Navigation – Plan du site
Lectures

Gélard Marie-Luce, Les usages du henné. Pratiques, rites et représentations symboliques, Nancy, Presses universitaires de Nancy, collection Épistémologie du corps, 2008, 123 p.

Abderrahmane Moussaoui

Texte intégral

1Cet opuscule de 123 pages regroupe les contributions de six anthropologues autour du henné et de ses usages contemporains dans le monde musulman maghrébin et moyen oriental ; mais aussi en France et en Israël. Les pratiques anciennes et renouvelées liées à l’usage de cette plante, portant le nom scientifique de lawsonia alba, sont passées en revue en association avec les rites et les représentations qui les accompagnent et les sous-tendent.

2L’anthropologue Marie-Luce Gélard qui a coordonné ces travaux nous le signale d’emblée : « l’utilisation du henné dans son implication pratique : marquage corporel, soins du corps, parure, cosmétique, est une constante » (p. 5) qu’elle croit nécessaire de mettre en rapport avec la dimension proprement symbolique. Les différents aspects étudiés vont le confirmer.

3Aux utilisations traditionnelles sont venus s’ajouter de nouveaux usages, notamment en Europe. Ainsi le henné devient un marqueur identitaire pour des ethnies en situation de migration mais également un cosmétique prisé par de larges couches au-delà des origines ethniques. C’est donc à une réflexion dépassant « le poncif ethnographique de la ritualisation » (p. 7) que nous invitent ici M.-L. Gélard et les contributeurs de l’ouvrage.

4Reprenant quelques unes des réflexions déjà développées dans un petit ouvrage illustré paru en 1998, l’ethnologue Aline Tauzin nous rappelle l’étendue des usages du henné en Mauritanie (santé, protection prophylactique, esthétique, etc.). Associé à la femme, le henné est également utilisé par les hommes. Ces derniers semblent l’utiliser pour « incorporer le divin » tandis que les femmes, nous dit A. Tauzin, en usent surtout pour « barrer la route au diable ». Toutefois, c’est en tant que parure qu’il est aujourd’hui le plus usité, avec une diversité des motifs et une variété des techniques (pistolet, phalange, henné et scotch, hennet zâzu, entre autres).

5Partant de recherches effectuées lors de la préparation de sa thèse, la contribution de Marie-Pierre Gibert nous mène vers un terrain inattendu. Sans négliger les dimensions symbolique et rituelle, cet article approche le henné à partir des expressions esthétiques de l’identitaire. En étudiant les danses « ethniques » des juifs yéménites en Israël (p. 22-52), l’auteur expose les mécanismes de la construction sociale et identitaire d’une culture à partir d’un marqueur signifiant. Abordant le rituel du henné comme un « rite de passage », M.-P. Gibert observe sa représentation et sa reconstruction scénique dans un contexte de spectacles organisés en Israël par des troupes de juifs d’origine yéménite. L’auteur nous montre combien le henné, grâce à des représentations dansées, demeure encore efficace pour  « fabriquer de vrais Yéménites ».

6Aïda Kanafani-Zahar, à son tour, revient sur un travail de terrain effectué dans les Émirats arabes unis, dans le cadre de sa thèse sur l’esthétique des pratiques alimentaires et corporelles, pour parler du henné en tant qu’ornementation corporelle pouvant à la fois être vue et sentie. Elle tente de montrer que le henné fait partie d’un système de signification plus global centré sur la parure. Au-delà de ses aspects intimes et personnels, le henné finit par apparaître comme un biais d’échange avec l’autre. Le henné permet à la femme de communiquer dans l’espace public, à travers le corps devenu canal de communication et d’identification. Le corps paré exprime à la fois un rapport à soi et un rapport à la société (p. 54). Par son biais, la femme se singularise pour mettre en scène son « je » et tente dans le même mouvement d’obtenir la reconnaissance de l’autre.

7Ethnologue, chercheure en éco-anthropologie et en ethnobiologie, Françoise Aubaille-Sallenave qui s’intéresse aux rapports de l'Homme avec la nature dans le monde méditerranéen et arabo-musulman, signe ici un article consacré aux animaux teints au henné (p. 72-92). Plus qu’une étude ethnologique, il s’agit d’un panorama ethnographique du monde musulman (avant et après l’avènement de l’Islam) exposant les relations qu’entretiennent les humains avec leurs bêtes. Grâce au henné, les hommes n’ont pas fait que protéger et soigner leurs animaux ; ils les ont également associés à leurs manifestations festives. Au passage, F. Aubaille-Sallenave nous apprend que l’empire ottoman a étendu la pratique du henné au monde russe et aux Italiens vivant en contact des Turcs. Cet article touffu et brassant large, de l’antiquité à nos jours, malgré ses digressions, restitue bien la mesure de l’étendue de la pratique du henné.

8Marie-Luce Gélard, la coordinatrice de cet ouvrage, commence par rappeler brièvement les usages répandus du henné dans les manifestations festives pour finir par évoquer un usage plus restreint : le rituel d’Isgar. Le henné mélangé à d’autres ingrédients, notamment les os, entre dans la composition de ce rituel pratiqué par les femmes célibataires de la tribu des Aït Khebbach pour expulser le mal. Cet article use en fait du henné comme biais pour nous entraîner dans le monde de l’invisible. Il nous parle des pratiques propitiatoires et expiatoires mises en œuvre pour chasser le mauvais œil et attirer les bienveillances des génies (p. 99). À travers cette mise en scène des négociations entre les hommes et les jnûn-s, le henné finit par apparaître comme une sorte de seuil partagé. Substitut du sang, il permet comme dans le sacrifice d’expulser le mal et de capter le bien. Associé à la fête du sacrifice, le rituel d’Isgar signale la double appartenance d’une communauté qui se réclame à la fois de la tribu et l’umma de l’Islam.

9Maud Nicolas-Daniel, qui a soutenu une thèse sur la danse en Tunisie, décale ici le regard et tente d’observer les usages du henné hors les murs ; en les approchant comme un épiphénomène d’une vogue s’apparentant à une sorte de néo-orientalisme. Au lieu d’aller les rechercher en Orient, on fait venir des pratiques que l’on a au préalable catégorisées et généralisées comme orientales. Le voyage vers l’Orient… imaginé devient ainsi possible, in situ, garantissant le dépaysement sur place par le rapatriement de l’exotique. À travers ces pratiques corporelles qui tentent d’incorporer l’exotique on assiste à une réinvention au quotidien des usages du henné (teinture des cheveux, tatouages masques corporels, composant cosmétique ou plus sporadiquement, teinture décorative d’objet » (p. 108).

10En refermant cet ouvrage, le lecteur ressort avec une somme de connaissances fines et érudites sur les multiples usages du henné à des moments et dans des lieux divers et variés avec cependant un petit sentiment de regret. Car, mis ensemble, ces articles, puisés pour la plupart, dans des recherches déjà menées et parfois achevées depuis longtemps, apparaissent comme une sorte de collage rendant la cohérence de l’ouvrage un peu forcée et artificielle. Pourtant, pris individuellement, ces mêmes articles contribuent à un éclairage relativement édifiant de la thématique même si quelquefois les affirmations l’emportent sur les démonstrations. Les méthodologies mobilisées sur le terrain et dans les analyses ne sont pas toujours exposées pour bien convaincre que certaines conclusions ne cultivent pas, à leur tour, de nouveaux poncifs. Quelques illustrations auraient été les bienvenues pour mieux soutenir le propos.

11Retenons cependant que ce travail introduit à une véritable anthropologie du corps et de ses significations à travers la pratique du henné. Rituels, techniques du corps, sémiologie, identité collective et culture matérielle, autant de sujets y sont évoqués et mis en perspective pour de futures réflexions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « Gélard Marie-Luce, Les usages du henné. Pratiques, rites et représentations symboliques, Nancy, Presses universitaires de Nancy, collection Épistémologie du corps, 2008, 123 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 25 octobre 2010, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/remmm/6813

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page