al-jadîda li-miṣr al-qâhira.

Nubar pacha, 1983, Mémoires, introduction et notes de Mirrit Boutros Ghali, Beyrouth, Librairie du Liban.

Ter Minassian Anahit, 1982, « L’Arménie et l’éveil des nationalités (1800-1914) » in Gérard Dédéyan (dir.), Histoire des Arméniens, Toulouse, Privat.

Haut de page

Notes

1 Les archives centrales des Arméniens se trouvent à la prélature des Arméniens d’Égypte, située au Caire. Les registres des baptêmes, mariages et décès des Arméniens d’Alexandrie sont toutefois demeurés à Alexandrie.

2 Leurs archives, conservées au Patriarcat catholique du Caire, ne sont plus accessibles depuis plusieurs années.

3 Anahit Ter Minassian n’hésite pas à parler d’une « véritable lutte des classes » dont elle expose la genèse et les mécanismes (1982, p. 453-455).

4 La classe financière de l’empire ottoman, en grande partie arménienne au xixe siècle, et, de ce fait même, l’élite dirigeante des Arméniens.

5 Constitution de la nation arménienne, copie en français, s.d, s.e, p. 15.

6 Constitution, ibid., article 94, p. 41

7 Constitution, ibid., article 96, p. 42

8 Jabartî, 1997. Les remarques mentionnant explicitement les Arméniens apparaissent entre 1812 et 1821, date finale de la chronique. Jabartî meurt quelques années après, fin 1824 / début 1825.

9 Testament de Yéghiazar amira (Kardachian, 1986, t. 1, p. 36-37).

10 rûmî c'est-à-dire ici renvoyant à sa provenance géographique, à savoir les terres centrales de l’Empire.

11 mukhâlifîn li-l- milla (Jabartî, 1997, 1477).

12 Archives des Franciscains de la Terre Sainte, paroisse du Mouski.

13 « Registre de mariage de la nation des Arméniens orthodoxes », ce qui est un usage ancien pour qualifier les fidèles, membres de l’Église catholique. Il tombe progressivement en désuétude au profit du terme catholique.

14 Ce nom lui vient peut-être de la rue qu’il habite, Amin Kiachif, dont les Khiṭaṭ de ‘Ali pacha Mubarak signalent qu’elle donne dans le quartier de Ḥârat Zuwayla où vit la majeure partie des Arméniens (Mubârak, 1982 : 72).

15 Les Arméniens catholiques conservent également leurs archives au Caire, au Patriarcat arménien catholique mais, depuis quelques années, elles ne sont plus consultables. Elles révèlent un souci, dès le début du XIXe, d’un niveau de langue soutenu ainsi que d’une notation précise des actes religieux. Ce qui s’explique peut-être par un niveau de formation du clergé plus élevé que dans l’Église apostolique à la même époque.

16 On peut même s’étonner de la poursuite de l’enregistrement des décès, en plein pic de l’épidémie, en avril 1835.

17 L’hospice communautaire est tantôt désigné en arménien, hivantanots, tantôt en turc, ispitalia ou isbitarian, d’après la transcription en caractères arméniens, terme dont l’origine apparaît clairement italienne mais qui fait partie du vocabulaire des dictionnaires turcs de l’époque comme celui de D. Kélékian et dont il est dit qu’il s’emploie pour désigner les hôpitaux des communautés non-musulmanes, p. 74 de la version de 1911.

18 Ce titre est dérivé de muqqaddas, saint, nom donné à Jérusalem (Kaufhold, 1991).

19 En 1827, par exemple, l’un des témoins du testament de Yéghiazar amira signe « Hampartsoum hadji Krikori ».

20 Il s’agit de la même personne.

21 Qu’on retrouve à l’identique, mais dans des langues différentes, aussi bien chez Jabartî que dans les archives des Arméniens catholiques, ou celles des Franciscains de la Terre Sainte, qui s’occupent des catholiques orientaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Kazazian, « Les Arméniens en Égypte au xixe siècle, identité et enregistrement », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/6617

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page