Navigation – Plan du site
Lectures

Apostolou Irini, L’orientalisme des voyageurs français au xviiie siècle : une iconographie de l’Orient méditerranéen, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. « Imago Mundi », 2009, 453 p.

Émilie Francez

Texte intégral

  • 1  Défini par l’auteur comme la région qui englobe aujourd’hui la Grèce, la Turquie, la Syrie, le Lib (...)

1Dans cet ouvrage, Irini Apostolou se propose de recomposer l’image que les voyageurs et artistes français du xviiie siècle se faisaient de l’Orient méditerranéen1. Il est l’aboutissement d’une thèse de doctorat, soutenue en 2003 à l’Université de Paris IV La Sorbonne, sous la direction de François Moureau qui en a rédigé la préface.

  • 2 L’auteur débute son étude avec l’ambassade du marquis de Nointel à Constantinople (1670-1679) sous (...)

2L’auteur entend démontrer que la période qui s’étend du dernier quart du xviie siècle à la fin du xviiie2 constitue un moment charnière dans l’histoire du regard sur la Méditerranée orientale. En effet, si la tradition du récit viatique ne date pas du siècle des Lumières, il marque néanmoins un tournant dans la systématisation de la représentation de l’Orient méditerranéen. C’est à cette époque notamment que s’est développé l’intérêt pour les vestiges antiques, qu’il s’agissait d’aller étudier in situ comme des sources historiques. C’est aussi à cette époque que la noblesse britannique étendit sa pratique du Grand Tour par delà l’Italie jusqu’en Orient, tandis qu’en France se développait l’engouement pour le « Voyage pittoresque ». Des équipes d’artistes et de savants ont ainsi été chargées de décrire et représenter les contrées de la Méditerranée orientale, les paysages, les monuments, mais aussi les populations. Ces travaux profitèrent grandement de l’essor de la gravure, utilisée lors de la publication des récits viatiques, produisant ainsi de nombreuses sources iconographiques et favorisant la diffusion d’une image de l’Orient auprès du grand public.

3L’intérêt du travail d’Irini Apostolou est de proposer une analyse très fouillée de documents historiques parfois inédits, qui ne se limitent pas aux seules sources françaises mais qui sont également confrontés aux sources britanniques. Pour cela, l’auteur s’appuie sur un corpus d’images issues d’ouvrages publiés mais aussi d’œuvres originales puisées dans les archives des grandes institutions patrimoniales européennes (BNF, Musée du Louvre, British Library, Bibliothèque Gennadius…). Ce travail minutieux a ainsi permis la (re)découverte de documents graphiques restés jusqu’ici inconnus, dont certains sont publiés dans l’ouvrage.

4L’hétérogénéité des documents ainsi rassemblés a conduit l’auteur à choisir une approche thématique pour restituer la richesse et la diversité de ces sources. L’ouvrage est organisé en quatre thèmes majeurs : l’étude de la représentation du paysage urbain, naturel ainsi que la faune et la flore des contrées visitées ; l’illustration des vestiges antiques, notamment ceux de la Grèce, de l’Égypte, ainsi que les grands sites archéologiques de Balbek et Palmyre ; l’architecture religieuse, monumentale et domestique de l’Empire ottoman ; et pour terminer une analyse des modes de représentation des populations de l’Orient méditerranéen. Cette approche thématique permet au lecteur de mieux envisager les différents regards portés sur le monde oriental et surtout de comprendre leurs évolutions, tant sur le plan formel qu’intellectuel.

5Dans la première partie, consacrée au paysage, Irini Apostolou introduit le propos en revenant sur les premières représentations de l’Orient méditerranéen datant du Moyen-Age et de la Renaissance, dont les évolutions ont suivi le développement des voyages au Levant. Le premier chapitre nous montre par exemple le rôle des ambassadeurs ainsi que celui de l’espionnage militaire dans le développement de l’iconographie et la connaissance de la topographie des villes d’Orient. Puis, l’auteur s’attache à nous montrer le développement progressif d’un effort de connaissance dans les premières décennies du xviiie siècle. Avec l’émergence du « Voyage pittoresque » les représentations visuelles de la nature, de la ville et des activités de la population prirent une place plus importante dans la littérature de voyage, ainsi que l’ambition de rendre compte de la réalité des contrées visitées. Elle s’attarde quelques temps sur la dimension iconographique de cette littérature de voyage afin de montrer comment les artistes diversifièrent leurs approches des paysages urbains et naturels (allant des vues stylisées aux compositions pittoresques en passant par les vues panoramiques). D’une manière générale cette première partie souligne les efforts des voyageurs et des artistes pour décrire et illustrer les différents aspects des paysages naturels et urbains rencontrés au cours de leurs pérégrinations. Cependant, il apparaît que le plus grand obstacle à ce projet fut l’influence des règles de la peinture académique classique qui conduisit les artistes – ou les éditeurs – à réinterpréter les œuvres « au goût de l’époque ».

6La deuxième partie soulève la question majeure de l’intérêt porté aux monuments antiques de la Grèce, de l’Asie mineure et de l’Égypte. Après avoir souligné l’importance que la philosophie des Lumières accordait à la Grèce antique, l’auteur se livre à une description de l’approche de ces monuments par les voyageurs français et anglais dont le but était de « découvrir, identifier et de dater les antiquités » (p. 103). C’est l’exemple des monuments d’Athènes et de la Grèce, ainsi que des sites de Palmyre ou Balbek. Irini Apostolou consacre aussi un chapitre à la découverte de l’architecture de l’Égypte antique, car le siècle des Lumières est aussi celui de l’exploration de ce pays. Ce que l’on peut retenir de cette partie, c’est que l’engouement pour la Grèce favorisa l’inventaire des monuments antiques et permit la réalisation de relevés archéologiques et architectoniques précis, utiles à la reconstitution de l’histoire de l’art et de l’architecture. Il entraîna néanmoins le pillage de nombreux sites antiques au profit de collectionneurs européens. Mais surtout, l’étude et la représentation des monuments antiques de la Grèce à Palmyre en passant par l’Égypte permirent d’introduire de nouveaux styles dans le répertoire artistique et architectural de l’époque.

7La troisième partie traite de la représentation des monuments byzantins, ottomans et arabes qui, comparés aux vestiges antiques, figurent peu dans les récits viatiques. L’approche des voyageurs était marquée par un certain degré de méconnaissance et un certain nombre de préjugés. L’art byzantin était considéré comme décadent. Quant à l’art ottoman, les Européens lui refusaient toute originalité, du fait de la transformation d’églises byzantines en mosquées. Ce qui intéressait les voyageurs chez les Ottomans, c’était moins l’architecture que les mœurs de la Cour et la vie officielle, notamment la cérémonie de l’accueil des ambassadeurs. Malgré tout, l’iconographie viatique de l’époque permet de se faire une idée de l’architecture ottomane citadine et domestique, qui apparaît surtout dans les vues générales des villes de la région de Constantinople et sont traitées comme autant d’éléments de décors pittoresques.

8Enfin, la quatrième partie s’intéresse à la façon dont les artistes-voyageurs ont représenté les habitants de l’empire ottoman. Ici, Irini Apostolou élargi son propos en interrogeant des sources iconographiques plus diversifiées, comme les recueils de costumes – souvent réalisés à partir de compilation d’illustrations viatiques – pour mieux mesurer l’évolution historique de l’image des Orientaux. Dans cette section de l’ouvrage, ce qui ressort des différentes thématiques abordées – la représentation des dignitaires et du sultan, de l’univers féminin, des groupes ethniques de l’empire ou de la vie religieuse – c’est le paradoxe entre la volonté de mieux connaître les mœurs ottomanes et la difficulté pour les artistes-voyageurs des Lumières de dépasser dans leurs œuvres un fort sentiment d’étrangeté, ainsi que l’impossibilité de se défaire du prisme des codes de la peinture occidentale. En effet, en étudiant les productions des artistes-voyageurs l’auteur nous montre comment ils ont privilégié les scènes types, occultant les particularités des individus et favorisant la représentation des pratiques surprenantes et étranges à leurs yeux, participant par leurs œuvres à la définition d’une altérité proche. Cependant, même empreinte des préjugés des artistes et de stéréotypes, cette vision sélective de la vie de l’empire laisse transparaître les dimensions sociales et politiques du monde ottoman. Ceci a participé à les rendre plus familières au public européen. Malgré leurs lacunes, ces travaux témoignent de l’intérêt grandissant qui fut porté à l’étude de l’homme et ses mœurs au siècle des Lumières.

9L’originalité de cette recherche repose donc sur l’étude des sources iconographiques viatiques traitant de l’Orient méditerranéen, documents jusqu’ici « peu analysés » et « sous-estimés » (p. 19) selon le point de vue de l’auteur. L’ambition d’Irini Apostolou, qui était de réaliser un travail de synthèse permettant d’apporter un nouveau regard sur le rôle des images dans l’élaboration de l’orientalisme au xviiie siècle, a atteint son but en livrant au lecteur les multiples facettes de la représentation de l’Orient par les artistes-voyageurs. Ainsi son étude s’applique non seulement à décrire les différents documents graphiques, à rendre compte de leurs spécificités, mais aussi à analyser le contexte de création de ces images, l’intérêt qui guidait leurs auteurs et surtout l’éventail des regards portés par ces voyageurs français sur le monde oriental. Le lecteur prend conscience non seulement des différents niveaux de regards, - de l’ambassadeur, de l’artiste-voyageur, du simple accompagnateur - mais aussi du rôle joué par ceux restés en Europe comme certains artistes payés pour retoucher les œuvres ou les graveurs et les éditeurs qui sélectionnaient les documents viatiques. A ceci s’ajoute l’impact que pouvait avoir la publication (ou non) des sources viatiques sur l’image de l’Orient auprès du public français. Ce travail permet donc d’apporter un éclairage précis sur l’élaboration d’un regard orientaliste propre au xviiie siècle, encore animé d’un esprit de découverte.

Haut de page

Notes

1  Défini par l’auteur comme la région qui englobe aujourd’hui la Grèce, la Turquie, la Syrie, le Liban, l’Israël et l’Egypte, qui étaient à l’époque sous domination ottomane.

2 L’auteur débute son étude avec l’ambassade du marquis de Nointel à Constantinople (1670-1679) sous le règne de Louis XIV, au moment de la réalisation du premier voyage archéologique en Orient par Jacob Spon (1675-1676). Elle la termine juste avant l’expédition en Égypte de Bonaparte (1798-1801) qu’elle considère comme un tournant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Francez, « Apostolou Irini, L’orientalisme des voyageurs français au xviiie siècle : une iconographie de l’Orient méditerranéen, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. « Imago Mundi », 2009, 453 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 15 septembre 2010, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/6810

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page