Navigation – Plan du site
Lectures

Maasri Zeina, Off the Wall, Political posters of the Lebanese Civil War, Londres, New York, IB Tauris, 2009, 137 p. (Avant-propos de Fawaz Trabulsi)(traduction arabe sous le titre : Malâmih a-nizâ‘, al-Mulsaq al-Siyâsî, fî al-Harb al-Ahliyya al-Lubnâniyya, Dâr al-Furât, Beyrouth, 2009)

Elisabeth Longuenesse

Texte intégral

1Le livre de Zeina Maasri, enseignante d’art graphique à l’Université américaine de Beyrouth, nous propose une façon originale et novatrice d’aborder le travail de mémoire sur la guerre civile libanaise, encore à peine amorcé. Elle le fait en effet à travers la publication et le décryptage de 150 affiches politiques réalisées par les partis et groupes combattants durant la période de la guerre.

2C’est en découvrant dans les archives de son université une collection d’affiches couvrant la période 1960-1980 que lui en est venue l’idée. Elle s’est alors attelée à compléter cette collection en s’adressant directement aux partis politiques, ce qui lui a permis de constituer un corpus de 500 affiches, qu’elle a digitalisées, et dont elle a extrait les 150 qu’elle publie et analyse dans ce livre. Elle a ensuite complété son matériau par des entretiens auprès des auteurs d’un certain nombre d’entre elles, et des responsables des sections d’information des partis. L’intérêt de ce petit livre est donc autant dans la publication d’un ensemble d’affiches tout à fait remarquable, formidable illustration de la guerre civile, de la façon dont elle a été mise en images par les parties en conflit, de la façon dont celles-ci ont utilisé l’image comme instrument dans leur lutte, que dans le travail de décryptage, d’interprétation d’analyse qu’elle propose.

3Après une longue et riche introduction théorique, un rappel des évènements est illustré par une première série d’affiches, présentée selon un double classement à la fois chronologique et politique. Un premier chapitre s’attache ensuite à définir et situer les genres esthétiques et les auteurs dans leur contexte. Il est suivi de quatre chapitres thématiques sur le leadership, la commémoration, le martyre, l’appartenance.

4Si elle est aussi cela, l’affiche politique ne peut être réduite à un simple outil de « propagande », qui verrait un discours hégémonique d’État, confronté à un contre-discours d’opposants revendiquant la vérité de leur lutte. La frontière entre dominants et dominés est d’autant moins nette au Liban, que le système politique est lui-même structuré en factions rivales, qui se sont déchirées dans la guerre. Il faut donc repenser la notion de propagande, penser l’affiche comme un « site symbolique de lutte », revoir les concepts permettant de rendre compte de ce que nous disent les affiches. Zeina Maasri propose de penser le processus de communication qui passe par l’image d’abord comme production et circulation de sens concurrents, dans une lutte de pouvoir. Le message n’est ni transparent, ni linéaire. Sont en jeu un langage, des représentations, des systèmes de croyance. À la suite de Stuart Hall (1980), elle adopte un modèle d’analyse en terme de codage et décodage, qui permet de prendre en compte les luttes autour de la production de discours, entre discours hégémonique et discours dominé, et la négociation autour de l’interprétation, du travail de décodage et de sa légitimité. Chaque société, chaque groupe a son propre régime de vérité, qu’il cherche à faire prévaloir. Dans le cas du Liban, on est en présence d’une multiplicité de discours légitimes, de formations hégémoniques, ayant leur propre régime de vérité. On peut ainsi concevoir une pluralité de positions vis à vis du discours des affiches en comparant les affiches et les discours en compétition, et dégager les articulations hégémoniques des différentes communautés.

5Cette pluralité, l’absence d’un centre hégémonique, expliquent la diversité des styles, la fragmentation esthétique qui caractérise le corpus et souligne le lien entre code et message, entre forme et contenu. L’engagement des artistes à gauche et au côté de la résistance palestinienne, se lit dans l’originalité et la qualité d’un grand nombre de ces affiches, surtout dans les premières années de la guerre. Ayant précédemment travaillé dans l’édition, quelques-uns introduisent les règles de l’art graphique. On retrouve aussi l’influence, à gauche, de thématiques issues des mouvements de solidarité internationale, de Cuba et de la Tricontinentale, tandis qu’un autre courant s’inspire de la satire politique, tant au sein du Mouvement national que chez les Phalangistes. Enfin un imaginaire politico-religieux s’épanouira avec les affiches honorant les martyrs, particulièrement chez le Hezbollah.

6L’auteur dégage quatre thématiques phares de son corpus. D’abord l’image du leader, qu’elle repère dans plus du tiers des affiches étudiées. Trois figures dominent largement le lot : celles de Kamal Joumblatt, icône d’une gauche humaniste en même temps que chef féodal, de Bachir Gemayyel, idole d’une jeune génération de chrétiens combattants, et de Moussa Sadr, leader charismatique du peuple chiite, fondateur du mouvement Amal, dont la précoce et mystérieuse disparition a sans doute accentué l’image de douceur et de miséricorde. Tous trois sont des figures de leaders assassinés ou disparus, dont le message, de paix ou de lutte, demeure vivant. Il est remarquable que seuls les sunnites n'aient pas de figure comparable : cela s’explique sans doute par leur faible participation à la guerre civile, guerre de montagnards et de néo urbains, si l’on en croit les analyses de Nabil Beyhum (1995). L’espace de l’héroïsme communautaire sunnite serait, nous suggère-t-elle, occupé par la figure de Nasser. Les sunnites auraient-ils gagné leur figure de guide depuis l’assassinat de Hariri, en 2005 ? Peut-être, mais le temps de l’affiche comme arme de lutte est fini.

7À travers le thème de la commémoration, l’auteure « décode » le sens d’un événement, qui s’inverse ou se transforme d’un camp à l’autre. Tel ce 13 avril, où l’attaque d’un bus palestinien par les Phalangistes est généralement considéré comme le déclenchement de la guerre, début de la libération pour les uns, jour noir pour les autres, mais curieusement peu commémoré à gauche. Plus subtilement, la journée de la Terre (30 mars 1976), célébrée par les militants palestiniens, qui devient journée de Jérusalem (fixée le dernier vendredi de Ramadan) pour le Hezbollah. Dans une autre affiche, ce dernier s’approprie le premier acte de résistance contre Israël en novembre 1982, signifiant ainsi l’existence d’unités combattantes deux ans avant sa proclamation officielle. C’est par les signes qui accompagnent les photos de martyrs, symboles des partis, autant que par les représentations imaginaires du pays idéalisé, que les affiches de ces partis se distinguent. La référence à la terre, celle du village et de la montagne, du sud Liban, ou celle du pays perdu ou blessé, figuré par une carte, oppose l’affirmation d’une appartenance locale à celle d’une lutte nationale. La représentation de l’ennemi enfin use de stéréotypes révélateurs : pour les combattants chrétiens, l’ennemi syrien est figuré dans les habits de l’arabe bédouin supposé barbare et primitif ; tandis que pour la gauche, l’armée israélienne est représentée comme une rangée d’armes, machine de guerre d’un ennemi sans visage.

8Ainsi, au fil des pages, Zeina al-Maasri décrypte les représentations, compare et confronte la symbolique des images, nous en propose des clés de lecture. On regrettera cependant qu’elle en soit restée à une lecture assez linéaire, et n’ait pas tenté la synthèse qui lui aurait permis de revenir sur les hypothèses proposées dans son premier chapitre, en montrant comment l’utilisation de l’image comme outil peut produire des interprétations conflictuelles d’évènements ou de signes, comment à l’inverse, ces « discours » en conflit expriment chacun des « régimes de vérité » qui leur sont propres. Au lecteur de reprendre sa propre lecture, et de poursuivre la réflexion.

Haut de page

Bibliographie

Hall Stuart, 1980, « Encoding, decoding », inHall Stuart, Hobson Dorothy, Lowe Andrew, Willis Paul (eds), Culture, Media, language, London, Routledge.

Beyhum Nabil, 1994, « Les démarcations au Liban, d’hier à aujourd’hui », in Kiwan Fadia, Le Liban aujourd’hui, CNRS Éditions, CERMOC, Paris, Beyrouth.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Maasri Zeina, Off the Wall, Political posters of the Lebanese Civil War, Londres, New York, IB Tauris, 2009, 137 p. (Avant-propos de Fawaz Trabulsi)(traduction arabe sous le titre : Malâmih a-nizâ‘, al-Mulsaq al-Siyâsî, fî al-Harb al-Ahliyya al-Lubnâniyya, Dâr al-Furât, Beyrouth, 2009) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 31 août 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/6794

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page